Spoliation légale ou incitations ? Vol ou justice ?

Pour parvenir à la prospérité et à la paix, il faut mettre fin à la spoliation légale sous toutes ses formes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Frédéric Bastiat (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Spoliation légale ou incitations ? Vol ou justice ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 février 2015
- A +

Par Patrick de Casanove.

Frédéric Bastiat (image libre de droits)
Frédéric Bastiat (image libre de droits)

Une des premières lois de l’économie est que l’on ne peut dépenser plus que ce que l’on gagne ou que ce que l’on a. Chacun sait que l’État n’a rien, qu’il ne produit aucune richesse : « Il n’entre rien au trésor public, en faveur d’un citoyen ou d’une classe, que ce que les autres citoyens et les autres classes ont été forcés d’y mettre. » (Frédéric Bastiat, La Loi). La fiscalité est l’outil de la spoliation légale. C’est une source de gaspillage parce que des sommes immenses sont confisquées aux individus, échappent au libre choix et sont dépensées arbitrairement par les politiques.

L’État est dispendieux par nature. L’efficacité d’un ministre et son importance, se jugent au montant de son budget. Elles se jugent à ses capacités à défendre le dit budget, donc les intérêts des groupes de pression qui dépendent de lui (et vice versa).

La dépense publique fait partie du génome des adeptes de la spoliation légale, les socialistes. Ils en tirent leur pourvoir. Les politiciens sont élus par les électeurs qu’ils récompensent, puis ils fabriquent de nouveaux électeurs par d’autres dépenses publiques. Ces nouveaux électeurs, à leur tour, soutiennent ces politiciens pour bénéficier de leurs largesses etc. Quant à ceux qui ne sont pas encore au pouvoir ils attendent sagement leur tour. C’est ça la démocratie !

Au sein d’un tel système il est difficile d’envisager une baisse des dépenses publiques et des impôts. Pourtant il faut y parvenir. Cela commence par définir précisément les rôles de l’État et des particuliers. Comme l’écrit Pascal Salin, il n’y a pas de secteur où les services ne pourraient pas être rendus par des intervenants privés. Les libertariens, les anarcho-capitalistes affirment que même les fonctions dites régaliennes pourraient être assumées, avec succès, par des services privés. Bien évidement dans un pays aussi étatisé que la France, une telle perspective n‘a guère de chance d’être mise en œuvre un jour. Réduire l’État aux fonctions régaliennes et au filet de sécurité pour les personnes qui en ont vraiment besoin, cette simple proposition effraie !
C’est à ce dernier courant, la « minarchie », que l’on rattache habituellement Frédéric Bastiat. « Pour moi, je pense que lorsque le pouvoir a garanti à chacun le libre exercice et le produit de ses facultés, réprimé l’abus qu’on en peut faire, maintenu l’ordre, assuré l’indépendance nationale et exécuté certains travaux d’utilité publique au-dessus des forces individuelles, il a rempli à peu près toute sa tâche. En dehors de cercle, religion, éducation, association, travail, échanges, tout appartient au domaine de l’activité privée, sous l’œil de l’autorité publique, qui ne doit avoir qu’une mission de surveillance et de répression ». (Frédéric Bastiat, Profession de foi électorale de 1848)

L’État réduit est supposé remplir correctement les fonctions de sécurité intérieure extérieure et de justice que les individus lui délèguent. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
Il est connu que le socialisme est difficile à renverser quand la majorité de la population vit de subsides. Ce dont il faut tenir compte dans cette équation c’est du moment où la majorité de la population y perdra. (Même les bénéficiaires des reversions étatiques). Il y aura alors basculement.

Aujourd’hui en France la majorité de la population attend tout ou partie de ses ressources de la redistribution étatique et tout le monde perd d’une manière ou d’une autre : chômage, perte du pouvoir d’achat, réglementations abusives, insécurité des biens et des personnes, insécurité juridique, retraites misérables et non garanties etc. Cela dit, si la majorité de la population réalise qu’elle perd, elle n’a pas encore compris qu’elle perd à cause de l’étatisme. Elle pense qu’elle doit ses malheurs au libéralisme, bien que celui-ci n’ait jamais été mis en œuvre en France. C’est pourquoi elle se tourne vers des partis de plus en plus étatiques. Or le salut ne peut venir d’aucun de ces partis. C’est pourquoi l’effondrement continuera.

Il est à la mode d’appeler à la « cohésion nationale ». Il ne peut y avoir aucune cohésion nationale durable dans un système basé sur la spoliation légale. Il n’est pas possible de construire une société juste sur le vol. Fut-il légal.

Pour parvenir à la prospérité et à la paix, il faut mettre fin à la spoliation légale sous toutes ses formes. C’est-à-dire rétablir la Justice en France. À partir de ce moment les Français auront, de surcroît, la cohésion nationale.


Paru dans Le bulletin de liaison du Cercle Bastiat.

Voir les commentaires (132)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (132)
  • Déjà le début de l’article repose sur deux idées fausses.
    1. On peut dépenser davantage que ce que l’on gagne, c’est ce qu’on appelle le crédit, à la base de la croissance capitaliste comme l’ont démontré Marx, Keynes, Schumpeter , Minsky.
    2. L’Etat, ou plus généralement la puissance publique produit de la richesse (d’ailleurs comptabilisée dans le PIB). Une raison de bon sens de le comprendre est de s’interroger sur pourquoi une même production faite par des agents publics ne serait pas de la richesse quand la même production faite par un agent privée en serait. Il y a là une absurdité évidente.

    L’impôt est simplement la rémunération pour des services dont bénéficient chaque individu d’un pays donné. Rothbard qualifie le vol (ou le parasitisme) comme le fait de « se nourri[r] sans contrepartie de l’exploitation du travail et de l’énergie d’autres hommes ». Si donc les individus d’un Etat ne payaient pas d’impôts, ce serait (et le plus drôle c’est que c’est en appliquant la définition de Rothbard) du vol !

    Quant à la sécurité privée, l’exemple US des armées privées devrait avoir convaincu définitivement de l’inefficacité de cette solution (cf. les multiples affaires de la plus emblématique Blackwater qui a depuis changé une nouvelle fois de nom). Ce qui n’est guère étonnant, car plus on délègue et on sous-traite, plus les responsabilités sont diluées et difficile à établir ce qui permet davantage d’agissement illégaux.

    • 1. ce que vous dites est vrai au niveau individuel, mais pas au niveau mondial. L’humanite de ne peut que consommer ce qu’elle a produit, ne peut depenser que ce qu’elle a gagnee.

      2. la production de l’Etat est comptabilise dans le PIB en fonction de son cout, et non de sa valeur ajoutee. Sa valeur ajoutee ne peut etre mesuree car en situation de monopole, nul ne peut mesurer la valeur de la production etatique (la valeur provient de l’achange volontaire). Pour produire, il force les citoyens a renoncer au fruit de leur travail, il accapare les ressources de la population, et donc il ne produit aucune richesse supplementaire, il realloue simplement les richesses.

      Les fonctionnaires de l’Etat ne paient pas d’impots puisqu’ils sont payes par l’impot. La population consomme les services de l’Etat parce qu’elle doit les payer de toute facon, elle n’a pas le choix. Le monopole etatique, comme tous les monopoles legaux, est un vol. Peut etre pas pour l’entierete de ce qu’il preleve (puisqu’il en rend une partie a travers des services), mais ca reste un vol puisqu’il vous force a payer pour quelque chose que vous ne desirez pas. Si vous le desiriez, pourquoi vous y forcer?

      • 1. Dire l’Humanité ne peut consommer que ce qu’elle a produit, n’est pas équivalent à la proposition : « elle ne peut dépenser plus que qu’elle gagne ». Pour produire, justement l’Humanité a besoin de crédit, de dépenser plus que ce qu’elle a au moment avant la production.
        2. La richesse produite par la puissance est bien comptabilisée selon sa VA, on ôte le coût des consommations intermédiaires. La question du monopole n’a rien à voir avec la mesurabilité ou non de la VA. Ce que j’explique c’est qu’il est absurde de prétendre que la même production, en fonction de qui l’a produite, est ou non de la richesse. Ou bien ce qui est produit est de la richesse ou ce n’en est pas, c’est aussi simple que cela.
        3. « Les fonctionnaires de l’Etat ne paient pas d’impots puisqu’ils sont payes par l’impot. » Voilà sans doute le sophisme le plus drôle. Je vais faire un raisonnement analogue pour vous montrer l’absurdité de votre propos. Faisons l’hypothèse d’une société sans impôt. Les producteur sont payés par les consommateurs. Faisons l’hypothèse d’un équilibre entre tous. Si je copie votre raisonnement j’en déduis que les consommateurs ne paient pas les producteurs puisqu’ils sont payés par eux ! Vous voyez l’absurdité de votre raisonnement ?
        4. Vous mélangez tout. La puissance publique vous force à payer pour un service dont vous bénéficiez. Là encore votre raisonnement est sophistique, c’est comme si vous trouviez anormal que le boulanger vous obige à payer pour les croissants que vous consommez.

        • axopl: « c’est comme si vous trouviez anormal que le boulanger vous obige à payer pour les croissants que vous consommez. »

          Vous avez tout à fait le choix de consommer les croissants ou pas.
          Vous êtes par contre obligé de payer les « croissants » de l’état, que vous les consommiez ou pas et que vous les vouliez ou non.

          Coté sophismes…

          • mais les « croissants » de l’Etat vous les consommez. C’est donc normal que vous les payiez. Si vous voulez aller par là. je paie aussi des services privés que je ne consomme pas et dont je ne veux pas, comme les services publicitaires de certains produits. je les trouve inutiles et néfastes écologiquement et pourtant, je n’ai pas le choix si je veux le produit.

            • axop: « mais les « croissants » de l’Etat vous les consommez »

              Une infime partie, l’autre est gaspillée en pure perte et on me force à les payer quand même. Tous les rapports sont unanimes: c’est la grande bouffe sur l’argent de l’impôt.

              En Suisse qui a un excellent niveau social l’état est à 35% du PIB contre 57.7% en France, on y gagne plus du double, le budget est maitrisé, le chômage est à 3.5% toute les caisses sociales sont dans le vert.

              C’est presque la moitié de l’état français qui est un service totalement inutile et parasite. Comme si le boulanger vous forçait à manger ses croissants dégueulasse puis a les payer deux fois le prix.

              axop: « je paie aussi des services privés que je ne consomme pas et dont je ne veux pas, comme les services publicitaires de certains produits. »

              D’une part la publicité n’entame pas vos revenu de 50% et rien ne vous oblige à consommer ces produits, la plupart du temps il existe une alternative.

              • « Une infime partie, l’autre est gaspillée en pure perte et on me force à les payer quand même. » 9a ce ne sont qu’affirmations arbitraires qui ne mènent pas loin.

                Ah la Suisse, toujours le sempiternel exemple. Je vais donc une nouvelle fois faire la même réponse. D’abord comparer deux pays de tailles si différentes n’a pas grand sens. Ensuite si vous regardez les dépenses publiques par habitant (en PPA), la Suisse est plus dépensière que la France. D’autre part,, la Suisse est tout de même un peu parasite (puisqu’un peu paradis fiscal donc vivant aux crochets des autres). La Suisse est un pays qui vit également du fait de sa position géographique frontalière, ce qui lui permet là aussi de faire preuve d’un certain parasitisme notamment en matière de chômage (les autres pays paient les indemnités (après quelques mois) à leur ressortissants qui pourtant travaillaient en Suisse. Un exemple assez douteux donc.

                • axopl: »ce ne sont qu’affirmations arbitraires qui ne mènent pas loin. « 

                  Il existe des organismes officiels qui scrutent la dépense publique et rendent des rapports dévastateurs sur le pillage des deniers publique depuis des années.

                  Vous vivez sur la lune ?

                  axopl: « D’abord comparer deux pays de tailles si différentes n’a pas grand sens. »

                  Vous avez raison, théoriquement la France devrait faire des économies d’échelle. (lol)
                  Votre excuse ne vaut pas un clou comme celle du « parasitisme » qui ne résiste pas à l’examen des faits.

                  axopl: « si vous regardez les dépenses publiques par habitant (en PPA), la Suisse est plus dépensière que la France. »

                  Les impôts coutent bien moins cher en pourcentage aux citoyens Suisses. La France est à 66.6% de prélèvement quand la suisse est à 29%. (Rapport PWC 2015)

                  Explication: Le modèle libéral créé tellement de richesse (économie classée no1 pour son efficacité) qu’elle peut se permettre de dépenser plus que les pays pauvres. Mais en fait l’état coute bien moins cher pour de bien meilleurs services.

                  En France nous avons 5 millions de chômeurs et 8 millions de pauvres pour l’état qui taxe le plus au monde et qui va en plus emprunter 45% de son budget en 2015 c’est un beau résultat. Vous avez raison, tout baigne.

                  Bon, s’il reste quelques petits problèmes, il suffit de rajouter de l’état… au lieu de 66.6% on pourrait imaginer 80%, 90% ou même 120% de prélèvements.

                  • Le gaspillage de deniers publics existe c’est certain. Ce qui est d’ailleurs drôle c’est de voir qu’en général c’est au profit d’entreprises privées, comme par exemple les PPP dénoncés par la cour des comptes. Mais ce gaspillage, heureusement ne représente qu’une très faible partie des dépenses publiques. Le gaspillage n’est pour autant pas réservé au secteur public : l’abus de bien social, la corruption, la faillite organisée, tout cela existe dans le secteur privé.

                    Vous mélangez un peu tout. Justement c’est la Suisse qui devrait faire des économies d’échelle, notamment sur les infrastructures puisqu’il en faut moins. De même, il lui faut bien moins d’entreprises pour obtenir la même variation de recette fiscale.

                    « La France est à 66.6% de prélèvement quand la suisse est à 29% » 66,6% de quoi ? 29% de quoi ? Préciser, cela ne veut rien dire sinon. L’explication réside surtout dans ce que j’appelle le parasitisme (parasitisme de revenus créés ailleurs, parasitisme social (du fait de sa position frontalière, les dépenses sociales sont moindre car exportés vers les pays d’origine des travailleurs)). Voilà typiquement l’exemple d’un modèle qui n’en est pas un, car si tout le monde copiait se modèle, tout s’écroulerait.

                    • Mettez donc des barbelés à la frontière, vous arrêterez le parasitisme que vous dénoncez.
                      Les patrons français seront enchantés d’avoir de la main d’oeuvre en quantité :mrgreen:

                    • axopl: « Mais ce gaspillage, heureusement ne représente qu’une très faible partie des dépenses publiques »

                      Vous me rappelez les créationnistes, même ancrage religieux avec le réel… :mrgreen:
                      https://www.google.fr/search?q=gaspillage+cour+des+comptes

                      axopl: « 66,6% de quoi ? 29% de quoi ? »

                      C’est évident, la référence était même fournie, mais vous ne savez rien et ne voulez surtout pas savoir.

                      axopl: « les dépenses sociales sont moindre car exportés vers les pays  »

                      N’importe quoi comme d’habitude…

                      Les travailleurs frontaliers représentent 3.13% de la population, une moitié paient leurs impôts en France sauf dans certains cantons ou une partie seulement est reversée, Genève a reversé ainsi 323 millions aux départements limitrophes. Les travailleurs français peuvent être assurés à une caisse maladie suisse qui rembourse, elle, des deux cotés de la frontière tout en étant bien moins cher. Avec 3.5% de chômage seulement les carrières sont plutôt longues et le salaire médian en Suisse étant de 5000 euros au lieu de 1675 euros en France la présence de la Suisse fait que les départements limitrophes ont les revenus parmi les plus élevés de France. (classés 4eme et 7eme respectivement pour la haute Savoie et l’Ain)

                    • Ouille ouille ouille ❗ La fRance est entourée de pays parasites : Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse.
                      Quelle horreur ❗ Vite, sortons les barbelés pour arrêter le massacre :mrgreen:

                    • A michel C. Soyez un peu sérieux mon cher, croyez-vous que ce sont des barbelés qui empêchent le capital et ses revenus de circuler ? C’est bon pour les gogos du FN ça !

                    • Je vous fais remarquer que c’est vous qui parlez de gaspillage. Vous devriez être capable de nous dire combien ça coûte, visiblement vous ne savez même pas. Quand vous saurez vous le direz et vous nous enverrez le lien duquel vous aurez trouver l’information.

                      Visiblement vous répétez des chiffres sans bien comprendre à quoi ils correspondent. Je répète ma question 66,6% de quoi ? 29% de quoi si vous avez lu le rapport vous devez savoir. Je ne parlerai même pas de la crédibilité du rapport dont vous parlez tant que vous n’aurez pas répondu à cette question : % de quoi ? Vous ne le savez même pas !

                      « Les travailleurs français peuvent être assurés à une caisse maladie suisse qui rembourse, elle, des deux cotés de la frontière tout en étant bien moins cher » Affirmation gratuite.preuves ?

                      Il n’est pas difficile d’avoir un chômage bas quand on compte sur les frontaliers, on exporte le chômage chez les autres….. Donc les dépenses sociales ! réfléchissez avec ce qui vous sert de cervelle.

                    • Je mettrai l’Allemagne de côté, je ne la considère pas comme un Etat parasite (encore que cela peut se discuter). Concernant la Belgique c’est plus ambigüe étant donné sa différence d’imposition entre revenus du capital et du travail (pour faire simple, mais je ne pense pas que Michel C connaisse beaucoup de choses sur le sujet). La Suisse c’est là aussi ambigüe car ce n’est pas un paradis fiscal véritable, c’en est un en partie mais pas seulement. Par contre, le Luxembourg, là comme Etat parasite c’est un cas d’école. Mais le clown nommé Michel est trop clown pour le savoir.

                    • c’est sur si tout le monde copie la France ça va roxer!!

                    • axopl: « Il n’est pas difficile d’avoir un chômage bas quand on compte sur les frontaliers, on exporte le chômage chez les autres….. »

                      250’000 places de travail en moins pour les suisses c’est ça qui aurait réduit leur chômage !????
                      axopl a trouvé la recette du plein emploi en France: engager 5 millions de polonais et hop, plus de chômage !

                      La barre de rire ! :mrgreen: Vous êtes le roi des abrutis ou alcoolique au choix.

                    • Soyez un peu sérieux mon cher,

                      Soyez le aussi un peu, quand vous le serez, on le sera aussi :mrgreen:
                      A quoi pensent les douaniers à la frontière franco-suisse ❓
                      A trouver de l’herbe dans les coffres de voitures ❓
                      Pourquoi n’y-a-t-il jamais de chien coté français, alors que coté suisse, c’est fréquent ❓

                      Indice : qu’est-ce qui n’a pas d’odeur ❓

                      Des douaniers, c’est l’équivalent du barbelé : rien ne passe ou presque. Les 2 vont bien ensemble et se complètent à merveille.

                • ce qui lui permet là aussi de faire preuve d’un certain parasitisme notamment en matière de chômage

                  Ceci avec l’accord des socialistes français au pouvoir. Critiquez donc l’inaction du gouvernement gouvernemaman ❗

                  • Ben oui le clown, quand tu fais payer le chômage de tes travailleurs aux autres pays, moi j’appelle cela du parasitisme. Relis Rothbard.

                    • Ben oui le clown

                      Des insultes, rien d’autre à attendre. Le reste n’est que prétexte.

                      Renégociez les traités, la bande de branleurs à la grande gueule au pouvoir. Agissez et arrêtez de brailler.
                      Brailler ❓ Vous ne savez RIEN faire d’autre :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

                    • Et j’oubliais le plus important : après super-menteur, nous avons MEGA-menteur ❗

                      CocoricoN

                • La fRance vit elle même au crochet des autres en empruntant pour son fonctionnement public donc :

                  D’autre part,, la Suisse est tout de même un peu parasite (puisqu’un peu paradis fiscal donc vivant aux crochets des autres).

                  n’est qu’un agréable prétexte ❗

                  • La Suisse est parasite car comme tout paradis fiscal (bien que la Suisse n’est pas le Luxembourg), elle profite de richesses produites dans d’autres pays. Rien à voir avec la France qui emprunte. Vous délirez, arrêtez la coke.

            • rien ne vous oblige a acheter le produit, ou meme a monter votre marque sans pub si vous ne trouvez pas de produits sans pub. Par contre, l’Etat vous interdit bien de lui faire concurrence, puisqu’il detient le monopole legal sur ses activites.

              • Et c’est bien là le problème. Rien ne m’oblige à acheter le produit mais si j’achète le produit je dois payer pour des services dont je ne veux pas. Le choix n’est donc pas symétrique : je n’ai pas le choix entre le produit ou pas le produit mais entre le produit et payer des services dont je ne veux pas ou pas de produit du tout. Cette dernière proposition logique n’est pas équivalente à la négation de l’autre alternative, il y a un biais.

                • oui le produit est un tout, il inclut la pub, pourquoi voudriez-vous que quelqu’un soit oblige de vous vendre un produit d’une maniere qui ne lui plait pas?

                  • désolé mais là vous dites n’importe quoi. le produit est le produit. Si j’achète une télévision, j’achète une télévision, je n’achète pas la pub qui va avec par contre je la paie que je le veuille ou non

                    • vous acheter ce que l’on vous vend un point c’est tout. Tous les vendeurs de tele font de la pub? Le produit « tele » sans pub vendu avec n’est donc pas a vendre…

                    • Merci d’enfin admettre que je n’ai pas le choix. Je n’ai pas le choix de payer pour un service dont je ne bénéficie pas (la pub du produit). Alors que dans le cas d’un Etat, je suis obligé de payer pour un service dont je profite.

                    • Changez de fournisseur ❗

                    • fournisseur de quoi ? Désolé je ne prends pas les mêmes substances que vous, je préfère avoir l’esprit clair….. Michel Comique

                    • Ah, vous sniffez les TV vous ❓ Sous forme de poudre blanche, visiblement :mrgreen:
                      Vu les propos déplacés que vous tenez, c’est la seule conclusion qui s’impose :mrgreen:

                • « mais si j’achète le produit  »

                  Vous avez donc le choix et vous ne passez pas au tribunal pour « non achat de télé » CQFD.

                  • Si j’achète le produit je suis obligé de payer la pub dont je ne bénéficie pas et dont je ne veux pas. Je suis donc obligé de payer pour un service dont je ne veux pas nécessairement et donc je ne profite pas. Alors que dans le cas d’un Etat je suis obligé de payer pour un service dont je profite. CQFD !

                    • Changez de fournisseur :mrgreen:

                    • Ça veut dire quoi « bénéficier de la pub » ?

                    • axopl, côté mauvaise foi, vous êtes le champion toute catégorie. « si j’achète le produit je suis obligé de payer la pub ». Et si vous sautez d’une falaise, vous êtes obligé de tomber. Déposez vite une plainte contre la gravité ! En étant gentil, l’Etat fait de la vente forcée, sachant qu’en plus, la plupart des « services » proposés ne sont pas demandés, sont extrêmement coûteux, souvent pas ou très mal rendus. Sans compter que beaucoup de fonctionnaires ne rendent strictement aucun service, et sont de simples parasites.

                    • Ben bénéficier de la pub, c’est gagner du pognon en faisant des dessins, des clips, complètement imbéciles. Mais croyez-moi cela gagne bien….

                    • Qu’est-ce donc sinon de la vente forcée le fait que je paie de la pub lorsque j’achète un produit. Si j’achète une télé j’achète une télé, rien à foutre de la pub, je paie ceux qui l’ont fabriquée et ceux qui me la distribue, le reste pourquoi je les paierais ? C’est de la vente forcée de pub ! ce n’est pas de la mauvaise foi c’est de la logique, vous y êtes sans doute allergique.

                    • axopl: « Alors que dans le cas d’un Etat je suis obligé de payer pour un service dont je profite. »

                      « l’ Association pour le logement du personnel des administrations financières » 23,25 millions d’euros
                      « Éducation plein air finances (pour les fonctionnaires de bercy) » 23 millions
                      « Association pour la gestion des tickets restaurant des administrations financières » 20 millions
                      « Levallois Sporting Club » 6 millions..

                      Vous en « profitez » pleinement c’est sur !

                      « Presque 60 milliards d’euros. Des joueurs de boules de Dunkerque à Médecins sans frontières, en passant par les anciens du lycée Charlemagne, à Paris, 1,1 million d’associations françaises brassent, ensemble, près de 3 % du PIB, soit une somme quasi équivalente au produit de l’impôt sur le revenu. Tel est le bilan qui ressort de l’étude menée par Viviane Tchernonog, chercheuse au CNRS. »
                      http://www.observatoiredesgaspillages.com/2009/05/associations-les-subventions-les-plus-delirantes/

        • Merci pour votre reponse, qui me confirme que vous etes bel et bien fache avec la logique:

          1. Vous confondez epargne et credit. L’humanite peut epargner pour investir, elle peut consommer ce qu’elle a epargne par le passe, mais ne peut pas se faire credit a elle meme. Les individus peuvent se faire credit les uns aux autres. Mais on ne peut pas se faire credit a soit meme, l’humanite ne peut donc obtenir de credit, seuls les extraterrestres pourraient nous faire credit.

          2. Quelle VA? Il n’y a pas de prix librement consenti, il n’y a que des couts imposes, revisez vos cours de comptabilite et d’economie. La VA depend de la rencontre libre entre offre et demande. Si vous produisez des voitures sans roues, vous n’en vendrez pas, et votre VA sera nulle. Sauf si vous etes l’Etat, vous obligerez chaque personne a acheter une voiture sans roue a un prix X, donc vous deduirez des couts Y pour dire que votre VA est de X – Y. C’est fictif, une voiture sans roue n’a pas de valeur ajoutee si personnes n’en a l’utilite.

          3. Si le secteur prive produit 100, paie 50 en impots divers servant a payer des fonctionnaires A, qui seront imposes a hauteur de 25 pour payer d’autres fonctionnaires B, la realite est que le prive aura cree 100, les fonctionnaires A auront ete payes 25 et les fonctionnaires B 25. L’impot des fonctionnaires est une fiction, l’Etat leurs donne 50 pour leur travail, tout en leur reprenant 25 pour ce meme travail. On en revient au point 1, seule la valeur ajoutee peut etre impose, il faut d’abord cree une richesse pour pouvoir l’imposer. Votre analogie est fallacieuse, les consommateurs, s’ils sont payes par les producteurs, c’est bien qu’ils sont egalement producteurs, sinon pourquoi les producteurs les paieraient-ils?

          4. Je trouverai effectivement anormal que le boulanger me force a lui donner 1 euro par jour, et me dise ensuite que ce n’est pas du vol car si je veux il me donnera un croissant. Le consentement, c’est ce qui differencie l’echange de la spoliation.

          • 1. Bien entendu que l’Humanité peut se faire crédit à elle-même, cela s’appelle la création monétaire, à la base de la croissance capitaliste. Cela paraît au non initié « miraculeux », c’est certain mais c’est ainsi que nos sociétés fonctionne.
            2. La VA n’a rien à voir avec le « prix librement consenti ». On pourrait d’ailleurs parler de ce prix « librement consenti ». j’ai l’impression que vous êtes un adepte du consentement par l’action de Mises (si je paie le commerçant c’est que je suis consentant), mais ce raisonnement s’applique également à l’impôt…. Si vous le payiez c’est que vous êtes consentant, je ne sais pas qui est fâché avec la logique entre nous deux….. La VA mesure simplement la valeur apportée par le travail des individus quels qu’ils soient. Elle se mesure en ôtant du prix final, le coût des consommations intermédiaires (en gros, après on peut distinguer VA brute et nette, mais passons). Une voiture sans roue a une utilité pour celui qui dispose des roues qu’il mettra dessus, mauvais exemple. Je passerai rapidement sur le prix formé par « la rencontre entre offre et demande » fadaise encore enseignée mais démontée depuis longtemps (courbe de demande pas nécessairement décroissante, existence de multiples équilibres, non stabilité des équilibres, homogénéité des agents économiques, non-croissance du coût marginal de production, etc)
            3. « Si le secteur prive produit 100, paie 50 en impots divers servant a payer des fonctionnaires A, qui seront imposes a hauteur de 25 pour payer d’autres fonctionnaires B, la realite est que le prive aura cree 100, les fonctionnaires A auront ete payes 25 et les fonctionnaires B 25 » je suis certain maintenant que vous n’êtes pas logique. Vous admettez vous-même que les fonctionnaires paient des impôts dans cette phrase. « les consommateurs, s’ils sont payes par les producteurs, c’est bien qu’ils sont egalement producteurs, sinon pourquoi les producteurs les paieraient-ils? » Changer « consommateurs » en « fonctionnaires » et vous comprendrez enfin !
            4. Donc étant donné que vous bénéficiez des services publics, vous devez trouver normal de payer pour cela. Nous sommes bien d’accord.

            • 1. La creation monetaire, c’est une force inflationiste qui transfere une richesse de ceux qui ont de l’epargne vers ceux qui ont des dettes, ce n’est pas une augmentation de richesse, ce n’est pas un capital supplementaire mais une dilution du moyen de mesure du capital existant.

              2. Je ne paie pas l’impot par consentement, je le paie par menace d’emprisonnement, ayant pour seule autre solution l’expatriation, c’est a dire quitter famille et amis.

              le prix final s’il est paye par l’impot, c’est a dire la contrainte et la menace d’emprisonnement, n’est pas un prix, mais un tarif. Il ne permet pas de mesurer une quelconque valeure ajoutee.

              Si vous ne comprenez pas que par voiture sans roue j’entend une voiture qui ne pourra jamais rouler, bref une metaphore pour un service inutile, c’est que vous etes de mauvaise foi.

              …demontee depuis longtemps…: vos exemples n’ont aucun rapport avec le fait que pour qu’il y ait un prix, il faut un acheteur et un vendeur qui se mettent d’accord dessus.

              3. Non je dis simplement que l’imposition des fonctionnaires est un jeu d’ecriture et ne correspond pas a une realite. Si vous me dites tiens je te donne 100 et je te prends 50 simulatnement, pour moi je n’ai pas paye 50 d’impot, j’ai juste recu 50 de revenus. Dans le prive par contre je recois 100 de revenus, et je me fais ensuite confisquer 50 par l’Etat pour des services que je n’ai pas demande.

              Changer « consommateurs » en « fonctionnaires » et vous comprendrez enfin !
              OK
              « les fonctionnaires, s’ils sont payes par les producteurs, c’est bien qu’ils sont egalement producteurs, sinon pourquoi les producteurs les paieraient-ils? »

              les fonctionnaires ne sont pas payes par les producteurs mais par l’Etat, qui force les producteurs a le financer sous la menace de l’expropriation, de l’emprisonnement ou de l’exil. Rendez l’impot optionnel et vous verrez le reel consentement a l’impot.

              Pourquoi l’Etat les paient-ils? pour acheter des voix, les leurs, celles de leur familles, et de ceux qui profitent de leurs faveurs.

              4. Non je trouve normal de payer pour ce que je choisis de consommer, par pour se qu’on m’oblige a soit disant beneficier. Si le boulanger depose chaque matin un croissant devant ma porte sans que je ne lui aie demande, il n’a pas interet a me reclamer un paiement le soir.

              • 1. La création monétaire n’est pas nécessairement inflationniste. CF. l’étude empirique de l’économiste d’entre-deux guerres zftalion dans Monnaie, prix, change. C’est un mirage de la théorie quantitativiste. Vous ne pouvez avoir accumulation et donc capitalisme sans création monétaire, Marx, keynes, Schumpeter, Minsky l’ont tous compris et montré.
                2. C’est comme tout le monde. Je paie mon boulanger parce que je sais que si je ne paie pas j’aurai des problèmes. Tout prix est payé par la contrainte, si vous ne payez pas le producteur fera appel à la police et la justice. Désolé mais quand je vais dans ma supérette, je ne négocie pas le prix avec le vendeur. La réalité ce n’est pas une négociation du prix et un accord dessus. La prix est proposé et vous payez ou vous ne payez pas. Si vous estimez que payer vaut consentement, la logique veut que ce soit la même chose pour l’impôt. Question d’honnêteté intellectuelle.
                3. Dans un système privé, vous avez 100 et le vendeur vous prend 100 pour les services que vous consommez, où est la différence ?
                4. Pourquoi rendre l’impôt optionnel alors que tous bénéficient des dépenses publiques financées par l’impôt ? Grotesque ! Rendez optionnel le fait de payer le boulanger dans ce cas !
                5. Le problème c’est que vous vivez dans une société où vous profitez « naturellement » des services publics fournis. Ce n’est même pas qu’on vous empêche d’avoir le choix, c’est que naturellement, intrinsèquement vous n’avez pas le choix. Vous naissez tel un Robinson qui arrive sur une île, dans une société organisée.

                • économiste d’entre-deux guerre Aftalion;

                  • Vous faites semblant de ne pas comprendre je vais donc m’arreter la:

                    La difference, c’est que l’etat je ne veux pas de son produit, vous comprenez, il faut vous le dire en quelle langue? Rien ne m’oblige a aller au supermarche, j’ai le choix de ne pas consommer ses produits. Pas l’Etat.

                    • Et la societe organisee n’est pas le fruit de l’Etat moderne qui capte 50% des richesses, mais de nos ancetres, qui payait moins d’impots.

                    • Ce que vous dites est assez drôle. C’est comme si vous me disiez je n’ai pas la possibilité de sauter par-dessus l’océan Atlantique, c’est ridicule. Vous naissez dans une société qui préexiste à vous, vous n’avez pas le choix de naître dans cette société ou non. C’est comme ça, c’est naturel. Et dans cette société, que vous le vouliez ou non, vous bénéficiez de services, il est donc normal que vous payiez.

                      Prenons l’exemple des croissants. Robinson échoue sur une île dans laquelle, tous les matins, le boulanger dépose un croissant chez les habitants. Ceux qui le mangent doivent le payer sinon ils le rapportent, c’est une tradition, une convention. Robinson devra se plier à cette convention, s’il mange le croissant, il devra le payer. Bien entendu, la première nuit, il lui sera sans doute accordé la bonne foi s’il mange le croissant sans payer. Mais ensuite, connaissant les règles, il devra payer, même s’il trouve anormal de payer pour le croissant qu’on dépose devant chez lui le matin

                    • L’Etat et la societe sont deux choses differentes. la societe me preexiste, pas l’Etat. L’Etat peut etre change a n’importe quel moment, on peut changer le systeme de taxation ainsi que le perimetre de l’Etat. Confondre l’Etat et la societe c’est du Mussolini: tout dans l’Etat, rien en dehors de l’Etat

                    • Exact l’Etat naît de la société (donc les règles, les lois, les conventions naissent de la société).Vous avez entièrement raison, comme Robinson sur l’île, vous pouvez convaincre les gens que ce n’est pas le bon système et le changer. Just do it !

                • 1.
                  C’est complétement faux.
                  2.
                  Vous êtes d’une totale mauvaise foi. Votre interlocuteur vous a démontré la différence entre l’état et le boulanger. Si votre boulanger passez chez vous tous les matin vous forcer à acheter ses croissants vous seriez dans la même situation que vous aujourd’hui avec les impôts: forcé de payer.
                  Vous louvoyer mais sur ce point vous êtes KO.
                  3.
                  Encore de la mauvaise foi ? Ou de la simple crédulité ?
                  Évidemment, stricto sensus vous avez raison. Mais vous avez raison car vous êtes tombé dans le panneau de l’état qui vous pose ce référentiel. Il vous fait croire qu’un fonctionnaire est payé 100 alors qu’en fait il est payé 50. Le coût réel d’un fonctionnaire n’est pas 100 mais bien 100-impôts.
                  Le seul truc est que l’état n’est pas une entité mais des entités qui se tirent les pattes. Cependant d’un point de vue macro et général, pour le citoyen c’est ça le résultat.
                  4.
                  Tous bénéficient des dépenses publique. Mais plus ou moins. Ce qui est inégalitaire. De plus vous ne bénéficiez pas de toutes. Par exemple: allez-vous à la bibliothèque, profitez-vous bien de toutes les « aides »?
                  Non et pourtant vous payez pour toutes… Mais à la fin je pense que ce système vous profite. Donc vous ne voulez pas y toucher.
                  5.
                  Naturellement ? Encore une fois vous avez trop bien suivis les cours d’éducation civiques….
                  ou pas…
                  En gros, vous lui dites: ferme ta gueule et marche tout droit, c’est comme ça et pas autrement et si t’est pas d’accord tu va en prendre plein dans les dents.

                  Ok, vous êtes bien un gros facho de communiste qui s’ignore….

                  • Votre exemple est débile. A peine modifié….
                    « Robinson échoue sur une île dans laquelle vous naissez esclave sexuel. Tout les matins, le village passe sur vous et votre famille, c’est une tradition, une convention. Robinson devra se plier à cette convention. Bien entendu, la première nuit, il lui sera sans doute accordé la bonne foi. Mais ensuite, connaissant les règles, il devra forniquer, même s’il trouve cela anormal. »

                    Cet exemple a existé et existe encore de nos jour.

                  • 1. Relisez les auteurs dont je vous parle. Pour faire simple vous m’expliquerez comme le profit global peut augmenter avec la même quantité de monnaie.
                    2. Faux si Robinson arrive sur une île où il faut payer pour le croissant devant le porte (c’est la loi, la convention, la tradition), il devra payer, ce sera normal.
                    3. Désolé mais un fonctionnaire paie des impôts, prouvez le contraire, j’attends. Vos raisonnements absurdes conduisent à dire qu’un consommateur ne paie rien, ce n’est pas ma faute, c’est votre raisonnement appliqué au privé. Prenons un exemple car vous semblez un peu lent. Je suis payez 100 par le secteur privé, je paie 100 pour ma consommation au secteur privé, donc je n’ai rien payé au secteur privé. C’est exactement ce que vous dites. C’est débile, nous sommes d’accord.
                    4. Vous payez d’abord pour des services dont vous bénéficiez quoi qu’il arrive directement (police, justice, santé). Ensuite, vous payez également pour des services dont vous ne bénéficiez pas directement mais indirectement (vous n’avez pas d’enfants vous payez pour l’EN, mais vous bénéficiez de la formation de ces élèves par exemple pour vous soigner), et il existe des services dont vous ne bénéficiez pas (par exemple les aides sociales). C’est ce dernier cas qu’il faut analyser d’après vos propos. Vous n’en bénéficiez pas actuellement mais rien ne dit que vous n’en bénéficierez pas plus tard, en réalité, ce que vous payez c’est une assurance. Vous prétendez ne pas en avoir besoin actuellement (ce qui est facile), mais si vous êtes à la rue comme un mendiant vous supplierez pour en bénéficier (c’est une image un peu rude du voile de Rawls).
                    5. En effet, naturellemtn vous naissez dans une société organisée avec un Etat (en tout cas en France) je ne vois pas ce qu’il y a de si terrible à dire cette vérité.

                    6. « Robinson échoue sur une île dans laquelle vous naissez esclave sexuel. Tout les matins, le village passe sur vous et votre famille, c’est une tradition, une convention. Robinson devra se plier à cette convention. Bien entendu, la première nuit, il lui sera sans doute accordé la bonne foi. Mais ensuite, connaissant les règles, il devra forniquer, même s’il trouve cela anormal. » Ben je suis navré mais si le village accepte cela, il est légitime que Robinson s’y plie, ou alors il s’en va. Cela vous choque et moi également, parce que nous vivons dans une société où cela est choquant. Comme tout bon libertarien, vous essayez de noyer la logique avec les bons sentiments. Laissez dégonfler votre tête, et prenez du recul.

                    • Pipoooo turluuute…. très cher vous dites que des conneries…. 😀

                      1 … no comment….

                      2 vous n’avez manifestement RIEN compris …

                      3 l’état sort 100 pour payer un foncsio et touche 50 de ce même type en impots. Combien coute le foncsio à l’état. niveau= CM1
                      No comment.

                      4 je paye pour des services qui peuvent me bénéficier ou me coûter…. la police vous protège mais peut vous mettre en prison. Votre lecture bénéfice-service public est « out ».

                      Soit un bénéfice est directe soit il n’est pas. Ce que vous appelez bénéfice indirecte est en fait directe.

                      Désolé, les aides sociales c’est pas ça…

                      5 si, c’est assez terrible.

                      « Laissez dégonfler votre tête, et prenez du recul. »

                      Allez, vous botter en touche après avoir dit une belle connerie avec votre robinsonnade…. bon vent….

                    • Je suis payez 100 par le secteur privé, je paie 100 pour ma consommation au secteur privé, donc je n’ai rien payé au secteur privé. C’est débile, nous sommes d’accord.

                      Si vous dites l’être, c’est déjà un début de bon sens. On progresse lentement, mais on progresse.

                • 1- Le contraire à été démontré à mainte reprise, la création monétaire EST inflationniste par nature. Si vous ne le voyez pas c’est juste que vous n’avez pas regarder partout.
                  2- et bien vous devriez! il est parfaitement possible de négocier les prix dans une supérette (je parle d’expérience pas en théorie. De plus tous les jour les clients de supermarché négocie sans même le savoir en n’achetant pas les produits qu’ils jugent trop cher et le directeur réagit en baissant les prix pour vendre sa camelote (expérience vécu également). Donc, contrairement à vos élucubration savantes, il y a bien tout les jour des arbitrage de prix entre les vendeurs et les acheteurs. ça s’appelle même l’économie de marché.
                  3. En ce qui concerne l’impôt il est parfaitement idiot de la comparé à l’achat d’un produit quelconque. Vous ne choisissez pas de payer vos impôts, ils sont IMPOSER (le terme dérive même de l’action car de tout temps l’impôt à été considéré comme un vole sous la menace par ceux qui devait le payer et c’est tout jours le cas aujourd’hui. personne ne vous force à acheter du pain, la contrainte au paiement ne survient que lorsque vous vous engagé VOLONTAIREMENT à un échange. C’est quand même incroyable de devoir expliquer ce genre de concept que des enfants de 5 ans comprennent naturellement…
                  4-Vous inverser tout. C’est parce que l’état à racketer des millions de citoyens qu’il peut ensuite distribuer ces jolie cadeaux empoisonnés et ainsi acheter ses électeurs. L’état c’est une mafia qui commence par voler par la force avant de distribuer le fruit de ses rapines pour se faire bien voir et créer un semblant de respectabilité. C’est vous qui êtes grotesque, évidemment que l’achat de pain est parfaitement optionnel et donc son paiement également, vous le faite exprès ou quoi de nous prendre pour des boufons?
                  5 le problème c’est que nous vivons dans une société ou les bandits de grand chemin porte des costumes à la mode et se font appeler ministre ou président. et cela dure depuis si longtemps que tout le monde trouve cela normal. Nous vivons dans une espèce de sicile idéalisé (par les mafiosi) ou tout à été mis en coupe réglé par une petite minorité de profiteurs très habile à monter les gens les uns contre les autres, les riches contre les pauvres, les travailleurs contre les chômeurs, les femmes contre les hommes et ainsi de suite. Il faut casse ce système inique et rendre au gens la dignité de décider par eux même ce qu’ils souhaite faire de leur vies. ce qu’il faut c’est redonner au français le liberté d’être autre chose que ce qu’ils sont devenu : des animaux d’élevage.

            • « 1. Bien entendu que l’Humanité peut se faire crédit à elle-même, cela s’appelle la création monétaire, à la base de la croissance capitaliste. »

              Imprimer des billets pour créer de la richesse. Dès la 6eme les enfants cessent d’y croire en principe.

              • Vous confondez condition nécessaire et condition suffisante (en quelle classe apprend-on la distinction ?). la création monétaire est nécessaire à la croissance capitaliste, ce n’est pas suffisant. D’autre part la création monétaire n’est pas du seul fait des banques centrales.

                • C’est tout simplement faux, la révolution industriel s’est fait sur la base de l’étalon or sans aucune création monétaire.

            • 4. Donc vous êtes pour le gaspillage de ressources. Le croissant, je le prend puisque forcé.
              Mais je le laisse rancir pour le donner aux bêtes. Si donner du lard aux cochons n’est pas du gaspillage … :mrgreen:

              • si vous échouez sur une île où ce qui est admis est : tu paies pour le croissant devant ta porte, vous n’aurez pas le choix. Vous pouvez trouver cela moche, mais vous devrez l’accepter sauf à retourner dans l’océan. C’est moche mais c’est la nature.

                • Le problème est les rats ont débarqués en même temps que les naufragés, et ils font un festin chaque matin.
                  Du coup la paperasse menace d’envahir l’île, car il faut tracer toutes les réceptions.

                  Au fond, il vaut mieux choisir une autre île moins dingue et avec un zeste de bon sens :mrgreen:

                • Oui, oui , dans certain pays on « admit » que se débarrasser en masse de certains individus était parfaitement normal. c’est dans ces circonstances là qu’on fait la différence entre ceux qui ne ne connaissent plus que la reptation et ceux qui ont encore une colonne vertébral et un cerveau au bout.

                  • Nous avons affaire à un socialo pur jus… 100% ferme ta gueule je suis la lumière du peuple. 100% le socialisme est naturel en france c’est comme ça circulez y a rien a voir etc…

                • Puisque votre raisonnement fait plouf, essayez avec de la brioche, cela ira peut-être mieux :mrgreen:

        • 1. Et qui prête si tout le monde emprunte ❓

          • Ne me dites pas que vous croyez qu’une banque prête juste ce qu’elle a en dépôt. Vous n’êtes quand même pas aussi puéril !

            • C’est vous qui êtes un sacré gamin 🙁

              Si tout le monde emprunte et qu’il n’y a pas assez de prêteurs ❓

              Votre belle théorie tombe à l’eau ❗ Que reste-t-il ❓ Paf ❗

    • « On peut dépenser davantage que ce que l’on gagne, c’est ce qu’on appelle le crédit, »

      A condition que le crédit soit destiné à un investissement productif.

      • Quel que soit la destination, c’est un fait : on peut dépenser davantage que ce que l’on gagne.

        • dans un système fermé, si vous dépensez 10% de plus que ce que vous gagnez parce que vous imprimez des billets, alors la valeur de chacun de vos billets aura décru d’autant.

          Donc vous n’aurez PAS dépensé plus que vous n’avez gagné. Quand bien même vous avez gagné 100 euros et dépensé 110 euros. Vous avez gagné 100 euros d’avant inflation de la masse monétaire, vous avez dépensé 110 euros d’après inflation. La valeur est la même.

          • Ça c’est la théorie monétariste complètement fausse reposant sur des postulats absurdes : existence de l’équilibre, stabilité de l’équilibre, homogénéité des agents. Aftalion avait montré en étudiant plusieurs périodes historiques que la relation positive entre masse monétaire et prix chère aux monétaristes pouvait tout aussi bien être vérifiée que pas du tout.

          • Mais Jésus multipliait bien les petits pains. Alors pourquoi pas axopl ❓

        • Non, créer une monnaie virtuelle n’a jamais créée de la richesse, les produits correspondant. Vous confondez richesse et monnaie. La monnaie n’est qu’une unité de compte on a beau vous en prêter autant que vous voulez il faut qu’en regard de cette monnaie existe des produits correspondant. C’est le principale problème de notre époque on imagine qu’on peut « acheter » de la croissance en créant de la monnaie, c’est tout simplement idiot. C’est exactement l’inverse qui se produit, il faut d’abord augmenter les richesses produites pour ensuite, à partir de ces gains de productivité prêter des ressources non consommées (c’est le seul et unique prêt légitime et productif)

          • Je ne confonds nullement richesse et monnaie. Dois-je vous expliquer la différence entre condition nécessaire et suffisante ? Créer de la monnaie permet à des entrepreneur d’acheter des biens, des machines qui vont produire des richesses. Créer de la monnaie permet à des consommateurs d’acheter des biens qu’ils n’auraient pu acheter (c’est ce qu’on appelle le crédit), de changer leur consommation (car il est complètement idiot de croire que la consommation est la même quel que soit le revenu monétaire )

            • Il est nullement nécessaire ce créer de la monnaie pour faire ce que vous dite. Tout cela se faisait avec de la monnaie or avec laquelle il est particulièrement difficile de faire de la création monétaire. Les gouvernants de l’époque, aussi filous que ceux d’aujourd’hui y parvenait de manière limité et difficilement avec les même conséquences désastreuses. Nos escrocs au pouvoir profitent donc des nouvelles technologies pour aller encore plus loin et on créés les banques centrale et la monnaie fiduciaire pour que, pour eux et leur amis, se soit tout les jours la fête su slip. Mais même si on peut jouer avec la gravité un certain temps mais au final on finit toujours par revenir au sol de lanière plus ou moins…violente…

    • « 1. On peut dépenser davantage que ce que l’on gagne, c’est ce qu’on appelle le crédit, à la base de la croissance capitaliste comme l’ont démontré Marx, Keynes, Schumpeter , Minsky. »
      Le crédit, il faut le rembourser, donc la finalité est la même, on ne dépense pas plus que ce que l’on gagne, après c’est juste une notion de temporalité.

      • Sauf que justement certains crédits ne sont jamais remboursés ! S’en sortir en disant simplement « tôt ou tard », le crédit sera remboursé n’est pas très sérieux. Keynes vous répondrait : tôt ou tard vous serez mort, dire cela n’apporte rien et ne permet nullement de comprendre le fonctionnement de l’économie réelle.

        • axop: « certains crédits ne sont jamais remboursés »

          En argent, c’est certain…
          Mais Il existe pleins de choses à perdre en échange d’un non paiement. Une bonne réputation qui fait les bons taux, la perte de l’accès au marché des capitaux etc. etc.

        • Si vous ne remboursez pas votre credit, vous perdez votre credit au yeux de vos crediteurs, qui ne vous feront plus credit par la suite.

          • Pas nécessairement, et heureusement ! Sinon quelqu’un qui fait faillite ne pourrait plus jamais créer une entreprise. Il est vrai qu’en France c’est le cas, mais dans des pays comme les USA ou le Canada, c’est autre chose.

        • Sauf que justement certains crédits ne sont jamais remboursés !

          Exact : les emprunts grecs, ne le seront qu’aux calendes … grecques ❗
          Les cons qui ont prêté l’ont bien profond :mrgreen:

        • axopl, l’économie réelle est elle une économie idéale et qui fonctionne bien ? Et qu’est ce que vous considérez comme réel ? Ce que je gagne et dépense au jours le jour, ça c’est réel, ce que l’état fait de l’argent que je lui donne ça me parait au contraire très abstrait !

          • Bof, laissez de côté le terme réel, si cela vous pose problème. Je reformule : « Sauf que justement certains crédits ne sont jamais remboursés ! S’en sortir en disant simplement « tôt ou tard », le crédit sera remboursé n’est pas très sérieux. Keynes vous répondrait : tôt ou tard vous serez mort, dire cela n’apporte rien et ne permet nullement de comprendre le fonctionnement de l’économie. »

            • « tôt ou tard vous serez mort »

              Tôt ou tard vous rembourserez. Vous me dites que ça n’apporte rien mais c’est complètement faux; vous oubliez certainement que rembourser un crédit implique de payer des intérêts. A la rigueur nous pouvons être d’accord sur le fait de ne jamais rembourser le capital mais les intérêts sont quoi qu’il arrive payé chaque année. Savez vous combien cela nous coûte chaque année cette rigolade ?

        • Les crédits sont toujours remboursés, si ce n’est pas par l’emprunteur c’est par un autre.

    • Non on ne peut pas dépenser plus que ce que l’on gagne. Le crédit n’est qu’une dépense différéée à laquelle ont met en regard des gains équivalent ou supérieur futur. mais ce crédit doit s’appuyer sur des gains passés qui n’ont pas été dépensés par leur acquéreurs donc, au plan globale, on ne dépense jamais plus que ce que l’on gagne. Maintenant il existe le crédit issu de la création monétaire qui est tout simplement de la fausse monnaie officielle. Et là il y a bien des gagnant et des perdants, les gagnants sont ceux qui dispose de cette argent fraichement créé et les perdant ceux qui devront épongé cette « monnaie » en perdant du pouvoir d’achat à travers l’inflation. Et ne me dite pas qu’il n’y a pas d’inflation. Les prix devraient baissés et le simple fait qu’il soit stables ou légèrement en augmentations (sans même parler de la bourse ou de l’immobilier) démontre qu’il y a bel et bien de l’inflation artificiellement créée.

      • Le crédit est toujours issu de la création monétaire. Seuls les gogos croient à autre chose. Lorsque vous mettez 100 euros en banque, la banque ne prêtera pas 100 euros mais 200, 300, 500, cela dépend de plusieurs facteurs (durée de dépôt, place dans le circuit économique (si ce que vous dépensez va retourne dans sa banque pas de problème, lois (cf Bâle). Mais l’inflation n’est pas une mauvaise chose. En fait , ¨Phillips et Lucas (malgré lui) ont tous deux observé empiriquement une relation négative entre inflation et chômage (traduction l’inflation et le chômage évoluent en sens inverse).

        • Alors qu’entent on pour noyé l’Europe de tombereau de beau billet de 500 € et faire massivement de l’inflation pour régler tout nos problème…Et puis c’est vrai que la république de weimar est l’exemple éclatant du peps que l’inflation peut donner à un économie!!

  • Quand on obligera l’Etat à appliquer ces deux articles des droits de l’homme, on aura fait un grand pas.
    ART. 13. — Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.
    ART. 14. — Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

    L’impôt doit être proportionnel au gain, ne servir qu’à la force public et à l’administration, et être consenti. Donc pas de piscines, pas de subventions, pas de tendance du peuple à l’éviter, ce qui démontrerait qu’il n’est pas consenti.

    • Ces articles sont beaucoup trop vagues et sujet aux interprétations de mauvaises fois de nos politocards et autre fonctionnaires. Il faut être plus précis.
      – ART. 13. — Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable; elle doit être fixée à un égale pourcentage des revenue de chacun des citoyen.
      – ART. 14 — En aucun cas l’état ou aucune administrations locale ne pourra avoir recourt à la dette pour se financer. Toutes nouvelles dépenses devra correspondre à une augmentation des revenues disponibles.

      L’article 14 devient évidemment caduc…

  • C’ est un billet intéressant et instructif 2 objections
    3em paragr : c’ est ça la démocrassie ( elle pue on a failli avoir un sacré roi de la république à l’elysée
    1er ______: l’Etat n’ a rien il ne produit aucune richesse  »
    la douane c’ est bien une administration de l’ Etat ?
    un exemple : du fil de cuivre contrefait qui contient un autre métal (fer) l’ interception de ce produit et sa destruction en fonderie c’ est une création de richesse vu qu’ avec ce fil frelaté il y a des pertes d’ énergie au compteur sa résistance ( résistivité) étant + élevée de plus il s’ échauffera

    • noe: « c’ est une création de richesse vu qu’ avec ce fil frelaté il y a des pertes d’ énergie au compteur »

      En poussant à cet extrême un fonctionnaire qui trouve un euro sur le parking créé aussi de la richesse. 😉

      • Un pompier quand il limite la destruction de richesse il peut être considéré comme créateur de richesse. Idem pour de nombreux services comme la Police-gendarmerie, les services de santé etc.

      • Pour etre + explicatif : la facture sera + élevée sur 1 jour c’ est dérisoire mais une installation électrique est faite pour durer au moins 20 à 30 ans
        par exemple 2 bouilloires identiques avec le meme volume d’ eau il faudra 60s pour obtenir 50 ° avec du vrai cu et un peu plus avec un alliage cu&fer donc + de consommation mais le risque + important est que sur une ligne fortement sollicitée il y aura un échauffement
        je sais que c’est discutable étant donné que les agents de l’ Etat sont rémunérés par les impots

    • n’importe quelle mesure de résistivité du dit fil permet de déterminer immédiatement la nature du fil en question. Nous n’avons pas besoin de douanier pour ce genre de bêtises, d’ailleurs nous n’avons besoin de douanier du tout, ce sont de grand destructeurs de richesses en créant moultes obstacles au commerce.

      • Si vous faites réaliser votre installat par un professionnel ce dernier n’ est nullement obligé de vérifier si les produits qu’ il installe sont contrefaits et ce n’ est pas non plus au client de vérifier il n’ en a pas forcément les aptitudes et l’ appareillage
        s’ il y a des réseaux criminels bien organisés il faut en face une veille qu’ elle soit privée ou publique

        • Il a les appareils de mesure, le pro. Si votre pro se fournit n’importe ou, il devrait vérifier.
          Parce que si vous mesurez 10 ohms, le problème est visible.

        • Quand vous sélectionné un professionnel vous essayé de vous renseigner un minimum pour ne pas faire appel à un charlot et puis il existe des garantis sur les travaux, des assurances contres les malfaçons et si les gens étaient un peut moins tenu par la main pour tout et rien ils auraient peut être un peu plus de plomb dans la cervelle…

          • Personnellement j’ ai démoli et rebati tout en pierres de pays une réalisation architecturale très rare de nos temps presque tout fait par moi meme ,reconstruit mon puits qui s’était effondré c’ est un petit boulot agréable ) y compris le coffret extér edf (pas le compteur c’ est leur privilège

    • Et la traçabilité, elle sert à quoi ❓

  • « Les fonctionnaires de l’Etat ne paient pas d’impots puisqu’ils sont payes par l’impot »

    mais s’ils ne payaient pas d’impots alors ils ne recevraient pas de salaire. mais comme ils recoivent un salaire c’est donc qu’ils versent des impots. Donc s’ils versent des impots c’est qu’ils s’auto-financent.

  • l etat francais est tout puissant ,trop puissant ,surtout quand les socialistes prennent le pouvoir ,c est la classe moyenne qui les a elus et qui en est victimme …les riches s en vo t la france s appaivrit chomage ect ,on taxe la classe moyenne qui s appauvrit ,donc recession chomage qui s agrave et ca co tinue .les suisse favorisent les riches qui font tourner le pays ..inutile de coarer les 2 pays .quand napoleon a occupé géeve ,environ 15ans,la ville a mis plus de50 anspour retrouver larosperité !!

    • « surtout quand les socialistes prennent le pouvoir » c’est quand la dernière fois que les socialistes n’ont pas été au pouvoir? Il doit rester très peut de gens assez vieux pour s’en souvenir…

  • @tous Tb article, qui a fait sortir de sa grotte immonde un beau spécimen de troll dont nous détenons la souche la plus vivace et virulente du monde . Mais malheureusement , on a de plus en plus de mal a les exporter , 3615 qui n en veut , peut être ? Une idée quelqu’un ? Un satellisage vers l’infini et l’au dela ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'Institut Coppet

[caption id="attachment_224997" align="aligncenter" width="318"] Frédéric Bastiat (image libre de droits)[/caption]

COMMERCE INTERNATIONAL — La différence des coûts de production dans l’échange international : « — Si l’on vous dit : Les terres de Crimée n’ont pas de valeur et ne paient pas de taxes. Répondez : Le profit est pour nous qui achetons du blé exempt de ces charges. — Si l’on vous dit : Les serfs de Pologne travaillent sans salaire. Répondez : Le malheur est pour eux et le profit pour no... Poursuivre la lecture

C’est désespérant de constater une fois de plus cette démagogie électorale de notre ex-futur président de la République. La France croule sous les dettes, l’inflation explose, le déficit se creuse et nos super politiques ne trouvent rien de mieux à proposer que de taper sur les entrepreneurs. Ces cochons de payeurs, pour peu qu’ils arrivent à faire des résultats, sont priés de les distribuer aux pauvres salariés-exploités-damnés de la Terre.

J’ai connu des périodes difficiles avec huissier devant la porte et vente forcée de ma maison. ... Poursuivre la lecture

Après avoir vu dans un premier article les causes de l’inflation législative, il conviendra de voir dans un second article les remèdes possibles contre le problème de la surproduction normative, caractéristique de l’inflation législative. Si le débat de la simplification du droit a été porté par le candidat Gaspard Koenig à l’élection présidentielle, force est de constater que ce thème a un peu disparu des débats, s’il y a déjà eu des débats pendant cette campagne.

 

Malgré cela, le problème du trop-plein législatif n’en de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles