Reverser aux salariés le salaire des patrons ? 90 cents par personne !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Faire payer les riches (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence CC-BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Reverser aux salariés le salaire des patrons ? 90 cents par personne !

Publié le 4 janvier 2015
- A +

Un article de l’Institut Economique Molinari, depuis Montréal, Québec.

imgscan contrepoints609 faire payer les riches

Au début de chaque année, le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) publie un rapport sur la rémunération des PDG au Canada. L’année dernière, ce groupe soulignait que la rémunération totale moyenne des cent PDG les mieux payés était 171 fois plus élevée que le salaire moyen au Canada. On peut toutefois se demander : quel est le véritable objectif de cette étude ?

Bien que le CCPA ne fasse aucune recommandation explicite dans son rapport, il affirme sur son site Web que l’écart grandissant des revenus et de la richesse au Canada est l’un des plus grands défis de notre époque. Il prétendait aussi dans son communiqué de presse de l’an dernier qu’il n’existe aucune relation claire entre la rémunération des PDG et la profitabilité des entreprises, peu importe la mesure utilisée.

Une implication possible de cela est que ces PDG gagnant trop d’argent, leur rémunération devrait donc être redistribuée parmi leurs employés. En utilisant de l’information et des données du rapport du CCPA de l’an dernier, les chercheurs de l’IEDM ont effectué des calculs simples pour voir quel effet ceci aurait sur le bien-être de ces employés.

Diviser la rémunération totale des 100 PDG les mieux payés au Canada (796 millions de dollars) par le nombre total d’employés qui travaillent pour ces PDG (2 423 530) donnerait à chacun d’eux la somme de 328 dollars par année. Redistribuer la rémunération entière des PDG (une mesure extrême que même le CCPA ne propose pas) donnerait donc à chacun de ces employés approximativement 90 ¢ par jour. Étant donné que le revenu annuel moyen des Canadiens, cité dans ce même rapport, est de 46 624 $, ceci représenterait une augmentation salariale de 0,7%.

Une recommandation alternative pourrait être d’imposer à 100% ces PDG et de redistribuer ces 796 millions de dollars parmi les Canadiens à faible revenu, dont le nombre s’élevait à 4,7 millions en 2012. Cette mesure aurait de la même façon un effet absolument négligeable sur le bien-être de ces personnes, qui recevraient ainsi un total de 46 ¢ par jour.

« Même si on présume, de façon complètement irréaliste, que ces PDG les mieux payés continueraient d’exécuter leurs fonctions sans être rémunérés, redistribuer leur compensation brute n’aurait à peu près aucun effet sur le bien-être soit de leurs employés, soit des Canadiens à faible revenu », conclut Michel Kelly-Gagnon, président-directeur général de l’IEDM. « Le rapport annuel du CCPA n’est donc rien d’autre qu’un exercice lié à l’envie et n’a rien à apporter aux discussions sérieuses de politiques publiques qui visent l’amélioration du sort des moins nantis ».

Voir les commentaires (69)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (69)
  • Depuis quand on parle de salaire par jour, le titre est trompeur. On peut estimer que ce n’est pas beaucoup mais le gain de salaire serait de 27$/mois. Je pense surtout que l’on néglige ici la portée du message, un rapport de 171 fois le salaire moyen on est loin du Fordisme avec le ratio de 20 (ce que faisaient encore les PDGs aux US dans les années 60 maintenant 270). Désolé mais la plupart des PDGs aujourd’hui sont des personnes nommées et pas des patrons qui ont montés leur propre boite; ce sont des employés et pas des créateurs. Croire que cette personne est 170 fois meilleure que l’employé moyen est juste ridicule.

    • « Je pense surtout que l’on néglige ici la portée du message, un rapport de 171 fois le salaire moyen on est loin du Fordisme avec le ratio de 20 »

      Et alors ?

      « Croire que cette personne est 170 fois meilleure que l’employé moyen est juste ridicule. »

      Il ne s’agit pas d’être meilleur, mais de valeur.

      • « Il ne s’agit pas d’être meilleur, mais de valeur. »

        Et bien un PDG n’a pas une valeur 170 fois supérieure à l’employé moyen; n’importe quel ingé pourrait faire le travail du pdg d’une grosse boite. Croire qu’il n’y a qu’une poignée de gens qui peuvent faire ce travail ce qui justifierait leurs revenus est risible.

        • Wah… si je gagne 4 fois le smic c’est que je suis 4 fois meilleur qu’un smicard dans mon boulot ?
          Euh… bah nan en fait… vous pouvez en mettre 1,000 ils n’ariveront pas à faire le boulot que je fais.

          Et moi je ne sais pas souder… donc je suis même moins bon qu’un soudeur…

          C’était la théorie de la valeur suivant Fred.

        • Fred: « n’importe quel ingé pourrait faire le travail du pdg d’une grosse boite. »

          Ou il transparait surtout votre rancoeur de ne pas être mieux payé alors que vous estimez pouvoir remplacer n’importe quel pdg au pied levé.

          Avec de telles compétences vous allez cartonner avec votre future boite. Lancez vous !

          • +1
            Malheureusement ça marche assez bien en France aussi ce raisonnement tronqué: finalement on se fout de gagner plus du moment que l’autre gagne moins!!! C’est une catastrophe… Que fera t’on quand les compétences se seront toutes barrées sous des cieux plus cléments??? Ce pays est foutu, c’est consternant…

        • La Suisse est le pays le plus inégalitaire du monde, le Tchad doit être l’un ou l’écart entre les plus hauts revenus et les plus bas est le plus faible, tu préfère vivre où camarade???

    • Si vous trouvez les pdg trop payés, il n’y a que deux alternatives. Soit vous êtes actionnaire de la boîte, soit vous ne l’êtes pas.
      Si vous êtes actionnaire cessez de râler dans le vide et virez le pdg trop payé, votre vote en AG sert justement à ça.
      Si vous n’êtes pas actionnaire, de quel droit jugez vous l’utilisation que les actionnaires de ces entreprises font de leur argent ? Que diriez vous si ces gens voulaient vous imposer les restaurants que vous devez fréquenter et quel menu vous pouvez prendre, sur la base de «c’est trop cher ! » ?

  • La rémunération du pdg n’est qu’une partie de la charge pécuniaire du conseil de direction et du conseil d’administration de l’entreprise.
    Il faut tenir compte de l’évolution de l’ensemble de ces charges de gestion afin de valoriser l’impact pour les salariés.

    Comme dit Fred, l’évolution du ratio au court du temps est plus pertinente, car c’est un indicateur de l’évolution de l’ensemble de ces charges.

  • sauf qu’on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi si il y a tant d’argent à « prendre » pourquoi les employés ne revendiquent pas un salaire plus élevé?
    Sont ils stupides? ou ont ils une analyse beaucoup plus fine de la situation économique?

    Il s’agit bien sur d’une étude qui vise à prouver que le marché est inefficient à assurer une juste répartition des revenus, mais dans le cas d’espèce cela tient à ce que la concurrence est faible et que de toutes façons le salaire des cadres d’une très grosse entreprise ne pèse pas dans sa compétitivité par rapport à une concurrente.

    Peu de concurrence…

    c’est sans doute amoral mais par contre l’argument qualitatif, un patron ne vaut pas 170 employés ne vaut rien.. en quels termes.
    comme le disent les intervenants, il s’agit d’un message…
    ok…mais qui dit quoi?

    Que les entreprises soient énormes pose des problèmes mais a aussi des avantages économiques…les entreprises se construisent et grandissent surtout par cupidité, le salaire des cadres, ma rémunération des actionnaires est m’aboutissement logique et le moteur de l’agrandissement des entreprises.

    Ma rémunération des grands patrons ne s’explique pas par leur performance, sauf que.. si ils sont grands patrons, c’est que leur entreprise est grande aussi… ce qui signe la performance et surtout la rationalisation au bénéfice des consommateurs…

    On peut dénoncer le monopole mais pas le salaire des patrons.

    A une époque d’ailleurs le discours était « nationalisations » mais alors il arrive que ce soit l’impôt qui paye les salaire des patrons….

    bon mais..quel est le message à faire passer?

    • « pourquoi si il y a tant d’argent à « prendre » pourquoi les employés ne revendiquent pas un salaire plus élevé? »

      Parce que les salariés sont en concurrence avec les chômeurs ou les salariés d’un autre pays qui sont payés la moitié de leurs salaires.

      Lorsque les salariés ont un rapport de force favorable (dockers, routiers, médecins, …), ils arrivent à extorquer de meilleurs salaires.

      Un indice que le salaire n’est pas un problème est le taux de sous-traitance ou de prestations de second voire de troisième niveau.
      Dans certains métiers, des sociétés dites de « prestation » sont utilisées pour détourner le droit du travail en faisant travailler des « prestataires » d’une autre société pour le compte d’une autre société.
      Bien sûr, tout ceci a un coût pour la première société, mais qui est évalué moins élevé que d’avoir le même personnel en direct. Ceci est aussi partiellement du aux règles de comptabilité qui permettent de ne pas imputer les prestations dans la même case que les salaires.

      Actuellement, les personnes ayant un cdi ont une certaine sécurité et ces dernières acceptent en conséquence une moindre rentabilité de leur travail.
      Ceci est d’autant plus vrai que leur travail est facilement échangeable par le travail d’un robot ou d’un salarié étranger moins bien rémunéré.

      Tout se passe dans le rapport de force entre la direction de l’entreprise et le salarié, dans le cadre de la législation et du taux d’emploi.
      Si demain le taux de chômage est à zéro, les salaires augmenteront.

      Dans les comités de direction et d’administration, la cooptation permet de définir un gain commun à tous, et personne ne s’élèvera contre une augmentation même si elle est accompagnée d’une augmentation plus substantielle du pdg.

      Enfin, ne pas confondre patron et pdg, actuellement, beaucoup de « patrons » sont des salariés comme tous les autres et s’ils peuvent améliorer la rentabilité, ils peuvent aussi la dégrader, voire pire.

      • Ah oui, kamarade, les travailleurs sont en concurrence contre l’armée de réserve du kapitalisme…

        Mais lol…

        • Kamarade ph11, kel est le modèle permettant d’expliquer pourquoi les salariés se suffisent de leurs smics ?

          • Simple: Classement pour la liberté économique: France: 72eme Suisse: 4eme.

            En France la marché du travail est sinistré par tous les freins à la création: fiscalité, régulation, interventionnisme, corporatisme.

            En Suisse la salaire moyen est de 5000 euro, une caissière gagne 3000 euros soit le salaire d’un ingénieur Français.

            Chômage des jeunes: France : 24% Suisse: 3.6%
            Chômage: France: 11% Suisse: 3.5%
            Dette: France: 90% Suisse: 40%

            • Si on veut faire une comparaison pertinente, il faudrait aussi regarder les dépenses par habitant. Les loyers en Suisse sont loin d’être donnés, le prix du panier de course est aussi bien plus élevé. C’est marrant comme vous ne prenez en compte, en général, que les paramètres qui vous arrangent le plus.

              • Même avec tout ce que tu dis la caissière Suisse est très largement gagnante, je le sais bien mieux que toi, j’y ai habité. Le salaire médian français est lui à 1675 euros !!!

                Ce que toi, tu « oublies », c’est que le système social français, dont dépendent beaucoup de citoyens les plus fragiles, est payé à crédit tandis que tous les comptes Suisse sont dans le vert et que le pays rembourse même sa dette depuis 10 années, le tout avec 3.5% de chômage.

                Des trucs auxquels plus personne de censé ne croit en France depuis très longtemps. Les français sont même devenus fatalistes, ils pensent que le chômage élevé est aussi naturel que le vent ou la pluie.

                Le pays champion du monde de la taxe : (2-3eme suivant les classements)
                -Empruntera 42% du budget de l’état en 2015, soit 188 milliards d’euro.
                -N’a pas maitrisé un seul de ses budgets depuis 1974…
                -A toutes ces caisses sociales dans le rouge.
                -Se repose en plus sur des associations privée pour les plus démunis. (wtf !??)

                Devine ce qui va arriver aux prestations sociales française quand la vraie facture arrivera ? (c’est tendu à craquer là)

                Hollande fait comme madame du Barry «Encore un moment, monsieur le bourreau», il remet au suivant toutes les réformes et gratte tout le fric qu’il peut chez tout le monde mais ça ne peut pas durer et ça ne va pas durer.

                24% de chomage des jeunes et le gouvernement déclare 2015 « année du climat » !!!! Il n’y a plus de mots pour définir une telle incurie et un tel cynisme.

            • Imparable, mais il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veux pas voir

      • « Parce que les salariés sont en concurrence avec les chômeurs ou les salariés d’un autre pays qui sont payés la moitié de leurs salaires. »
        Pour ceux qui ne sont pas qualifiés on est d’accord et encore même sans qualifications il peut y avoir un savoir faire qu’un entrepreneur ne veut pas perdre son temps à former. Pour ceux qui sont qualifiés dans un domaine et apporte une certaine compétence et un certain savoir faire ou est la concurrence avec un chômeur ou un chinois ?

        • Je connais des centres d’ingénierie en Inde, en Roumanie, en Slovénie, …

          C’est la réalité de notre monde.

          • Parlons ceux de l’inde justement, j’ai travaillé dans une société assez friandes de ce type de sous traitance, il était systématique de repasser derrière leur travail, à tel point que cette sous traitance a très fortement diminuée et s’est limitée à des fragments de développement qui ne risquaient pas de mettre en péril l’ensemble du projet.
            Pour la Roumanie je n’en ai qu’entendu parler en terme de production industrielle, la proportion de déchets en sortie de chaîne est impressionnante (pareil pour la russie).
            L’entrepreneur qui préfère se séparer d’un bon collaborateur pour sous traiter à l’étranger dans des pays à faible coût comprendra rapidement que son choix n’était pas judicieux.

            • Malheureusement pour le personnel ayant eu à subir ces délocalisations, même temporaires pour une vue purement financière à court terme.

              • Je vous rejoins totalement 😉

              • Ah, parce que les salariés n’ont pas une vue purement financière, eux ? Sans doute aussi la vue « donneur de leçons, faites ce que je dis mais pas ce que je fais »…

                • et de toutes les façons, ça reste hors sujet, car au final c’est la volonté de l’état d’encadrer un salaire,ici par le haut…de façon complètement arbitraire, allez zou 75%, 100 000 euros etc…

                  L’origine du foutoir (et l’aubaine pour ceux qui vivent des flux liés à un éventuel retour à l’équilibre) est le retard de développement très important des pays pauvres.. L’inégalité est là elle est profonde est durable..

                  Mais pourquoi pas exiger une limitation des salaires des ouvriers des pays riches pour la redistribuer aux pays pauvres?

                  tant qu’à faire vive l’égalité planétaire…

          • oui : « C’est la réalité de notre monde. »

            La réalité, c’est surtout que la pauvreté se réduit à grande vitesse dans tous les pays qui ont fait le choix des droits de l’homme et de la liberté. (au moins en partie ou par rapport à une situation précédente)

            Entre 2001 et 2011, la Roumanie a vu croître son PIB par habitant de 51 %, la Chine de 158,6 %, l’Asie du Sud dont l’inde de 72,8 %. Dans le même temps, les Etats-Unis affichent une croissance du PIB par habitant de 7,3 %.

            Nous sommes, les libéraux, pour les droits fondamentaux et la liberté des gens et ça créé de la prospérité et de la richesse pour tous.

            Et vous, quelle est votre doctrine et quel en sont les résultats visibles ?

            • Concernant la Roumanie : contribution nette de l’Europe (et donc des impôts européens …) : 1.6% du PIB de la Roumanie.

              http://europa.eu/about-eu/countries/member-countries/romania/index_fr.htm

              Le PIB de la Chine augmente parce qu’on y exporte notre pollution.
              Le taux de suicide dans les entreprises comme Foxcon, ça vous parle ?
              http://www.lefigaro.fr/international/2010/05/26/01003-20100526ARTFIG00753-vague-de-suicides-a-l-usine-chinoise-des-iphone.php

              La croissance des états unis semble comporter des biais statistiques (selon Olivier Delamarche).
              Mais 40 millions d’américains vivent grâce à des tickets de nourriture (food stamps), soit environ 13% de la population.
              Le taux de mortalité infantile est le double de celui de la France : http://www.statistiques-mondiales.com/mortalite_infantile.htm

              Je suis d’accord avec vous, c’est souhaitable et très bien d’améliorer les conditions de vie de tous.

              • Oui: « Le PIB de la Chine augmente parce qu’on y exporte notre pollution. »

                On y exporte surtout du travail qui les enrichit (priorité pour un pays qui était sous-développé et sans classe moyenne il n’y a pas si longtemps). Avec la richesse vient le souci du bien-être et de la pollution, c’est en cours, tu confonds miracle et économie. Mais il faudrait demander à la nouvelle classe moyenne Chinoise s’ils sont prêts pour ton grand retour à la terre ?

                Oui: « Le taux de suicide dans les entreprises comme Foxcon, ça vous parle ? »

                10 morts sur 800’000 employés c’est 32 fois moins que le nombre de suicides dans la police française et 4 millions de fois moins que le grand bond en avant du communisme chinois:
                http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Bond_en_avant

                Enfin bref, maintenant que proposes-tu concrètement ?

                -Arrêt du commerce avec la chine ?
                -Barrières douanière ?
                -Réouverture des usines et mines françaises ?
                -Egalitarisme forcé ?
                -Komité de repartition des richesses et de controle des productions au niveau mondial ?

                Nous on propose un truc genre le Danemark, l’Australie ou la Suisse: des pays très libre économiquement et civilement, très respectueux des droits de l’homme et qui s’en sortent parfaitement avec leurs budget et leurs social alors que la France est en faillite dans tous ces aspects.

                Suisse – Classement liberté économique: 4eme – Dette 40% – Chomage: 3.5%
                Australie – Classement liberté économique: 3eme – Dette: 22% – Chomage: 6.8%
                Danemark – Classement liberté économique: 10eme – Dette: 46% – Chomage: 6.7%
                Finlande – Classement liberté économique: 19eme – Dette 38% – Chomage: 8.7%
                Nouvelle-Zélande – Classement liberté économique: 5eme – Dette: 25% – Chomage: 5.8%
                Canada – Classement liberté économique: 6eme – Dette 48% – Chomage: 7.1%

                France – Classement liberté économique: 70eme – Dette 90% – Chomage: 10.1%
                Italie – Classement liberté économique: 86eme – Dette 110% – Chomage: 12.3%
                Grèce – Classement liberté économique: 119eme – Dette 170% – Chomage: 26.4%

            • Vous êtes libéraux? Assumez votre cynisme jusqu’au bout, alors.

              Oui, la Roumanie a subi une importante croissance économique. Mais au détriment d’une frange de la population qui s’est extrêmement appauvrie de son côté.

              Pourquoi ne pas reconnaître que dans la doctrine libérale, il y a une part de sélection naturelle visant à laisser crever les plus défavorisés pour que les plus aisés s’enrichissent? Parce que si vous connaissiez vraiment la Roumanie, vous saurez que c’est exactement ce qui s’y passe…

              • T D: « Parce que si vous connaissiez vraiment la Roumanie, vous saurez que c’est exactement ce qui s’y passe… »

                Oui, le liberalisme est coupable de tout ce qui ne va pas dans les pays non-libéraux :mrgreen:

                La Roumanie est un pays qui était dévasté par le communisme voici peu, on y mourrait même de faim pour votre gouverne (émeutes de la faim en 1987). C’est un pays qui n’est pas libéral et qui est doté d’un gouvernement corrompu d’apparatchiks qui font un peu comme « au bon vieux temps » du communisme, ils n’ont pas disparus.

                Négation des droits des Roms, interventionnisme copinage, corruption, corporatisme = faillite du libéralisme :mrgreen:

                Plaisantin !

              • Qu’avez vous contre la sélection naturelle ? Dans un monde libéral les plus défavorisés pourraient espérer s’en sortir avec un peu de volonté, instinct de survie oblige. C’est en socialie que les défavorisés crèveront.

      • L’appel à la prestation est la réponse évidente à un problème bien Français : une équipe 100% en contrat de travail direct (CDD ou CDI, qu’importe) est une équipe rigide qu’il ne sera pas possible de modifier en cas de besoin, en cas de coupe budgétaire ou autre. Le problème est à chercher dans la difficulté à mettre fin à un contrat de travail.
        D’où aussi la difficulté à en trouver un : embaucher quelqu’un, c’est prendre un risque. Se tromper peut signer la mort d’une petite entreprise.

        • anagrys: « embaucher quelqu’un, c’est prendre un risque. »

          Très juste: L’état français a fait des employés des risques couteux plutôt que des atouts pour les entreprises d’ou la très faible part (10%) des CDI signés ces dernières années, le taux de chômage effarant des jeunes 24%, et le non employement des séniors, les deux catégories les moins productives. Il a dans le même temps subventionné les pauvres et les bas salaires.

          Une situation qu’on ne retrouve absolument pas dans les pays les plus libéraux.
          Indice liberté économique – Classement des pays

  • Il est normal qu’un patron puisse gagner 170 fois plus qu’un employé et il serait normal qu’il gagne encore plus.
    La question à se poser est d’abord de savoir ce qu’est un contrat de travail pour un employé : c’est la rémunération d’une prestation en général mesurée en heure de travail. Quelque soit la rentabilité de ce travail pour l’entreprise il n’y a aucun lien avec le contrat de travail et la rémunération, on le paye pour prester x heures. Ce qui me fait dire que quelqu’un qui fait le même travail depuis 20 ans devrait gagner ce qu’il gagnait il y a 20 ans. Pa contre un patron d’entreprise est là pour augmenter de manière continue la rentabilité de l’entreprise et sa rémunération devrait être en rapport avec cette rentabilité. Là ou cela pose un problème c’est quand l’entreprise fait des pertes. Maintenant un employé ne rapportera jamais des millions à une entreprise mais au mieux quelques pourcents en plus de ce qu’il coute alors qu’un patron d’entreprise peut rapporter bien plus que ce qu’il coute et donc il n’y a pas de rapport entre la rémunération d’un employé et d’un patron.

    • « Maintenant un employé ne rapportera jamais des millions à une entreprise mais au mieux quelques pourcents en plus de ce qu’il coute »

      C’est une plaisanterie ? Chacun peut trouver autour de soi un exemple du contraire et encore plus facilement une exemple d’un modeste employé qui peut éviter de faire perdre des millions à son entreprise juste par son amour du travail bien fait.

      La vérité c’est qu’une poignée de mercenaires cooptés se goinfrent comme des porcs au prétexte que des cadres internationaux capables de diriger une grosse boîte seraient une denrée rare et précieuse. C’est une pure foutaise dont se gaussent tous ceux qui ont réussi en montant leur propre affaire depuis zéro.

      Qu’on en revienne à la stricte définition du dirigeant d’entreprise : une personne payée au seul résultat (le contrat est là pour définir tout ça) et révocable ad nutum, i.e. sans délai ni indemnité. Les incapables seront éliminés et les vrais patrons pourront être fiers de leur rémunération tout en ayant le respect de leurs équipes.

      • « un modeste employé qui peut éviter de faire perdre des millions à son entreprise »

        N’importe quel mafieux, incendiaire, inconscient peut faire perdre des millions à une entreprise. On ne parle donc pas de perte évitée, mais de gain réalisé. Celui qui se sent capable de gagner des millions n’a qu’à monter sa boite (à l’étranger, me direz-vous, parce qu’en France on les lui confisquera). Le dirigeant est une personne dont le contrat se définit avec les propriétaires de l’entreprise, c’est à dire les actionnaires. Il n’est pas du tout souhaitable que l’état ou vous aille discuter les clauses de ce contrat : ce serait donner le beau rôle à la connivence, la plaie dont souffre le monde des entreprises.

      • Synge: « Qu’on en revienne à la stricte définition du dirigeant d’entreprise : une personne payée au seul résultat (le contrat est là pour définir tout ça) et révocable ad nutum, i.e. sans délai ni indemnité. Les incapables seront éliminés et les vrais patrons pourront être fiers de leur rémunération tout en ayant le respect de leurs équipes. »

        Quand on donne mandat à un komité central pour cela, ça fini imanquablement dans des fosses communes avec des millions de travailleurs appauvris.

        Donc droit, liberté et laisser faire:

        La rénumération des patrons n’est absolument pas un problème, ça ne regarde que intervenants, les tentatives d’égalitarisme, la surrégulation et les entraves à la libertés eux sont des problèmes majeurs qui ont très largement prouvés leur nocivités.

  • 171 fois le salaire moyen ? Et alors !! On voit bien dans l’étude que finalement le salaire du patron noyé dans la masse salariale ne représente rien. Et c’est peut-être ainsi qu’il faudrait comparer les choses. Si je reprends le calcul fait plus haut dans ma précédente entreprise, chaque salarié aurait gagné 27€ de plus par jour, plutôt pas mal mais ça montre surtout que chaque salarié avait une belle marge de progression en terme d’augmentation.

  • Le rapport que vous citez ne dit pas exactement cela. Plus exactement, il ne dit pas que cela.
    Vous vous demandez « On peut toutefois se demander : quel est le véritable objectif de cette étude ? » et vous affirmez « Bien que le CCPA [Centre Canadien de politique alternative] ne fasse aucune recommandation explicite dans son rapport, il affirme sur son site Web que l’écart grandissant des revenus et de la richesse au Canada est l’un des plus grands défis de notre époque »
    Faut tout lire.
    C’est toujours très intéressant de lire même brièvement le rapport initial, plutot que de lire un résumé par le messager.
    Car que dit le rapport ? Il affirme que la rémunération moyenne en 2013 des 100 PDG les mieux payés du Canada a rebondi à ses jours d’avant la récession (d’où le nom du rapport « Glory Days »).
    L’étude rappelle que les PDG canadiens dans le Top 100 ont empoché 9,2 millions de dollars canadien (à comparer à la moyenne du revenu canadien de 47000 $). Ce n’est pas rien car l’étude rappelle que la somme totale de ces rémunérations (921 millions) est supérieure à la totalité des déficits budgétaires des provinces canadiennes (en excluant quand même le Québec et Ontario) !
    Autre chiffre très intéressant : entre 1998 et 2013, les 100 PDG les mieux payés du canada ont vu leur rémunérations augmenter de + 98 % (après ajustement de l’inflation) contre + 7 % pour l’ensemble des salariés !
    Le rapport conclut sur les mesures inefficaces d’autocontrôle dans la maîtrise de la rémunération des PDG et affirme que des mesures fiscales simples fourniraient une approche beaucoup plus efficace pour combler cet écart de revenu au Canada.
    Une étude donc très pikettyesque !

    • David Pechereau: « une approche beaucoup plus efficace pour combler cet écart de revenu au Canada. »

      Le problème c’est que « combler les écarts » par la coercition a toujours menés les pays qui ont essayés à la ruine.

      • Je ne cherche pas à vous débarrasser en ces croyances (courbe de Laffer, théories de « la confiscation fiscale » ou autres).
        Pour libérer votre pensée attardez-vous aux faits qui contredisent vos convictions mais il est difficile d’abandonner ces béquilles psychiques. Dans l’allégorie de la caverne, Platon nous conte comment des prisonniers, dans l’obscurité, croient voir le monde réel, alors qu’ils n’en perçoivent que des ombres projetées sur les murs. Quand l’un d’eux sort de la caverne, il est ébloui, mais c’est la condition pour voir le monde tel qu’il est. Ses croyances ne seront balayées qu’au prix d’une quête, parfois douloureuse, du savoir, en économie comme ailleurs

        • Laffer explique qu’entre un Snikers à 1 euro et un a 10 euro vous allez choisir le moins cher et ferez tout échapper à cet achat si on vous force. Dès le CM2 on est normalement apte à comprendre ce principe.

          Citer le chantre de la hiérarchie des classes sociales, ne vous fera pas paraitre plus intelligent ni ne répondra à votre place à la question:

          -Dans quel pays l’égalitarisme coercitif a aboutit à des résultats positifs pour l’être humain ? Avec un siècle de recul, la réponse devrait être évidente.

  • Faisons quelques remarques par souci d’honnêteté.

    D’abord, prendre en compte uniquement les revenus des PDG est peu convaincant, les hauts-revenus ne sont pas réservés uniquement aux PDG mais à toute une cohorte de cadres supérieurs.

    Ensuite, même si cela peut vous paraître insignifiant, l’augmentation provoquée par votre processus de redistribution n’est pas négligeable comme vous semblez le dire. Evidemment relativement à chaque salarié c’est peu (d’autant plus que ce processus est irréaliste, imaginons plutôt une division par 2, ce qui fait donc une augmentation de 0,35% par salarié, soit 164 euros en plus par an, beaucoup seraient sans doute content d’avoir 164 euros par an en plus même si c’est peu), mais globalement cela fait 398 millions redistribués qui bien souvent plutôt consommés, donc réinjectés immédiatement dans le circuit économique entretenant l’activité. Et cela d’autant plus que généralement la part des importations dans la consommation est plus importante chez les hauts revenus que chez les bas.

    Autre manière de voir, plutôt que de considérer l’augmentation salariale que cela impliquerait, on peut regarder le nombre d’emplois que cela créerait. Avec les 398 millions, cela signifie un peu plus de 8500 emplois à salaire moyen. On peu estimer tout de même que ce n’est pas négligeable bien que cela corresponde évidemment à une hausse de la masse salariale de 0,35%.

    Enfin, il faut se méfier de ce genre de raisonnement, car on peut le faire à l’envers. Chaque individu pourrait dire de la même manière que vous : « pourquoi je n’ai pas un salaire de 7 millions par an puisque finalement cela ne coûte pas grand-chose aux autres (328 euros par an). » Raisonnement parfaitement valide mais pourtant…..

    • de toutes façons cela revient à nier que le système est efficient à fixer un salaire à tout le monde, à en appeler çà l’intervention de l’état et sa miraculeuse capacité à déterminer ce qui est « juste » ou « moral ».

      • dans le cas dont on parle, le revenu n’est pas fixé par l’Etat il me semble. Ceci dit, l’Etat n’a pas à fixer un revenu maximal, par contre il peut jouer indirectement sur l’imposition.

        • greg: « Ceci dit, l’Etat n’a pas à fixer un revenu maximal, par contre il peut jouer indirectement sur l’imposition. »

          Comme on peut jouer sur les mots aussi :mrgreen:
          Quelle différence entre interdire >100’000 euro et imposer à 100% ce qui dépasse 100’000 euros ?

          • je me suis mal exprimé, l’Etat n’a pas à intervenir dans la rémunération dans une entreprise privée. Par contre, par l’impôt, en effet, il peut fixer un revenu maximal. Le résultat est le même, mais dans un cas, l’Etat ne met pas son nez dans les affaires d’une entreprise privée.

            • greg: « mais dans un cas, l’Etat ne met pas son nez dans les affaires d’une entreprise privée. »

              C’est de l’humour noir ?

              • non c’est un fait, dans un cas, il ne met pas son nez et n’interdit rien. Une entreprise a toujours le droit de verser le revenu qu’elle souhaite, elle est libre, par contre l’intérêt de le faire est nul, il est donc peu probable qu’elle le fasse, si elle est rationnelle. Si vous n’êtes pas capable de faire la différence entre un Etat qui vous dit ce que vous devez faire, voire qui vous oblige et un Etat qui vous laisse faire ce que vous voulez, que puis-je faire pour vous ?

                • greg: « Si vous n’êtes pas capable de faire la différence entre un Etat qui vous dit ce que vous devez faire, voire qui vous oblige et un Etat qui vous laisse faire ce que vous voulez »

                  Mais vous raquette à la sortie…

                  La « liberté » selon st greg:
                  Le droit d’acheter une voiture, mais on vous la confisque à la sortie du concessionnaire. « C’est libre hein, puisque personne ne l’interdit »

                  Vous êtes vraiment cocasse… :mrgreen:

                  • Sutout que si les salaires supérieurs à X sont surtaxés alors la solution sera les stock options puis la retraite chapeau etc… et en final l’état se tirera une balle dans le slip en interdisant quelque chose à 99.9% de la population sous prétexte que moins de 0.0001% pourraient en tirer un bénéfice.

                    Ca a déjà commencé avec les lois liberticides.

  • Mort de rire !
    Article à envoyer à Melanchon et autres idéologues de gauche …

  • Depuis une trentaine d’années, M. Greenspan, puis M. ( le barbu propre sur lui) et maintenant Mme Yellen, ont résolu chaque crise financière en déversant des tombereaux d’argent sur le système, sans le reprendre après que la crise fut passée. Trois résultats. Quasiment aucune institution financière n’a eu a payer le prix de son inconséquence. Cela a créé une énorme inflation d’actifs. Ceux qui sont le plus près du robinet se sont enrichis considérablement.

    Le PDG moyen est assez près du robinet. Il est largement rémunéré en actions, et il dispose de moyens de falsifier le cours de sa société grâce aux programmes de rachats d’actions. Résultat, la rémunération du PDG moyen a effectivement triple ou quadruple relativement a celle de l’employé moyen sur trente ans. Mais il n’a fait qu’utiliser a son avantage l’immense falsification des prix causée par les banquiers centraux. Celle ci profite évidemment au monde de la finance. Mais les politiciens sont très demandeurs. Ces taux bas leur permet d’acheter plus amplement leur élection en camouflant le coût de leur promesses.
    En somme, les inégalités ne sont qu’un symptôme et les commentaires a ce sujet des diversions. Le vrai problème est une politique monétaire fausse, qui est d’autant plus difficile a corriger qu’elle plait a tout le monde tant que ça marche, et aux groupes influents quand ça ne marche pas, au prix de la destruction des classes moyennes. L’autre coût de se concentrer sur le symptôme plutôt que la cause est la destruction progressive de la liberté des individus par rapport à l’état.

    L’article est une pauvre justification de salaires délirants et n’a pas vraiment sa place dans Contrepoints.

    • La politique monétaire délirante de nos amis banquiers centraux néo-keynésiens à peut être gonflé les salaires des pdg. Peut être.
      Mais je ne vois pas en quoi cela autoriserait un libéral (ou quiconque) à critiquer les dits salaires. L’argent ainsi payé ne nous appartient pas, il n’appartient pas à l’État, ni même aux salariés de ces entreprises, mais à leurs actionnaires et à eux seulement.
      À ce que je sais il n’y a pas d’école libérale qui justifie d’attenter à la propriété privée au nom d’une quelconque «justice».

      Donc, désolé mais les gens qui commentent ici en critiquant ces écarts de salaires ne sont pas libéraux (sur ce point au moins) mais ont été empoisonnés par les sirènes de la jalousie socialiste.

      • Je ne suis pas sur que « si c’est possible, c’est OK » soit un tres bon argument pour le liberalisme. Si vous pensez que ca ne pose pas de probleme, regardez la facon dont les politiques sont en train de le resoudre: En France le taux d’imposition marginal le plus eleve, en incluant ISF, CSG, etc etc est de 75%. Vous pensez vraiment qu’un etat qui trouve ok de prendre a quelqu’un 75% de ses revenus a un respect quelconque pour l’individu?
        Les Etats unis ont invente le programme FATCA, qui transforeme de force toutes les institutions financieres du monde en agents du fisc Americain. Resultat, un nombre croissant d’institutions n’ayant aucune envie de se soumettre aux obligations declarativs et administratives dementes qui en decoulent, c’est a peu pres impossible a un americain d’ouvrir un compte a l’etranger. Les citoyens Americains sont tout a fait asservis a leur etat. On a pu voir ici avec quel enthousiasme le Zebulon a talonettes a saute a l’epoque sur l’idee, le projet etant de le rendre ce systeme mondial et multipolaire. Et ce type se pretendait liberal.
        Donc la liberte des actionnaires et des PDG d’abuser d’un systeme truque est en train d’avoir des consequences qui elles devraient vraiment horrifier un liberal.

        • guasilas: « Donc la liberte des actionnaires et des PDG d’abuser d’un systeme truque »

          C’est pour cela que le marché ne doit surtout pas être truqué par l’état comme on l’a vu avec la crise des subprimes.

          La liberté des actionnaires et des PDG n’est pas la source du problème et de fait la restriction de leurs libertés certainement pas une solution.

          Reste a démontré qui a profité de quoi ? Le PDG de « trombone et cie » celui d’Alliburton ?

  • On ne parle ici que du gain brut; en tenant compte de la panoplie de taxes, impôts et frais, je ne crois pas qu’il en reste…

  • Il ne faut pas prendre en compte le seul salaire du PDG mais aussi celui de beaucoup de Directeurs et alors il ne s’agit plus de 0,7 % de la masse salariale mais beaucoup plus. Il est un fait que la gouvernance des grandes entreprises est inefficace car des castes de copains qui ont pris le pouvoir se servent généreusement sans aucun lien avec leurs compétences. Pourquoi quelques % seraient ils négligeables alors que les Dirigeants ( pour se gaver avec leurs stock options) mettent en place tous les deux ans des plans d’économie de quelques % des budgets? Les études ( Stanford par ex) montrent qu’il ne faut pas compter sur un quelconque PDG gourou mais plutôt sur la qualité d’une organisation où des milliers de personnes font le job. Le salaire actuel des grands patrons ne fait que refléter la défaillance du système.

    • VISOR: « Le salaire actuel des grands patrons ne fait que refléter la défaillance du système. »

      C’est surtout auto-nettoyant. A force de mettre des copains idiots et de se servir dans la caisse une boite ne peut que couler SAUf si elle est addossée à l’état.

      C’est parce que pas mal d’état ne sont justement pas auto-nettoyant qu’ils sont en faillite et violentent leur populations: On peut y mettre autant de profiteurs et d’idiots que l’on veut, l’argent afflue toujours et il n’y a aucune conséquence apparente ( à court terme).

      • @Ilmryn
        La ( grosse) boîte ne coule pas forcément car il y a souvent des managers intermédiaires et des salariés talentueux mais effectivement la tendance est de se tourner vers les états ( capitalisme de connivence ) pour limiter la concurrence. L’augmentation de la capitalisation de l’entreprise est aussi le reflet de la fausse monnaie imprimée par le système bancaire sous la pression des états.

        • Visior

          Si des managers et des employés arrivent à rattraper les couilles d’une équipe de direction trop payée et incapable alors de 2 choses l’une : soit ils vont demander une augmentation de salaire, soit ils vont démissionner pour faire profiter de leurs talents une autre entreprise.

          C’est cela aussi l’autonettoyage.

  • Avec cette logique de dilution, pas la peine de s’offusquer des dérapages budgétaires de l’Etat non plus. Un dérapage de 6 milliards c’est à peine 100 euros par habitant, soit 30 centimes par jour, une broutille.

    • 1-L’argent de ces boites sont ceux des clients et actionnaires qui ont librement consenti a un échange mutuellement bénéfique.
      2-L’argent de l’état c’est celui pris de force à la population sans aucun choix et ses dettes engagent même les nourrissons.

      Quand au déficit de l’état Français: il empruntera encore 188 milliards en 2015 soit 42% de dépense en trop (budget de 410 milliards), si on prend la dette totale (avec les engagement des retraites selon la cours des comptes) on est a 250’000 euro de dette par actif productif !

      (Selon la cour des comptes la dette est de 5000 milliards d’euros et il y a 20 millions d’actifs du secteur marchand en France. Faites le calculs !)

      Parlant de logique: le minimum c’est de faire la distinction entre une somme qu’on donne par choix et une autre prise par la contrainte et entre une trajectoire économique saine (Les pays libéraux n’ont aucun des problèmes de la France) et une qui est désastreuse.

      Australie – Classement liberté économique: 3eme – Dette: 22% – Chomage: 6.8%
      Suisse – Classement liberté économique: 4eme – Dette 40% – Chomage: 3.5%
      Nouvelle-Zélande – Classement liberté économique: 5eme – Dette: 25% – Chomage: 5.8%
      Canada – Classement liberté économique: 6eme – Dette 48% – Chomage: 7.1%
      Danemark – Classement liberté économique: 10eme – Dette: 46% – Chomage: 6.7%
      Finlande – Classement liberté économique: 19eme – Dette 38% – Chomage: 8.7%
      Suède – Classement liberté économique: 20eme – Dette 37% – Chomage: 8.0%
      Norvège – Classement liberté économique: 32eme – Dette: 33% – Chomage: 3.4%
      ..
      ..
      ..
      France – Classement liberté économique: 70eme – Dette 90% – Chomage: 10.1%
      Italie – Classement liberté économique: 86eme – Dette 110% – Chomage: 12.3%
      Grèce – Classement liberté économique: 119eme – Dette 170% – Chomage: 26.4%

      Indice liberté économique – Classement des pays
      Indice de démocratie – Classement des pays

      • Je suis d’accord avec ce que vous dites.
        Cependant vous répondez à coté. je dis simplement que ce calcul (salaire du PDG/nombre d’employés/nombre de jours) ne sert que comme argument fallacieux, car à manipuler les ordres de grandeur, on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres pour apporter de l’eau à son moulin.

        • VISOR: « Cependant vous répondez à coté. je dis simplement que ce calcul (salaire du PDG/nombre d’employés/nombre de jours) ne sert que comme argument fallacieux, car à manipuler les ordres de grandeur, on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres »

          Au dela d’une certaine manipulation on s’engage tout simplement dans le fieffé mensonge qui est facilement démontrable. Il se trouve qu’un ordre de grandeur est effectivement négligeable tandis que l’autre est absolument dramatique.

          Si vous étiez vraiment d’accord il aurait été plus séant de votre part de proposer une autre mise en perspective plutôt que de tenter de démolir l’argumentaire de l’article avec qui plus est un exemple trompeur : on est très loin des 6 milliards de déficits.

          • Je n’ai jamais parlé de déficit de 6 milliards mais de dérapage. On peut prévoir un déficit de x et finir avec x + 6.
            Je suis d’accord avec le fait que la dette de la France concerne tous les habitants alors que l’argent d’une entreprise ne concerne que les parties prenantes.
            Ca ne démonte pourtant pas ce que j’ai dit, le calcul présenté dans cet article est au mieux inutile, au pire trompeur.

            • LaM: « le calcul présenté dans cet article est au mieux inutile, au pire trompeur. »

              Les multiples calculs de l’article sont claires avec 100% des sommes bien explicités sur plusieurs cas. Quoi qu’on fasse ça reste dérisoire, ce n’est ni inutile ni trompeur.
              Ton contre-exemple représente lui, 3% de la réalité, ça n’a donc aucune pertinence.

              LaM: « On peut prévoir un déficit de x et finir avec x + 6. »

              Libre à toi de penser que le « dérapage » ce n’est que cette erreur de prédiction faite par des ministres incompétents mais pour moi et pour tous les français le dérapage est bien de 188 milliards pour 2015.

              Après 42 années de déficits continuel et de prévisions fausses on peut difficilement le qualifier de « dérapage ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Mihailo Gajić[1. Mihailo Gajic est un économiste de Belgrade (Serbie) où il dirige les activités de recherche de Libek, un think-tank sur le marché libre, depuis 2014. Il est souvent cité dans la presse grand public serbe sur des sujets économiques. Ses principaux domaines d'intérêt sont les libertés économiques, le commerce international, la réglementation des affaires et les finances publiques. Fervent défenseur du marché libre, de la gouvernance démocratique et de l'état de droit en Serbie et dans les Balkans, et membre du Couvent Nati... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, donc messager de la politique menée par Emmanuel Macron et le gouvernement Castex, vient d’annoncer qu’il craignait (sic) une fracture sociale entre vaccinés et non-vaccinés :

Qui a créé la fracture sociale ?

Dit autrement, Gabriel Attal déplore la fracture sociale qui arrive, et il semble en imputer les causes aux Français récalcitrants à se faire vacciner. Se posant presque comme un spectateur extérieur aux événements, il se contente de pointer du doigt le ... Poursuivre la lecture

Par Vincent Bénard.

La sortie d’un rapport intitulé « Les grands défis économiques », remis au gouvernement français ces jours derniers, coordonné par deux sommités, Jean Tirole, prix Nobel d’économie, et Olivier Blanchard, ex-directeur des études du FMI, et co-écrit par de grands noms de l’économie, laissait espérer des propositions sortant des sentiers rebattus.

Hélas, la lecture du document douche rapidement l’enthousiasme. Pourtant, les auteurs commencent par louer la capacité des acteurs privés de l’économie et de la sociét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles