Lutte contre Boko Haram : stopper la radicalisation

Les seules stratégies militaire et judiciaire sont-elles suffisantes pour lutter de façon efficace et efficiente contre Boko Haram ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
boko haram credits ak rockefeller (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lutte contre Boko Haram : stopper la radicalisation

Publié le 24 janvier 2015
- A +

Par Louis-Marie Kakdeu.
Un article de Libre Afrique

boko haram credits ak rockefeller (licence creative commons)

Le 22 décembre 2014, l’un des camps d’instruction du groupe islamiste Boko Haram a été démantelé au nord du Cameroun, dans la localité de Guirvidig, où la secte recrutait des enfants âgés de 7 à 12 ans pour leur apprendre l’islamisme radical et le djihadisme. Le spectacle est intenable. Pendant que les uns meurent, d’autres se font recruter même volontairement. Le 28 décembre 2014, c’est plus d’un millier de jeunes radicalisés qui ont accompagné la secte islamique dans l’envahissement du camp militaire camerounais d’Achigachia et le hissage de leur drapeau dans la localité. Les seules stratégies militaire et judiciaire sont-elles suffisantes pour lutter de façon efficace et efficiente contre Boko Haram ?

Si l’objectif politique est d’éradiquer Boko Haram et si l’objectif opérationnel est de limiter les dégâts surtout en ce qui concerne les pertes en vies humaines, alors ne faudrait-il pas envisager d’autres solutions qui intègrent un modèle de causalité (relation cause-effet) ? Doit-on uniquement répondre à la violence par la violence au lieu d’œuvrer aussi à stopper la radicalisation et l’enrôlement des jeunes ?

La prévention de la radicalisation des citoyens ou leur dé-radicalisation passe par la lutte contre l’exclusion économique (chômage et pauvreté), l’injustice sociale (inégalités, prédation des gouvernements) et l’exclusion politique (absence de démocratie et déficit des libertés).

Sur le plan politique, il faut noter que la radicalisation et l’instrumentalisation religieuse sont souvent un prétexte pour arriver au pouvoir. En matière de décentralisation, l’État devrait donc accélérer le transfert des compétences et des ressources afin de permettre aux populations locales et aux élites de dépendre moins de l’État central qui a longtemps délaissé l’arrière-pays. Il faudrait plus de transparence, de participation et de représentation des populations aux prises de décisions les concernant. Il faudrait surtout redéfinir le sens de la justice sociale, dans le sens de plus d’autonomisation, et lutter contre les frustrations internes pour prévenir de façon durable la révolte. Jusqu’ici, la justice sociale au Cameroun a consisté en la redistribution au niveau central des postes politico-administratifs (équilibre régional qui fabrique des élites prédatrices et crée la mauvaise gouvernance) et non en la redistribution équitable des richesses du pays (péréquation financière). Aussi, la promotion de la culture de tolérance (ethnique, religieuse, politique, etc.) et d’intégration des minorités est incontournable.

Sur le plan économique, il faudrait mettre sur pied une stratégie de développement par le bas où le principal acteur est l’entrepreneur. Pour ce faire, l’État devrait être un facilitateur et un protecteur des droits de propriété pour permettre l’expression des initiatives privées et des talents individuels. Les questions du foncier, des investisseurs étrangers (allogènes) ou de sécurisation des biens et services devraient être résolues pour attirer les investissements dans ces zones délaissées. Les questions de transport et des voies de communication devraient être aussi à l’ordre du jour pour assurer l’écoulement des produits et la liaison de ces zones reculées. L’approche devrait être inclusive pour éviter l’exclusion économique qui conduit aussi à la radicalisation.

Sur le plan social, la réduction des inégalités et la lutte contre la stigmatisation sont nécessaires pour freiner la radicalisation. Au lieu de réserver la peine de mort aux citoyens qui pensent et agissent différemment (citoyens radicalisés), il convient d’éradiquer « l’esprit Boko Haram » par l’éducation. C’est une opération mentale qu’il faudrait faire sur la représentation du monde des populations vulnérables. Le 28 décembre 2014, le porte-parole du gouvernement parlait d’une « escouade formée de mille personnes environ (qui) a donné l’assaut sur le camp d’Achigachia (…) » contraignant l’aviation militaire à entrer dans ce conflit. Cela constitue une « nouvelle gradation » du conflit qui risque d’être très meurtrier. L’action sur la tolérance et/ou la modération religieuse concerne le développement d’une nouvelle conception de l’Islam. Cela passe par l’ouverture d’un débat religieux serein, la re-formation des imams, la promotion d’une conception religieuse proche des besoins de modernité des populations.

La lutte contre la radicalisation devrait reposer sur un vaste programme de communication et de renforcement des capacités. En effet, si une épidémie est déclarée dans une région du pays alors, il convient d’œuvrer pour stopper son extension au lieu de se contenter de la poursuite des présumés coupables. En l’état, on lutte uniquement contre les sujets (islamistes et leurs soutiens internes et externes) sans lutter contre l’objet (radicalisation). En clair, si l’on stoppe l’épidémie de la radicalisation, alors on stoppe de façon efficace et efficiente l’action du sujet (Boko Haram) en le mettant en échec. Pour ce faire, le gouvernement devrait de façon concomitante aux opérations militaires, renforcer les capacités des leaders locaux (société civile qui sympathise avec Boko Haram) sur les relations entre la modernité, le religieux, le séculier et le coutumier. De plus, il faudrait améliorer les connaissances des populations non pas seulement sur le renseignement militaire mais aussi et surtout sur les notions de république, démocratie, laïcité, liberté, égalité, droits de l’homme, État de droit, souveraineté, pouvoir, etc. Il faudrait clairement définir le sens de l’ennemi de la république qui est instrumentalisé de nos jours. Les amalgames sur ces notions sont sources de conflits.

Pour finir, nous disons que la radicalisation est un cercle vicieux et un cycle infernal qu’il faut stopper pour préserver la dignité humaine. En l’état, le gouvernement camerounais s’attaque au symptôme (violence) et non à la cause (radicalisation). Seules les mesures répressives sont actuellement utilisées. Force est de constater que cela ne suffit pas à stopper la radicalisation et l’enrôlement de nouveaux jeunes désœuvrés. Il faudrait donc intégrer non seulement des mesures préventives, mais aussi et surtout des mesures correctives.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Bravo, vous êtes le seul sur contrepoints a parler de la secte islamique, tous les autres utilisent la langue de bois des bobos socialo-communiste, qui fait que je ne lis plus leurs articles.

  • plutôt d’accord avec cet article sauf pour la lutte contre les inégalités. oui, il faut lutter contre les inégalités de droit mais pas contre les inégalités sociales. le problème s’est la pauvreté pas les inégalités sociales

    • oui tout a fait d’accord

    • Oui, je n’ai pas pu aller jusqu’à la fin de l’article et me suis arrêté après avoir lu 2 fois « justice sociale », « redistribution », « péréquation financière »…

      • D’abord la corruption est un fléau pour ces pauvres. Travailler pour un bol de céréales voire un sac est inimaginable. La production agricole a besoin de trouver un financement de ces produits. Ils ont besoin de commerciaux qui puissent leur acheter à chacun leur production. C’est cela qui manque. Sont ils propriétaires de leur terre ?

        • Bonjour,
          Nous avons beaucoup d’autres articles qui traitent du droit de propriété. Ils n’ont aucun titre de propriété sur leurs terres. Et cela fait partie des problèmes à régler.

      • Rires! Ne vous radicalisez pas!

  • Bobo haram = noveau parti nazi donc à éradiquer d’urgence…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Il est agréable de pouvoir l’écrire de temps en temps : on dirait bien que tout n’est pas complètement pourri au royaume de l’Absurdistan de la République de France. Mardi 4 mai dernier, le tribunal correctionnel de Nanterre a relaxé Marine Le Pen et le député européen Gilbert Collard dans l’affaire de la diffusion de photos d’exactions de l’État islamique. Une victoire pour la liberté d’expression et une débandade en rase campagne pour ceux qui cherchaient à affaiblir politiquement le Rassemblement national par ... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Gérald Darmanin à propos du projet de loi antiterroriste: "On veut être fidèles à la protection que nous devons aux Français" pic.twitter.com/G9oBnxzy3R

— BFMTV (@BFMTV) April 27, 2021

Profitant d’une opinion publique secouée par le meurtre tragique d’une fonctionnaire de police dans un commissariat de Rambouillet, Gérald Darmanin dégaine ce mercredi son projet de loi antiterroriste en conseil des ministres. Le ministre de l’Intérieur se défend de présenter un texte de circon... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles