Les religions ne tuent pas, même si on tue en leur nom

Tant que les croyants acceptent que la foi n’a force de loi que pour ceux qui l’ont, aucune religion n’est incompatible avec la liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Voile femme Islam (Crédits See Wah Cheng, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les religions ne tuent pas, même si on tue en leur nom

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 janvier 2015
- A +

Par Baptiste Créteur

Voile femme Islam (Crédits See Wah Cheng, licence Creative Commons)

Le monde serait un endroit bien plus beau si les honnêtes gens n’avaient pas besoin de mettre de verrous à leurs portes, si les pacifistes ne subissaient pas tôt ou tard les assauts des plus belliqueux. Mais il se trouvera toujours quelqu’un pour convoiter ce qui n’est pas à lui, pour chercher à détruire ce qu’il ne peut posséder, pour anéantir ce que les autres ont construit.

Il a fallu longtemps pour que l’Europe puisse s’affranchir du religieux. La religion est toujours là, et elle occupe encore une place centrale dans la vie de nombreux citoyens, mais la place qu’elle occupe dans leur vie n’envahit pas celle des autres.

Outre la liberté de ne pas adhérer aux principes de la religion, l’individu peut aujourd’hui espérer vivre sa vie selon ses propres principes et valeurs et non selon d’autres qui lui seraient imposés. L’espérer, oui, mais pas encore pleinement le faire ; il faudrait pour cela que ses choix soient totalement libres, et ce n’est pas le cas. Peut-on refuser de financer les syndicats et les partis politiques ? Peut-on refuser de soutenir des causes qui ne sont pas les nôtres, de financer des guerres que nous ne voudrions pas mener ?

L’attaque contre Charlie Hebdo a provoqué un sursaut d’intérêt pour la liberté d’expression, et il ne faut pas en rester là. Si l’on réclame la liberté de rire des religions, des croyances, des idées et de tout le reste, il faut accepter d’être soi-même moqué. Il faut accepter même qu’on dise des choses bêtes, stupides, infondées, révoltantes. Il faut accepter que chacun puisse exprimer un point de vue, aussi idiot soit-il, sur les génocides, sur les guerres, sur les massacres. On ne peut limiter la liberté d’expression à ce que l’on accepte d’entendre.

Elle a aussi provoqué des réactions de peur et de rejet contre un islam que l’on dit conquérant, et qui serait responsable des attaques menées en son nom. Mais chacun est responsable des choix qu’il fait, et l’islam a autant de visages qu’il a d’adeptes. Les religions ne tuent pas, même si on tue en leur nom. Il est dommage de devoir rappeler ces évidences, mais s’il se trouve des musulmans pour soutenir Charlie Hebdo, pour penser que la liberté d’expression pour tous est plus importante que l’interprétation et la foi de quelques-uns, c’est que l’islam n’est pas en soi l’ennemi de la liberté.

Certains craignent un islam conquérant, craignent ces musulmans qui veulent une alternative au porc ou des plats halal dans les cantines, qui revendiquent de porter le voile. Mais si votre religion interdisait à vos enfants de manger du porc, que feriez- vous ? Ne souhaiteriez-vous pas avoir le choix ? Si vous souhaitiez porter un voile, comprendriez-vous qu’on vous en empêche ?

C’est de ce point de vue qu’il ne faut pas faire d’amalgame, entre des revendications qui visent à jouir d’une plus grande liberté et celles qui visent à restreindre celle des autres. S’il y a des plats halal dans les cantines, si certaines femmes portent le voile, en quoi cela pose-t-il un problème ? En revanche, restreindre la liberté d’expression ou imposer le voile à ceux qui n’en veulent pas poseraient problème. Quelle que soit d’ailleurs la raison pour laquelle on souhaiterait restreindre la parole ou imposer un dress-code, au nom de la religion ou au nom de la mémoire.

Il n’y a rien de mal à simplement vouloir vivre selon ses principes et valeurs ; c’est précisément ce que le libéralisme défend. Tant que cela n’empêche pas les autres d’en faire autant.

Islam et liberté ne sont pas incompatibles, et l’islam ne pose en soi aucun problème à des sociétés laïques et démocratiques. Pas plus que quelque religion que ce soit, tant que les croyants acceptent que la foi n’a force de loi que pour ceux qui l’ont. La foi des uns ne peut pas justifier que l’on restreigne la liberté des autres. De la même façon, on ne peut restreindre la liberté des croyants simplement parce que leurs revendications ont trait à la religion.

On peut et doit exiger de tous qu’ils n’imposent leur foi qu’à eux-mêmes. Mais la laïcité doit être en faveur de la liberté de religion et de culte, pas y être un obstacle.

Religions don’t kill people. People kill people.

Chacun est responsable de ses choix et de ses actes. Il faut se battre pour que chacun en soit libre. La liberté est toujours bonne, mais il n’en va pas toujours autant de l’usage que l’on en fait. Les honnêtes gens doivent donc mettre des verrous à leur porte, et chacun doit se tenir prêt à défendre ce qui lui appartient.

Savoir se libérer n’est rien ; l’ardu c’est savoir être libre. – André Gide

Voir les commentaires (71)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (71)
  • Merci ça donne vraiment de l’espoir de voir des ilots de sens dans un océan de bêtise

  • « Islam et liberté ne sont pas incompatibles, et l’islam ne pose en soi aucun problème à des sociétés laïques et démocratiques ».

    Mouais, je ne pense pas. L’Islam, plutôt qu’une religion, est une idéologie politique qui doit, à ce titre, subir et pouvoir subir la critique. C’est difficile d’apporter contradiction à l’Islam dans les pays où il est fermement implanté, n’est-ce pas ?

    Et il est toujours amusant de voir que la liberté est toujours inversement proportionnelle à l’Islam dans un pays.

    Mais bon, si on assimile tout de suite les violeurs à l’Eglise, force est de constater que « padamalgam » (je ne vise pas vos écrits ici M. Créteur) ne vaut que pour certains.

    • L’Islam n’est point majoritaire aux Etat Unis, en France ou encore a Singapour et pourtant la restriction des libertés dans ces pays n’est pas du tout négligeable, même si d’un ordre éminemment différent.

      • C’est exact ! Mais ce qu’il se passe ici ou aux Etats-Unis est, vous l’avez justement remarqué, est d’un autre ordre. Et je m’oppose également au collectivisme, mais les sources tendant à vouloir restreindre la liberté sont multiples. Le mahométanisme, pour moi, en fait partie.

  • « On peut et doit exiger de tous qu’ils n’imposent leur foi qu’à eux-mêmes. »

    Inutile d’exiger, il n’y a pas un musulman qui ne sache qu’Allah guide qui il veut.

  • « Islam et liberté ne sont pas incompatibles, et l’islam ne pose en soi aucun problème à des sociétés laïques et démocratiques. » … Tant qu’il est minoritaire. Mais le jour ou il a le pouvoir, la société laïque et démocratique disparaît … comme dans tous les pays musulmans. C’est beau d’avoir des illusions de Chrétien, le cœur sur la main, mais … lisez donc le Coran, et les Hadiths … ou attendez de perdre vos illusions sur l’Islam quand les faits seront là. Pourquoi ne lit-on pas ces magnifiques écrits, ce merveilleux livre saint dont le mot « amour » est totalement absent, et qui présente plus de 350 occurrences du mot « châtiment ».

    • Ramassis de stupidités et de propagande.

      113 des 114 sourate du coran commence par  » Au nom d’Allah, le Miséricordieux celui qui fait Miséricorde »
      le mot utilisé est Rahman dont la racine est Rahm. Ce même mot décrit l’attitude d’une mère pour son nouveau né.

      Il n’y a pas de versets de violence dans le coran qui soient pas rationnellement acceptable et qui ne soit pas atténué dans « ils vous ont attaqué les premiers ».  » ils ont trahis leur serment et ont fait coulé le premier sang », « s’ils cessent de combattre, cessez » etc etc….

      Vous voulez comparer le magnifique coran avec les génocides de la bible ?
      Je vous mets au défit de vouloir les comparer….

      Voilà pourquoi les musulmans n’ont pas le droit de réponse, parce qu’il vous montreraient votre hypocrisie….

      • Muslims, fight everyone who reject Islam, even against Christians and Jews who have rejected Islam, until they pay regular financial tribute with willing submission and feel themselves completely subjected to their Islamic conquerors (9:29)

        Allah sent Mohammed with the true religion so that it may prevail over all other religions (9:33).

        Muslim (1:30) – « The Messenger of Allah said: I have been commanded to fight against people so long as they do not declare that there is no god but Allah. »

        Mais bon, c’est sans doute un complot. Et rien ne saurait vous affranchir de la politesse.

      • Et c’est avec plaisir que je reconnaîtrais avoir tort si vous parvenez à prouver ce que vous avancez.

      • « Il n’y a pas de versets de violence dans le coran qui soient pas rationnellement acceptable et qui ne soit pas atténué dans « ils vous ont attaqué les premiers ». » ils ont trahis leur serment et ont fait coulé le premier sang », « s’ils cessent de combattre, cessez » etc etc… »

        C’est justement la croyance qu’il y a une violence rationnellement acceptable qui est scandaleuse dans ce livre.
        Cette petite phrase que vous énoncez démontre votre complaisance pour la violence. L’action des terroriste est rationnelle dans son mode opératoire.
        Cette petite phrase est la démonstration de l’état d’esprit de ceux qui se revendiquent de l’islam.

      • Propagande, dites vous ? Et si on parlait de taqqiya ?

      • De quelle partie de la bible parlez vous? De l’ancien testament qui n’a de valeur « qu’historique » pour un chretien ou du nouveau testament qui est le seul livre qu un chretien suit?

      • Peut-être pourriez vous nous donner des exemples de ces génocides dans le nouveau testament? Bien entendu un genocide voulu ou excusé par Jésus ou Dieu. Souhaitez-vous que nous parlions des millions d’êtres humains ( blancs et noirs) mis en esclavages dans les pays muslumans pendant plus de mille ans, dont les hommes etaient souvent castrés et les femmes servaient d’esclaves sexuelles ou menageres selon leur origine? Ahhhh vous aller me parler des edclaves noirs emmenés en amerique? Vous voulez parler de ces esclaves vendus par des marchands musulmans et dont les comptoirs etaient presents avant l’arrivée des « blancs ». Souhaitez vous que nous discutions de l’origine des janissaires? Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas en train de vous parler de 3 ou 4 pays colonisés pendant n siecle mais de pratiques en terre d’islam. Je reste à votre ecoute pour ce genocide demandé par Jésus.

        • Je veux pas abimer votre argumentaire sur les esclaves mais l’usage des esclaves en Europe par les chretiens et meme par le clergé de l’Eglise etait pratique courante dans les siecles qui suivirent la chute de l’empire Romain et le haut moyen age (Verdun etait une plaque tournante majeure du marché des esclaves au VIIIe siecle). Les musulmans n’avaient pas le monopole de l’esclavage.

          • Je pense qu’aucun européen tombera des nues si on lui parle du servage en Europe pendant le haut Moyen Age. Ce servage à été petit à petit abandonné au tournant du millénaire, exception faites de la Russie. Mon questionnement était une réponse à Mr Omir qui, comme beaucoup d’autres, se présente toujours comme la blanche colombe, éternellement victime des méchants chrétiens. cela fini par légèrement fatiguer. De plus les marchants d’esclaves n’étaient pas uniquement chrétiens….. Et Verdun n’était pas la seule plaque tournante. Aucun peuple n’a le monopole de l’esclavage, l’esclavage existe ou a existé dans toute les civilisations, par contre certaines se présentent toujours comme des victimes, il est temps d’arrêter cela. De plus le servage en Europe avait je pense peu à voir avec l’esclavage pratiqué en terre d’islam. Est-ce que Monsieur Omir peut nous donner les dates d’interdictions de l’esclavage dans les pays du moyen orient? certains l’ont fait dernièrement et je pense de mauvaise grâce, pour paraître « propre » aux yeux de la communauté internationale. De la à dire qu’elle a disparu de leur schéma mental et culturel
            .

            • Le servage n’a rien à voir avec l’esclavagisme, c’est du révisionnisme marxiste.

              Le servage vient de la spécialisation en nobles guerriers d’un côté et cerfs protégés de l’autre.

              Système s’etant transformé en privilèges avec l’hérédité des statuts, mais système parfaitement réglementé par la féodalité et abandonné en 1789.

              L’esclavage est la conception de l’absence de droits pour certains humains qui ne sont pas propriétaires d’eux même (n’ayant aucun droit) mais sont propriété d’autrui.

              • je n’ai pas compris

              • L’esclavage est la conception de l’absence de droits pour certains humains qui ne sont pas propriétaires d’eux même (n’ayant aucun droit) mais sont propriété d’autrui. ça moi comprire
                Système s’etant transformé en privilèges avec l’hérédité des statuts, mais système parfaitement réglementé par la féodalité et abandonné en 1789. : c’est un tout petit peu plus complexe que cela.
                Le servage vient de la spécialisation en nobles guerriers d’un côté et cerfs protégés de l’autre. les nobles ne protegeaient pas les cerfs, ils les chassaient.

                Le servage n’a rien à voir avec l’esclavagisme, c’est du révisionnisme marxiste. : moi pas comprire

                • Marx dans sa théorie de la lutte des classes, expliquait que le capital aliénait l’homme. Il a tenté de démontrer que cette théorie était universaliste et qu’elle expliquait la féodalité. D’où l’idée couramment admise que le servage et l’esclavage sont identiques.

                  L’origine du système féodal est basé sur la vassalité : reconnaissance d’un suzerain auquel on prête allégeance : le suzerain protège en échange de la reconnaissance de son autorité. A partir du IX° siècle, les suzerains (l’aristocratie) se spécialisent en guerriers à part entière et le système d’obligations et de services se met en place : le seigneur se spécialisant dans la protection (le château, les armes, la violence, la justice…) et les vassaux (cerfs) se spécialisant dans la vie économique.

                  Les seigneurs avaient des devoirs envers leurs cerfs, ils ne pouvaient pas vivre sans l’apport économique de ceux-ci qui leur permettait de payer armes, soldats, entretien du château, etc…

                  L’image d’Epinal du Seigneur médiéval exploitant ses cerfs comme des esclaves est au mieux de l’anachronisme, au pire de la manipulation : le système n’était pas parfait, pas égalitaire … mais a tenu pendant 9 siècles (voir plus si on considère le système mérovingien comme étant pré-féodal) malgré d’incroyables pressions (invasions Vikings, guerre de 100 ans …) sans doute parce qu’il était le mieux adapté à combattre la barbarie et le terrorisme : les nobles ‘surentrainés à la guerre’ étant la réponse la plus adaptée face à la barbarie et au terrorisme (comme le sont les Navy Seal, SAS et autres troupes ‘spéciales’ contre les terroristes actuels)

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9odalit%C3%A9

                  • mon commentaire concernant le servage faisait suite à ce que disait FaLLaWa sur l’esclavage en Europe, à mon avis il faisait référence au servage car sinon je ne connais pas d’esclavage en Europe. Après les subtilités servage/esclavage…… De plus si le servage a été officiellement aboli en 1789, il avait pratiquement totalement disparu depuis le 12eme siècle. Après, la théorie de la suzeraineté, de la féodalité, a bien existé mais comme tout sur terre il y a eu des évolutions, des pratiques qui se sont éloignées de la théorie, des pratiques qui combattaient la théorie etc… c’est un peu une image d’Épinal si on présente les choses comme cela, je ne suis pas marxiste pas plus que libéral (les deux faces de la même pièce).

                    • L’esclavage a cessé en France à l’époque carolingienne en grande partie à cause de l’Eglise qui interdisait l’esclavage pour les chrétiens : les esclaves se convertissant en échange de leur émancipation.

                      Je vous laisse libre de votre appréciation entre marxisme et libéralisme, je pense que vous mélangez capitalisme de connivence avec libéralisme ou encore libertarisme avec libéralisme.

                      http://www.wikiberal.org/wiki/Tol%C3%A9rance

                  • je ne confonds rien, je comprends juste que les idéologies, et donc les parties qui en sont issus et donc les élections qui font suite ont surtout pour effet de diviser un pays, que celui qui est élu mécontente l’autre moitié, pour faire court, de la population. les partis au pouvoir sont la pour montrer qu’ils ont raison, la France n’a qu’un intérêt secondaire. La démocratie participative n’est pas le seule modèle sur terre et ne peut se targuer que de deux siècles au mieux d’existence. que l’on ne me parle pas de la démocratie en Grèce aux temps socratiques, pitié.

                    • On est d’accord ! Les idéologies des partis au pouvoir sont toutes socialistes dans le sens où elles défendent l’Etat monarque absolu.

                      Le libéralisme n’a pas pour vocation de prendre le pouvoir (ni même de le donner au peuple), mais de mettre en place des contre pouvoirs qui permettent un équilibre social donnant le plus de liberté. Il est basé sur le développement de la responsabilité des gens par la liberté : faire confiance aux gens au lieu de faire à leur place.

                      Les idéologies néo-conservatrices qui prônent la transgression économique et l’uniformité morale ne sont pas plus libérales que les idéologies marxistes qui prônent l’uniformité économique et la transgression morale.

                      Les deux utilisent liberté et égalité dans des sens détournés : transgression et uniformité.

            •  » le servage a été petit à petit abandonné au tournant du millénaire, sauf en russie …  »

              malheureusement, c’est un petit peu plus compliqué que cela : si en europe de l’ouest, le servage a été effectivement abandonné de manière graduelle depuis l’ an mille, il a au contraire repris de la vigueur dans les pays de l’est ( et pas qu’en russie … ) , pour des raisons économique et politiques: absence de bras alors qu’un marché des céréales se constituait en direction de l’europe de l’ouest, prépondérance de la noblesse terrienne à l’ouest de la vistule sur la bourgeoisie d’affaire, contamination par les idées asiatiques ou plutot mongols, à partir du 13ième siècle.
              ainsi, il est prouvé, que dans la principauté de novgorod, le degrés de liberté du citoyen lamba s’était fortement dégradé entre l’an mille , et le 18ième siècle.
              ce qui prouve que la liberté, comme le progrés, n’est pas forcément quelque chose qui progresse de façon linéaire sous l’emprise d’un déterminisme historique, comme aurait pu l’écrire marx …

      • Il y a une autre différence entre les violences décrites dans la bible et la violence inscrite dans le coran ; je viens d’ailleurs de la définir en n’usant pas du même mot dans les deux cas : La bible raconte des épisodes violents, génocidaires même pour certains (les populations primitives de Canaan (*) ) mais si elle assume un passé qui par moment peut faire horreur, elle ne donne pas d’ordres de même nature aux croyants d’aujourd’hui. ( ordres du genre »Tuez-les où que vous les rencontriez »)
        Lla violence dans le coran est d’ordre prescriptif. Dire que Moïse a fait tuer trois mille personnes en redescendant du mont, à cause du Veau d’or, n’est pas la même chose que d’ordonner que jusqu’à la fin des temps on extermine les mécréants.
        C’est une énorme différence ; il y a lieu en effet de « comparer ». Mais la comparaison ne sera pas à l’honneur du texte qui donne des ordres par rapport à celui qui ne fait que raconter, et laisse donc aux générations suivante le droit de ne pas imiter (c’est d’ailleurs ce qui s’est passé ).
        Le statut des deux textes, parole intangible de dieu dans un cas, récits humains, assumés et signés comme tels dans l’autre, renforce encore cette différence.

        (*) Heureusement pour les Juifs, pour qui un génocide, même ancien, ferait tache, aucun peuple hébreu n’est venu envahir Canaan de l’extérieur. Eet surtout pas en marchant quarante ans depuis l’Egypte, pour un trajet qui prend trois semaines aux caravanes).
        Les archéologues s’accordent aujourd’hui pour dire que la bible, rédigée en -800 quoiqu’elle prétende décrire des événements datant de -3000, a été rédigée par des tribus habitant Canaan depuis toujours, et qui s’étant fédérées autour d’un embryon de religion, ont créé la légende conquérante qui légitimait leur prise de pouvoir locale, et leur donnait un sentiment de fierté historique. C’est la fonction de toutes les légendes.
        Ce n’est pas tout à fait pareil que d’envoyer jusqu’à la fin des temps des guerriers à la conquête du monde.

        • Donc c’est bien ce que je disais, à aucun moment Jesus n’appelle à la violence même defensive. Les genocides sont dans l ancien testament. Aucun chretien serieux ne s’ y conforme. Il serai bien que Mr Omid se cultive.

  • traderidera j’ai commencé à lire le coran et je suis tout à fait d’accord avec vous car c’est édifiant mais là personne ose en parler j’invite tout un chacun à lire les hadiths ainsi le sujet sera abordé en connaissance de cause. merci encore pour votre commentaire

    •  » j’ai commencé à lire le coran …  »

      grand bien vous fasse … moi, je commence à apprendre le chinois et demain le russe.

    • Quand j’aurai le temps je pense que je vais m’acheter une copie du Coran et essayer de le lire, par curiosite.
      Et relire la Bible (ancien et nouveau test) en parallele pour comparer.

      Une etude instructive est aussi, si vous avez les textes en pdf, de faire des recherches de mots / associations de mots et champs lexicaux !!

  • Monsieur Créteur affirme que : Islam et liberté ne sont pas incompatible.
    Si, l’Islam arabo-musulman pratiqué dans les pays dont la religion d’Etat est l’Islam est bien liberticide. Il suffit de regarder leur arsenal législatif ainsi que son application pour constater combien de libertés évidentes chez nous n’existent plus chez eux.
    Ceci dit, un Islam réformé en France pourrait peut-être accepter la laïcité à la Française.
    Question : Des oulémas en Europe auront-ils le courage d’interpréter différemment le Coran. Un Coran qui demande explicitement aux musulmans de : (verset 33 chap IX) « faire triompher la vraie religion (l’Islam) sur la ruine des autres religion. »

  • Mr Créteur. Je lis tous vos billet et je suis la plupart du temps en accord avec vous. Mais pas ici.
     »
    Mais si votre religion interdisait à vos enfants de manger du porc, que feriez- vous ? »
    Ma religion, le catholicisme, me pose des interdits: j’ai quitté cette religion.
     »
    Ne souhaiteriez-vous pas avoir le choix ? Si vous souhaitiez porter un voile, comprendriez-vous qu’on vous en empêche ? »
    Je comprendrai que l’on m’empêche d’être nu dans la rue dans certains pays. En quoi porter un habit quelconque est si important pour la constitution de mon identité ?

    A longueur d’année, vous dénoncez à juste titre le monde socialo-bisou. Aujourd’hui c’est vous qui croyez que l’islam c’est les bisous.

    Nous sommes en guerre désormais sur le sol français. Dans la guerre, il n’y a pas de demie-mesure, « vous êtes avec ou contre moi ». Telle est la réalité de tout conflit.

  • La question de savoir si une femme a le droit de porter le voile ne se pose pas. La question qui se pose est de savoir si elle a le droit DE NE PAS LE PORTER.
    La femme en islam ne vaut juridiquement que la moitié d’un homme, qui a tous les droits sur elle.
    Défendre le « droit » de porter le voile, c’est défendre l’esclavage.

    Encore un article fondé sur une ignorance crasse de l’islam, qui porte un coup très dur sur la crédibilité des libéraux aux yeux des électeurs.

    Je viens de voir circuler quelques images des rassemblements de soutien à « Charlie » : où sont passés ces braves musulmans qui sont, paraît-il en majorité opposés à la violence ??????

  • L’islam est libéral.

    D’abord, il y a la liberté de conscience:
    « Nul contrainte dans la religion, le la vérité se distingue assez de l’erreur. » (Le Coran, 2:256)
    « O infidèles, je n’adorerai point ce que vous adorez. Vous n’adorerez pas ce que j’adore. Je n’adore pas ce que vous adorez. Vous n’adorez pas ce que j’adore. Vous avez votre religion, et moi j’ai la mienne. (109 :1-6)
    « Si vous n’avez pas de foi et si vous ne croyez pas dans l’au-delà, au moins soyez libre dans le monde ici-bas. » (Imam Hussein, le petit fils du prophète Mohammed)

    Ensuite la vie humaine est sacrée et la guerre ne peut être que défensive:
    « Alors, pour les Fils d’Isrâ’îl, nous avons écrit ceci: Voici, qui tue quelqu’un qui n’a tué personne ni semé de violence sur terre est comme s’il avait tué tous les hommes. Et qui en sauve un est comme s’il avait sauvé tous les hommes. » (Le Coran 5:32)

    La propriété privée est inviolable:
    « Et ne dévorez pas mutuellement et illicitement vos biens » (Le Coran, 2:188)
    « Soyez humains et justes entre vous. Que la vie et la propriété de chacun soient inviolables et sacrées pour les autres; que celui qui a reçu un dépôt le rende fidèlement à celui qui le lui a remis et sans intérêt. Vous paraîtrez devant votre Seigneur, et Il vous demandera compte de vos actions. » (Le Prophète Mohammed, lors du pèlerinage d’adieu)

    Le respect des contrats :
    « O les croyants ! Remplissez fidèlement vos engagements » (Le Coran, 5:1)

    Ces références sont toutes vérifiables, et si certains ne les admettent pas ou ne respectent pas, ce n’est pas la faute de l’islam.

    • Magnifique. Surtout la liberté de conscience : apostasie = la mort, blasphème = la mort…
      La vie est sacrée : les boucheries perpétuées par les musulmans ne sont qu’illusions.

      Leur libéralisme m’avait échappé, il devait être quelque peu… Voilé.

    • « Nul contrainte dans la religion, le la vérité se distingue assez de l’erreur. » (Le Coran, 2:256)

      J’attendais que quelqu’un la sorte celle-là…

      Pas de chance pour vous mais cette phrase est sortie de son contexte qui veut dire que l’on ne peut forcer un juif ou un chrétien à se convertir (par contre ils doivent verser un impôt spécial faut pas déconner)

      mais pour tous les autres qui sont polythéistes ou athées : COUIC !

      • Je relis en ce moment 21 siecles d’economie de Philippe Simmonot avec plaisir et celui-ci raconte que lors de l’expansion arabe au VIIe / VIIIe siecles ceux-ci faisaient payer un impot aux non musulmans mais pas aux musulmans. Malin pour susciter la conversion à l’Islam, non?

        • les musulmans ont un impôt qui s’appelle la zakat.
          ils faisaient payer ce même impôt aux non musulmans sauf qu’il lui enlevait le caractère religieux….

      • Je ne vois ni le mot chrétiens, ni le mot juifs dans ce verset….

    • J’invite chaque lecteur à rechercher le contexte de ces (trop) brèves citations ; il y verra que tous ces gentils principes ne s’ appllquent en réalité qu’entre musulmans. Les deux religions du livre sont bien tolérées, mais comme chacun le sait, dans un contexte de vassalisation, et d’incertitude permanente sur le vie même : n’oublions pas que la transgression du « code » imposé aux Dhimmis est punie de mort.
      Et il ne faut pas grand-chose : pratiquer son culte de manière jugée « bruyante »,( en gros, qui s’entende depuis l’extérieur), suffit à envoyer au cimeterre (pardon pour le jeu de mot, je suis Charlie aujourd’hui).
      On lit aussi parfois aussi que l’Islam interdit l’esclavage, (sans voir la contradiction avec la présence, dans le coran, de maintes prescriptions concernant la « gestion », y compris sexuelle, des esclaves lorsque le butin de guerre vous en a donné…), alors qu’il n’interdit que de mettre en esclavage un autre musulman. La nuance est de taille…

      • on parle du coran et non pas ce que font les musulmans qui eux sont a coté de la plaque souvant…

        connaissez vous l’Emir Abdelkader..

        il pratiquait l’Islam, le vrai comme 99 % des musulmans, pas celui des médias…

  • Juste pour répondre au porc et au voile …
    Allez donc, vous même, élever un cochon dans ces pays qui fournissent ces fous et qui sont gouvernés de façon directe ou indirecte par eux … et laissez donc votre femme se balader sans voile … Dites moi sir toutes les libertés d’être et de chacun sont bien respectées, à l’heure où les Eglises chrétiennes sont incendiées en Egypte, où ces Islamistes radicaux ont main mise et où les chrétiens d’origine ! sont tués, torturés et chassés de chez eux?
    Alors, monsieur, se respecter et respecter nos différences c’est aussi et surtout respecter son pays d’accueil, ses règles, ses lois et sa façon de vivre !
    Allez donc visionner cette vidéo qui tournent sur els réseaux sociaux, de ce musulman qui condamne les violents, les vendeurs de scheat, ceux qui ne payent pas leurs impôts et obligent leurs femmes et filles à se voiler, tout en leur apprenant à se donner sans respecter leur corps …
    Ce musulman là, Monsieur, est certainement plus français que vous, que moi … il a surtout compris où était l’importance d’appartenir à une nation et donc, de la respecter !
    La liberté des uns s’arrête là où l’Islam commence …

  • « L’important n’est pas de convaincre mais de donner à réfléchir » Bernard Werber
    Questions aux musulmans :
    – Un musulman doit-il suivre le chemin de Mahomet?
    – Qu’ont fait les djihadiste que n’a pas fait Mahomet?

  • quelle lucidité …

    la guerre ne tue pas non plus ! mais les katioucha oui !

  • Les religions ne tuent pas, les idéologies ne tuent pas non plus, je suppose, ni les enseignements, ni la propagande, ni le bourrage de crâne… Seul l’homme tue. Conclusion : les nazis tuaient, mais le nazisme n’était qu’un peu de nationalisme et de socialisme, tout à fait bénin en somme.

    • Un peu comme le communisme, d’ailleurs, une généreuse idéologie aux cent millions de victimes.

      • une idéologie au 100 millions de victimes …

        des sources , qu’on rigole ?

        • Le grand bond en avant entre 30 et 35 millions
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Bond_en_avant

          La révolution russe et la révolution agraire : environ 10 millions
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Famines_sovi%C3%A9tiques_de_1931-1933

          la révolution culturelle 1 million
          Massacres du régime de Pol Pot 2 millions.
          Seconde guerre mondiale : 6 millions

          En ajoutant les divers pogroms, camps de rééducations, goulags etc… on doit atteindre les 50 millions de morts au minimum, clairement plus dans la réalité.

          Si on considère (comme les libéraux) que le National socialisme est une forme détournée du communisme, on atteint les 80 à 100 millions de morts, en 70 ans, une moyenne de 1 million par an, avec des pics à 3 ou 4 millions : 110 à l’heure, 2 à la minute, plus que les tranchées de 14.

          Ca vous va comme sources ? Ca vous fait toujours rigoler ? Pas moi.

          • merci … je n’ai pas mémoire que courtois se serve des morts du nazisme pour arriver au chiffre fatidique des 100 millions. les coauteurs du livre se sont plaint dés la parution, que courtois était obsédé par ce chiffre, et que pour y arriver à tout prix, il augmente systématiquement les sous totaux:
            la guerre civile russe aurait fait 20 millions de victimes, ce qui est peu crédible, et de toutes façon, on ne peut pas forcément imputer tous les morts de cette horrible guerre aux seuls communistes : quand les nationalistes ukrainiens ( les grand-père de ceux de maidan … ) massacrent les juifs autours d’eux, ce n’est pas de la faute des communistes ?
            concernant la famine du grand bons en avant, le chiffre retenu est probablement celui de 50 millions ( le haut de la fourchette ) . chiffre régulièrement cité, mais qui là encore, est peu crédible. compte tenu de la démographie chinoise de la deuxième moitié du 20ième siècle, il est peu probable qu’elle est fait beaucoup plus de 10 millions de victimes ( ce qui est deja considérable en si peu de temps ) . les autorité chinoises dans les années 80, avançaient le chiffre de 15 millions, apparemment exagéré, pour discréditer la politique de mao, et justifier l’ampleur de leurs réformes.
            le livre de courtois, c’est de l’idéologie, et ça ne fait pas bon ménage avec l’histoire.

            • Ok, comme c’est les soldes, on vous accorde un rabais de 50% … ca fait quand même pas mal en si peu de temps (1 mort à la minute)

              La révolution russe a fait environ 8% de morts dans la population, la révolution agraire et les grandes famines qui ont suivi entre 3 et 5 millions.

              Cela ne change pas trop au point principal : ces idéologies ont fait des ravages incroyables et l’échelle de l’horreur propagandiste (qui mettrait les chambres à gaz et la bataille de Verdun en haut) a clairement besoin de travail sérieux de la part d’historiens pour être rectifiée.

              1/3 des morts du front de l’Ouest de la première guerre (14-18) ont eu lieu pendant les 3 premiers mois, pas pendant les tranchées.. la révolution russe a fait plus de morts en % que la grippe espagnole, qui elle même a fait plus de morts que la première guerre, etc, etc…

              Ce que je veux dire pas là, c’est que c’est clairement plus le discours politique, voire de la manipulation (Etatique et idéologique) qui déterminent la dimension morale à donner à ses événements tragiques, plus que la vérité des chiffres.

              Le XX° siècle a vraiment été un siècle d’obscurantisme profond, espérons qu’Internet change cela, mais … c’est pas gagné 🙂

  • Les religions ne tuent pas, ce sont les Etats qui tuent, et qui tuent de préférence les religions, en utilisant des prétextes religieux ou idéologiques, prétextes qui d’ailleurs aboutissent à des exactions bien plus horribles quand les Etats se revendiquent d’une idéologie athée : Shoah, Tibétains, Orthodoxes en URSS, réfractaires, chouans et vendéens, chrétiens à Rome … la liste est très longue.

    Merci d’essayer de contrer cette légende urbaine … il est clair que la religion est de loin le pire contrepouvoir que l’Etat peut craindre.

    D’ailleurs l’Etat Français a augmenté sa capacité de nuisance en même temps qu’il s’affranchissait de la religion.

    Il est clair qu’un président de la république ou un ministre qui aurait à marcher jusqu’à Rome à genoux en cas de comportement immoral, ca le ferait pas…

    • on pourrait aussi bien dire l’exact contraire de ce que vous essayez de prouver :

      le communisme était une religion ( qui d’aprés certains chiffres gonflés à l’hélium , aurait fait 100 millions de victimes … )
      que c’est des raisons géopolitique et pas religieuse, qui ont fait que les chinois ont massacré des tibétains dans les années 50 …
      qu’il vous sera, malgrés votre évidente partialité, extrèmement difficile de prouver que le régime nazi était un régime athée, et que c’est bien plutot la religion chrétienne qui est responsable de la mort des juifs à travers l’histoire européenne …
      que la religion est avec les mafias, en effet, en sacré pouvoir de substitution lorsque les états s’effondrent …
      que la guerre de vendée est une succession de réglement de compte, et pas une guerre de religion, puisque certains, comme robespierre, qui ont encouragé au massacre, on aussi arrété la campagne de déchristianisation menée par la gauche parisienne …

      • Oui on pourrait … ca fait des années que l’on tourne en rond avec ces explications. Il n’y a pas de vérité universelle 🙂

        Mon point et que les religion libre d’Etat n’ont jamais (à part les sectes mortifères) fait de victimes. Que les Etats ont toujours utilisés des idéologies plus ou moins religieuses pour justifier leurs crimes : le ‘bien fondé de leurs atrocités’. Que les idéologies reposant sur l’athéisme (communisme et national socialisme) ou tout du moins sur le nihilisme ont battu des records.

        La religion (comme le libéralisme) est destinée à être un contrepouvoir super efficace. Utilisée par l’Etat ou prétendument niée (et remplacée par une religion d’Etat : le politiquement correct) elles sont liberticides voire criminelles.

        La loi de 1905 interdit aux religions leur rôle de contrepouvoir, résultat : le socialisme a les mains libres : pas de détraqueurs de conscience pour les empêcher de décréter ce qui est bien et ce qui est mal.

        Relisez Locke : « les individus ne peuvent pas déléguer à l’État le soin de s’occuper de leur âme »

        http://www.wikiberal.org/wiki/Lettre_sur_la_tol%C3%A9rance

        •  » les individus ne peuvent pas déléguer à l’état le soin de s’occuper de leur âme  »

          encore faudrait-il qu’ils en ai une …

          • Dans le vocabulaire utilisé par Locke, l’âme est l’ensemble des idées : connaissances, opinions, croyances. Ce qui signifie que l’Etat n’a en rien à s’occuper de ce que vous pensez.

            Assez similaire en apparence avec le principe de laïcité, mais en fait très éloigné : l’Etat régule via la laïcité ce que vous pensez, en le cantonnant dans la sphère privée et s’abroge le droit de s’occuper de la morale.

        • Une religion sans état cela n’existe pas… l’inverse est quasiment tout aussi vrai…. au minimum culte de la personnalité etc…

          Il s’ensuit que votre vision d’une religion comme contre pouvoir s’effondre…

          • Vous ne pouvez pas à la fois dire que les religions sont obscurantistes et qu’elles ont besoin de l’Etat pour exister.

            Ce n’est pas l’Etat qui provoque la question « mais qu’est-ce que je fais ici ? » Les religions essayent de répondre aux questions des gens sur ce qu’ils ne comprennent pas du monde, de donner un sens au monde.

            L’inverse est vrai : les Etats ont besoin des religions pour exister.

            D’où la nécessité d’avoir les religions comme contre pouvoir et non associées au pouvoir.

  • l’islam n’est pas incompatible avec la paix (salam en arabe signifie la paix). Or, en situation de paix : échange, commerce, activité économique, tout cela est possible. CQFD !

  • Sur l’Islam, je me contenterai de renvoyer aux déclarations des Musulmans eux-mêmes, du conservateur Moussaoui au libéral Bidar : aucun des deux ne dit que « les terroristes ne sont pas des musulmans » : mais que ce sont des musulmans dévoyés, qui suivent une voie littéraliste et violente, née il y a une trentaine d’années en Afghanistan, très minoritaire mais en essor au sein de l’Islam, le salafisme djihadiste. Et qu’ils prennent en otage l’ensemble de la religion. Nous avons d’abord affaire à « une guerre au sein de l’Islam », comme l’a rappelé maintes fois Gilles Kepel. Et une guerre qui déborde chez nous, si l’on veut bien se rappeler les victimes musulmanes de Merah et des frères Kouachi. Et une guerre qui nous vise aussi : l’estimation du nombre d’islamistes potentiellement dangereux est de 5.000. C’est très peu par rapport à la communauté musulmane (1 pour mille !) mais c’est plus que « quelques déséquilibrés ». Suffisamment pour déstabiliser un pays en tout cas.
    http://www.atlantico.fr/rdv/totem-et-tabou/islam-musulman-islamiste-islamophobie-comment-echapper-au-double-piege-deni-et-amalgame-christophe-voogd-1948858.html#1Y6GP6OVuFQkcjMj.99

  • l’islamisme jihadiste n’a pas surgi de nulle part. Il ne vient ni du bouddhisme, ni du judaïsme, ni de l’hindouisme, ni du christianisme. Il vient de l’islam sunnite et plus précisément d’un courant qui est hélas dominant et officiel dans les pays sunnites du Golfe. Il n’a jamais été dénoncé dans ses fondements théologiques et sources canoniques par ceux qui contrôlent les lieux saints (haramaïn) de l’islam, à commencer par cet étrange pays producteur de fanatisme qu’est l’Arabie saoudite. Il est par conséquent non pas une simple « réaction » à l’injustice des « satans » Israël ou Etats-Unis, mais une « maladie qui gangrène le corps même de l’islam » (Soheib Bencheikh) depuis des siècles déjà, bien avant la création même des Etats-Unis et d’Israël, et avant la colonisation. Il ne vient donc pas « de l’extérieur », mais de l’intérieur de la Oumma, hélas peu habituée à se remettre en question et trop souvent prompte à « jeter le bébé du progressisme avec le bain de l’anticolonialisme revanchard ».
    http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-lutte-contre-terrorisme-califal-passe-remise-en-cause-fondements-memes-islam-sunnite-et-pas-seulement-pas-designation-1876422.html#O2mEx9VYlYuItKYE.99

  •  » religion interdirait à vos enfants de manger du porc ….. » oui bon mais moi je vais plus loin que l’ auteur ! je consulte Lévitique ( Ancien Testament ) allez y voir ( certaines nourritures sont impures

    Je ne mange pas de porc à la cantine de l’ école et mon ami de table en mange faut il en déduire que
    de toute façon je suis pur et mon copain ? il l’ est pas pour l’ instant

    Si cette notion de Pur Impur je la remplace par Supérieure Inférieure ? très déplacé baby vraiment

  • L’hebdomadaire marocain Telquel a publié en décembre les résultats d’un sondage de grande ampleur, réalisé par Mohammed El Ayadi, Hassan Rachik et Mohammed Tozy, deux politologues et un anthropologue. L’islam au quotidien est le nom de cette enquête de terrain, publiée par les éditions Prologues, qui a mobilisé « une vingtaine de chercheurs, étudiants et doctorants, adressant un questionnaire de près de 150 entrées à un échantillon représentatif de population de seize régions du royaume », soit au total 1156 Marocains et Marocaines, selon une méthode inspirée du Haut commissariat au plan.
    Voici les principaux enseignements :
    57% désapprouvent la mixité sur les plages
    83% approuvent le port du voile
    40% refusent toute interaction entre juifs marocains et musulmans marocains
    44% sont favorables à la polygamie
    61% n’acceptent pas la cohabitation entre croyants et non croyants
    75% refusent qu’un musulman change de religion
    49,8% des 18-24 ans se définissent d’abord par leur identité musulmane, l’identité marocaine venant au second plan.
    66% pensent que dans l’islam il y a une solution à tout (médecine, science, économie, politique, technologie)
    21% des jeunes approuvent les mouvements djihadistes, 17,6 pour la population totale.
    La question initiale est “êtes vous d’accords avec les mouvements jihadistes?” : 17,6% de oui, 32,2% “ne sait pas”, 20,8% de “sans opinion”. Seulement 28,9% ne sont pas d’accord avec les mouvements jihadistes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, les propos de M. Dupond-Moretti, qui attaque la gauche (NUPES) à l’Assemblée nationale pour un ensemble de raisons seulement apparemment reliées par des liens disparates avec ce que différentes personnes associent à ce qu’on appelait avant, à l’époque de Marx et de Sartre, « la question juive », suscitent une vague de nouveaux articles, qui se suivent et se ressemblent, sur la montée de l’antisémitisme.

On y explique que, si le nombre d’« actes antisémites » n’augmente pas, et diminue plutôt (modulo les problèmes que posent ... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

L’état de la liberté d’expression en Occident peut se juger à la manière dont sont traités les lanceurs d’alerte comme Julian Assange. Lundi 18 juillet, à Paris, plusieurs organisations et médias ont lancé un appel destiné à obtenir la libération d'Assange et demandant à la France de lui accorder l'asile politique. Parmi elles, la ligue des droits de l'Homme, le syndicat national des journalistes (SNJ) et Anticor.

Au Mexique, le très à gauche président Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré avoir plaidé la cause du journaliste australie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles