49-3 : le socialisme profané !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

49-3 : le socialisme profané !

Publié le 18 février 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

49_3 rené le honzec

En pleine période agitée qui voit des tombes profanées un peu partout, une dernière agression a glacé le sang de tous les Vrais Républicains : ils y sont allés non pas à coups de barre à mine ou de pioches, ces profanateurs, non, c’est au 49-3 qu’ils ont agressé la tombe du Socialisme (même Mitterrand n’a pas voulu y être enterré, ni Jaurès, c’est vous dire). Ainsi, renouant avec les pires heures de notre Histoire, quand les communistes traitaient de Gaulle de Hitler (authentique !) en une de L’Huma, quand Mitterrand, toujours lucide, dénonçait dans la Constitution de 1958 un « coup d’État permanent », Valls Manuel, Premier ministre, a obligé, par un putsch sanglant, ses propres troupes, pourtant dévouées jusqu’au sacrifice suprême, à plier et à battre en retraite en bon ordre, tels les grognards de l’Empereur, vers les toilettes de l’Assemblée pour y évacuer leurs humeurs et fluides corporels en rouspétant que ça ne se passera pas comme ça.

Seul un député PS a su prendre sur lui pour déclarer gravement à la presse subventionnée : « Le 49.3 est une brutalité, le 49.3 est un déni de démocratie, le 49.3 est une manière de freiner ou d’empêcher le débat ». Saluons ce brave.

Ce qui est hilarant, c’est qu’il s’agit du député Hollande, en 2006, contre De Villepin et son CPE. J’aime notre Président, il n’est jamais décevant, toujours la bonne petite blague. C’est que les socialistes, ça ne sait pas faire sérieux.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Par Laurent Sailly.

L’article 49, alinéa 3, de la Constitution française (dit 49-3) prévoit que lors du vote d’un projet ou d’une proposition de loi, le Premier ministre peut décider d’engager la responsabilité du gouvernement. Dans ce cas, le projet de loi est alors adopté sauf si une motion de censure est déposée par au moins un dixième des députés. En cas de rejet de la motion, le projet est considéré comme adopté ; dans l’hypothèse inverse, le texte est rejeté et le gouvernement renversé.

La fin du régime des partis et la parl... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles