Liberté d’expression : « deux poids, deux mesures » insupportable ?

Double discours sur le blasphème, sur le droit au débat, sur l’apologie du terrorisme : empêtré dans ses contradictions, le Gouvernement choisit la répression pour étouffer toute contestation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Justice (Crédits Michael Coghlan (licence CC-BY-SA)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Liberté d’expression : « deux poids, deux mesures » insupportable ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 janvier 2015
- A +

Par Matthieu Vasseur.

Justice credits Michael Coghlan (licence creative commons)

Depuis l’attentat de Charlie Hebdo, l’accusation enfle dans les « quartiers » et les écoles ; elle est relayée par des intellectuels et même, en haut-lieu, par des têtes couronnées : entre le blasphème du Prophète et celui de la Shoah et, par ricochet, entre les Musulmans et les Juifs, l’État français pratiquerait le « deux poids, deux mesures ».

Cette accusation suscite l’ire de Manuel Valls. Lors de son adresse post-Charlie au Parlement, il consacre une longue digression à son obsession, Dieudonné, qui n’a pourtant pas grand-chose à voir avec les attentats.

La criminalisation du négationnisme relève d’un débat en soi : est-il opportun de judiciariser l’Histoire ? L’affaire du « détail », le « Durafour-crématoire », les « Shoahnanas » et autres « quenelles » sont cependant d’un autre ordre. Point d’affirmation historique ici, mais une trivialisation, une insolence affichée vis-à-vis de la tragédie de la Shoah. Des propos et des gestes qui choquent, qui blessent et qui scandalisent les rescapés des camps de concentration. Des blasphèmes. Qui sont impitoyablement réprimés.

Les caricatures obscènes de Mahomet dans Charlie Hebdo ? De sympathiques « impertinences » selon Manuel Valls. Mais des insultes qui choquent, qui blessent et qui scandalisent les Musulmans. Des blasphèmes. Que le Premier Ministre brandit ostensiblement du perron de l’Élysée.

Cette inégalité juridique aurait pu rester une zone grise parmi d’autres d’un système juridique qui en regorge. Mais Manuel Valls avait besoin d’imposer une « figure du Mal » afin d’asseoir son autorité sur le « camp du Bien ». Tactique « bushiste » somme toute banale ; mais tout le monde n’ayant pas un Ben Laden sous la main, il lui a fallu se rabattre sur un comédien. De cette vendetta picrocholine, il fit une bataille cosmique. Aujourd’hui, le piège s’est refermé sur lui, et c’est toute la société française qui est prise en otage. Des millions de Français lui renvoient Dieudonné à la figure, et la proclamation du droit au blasphème n’apparaît plus que comme une hypocrisie, voire une machine de guerre contre une communauté.

deux poids deux mesures justice rené le honzec

La mise en scène de la fureur du Premier Ministre peine à masquer l’indigence de son argumentation. Devant le Parlement, il enjoint la Justice de se montrer « implacable » : clairement, la séparation des pouvoirs ne fait pas partie des fameuses « Valeurs de la République » !

Ces « Valeurs de la République », c’est Najat Vallaud-Belkacem qui va devoir les inculquer aux élèves. Elle, c’est la liberté d’expression qui lui pose problème. « Il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendu les « Oui je soutiens Charlie, mais », les « deux poids, deux mesures », les « pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ? » Ces questions nous sont insupportables (…) ».

Elle est comme ça, Najat : elle veut des débats, mais pas de « questionnements », qui lui sont « insupportables », des débats Champomy en quelque sorte. Par contre, que les enfants dont elle a la charge soient menottés et placés en garde à vue simplement pour avoir dit « Ils ont eu raison », ça, elle supporte. Il faut dire que des ados qui font de la provoc, a-t-on jamais vu cela ?

Christiane Taubira, elle, a vu bien pire que cela. En 2011, avant de devenir Ministre de la Justice, elle revendiquait avec fierté ses glorieuses années de lutte armée contre la France, quand son mari d’alors était emprisonné pour terrorisme (attentat raté contre une installation pétrolière) : « Moi je n’ai pas un discours indépendantiste, j’ai une pratique militante indépendantiste, ce n’est pas la même chose. J’ai vécu en clandestinité. Tous les deux jours je devais changer de lieu, tout en trimbalant un bébé de deux mois. J’ai pris des risques, mon époux a été en prison pendant un an et demi. Mes autres camarades ont été emprisonnés. Donc ce n’est pas une question de discours, c’est une pratique politique ». Aujourd’hui, lambris ministériels et limousine avec chauffeur aidant, la pasionaria indépendantiste est devenue l’adversaire intraitable de « l’apologie du terrorisme », contre laquelle elle exige « rigueur et fermeté ». Les icônes, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.

Double discours sur le blasphème, double discours sur le droit au débat, double discours sur l’apologie du terrorisme : empêtré dans ses contradictions, le Gouvernement choisit la fuite en avant répressive pour étouffer toute contestation. Combien de Moussa, de Noureddine et d’Oussama faudra-t-il encore sacrifier sur l’autel de la déraison d’État ?

Voir les commentaires (56)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (56)
  • concernant valls , que peut on dire de quelqu’un qui a un cerveau malade ….parce que voyez vous , quand des gens bloquent sur quelqu’un ou quelque chose , au point de d’en parler sans arrêt de manière négative ,, pour un oui ou un non , c’est que l’on est un tantinet schyzophréne , c’est que le cerveau déménage , et c’est trés grave quand ce sont ces gens là qui dirigent ouplutôt éssaient de diriger un pays ;les socialos veulent étouffer les français , les rabaisser , les infantiliser ….à charge pour nous de ne pas nous laisser influencer par ces guignols qui ont été élu uniquement dans le but de se débarrasser d’un sarkozy qui pompait l’air à tout le monde ;finalement on n’y a rien gagné au change ;

    • bonjour marie , c’est bien vrai que le précédent Président était du genre extrêmement fatiguant ! Hélas raison pour laquelle nous nous en sommes débarrassés pour infiniment plus mauvais ;ce qui constitue déjà un record en fait de médiocrité !
      Concernant Monsieur Valls ,ce doit-être une exception : j’ai de la famille en pays Catalan Français : Ce sont des personnes de bon aloi ,franches du collier ,en quelque sorte intelligentes et de bonne compagnie !

  • Une page du site Stop djihadisme envoyée hier par le compte officiel twitter du gouvernement.

    http://www.gouvernement.fr/partage/3237-stopdjihadisme

    On voit que le gouvernement assume la traque des jihadistes jusque dans les maternelles

  • Vous avez vu le dernier sondage qui met Valls en tête pour faire barrage à Mme au second tour de l’élection présidentielle ?
    On nous prépare le terrain…
    Ce type qui a fait 5% aux primaires socialistes est premier ministre. Demain il sera président.
    L’oligarchie a besoin de la terreur judiciaire pour étouffer la démocratie.

    • l’oligarchie a besoin….valls président en france ? ça va pas la tête ! moi je veux un bon français à la tête du pays ; un qui connait la france et les français sur le bout des doigts , un qui aime la france , un qui bosserait dans l’intéret de la france , un non violent qui rassemblera au lieu de désunir ; je rêve ? possible mais ça fait du bien …quand à valls et consort , vadé rétro satanas……

      • A la tête du pays ? Un bon français ? Peut-être. Surtout quelqu’un qui arrête de faire chier les gens et les laisse travailler pour créer de la richesse et des emplois.

        • Tout à fait, Liberdom. Personne à la tête de l’état, nous sommes suffisamment grands pour vivre sans sa « protection » mafieuse. Echangeons, commerçons, contractons librement entre nous sans qu’un tiers, en l’occurrence l’état, vienne mettre son nez dans nos affaires, nous brimer, et nous racketter au passage.

        • Ça vous ferait pourtant du bien, un débat entre Manuel Valls et Bruno Lemaire! Si j’ai bien compris Mme Le Pen sera au 2d tour, ça, ce serait déjà plié!

  • Il faut être sacrément malhonnête pour prétendre qu’il n’y a pas de différence de NATURE et pas seulement de NIVEAU entre se moquer des icônes et donner raison à des assassins !

  • Hier soir, encore un reportage sur Charlie (a croire qu’en caricaturant un prophet on a tuer Dieu), ou a l’eternel question des jeunes (donc écervelés couillons sans reflexion bete et mechant) « pourquoi Charlie et pas Dieudonné ? » et le mec qui répond « c’est différent, Dieudonné c’est de la haine, alors que Charlie ils sont gentils »… voila voila, c’est ce que j’entend depuis des jours et des jours, aucune explication, rien, juste 2 qualifications sans fond, le jeune totalement idiot donc, ne voit pas qu’il y a aucun argument ? Vous pensez que parcequ’un adulte lui dit que son idole est méchant et que ses ennemis sont gentils, il va se dire « ah oui je suis con j’y avais pas pensé » !

    Tout comme les minutes de silences ou on renvoi les jeunes de l’école (cherchez l’erreur, renvoyer un jeune car il n’a pas compris le concept de l’éducation selon l’Etat, et donc quoi ? il va mieux le comprendre en étant hors école ? ).
    Je me rappel de ma jeune adolescent ou j’avoue avoir été un petit con, après avoir commis 2 actes physiques envers des profs, le proviseur m’a proposé 2 solutions, soit j’étais renvoyé, soit je finissais tous les soirs a 18h avec des cours de soutien avec lui à la fin de mes cours au lieu d’aller m’éclater avec mes potes… si j’avais été renvoyé j’aurais fini délinquant c’est sur, son soutien m’a permis de faire un BAC+4, monter mon entreprise, payer des impots, ne rien couter a l’etat et meme etre imposer a 68% sur mon chiffre. A vouloir sanctionner tout le temps on oublie un détail, cela nous coute bien plus cher de sanctionner que d’éduquer (une place en prison pour un djihadiste sur le depart, coute bien plus cher (argent et morts) qu’une place en centre de desintox) Mais non, faut marginaliser ces jeunes car ils se sont exprimés pendant une minute de silence au nom de la liberté d’expression… c’est beau.

    Cette liberté d’expression ou l’on prétend débattre mais ou la seule option c’est de dire « oui Charlie c’est les gentils et Dieudonné le méchant » sous peine d’etre dénoncer à la justice pour « apologie de terorisme », cette liberté d’expression a 2 vitesses que « la haut » ils ne voient pas mais est en train de marginaliser toute une jeunesse qui en effet, vu qu’on leur refuse tout droit a penser différement vont s’enfermer, comme avec les théories du complot… et comme d’habitude, au lieu de débattre avec ces jeunes de ces théories du complot en leur apportant les preuves des choses, non, on stigmatise, on leur dit qu’ils sont fous, qu’ils voient le complot partout… et vous croyez que tout cela va mener ou ? Un jeune qui est obligé de dire « je suis Charlie » de faire la prière ultra-laicarde de la minute de silence, qui essaye de comprendre pourquoi certains sont sanctionnés et d’autres non mais qu’on oblige sans aucune justification a dire « non mais c’est différent parceque le vent soufle et que la neige c’est froid », qui commence a croire donc qu’on veut leur caché quelque chose vu qu’on leur explique pas, qui commence a croire aux complots pour tout et rien, et à qui on apporte rien comme début du commencement d’une preuve ? Vous croyez que ca va mener ou tout çà ? On va marginaliser, extremiser certains, mais ils seront plus nombreux a ne plus etre bien en France moralisatrice.

    On a remplacer tout débat d’idées par la prison (et quand j’entend Gaspard Koeing dire à la télé, Dieudonné faut le faire tomber comme Al Capone, qui n’est d’autre que la propagande socialiste) quand un présumé libéral ne met plus en idée son propre idéal libéral car il passe à la télé… et quoi d’avoir mis Al Capone en prison ca a fait arreter toute sorte de délinquance dans le monde ? Comparer un mec qui a du sang sur les mains et un humoriste, bref quand un représentant libéral est amené a dire çà, je pense qu’on est au début de la fin…
    Loin de soutenir Dieudonné, car je pense qu’il provoque volontairement pour se faire passer en victime… mais tout comme Charlie le faisait (quand Charbs déclare « j’ai pas peur j’ai pas de famille », qu’il a un policier d’élite avec lui, que l’un des dessinateurs morts disait lui meme que ca allait trop loin) Bref on est dans la provoc, mais soit on s’arrete au constat, soit on cherche la cause…. et cela revient irrémédiablement a 2 notions la « non-liberté d’expression en France » et ce « 2 poids 2 mesures incompréhensible » surtout il faut le dire, depuis l’arrivé de Valls aux manettes…

    • Si tous les soi disant « bac+4 » font autant de fautes d’orthographe, alors oui vive les punitions !

      • En quoi les fautes d’orthographe ont avoir avec la pertinence de son analyse ?

        • La forme c’est un du fond qui remonte à la surface…

          • Non, je ne pense pas… c’est une remarque suffisante qui n’amène rien, attaque le rédacteur et le simple fait que cette personne ait monté son entreprise après ses études est assez probant.

            Absurde, peut être ne connait il pas son latin non plus? ouh le vilain!

            Le fait est que les commentaires sont souvent plus intéressants que les articles, on y lit l’opinion des gens dans leur diversité, s’en tenir à ceux qui sont fiers de leur orthographe serait pitoyable.

            Si il suffisait de bien écrire pour avoir raison….

            si il suffisait de connaitre ses classiques pour résoudre des équations différentielles…

            Et vous pouvez vous amuser à chercher mes fautes, m’en fous, je ne me relis jamais…et jen’espèere pas m^me être lu…
            mais je donne mon nom… on pourra me reprocher mes fautes mais j’assume ce que je dis sur le fond ( faut il un s je tremble tout ça à cause d  » ecrivaillons repris par des académiciens séniles )… enfin bref…
            navrant quoi…

      • Ah le fond et la forme… malaise principal de notre société qui pousse un Valls a utiliser le mot Apartheid pour que l’on ne s’intéresse qu’à la forme pendant 2 semaines et pas au fond, finalement je me trompais, ils ont raison, ca marche bien, il y a une cible élargie.

        • c’est ce qui est effrayant, communication, j’ai adoré la page web » destinée aux djihadistes en herbe », non elle est destinée à ceux qui attendent que le gouvernement fasse un truc contre les djihadistes en herbe….
          une mesure qui coûte de l’argent mais qui atteint son but…en étant par contre tout à fait inefficace à remplir sa mission officielle.

        • oui et personne ne leur reproche de ne pas savoir compter si ils obtiennent un diplôme universitaire quelconque…

          et pour valls…apartheid correctement orthographié ça passe mais apartède grosse levée de boucliers!

        • @ Liberté adorée

          Votre analyse et votre témoignage sont pertinents. Les gens qui se focalisent sur l’orthographe ne sont pas honnêtes.
          1 Si l’orthographe les blessaient, ils ne liraient pas, tout simplement.
          2 Soit on a des arguments contre un texte, soit non. Si on en a, il faut les dire. Si on n’en a pas, il faut se rappler que l’orthographe n’est pas un argument.

      • Bah y a bien des « littéraires » nuls en maths !

    • Je trouve que votre commentaire, dans toute la première partie concernant les enfants et les jeunes, est frappée au coin du bon sens: si, à l’école, un élève ne comprend pas la réponse donnée à un problème qu’il se pose, en tout cas à lui, il a le droit de dire: « je ne comprends pas » et il est du devoir de l’enseignant de parvenir à lui expliquer si il ne veut pas déchoir!

      Les enfants et les jeunes sont spontanément logiques et ont un sens quasi arithmétique de la justice.

      D’autre part, ils comprennent très bien qu’on puisse leur imposer des choses sans grande raison évidente, dans la forme (se mettre en rang, obéir à un horaire, à une discipline nécessaire dans l’organisation d’un grand groupe comme une école, une cantine etc …) mais pas sur le fond quand tout le monde peut dire: « je suis Charly » mais que Dieudonné ne peut pas dire qu’il ne l’est pas!

      Je ne suis pas loin de penser que chaque adulte répondant, classiquement, au « pourquoi » d’un enfant par un: « parce que c’est comme ça »,d’autorité, en leu et place du plus sincère : »je ne sais pas », doit se préparer à passer pour un cron! Que celui qui n’a jamais été désarçonné par la question d’un enfant me contredise!

      Pour le reste: les propos de Dieudonné, ceux de de M. Valls, les raisons de F. Hollande de rassembler des autorités autour de « ses » victimes, tout cela m’est obscur, me laisse plutôt indifférent et me paraît fort sujet à caution, pour des raisons immédiates de posture. Autant le dire: je m’en tamponne.

  • Il regrettait chez Bouvard, avoir eu de nombreux documents à remplir, lorsqu’à 20 ans il décida de devenir Français, et souhaitait réduire la paperasse de ce pays qui ne sait pas accueillir ses immigrants..Un peu estomaqué son hôte lui précisa que ce vilain pays peu intégrateur l’avait fait député 15 ans plus tard et Ministre 30 ans plus tard…
    Ses coups de mentons rappellent certains qui ne supportent pas qu’on dise le contraire, comme toute la gauche…
    Tu portes un T-shirt : tu deviens le 1er en France à être condamné pour port de T-shirt et être emprisonné sur le champs pour 4 mois de prison ferme (sic !!??) -alors que la norme est moins de 2ans de condamnation, pas de prison.
    Nos donneurs de leçons Socialos et défenseurs des droits, ainsi que les chefs de nos merdias, tous : ce jour-là regardaient ailleurs –
    JE SUIS NICOLAS

  • Décidément le terrorisme de la pensée à de beaux jours devant lui dans ce pays … Quand poursuivra-t-on pour l’apologie de ce terrorisme là ? Quand poursuivra-t-on les Valls, Belkacem et autres connards qui décident que des opinions, même nauséabondes sont des délits ?

  • LA France vire à la gigantesque « réunion de cellule » (militante).
    Les titres et articles des journaux sont délirants du style : appel à une « regain de la laïcité de la République pour une société multiculturelle donnant plus de vivre ensemble » (ouf !).
    Une novlangue qui s’est échappée, devenue folle et décrivant un programme digne du « Meilleur des Mondes ».

  • Moi, je n’ arrive toujours pas à comprendre, comment un naturalisé sur le tard, pouvait devenir 1er ministre, ici en France. vous savez, il y a trois décennies à peine, le KGB, envoyait ces espions dans certains pays de l’ouest, les enfants y naissaient, grandissaient et, à leur tours devenaient les auxiliaires de cet officine.
    ce cas est unique, aux Etas-Unis, on peut, tout au plus devenir gouverneur. Quant à la liberté d’expression à deux vitesses, elle saute malheureusement aux yeux. Quant un pays criminalise les enfants, les soûlographes, les mentalement dérangés , ou les simples citoyens pour le seul motif que, ceux-ci pensent autrement, ça veut tout simplement dire, que cet état a peur.
    Pour moi, sieur Valls est un danger pour la France, il risque, si, on ne fait pas attention, mettre ce pays sens dessus dessous. ce pays manque cruellement des personnes politique compétentes.

    • « Tout dans l’État, rien contre l’État, rien hors de l’État. »

      Benito Mussolini

      100 % Valable pour VallSS et ses amis.

      Il y 70 ans, le terrorisme était bien vu à gauche quand il fallait casser du Boche, et pas la collaboration. Aujourd’hui c’est l’exacte inverse.

  • Et si Carlie publiait une caricature de l’État socialiste sodomisant le contribuable ?

  • Pour Caesar, j’ai trouvé cet autre exemple de novlangue « la laïcité constitue une valeur de promotion du vivre-ensemble dans le respect de la diversité culturelle des citoyens dans une République multiculturelle qui tienne ses promesses pour repousser toute tentative de communautarisation de la société ».
    ‘il s’agir en fait d’un Communiqué du conseil d’administration de la ligue de l’enseignement du 27 avril 2007 comme quoi la novlangue ne date pas d’hier.

  • Je ne comprends pas cet article. Met-il à égalité d’un côté la négation ou la minimisation de la Shoah, c’est-à-dire d’un acte criminel avéré et, de l’autre, la satire d’une une croyance ? Dit-il que le crime et la croyance méritent le même respect ?

    • Ce n’est pas parce qu’un fait est « avéré » qu’il est légitime d’interdire toute discussion à son sujet.
      Ce qui est mis à égalité est la restriction à la liberté d’expression.

    • Le fait que vous ne compreniez pas est significatif.

      Vous écrivez « la négation ou la minimisation de la Shoah, c’est-à-dire d’un acte criminel avéré ».

      D’une part il s’agit d’un délit et pas d’un crime.

      D’autre part, le fait justement que ce soit délictueux est scandaleux. Qu’on soit bien clair : je considère les négationnistes comme un ramassis d’abrutis plus ou moins dangereux.
      Mais le fait d’avoir des convictions stupides ne doit pas être un délit.

      • Là, me semble-t-il, se trouve l’erreur: personne n’interdit de croire que les « camps » n’ont pas existé: c’est bien de répandre cette affirmation qui est interdit. C’est important, actuellement: vous pouvez détenir une photo un peu « légère » ou scabreuse d’une ancienne copine, la mettre sur internet n’est pas tolérable.

        Pour Charlie, je le dis haut et fort: rien ne peut justifier les assassinats (pour les policiers et parce qu’ils étaient policiers ou pour les clients de l’épicerie parce qu’ils étaient juifs, c’est encore pire: ils n’avaient fait aucune « provocation »), c’est évident! Ces « exécutants » étaient-ils choqués par des caricatures de « Charlie Hebdo »(qu’ils ne lisaient probablement pas) ou simplement ont-ils « rempli leur mission » commanditée par d’autres qui ne seront jamais inquiétés, en étant suffisamment obéissants ou convaincus ou « programmés et conditionnés » pour y laisser leurs 3 vies, quand même

        C’est bien là que joue la subjectivité: tout qui a assisté à une rixe dans un bistrot sait que tout commence par des propos ou un comportement provocateurs (si comme ne l’a pas dit le pape: je profère que Madame votre Mère est une p, disons une « trainée »), alors soit on présente ses excuses pour l’offense, soit on « règle ça entre hommes », la seconde solution n’étant pas légale!

        On voit donc que la frontière est fragile. La question est: quel était le sens de ces caricatures pour Charlie? Ou qui est offensé par quoi?

        • je ne sais pas , en théorie oui, ce qui me gêne un peu est que nos devrions inciter au scepticisme..pour mieux affermir les convictions.

          l’organisation d’un crime de masse industriel de cet ampleur est « incroyable »…la complicité d’un pays tout entier sinon de l’Europe..que l’horreur absolue soit si banale si facile est « incroyable » et pourtant vrai…

          ce que je veux dire pardon c’est que on va taper déjà sur celui qui doute de la shoah ..alors que c’est plutôt sain de douter..

          et je précise bien entendu que je suis convaincu de la shoah à 100% mais je suis aussi convaincu que être convaincu à 100% ne prouve rien, la preuve étant qu’il y a des gens convaincus des gens le croient vraiment et ne sont pas simplement dans ce mode de pensée cher aux idéologiuess quasi religieux qui veut qu’il y ait des bons et des méchants et que les faits doivent forcement ce plier à ce postulat.

          On est d’abord antisémite puis on « nie » la shoah en fait on la nie de sa conscience on l’efface car elle ne colle pas au cadre…

          et les avions n’ont pas percuté les tours, ou le pentagone…

          • Nous devons rester sceptiques, sans craindre de réinterroger nos convictions si nécessaire. D’ailleurs, j’interroge, je n’affirme pas.

        • « Là, me semble-t-il, se trouve l’erreur: personne n’interdit de croire que les « camps » n’ont pas existé: c’est bien de répandre cette affirmation qui est interdit. C’est important, actuellement: vous pouvez détenir une photo un peu « légère » ou scabreuse d’une ancienne copine, la mettre sur internet n’est pas tolérable. »

          On pourrait étendre ce raisonnement à toute expression.
          Vous pouvez croire ce que vous voulez mais il est interdit de le dire !
          Vous pouvez croire que Dieu n’existe pas, mais il est interdit de répandre cette affirmation !
          Vous pouvez croire que votre gouvernement est mauvais, mais il est interdit de le proclamer dans des meetings publiques – qu’il est par conséquent logique d’interdire lorsqu’ils sont opposés au gouvernement.

          On peut aller très loin avec ce genre de principe simpliste.

          • Ce n’est pas un « principe », pour moi, ce sont deux faits.
            La négation écrite ou « publique » des camps est un délit, que je sache, en France et le droit à l’image est plus ou moins protégé.
            Je ne demande pas qu’on interdise d’autres choses et il n’y a donc pas lieu d’étendre les interdictions sauf pour pour me faire passer pour un censeur!

            • « Je ne demande pas qu’on interdise d’autres choses »
              Merci de votre bonté.

            • @ Mikylux

              Une seule exception à la liberté d’expression suffit à faire de vous un censeur.

              Je vous comprends, vous voulez défendre la vérité historique et les victimes. Mais l’Histoire se fait par la recherche et votre censure, loin de défendre les victimes, augmente la concurrence des victimes.

              Je ne sais plus qui a dit que le génocide subi par les Juifs était incroyable ?
              Mais il est au contraire très croyable.
              Des génocides, il y en a eu avant, et sur leurs propres populations, par l’Etat français, lire Le génocide vendéen, du génocide au mémoricide, le génocide subi par les Arméniens… Et il y en a eu après, le génocide subi par les Tutsis, entre autre.
              J’espère qu’il n’y en aura plus mais j’en doute.

    • La minimisation ou la négation de la shoah est interdite parce qu’elle choque – à raison – les gens qui en ont été victime. Il me parait un peu compliqué d’expliquer aux gens qui sont choqués par les caricatures du prophète, que non, ils n’ont pas le droit à la même protection de la loi.

      Nier les crimes du communisme n’est pas un délit ; Nier les crimes des nazis, si. Parler favorablement du cannabis est un délit, du vin non. La liberté d’expression est mitée en France. Mais cela n’a pas attendu les ignobles assassinats récents.

      Si la France était une grande démocratie comme elle se rêve. Elle profiterait du choc créer par ses actes terroristes pour se débarrasser une fois pour toutes des entraves qu’elle a posé au fil des années à la liberté d’expression. Au lieu de cela, elle se transforme de plus en République Démocratique, et nos commissaires politiques ont tendance à emprisonner tous ceux qui ne sont pas Charly.

      • Bien d’accord ….. Laissé les pensées s’exprimer . le plus dangereux ce sont les non dits. Entre ces non dits et l’acte ,il n’y a rien…

      • Supprimer les entraves qui permettent à des groupes de se faire de la thune en se posant comme des victimes, vous n’y pensez quand même pas ?

      • @ Henriparisien

        Vous avez raison.
        Pour ne rien arranger, on a beau montrer que les Etats-Unis vivent très bien la liberté d’expression, l’antiaméricanisme fait nier la chose.

  • Excellent article de synthèse, à diffuser. Merci à l’auteur.

  • Contrepoints suit la meute et censure à tout va.
    Fin de la liberté, délit de blasphème par anticipation, société carcérale.
    On est en passe de recevoir des subventions du pouvoir pour mettre le couvercle sur la casserole, trois parpaings en plus.

    Contrepoints, chantre du libéralisme, pfuiiittt !

    Le profil type du libéral chez contrepoints est : grande gueule pas de couilles

  • l’expression engendre des actes, la liberté d’expression c’est la démocratie qui se prend les pieds dans le tapis
    le problème est de trouver quand l’expression va engendrer des actes
    Valls croit que l’apartheid consiste à donner des aides sociales et un journal marocain compare les cités aux camps de concentrations
    Je suis tout à fait d’accord que ce journaliste puisse exprimer son point de vue, mais dans les cités ce ne sont pas des musulmans arabes qui craignent pour eux, ce sont des blancs
    Pour nos énarques l’insulte « sale blanc » « sale français » n ‘existe pas

  • au fait selon la plupart des journaux et politiques:

    si vous etes, au choix
    _pour la peine de mort
    _contre l’europe
    _ou pour le droit du sang à la place du droit du sol

    vous êtes anti republicain ( et pas loin d’être taxer de nazi)

    à ce rythme là, la démocratie, république et liberé d’expression, ça devient de la branlette
    Dieudonné a au moins l’intelligence de profiter de cette hypocrisie

  • Je partage cette analyse à 200%.

  • Très fine analyse que j’avais moi-même tenté de faire… en moins bien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, les propos de M. Dupond-Moretti, qui attaque la gauche (NUPES) à l’Assemblée nationale pour un ensemble de raisons seulement apparemment reliées par des liens disparates avec ce que différentes personnes associent à ce qu’on appelait avant, à l’époque de Marx et de Sartre, « la question juive », suscitent une vague de nouveaux articles, qui se suivent et se ressemblent, sur la montée de l’antisémitisme.

On y explique que, si le nombre d’« actes antisémites » n’augmente pas, et diminue plutôt (modulo les problèmes que posent ... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

L’état de la liberté d’expression en Occident peut se juger à la manière dont sont traités les lanceurs d’alerte comme Julian Assange. Lundi 18 juillet, à Paris, plusieurs organisations et médias ont lancé un appel destiné à obtenir la libération d'Assange et demandant à la France de lui accorder l'asile politique. Parmi elles, la ligue des droits de l'Homme, le syndicat national des journalistes (SNJ) et Anticor.

Au Mexique, le très à gauche président Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré avoir plaidé la cause du journaliste australie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles