Pénibilité au travail : quelle définition ?

Simplifier le calcul de pénibilité au travail, un cadeau pour les patrons ? Pas si simple que ça. Explications de Jacques Garello.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pénibilité au travail : quelle définition ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 février 2015
- A +

Par Jacques Garello.

Burdens by Josh james (CC BY 2.0)
Burdens by Josh james (CC BY 2.0)

 

La pénibilité du travail est entrée dans le droit social avec la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites (Titre IV : Pénibilité du parcours professionnel). L’âge de départ en retraite pouvait être désormais lié à la pénibilité du travail effectué pendant la vie active. Une fois le concept lancé, il s’est retrouvé au cœur du débat sur le pacte de responsabilité. En effet, le calcul de la pénibilité est une charge exorbitante, voire impossible, pour les employeurs, surtout dans les entreprises petites et moyennes qui ne disposent pas du personnel juridique et comptable nécessaire à gérer ce calcul. C’en est au point que les chiffres sur le nombre de salariés concernés sont variables suivant les enquêtes : on a estimé ce nombre à 58 % des salariés, d’autres à 10 millions.

Le Code du Travail (art. D4121-5) et les décrets d’application définissent la pénibilité à travers la référence à un grand nombre de risques : les risques de manutention liés au poids des charges qui varient suivant la hauteur de leur prise en charge, la façon de les soulever et de les porter (en particulier l’angle avec le corps) ; les risques de position (travailler debout, accroupi ou assis) et encore les risques liés au bruit, à la lumière, à la température et aux vibrations. On doit y ajouter tous les risques d’environnement, y compris psychologiques ! Le détail est pittoresque, mais il l’est moins pour l’entreprise qui doit tenir une fiche individuelle de pénibilité avec les incidences sur les retraites, le temps de travail, voire la rémunération.

Entre 2011 et 2013, le Medef n’a cessé de réclamer la réduction de ces critères et la simplification des fiches. Sans précisions nouvelles, il a demandé le report de la mesure de janvier 2015 à janvier 2016. Satisfaction lui a été apportée. Le gouvernement va régler la question au cours de l’année 2015 : encore un cadeau fait aux patrons ! En fait, la pénibilité est une contrainte bureaucratique de plus, une machine à tuer, et la productivité et l’emploi. Frédéric Bastiat parlait des « enrayeurs » à propos de ces gens qui n’ont d’autre occupation que d’empêcher les autres de travailler.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • ces socialos n ont jamais travaillé ,ce n est pas necessaire de faire un compte penibilite ,apres 40 ans de travail un employe usé peut etre repere par le medecine du travail ,et une commission le met en pré retraite ou en longue maladie …auant travaillé 40 ans penible ,je peux vous dire par experience qu apres 30ans de travail il n y a pas de fraudeurs ,et que la fatigue ne se dissimule pas ..arhrose ,scoliose ,rhumatisme ,mal au dos ,un medecin generaliste ,puis un specialiste voient tout de suite si le patient est simulateur ,mais a 55ans ,apres une carrierre penible pas de simulateur …!!!

  • En fait, c’est travailler qui est fatiguant… Ne pas oublier l’idéologie socialiste: le travail est une aliénation. Corollaire: il est toujours mieux de payer les gens à ne rien faire!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture
Bastiat
2
Sauvegarder cet article

Par Dan Sanchez.

 

Que faudrait-il pour que la liberté redevienne "une idée dont le temps est venu" ?

Ou, comme l'a dit Leonard Read, "De quoi la philosophie de la liberté a-t-elle le plus besoin ? ».

Sa réponse était : "de plusieurs milliers de penseurs créatifs, d'écrivains, de bavards, comme Frédéric Bastiat l'a été pour la philosophie de la liberté...".

Read estimait que dix mille pourraient faire l'affaire.

"Dix mille Bastiat ?" écrit-il, sachant que c'est un défi de taille. "Eh bien, diffic... Poursuivre la lecture

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l‘assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles