Réchauffement climatique : une année 2014 particulièrement chaude ?

La météo de l’été dernier prévoyait une année particulièrement chaude. Une affirmation vérifiée ? Certainement pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
réchauffement climatique (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réchauffement climatique : une année 2014 particulièrement chaude ?

Publié le 10 janvier 2015
- A +

Par René Le Honzec.

réchauffement climatique rené le honzecDepuis août 14 (non, pas la Grande Guerre), mon attention de paranoïaque été particulièrement sollicitée par les annonces récurrentes de notre Météo annonçant que « l’année 2014 s’annonce particulièrement chaude ». Les fanas de désinformation comme votre serviteur, initié dans ce domaine par un anti-communisme toujours d’actualité, ont appris, entre autre, que la vérité est très difficile à camoufler.

Les campagnes de presse peuvent se détecter (même tout seul dans son bureau de libéral parano) par l’analyse sémantique pour découvrir derrière l’expression innocente le projet malin. Elles commencent par l’utilisation de mots-clés dispersés (ex : pays, activité, personnalité…), dont la fréquence s’accroît avec aussi l’apparition en deuxième phase de tournures d’expression, de notions, affirmations répétées de façon d’abord discrètes dans des articles de seconde zone dans des publications moyennes. Puis un média choisi (souvent grâce à un réseau de copinage genre les anciens d’un groupe gauchard-trosko ou déçus du communisme mais ne renonçant pas, et aussi, tout bêtement, relation de literie à ressort crapuleux), plus en vue, sort un « vrai article » sur le sujet choisi dès le départ, prétextant que c’est un sujet dans l’air du temps.

Tout ça pour dire que nous avons affaire à forte partie avec les rechercheurs de changement climatique : ils avaient besoin de faire oublier « la pause » depuis 1998, avec un zeste de panique pour sauver la Conférence 2015 en France. Alors ils ont sorti la botte imparable, que vous avez pu retrouver en apothéose de campagne sous la forme d’un graphique solennellement intitulé « Écart à la normale des températures moyennes en France depuis 1900 ».

le honzec

Ce qui saute aux yeux, c’est que ce XXème siècle du réchauffement apparaît en très grande majorité en écarts inférieurs aux températures moyennes. Il faut imaginer le mal qu’on s’est donné pour décréter « un réchauffement de 0,7° au XXème siècle » qui nous fut asséné pour déboucher sur la péremptoire conclusion d’après d’irréfutables modèles mathématiques d’un « réchauffement de 2 à 5° (voire 6°) pour la fin du XXIème siècle. L’incontestable radoucissement du début des années 90, tout à fait normal dans l’optique historique du Climat (cf Leroy-Ladurie, Histoire du climat depuis l’an 1000 par exemple, culture générale par ailleurs) ne présage en rien de l’avenir (Pour une recherche plus scientifique, le site climat-sceptique pensee-unique.org). À part ça, vous avez vu la « météo » en ce moment aux États-Unis ?

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • La sauce GIEC …. commence à me coller la nausée.
    Si vous y ajoutez le diésel …. mes dents du fond vont baigner.
    Il n’y aurait donc rien comme sujet plus important à aborder???

  • Plus il fait plus chaud … en Europe, … et plus il fait plus froid … en Amérique du nord ❗

    • Comme cela est du au déplacement des masses d’air, c’est assez évident à priori : quand il fait anormalement chaud quelque-part, c’est qu’il fait anormalement froid ailleurs. Vases communicants.

      Enfin c’est évident pour tout le monde sauf pour un météorologue semble-t’il …

      • C’est pour cela que le sort en boutade.
        Ce qui est amusant, c’est que dès qu’il fait plus chaud pendant quelques jours, on nous ressort l’apocalypse du réchauffement. Et que quand quelqu’un dit qil fait plus froid ailleurs, il se fait reprendre par la garde morale des réchauffistes.

  • L’article parle de l’évolution du climat depuis des décennies et conclue de façon ironique sur la météo des Etats Unis. Encore une fois, dès qu’il fait frois quelque part, les articles fleurissent en grande pompe. C’est une vague de froid assez remarquable mais il y a eu bien pire. D’ailleurs, quel est le rapport avec cette vague de froid et le reste de l’article?

    Et je conclue en ajoutant: À part ça, vous avez vu la « météo » en ce moment aux France? (records mensuels battus…plus de 20° en vallée du Rhone, 15° à Paris cette nuit etc.. un hiver qui n’en est pas un).

  • Cet article n’est pas pertinent.

    – 2 paragraphes sur 4 de pure rhétorique qui n’apportent strictement rien au débat, hors sujet.

    – regardez ce lien vers météo France, site d’où provient le graphique http://www.meteofrance.fr/actualites?articleId=19501872 . Je constate que la phrase suivante « Ecart à la moyenne annuelle de référence 1981 – 2010 de l’indicateur de température moyenne, Zone climatique : France – 1900 à 2013 » (cf météo France, ça vaut le coup de vérifier) ne figure ni en légende de la figure, ni nulle part dans l’article. Pourtant, cela change TOUT à l’interprétation de la figure. S’il y a tendance au réchauffement en France, normal que les températures antérieures à 1990 soient inférieures à la moyenne annuelle 1981-2013.

    – la météo aux Etats-Unis et la météo en France ne sont, ni l’une ni l’autre représentatives de l’évolution globale de la température de la surface terrestre.

    – « Il faut imaginer le mal qu’on s’est donné pour décréter « un réchauffement de 0,7° au XXème siècle » » : où ? En France ? Au niveau global ? J’aurais aimé davantage de précision de la part de l’auteur.

    • Tout à fait, on parle trop souvent de météo quand ça arrange ici. Il n’y a que voir les articles passés. Et ce n’est pas la première fois qu’une référence au froid américains est publié ici depuis ces derniers jours.

    • Et moi, j’aimerais un peu plus de culture climatique: ignorer les prétentions du GIEC n’est pas de bon augure pour discuter météo, et de mon article en particulier. Alors,
      1/http://www.un.org/fr/climatechange/glance.shtml parmi des centaines d’occurrences sur ce bel outil qu’est Internet, pour ce qui est de la légende du réchauffement au XXème siècle.Et donc de de la pertinence du graphique ci-dessus.
      2/ si vous voulez du sérieux scientifique, potassez sur le lien indiqué:http://www.pensee-unique.fr, http://www.pensee-unique.fr/news.html#chaude en particulier pour 2014
      3/ la prétention à un changement climatique global (global warming) qui fait les choux gras des réchauffistes, M. Djamal, oblige à consulter toutes les météos. Donc, les records de froids en Russie, Chine ou Etats-Unis sont à citer en parallèle aux « années les plus chaudes » de la météo Nationale ce qui  » n’arrange pas ici. « 

      • – il n’y a aucun problème avec le fait que les Etats-Unis n’aient connu, en 2014, que leur 34e année la plus chaude depuis les relevés, mais ça ne prouve rien au niveau global, pas plus que les records de températures en France…
        – je n’ignore pas les « prétentions » du GIEC, au contraire.
        – ce que je ne comprends pas dans votre article, c’est pourquoi mettre la figure figurant sur le site de météo France http://www.meteofrance.fr/actualites?articleId=19501872 sans sa légende initiale qui est « Ecart à la moyenne annuelle de référence 1981 – 2010 de l’indicateur de température moyenne, Zone climatique : France – 1900 à 2013 » ?

  • « Ce qui saute aux yeux, c’est que ce XXème siècle du réchauffement apparaît en très grande majorité en écarts inférieurs aux températures moyennes. »

    Pathétique ! Si l’auteur avait eu une once du « scepticisme » qu’il prétend professer, il aurait lu que les températures moyennes sont en fait la moyenne des températures de 1981 à 2010 ! Et donc forcément, que si le XXe s!ècle est en très grande majorité inférieur à la moyenne, c’est qu’il y a déjà eu un réchauffement depuis plus de 100 ans, ce qui saute aux yeux quand on voit le graphique présenté.

  • Je rappelle à ceux qui ont la mémoire courte que la « grande canicule » qui a marqué physiquement et psychologiquement la France à eu lieu en 2003 et que l’événement mondial qui constitue un record de température a eu lieu en 1997-1998 suite à un événement « el nino ».

    Chercher bien sur le graphique de météo-france …

    Ne fait-on pas délibérément le choix d’un indicateur sans intérêt mais choisi pour tenter de prouver quelque-chose qui est devenu moins évident sinon pas du tout catastrophique depuis 15 ans.

    Le graphique a de plus été établi avant la fin de l’année (ce qui semble un peu précipité). On pourrait se demander si la frontière du 1er janvier a un sens et si une moyenne sur quelques mois ne serait pas plus « scientifique ». On pourrait même se demander si le fait de placer la référence de sorte que le début du 21éme siècle soit en rouge est totalement fortuite.

    On pourrait enfin se demander si meteo-france ne participe pas de façon déterminée à l’abrutissement des masses, et si on a bien besoin d’abrutir un peu plus les masses par les temps qui courent.

    • On pourrait enfin se demander si meteo-france ne participe pas de façon déterminée à l’abrutissement des masses, et si on a bien besoin d’abrutir un peu plus les masses par les temps qui courent.

      Je le pense. Les ordres viennent d’en haut.

    • Attendez un instant : « On pourrait même se demander si le fait de placer la référence de sorte que le début du 21éme siècle soit en rouge est totalement fortuite ». Vous rigolez? La référence est 1981-2010. Elle est construite sur 30 ans. Il faudra attendre encore plusieurs années pour changer de référence. Vous voulez plus de rouge? On aurait choisi 1951-1980 par exemple. Vous en voulez moins? Impossible.

      On dirait que ces graphes vous gênent, vous cherchez des raisons fortuites et on vous montre que vous dites n’importe quoi.

  • Erreur monumentale dans l’article quant à la période de référence considérée.

  • Concernant le climat national, il est intéressant de se référer à une étude de l’IMPCF (Institut Méditérranéen du Patrimoine Cynégétique et Faunistique). Cette étude fait apparaître la corrélation entre les migrations des turdidés et les cycles climatiques d’une trentaine d’année, observés depuis deux siècles, qui s’imposent à notre pays. http://www.impcf.fr/OUSONTLESGRIVESETLE%20MERLE2014definitif.pdf
    Navré, pour nos pseudo météorologues des grands médias, nous avons notre période de petit réchauffement local qui n’a pas grand chose à voir avec les propos du GIEC. En d’autres mots, tout est normal, navré pour nos alarmistes payés par nos contributions pour nous mentir.

    • Un petit réchauffement local? Comment pouvez vous appuyer de tels propos? Avec quels arguments?
      C’est du pifomètre!
      Et j’ajouterais que la météo des grands médias se plaint tout le temps du froid même quand on est au dessus des normales. Il suffit d’être à peine en dessous pour hurler à la vague de froid. Donc c’est bien l’inverse.

      • Lisez l’article en référence dans mon commentaire!

        • J’ai bien lu. Vous faites référence aux cycles de NAO. Mais la corrélation s’arrête lors de la phase de NAO positive des années 60. On a pas vu d’hiver doux comme aujourd’hui. Et je ne vois pas le rapport avec la notion de localité ou de globalité; vous me faites rire avec le « tout est normal ».

          Enfin, il y a une erreur d’interprétation, en phase négative, on aurait plutot des basses pression que des hautes dans les régions du Sud. C’est en phase ultra positive comme maintenant que le pays est noyé dans un anticyclone subtropical.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
fausses nouvelles destabilisation entreprise
4
Sauvegarder cet article

Par Tiffany Donnelly.

L'éditeur du New York Journal, William Randolph Hearst, aurait dit : "Vous fournissez les images, je fournis la guerre !"

Hearst et son rival, Joseph Pulitzer, ont fait du sensationnel, exagéré et carrément menti quotidiennement à des millions d'Américains avant la guerre hispano-américaine, répandant ce que beaucoup appelleraient aujourd'hui de la désinformation. La presse à sensation a notoirement attisé les flammes du conflit, accusant à tort les Espagnols d'avoir coulé l'USS Maine. Mais si les mensonges... Poursuivre la lecture

N’en déplaise aux révisionnistes, les États-Unis ont été fondés sur une promesse de liberté et de gouvernement limité. Au fil des années, de nombreux amendements à leur Constitution ont généralement respecté le premier point.

Malheureusement, le second point, surtout au niveau fédéral, est un échec total. Washington ne cesse de prendre de l’expansion, et sa proximité avec le totalitarisme s’affiche maintenant au grand jour.

En effet, voilà maintenant que l’administration Biden vient de créer un Bureau de lutte contre la désinfor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Louvet.

États et entreprises ont un point commun : ils peuvent faire l’objet d’attaques informationnelles destinées à les déstabiliser. En tant qu’État, la France s’est dotée en 2021 d’une agence anti-fake news baptisée Viginum, dont la vocation est de « contrer les ingérences numériques étrangères », notamment dans le cadre des processus électoraux. En revanche, toutes les entreprises n’ont pas les capacités de faire face quand elles sont attaquées sur le terrain de l’information économique. Tous les secteurs d’activ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles