Climat : repentez-vous, la fin est proche !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat : repentez-vous, la fin est proche !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 février 2015
- A +

Par Michel Gay1.

Fotos de la procesión del Rosario. FerminRF (CC BY-NC-ND 2.0)
Fotos de la procesión del Rosario. FerminRF (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Certains chercheurs ont compris que la peur était un moyen efficace pour obtenir des fonds de recherche, et notamment la peur d’une apocalypse déclenchée par des changements climatiques.
De nombreux gouvernements, dont le gouvernement français, reconnaissent officiellement que les gaz à effet de serre (GES) d’origine anthropique sont la cause d’un réchauffement climatique qui menace notre avenir. Sentant le vent venir, des physiciens, des chimistes, des biologistes sont sortis de la communauté scientifique pour arrimer, à tort ou à raison, leurs activités de recherche à cette question climatique. Un consensus a été établi pour exiger des subventions afin, bien sûr, d’aider à résoudre le problème climatique. La sincérité de tous ces chercheurs du climat qui crient haut et fort leur foi en un réchauffement climatique d’origine anthropique est parfois douteuse. Ils savent que pour obtenir des fonds il faut chanter à l’unisson le seul refrain officiel reconnu par un organisme de l’ONU, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). Un culte climatique, qui se greffe à merveille à la nouvelle religion verte, s’est donc développé. Il a été insidieusement propagé par les médias, et même par l’enseignement dans nos écoles.

La peur a déjà fait ses preuves dans le passé pour conserver les brebis à l’intérieur du troupeau (peur du purgatoire et surtout peur de ce châtiment ultime, l’enfer). Notre Église offrait en revanche à ses fidèles la possibilité de s’épargner quelques années de purgatoire en achetant des « indulgences ». Des cierges et des lampions pouvaient aussi être allumés à l’église pour demander une faveur, ou pour expier des fautes et des péchés.

Or, depuis quelques années, des chercheurs en biologie forestière d’une université québécoise ont imaginé une stratégie analogue et astucieuse pour faire entrer davantage d’argent dans leurs fonds de recherche. Ils proposent un programme appelé « carbone boréal » pour « compenser » vos émissions de gaz à effet de serre (GES) . Ils agitent le spectre de catastrophes climatiques pour vendre des « indulgences boréales »… Il s’agit de racheter (d’expier ?) vos « péchés carboniques » commis contre la nouvelle déesse Gaïa, la planète Terre. Les crédits carboniques que vous achèterez ainsi sont garantis… comme les indulgences d’autrefois l’étaient par le Vatican.

Pour ne pas oublier l’essentiel, l’introduction est suivie d’un « compensez ici », comme le tronc surmonté d’un petit ange-merci placé bien en vue à l’entrée de l’église pour y glisser « le denier du culte ».

On vous offrait jadis des indulgences partielles et plénières, on vous offre maintenant une compensation simplement selon votre « total », ou selon un « total préventif », pour le climat. La compensation est calculée en termes d’arbres à planter dans le laboratoire boréal des chercheurs. Ils absorberont les « GES » ou « l’empreinte carbone » des ouailles, à la manière dont les curés absorbaient nos péchés par des messes contre un petit don.

Après quelques « clics », vous sortez du confessionnal boréal absous et la conscience soulagée, ainsi, accessoirement, que votre portefeuille, mais vos péchés carboniques ont été rachetés…. pour une année. Car vous devrez refaire régulièrement vos « Pâques ». Ces chercheurs-confesseurs exploitent en effet habilement le principe des subventions récurrentes.

Ces biologistes friands de néologismes (biosphère, biodôme, biodiversité, écosystème, « puits » (sic) de carbone,…) devraient ajouter le terme de « rédemption carbonique » à leur lexique. Le « climatisme » serait-il devenu une religion ?

L’idée d’une catastrophe climatique semble aujourd’hui reposer sur une base scientifique controversée, et l’imbroglio des querelles d’experts apparait inextricable pour le commun des mortels. Des chercheurs utilisent donc des moyens non scientifiques pour susciter la générosité de leurs concitoyens, et ces abus pourraient aboutir à une perte de confiance dans la science et la technologie.

Jusqu’à quel point profitent-ils de la peur, et surtout de la culpabilité qu’ils ont contribué à déclencher chez leurs concitoyens, pour garnir leurs coffres ? Cette démarche qui se veut scientifique est-elle éthiquement acceptable ? On assiste là à une dérive déplorable d’une question scientifique vers une doctrine, voire même vers une religion.

La religion remplace parfois la science défaillante….
Repentez-vous, la fin est proche !

  1. Extraits adaptés de Reynald Duberger, sur le blog http://duberger.me/2010/03/01/lindulgence-boreale/
Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • Ils avaient tenté d’avoir un « film de loi » avec un pape tout désigné (Al Gore), mais le bide colossal de ce pauvre monsieur depuis quelques années les a tenu en échec.

    M’enfin, on va bien rigoler cette année à Paris.

  • Merci pour ce bel article !

    Pour ceux qui croient (encore…) aux discours totalitaires sur le réchauffement anthropique, allez lire ici :

    http://www.pensee-unique.fr

  • « Certains chercheurs ont compris que la peur était un moyen efficace pour obtenir des fonds de recherche, et notamment la peur d’une apocalypse déclenchée par des changements climatiques. »

    • Sir John Houghton, premier président du GIEC :
    « Si on n’annonce pas de désastre, personne n’écoutera. »

    • Stephen Schneider (climatologue, GIEC)
    « Nous avons besoin d’une base d’appui importante, et de capturer l’imagination du public. Bien sûr, cela inclut la couverture médiatique. Nous devons donc offrir des scénarios catastrophe, affirmer des choses simplifiées et dramatiques, et faire peu mention des doutes que nous pourrions avoir. Cet « engagement à double morale » dans lequel nous nous trouvons souvent ne peut pas être résolue par une simple formule. Chacun d’entre nous doit décider de la balance précise entre l’efficacité et l’honnêteté. »

    • les collectivités également. L’espace vert ou la nature dans la ville. Quelle bêtise quant on sait que des grandes rues ont été mise en sens unique avec des trottoirs élargis où personne peut se garer pour déposer un handicape. C’est plus l’utilisation de l’espace qui est à considérer. Existe t’il un indice de verdure en zone urbaine ?

    • Quelques autres citations puisées dans le site pensee-unique.fr:
      Les écologistes sont mus par une véritable stratégie bien loin de la Science. De l’ancienne ministre de l’environnement Canadien Christine Stewart à laquelle on expliquait que les données climatiques avaient été falsifiées et détournées et que rien n’était prouvé :
      « Peu importe que la science soit complètement bidon, il y a des bénéfices collatéraux pour l’environnement… Le changement climatique nous donne la meilleure chance d’apporter la justice et l’égalité dans le monde. C’est un excellent moyen pour redistribuer les richesses  »
      Emma Brindal, responsable de l’organisation les « Amis de la Terre ». A Bali, en décembre 2007,
      « La redistribution des richesses et des ressources doit être au coeur de la réponse au changement climatique ».
      De Maurice Strong, qui a mis sur pied et dirigé la mise en place des protocoles de Rio de Janeiro et de Kyoto : « Il est possible que nous en arrivions au point où, pour sauver le monde, la solution sera l’effondrement de la civilisation industrielle ».
      Mais cela ne s’arrête pas là : Il y a en ce moment même (revue Science d’avril 2007, page 540) des efforts menés par des évangélistes américains pour (traduit en français)  » instaurer la question du changement climatique comme une forme de morale religieuse »…
      C’est encore pire que la pensée unique !

  • Climatoseptique de la première heure j’ai apprécié cet article.
    Ras le bol de l’intoxication collective des cervelles par des médias aux ordres
    Ras le bol de ces « scientifiques » et autres « experts » dont la cervelle a cessé de fonctionner
    Ras le bol de tous ces politiques à la science infuse dotés de l’infaillibilité

    Ras le bol d’emboiter le pas systématiquement aux délires des génies américains ….

    • La question est si au delà des questions climatiques, environnementales ou sociétales on ne crée pas purement et simplement une génération d’idiots ?

      Mais on crée cette génération d’idiots essentiellement dans les pays riches. Le Monde et l’humanité n’ont que faire d’une nation ou d’une civilisation en particulier – et de ceux qui scient la branche sur laquelle ils sont assis. Dans un siècle, la langue universelle sera probablement le Mandarin. Heureusement, le délai me dispense d’en entreprendre l’étude.

  • bonjour , s’ils avaient raison ces braves gens ,notamment sur la montée des eaux , moi ça m’intéresse ! Eu égard au prix faramineux des places dans les ports de plaisance ,si la mer voulait bien remonter jusqu’à Angers ….Comment ? pleins gens seraient noyés du côté de Nantes , tans pis ,de toute façon ils trafiquaient le Muscadet et le Gros Plant …..

  • le plus étonnant est que en France, pays laïc , le gouvernement fait l’apologie de cette religion et même va introduire son catéchisme officiellement à l’école…les sceptiques ne font pas tarder à être chassés en dehors des villes et villages si ils échappent au bucher !

    • Vous commencez à comprendre !
      La laïcité a subi un retournement orwellien et notre régime n’emploie le terme « laïcité » que pour faire l’exact contraire de ce qu’il signifie.

      Le réchauffisme n’est pas une religion, mais seulement une des idoles grimaçantes de la religion socialiste (les autres ne sont pas moins connues ici: la justice sociale, la retraite par répartition…)
      http://lumiere101.com/tag/socialisme

      Le socialisme n’est pas une religion parce qu’il est absurde, mais parce qu’il revendique l’autorité sur le domaine qu’en Occident on réservait à la religion chrétienne, qui se veut distincte de l’État.
      La religion chrétienne n’est pas absurde et ne se mêle pas de la nature. Elle est dualiste, c’est-à-dire qu’elle est laïque, c’est-à-dire qu’elle se limite elle-même, ce qui a pour effet de limiter l’État.
      Comme la religion musulmane, la religion socialiste est moniste et non dualiste. Il n’y a qu’une seule autorité souveraine dans tous les domaines.
      Le socialisme n’invoque la laïcité que pour évincer les Églises (il essaie aussi contre l’islam sans sembler comprendre à quel point c’est vain…), mais jamais pour se limiter lui-même.

  • L’inquisition frappe aussi dans notre pays, qui fut celui du siècle des Lumières, mais qui l’a oublié. Je suis interdit de publication sur le site de l’Express, pour avoir osé dire, infâmie suprême, qu’il n’y a plus de RC depuis 18 ans. Je viens de subir la même peine sur le site L’Obs-Rue 89, pour avoir donné de bonnes informations aux internautes. Le plus comique est que, pour justfier son anathème, ce site s’est référé à un de mes anciens commentaires datant de mai 1994, et qui était passé comme une lettre à la poste. Je vous mets les commentaires sources de mon excommunication:

    Rue 89 Nouvel Obs, 7 février 2015
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/06/meilleur-outil-contre-dereglement-climatique-est-257551

    A) Dérèglement climatique? Cela voudrait dire qu’il y aurait un « bon » climat de référence, qui aurait perdu la boule? Ridicule. Le climat est changeant par nature, et, au cours des siècles passés, il a été beaucoup plus rude que de nos jours. Voyez, page 21 et suivantes, un florilège des événements climatiques dramatiques en France: http://www.pensee-unique.fr/pasteau.pdf
    Il est faux d’affirmer qu’il y aurait une recrudescence des événements extrêmes sur la planète. L’indice ACI (énergie cyclonique accumulée) des cyclones/ouragans/typhons a même plutôt tendance à se réduire depuis 8 ans. Voir la courbe http://models.weatherbell.com/tropical.php

    Evidemment, il est difficile de parler de réchauffement climatique, et c’est pour cela que la propagande parle de changement climatique (quelle découverte!) ou de dérèglement climatique (voir plus haut). En effet, depuis 18 ans, la TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable, alors que, sur cette période nous avons émis 40% de toutes nos émissions de CO2 depuis le début de l’ère industrielle, et que les projections des modèles numériques divergent de plus en plus des observations, ce qui montre qu’ils sont faux, ce qui met à mal les thèses du GIEC et rend plus que douteuses les projections multidécennales de la TMAG… Les droites de tendance Hadcrut et RSS sont quasiment horizontales, compte tenu de l’échelle verticale, et leur moyenne est nulle : http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1997/offset:-0.15/trend/plot/rss/from:1997/trend

    B) Avant de penser à réduire drastiquement nos émissions de CO2, il faudrait se poser deux bonnes questions :
    1) Pourquoi y a-t-il une seule période de covariation CO2-TMAG (température moyenne annuelle globale), de 1978 à 1997, ce qui est très insuffisant pour en déduire une relation de causalité ?
    2) Pourquoi n’y a-t-il plus de réchauffement global depuis 1997, alors que, sur cette période, nous avons émis plus du quart de toutes nos émissions depuis le début de l’ère industrielle ?
    La supposée relation de causalité CO2–>température, préconfigurée dans les statuts du GIEC, et jamais scientifiquement prouvée, serait-elle une chimère « idéologique » ? La sagesse voudrait que l’on ne fasse rien jusqu’en 2020, car alors, en cas de non-RC ou de refroidissement, les thèses du GIEC seraient bonnes à être mises à la poubelle et les pays auraient économisé des dizaines de milliers de milliards d’euros qui n’auraient eu aucune utilité, sauf à provoquer une récession généralisée…mais, compte tenu de l’hystérie climatique collective, je crains que les absurdes politiques de sauvetage de la planète, pour traiter un problème qui n’existe pas, ne soient engagées au niveau planétaire…pour le plus grand malheur des citoyens…
    http://dropcanvas.com/#f4915J5BMuS64O

    C) (réponse à un internaute) Vous ignorez sans doute que la part anthropique du CO2 atmosphérique est de 5% environ (analyse isotopique, delta C13) et que la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère est de 5 ans. Vous ignorez que le CO2 n’a aucune action mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale) (publication des physiciens Gerlich et Tscheuschner). Vous ignorez que la température moyenne de notre planète (15°C) n’est pas due au CO2, mais à la pression atmosphérique (PV=nRT). Vous ignorez que les océans sont en léger refroidissement et que leur montée, mesurée par marégraphes, est constante (1,7 mm/an) depuis plus de 100 ans, Vous ne savez pas que nos sociétés complexes ont besoin des hydrocarbures, dont les réserves sont colossales (gaz de roche-mère, hydrates de méthane). Vous ne savez pas que les EnR ne servent à rien, compte tenu de leur intermittence aléatoire et de leur faible facteur de charge (23% pour l’éolien et 13% pour le solaire). Bref, vous ne savez rien, et vos analogies ridicules le confirment.

    • JP

      Vous êtes un winner !

      J’ai beaucoup ri de votre lien et de votre sélection de données, du grand n’importe quoi.

      On va passer sur toutes les inepties de votre mot, j’ai abandonné à les relever toutes devant leur nombre.

      J’ai rarement vu un aussi beau pot-pourri d’affirmation ubuesque sorties de nulle part.

      Ne changez rien et continuez à nous amuser.

      • Quant à vous zéro argument, pas même d’indication sur ce que vous remettez en cause. Vous relevez tout mais vous le gardez pour vous au lieu de nous en faire profiter.

        Si on vous prenait vous et vos motifs au sérieux, on vous croirait volontiers pédant.

        J’ai rarement vu un aussi beau troll, même de votre part car il faut dire que vous êtes un spécialiste.

        Restez comme vous êtes, mais allez troller ailleurs.

      • J’ai beaucoup ri moi, aussi devant la vacuité de vos arguments. :mrgreen:

        Kim: « Ne changez rien et continuez à nous amuser. »

        Au fur et à mesure que le GIEC se dégonfle avec des rapports de moins en moins affirmatifs et que vos prédicateurs se ridiculisent avec des prédictions de plus en plus décalées, votre « nous » comporte de moins en moins de gens.

      • Ah ! Kim, manifestement, vous êtes tout seul à rire. Il y a toujours un ravi de la crèche, il est vrai.

  • Et voici le courriel du Grand Inquisiteur et ma réponse… qui restera lettre morte…

    « Bonjour jipebe29,
    Suite à des commentaires contraires à la charte de Rue89, votre compte a été bloqué. http://www.rue89.com/charte-des-commentaires

    Le commentaire « Tout cela est bien joli, mais » a été dépublié sous l’article « Climat : il faut se faire une raison, tout est foutu ! »
    —-
    Tout cela est bien joli, mais ne tient aucun compte des réalités. Tout d’abord, le GIEC, satellite de l’ONU, ce Grand Machin, est un organisme
    politique qui ne sélectionne que les publications allant dans le sens désiré, à savoir le dogme du Réchauffement Climatique Anthropique (RCA).
    Ensuite, les projections des modèles numériques divergent de plus en plus des observations depuis 1997 (la TMAG, température moyenne annuelle globale), est stable alors que nos émissions sur cette période représentent le tiers de toutes nos émissions depuis le début de l’ère industrielle. Enfin, les physiciens dénoncent de graves erreurs du GIEC dans l’application des lois de la physique (lois du corps noir, loi de Stefan-Boltzmann).

    Pour en savoir plus avant de suivre moutonnièrement les délires des khmers verts, lisez ce document sur la problématique climatique: http://dropcanvas.com/#f4915J5BMuS64O »

    Bonjour, Ô Grand Inquisiteur
    Vous me bloquez à cause d’un commentaire publié le 17 mai 2014? Curieux, vraiment, car alors, pourquoi ne pas l’avoir fait de suite? Parce qu’il vous fallait un prétexte, car mes commentaires du 7 février donnaient trop de bonnes informations aux internautes? Donc vous ne respectez pas la liberté d’expression dès qu’un propos vous dérange ou dérange ceux qui préparent le COP21. Honte à vous!

    Je subodore que vous avez des instructions pour bloquer tout commentaire posant problème à la Pensée Unique, car enfin, il faut que le COP21 soit un succès, et la propagande doit étouffer toute voix discordante…. Pour la bonne forme, je précise les seuls points de mon commentaire qui serviraient de prétexte à votre Inquisition
    l’ONU= Grand Machin: citation de De Gaulle
    « Avant de suivre moutonnièrement les délires des khmers verts »: si vous n’avez aucun esprit critique, vous êtes moutonnier. « Kmer Vert » est une appellation amusante pour les Verts. Auriez-vous un sens de l’humour nul? Car enfin, mon humour est bien modeste par rapport à celui de Charlie… qui ne subit pas vos foudres inquisitoriales…

    Bref, j’attends de vous que vous retrouviez votre éthique perdue, égarée dans le dogme du Réchauffement Climatique Anthropique, et que vous laissiez les internautes s’exprimer librement, dans le respect de votre charte.

    • Que voulez-vous, aujourd’hui les journalistes ne sont plus la pour informer mais pour donner des leçons de morale : le Artur bashing après le Depardieu bashing – non pas parce qu’ils ont fait quelque-chose d’illégal mais parce qu’ils essaient de payer moins d’impôts.

      Et comme le faisait remarquer H16, aucun pour faire remarquer que dans l’affaire du vilain méchant soupçonné proxénète DSK, il y a une affaire de trafic d’influence autrement plus grave.

  • On m’apprend que des professeurs de SVT français sont forcés d’enseigner le climatisme dans vos lycées contre leur gré. Des enseignants québécois de science et technologie, de « le Monde contemporain  » (sic) et de « Éthique et culture religieuse » (re-sic) subissent ici les mêmes contraintes et menaces de représailles à défaut d’obtempérer. Cela pose un sérieux problème d’éthique.

    J’ai été invité dans les classes de ces enseignants , à leurs risques et périls. J’ai senti parfois de l’hostilité de la part de leurs collègues climatistes. Et je ne suis pourtant qu’un invité. J’imagine la tension que doit exister quotidiennement entre ces enseignants sceptiques et leurs collègues climatistes.

    Je propose de réunir ces enseignants de France et du Québec en un site web ou une page facebook afin de faire front commun devant nos gouvernements respectifs. Les élèves doivent découvrir les deux côtés de la « médaille ».

    Ce serait aussi une démarche franco-québécoise qui mériterait d’être médiatisée. Qu’en pensez-vous?

    cordialement,

    Reynald

    Reynald Du Berger, ing.
    Responsable de la promotion de la profession
    Comité régional de Québec-Chaudière-Appalaches
    Ordre des ingénieurs du Québec
    455, route des Trois-Saults
    Québec (Québec)
    CANADA
    G1B 0E2
    Tél: 418-666-2782
    blogue: http://duberger.me

    • Vous n’y êtes pas.
      L’école publique obligatoire est faite pour imposer le socialisme.
      C’est pourquoi sa création a été précédée de la plus grande destruction d’écoles et de la plus vaste épuration du corps enseignant jamais vue: L’expulsion des congrégations.
      Des écoles dont le seul crime était d’être catholique, mais qui formaient des esprits fort bien faits, bien mieux que l’école publique (dont la mythique excellence originelle était due au fait qu’elle était calquée sur l’école catholique tout juste éradiquée).

      La seule solution est de supprimer l’école publique, afin de détruire ce pouvoir exorbitant d’endoctriner tous les enfants. Le pouvoir corrompt. Hayek l’a montré dans La route du servage: Le pouvoir attire les pervers.
      Tant que ce pouvoir existera, il sera dévoyé.

      L’école privée n’endoctrine pas, elle instruit, tout simplement.
      Grâce à la concurrence, elle progresse en qualité et en efficacité.
      Elle est diverse, comme les besoins des familles et des enfants.

      • Fucius: « L’école publique obligatoire est faite pour imposer le socialisme. »

        Oui, mais en attendant le jour béni (et lointain) ou les pays francophones auront enfin (re-)compris les avantages de la liberté, il convient de lutter au niveau des idées pour contrer le prosélytisme néfaste.

        Reynald, je ne suis pas une huile de contrepoint, mais vous avez tous mes encouragements. Ne lâchez rien !

        Un bon site de réinformation francophone si vous ne le connaissez pas encore:
        http://www.pensee-unique.fr/

  • L’église a fini par exploser sous les richesses induement acquises par les indulgences mais ça a pris du temps.

    Pour la religion Gaïatiste ce sera plus court, son prophète a déjà changé d’avis:
    « nous ne savons pas ce que le climat fait. Nous pensions le savoir il y a 20 ans. Cela a conduit à des ouvrages alarmistes – y compris de ma plume – parce que cela semblait clair, mais cela ne s’est pas produit »
    James LOVELOCK – Père de la théorie Gaïa

  • Pas dur, Au lieu de payer pour faire planter des arbres, nous n’avons qu’à les planter nous mêmes. J’ai planté plusieurs arbres sur mon terrain. Climatiseur gratuit. Ça attire les oiseaux et les insectes. Comme j’en ai planté trop, je devrais demandé un remouboursement carbone boréal. 😉

  • Lorsque les observations ne confirment pas l’hypothèse, celle-ci est FAUSSE (Richard Feynman): http://www.skyfall.fr/?p=1473

  • Je déteste ces analogies qui décrient le christianisme à la manière socialiste.
    Rappelons que les dogmes chrétiens ne peuvent pas être en conflit avec la science, puisqu’ils ne concernent pas la nature – hormis le fait d’en extraire l’homme.
    La religion, au sens occidental, n’est pas le domaine de l’irrationnel, mais celui de la réflexion sur la nature humaine. Si elle concernait la nature, Jésus n’aurait pas négligé d’enseigner la physique.
    Quant au péché, c’est une manière de nommer nos imperfections, et je crois savoir que ceux qui ne sont pas conscients des leurs sont appelés psychopathes. Le péché dans le christianisme n’est pas un moyen d’exploiter le crédulité des pauvres gens, mais plutôt de sublimer les bonnes intentions et de surmonter ses fautes envers autrui.

    Je récuse donc l’article dans la forme.
    Le réchauffisme est analogue à la parodie de la religion répandue dans la doxa par le socialisme afin de, justement, pouvoir usurper sa place.
    Et imposer le réchauffisme, la justice sociale, et autres « idoles grimaçantes » (Guillaumat).
    lumiere101.com/tag/socialisme

    • Ce qui en fait une parodie de religion est que cette « pseudo-religion humaniste » est crée par des politiciens et non des humanistes. On n’a donc que l’aspect récupération par le pouvoir et non l’aspect spirituel.

      Ceci explique l’incohérence dans les buts : l’humanisme s’arrête la où commence l’intérêt des politiques et ne va de toutes façons pas au delà d’une réflexion à court terme centrée sur l’intérêt d’une classe privilégiée et oisive des pays riches.

  • La religion est moins en question ici que l’église qui la sous-tend.

    • La religion climatique doit être prise au sérieux, tout comme le clergé qui en a défini les dogmes et la propage. Le problème de l’enseignant qu’on oblige à l’enseigner contre son gré, doit aussi être pris au sérieux. D’où ma proposition d’un effort commun franco-québécois pour aider ces enseignants.

      • Oui. Une religion d’état et un clergé financé par obligation. Un mode classique qu’on retrouve ailleurs et oui, il faut bien entendu le combattre.

  • Le « climatisme » serait-il devenu une religion ? On peut répondre oui, à condition de préciser que la comparaison est faite avec une religion qui non seulement ne s’est pas réformée, mais s’est avachie dans une sécularisation facile et profitable.
    Il me semblerait plus intéressant de montrer que le « climatisme », comme l’écologie d’une façon plus générale, est l’angle d’attaque d’aujourd’hui contre le mode de production capitaliste, maintenant que le communisme live s’est effondré.
    Par ailleurs, un commentateur cite Sir John Houghton, premier président du groupe scientifique du GIEC : « Si on n’annonce pas de désastre, personne n’écoutera. » Houghton dit qu’il n’a jamais prononcé cette phrase qu’on lui attribue, mais le fait est qu’il a été poussé à ce poste par Margaret Thatcher qui adhérait d’autant plus aux thèses du réchauffement anthropique qu’elle souhaitait à l’époque abattre les charbonnages anglais au profit du nucléaire. Autant Houghton n’est jamais revenu sur ses thèses réchauffistes, autant Thatcher a fini par se ranger tardivement du côté des climato-sceptiques, après avoir été moteur dans la constitution du GIEC. Dommage, dommage.

  • excellent article qui démontre bien que les nouvelles semences Bio du doute et de la peur ,armes de choix pour la Gestapo sont toujours et comme jamais d’actualité Les anciens savent très bien qu’un humain possédant encore un brin d’intuition aura vite fait de démasquer ces armes qui sont celles des lâches et qui ne porteront jamais de bons fruits et se retourneront contre ceux qui veulent faire peur gratuitement , sans doute juste pour leur petit plaisir personnel.De vrais machiavéliques n’ayant rien à envier aux WaffenSS

  • Je me félicite que Contrepoint – site que j’affectionne – concentre tant de personnes savantes, de scientifiques purs et désintéressés qu’il nous soit permis d’échapper à l’endoctrinement que tentent de nous inculquer quotidiennement ceux qu’il convient d’appeler des pseudo-scientifiques, motivés uniquement par l’obtention de subventions et autres facilités. Que certains soient des prix Nobel n’y change rien.
    Face à cette menace – je ne parle évidemment pas du dérèglement climatique, mais des pseudo-scientifiques – il faut rejeter en bloc toutes les études et publications qui circulent et dénoncer les manipulations dont nous sommes victimes avec la plus grande force. Les enjeux sont… colossaux !

  •  » les écologistes, c’est des cons ! on a le droit de le dire, et de l’écrire …  »

    claude allègre

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

À l’aube de cette année 2022, les temps sont plus que jamais incertains. L’ambiance générale est morose, et le pays peine à retrouver ses repères mis à mal par une crise sanitaire qui n’en finit pas. Sur fond de désenchantement, pourtant, jamais les clivages suscités par les évènements et exprimés tant sur la scène publique que dans le domaine privé, ne l’ont été avec autant de violence sinon de haine.

Excès de toutes sortes voire même déraison ont envahi les lieux d’information, favorisant une dérive des esprits abreuvés quotidienneme... Poursuivre la lecture

Par Pieter Cleppe.

Selon François Balloux, épidémiologiste de renom qui a dirigé le premier projet de séquençage à grande échelle du génome du virus Sars-CoV2, "la pandémie a créé un marché de la morosité". Il se qualifie lui-même de fauteur d'espoir de covid, en raison de son point de vue plutôt détaché sur le plan émotionnel à l'égard de la maladie, alors qu'il se décrit lui-même comme ayant "une vision profondément pessimiste et cynique de la vie".

Il ajoute ainsi :

"Je ne filtre pas mes opinions les plus négatives pou... Poursuivre la lecture

Par Ben Krishna. Un article de The Conversation.

La question de savoir si les virus sont vivants reste controversée. Cependant, comme tous les êtres vivants, ils évoluent. Ce fait est apparu très clairement au cours de la pandémie de SARS-CoV-2, le coronavirus responsable du Covid-19 : de nouveaux variants préoccupants ont émergé régulièrement, venant bousculer l’actualité.

Certains de ces variants se sont révélés plus efficaces que les précédentes versions du SARS-CoV-2 pour se propager d’une personne à l’autre et ont fini par ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles