Censure du net : l’idée géniale de Guy Delcourt

Bloquer les sites internet qui critiquent avec un peu trop de véhémence les députés sans même passer par un juge ? Encore une idée formidable d’un de nos hommes politiques !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Censure du net : l’idée géniale de Guy Delcourt

Publié le 12 mars 2015
- A +

Par Le Parisien Libéral.

guy delcourt credits parti socialiste  (CC BY-NC-ND 2.0)
guy delcourt credits parti socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Est-ce que vous connaissiez Guy Delcourt ? Si vous n’êtes ni Ch’ti, ni supporter du club de foot le Paris Saint Germain, a priori, il y peu de chance que vous ayez entendu parler de ce député socialiste élu à Lens (Pas-de-Calais).
D’après le site d’analyse politique Nos Députés, il ne s’agit pas d’un député hyperactif. Il faut dire que comme nombre de ses collègues du PS, il a autre chose à faire. Il a longtemps été député ET maire d’une ville de quand même 32.000 habitants. Ce n’est pas comme s’il devait donc s’occuper de chômage, de délinquance, de reconversion industrielle …

Et alors, qu’a fait cet honorable représentant de la nation, baby boomer retraité de la fonction publique, pour qu’on parle de lui ? Il a proposé de trouver des solutions contre le chômage des non qualifiés, par exemple en supprimant le SMIC ? Il a demandé à payer des impôts sur son IRFM ? Il a suggéré que l’on modifie la législation sur l’auto défense et la présomption d’innocence en cas d’agression ?

Rien de tout ça !

Le site Nextinpact nous informe que le député Delcourt a décidé de s’impliquer dans la vie de notre pays, en proposant une nouvelle législation dont l’urgence et l’importance ne font aucun doute : dans une question parlementaire qu’il vient d’adresser à la garde des Sceaux, Christiane Taubira, Guy Delcourt propose d’étendre la procédure de blocage administratif (sans contrôle d’un juge, donc) aux sites web diffusant des « contenus injurieux ou diffamatoires pour les élus ».

Vous direz : tout ceci n’est qu’une suggestion, émanant d’un député qui n’a que 457 fans sur Facebook. Jamais le Garde des Sceaux ne pourrait accepter une proposition pareille, surtout dans un pays où des millions de citoyens sont descendus dans la rue il y a moins de 2 mois pour dire qu’ils sont Tous Charlie, attachés à la liberté d’expression.

Mais méfions-nous ! Les gens qui étaient pour le blocage des sites djihadistes ont-ils compris qu’on a mis le doigt dans un engrenage dangereux et liberticide ?

Si tout régime démocratique réside sur la séparation des pouvoirs, théorisée il y a maintenant 4 siècles par Locke (1632-1704) et Montesquieu (1689-1755), ce n’est pas pour rien ; c’est pour assurer notre protection contre la pente despotique que le pouvoir peut parfois avoir tendance à prendre.

Ne croyons surtout pas que la question de Guy Delcourt soit un ballon d’essai isolé et sans lendemain. Elle s’inscrit au contraire dans un mouvement plus vaste de tentative par le Parti Socialiste de criminalisation de la critique du gouvernement.

Souvenez-vous, les arrestations préventives du 11 novembre 2013 sur les Champs Élysées !

Démocrates, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas et que vous n’avez pas été prévenus ! La République, parfaitement défendue par les divers partis socialistes de France, se renforcera par tous les moyens, y compris au détriment de la liberté d’expression dont on ne rappellera jamais assez qu’elle peut être dérangeante, choquante, désagréable et blessante.

Le jour où il sera interdit d’accéder à un site web qui mentionne Rose Mafia 2, un livre rédigé par Gérard Dalongeville, un socialiste et que Guy Delcourt a tenté de faire saisir, ou encore le jour où tel ou tel forum de supporters du PSG sera bloqué, sans décision d’un juge, la France, qui bien qu’elle soit Charlie, n’est pas championne du monde de la liberté d’expression, aura du mal à justifier les guerres « au nom des droits de l’homme » qu’elle mène aux quatre coins du monde…

Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • ils veulent faire de la france une cocotte minute qui n’a pas de bouchon ? ces élus sont ils donc idiots ?s’imaginent t’ils que c’est en baillonnant les gens que les choses vont s’arrager ? c’est dans la rue que ça va se terminer , et auquel cas , je conseille à ces zélus d’apprendre à courrir vite parce que dans le cas ou ils ne l’auraient pas encore assimilé , la france en a plein le dos du ps ; ce parti est pire que tout les autres réunis ; une véritable plais pour le pays ; et j’espère qu’ils liront ce que je viens d’écrire , ça vient du coeur ; RAS LE BOL DU PS !

  • J’aimerais comprendre pourquoi ses électeurs ont élu ce type.

    • Ils ne le savent pas eux-mêmes, donc pas la peine de poser la question.
      Au choix: la couleur de la cravate, l’art de serrer les mains, l’anti-sarkozisme, l’habitude… ou tout ensemble.

    • Ses électeurs ne l’ont jamais élu. Son élection est probablement due à moins de 25% du corps électoral. Le cuistre est parfaitement illégitime et n’a d’autre solution que se démettre et fuir au fond d’une grotte sombre et humide, à méditer sur ses agressions à l’encontre de la population française.

      Pendant ce temps, d’autres cuistres du même acabit, ne représentant même pas 1% du corps électoral, prétendent imposer le vote obligatoire. Sont-ils devenus totalement inconscients ? Ils sont mûrs pour l’asile d’aliénés.

      • Si le vote blanc était reconnu et comptabilisé comme les bulletins pour les candidats, et, qu’arrivant en tête des suffrages, l’élection devait être refaite, l’idée d’obligation de vote pourrait tenir la route.
        Malheureusement les princes qui nous gouvernent n’accepteront jamais de desserrer leur étreinte.
        Donc, celà va se passer très mal. Très très mal.

        • On voterait ad vitam aeternam sans jamais élire personne. Il vaudrait mieux tirer au sort des numéros Insee, jusqu’à en avoir un qui corresponde à quelqu’un qui accepte.

  • Il a du faire un stage à Cuba, Bolivie ou Venezuela.

    Dans 6 mois il propose de censurer les émissions de radio qui disent du mal des élus. On entendra un sifflet comme à la Havane des radios du continent. Ou on explosera les stations de radio comme en Bolivie.

    Dans un 1 an il organisera la censure à la TV et la fin des droits d’émission. Arrêt des chaines de TV comme au Venezuela.

    Dans un 1an1/2 il invente les « comités de quartier » qui doivent protéger la révolution Bolchevique, qui surveillera la population et dénoncera les propos en famille contre les élus.
    Les rassemblements de plus de 5 personnes devront toujours avoir un membre du comité pour préserver l’image de l’élu. Comme à Cuba…

  • Toujours la même maladie mentale à l’oeuvre : Robespierre, les « intellectuels » français face à Staline, la presse qui osait écrire en avril 1975 « Phnom Penh libéré » (Le Monde), les louanges à Cuba, etc…

    Bref, le gauchisme constructiviste, prêt à nous passer littéralement sur le corps, à écraser l’humain pour faire son bonheur…

    Ce député est un énième avatar de cette folie, malheureusement assez bien partagée dans le monde, et constante à travers l’histoire.

    Rien de neuf. Et c’est bien pour cela que c’est désespérant.

  • Comme cette loi n’est pas encore passée, j’en profite pour critiquer cet élu et lui déverser tous les mots qu’il voudrait voir interdit.
    C’est avec de tels propos que l’on se demande qui est le plus extrême des partis actuels, ce député ne fait qu’ajouter à la confusion qui crée ce troisième parti le FN qui devient éligible.
    Ce député aurait pu s’appliquer le fait de demander à son clan et parti, l’autorisation de tels propos.
    Qu’est devenue notre pays ?

  • Le doigt dans l’engrenage a été mis concernant le blocage des sites internet (1er décret) et le déréférencement des sites internet (2eme décret) maintenant il est certain que se sera étendu progressivement.

    • Sans oublier… les « actions collectives » pour… « discrimination » que prépare avec gourmandise le gang de Taubira.

      Le plan en effet se déroule comme prévu, étape par étape.

      Direction : société à l’américaine, raciale, communautariste, judiciarisée à outrance.

      Mais avec une GROSSE DIFFERENCE : aux USA, la liberté d’expression est absolue. Ce qui constitue une soupape de sécurité (paradoxalement).

      Alors que chez nous, différence culturelle, on aura la version URSS / RDA, totalement orwélienne. Contrôle du langage, police de la pensée.

      Ca fait froid dans le dos, mais le mouvement semble irréversible (à grands coups de « Je suis Charlie »).

  • Ils faut supprimer tous ces « élus » nuisibles. C’est cela la solution.
    Ils n’ont rien a faire de leurs journées et donc ils inventent des problèmes
    là où il n’y en a pas, puisque les vrais problèmes, ils ne savent pas comment
    les résoudre.

  • C’est juste du socialisme. On est prié de relire ses classiques…

  • Affaire du saccage du Tribunal administratif de Toulouse: Incroyable blackout de tous les médias mainstream sur cette affaire! Seul Atlantico en parle! Et il faut lire le communiqué de non information figurant sur le site du Tribunal Administratif, il est collector! Nous sommes dans le sujet de la censure déjà bien appliquée dans ce pays collectiviste et totalitaire. Là c’est tellement énorme qu’on a du mal à dissocier ce qui pourrait être de l’autocensure des médias (même le Figaro, l’Opinion ou le Point se sont tus!) ou de l’injonction de la part du pouvoir politique…
    http://www.atlantico.fr/decryptage/etrange-blackout-saccage-tribunal-administratif-toulouse-gilles-gaetner-2036739.html
    http://toulouse.tribunal-administratif.fr/A-savoir/Communiques-et-actualites/Activite-perturbee-pendant-quelques-jours-au-T.A.

  • Quel grand môssieur ! Suggérons lui, aussi, de revenir aux tickets de rationnement.

  • C’est parfaitement idiot de censurer, cela mobilise des moyens inutiles.
    Il est bien plus efficace de laisser l’expression libre et de dénigrer afin de décrédibiliser les diffuseurs de nouvelles ou analyses gênantes en leur accolant des étiquettes infamantes dont les définitions floues appartiennent exclusivement au clan du bien (le pouvoir et ceux qui gravitent autour).
    Aujourd’hui, mieux que des actions administratives ou judiciaires, il y a à disposition toute une batterie d’armes sémantiques redoutables qui fait trembler même ceux qui se réclament de ces concepts : racisme, antisémitisme, islamophobie, complotisme, misogynie, extrême-droite, ennemi de la République, malade mental, fantasme, etc.

  • alcoolo, ou consanguin ,non chti …!

  • la France (…) aura du mal à justifier les guerres « au nom des droits de l’homme » qu’elle mène aux quatre coins du monde…
    En aucune manière. Il suffit, comme pour certains pays (voyez la Corée du Nord qui est une république démocratique populaire…), de redéfinir ce que sont les droits de l’homme. Ce que je dis est la vérité, c’est en son nom que je me bats : abracadabra, je m’autojustifie et voilà. L’extrémisme religieux applique ce raisonnement circulaire admirable, mais il n’est pas le seul.

  • merci pour vos commentaires. N’hésitez pas à partager car franchement, la proposition de ce député mérite qu’un max de francais soient au courant !

  • Cela craint avec les socialauds 🙁

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’article 49, alinéa 3, de la Constitution française (dit 49-3) prévoit que lors du vote d’un projet ou d’une proposition de loi, le Premier ministre peut décider d’engager la responsabilité du gouvernement.

Dans ce cas, le projet de loi est alors adopté sauf si une motion de censure est déposée par au moins un dixième des députés. En cas de rejet de la motion, le projet est considéré comme adopté ; dans l’hypothèse inverse, le texte est rejeté et le gouvernement renversé.

 

La fin du régime des partis et la parlementar... Poursuivre la lecture

Dans un tweet publié vendredi dernier, le célèbre spécialiste de sciences cognitives de Harvard Steven Pinker s’étrangle d’indignation. L’édito du mois d’août de Nature Human Behavour, une prestigieuse revue à comité de lecture publiée par Springer Nature Publishing, lui est désormais haïssable :

Journalistes et psychologues, prenez note : Nature Human Behavior n'est plus une revue scientifique évaluée par les pairs, mais l'exécuteur d'un credo politique. Je n'arbitrerai plus, ne publierai plus et ne citerai plus (comment savoir si les... Poursuivre la lecture

Par Thomas Ullman. Un article de The Foundation for Economic Education

La cancel culture met en péril l'éducation de millions de jeunes.

Dans mon cours d'anglais de dixième année (classe de seconde en France, NdT), comme beaucoup d'autres élèves américains, j'ai lu certaines des œuvres du regretté Joseph Conrad, grand voyageur et écrivain captivant.

Mais ma classe n'a pas analysé les livres de Conrad comme le faisaient mon père ou mon grand-père quand ils avaient notre âge.

Au lieu de discuter de la façon dont ses ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles