Loi Macron : Rendez-vous manqué avec les start-up

En accordant des déductions d’impôt aux start-up, le Trésor récupèrerait sa mise ne serait-ce que grâce au surcroît de TVA acquittée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Croissance entrepreneurs (Crédits Sharon Mollerus, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi Macron : Rendez-vous manqué avec les start-up

Publié le 1 février 2015
- A +

Par Dominique d’Emploi 2017

Croissance entrepreneurs (Crédits Sharon Mollerus, licence Creative Commons)
Croissance entrepreneurs (Crédits Sharon Mollerus, licence Creative Commons)

 

Nous mentionnions dans notre article précédent l’inanité de la loi Macron, qui au prétexte du « coût fiscal » a rejeté d’emblée toutes les propositions pour encourager l’investissement dans nos start-up, alors même que celui-ci est crucial pour la création d’emplois. Même si des études de ce type sont difficiles à établir, certaines estimations suggèrent que des incitations fiscales renforcées ne coûteraient rien au Trésor si l’on prend en compte l’effet positif de l’augmentation d’investissement sur les recettes fiscales.

Il existe à ce jour deux dispositifs qui permettent de bénéficier de déductions d’impôts en cas d’investissement dans les start-up : l’ISF-TEPA, qui permet de déduire de son ISF 50% du montant de l’investissement, et l’IR-Madelin qui permet de déduire de son IR 18% de son investissement. Malheureusement, les plafonds maximaux d’investissement éligibles à déduction sont particulièrement faibles : 45.000 ou 50.000 euros par individu1 alors que pour le dispositif équivalent britannique, il est de 1 million de livres par individu.

Afin de contrer la raison invoquée par le fisc pour refuser une augmentation de plafond – à savoir le manque à gagner fiscal –, nous montrons ici que celle-ci n’a jamais pu être vérifiée. Une étude produite par le pH Group en 2007 montre en effet que la TVA acquittée par une entreprise lors de sa première année d’existence est bien supérieure au montant des capitaux propres ayant été nécessaires à sa création. Cela suggère qu’en accordant des déductions d’impôt à ceux qui stimulent la croissance des entreprises, le Trésor récupère sa mise ne serait-ce que grâce au surcroît de TVA acquittée.

Ces données ont été tirées d’une étude s’intéressant aux gazelles, c’est-à-dire aux jeunes entreprises à forte croissance, et vérifiées sur trois cohortes différentes afin de s’assurer que les résultats étaient représentatifs2 On constate ainsi que pour l’ensemble des gazelles, le retour en TVA constaté la première année se situe entre 25% et 190% des capitaux propres selon le total investi à la création :

gazelles tva capitaux propres

Si l’on s’intéresse seulement aux gazelles ayant recueilli moins de 3 millions d’euros de capitaux propres à la naissance (c’est-à-dire les entreprises ayant une chance d’avoir été créées ex nihilo et donc d’être de véritables start-up3), ce taux est en moyenne de 100%. La TVA étant payée immédiatement – contrairement à l’ISF ou l’IRPP4 payés un an après – l’argent est donc rentré dans les caisses de l’État avant même d’en être « sorti » via l’exemption d’impôts.

Si l’exemption d’impôts est de 50% de l’investissement (cas du dispositif ISF-TEPA) c’est donc le double du manque à gagner qui est rentré dans les caisses de l’État. Si l’exemption d’impôts est de 18% de l’investissement (cas du dispositif IR-Madelin), c’est donc le quintuple du manque à gagner qui rentre dans les caisses de l’État.

Cette démonstration souffre évidemment de limites que ne manqueraient pas de mentionner l’administration fiscale :

  • L’effet d’aubaine : certains particuliers bénéficieront de l’exemption d’impôts alors qu’ils auraient investi de toute façon ;
  • L’effet d’éviction : la naissance de nouvelles entreprises grâce à l’incitation fiscale entraînera la réduction du chiffre d’affaires d’autres entreprises et donc une baisse de la TVA ailleurs ;
  • L’absence de chiffres d’affaires chez certaines des entreprises bénéficiaires : les capitaux de l’Avantage Madelin et de l’ISF-TEPA se dirigent souvent vers des entreprises telles que des holdings ou des sociétés civiles immobilières ;
  • Des résultats qui seraient propres aux gazelles (entreprises à forte croissance) et non pas à l’ensemble des entreprises créées.

Nous croyons cependant que toutes ces objections peuvent être évacuées.

L’effet d’aubaine : au vu de la grande faiblesse de l’investissement français dans les start-up, notamment pour la période cruciale de la vallée de la mort où l’investissement est très risqué, l’effet d’aubaine serait vraisemblablement extrêmement marginal. Il le serait d’autant plus si l’exemption fiscale se restreignait aux petites entreprises de moins de 50 salariés, ce qui fait partie des autres réformes que nous appelons de nos vœux.

L’effet d’éviction : on ne peut nier la possibilité d’un effet d’éviction, surtout si les entreprises naissent sur des marchés matures et sans possibilité d’extension de la demande. Afin d’éviter l’effet d’éviction, l’exemption devrait donc être bordée de manière intelligente comme c’est le cas au Royaume-Uni5. Une fois mis en place, un tel dispositif favoriserait donc pour l’essentiel la croissance des entreprises innovantes6 qui vont réussir à séduire les consommateurs et donc créer un nouveau marché, avec une hausse de la valeur-ajoutée totale et donc un effet d’éviction plus que compensé7.

L’absence de chiffres d’affaires chez certaines des entreprises bénéficiaires : les holdings et SCI pourraient, elles aussi, être tout simplement exclues du dispositif.

L’étude s’intéresse seulement aux gazelles : il n’y a pas de raison pour que les entreprises qui ne sont pas des gazelles aient un ratio inférieur en termes de TVA rapportée aux capitaux propres. Le capital précédant toujours la production, le ratio est même très vraisemblablement supérieur.

Outre ces arguments, n’oublions pas par ailleurs que l’étude s’intéresse seulement aux rentrées en TVA et exclut toutes les autres recettes telles que les cotisations sociales patronales et salariales, l’impôt sur les sociétés et toutes les autres charges payées par l’entreprise ou par ses salariés dotés par leurs salaires de capacités à investir et consommer, et qui reviennent dans les caisses de l’État ou dans celles des organismes de Sécurité sociale. N’oublions pas enfin les baisses d’allocations en tous genres (chômage, allocations logements, RSA, etc.) qu’une hausse d’activité induit également pour le budget public.


Sur le web.

  1.  Le double pour un ménage.
  2. Étude effectuée sur 326.000 créations pures – entreprises qui n’existaient pas préalablement – dont 122.000 ont publié un bilan et chiffre d’affaires la première année, dont 66.000 ont réalisé plus de 73.000 euros de chiffre d’affaires, et 55.000 moins de 73.000 et n’ont donc pas été soumises à la TVA (régime de la microentreprise).
  3. Et non pas des entreprises qui sont en fait créées à partir des ressources existantes d’une ou plusieurs autres entreprises.
  4. Impôts sur le revenu des personnes physiques.
  5. L’Enterprise Investment Scheme.
  6. Entreprises innovantes soit par leur technologie soit par leur usage d’une technologie existante.
  7. Dont la valeur-ajoutée totale restera bien supérieure à la valeur ajoutée éventuellement détruite sur d’autres marchés dont le nouveau marché révèle alors l’obsolescence.
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • La France est un paradis fiscal…pour ses hommes politiques.

  • la tva sort de la poche du peuple , ce n’est pas une plus value , qu’elle provienne d’une start up ou de la vente de cornichons ne justifie pas que l’on privilégie la start up !

    • La filière cornichon en France (mais je suppose que vous vouliez parler des filières à faible potentiel de développement) ne sauvera pas l’emploi en France, les starts ups pourraient.

  • Rien compris, les entreprises récupèrent la TVA. Le fisc n’a aucun intérêt à ce qu’une société qui démarre n’investisse, la TVA lui étant remboursée par un crédit d’impôts. (c’est à dire que c’est le fisc qui fait un chèque)

    • Ouaip, le fisc est généreux ❓ Ou est mon chèque ❓

    • « Rien compris, les entreprises récupèrent la TVA. Le fisc n’a aucun intérêt à ce qu’une société qui démarre n’investisse, la TVA lui étant remboursée par un crédit d’impôts. (c’est à dire que c’est le fisc qui fait un chèque) »

      Des entreprises qui produisent de la valeur ajoutée génèrent de la tva. Si tu ne génères pas de TVA tu coules.
      Monsieur est fonctionnaire pour raisonner de la sorte ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thibault Serlet.

 

Des dizaines de villes dans le monde mettent en œuvre des programmes pour attirer les startups. Ces programmes comprennent toutes sortes de formations professionnelles, de subventions et de programmes d'infrastructure parrainés par le gouvernement.

Mais ces programmes réussissent-ils réellement à attirer les startups ?

Nous avons décidé de faire nos devoirs et de répondre à cette question.

Il y a quelques semaines, mon équipe de recherche a publié la Startup Cities Map, une carte ... Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

En règle générale, on peut connaitre l’idée globale d’une loi aux États-Unis à son titre.

Dans la (quasi) totalité des cas, il indique ce que la loi ne fera pas. Le Patriot Act, par exemple, était tout sauf patriotique, il a augmenté la main de fer de Big Brother comme jamais auparavant et a normalisé le harcèlement sexuel (et le voyeurisme) pour prendre l’avion.

Idem avec la loi récemment adoptée pour « combattre » l’inflation. Votre main à couper qu’elle fera tout sauf ça – même ses défenseurs sont incapables de défendre ce po... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles