Charlie Hebdo : et après ? Le pire à craindre

Une fois l’émotion retombée, sans doute pouvons-nous ressentir une sérieuse inquiétude pour les libertés…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
charlie hebdo credits gongashan (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Charlie Hebdo : et après ? Le pire à craindre

Publié le 8 janvier 2015
- A +

Par Emmanuel Sala.

charlie hebdo credits gongashan (licence creative commons)

Sans doute ne pouvons-nous être qu’horrifiés par la tuerie des journalistes de Charlie Hebdo. Sans doute sommes-nous abasourdis par le déchaînement de violence que cet attentat déclenche dans le pays, à l’image des tirs ou explosions mercredi et jeudi contre des mosquées, comme un feu qui couve et qui soudainement explose.

Mais une fois l’émotion retombée, sans doute pouvons-nous ressentir un sérieux malaise…

Deux poids deux mesures

Charlie était connu pour être la cible privilégiée d’attentats, depuis celui de février 2011 ou un cocktail Molotov avait détruit son local, ce qui en annonçait d’autres, plus meurtriers encore. Ce n’est pourtant pas le contexte annoncé par le président Hollande lui-même qui pouvait les faire redoubler de prudence, en se félicitant publiquement de récents « attentats déjoués ».

Alors on ne peut qu’être effaré devant la faiblesse des moyens mis en place pour protéger une cible aussi évidente. On s’est certes plus attardé sur les mauvais conducteurs passant à côté des radars autoroutiers.

Cela nous permet de nous interroger sur les capacités de mobilisation des forces de l’ordre face à une manifestation pacifique, et celles proposées aux locaux de Charlie. Que dire des moyens policiers afin de traquer les auteurs de l’attentat (CRS, RAID, GIGN, BRI, gendarmes mobiles, militaires…), en tout près de 2.000 hommes, sinon qu’ils interviennent… un peu tard ?

Un État fort devrait protéger les faibles

Mais n’en doutons pas, les mines contrites de nos élus de tous poils devant les caméras de télévision annoncent la prochaine déferlante de lois liberticides, à la faveur d’une émotion populaire bien légitime. C’est ce qui s’est produit après l’attentat du 11/09 aux US, où le « Patriot Act » a ouvert la voie à une série de dispositions contraires aux droits civiques élémentaires toujours en vigueur : pouvoirs extraordinaires au FBI et à la CIA, en vue d’espionner les associations politiques et religieuses, poursuite de ceux qui avoueraient avoir procédé à des réquisitions (que connaît bien Edward Snowden), emprisonnement sans justification, indéfiniment et sans procès…

À suivi la création du « Total information Awareness Office », que l’on pourrait traduire par « bureau de renseignement des consciences », sorte de pendant du tristement célèbre NKVD en charge, à une certaine époque, de la police politique en URSS.

Un État fort devrait protéger les faibles, et non les écraser.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Je pense que l’on a besoin d’une autre politique dans ces grandes villes. Une politique de dialogue, d’échanges communicatifs. Dans les petites communes, c’est la même chose. Tjs la politique du pouvoir des élus. La citoyenneté n’existe pas.

    • La misère touche plus certains que d’autres. Les jeunes sans emploi, issus de familles nombreuses dans certains quartiers, vivent très mal notre Egalité rèpublicaine. Les CVs anonymes pour èviter la descrimination, sont-ils supposés redonner de la dignité à ces français qui ont des diplomes? La descrimination sur les origines existe à un certain niveau des responsabilité, comme il semble biens se reflèter dans les propos de certains ministres UMP ou PS piègès par des micros indiscrets. Pour eux il y a bien des sous hommes, et il ne faut pas se tromper: le multiculturalisme obligatoire ne plait pas à tous. Alors que des milliards furent dèpensés pour acheter la frustration des jeunes issus de familles de l’immigrations, la crise èconomique agravera leur situation financière. Quand il n’y a rien à espèrer, les jeunes se replient , se rèvoltent, se sectarisent, voir se prètent à devenir important en jouant les terroristes. Le problème est donc bien plus grave et il faut se rendre compte que les conflits armés en Afrique et le Moyen Orient où la France ( par son Prèsident et non le peuple français) intervient , touchent des populations avec une très forte jeunesse prète à se rapprocher de l’Union par espoir d’y trouver un peu de soutient, alors le chomage est important. Faut-il permettre a nos jeunes de travailler où laisser l’immigration clandestine se poursuivre jusqu’à manipuler des jeunes sans travail en quete de belles paroles qui parlent de venger au lieu d’amour?

      • Les CV anonymes ne fonctionnent pas comme prévu par ceux qui les ont poussé. Vous devriez chercher l’étude qui a été faites au début du dispositif. Encore un fois on a fait de la démagogie plutot que d’etre pragmatique.

        • La presse emploie des pigistes. C’est à dire qu’ils sont payés à l’article pour un contrat qu’ils ont signe.
          Se faire soigner aux urgences de l’hôpital évite bien des familles pauvres de payer. Les jeunes pauvres avec des enfants ne sont pas responsables de leur pauvreté. Ils ont besoin d’être soigné.

        • Madame Taubira aura èté visée par son physique et ses origines. Les journalistes de couleurs au 20h pour donner bonne conscience au delà de leur compètance. Les èlus minicipaux issus de familles immigrées pour calmer les oubliés de la mèritocratie. Il y a bien en France des taboos sur le reprèsentation proportionnelles du multiculturalisme obligatoire. On est un vieux pays qui èvolue très lentement pour ses reprèsentants multicolors. La France est devenue une socièté de services très proche des consomateurs qui ont besoin d’ètre mis en confiance. Tandis que les emplois industriels ( non visible au regard des bons français! ) qui donnent de la dignité et du travail à la France laborieuse sans descrimination ont disparu. Alors c’est certains que les CV anonymes me peuvent rèussir…

      • notre président ne doit plus nous réservoir cette phrase « contre le racisme et contre l’antisémitisme », contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, c’est mieux et c’est respectable. L’amitié contre la haine de l’autre doit se définir et se développer.

  • « Un État fort devrait protéger les faibles »

    NON, un état protège tout le monde.

  • l’auteur se dit effaré par la faiblesse des moyen mis en oeuvre pour protégé CH , avant de nous mettre en garde contre une hausse radicale des moyens pour nous protèger …

    pas trés logique tout ça ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne électorale est enfin terminée, en laissant derrière elle un goût amer.

Il nous a été demandé de choisir entre douze, puis deux nuances de socialisme débridé et irresponsable. Quelle tristesse !

D’un autre côté, cette parenthèse dans la vie politique nous aura permis de savourer une trêve plus que bienvenue dans les bombardements incessants de mesures liberticides et infantilisantes qui frappaient le pays depuis deux ans. C’est toujours ça de pris.

Le bilan est cependant d’une détresse abyssale : absolument auc... Poursuivre la lecture

Le 3 mars 2022, François Sureau était reçu à l'Académie française et y prononçait un discours où il faisait l'éloge, comme c'est la coutume, de son prédécesseur, Max Gallo.

Étant plutôt du côté de chez Proust que du côté de chez Sainte-Beuve, il n'a pas raconté la vie de cet homme qui avait dû d'appartenir à la Compagnie à raison de son oeuvre.

Le nouvel académicien a eu six mois pour explorer cette œuvre. Ce n'était sans doute pas de trop, puisqu'elle compte une centaine d'ouvrages consacrés peu ou prou à l'histoire.Poursuivre la lecture

Marquée par une explosion de cas de Covid-19 en raison de la progression « fulgurante » du variant omicron en France, la trêve des confiseurs a vu réapparaître avec force les « discours de la peur » sur la sauvegarde de l’hôpital et le rôle des non-vaccinés dans sa submersion annoncée. Notamment, l’avocat et chroniqueur Charles Consigny s’est offert quelques minutes de célébrité dans l’émission Les Grandes Gueules de RMC du 20 décembre dernier en préconisant de faire payer aux non-vaccinés leur accès hospitalier aux soins covid :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles