Climathon, semaine 10 : opération séduction

Tout au long de l’année 2015, le climathon récompense chaque semaine la plus belle pièce de propagande climatique de la semaine écoulée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon, semaine 10 : opération séduction

Publié le 11 mars 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.

Did I let you know ? credits кiт-кaтн Halкeтт (CC BY-NC-ND 2.0)
Did I let you know ? credits кiт-кaтн Halкeтт (CC BY-NC-ND 2.0)

 

C’est une belle brochette qui a été réunie lundi soir sur le plateau de l’émission C dans l’air consacrée aux « habits verts du président ». Une émission sobre et efficace à l’unisson de la COP21, parfaitement dans la ligne du parti. Un titre alternatif aurait pu être « Qui veut sauver la planète ? ». La production aurait aussi pu disposer des buzzers devant les invités, et désigner comme vainqueur celui qui aurait placé le plus souvent les mots « accord », « dév’dur’ », « avenir de l’humanité », « nos enfants et nos petits enfants ». Inutile de dire que tous les invités pensaient qu’il était urgent d’agir sur le climat.

Dans le festival qu’a été cette émission, le jury exprime son admiration devant la tirade apocalyptique d’Yves Paccalet à partir de 22’40 (qui prophétise une « explosion de folie climatique » avec +10°C, voire plus par endroits), devant celle de Serge Lepeltier à 29’30 (très belle variation sur le rapport Stern), devant cette phrase-culte de Pierre Radanne (42’08) : « Le scénario catastrophe, c’est l’horreur », devant ce propos bien senti du même Radanne qui, juste après avoir courageusement affirmé que nos politiques vivaient encore au XXème siècle, s’est émerveillé de la bonne volonté des ministres avec lesquels il est en contact mensuel pour préparer la conférence Paris climat (à partir de 55′), et encore devant la réhabilitation de Malthus (carrément) par Yves Paccalet (à 1h01′).  Accessit de groupe aussi aux quatre intervenants dans leur ensemble au moment d’une question sms qui demandait si la chaleur créée par le réchauffement climatique ne pouvait pas être utilisée comme source d’énergie. Pas un des quatre n’a su donner une réponse un tant soit peu cohérente du point de vue de la physique, ce qui permet de prendre toute la mesure de l’incompétence crasse de nos « élites » sur la question l’aptitude de nos bienveillants dirigeants à ne se focaliser que sur les questions sur lesquelles ils croient pouvoir pérorer qui en valent la peine.

L’émission a abordé un point important de propagande climatique, « faites le climat, pas la guerre », qui a aussi fait l’objet de deux percées par ailleurs : celle de Jean-Michel Valantin, dans l’édition québécoise du Huffington Post, et celle de Samuel Paulet dans Focusur, qui disent clairement les choses : maintenant, si on se fait la guerre, c’est aussi à cause du changement climatique. En Syrie, par exemple. Si, si. Demandez à Serge Lepeltier, il vous l’explique dans C dans l’air (à 48’40). Sans susciter d’objection, bien entendu.

Le vainqueur de la semaine 10

fabius climathon rené le honzecLa galanterie l’emporte cette semaine, avec une splendide réalisation de Laurent Fabius. Conscient de l’importance qu’il y a à instrumentaliser relier tout événement un tant soit peu médiatisé au mot « climat », le ministre français des Affaires étrangères a choisi d’aller au plus simple avec la journée annuelle internationale de la femme, le 8 mars. Les questions d’éducation, de violence, de discrimination à l’embauche et autres accès aux soins gynécologiques étant à l’évidence un peu ringardes en ces temps de sauvetage de la planète, il était urgent de proclamer que la condition des femmes de par le monde était liée au changement climatique. La démonstration de notre ministre, publiée dans une tribune sur le site de RFI, contient notamment cet argument massue :

« Les femmes sont les premières victimes du dérèglement climatique, car les populations en situation de pauvreté, qui sont les plus vulnérables, supportent l’essentiel des conséquences. Or les femmes constituent 70% de la population pauvre au plan mondial. Elles sont et seront donc les premières touchées. »

On ignorait que le différentiel de pauvreté hommes/femmes tînt au climat. Heureusement, le signe magique % permet d’y croire. En effet, comme chacun devrait le savoir, un pourcentage est toujours pertinent. Surtout dans un discours où il s’agit de sauver le monde.

Sur le web

Suivre le Climathon.

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • La vacuité des raisonnements politiques sur la question me sidère.
    Dès lors si j’imagine qu’ils font pareil en économie je suis pris d’effroi.
    Après les inégalités h/f en matière de travail, les inégalités H/f en matière de climat !
    Bientôt le climat sera responsable de l’échec scolaire, il faudra donc taxer les automobilistes ! CQFD
    Toute l’idéologie de gauche est recyclable grâce au climat, on dit merci qui?

    • Il n’y a pas que la gauche. Qui a lancé ce stupide Grenelle de l’environnement, dont nous subissons les conséquences désastreuses dans la vie de tous les jours (règlements, normes, surcoût de l’énergie, …)?

      • C’est vrai que depuis Chirac et sa « maison qui brûle » en passant par la signature du contrat de Nicolas Hulot par Sarko en 2007 la droite s’est bien fourvoyée et malheureusement continuera de le faire.

        • Sarko avait signé avec une réserve et l’avait fait savoir (et il avait été critiqué par les « verts »).

          Ségo avait signé et l’avait fait savoir et n’avait pas été critiquée par les « verts » et a ensuite dit qu’elle avait émis une réserve (mais dont personne à l’époque n’avait entendu parler).

      • Les conséquences désastreuses au quotidien ! Vous ne croyez pas que vous faites de la démagogie. C’est quoi cette façon de jouer les pleureuses?

        Sinon, rien de nouveau dans ce nouveau pamphlet de pensée unique. On pourrait varier avec un article nuancé pour une fois non?

          • « Les conséquences désastreuses » au quotidien. C’est totalement inacceptable.

          • Et veuillez faire un bilan exhaustif des articles de la rubrique environnement. Vous pourrez dire ce que vous voulez, il s’agit, sans équivoque, d’une pensée unique.

            • La conclusion générale des articles est cohérente mais la pensée n’est sûrement pas unique. Quand on constate la faillite d’une entreprise ou d’une idéologie, on peut l’expliquer de différentes manières – et c’est pour ça qu’il y a de nombreux articles.

              Maintenant, libre à vous de considérer que tous ceux qui ont établi le constat de faillite du RCA par des approches scientifiques, économiques, pragmatiques, sociologiques, politiques ou autres se trompent.

              • D’autant qu’il appartient au GIEC de prouver que ses hypothèses sont exactes. Et cela ne va pas être de la tarte…

        • Disons que pour « nuancé », n’est-ce pas, comme vous dites, vous avez la totalité unanime de la presse et des médias et de la classe politique, rangés derrière un garcon de plage. Qu’une petite voix comme ici tente d’équilibrer un minimum, vous est intolérable. Qu’est-ce que ça nous dit ?

        • Des articles, y en a pas assez dans la presse aux ordres du gouvernement ❓

          • Ben c’est intolérable que ce site ne soit pas aux ordres du gouvernement. C’est pourtant simple 🙂

            • Ils vont y mettre bon ordre les socialauds. C’est insupportable ces critiques, ils veulent entendre les mouches voler, ce qu’ils savent faire de mieux :mrgreen:

              • Donc vous confirmez ce que je dit. Pensée unique contre supposée pensée unique. C’est pas de l’objectivité. C’est de l’idéologie. A partir de la votre crédibilité est friable.

                • Contrepoints publie régulièrement des articles favorables à la thèse du réchauffement causé par le CO2 anthropique ; l’ensemble du reste de la presse et des médias unanimes ne ne publie aucun texte questionnant cette thèse. Bienvenue sur le site le plus équilibré, et pas de peu.

                  • Régulièrement? Vous plaisantez ! Pas la moindre trace ces 12 derniers mois. Dans l’autre sens c’est à 1 à 2 par semaine. Arrêtez de dire que le site est équilibré en lui même, dites plutôt qu’il tente d’équilibrer à sa manière le débat par rapport au reste de la communication à ce sujet. Et c’est toute la différence.

              • Djamal, je vous applique vos propos :mrgreen: Ils sont très à propos d’ailleurs :mrgreen:

  • J’ai l’impression que, même en France (où l’information sur ce sujet est quasi-totalement verrouillée), de plus en plus de gens ont des doutes par rapport au discours officiel. D’une part, parce que l’excès de certains propos entraîne une certaine suspicion. D’autre part, la plupart des gens ont des problèmes beaucoup plus urgents à traiter. Enfin, grâce à internet, les arguments démontant le GIEC et ses méthodes sont davantage connus.

    • giec : gang intergouvernemental des escrocs climatiques
      je ne me trompe pas ? le « i », c’est bien pour « intergouvernemental » ?

      • Yes. Le vrai nom est IPCC (Intergouvernemental Panel for Climate Change). La traduction en GIEC est évidemment un artifice de propagande, pour laisser croire qu’il s’agit d’experts.

    • Vous osez mettre en doute la science ? C’est ce que la majorité vous répondra malheureusement

      • En fait il s’agit d’une pseudo-science qui sert d’alibi pour supporter une idéologie radicale. Il suffit de s’informer sur le modus operandi du résumé pour les décideurs et sur celui du résumé de l’AR5 pour comprendre que tout est contrôlé par des non-scientifiques, des fonctionnaires et des diplomates, représentant les gouvernements.

  • Je vois de moins en moins en quoi le programme du FN est moins démagogique, moins utopique, moins idéologique ou moins mensonger que celui du PS ?

    A part « le FN c’est mal », c’est quoi leurs arguments ?

  • J’ai fait quelques commentaires sur le forum:

    http://forums.france5.fr/cdanslair/Environnement/habits-verts-president-sujet_388_1.htm#bas

    La nullité des invités était en effet effarante, le pire étant Yves Paccalet….

  • >

    « si on se fait la guerre, c’est aussi à cause du changement climatique »

    Ben vi !

    La décapitation au sabre c’est écolo !

  • Daesh c’est le réchauffement climatique, c’est prouvé !

  • Ce matin sur Europe 1, j’ai vraiment bien ri. Le sieur Hulot en personne, totalement nul sur le plan scientifique comme chacun sait, se réjouissait qu’un fort pourcentage de la population (je ne sais plus exactement combien) avait « l’impression que le climat avait changé et que c’était certainement dû aux activités humaines »!!! La science par les sondages!!!!!
    Cela m’a rappelé ma Grand mère quand j’étais tout petit (j’ai 65 ans) qui disait : ce sont les spoutniks qui détraquent le temps!

    • Non ! pas les spoutniks, les bombes nucléaires des essais atmosphériques. On disait dans les années 50 « c’est la faute aux bombes atomiques ». Rétrospectivement les essais nucléaires ont plutôt eu tendance à refroidir le climat. On s’est ramassé du strontium et du césium radioactifs à la pelle pendant des années ça ne nous a pas empêché de survivre, nous les rescapés du baby-boom. Est-ce grâce ou à cause du climat ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

Ecriteau sur lequel est marqué "A bientôt c'est fermé"
3
Sauvegarder cet article

Sobriété, sobriété, sobriété : les médias, les amuseurs publics et les éditorialistes se réapproprient les mots du pouvoir politique sans trop se poser de questions. C’est d’ailleurs parce qu’ils ne se posent pas trop de questions qu’ils sont utiles à la classe technocratique, sans quoi le public pourrait s’interroger sérieusement sur l’intérêt de revenir à un modèle préindustriel disparu depuis le XVIIIe siècle.

Parler de « normalisation » ici signifie essentiellement chercher à nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Un pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles