Le dérèglement climatique « grande cause nationale 2015 » ?

La grande cause nationale 2015 décrétée par Manuel Valls est scientifiquement ridicule et politiquement dérisoire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manuel Valls (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le dérèglement climatique « grande cause nationale 2015 » ?

Publié le 25 décembre 2014
- A +

Par Benoît Rittaud.

Manuel Valls credits Parti Socialiste (licence creative commons)

 

Manuel Valls a annoncé vendredi 28 novembre que la Grande Cause nationale 2015 serait la « lutte contre le dérèglement climatique ». C’est ainsi que, pour la première fois depuis sa création en 1977, le label de Grande Cause nationale peut, et doit, être dénoncé.

Jusque-là, le choix des Grandes Causes nationales, qui relève du Premier ministre, s’était toujours porté sur un sujet consensuel, par exemple la lutte contre une maladie grave (le cancer, la maladie d’Alzheimer…), la pauvreté ou encore les mauvais traitements. Des sujets peu médiatisés mais de grande importance ont été Grandes Causes, comme la lutte contre la solitude (2011), l’autisme (2012) ou l’illettrisme (2013). Chacune à sa manière, les Grandes Causes nationales ont tenté de rassembler la communauté nationale, de rappeler son unité ferme et résolue face aux malheurs qui peuvent en frapper les membres. On pouvait ergoter, dire que tel sujet aurait été mieux que tel autre, mais il restait impossible de se déclarer frontalement contre la cause qu’il s’agissait de promouvoir. Cette année, cette impossibilité n’en est plus une.

Pour 2015, le Premier ministre a en effet rompu avec cette tradition d’expression consensuelle de solidarité nationale en retenant un thème qui est tout à la fois scientifiquement ridicule, politiquement dérisoire et, plus grave, facteur de division. Ce dernier point fait du thème de cette année l’exact inverse de ce pourquoi les Grandes Causes nationales ont été initiées.

La Grande Cause nationale 2015 est tout d’abord scientifiquement ridicule, parce que prétendre lutter contre un « dérèglement climatique » implique l’adhésion au mythe du paradis climatique originel. Quelqu’un aurait-il l’obligeance de nous indiquer à quelle époque situer ces temps bénis de perfection météorologique ? L’hiver 1709, peut-être, au cours duquel, comme le raconte Saint-Simon, « le pain gelait sur la table à mesure qu’on le mangeait » ? Ou les hivers du XIXème siècle dont Zola, entre autres, raconte les terribles conséquences ? Il faut le dire avec force une fois pour toutes : quoi que l’on pense des gaz à effet de serre, il n’y a pas, et il n’y a jamais eu de « climat bien réglé » — je défie quiconque d’en produire une définition scientifiquement reconnue. En institutionnalisant une notion de dérèglement impossible à défendre scientifiquement, le pouvoir exécutif fait de cette croyance archaïque en une nature initialement pure et parfaite un élément officiel de son projet politique.

La Grande Cause nationale 2015 est, ensuite, politiquement dérisoire. À notre époque où tant de difficultés frappent nos concitoyens, l’on peine à croire qu’un responsable politique au fait des aspirations collectives puisse porter son choix sur une question aussi décalée. Si le Premier ministre manquait à ce point d’idées, que n’a-t-il pris connaissance de la pétition de la Fédération française des diabétiques, par exemple, à qui le label vient d’être refusé pour la seconde fois consécutive ! Il est vrai que les diabétiques ne sont pas à l’agenda de la grand-messe de décembre 2015 à Paris, cet énième rendez-vous mégalomaniaque où l’ordre du jour sera de sauver la planète en empêchant les cyclones de tourner et la mer de monter.

La Grande Cause nationale 2015, enfin, est un facteur de division. Malgré le matraquage médiatique incessant et à sens unique au sujet du climat, nul ne peut ignorer aujourd’hui l’existence des climatosceptiques — le mot est même entré dans le dictionnaire l’an dernier. Ceux-ci, dont je fais partie, doutent de l’importance considérable qui est prêtée aux activités humaines dans les évolutions récentes du climat. Je ne vous demande pas de croire qu’ils ont raison, mais seulement de reconnaître une évidence : ils existent. En août 2013, le commissariat général au développement durable a estimé que 35 % l’étaient parmi nos compatriotes. À en croire cette enquête qui émane du Ministère de l’écologie lui-même, promouvoir comme Grande Cause nationale la lutte contre le « dérèglement climatique » revient donc à faire d’un Français sur trois un paria institutionnel, un criminel par la pensée. C’est indigne de notre République.

Sur le web

Voir les commentaires (64)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (64)
  • lutte contre le dérèglement climatique….quelle prétention !!! quand bien même il y aurait un combat à mener contre le dérèglement climatique , je serais curieuse de savoir de quelle manière l’on compte s’y prendre pour lutter contre les forces phénoménales de dame nature , ses éffroyables tempêtes , ses crues soudaines , ses orages violents , etc etc etc , alors qu’il suffit de quelques centimètres de neige et c’est le bordel assuré ; notre terre et sa météo se contrefou royalement de notre présence et cette histoire de climat c’est plutôt dans le but innavoué de faire payer à la gente humaine un impot de plus qui ne servira qu’à remplir les poches d’une minorité ;

    • C’est bien là où le bats blesse. L’homme n’a jamais réussi à dompter la nature. Ce n’est pas le brassage d’air de tous leurs petits bras réunis qui va faire changer le sens du vent.

    • « je serais curieuse de savoir de quelle manière l’on compte s’y prendre pour lutter contre les forces phénoménales de dame nature »

      Ben, avec des taxes, tiens (et peut-être quelques -petites- interdictions)

    • Ce n’est pas un combat contre le temps qu’il fait. Les politiciens se foutent du temps qu’il fait, il suffit de voir le temps qu’ils passent dans l’avion pour aller rajouter de l’air chaud aux divers gaz a effets de serre.
      C’est un combat contre la liberte individuelle et en faveur de l’asservissement des citoyens aux politiciens et a l’administration. Voyez par exemple le billet de Delphine Batho dens « L’opinion » d’hier:  » la baisse du prix du petrole nous permets de relever la contribution climat-energie sans prejudice pour le pouvoir d’achat »

      Interessante vision de l’importance relative du citoyen et de l’état, non?

    • Marie, quel manque de confiance dans les pouvoirs de Manuel !
      1. il croit que la réduction des gaz à effet de serre est la solution,
      et dans le même temps il fait confiance aux écolos
      pour remplacer les centrales par des moulins à vent !
      2. et surtout, il faut donner au peuple le sentiment de combattre
      (comme Don Quichotte) les moulins à vent !
      Cela a nom POLITIQUE !

  • Richard Lindzen, Climatologue au MIT :

    «Peut-être devrions-nous cesser d’accepter le terme «sceptique». Le scepticisme implique un doute à propos d’une proposition plausible. L’alarmisme actuel en lien au réchauffement climatique représente à peine une proposition plausible. Vingt années de répétition et l’escalade des revendications ne la rendent pas plus plausible. Au contraire, l’incapacité à améliorer l’affaire après 20 ans rend celle-ci encore moins plausible, comme le démontrent le Climategate et d’autres cas de tricherie. »

  • le climat , on s’en fout , mais est ce que la société va bien depuis qu’elle n’a plus aucun but réunissant ses membres ? non, elle est en train de se décomposer .
    faut voir dans ce ‘changement climatique’ non pas une vérité scientifique mais un cadeau pour permettre aux hommes de se réunir sur un projet commun..et inatteignable , on remplace une religion par une autre…

    • Religion à laquelle vous êtes obligés de participer, notamment par les sommes qui vous sont arrachées par des taxes pour construire des lieux de cultes que sont les éoliennes, et permettre aux prêtres des processions aéroportées à Bali, Lima, Copenhague et ailleurs, vous obliger à faire pénitence avec des taxes démentielles sur les carburants pour que vous soyez bien conscients que vous êtes pécheurs, et j’en passe.

      • Vous glissez vers la démence. On dirait des révolutionnaires anti-cléricaux. C’est ridicule! Vous ne parlez certainement pas sciences mais politique, idéologie et religion. Vous n’aurez ainsi jamais de crédibilité or de votre propre cercle de réflexion.
        Pour le reste, personne ne dit que le climat fut « réglé », ne prenez pas le terme dérèglement au premier degré. Pensez plutôt à modification. Et ces références à quelques vagues de froids sont hasardeuses. Bref, un patchwork de « on dit » idéologique.

        • Ah, c’est donc religieux contre religieux, monsieur le clérical ❗

        •  » les écologistes , c’est des cons , on a le droit de le dire et de l’écrire  » claude allègre …

        • « Vous glissez vers la démence » nous dites-vous Ducobuzérozéro ? Les bons vieux réflexes de la psychiatrisation de l’opposant comme au bon vieux temps de l’URSS reviennent vite, chez vous, hein ? Et le climat plus déréglé, mais « modifié », c’est typique aussi, des mots et des mots pour faire peur, pour faire taire l’opposant, alors qu’il n’y a aucune réalité sous ceux-ci.

          • Mais pourquoi ce matraquage incéssant de l’URSS? Il n’y a aucun rapport. Tout les prétextes sont bons.
            Je pourrais en dire autant avec votre combat de la nouvelle religion du rca.

            • Je pourrais en dire autant avec votre combat de la nouvelle religion du rca.

              Il me semblait que c’est vous qui vous battiez pour défendre le RCA. Mais je peux me tromper …

            • Ces références à l’URSS ? Mais parce que votre projet est intrinsèquement totalitaire. Il l’est même plus que ne l’était cette dictature. Vous voulez réguler tous les aspects de notre vie : nos déplacements (en voiture, en avion ? Non, à vélo ), notre nourriture (avec le « locavorisme » et autres foutaises nous interdisant des produits exotiques ou hors saison, avec l’interdiction ou presque de la viande pour nous faire manger des insectes tout pleins de protéines, hein), avec le nombre d’enfants qu’il faut réduire (parce que l’empreinte écologique, vous savez…), avec l’eau qu’il ne faut pas utiliser (et ne plus prendre un bain mais une douche), avec le black-out prévisible à gérer (mais de seulement quelques heures, hein ?), et des taxes pour ceci et pour cela en plus, avec la finalité de sauver la planète, mais surtout de contrôler les moindres agissements des citoyens. C’est pour la bonne cause, mon brave, comme en URSS, camarade, hein ? Le communisme avait remplacé la religion. Aujourd’hui, c’est celle de Gaïa. Et vous ne comprenez pas ? C’est scientifique direz-vous. Le marxisme aussi se voulait scientifique. Combien de millions de morts pour la bonne cause ?

        • « C’est ridicule! Vous ne parlez certainement pas sciences mais politique, idéologie et religion. »

          Quand on parle science, les trolls nous opposent leur « ressenti de modifications ». Quand on parle politique et qu’on est libéral, on demande seulement la liberté et on nous oppose alors de la pseudoscience et du pseudo-humanisme. Quand on fait remarquer que le RCA s’apparente à une religion, vous tentez de nier le fait en prétendant que notre implication scientifique ou de défense de liberté est une religion ou une idéologie – ce qui ressemble beaucoup au techniques de décrédibilisation imaginée et conseillées par les extrémistes écologistes. Quand on parle économie et vision pragmatique, vous bottez en touche.

          « Vous n’aurez ainsi jamais de crédibilité or de votre propre cercle de réflexion »

          Qu’est-ce qui vous inquiète donc alors ? Pourquoi interférer dans un cercle de réflexion qui tente de s’élever par un peu plus de rigueur scientifique et économique et de démonter les manipulations. Beaucoup ici refusent les manipulations politiques hypocrites, réfutent autant la droite, son capitalisme de connivence que la gauche et son collectivisme édulcoré, et ont pleinement conscience d’être peu écoutés, mais en revanche en tant qu’individu maître de son destin, il est important de trier le vrai du faux pour savoir ou investir (son temps et son argent) et ou habiter pour se protéger des risques de la folie des hommes. Personnellement, je ne me fie pas à la situation actuelle édulcorée par la propagande socialiste (voir http://www.gouvernement.fr/kit-repas-famille), mais constate que la réalité et la dynamique résonnent comme une sirène d’alarme.

          Le fait d’utiliser les ressources de l’état pour faire de la propagande est à lui seul un indicateur d’un gros dysfonctionnement démocratique. La grande messe de la « cause nationale » devrait inquiéter chacun en dehors de toute considération scientifico-climato-politico écologique.

  • Dans un 1er temps, les socialistes prétendent nous amener au au même résultat que le capitalisme par d’autres moyens, à la prospérité sans l’égoïsme. Ensuite, ils nous expliquent pourquoi c’est noble de crever de faim.

    L’histoire montre que les périodes chaudes sont plutôt prospères. Si toutefois il y avait aujourd’hui un problème de réchauffement d’origine anthropique, il y aurait d’autres solutions que de casser l’industrie. Des scientifiques de Seattle par ex. ont proposé des techniques de refroidissement de l’atmosphère moins coûteuses que la seule propagande d’Al Gore (cf. « SuperFreakonomics »). Mais une coalition d’étatistes & de fanatiques religieux prône la pénitence.

  • On va encore nous faire les poches.

  • Pipeau économique.
    Pipeau socialiste.
    Pipeau climatique.
    Pipeau 2015.

    Madame est musicienne.
    On va bientôt pouvoir monter un orchestre !

  • cet abruti ferait mieux d’essayer de s’ouvrir au centre, et de rejeter ce qu’il reste de gauchiste vert ou rouge dans l’anonymat, l’opposition, voir la clandestinité…

  • Il faut justifier la nouvelle gabelle, sinon l’état monstrueux sera en faillite.
    Il est amusant de constater que les prochains jours s’annoncent glaciaux. -12 C à Saint-Laurent en Grandvaux la semaine prochaine, cela modère cette année soit-disant chaude, et la nouvelle année commencera bien … froidement. On aura un été chaud si cela continue.

    • Bôf. La température du Grandvaux est traditionnellement 5° plus basse que celle de Mouthe. Tant qu’on n’est pas à moins trente-cinq, il fait bon.

  • Un principe mécanique veut que l’action soit égales à la réaction . Quelle est l’action de l’homme sur l’univers ??Cela se mesure en fonction du carré des masses et même avec 8 milliards d’êtres humains sur terre le rapport des masses face au reste de notre système est négligeable !!! La moindre explosion solaire est bien plus efficace pour changer légèrement notre climat que toutes les actions humaines réunies !!!!Alors inutile de gaspiller notre temps et notre argent à combattre des moulins à vent !!!!

  • Je vous trouve bon public. Réveillez-vous, enfin!
    Création du Schmilblick « Grande cause nationale » en 1977. L’époque de l’indépassable enfumeur de » Giscard avec son acolyte Chirac. Quand ils nous inventaient d’économiser « 625.268,12 TEP »,calculées par un énarque de service au ministère des farces et attrapes, en changeant l’heure deux fois par an alors qu’il en résulte un beau bordel et nombre de nuisances pour tout potage.
    L’époque du « bon choix pour la France » en la personne de l’Ayatollah Komeiny, celui des avions renifleurs, celui de Mayotte détachée des Comores pour devenir le sas d’entrée d’une immigration musulmane incontrôlée de plus. Sans oublier la réforme Haby créant le « collège unique » que le mond entier nous envie, le pédagogisme et l’institutionnalisation définitive de la méthode globale. Ce qui prépare effectivement le terrain pour l’illétrisme comme grande cause future!
    La seule cause nationale qui vaille, c’est sauver les meubles de notre civilisation et les fondements de la Nation, et ça en continu. . . et non des fumisteries mondaines pour faire croire qu’on remplit tellement bien les fonctions régaliennes que les gouvernants disposent de loisirs pour des jeux de patronage étatiste.

  • Tient, « dérèglement » a atteint la francosphère. Un réchauffiste notoire anglophone l’a proposé il y a qq temps déjà: http://www.theblaze.com/contributions/climate-disruption-how-to-use-words-to-hide-your-true-intentions-2/

  • « scientifiquement ridicule et politiquement dérisoire. » , sans aucun doute !
    Mais tellement médiatique, au plan national ( X % de zozos verts, tous excités de la chose qu’ils ne pourront cependant voir confirmée avant de s’en aller dans leur au-delà d’obsédés …).
    Puis, en notre Nation appauvrie, quelle opportunité de « visibilité médiatique » lors qu’ILS n’ont rien à offrir à la vue du monde autre que nos conneries politiques à-la-sauce-hollandaise !

    Ainsi, 5 à 12% de troufions verts de par le monde pourront se convaincre de la « grandeur » du seul pays osant encore honorer leurs croyances et idiocraties climaxologiques, par défaut de connaître les Lumières de jadis …

  • Obsession de ce site pour ne pas voir qu’il y a des phénomènes climatiques de grandes ampleurs depuis une dizaine d’années. D’accord, votre logiciel vous interdit toute réflexion allant à l’encontre de vos croyances. Que ce soit provoqué par l’homme ou par un cycle naturel(en dehors de tout contrôle humain) il n’en reste pas moins vrai que le climat change d’une façon brutale et incontrôlable(évidemment), et cela sur une période très restreinte; un phénomène observé et mesuré par des scientifiques que vous méprisez par idéologie.

    •  » le climat change de façon brutal  »

      l’hiver le plus froid d’aprés les archives en france, fut celui de 1709. avec des pointes à moins trente sur le nord est de la france. ce phénomène vieux de 3 siècles n’a jamais été revu …

      des tempètes tel celles de décembre 1999 ont probablement déja eu lieu sur l’europe, mais comme l’enrésinement des forets en plaine n’existait pas, ni les pylone électriques … les dégats furent beaucoup moins impressionnant.

      il y a une quinzaine d’année, un météorologue a publier un livre retraçant les phénomène climatique extrème sur la france, au 20ième siècle : le moins que l’on puisse dire, c’est que la première partie de ce siècle est largement aussi riche que la seconde partie …

      un phénomène observé sur arte et sur la cinq devant sa TV, n’est pas une preuve scientifique …

    • Dans les années 50, le déréglement climatique était déjà là, mais causé par les essais atomiques. D’années en années, les causes évoluent, le climat est toujours aussi déréglé. Ca dénote de la constance dans le chaos, c’est rassurant.
      Question à 1 euro ? quelle sera la prochaine cause du déréglement climatique, alias feu le réchauffement climatique

    • L’article nie-t-il le RC ? Il parle de questions politiques.

      En détournant le débat sur l’existence du RC, vous commettez un sacré homme de paille.

      Si la majorité des économistes remettaient ouvertement en question les questions économiques du débat, je vous parie que les socialauds-verdatres oseraient dire que les économistes n’ont pas les compétences pour parler de réchauffement climatique, où il y a consensus dans la Coooommunaaauuuté Scientifiiiique…

      Il n’y a rien à espérer de ces guignols…

    • Même si il y avait un réchauffement climatique à venir( ce qui n’est pas prouvé) cela serait globalement positif ( et surtout pour la France). De plus, l’homme ne joue pas un grand rôle et il a démontré sa capacité à s’adapter correctement à différents climats. Mr Valls montre par cette décision son mépris de l’intérêt des Français.Le côté positif est qu’en agissant de la sorte il y aura de plus en plus de citoyens qui comprendront que les politiques ne veulent pas leurs bien être mais cherchent seulement des alibis pour les taxer et les dominer. En effet, il prend un risque car le débat va faire apparaître la supercherie: ce n’est qu’une question de temps mais il joue une stratégie perdante.

    • Bonjour homevieux.
      Merci de nous donner une définition scientifique d’un terme aussi précis que « phénomène climatique de grande ampleur » ou de la boucler.

      Cordialement.

  • Quand le niveau de la mer est remonté de 125 mètres à partir de -12.000 BP, c’était du brutal aussi ! Les mouvements de la Terre et de l’Univers font dans le brutal, en général. Moi, je regarde l’océan depuis que je suis né, j’y ai toujours vu du brutal. Rien que du brutal. Rien de nouveau donc sous le soleil depuis que je suis né.

    • oui, c’est du brutal … j’ai même connu une polonaise qui en buvait au petit déjeuner.

    • Le comique de l’histoire, c’est que homevieux a lui même donné la définition de la nature, par essence étrangère et assez indifférente aux soubresauts de l’humanité : brutal et incontrôlable.

      Les écolos-communistes-socialistes-dirigistes ont surement des boutons et des manettes dans des salles de contrôle où ils vont, comme pour l’économie, nos remettre tout cela en ordre.

      • parlez pas de malheur ! s’ils opèrent sur le climat comme ils opèrent sur l’économie, la prochaine glaciation ne doit pas etre loin …

  • Ces gens-là ne savent plus quoi faire pour s’occuper. A part ennuyer les gens sans même s’en rendre compte.

  • Je suis de plus en plus étonné de l’incompétence de nos politiques de tout bord sur le climat et l’énergie. Comment est-il possible qu’ils ne sachent pas qu’il n’y a plus de RC depuis 18 ans, et que les projections des modèles numériques se plantent lamentablement? Comment est-il possible qu’ils favorisent les EnR, dont on sait qu’elles ne servent pas à grand’chose, si ce n’est à taxer les ménages et à réduire la compétitivité de nos entreprises ?

  • On nous parle jésuistiquement de dérèglement climatique, car cela évite de parler de réchauffement (il n’y en a plus depuis 18 ans).

    Parler de dérèglement climatique voudrait dire qu’il y aurait un « bon » climat de référence, qui aurait perdu la boule? Ridicule! Le climat est changeant par nature, et, au cours des siècles passés, il a été beaucoup plus rude que de nos jours. Voyez, page 21 et suivantes, un florilège des événements climatiques dramatiques en France: http://www.pensee-unique.fr/pasteau.pdf

    Il n’y a pas de recrudescence d’événements extrêmes sur la planète : l’indice ACI (énergie cyclonique accumulée des cyclones/ouragans/typhons) a même plutôt tendance à se réduire depuis 8 ans. http://models.weatherbell.com/tropical.php

    Ce qui est par contre une réalité, c’est la désinformation faite par les alarmistes climatiques, dont, notamment, l’ONU, l’OMM, les dirigeants du GIEC, Météo France, l’UNEP et … l’AFP.

  • De l’art de s’occuper des faux problèmes…

    Pour éviter de s’occuper des vrais problèmes, qui sont, dans le désordre et de manière non exhaustive : la compétitivité de nos entreprises, le chômage, le déluge de normes et règlements contraignants qui nous pourrissent la vie, la dette souveraine à la limite du supportable, les taxes et impôts en constante augmentation, les agences de l’Etat, aussi nombreuses qu’inutiles (Ademe, ONERC, …), voilà que nos dirigeants lancent une grande cause nationale qui ne servira à rien…

    • quand on est incapable de faire des réformes, et de régler les problèmes du pays, le  » réchauffement climatique d’origine en tropique  » et une bonne diversion …

      quand la base electorale du PS se réduit comme une peau de chagrin et qu’il n’ y aucune ouverture à droite à attendre, il vaut mieux ne pas se fâcher avec les médias et les escrologistes …

  • Moi j’aurais cru qu’avec 5 millions de chômeurs nous avions là une grande cause nationale..mais nous avons aussi des problèmes avec l ‘autisme, la schizophrénie,et tant d’autres maladies. le climat…. là c’est la bérézina

    • Ce problème des 5 millions de chômeurs ne se réglera pas avec ou sans cause nationale du rca. Ni même en le déclarant grande cause. C’est n’est pas avec le genre de parti politique que l’on a depuis 40 ans que ces causes nationales vont êtres réglées.

      • Les politiciens, issus de l’ENA sont incapables de comprendre les causes économiques du chômage et s’en fichent. Ils sont entrés en politique pour obtenir le pouvoir (et non servir l’état). Ils sont donc tout autant incapables d’apprécier l’impact de leur démagogie environnementale et des conséquences de leur lâcheté par rapport aux bricolages catastrophiques des duflots et autres imbéciles. Et ils s’en fichent aussi.

        Après le bilan des éoliennes ou du passage de Duflot au gouvernement, il serait temps de se poser certaines questions, non plus sur les ecotaxes ou politiques énergétiques, mais sur l’irresponsabilité des politiques. C’est sur que les 5 millions de chômeurs ne vont pas disparaître par enchantement, mais ils peuvent faire bien pire, sachant que 2015 est déjà plombée avant même d’avoir commencée.

        Tout va très bien, Mr DucobuOO, pourtant il faut qu’on vous le dise, on déplore un tout petit rien …

      • *idée géniale*

        On pourrait demander aux 5 millions de chomeurs de pédaler ou de souffler sur les éoliennes !

        Allô Manu ? Écoute, je crois que j’ai un truc, là…

  • La République se réduit de plus en plus à de la communication. Grande Cause ? Grand barouf ! Le climat ça fait vendre, d’autant que 2015 verra sans doute quelques épisodes cévenols, une tempête de grande marée ou un ouragan à décorner boeufs et cocus, toutes choses qui feront monter les primes d’assurance pour emmerder le citoyen râleur. Donc ça va marcher.
    Que le ridicule soit apporté de surcroît n’est pas une première, ce pays est immunisé.

    La Grande Cause nationale devrait être de débarrasser la res publica de toute cette fange politicienne. On marche depuis trop longtemps dans la merde. SciencePo, l’ENA, patin-couffin. Quelqu’un en voudrait-il ?

  • Tiens une grande cause fondes sur la guerre civile. On ne serait pas régime socialiste ?

  • François Hollande et sa clique doivent absolument se mettre les écolos dans la poche pour éviter leur candidature aux élections presidentielles de 2017.

    Ce sera une election à un tour: le premier à passer le premier tour se retrouve devant le FN et gagne (enfin on espère pour eux).

    Après avoir libéralisé les transports en autocars roulant au gasoil, nos maîtres vont chercher à corrompre le vote « écolos »

  • Le réchauffement est avant tout le domaine de lobby qui voient là un immense business où devront s’engouffrer tous les gogos que nous sommes. Voici ce que qu’on entend: si vous voulez lutter contre le réchauffement, installez des panneaux solaires et des éoliennes (et les emmerdes commencent), isolez vos maisons et vous vous engager dans des dépenses que vous n’amortirez jamais. Pendant ce temps là des sociétés s’enrichissent sur votre dos.

  • Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais lorsque le thème est le climat, il y a toujours un petit télégraphiste qui vient débattre sur Contrepoints, alors qu’à l’évidence, les thèses de ce journal ne sont pas sa tasse de thé. C’est tantôt l’un, tantôt l’autre, tantôt le même qui a brusquement changé d’identité, mais il vient, petit soldat d’une cause qui l’envoie au front.

    Son seul but, c’est de pourrir l’atmosphère du débat, par des arguments dégradés, des attaques ad hominem, pour donner l’impression que la question n’est pas si claire, pour semer le doute. Il attaque collectivement le journal et ses lecteurs. Il n’est jamais là lorsque le sujet de l’article n’est pas son fond de commerce : le réchauffement climatique anthropique.

    Il n’existe que si on lui répond. Il ne cherche pas à entrer en relation avec ses interlocuteurs, mais juste à les salir, à les ridiculiser. Il dit n’importe quoi et il le sait bien. Il n’est rien qu’un militant envoyé au combat on ne sait par qui, mais on a le choix entre quelques entités bien connues. Une seule solution : ne pas lui donner de la voix. Ne pas répondre. Laissez le repartir la queue basse rendre compte de son échec à remplir sa mission : « ils sont trop nivelés par le haut, dira-t-il. A leurs yeux, je n’existe même plus. »

  • Il s’agit encore une fois d’enfumage pour détourner l’attention des vraies priorités du moment. Il est parfaitement établi par le GIEC lui-même que le réchauffement climatique s’est évanoui. Hollande s’était fixé deux priorités majeures parmi ses nombreuses priorités : d’abord le Sarko-basching et ensuite l’inversion du chômage. Pour le bashing « Hollande est un homme qui ne pratique aucune chasse aux sorcières…». selon ses amis. Il a cependant fait le maximum, d’abord en faisant annuler les lois de son prédécesseur, sans oublier de les reprendre en catimini par la suite. Mais surtout en lançant, via sa copine Taubira, environ 14 enquêtes ou inculpations contre Sarkosy, justifiées pour partie par des écoutes téléphoniques douteuses inaugurées sous Mitterrand. Jusqu’à aujourd’hui une seule affaire a été soldée par un non-lieu pour l’inculpé, mais surtout par l’inculpation pour faux témoignage de sa diffamatrice, ce qu’il ne faut pas ébruiter svp. Deux ou trois autres enquêtes sont arrivées à terme, sans plus de résultat, mais dont les non-lieux tardent à venir, afin d’être étalés dans le temps par un souci de discrétion, notamment dans le cas où ils pourraient s’accompagner d’autres inculpations de diffamateurs. Jusqu’à plus ample informé ce Sarko-bashing tous azimuts est donc en échec pour le moment, malgré son extrême violence. Mais les fuites des procédures d’ instruction, organisées au plus haut niveau, produisent toujours pleinement leur effet dans l’opinion, et c’est l’essentiel pour satisfaire Hollande, toujours aussi heureux et fier de lui.
    Pour les chômeurs de cat. A, les chiffres officiels donnent ceci : Sous Chirac: baisse mensuelle moyenne de 10.475 par mois. Sous Sarkosy hausse mensuelle moyenne de 12.700 par mois, en notant que le plus fort de la crise internationale est en 2009 et que son opposition politique est paralysante. Sous Hollande une hausse moyenne mensuelle monte à 22.200 par mois, alors que la crise est en régression dans le monde et qu’il a tous les pouvoirs pour agir. En mars 2008 Sarkosy avait réduit le taux de chômage a celui de mars 1983, avant que Mitterrand ne le fasse monter. Au rythme actuel en fin de mandat Hollande aura mis au chômage plus de 1.400.000 chômeurs de longue durée de plus qu’il n’en a trouvé en arrivant, faisant de lui le champion toutes catégories de la lutte contre le travail, malgré les rapports Attali, Gallois et bien d’autres qu’il s’est obstiné à ne pas suivre !. La cause de cette catastrophe est la stupide idéologie des brèles qui nous gouvernent avec le seul but de se maintenir coute que coute au pouvoir, et que nous sommes incapables d’éliminer pour le moment. Contre toute attente il y a encore 6 mois et au vu des résultats atteints à ce jour, l’idée se fait lentement jour que le gouvernement Sarkosy a été plus bénéfique pour la France que l’ élection de Hollande!. De quoi donner des ailes à l’intéressé qui s’estime redevenu utile à son pays ! au moment ou son challenger s’enfume lui-même avec les mensonges qu’il profère avec toujours autant de satisfaction. Il avait dit qu’il ferait ses valises, qu’il ne se représenterait pas si le chômage ne baisse pas. Il peut les préparer, en tout cas si sa politique se poursuit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En cette fin d’été boréal particulièrement chaud et sec, la Chine, comme le rapporte CNN, a « employé les grands moyens », en ensemençant des nuages au-dessus du Hubei avec de l’iodure d’argent pour amorcer la pluie. Cela pose la question du danger éventuel de cette molécule chimique et bien sûr de la nécessité d’intervenir sur l’environnement, mais aussi de la possibilité que nous avons de le faire précisément sur le climat.

Pour traiter le premier point il faut d’abord dire que cette pratique de forçage de la pluie est effectivement ... Poursuivre la lecture

jour du dépassement
3
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

(Tiré d’un article de Michael Shellenberger paru sur Forbes le 29 juillet 2019.)

Depuis ce 28 juillet 2022 et jusqu’à la fin de l’année, l’humanité consommera plus de ressources que notre planète ne peut en produire de manière durable, selon le Global Footprint Network (GFN), qui détermine de telles dates depuis 1986.

L'humanité utilise la nature 1,75 fois plus vite que les écosystèmes de notre planète ne peuvent se régénérer. Cela revient à utiliser 1,75 Terre.

« Les pays riches utilisent les ress... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles