Défense de la médecine libérale

La guerre du tiers payant est courageusement engagée…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
défense médecine (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Défense de la médecine libérale

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 janvier 2015
- A +

Par Jacques Garello.

Grèves des médecins libéraux (Credit PAM)

La loi Macron, dont on vante tellement les mérites, avait déjà provoqué les légitimes réactions de plusieurs professions libérales. Le volet « Montebourg » de la loi ne leur avait pas échappé : il s’agit de mettre fin aux privilèges des riches. À leur tour, les médecins sont visés par l’idéologie égalisatrice : la réforme de l’assurance maladie prévue par Marisol Touraine, au prétexte de permettre aux pauvres d’accéder aux soins, est en fait une façon de soumettre les riches médecins au servage de la belle Sécurité Sociale.

Le tiers payant passe pour un progrès social : personne n’a plus un sou à débourser pour une visite ou une consultation. Mais aussi personne ne touchera un sou tant que la Sécurité Sociale n’aura pas remboursé le praticien. C’est le médecin qui doit gérer ses relations avec la Sécu, c’est lui qui doit déclarer les actes de son intervention. Quant au remboursement, il interviendra quand l’administration aura reçu les relevés, les aura vérifiés et aura l’argent pour les régler. Donc les médecins sont à la fois secrétaires médicaux, comptables et banquiers. Fondamentalement, ils deviennent les salariés de l’administration qui paie ce qu’elle veut et quand elle veut.

défense médecine rené le honzec

Le plus clair, c’est la socialisation de la médecine. Une entreprise mise en route depuis 1945, qui est arrivée maintenant à son couronnement. Les syndicats de médecins ont laissé dériver le système, ils ont accepté des compromis successifs pour se satisfaire de quelques centimes d’augmentation des tarifs, jusqu’à prolétarisation de la profession. Aujourd’hui, l’ensemble des médecins n’a plus de doute : on veut ôter tout caractère libéral à l’art des praticiens, toute relation (y compris financière) entre le patient et le docteur.

D’autre part, la réforme Touraine vise à tuer l’intolérable concurrence que les cliniques privées livrent aux établissements publics. Les dépassements d’honoraires, jusque-là tolérés, sont appelés à disparaître dans le secteur privé, dont le coût de fonctionnement est pourtant très inférieur à celui des hôpitaux publics, et où les conditions de travail et d’accueil des malades sont bien meilleures. L’idéologie socialiste exige que soit pénalisé puis détruit tout ce qui n’est pas sous la coupe directe de l’État.

La trêve des confiseurs s’est donc transformée en grève des confiseurs et les mouvements de protestation s’amplifient : le refus de la carte vitale compliquerait certainement le travail de la Sécurité Sociale, mais les patients devraient remplir et adresser des feuilles de maladie à la Sécu et leur remboursement prendrait un certain retard. Il faudra donc du courage et de la pédagogie aux médecins pour mettre le pays de leur côté. Mais ils tiennent un bastion solide et se battent désormais sous la bannière de la liberté et de la dignité de leur profession.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Le tiers payant est le socle de la transformation du paradigme de la santé, aujourd’hui le médecin est dans un « trio » avec le prescripteur d’un côté, le patient qui est le client et la caisse dans le rôle du gendarme financeur… Demain, le médecin prescripteur, travaillera avec un patient qui ne sera plus le client (le choix du médecin traitant disparaitra comme dans tous les pays appliquant le TPG) et une caisses gendarme, cliente et financeur…

  • Où étaient les médecins lorsqu’on a obligé toutes (ou presque) les autres professions médicales (et auxiliaires) à appliquer le tiers payant ?
    Je suis plutôt en accord avec les médecins sur ce sujet, la fonctionnarisation de la médecine est une très mauvaise idée qui nivellera par le bas la qualité mais il fallait se réveiller bien avant, lorsqu’on a commencé à fonctionnariser toutes les autres professions médicales, aujourd’hui il est trop tard et les médecins devront malheureusement s’y plier et ceux qui résisteront seront punis par la police communiste (CPAM).

  • Tous les pays, sans exception, (y compris la Grande Bretagne pré tatcherienne), qui ont installé la médecine gratuite, ont vu une dégradation énorme de la qualité des soins, cette qualité ayant été seulement préservée pour les patients faisant partie des élites.
    Dire que payer l’acte médical défavorise les pauvres est faux, comme le montre l’histoire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Charles Prats
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.   

La Sécurité sociale a été créée par les Ordonnances de 1945 :

 « Art. 1er. — Il est institué une organisation, de la sécurité sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et les charges de famille qu’ils supportent. »

Elle a pour objectif de « de protéger les individus des conséquences de divers événements ou situations, généralement qualifiés d... Poursuivre la lecture

Un article de la rédaction de Contrepoints.

Face à la crise covid qui a durement éprouvé notre système de santé, les Français réaffirment leur attachement à leur liberté de choix selon une étude BVA pour la fondation April réalisée du 19 au 27 juillet 2021. Ainsi, 82 % des personnes interrogées jugent important de pouvoir consulter le médecin de leur choix, même s’il pratique des dépassements d’honoraires. 72 % des Français jugent également important de pouvoir recourir à la médecine non conventionnelle.

L’i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles