Baisser les salaires ? Chouette ! On commence quand ?

Michel Sapin propose de contenir les salaires pour préserver les marges sans baisser les impôts. Pourquoi ? Et pourquoi l’accepter ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Billets Euros (Crédits Blatant World, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Baisser les salaires ? Chouette ! On commence quand ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 décembre 2014
- A +

Pour rétablir et préserver leurs marges, le gouvernement invite les entreprises à geler les salaires. Parce que, voyez-vous, les coûts d’une entreprise, ce n’est pas que la fiscalité et la mise en conformité avec les centaines de normes pondues chaque année. Ce sont aussi (entre autres) des salaires. Et comme les prélèvements ne sont pas prêt de baisser, il faudrait baisser les salaires. En clair, moins payer les salariés pour continuer à financer l’État.

Et l’État a besoin de beaucoup d’argent : dans la fonction publique, les salaires ne baissent pas. Loin s’en faut. 750 millions d’euros par an d’augmentation « mécanique », auxquels s’ajoutent les nombreuses embauches.

les effectifs ont augmenté de 1,5 % l’année dernière, en raison principalement de la progression importante du nombre de contrats aidés (+ 48.000 sur la période). Cette hausse, cinq fois plus forte qu’en 2012, porte à 5,60 millions le nombre d’agents publics en France. Un record !

Les salariés du privé devraient donc gagner moins, pour permettre à ceux du public de gagner toujours plus. Même chose pour les retraites, bien sûr, et la Sécurité Sociale : le privé doit financer le public.

Les salariés du privé peuvent toutefois s’estimer heureux : du travail, ils en ont. Plus que dans le public, et pour un salaire moindre, mais tout de même : c’est un travail. De plus en plus de Français ont du mal à en trouver. Dans le privé, l’emploi recule.

Rien d’étonnant quand le gouvernement s’ingénie à détruire toutes les opportunités de croissance et laisse faire les syndicats qui entendent imposer leur loi à tous.

Par exemple, en empêchant le travail du dimanche quand les maires l’autorisent. L’État, habituellement prompt à réagir quand un citoyen lambda va contre sa volonté, laisse étrangement faire quelques excités qui empêchent les gens de travailler et faire leurs courses comme bon leur semble. Et quand la justice les condamne, les syndicalistes sont amnistiés.

Récompensés, même, pour leur implication dans le débat public. Alors qu’ils bénéficient déjà d’un financement et d’une influence complètement déconnectés de leur nombre d’adhérents ou de leur contribution au « dialogue » social, si tant est que détourner des fonds et brûler des pneus soit une forme de communication.

Michel Sapin pourrait donc proposer des baisses de salaire là où elles auraient le plus de sens : dans la fonction publique. Et plus généralement, une baisse des dépenses. Les syndicats ne retrouveraient-ils pas un peu de crédibilité s’ils étaient financés par l’argent de leurs adhérents, au lieu de coûter à l’ensemble des salariés ? Et s’ils étaient ainsi incités à représenter les salariés plutôt que des idéologies destructrices qui, ici comme ailleurs, n’ont apporté que du malheur ?

Malgré ses tentatives de plus en plus loufoques, le gouvernement n’a en réalité pas d’alternative à la baisse des dépenses, sinon la faillite. Pour financer ses dépenses, il doit maintenir voire accélérer ses ponctions auprès des entreprises. Mais, comme un parasite survit rarement à la mort de son hôte, l’État ne peut se maintenir si les entreprises font faillite. Il faut donc qu’elles réduisent leurs autres dépenses. Le hic, c’est que ces autres dépenses financent aussi l’État.

Sur les salaires en particulier, entre le salaire complet (ce que paie l’entreprise) et le salaire net (ce que reçoit le salarié), il y a tout un tas de prélèvements. Si les salaires baissent, les recettes fiscales aussi. Mince alors.

Baisser les salaires ne sauvera donc pas l’État, pas plus que cela n’aidera les entreprises ou les salariés. En revanche, l’intention de Michel Sapin en dit long sur les priorités de ceux qui dirigent l’État : l’Etat passe avant le reste. Les citoyens sont à son service, pas l’inverse.

Pour combien de temps encore ? Eux ne semblent pas prêts de laisser tomber. Et vous ?

Voir les commentaires (197)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (197)
  • Tout par l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État

  • Ba oui ils ont vidé les entreprises en prenant 68% des richesses créées par les entreprises, donc se disent maintenant ils n’accepteront plus donc faut taper les salariés… c’est logique.
    Quand je me dis qu’aux prochaines élections l’UMPSFN ensemble sera a +70% avec un taux d’abstention proche de 30%…. je me dis que finalement c’est ce que veulent les français, qu’on les surtaxes pour pouvoir payer 577 incapables profiteurs… si ils aiment çà les francais, alors tant mieux, je ne vois pas pourquoi se plaindre.

    Par contre je ne comprend pas pourquoi l’Etat ne prélève pas non plus 68% des revenus des salariés du privé, de toute facon ils l’accepteraient… et ils pourraient ainsi se payer encore plus, engager encore plus de fonctionnaires,… et continueraient d’aller voter pour la triade en place (UMPSFN).

  • baisser les hauts salaires et augmenter les bas salaires seraient une bonne chose pour la croissance. Qu’est ce qu’il veut ce Ministre ?, ce n’est pas viable de baisser tous les salaires.
    Mais de quoi se mêle t’il ?

    • Supprimer le SMIC permettrait d’avoir plus clair.

    • Baisser, stagner ou monter … Ça revient au même, c’est une théorie. Dans la pratique si une entreprise va mal, elle aimerait baisser les salaires et quand ça va bien les monter… Mais il y a des entreprises qui vont bien et d’autres qui vont mal… Bref ce n’est certainement pas une mesure généralisée qu’il faut et encore moins venant d’enarques sorti d’école ou de la fonction publique.
      Un SMIC plus bas mais indexé sur la réussite de l’entreprise est une piste, mais ne pourrait être la seule mesure en place. Comme d’habitude une tpe qui marche pas n’a pas les mêmes difficultés et avantages qu’une entreprise de 200 salariés..

    • Mais laissez donc les entreprises décider des salaires ❗
      Cela leur serait très utile. 🙂

    • Alors on est encore plus étatiste que nos gouvernants !!!!!

  • il y a aussi des bisounours libéraux , il se cache sous un masque a gaz…. l’état n’existe que pour lui même depuis toujours et notre gvt en est une belle caricature .
    la lutte des classes n’est pas entre les riches et les pauvres, les ouvriers contre les patrons comme les communistes ont cru le comprendre, mais entre le peuple et l’état . le peuple doit reprendre le pouvoir et internet le permet aujourd’hui et si on demandait au peuple ce qu’on doit faire du Sapin ils le mettraient dans un sac avec tout ses petits camarades .

    • excusez moi H16 , le masque est pour Baptiste

    • oui reactitude. Le sens du travail, sapin il n’en parle pas. Pourquoi le travail est il autant bafoué par les élites politiques ?

    • On voit ce que cela donne quand le peuple reprend le pouvoir : encore plus de socialisme.

      Non le problème est qu’il n’y a aucun contre-pouvoir au dessus du gouvernement et que celui-ci court dans tout les sens comme un poulet sans tête

      Le gouvernement : donner encore plus de pain et de cirque pour que le peuple se taise
      Le peuple : hurler plus fort pour obtenir encore plus de pain et de cirque

      Appeler le peuple à se soulever, c’est aller droit vers la reprise en main de la société par la suppression des libertés : ce n’est pas en coupant la tête d’un poulet sans tête que l’on arrange la situation.

      • le peuple n’a jamais eu le pouvoir en France ni ailleurs a part , peut être, en suisse et ce n’est par certain .
        il ne s’agit pas de briser l’état mais briser les hommes d’état en leur retirant le pouvoir de formater la société a leur guise parce qu’ils ont été élus en faisant des cadeaux aux ‘sauvages’.
        est ce que le peuple est d’accord avec la retraite par mal répartition ? non , mais celle ci permet a l’état de favoriser son armée de fonctionnaires contrôlée par ses syndicats ( a qui il vient d’accorder quelques euros supplémentaires et malgré la crise)

        • Ce n’est pas le pouvoir qu’il faut donner au peuple, c’est le contre pouvoir. Si on le donne pas au peuple, ou à Dieu, ou au Roi, les incompétents se gavent sans vergogne.

          • Stéphane, j’adhère à votre discours mais il s’agit de théorie, comment mettre en place ce contre pouvoir dans la pratique avec des institutions comme les nôtres ?

            • @wimo:

              Il y a plein de solutions :

              1° Dissocier l’état du gouvernement, comme c’est le cas dans les monarchies parlementaires et dans les républiques parlementaires, ce que sont les pays à haut indice de démocratie.

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie

              2° Multiplier les surveillances citoyennes, comme la vigie citoyenne de Nous Citoyens

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie

              3° Faire de l’activisme pour dénoncer le marxisme qui a imprégné le pays : faire de l’anticommunisme primaire.
              – dénoncer le programme du CNR chez les gaullistes
              – dénoncer le programme commun, les alliances écolo, gauchistes
              – dénoncer le programme communiste du FN
              – dénoncer la réécriture de l’histoire de France, de la littérature selon un schéma marxiste

              4° Faire de l’activisme pour que les idées libérales soient le mieux comprises possible chez les politiques de tout bord : faire du libéralisme primaire : purement pragmatique, jamais doctrinal.

              • Merci Stéphane pour votre explication mais je vois toujours u mur face à ces solutions. Il faudrait avant tout changer notre constitution pour faire valoir vos idées. Et là ce n’est pas gagner vu les idiots qui ont la main mise sur notre pouvoir depuis des décennies.
                En tout cas j’adhère totalement à vos propos.

                • Pour le point 1 oui, pour les autres non. Les ‘idiots’ vont bien devoir un jour ce rendre compte que s’ils veulent continuer leur boulot, il va falloir qu’ils changent (c’est mon point 3) : ils sont idiots, mais pas bêtes, loin de là.

                  • Les idiots iront jusqu’à couler la France. Et là où ils ne sont pas bêtes c’est devant l’aspect financier qui les écartera de tous les problèmes, nos idiots s’exileront à l’étranger lorsque ce pays sera définitivement ingouvernable. (Cf DSK et Sarkozy prenant déjà des positions autre part)

                    • La France a déjà heurté l’iceberg. Deux scénarios : soit en Février Mars la Fed relève ses taux et le FMI se fâche un grand coup : dissolution et cohabitation, Juppé premier sinistre et nettoyage des comptes au karcher. Soit Sarkozy et Lagarde trouvent un truc pour mettre le pays sous perfusion pendant deux ans et obliger Vals à faire le karcher.

                      Dans les deux cas il n’y a pas long a attendre avant le début du nettoyage. L’UMP a déjà commencé à préparer le terrain genre ‘révolution libérale’ – édito du jour : ‘Préparer l’alternance dès aujourd’hui ‘, petits messages genre ‘L’effort à est de l’ordre de 110 Md€ en 5 ans. Comment faire ? Il faut réduire de 20% les effectifs de nos administrations’ … et ca ne fait que commencer … léger pour l’instant…

                    • La France a déjà heurté l’iceberg.

                      Oui. Le problème est que le capitaine Francesco Schetino Hollandouille Volanti n’a pas encore connaissance de l’importance des dégâts. C’est normal, puisque l’on a affaire avec un Méga Ultra dinosaure préhistorique de 100 tonnes (Méga tonnes ?) : il faut quelques années pour que l’information remonte jusqu’au cerveau :mrgreen:

                    • Exact ! Faut oublier Hollande : inutile de perdre un milliardième de seconde à se demander ce qu’il a dans le cerveau, la réponse est évidente.

            • En instaurant une transparence parfaite. Même « mélangeont tout » n’aime pas du tout ❗

          • tu t’en fout pas mal toi ! au moins tu en a du boulot !

    • Après avoir dit une chose aussi bête que de baisser les salaires, le sapin, il va falloir l’enguirlander! je sais c’est de saison….

  • Michel Sapin fait des propositions absurdes, scandaleuses et, par chance, en dehors de son pouvoir de contrainte à ce jour.
    – Absurdes, parce que 1) c’est la partie salaire net qui accroit le pouvoir d’achat et peut éventuellement abonder la consommation, l’épargne et l’investissement des ménages (et l’impôt of course) et 2) le salaire net est un outil de management des entreprises. Notons au passage que les chefs d’entreprises ne sont pas exactement les profiteurs avides d’argent souvent décrits, puisque selon l’étude (en lien dans l’article) sur laquelle se base M. Sapin, les salaires du privé ont augmenté plus vite que la productivité.
    – Scandaleuses parce que c’est entièrement payé par le chiffre d’affaires dans la collecte duquel M. Sapin n’a rigoureusement aucune part (ou plutôt la part irresponsable de décourager complètement les affaires).
    – M. Sapin a tout pouvoir sur ses propres dépenses, qu’il s’en occupe, à commencer par le nombre de fonctionnaires.

    • Par ailleurs quelque chose, je crois, m’échappe : si on souhaite baisser le salaire (net), ne faudra-t-il pas alors baisser également le brut chargé ? Cela n’impliquerait-il pas alors une baisse des recettes pour l’état ? Il y a très certainement une logique comptable et fiscale mais elle m’échappe.

      • Hormis la CSG/RDS, l’essentiel de votre brut chargé ne va pas dans les caisses de l’Etat. C’est le rôle de l’impôt et de la TVA.

        • tous les prélèvements vont dans des « caisses  » qui sont gérées par l’état, par leurs bons amis ou des machins comme les syndicats – tous se servent grassement et dépensent sans compter – la encore pour servir leurs amis et leur clientèle électorale. Quand les caisses sont vide, l’état les remplit avec les autres caisses ou par des emprunts.
          @parousnique : pourquoi ne pas aller avec vos amis sur canal+ ou libé, vous serez entre gens de « bonne compagnie » et arrêtez de troller ici ou personne n’a cure de vos commentaires.
          ah oui : « libéral » vient du latin liberté. si vous être contre la liberté, c’est parce que vous êtes du coté des geôliers, donc membre du PS, député ou du gouvernement (ou grouillot du parti qui espère profiter du système)

        • Toute la nuance, je pense, vient de la définition des limites. Par exemple, assurances maladie et vieillesse représentent quand même à elles seules, respectivement pour les parts salariales et patronales, 7.8% et 23% du salaire brut. Bref, le machin n’est pas clair et sans doute pas très bien pensé.

      • La chute des recettes fiscales signifie la fin du social-clientélisme sur lequel les politocards ont fondé leur pouvoir. On comprend mieux pourquoi toute la classe politique sans exception défend le communisme.

        Que des entreprises calanchent par milliers est le dernier des soucis de ces parasites. La seule chose qui compte est que les nouveaux chômeurs votent bien.

  • Certes la Féodalisation de l’occident ne va pas très vite mais les ultra libéraux de l’UMPSFN français sont aussi de ces dirigeants européens qui considèrent que la débâcle de la Grèce, Portugal, Espagne, Italie va se traduire par des opportunités de privatisations massives d’entreprises et de biens publics à des prix bradés comme nous le voyons aussi en France et en Europe. L’Etat a la fonction d’appauvrir les masses laborieuses pour leur imposer plus aisement ce retour de la féodalité, de quoi se plaignent dont les libéraux ?

    • « de quoi se plaignent dont les libéraux ? »

      De l’ignorance crasse de Parousnik, et de tout ses petits camarades gaucho, qui utilisent des mots qu’ils ne comprennent pas.

      • Le libéralisme est une doctrine de philosophie politique qui affirme la liberté comme principe politique suprême ainsi que son corollaire de responsabilité individuelle, et revendique la limitation du pouvoir du souverain. Le mot libéralisme fait son apparition au début du XIXe siècle. …

        Seulement c’est de la jolie théorie…dans la pratique le libéralisme, la capitalisme, le communisme, le socialisme sont plutôt « la loi de la jungle en pire » puisque c’est humain. Certes on peut choisir son combat son clan mais ce ne sont qu’utopies.

    • L’UMPSFN n’est pas libéral même pour un pico sous :mrgreen:

      • Evidemment puisque l’UMPSFN est ultra libéral…

        • Vous pourriez préciser ce que vous entendez par ultra-libéral ? Parce que chez nous, les libéraux, c’est un terme que nous n’utilisons jamais et aussi que nous ne comprenons pas vraiment.
          Votre prochaine absence de réponse indiquera que vous ignorez la signification de ce terme.

          • Ultra libéral…? C’est la doctrine terrorisante et terroriste qui ne respecte rien… ni les populations, les frontières, les traités, ni la nature etc… comme le fait les EU et l’UE.

            • Bingo, vous venez de décrire le communisme / socialisme soviétique, bulgare, est-allemand, roumain etc.

            • La moquette devait être très épaisse :mrgreen:
              Du Saint-Maclou ❓

            • Les libéraux seraient donc des dictateurs et en même temps des terroristes. J’ai beau cherché sur Google, je n’arrive pas à retrouver un dictateur se réclamant du libéralisme, et encore moins un groupe terroriste. Nous avons donc un problème avec votre lexique qui semble quelque peu incongrue. En revanche, j’ai trouvé d’autres idéologies qui sont directement associées aux terroristes ainsi qu’aux dictatures. Voulez-vous que nous les évoquions ensemble, histoire de parfaire notre connaissance du monde et de l’histoire ?

              • Curieux, j’écris ultra libéraux vous répondez libéraux…? Est ce que derrière le libéralisme se cache l’ultra libéralisme ? Tiens pour qui vous votez ?

                • Certes, mais je reste tout de même sur ma faim car vous n’avez pas réussi à définir l’ultra-libéralisme.
                  Quand au vote, c’est bien simple: c’est l’abstention comme 90% de mes collègues libéraux. Vous n’alliez tout de même pas imaginer que l’UMP ou même l’UDI étaient des partis d’obédience libérale ?

                  • Donc il n’existe pas de représentant libéral… ce n’est donc une idéologie difficilement applicable. Pourquoi ? L’ultra libéralisme et ce que la ploutocratie criminelle étasunienne applique au monde. Attentats sous fausse bannière, violation des directives de l’Onu, guerres illégales, crimes contre l’humanité etc…

                    • votre définition de « l’ultra libéralisme » est donc une liste d’exactions dont vous attribuez la réalisation au gouvernement d’un pays en particulier…

                      L’idée du libéralisme étant de limiter le pouvoir et donc la capacité de nuisance des gouvernements, vous avouerez que c’est amusant.

                    • @galliwasp : Parousnik semble être pétri de confusions :mrgreen:

                    • L’état désigne un ennemi imaginaire – l’ultralibéralisme, qu’on peut assimiler au chaos pour le coup – pour que le peuple lui donne mandat de renforcer son emprise sur la société. Et ca marche tellement bien!… Tout le monde pourchasse l’ultralibéralisme, sans le trouver visiblement puisqu’il est toujours la. Attention c’est une fable!…

                    • « Parousnik semble être pétri de confusions :mrgreen: »

                      Il me semblait qu’il résultait plutôt de la fusion de cons vu son emploi de termes dont il ne connaît pas la définition. 😀

                • On va bientôt arriver à l’ Ultra Méga Giga Néo Turbo Bobo libéralisme ❓

    • Ahahah… L’avantage des comiques c’est qu’ils font rire et la je me pouf… Hésitation cest bien de l’humour ? J’ai un doute. Au cas ou pour aller dans ton sens:
      – 68% c’est le temps que passe une entreprise française a travailler pour l’État.100% serait de l’étatisme 0% du libéralisme, je te laisse regarder ou on est… Pour info la moyenne europeenne est a 40% donc plutôt liberal sur ce sujet.(resultat de UMPS)
      – le CICE de Hollande c’est de la subvention donc etatisme, les libéraux sont donc contre
      – 150 Milliards donnés en subventions aux entreprises c’est encore de l’étatisme les libéraux sont contre (UMPSFN pour)
      – Les professions réglementées sont des professions ou il n’y a pas de concurrence, ou le marché est totalement fermé… Les liberaux sont contre (FDG, UMPSFN pour et ça fait l’unanimité de lext. Gauche au FN)
      – 3eme pays européen a être le plus condamne pour atteinte a la liberté d’expression, système mis en place par l’extrême gauche et le PS.

      Et je pourrais continuer a te dire que la part d’État dans notre pays est lun des plus important au monde,… Bref que notre pays est tout sauf libéral, mais comme je pense que tu plaisantais j’en rigole encore.

      • J’aimerais savoir comment le libéralisme pourrait exister dans un monde humain… sans Etat ? Avant la domestication de l’humain il n’y avait pas d’Etat… ce devait être un monde libéral… idéal, mais aujourd’hui comment faire de la théorie du libéralisme une réalité ?

        • Vous idéalisez tout. Et trop.
          Et non, avec le libéralisme, il y a bien un état. Mais il n’est jamais omnipotent comme en Europe et plus encore en France.

        • Un monde sans Etat, ce n’est pas le libéralisme mais l’anarchie et l’anomie. Les libéraux veulent un état fort mais qui gère uniquement ce qui est régalien; ils ne sont pas d’accord pour subventionner Mimi Matty ou Soeur Therèse point com.

          • L’argent n’a de valeur que lorsqu’il est partagé… sinon à quoi bon amasser ?

            • les gens amassent pour utiliser. Rappel : Picsou est un personnage de fiction.

              Le fait est que quand vous avez de grand projets vous avez besoin d’un capital de départ. Si l’état vous interdit de l’amasser, vous perdez cette possibilité…

            • C’est ce que disent ceux qui n’en ont pas !!!!!

            • Ca, c’est votre point de vue.
              Aussi respectable soit-il, cela justifie t-il de l’imposer à d’autres qui ne le partagent pas forcément?
              En quoi cela pose t-il un problème que certains amassent pour amasser et d’autres pour partager?

            • « L’argent n’a de valeur que lorsqu’il est partagé »

              J’espère que tu donnes l’exemple.

        • Jusque là, c’est plutôt l’Etat qui vie de moi que l’inverse.
          Pour moi, je vivrais beaucoup mieux sans Etat.

          Je pourrais retrouver la joie de vivre, l’envie de gagner la vie dignement. D’être enfin le moteur de mon bonheur. L’Etat nous réduit à des misérables cafards. Pendant qu’eux se frottent les mains de la bonne pitance dérobée à la sueur des autres.

          Ça a toujours existé, certes. Mais aujourd’hui à 75% de taxes pour les riches, il s’agit juste de vol. Il n’y a aucun autre mot. Etat voleur. Pour les classes moyennes, c’est encore pire: ils ne peuvent plus manger.

          Si c’est ça la notion d’égalité, elle doit être par rapport à la pauvreté. Belle perspective !

          • L’essentiel n’est il pas d’avoir de quoi vivre honnêtement ? 75% sur 1000 euros il ne reste pas grand chose… mais 75% sur 1 million d’euros il reste tout de même 250 000 euros il y a tout de même de quoi vivre. Et puis en gros chaque humain à des besoin vitaux quasi identiques… alors les différences de revenus me semble être stupides. Si la nature se comportait comme l’homo vanitus il y a bien longtemps que la terre ressemblerait à Mars d’ailleurs on y arrive…

            • oui mais l’état prend aussi 75% des 1000 euros que tu gagnes- tva/ir/csg/rds/is/rsi/urssfaf/ taxefoncière/taxelocale/ tipp/taxe sur ton épargne/redevance tv/redevance emballage/redevance recyclage/taxes sur l’électricité/taxes pour l’eau/taxe sur les billets d’avion/taxes sur les impots/tva sur la redevance locale/- etc-etc… et question : ùais que fait il de tout ce pognon? est’il bien dépensé? même un socialo pur jus comme toi ne peux répondre que tout le pognon encaissé est bien dépensé !

              • 2/3 de la facture d’eau, 2/3 de la facture EDF, vont aux syndicats et autres « truc » de l’Etat.
                Genre ministère truc bidule de je ne sais pas à quoi ça sert.

                Ah, mais c’est important, Monsieur. Ces gens ont fait des grandes études, il faut bien les payer !
                Bah, oui, bien sur….c’est évident.

                • Grandes études ? Comme qui Bernard Arnault ? Pinault ? Liliane B ? Rothschild ? Mulliez ? Dassault ? etc n’importe quel médecin a fait de plus longue étude que ces héritiers.

                • « 2/3 de la facture d’eau, 2/3 de la facture EDF »
                  Je suis en grande partie en accord avec vous mais de grâce soyez plus précis dans vos proportions, 2/3 me semble au delà de la réalité.

                  • Dans mon bled, on paye déjà plus de 4.50 EUR/M3.
                    Ils rien trouvé de mieux que de mettre 40 EUR de taxe semestrielle par logement.
                    Ceux qui ont un studio l’ont proprement là ou je le pense (dans le luc) puisqu’ils n’ont pas droit à la franchise de ceux qui ont un logement individuel.
                    Donc combien de taxes supplémentaires pour 10 m3 ? Cela sent bon le 64 % ❗

                    • La consommation moyenne par habitant est de 40M3 et encore tout le monde ne se lave pas régulièrement. Les 40€ de taxe semestrielle me paraissent énorme.

            • Et vous croyez qu’une personne plein de thunes va se laisser plumer ?
              Noah, Jamel, et plein d’autres votent PS et payent leurs impôts en Suisse.

              Voyez vous où va votre idéologie…..ailleurs.

            • non, l’essentiel est d’avoir de quoi faire des projets. Si mon projet est de financer un hôpital en afrique et que le projet de mon voisin est d’avoir un chouette potager avec des légumes anciens, on ne va pas avoir les mêmes besoins de financement…

            • @Parousnik : ca veut dire quoi vivre honnêtement ? Parce que les gens pauvres ou les gens riches sont malhonnêtes ? Ca fait 200 ans qu’ont nous rabat les oreilles avec des sophismes moralisateurs comme celui-là.

              Il faudrait un tout petit peu songer à arrêter cette propagande qui consiste à discréditer ceux qui sont différents et à tout mesurer (surtout l’argent) : les gens naissent égaux, mais ils meurent aussi égaux et ce n’est surement pas en les obligeant, qu’ils vont devenir plus partageurs, plus altruistes, plus gentils etc…

              L’Etat n’a pas à dicter et à imposer la morale et la religion des gens (à la limite il peut montrer l’exemple).

              • L’état a à dicter et à imposer la loi (ou le droit peu importe le vocabulaire). Il est le bras armé de la justice, qui relève de la morale, ne vous en déplaise.

                Votre obsession contre la morale donne raison à Parousnik.

                D’ailleurs que reprochez-vous aux fonctionnaires ? ils nourrissent leur famille comme le font les massacreurs d’éléphants dont vous jugez la conduite tout à fait morale.

                • Simplement que l’on n’obligera jamais par la contrainte à ce que les gens deviennent moraux.

                  Qu’au plus l’état s’en mêle, au plus les gens se dédouanent et adoptent des comportements amoraux.

                  Ce qui est exactement ce qui s’est passe au XIX eme et qui se passe actuellement.

                  Un bon exemple est la consommation de drogue : les lois de prohibitions n’ont pas fait diminuer le trafic, loin de la.

                  La morale doit agir sur le libre arbitre des gens, pas sur leur liberté sinon c’est complètement contre productif.

                  Il faut que les gens soient convaincu de la valeur morale, pas qu’on les oblige a avoir un comportement qui respecte une morale abstraite et doctrinale

                • De plus, je ne sais pas si vous avez déjà fait appel à la justice, mais la morale n’a absolument rien à voir avec elle : elle juge en fonction des faits, des preuves et du droit, donc penser que la justice est morale est complétement illusoire.

                  En enfin : en essayant de mettre la morale en boite dans des lois, on crée des milliards de lois, exactement comme actuellement, et on abouti à un système liberticide et socialiste.

                  Tout, absolument tout est interprété et interprétable de façon morale : le voisin a une plus belle voiture que moi, et il travaille moins que moi : c’est immoral … mon voisin n’est pas malade alors que je le suis, c’est immoral …

                  La morale est la super bonne excuse pour les totalitarismes et égalitarismes de tout bord pour faire passer leur délires. La morale n’a qu’un sens religieux (ou philosophique) : si la morale n’est pas basée sur des fondements, rien de peu différencier la morale des opinions, des goûts, des préjugés …

                  Le jugement moral, n’a rien à voir avec le jugement légal. La passerelle entre les deux existe, cela s’appelle la politique. Dire comme vous le dites que les deux doivent être identiques, est du totalitarisme.

                  • Toujours les mêmes argument des « millions de morts » et du totalitarisme.
                    Bien que je n’ai pas à répondre à cet argument, je vous répondrais qu’affirmer que les totalitarismes modernes ont pêchés par un excès de moral est tout simplement grotesque. Comme si massacrer des millions de personnes pouvait être justifié par la morale.

                    La loi impose bien par la force un comportement moral, celui de par exemple, de respecter les droits des autres.

                    Je n’ai jamais eu affaire à la justice mais, manifestement contrairement à vous, je connais le droit car je l’ai étudié, et je peux vous dire qu’il fourmille de jugements moraux. Il n’est d’ailleurs que cela, en dehors de quelques règles techniques. Expliquez-moi donc la notion de « faute » de l’article 1382 du code civil sans avoir recours à des catégories morales.

                    Je me rappelle les leçons de morale de mon enfance au cours desquelles l’instituteur nous expliquait que « qui vole un œuf vole un bœuf ». Il devrait maintenant dire, selon vous, que la morale est privée !

                    Vous avez une vision de la morale restreinte à celle des ligues de vertu et d’abstinence.

                    • Le nazisme est base sur un jugement moral : la race aryenne serait supérieure. Le stalinisme est base sur un jugement moral : la classe bourgeoise serait illégitime, le travail serait bon, l’argent, le capital mauvais.

                      Vous ne voulez pas entendre mon argument depuis le début et vous tournez en rond : les valeurs morales sont privées : si elle étaient publiques ce ne seraient pas des valeurs morales : ça voudrait dire que vous n’avez pas besoin de croire que ‘qui vole un œuf vole un beuf’ : que c’est une loi naturelle que l’on ne peut jamais enfreindre : ce qui faux.

                      S’est justement parce qu’il y a des lois sur tout que les gens n’ont plus de morale : les lois les dédouanent de la morale : ils ne pensent plus qu’en ´pas vu pas pris ´. Ils ne craignent plus leur morale mais uniquement la loi ( et encore)

                    • Ce sont des pseudo jugement moraux, des contre-façons utilisés pour justifier un comportement immoral.

                      Votre argument est faux.

                      Une loi morale n’est pas une loi physique, par définition, donc, oui, on peut l’enfreindre (quelle découverte!), mais elle a une valeur objective, qui permet aux individus de l’intérioriser, et pour certaines, de les rendre obligatoires.

                      Expliquez moi donc, la notion de faute de l’article 1382 du code civil sans avoir recours à des catégories morales.

                      Votre nihilisme moral justifie pleinement les propos de Parousnik.

                    • On savait déjà que selon vous les massacreurs d’éléphants ont un comportement moral (vous l’avez écrit), maintenant on apprend qu’il faut enseigner aux enfants que la morale est privée.

                      Check your premises disait Ayn Rand.

                    • @herveM

                      Ah enfin un point de référence : Ayn Rand !

                      Alors, soit vous n’avez rien compris au positivisme, soit vous faites exprès de transformer les idées de Rand pour les adapter à vos convictions :

                      « L’homme est qualifié d’être rationnel, mais la rationalité est un choix – et l’alternative que lui offre sa nature, c’est : être rationnel, ou animal suicidaire. L’homme doit être homme – par choix; il doit avoir sa vie comme valeur – par choix ; il doit apprendre à en être responsable – par choix ; il doit découvrir les valeurs qui sont nécessaires à cela et pratiquer ces vertus – par choix.
                      Un code de valeurs accepté par choix est un code moral. »

                      Ce qui veut dire sans aucune ambiguïté, que la morale, les valeurs morales sont privées : elle ne doivent, ne peuvent en aucun cas être imposées par la contrainte, dictée ou copiée d’une quelconque morale universelle. Elles sont librement consenties, par choix. Dès lors qu’un code moral devient public, il n’est plus librement consenti, mais imposé, décrit, dicté (ou au pire, implanté dans le cerveau par lavage de cerveau, comme c’était le cas dans les pays communistes). Dès lors que des lois imposent un quelconque code de valeurs, celui ci ne devient plus accepté par choix, mais imposé par la contrainte.

                      Votre interprétation me semble assez courante dans les milieux conservateurs comme le Tea party (j’ai déjà eu cette discussion avec des amis américains émigrés russes) autour de la confusion entre ‘code moral’ et ‘morale’, au sens religieux normatif de la morale : les religieux sont tellement persuadés que leur morale est universelle, qu’il en réécrivent ce que dit Rand dans un sens qui les arrange. Rand était profondément athée.

                      Et cette interprétation dessert énormément le libéralisme, elle se concrétise par des extrémistes comme le Tea Party qui fait de l’UMPS à l’américaine : allier ce qu’il y a de plus caricatural dans le libéralisme et ce qu’il y a de plus caricatural dans le socialisme pour en sortir une bouillie populiste infecte.

                      Quand à l’article 1382 du code civil, il n’a absolument rien à voir avec la morale, mais est relatif à la responsabilité liée à l’origine d’un dommage. Il n’y a aucune notion de ce qui est bien ou de ce qui est mal dans cet article.

                    • Avant de me reprendre sur Rand il faudrait que vous la lisiez :

                      “Rights” are a moral concept—the concept that provides a logical transition from the principles guiding an individual’s actions to the principles guiding his relationship with others—the concept that preserves and protects individual morality in a social context—the link between the moral code of a man and the legal code of a society, between ethics and politics. Individual rights are the means of subordinating society to moral law.

                      Ayn Rand

                      Je ne vous traduis que la dernière phrase elle suffit largement à montrer votre erreur.
                      « Les droits individuels sont les moyens de subordonner la société à la loi morale.  »

                      Quand à l’article 1382, quand la jurisprudence fait appel à la notion de « bon père de famille » ce n’est pas une catégorie morale peut être ?

                      Vous êtes pitoyable.

                    • Comme dit le dicton « l’erreur est humaine » mais il ajoute aussi « persévérer ne l’est pas ».

                    • Et contrairement à vous je n’ai pas besoin de « point de référence » pour penser. Je sais le faire tout seul.

                      Je ne me considère pas comme un objectiviste, mais je ne pense pas non plus que les gens ont tout vrai ou tout faux.

                    • J’oubliais la meilleure.

                      Vous me dites que je n’ai rien compris au « positivisme » en parlant de Rand ! C’est l’objectivisme.

                      Vous êtes vraiment un charlot et je vais arrêter de perdre mon temps à discuter avec vous.

                    • Je sais qu’à ce niveau cela devient de la gourmandise mais voici encore une citation de Rand qui montre que vous n’avez rien compris :

                      « What is morality, or ethics? It is a code of values to guide man’s choices and actions—the choices and actions that determine the purpose and the course of his life. Ethics, as a science, deals with discovering and defining such a code. »

                      traduction rapide :

                      Qu’est-ce que la morale, ou l’éthique? C’est un code de valeurs pour guider les choix de l’homme et les actions- les choix et les actions qui déterminent l’objectif et le cours de sa vie. L’Éthique, en tant que science, traite de la découverte et la définition d’un tel code.

                      Science…ouÏ ouï ouï

                    • Et contrairement à vous je n’ai pas besoin de « point de référence » pour penser. Je sais le faire tout seul.

                      Tiens. un relativiste ❗ Salut AbertE 🙂

                    • « Rights are a moral concept—the concept that provides a logical transition from the principles guiding an individual’s actions to the principles guiding his relationship with others—the concept that preserves and protects individual morality in a social context—the link between the moral code of a man and the legal code of a society, between ethics and politics. Individual rights are the means of subordinating society to moral law.  »

                      Les droits sont … le lien entre le code moral d’un homme et le code légal de la société, entre l’éthique et la politique. Les droits individuels sont …

                      Le code moral est du domaine privé : le code moral d’un homme, pas le code moral de la société.
                      Le code légale est du domaine public : le code légal de la société, pas le code moral d’un homme.

                      Ou alors, vous préférez du domaine individuel et du domaine collectif, ce qui revient exactement au même.

                      Les valeurs morales sont privées, les valeurs légales sont publiques. prétendre le contraire est juste du grand n’importe quoi : si vous pensez que l’on va découvrir grâce à la science LA morale et l’imposer de force à l’ensemble des gens, vous êtes un grand malade.

                    • Quant à la coquille sur positivisme au lieu d’objectivisme, c’est bien une coquille, comme vous l’avait fait ‘gentiment’ remarquer.

                    • Vous ignorez totalement
                      « Les droits individuels sont les moyens de subordonner la société à la loi morale.  »
                      Que n’aurais-je entendu si j’avais écrit cela ? j’aurais été assimilé à tous les totalitarismes de l’histoire !

                      Discuter avec vous est une perte de temps. Discuter avec quelqu’un d’assez superficiel pour confondre positivisme et objectivisme est une perte de temps.

                    • Sans compter qu’il est impossible de subordonner la société à la loi morale si celle-ci est d’ordre privé, à moins de prôner la tyrannie. Accusation évidemment idiote lorsqu’elle est portée contre Ayn Rand.

                      Voilà ce qui arrive quand on fait preuve d’arrogance et d’ignorance. On se fait moucher en publique.

                    • « prétendre le contraire est juste du grand n’importe quoi »

                      MDR. On sent l’effort intellectuel dans l’argumentation…

                    • Non, j’ai toujours dit que les droits individuels sont les moyens de subordonner la société à la loi morale.

                      C’est l’essence même du libéralisme : les droits individuels permettent aux valeurs morales (privées) d’avoir un impact (public) dans la société : ils donnent une consistance publique à une chose qui est par essence privée.

                      La propriété privée (pas publique, privée) est garantie par les droits individuels (la DDHC) et subordonne la société à la valeur morale de la propriété privée : voler c’est mal moralement, devient voler c’est interdit légalement.

                      Je ne sais pas d’où vient votre arrogance et votre confusion, mais ca devient vraiment fatiguant de se voire répondre par un contre argument fallacieux et des insultes à longueur de temps.

                      Les valeurs morales sont privées et relatives, c’est exactement pour cela que le libéralisme est aussi compliqué à mettre en œuvre, que le décrire de façon rationnelle comme a cherché à le faire Rand est aussi compliqué et méritoire : si on le norme trop, cela devient du socialisme, si on le norme trop peu, cela devient de l’anarchisme.

                    • « Non, j’ai toujours dit que les droits individuels sont les moyens de subordonner la société à la loi morale. »

                      C’est incompatible avec ce que vous dites par ailleurs que la morale est d’ordre privée. Car si la morale est privée, alors subordonner la société à la loi morale serait subordonner la société à une loi privée, autrement dit, la tyrannie. C’est parce qu’il existe des principes moraux objectifs qu’il est possible et légitime d’y subordonner la société. Ces principes sont découverts par la raison et l’expérience, comme le font les juristes (et ceux qui tranchaient pacifiquement les conflits avant eux) depuis des millénaires.

                      De plus, le respect des droits d’autrui est une injonction morale avant d’être légale. Le « tu ne tueras point » et le « tu ne voleras point » relèvent d’abord de catégories éthiques ou morales. Ce principe du caractère moral universel du droit était le fondement du jus gentium romain (droit des gens), qui est à l’origine du droit naturel et des droits de l’homme.

                      Un autre exemple dans notre droit est le principe Nemo auditur propriam turpitudinem allegans (nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude) qui permet au juge de refuser de trancher un litige portant sur un contrat dont la cause est immorale. Et il en existe bien d’autres.

                      Votre prémisse du caractère privé de la morale est une position subjectiviste en éthique, qui est un nihilisme moral en politique, et qui ne conduit effectivement qu’à l’anarchie, et la guerre civile, ou à la tyrannie (du vainqueur de cette guerre).

                    • « Les valeurs morales sont privées et relatives, c’est exactement pour cela que le libéralisme est aussi compliqué à mettre en œuvre, que le décrire de façon rationnelle comme a cherché à le faire Rand est aussi compliqué et méritoire : si on le norme trop, cela devient du socialisme, si on le norme trop peu, cela devient de l’anarchisme. »

                      C’est votre position subjectiviste en éthique, et donc nihiliste moral en politique, qui est la source de vos difficultés à conceptualiser le libéralisme, sans parler de sa mise en œuvre qui devient impossible sans provoquer des conflits massifs.

                    • Si en revanche on conceptualise le libéralisme à partir de son histoire alors il n’y plus de difficultés car il a pour origine une conception théologico-morale d’une église protestante allemande, appelée anabaptiste, qui a essaimé en Angleterre au début du XVIIe siècle, avant la première révolution anglaise, joint à la tradition du doit des gens romain, de l’equity anglaise, et du droit naturel moderne.

                    • Ok. Si vos valeurs morales sont publiques, indiquez moi où je peux les voir.

                    • Vous voulez voir des concepts ?
                      C’est un peu comme si vous me demandiez où puis-je entendre le concept de chien aboyer ?

                    • Ok, alors comment faites vous pour que vos valeurs morales soient publiques, si ce ne sont que des concepts. Un concept public ? Vous faites de la télépathie ?

                    • Ils sont « publics » dans le sens où ils sont pertinents dans la sphère publique, comme les concepts juridiques ou scientifiques.

                      Je répète, vous êtes pitoyable.

                    • Les scientifiques font de la télépathie peut être… mais vous allez me dire que la science est d’ordre privé…MDR

                    • Ou utiliseraient-ils cet outil archaïque venu du fond des âges qu’est le langage ?

                      Bigre ! Quelle découverte ! L’être humain peut partager des concepts sans avoir besoin de la télépathie, il lui suffit de parler ou, même, c’est extraordinaire, d’écrire, oui d’écrire !

                    • Donc, c’est comme les idées, les opinions ou les croyances : elles dont pertinentes dans la sphère publique, donc elles sont publiques. C’est comme la propriété privée : elle est pertinente dans la sphère publique, donc elle est publique ?

                    • Vous n’avez plus d’arguments alors il ne vous reste qu’à ergoter tristement.

                      Et non toutes les opinions croyances et idées ne sont pas pertinentes. Avez-vous déjà lu un jugement d’un tribunal de la république française invoquer le diable ? moi non. Avez-vous lu un jugement d’un tribunal de la république française invoquer une cause immorale à un contrat ? moi oui. Donc manifestement la croyance en l’existence du diable n’est pas pertinente pour dire le droit, mais la morale, l’est.

                      Tirez-en les conclusions que vous voulez…elles sont privées.

                    • « C’est comme la propriété privée : elle est pertinente dans la sphère publique, donc elle est publique ? »

                      Stéphanie est une femme.
                      Donc Stéphanie n’a rien à craindre des requins mangeurs d’homme.

                      Voilà où vous en êtes.

                      :'(

                    • Donc pertinent dans la sphère publique, veut dire pertinent en droit ? Public veut donc dire pertinent en droit ? Privé veut donc dire non pertinent en droit ? Donc la propriété privée n’est pas un concept pertinent en droit ?

                      Les valeurs morales sont privées, dans le sens où elles appartiennent à une personne et à elle seule, comme ses idées, ses opinions, ses croyances religieuses. Chaque personne donne une valeur ‘bien’ ou ‘mal’ différentes aux choses, suivant sa propre évaluation. Chaque personne est responsable de ses valeurs.

                      Après, que les gens vivant ensemble adoptent une morale commune, des valeurs communes, une éthique commune, c’est évident : la morale est un ciment de la communauté. Avoir une morale ou un ensemble de valeurs morales communes soude une communauté.

                      Mais cela ne fait pour autant de la morale quelque chose de public, à l’inverse du droit qui est une valeur publique : les lois appartiennent à la communauté, la communauté est responsable de la définition, de l’application et de la valeur des lois.

                      Privé : qui est du ressort d’un individu et de lui seul, public : qui est du ressort de la communauté.

                      Vous avez tout à fait le droit de penser que la morale est du ressort de la communauté, que la communauté est responsable de définir les valeurs morales ou qu’il existe de part une quelconque doctrine religieuse, politique, philosophique, science … une morale unique : cela s’appelle la pensée unique et c’est la base de tout les totalitarismes, qui ont chacun défini une morale qu’ils pensaient être la seule, l’unique morale.

                    • Mais voyons HerveM alias AlbertE a raison. La morale est bien publique. La preuve.
                      Carsat est capable de mettre des centaines de retraités dans le bouzin, et l’état se contente d’une modeste aumone pouvant aller jusqu’à 800 EUR.
                      Oui POUVANT ce qui signifie que seuls 2 ou 3 retraités toucheront cette somme. Les autres devront poireauter à la soupe populaire pendant des mois et financer indument des huissiers. Et voilà comment le reste du pays touche … le fond, car nous somment solidaires … en théorie. Qu’avez-vous fait pour ces gens là ❓ Rien sauf défendre ce système moisi.
                      Ces retraités (peut-être) se verront expulsés de leur logement détenu par des sociétés du capitalisme de connivence ou des organismes de l’état.
                      Imaginez l’annonce pour la location d’un logement : « priorité donnée aux personnes actives de moins de 60 ans. Au-delà veuillez-vous abstenir »
                      Vous me direz que la loi l’interdit, et que la police stalinienne</ politique veille. Il restera alors le non-dit, tout aussi pénible, voire terrifiant pour ces populations, de se rendre compte qu’il n’y a plus le moindre avenir pour elles.
                      Si cela ne ressemble pas à un eugénisme masqué, qu’est-ce donc ❓
                      L’état a ripoliné en multicouches les lois avec de la moraline en pots de 25 KG et en voilà les premiers « merveilleux » résultats.

                      En conclusion :
                      L’amoralité est bien publique CQFD

                    • @Non :

                      Entièrement d’accord : vouloir rendre la morale publique se transforme absolument toujours en rendre l’amoralité publique : l’enfer est pavé de bonnes intentions et ce qui est bien pour les uns est mal pour les autres.

                      Ca fait des années que les politiciens se font élire non pas sur leurs actions, mais sur leur soit disant moralité : ‘il faut sauver la planète, il faut sauver les prolétaires, il faut sauver les traditions, il faut sauver les homos, les opprimés, les pauvres, les riches, les classes moyennes, les fonctionnaires, les employés du privé, les chômeurs, les retraités …. »

                      Résultat des courses : au plus le débat politique se déplace sur le terrain de la morale, au plus la politique devient immorale et socialiste.

                      Mais quand les gens comprendront que la politique c’est gérer la cité, pas régir la vie des gens et les mettre dans des cases, à bon coup de morale manipulatrice ? Vous êtes riches : c’est mal, vous êtes pauvre, c’est mal, vous n’êtes ni riche ni pauvre : c’est mal …

                      Quand ce pays va t’il enfin se réveiller et sortir des griffes de ces faux prophètes de tous genre qui lui vendent des jours meilleurs à bon coup de morale culpabilisatrice ?

                      l’utopie (la carotte d’une main) – la morale (le bâton) de l’autre.

                    • Si tu ne manges pas 5 fruits et légumes par jour, tu grilleras dans les flammes de l’enfer … mais par contre faut pas toucher au régime de retraites, parce qu’il est juste et bon … quelle foutaise.

                    • Faut dépenser des fortunes en moulins à vent, parce qu’il faut sauver la planète, mais c’est pas grave c’est l’état qui paie.

                      Faut pas mettre les éléphants dans des réserves, parce qu’ils ne seraient plus ‘sauvages’ mais pendant ce temps là, ils crèvent tous : ils crèvent sauvage, mais ils crèvent quand même…

                      Foutaises…

                      Matthieu 7.15-20

                      Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.

                      Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?

                      Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.

                      Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.

                      Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.

                      C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez

                    • Sans compter que baisser les salaires nets tout en augmentant les prélèvements, c’est continuer la déflation du secteur privé au bénéfice de l’inflation du secteur publique.

                      C’est donc chérir les causes dont on maudit les effets.

                      « Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes. » Auteur célèbre !

                  • Pour les lecteurs, l’article 1382 dit « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer. »

                    Qui est le mieux placé pour les affaires de morale ?
                    Le rabbin/pasteur/curé/imam (rayer selon vos options personnelles) ou un fonctionnaire (le représentant de la religion de l’Etat) ?

                    Les caisses sont vides. Doit-on répandre de l’argent à tout ceux qui ont des « droits » ou ne le distribuer qu’à ceux qui le mérite, ou qui se comporte bien dans leur communauté ? La charité doit elle être obligatoire, ou être conditionnée aux valeurs morales ?

                    Je ne veux plus que les fruits de mes efforts soient distribués à des gens qui me crachent à la figure.

                    • J’ai l’impression que vous me répondez mais n’ai pas la moindre idée de ce dont vous parlez.

                      Il n’a jamais été question de faire des fonctionnaires les arbitres de la morale ou de donner de l’argent à ceux qui le « méritent ».

                    • C’est cela : « L’état a à dicter et à imposer la loi »,
                      et donc distribuer des droits, et l’argent qui va avec.

                      Et donc, que fait-on quand l’argent vient à manquer ?
                      On fait confiance aux valeurs morales des hommes de l’Etat ?
                      Humm..

                      Bein non. Je donne au denier du culte, et je compte sur mon curé pour aider ceux qui le mérite.

                    • Parce que pour vous l’état ne fait pas respecter la loi ?

                      Qui le fait alors ?

  • L’idéal socialiste, c’est que tous les emplois dépendent de l’État. Ils né réduiront jamais ce qui constitue leur base électorale. A noter quand même que Sarkozy avait tenté d’aller dans cette direction, même s’il y avait à redire sur la méthode.

  • « A vous maintenant, riches ! Pleurez et gémissez, à cause des malheurs qui viendront sur vous. Vos richesses sont pourries, et vos vêtements sont rongés par les teignes. Votre or et votre argent sont rouillés; et leur rouille s’élèvera en témoignage contre vous, et dévorera vos chairs comme un feu. Vous avez amassé des trésors dans les derniers jours! Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu’aux oreilles du Seigneur des armées. Vous avez vécu sur la terre dans les voluptés et dans les délices, vous avez rassasié vos coeurs au jour du carnage. Vous avez condamné, vous avez tué le juste, qui ne vous a pas résisté. » (Jacques 5:1-6)

  • Les nombreuses grèves prévues en période de Noël ne vont pas du tout aider l’économie d’ailleurs, comme si on avait besoin de ça ! Certains vivent encore dans leur monde.

  • Nous pourrions aussi, afin de remercier le patron de sa très grande générosité, payer pour pouvoir travailler gratuitement.
    Remember …….. la chanson des Charlots des années 1970: « merci patron » ….

    « Tout ce que vous avez fait pour nous nous le referons pour vous …. »

    • Sans rire, lorsque j’ai bossé au CNRS, le labo dans lequel j’étais avait décidé de retirer une prime aux ingé d’études et de la conserver aux ingés recherche et devant notre incompréhension et gêne face à ce problème une chercheuse a osé nous dire que nous devions déjà être content d’être payé pour bosser pour l’état.

  • Jacques Marseille a tout dit sur ce sujet dans « La Guerre des deux France. Celle qui avance et celle qui freine ».

    • Amos a aussi beaucoup dit dans son résumé :
      « Ecoutez ceci, vous qui dévorez l’indigent, et qui ruinez les malheureux du pays ! Vous dites : Quand la nouvelle lune sera-t-elle passée, afin que nous vendions du blé ? Quand finira le sabbat, afin que nous ouvrions les greniers ? Nous diminuerons l’épha, nous augmenterons le prix, nous falsifierons les balances pour tromper ; Puis nous achèterons les misérables pour de l’argent, et le pauvre pour une paire de souliers, et nous vendrons la criblure du froment.
      L’Eternel l’a juré par la gloire de Jacob : Je n’oublierai jamais aucune de leurs œuvres.» (Amos 8 :4-10)

      Et pour les banquiers et les grands groupes à qui on a remis la dette :
      http://www.biblegateway.com/passage/?search=mat%2018:23-35&version=LSG

  • Un gouvernement – et en plus socialiste – qui appelle les entreprises à baisser (ou bloquer) les salaires ?

    Je suppose qu’il faut comprendre « niveler les salaires par le bas ». Le message serait tout autant suicidaire pour le gouvernement (en plus d’être stupide économiquement – mais la n’est pas leur problème).

    On sait bien (il suffit de regarder l’Espagne par exemple) que l’on se dirige irrémédiablement vers cette adaptation. Il ne s’agit que du résultat de la crise et tout le monde sera touché d’une façon ou d’une autre. Mais présentée comme une « action du gouvernement » dans le seul but de ne pas réduire les dépenses ? Ils ont vraiment fumé la moquette et ça sent le sapin.

    Après ça, le FN n’aura plus qu’à promettre un blocage des prix pour les balayer (alors qu’on sait bien où ça mène – il suffit de regarder le Venezuela)

    Mais bon, c’est sur qu’il y a encore quelques éoliennes à construire, des spectacles culturels à mettre en place, des instituts de bobologie à financer, des mammouth obèses à nourrir, sans parler des vacances des conseils régionaux ou des élus au bout du monde.

  • C’est pourtant simple pour le cerveau dérangé de Sapin :
    Vous baissez le salaire net , nous on augmente les prélèvements en tout genre , comme ça, y a bon le bon pognon pour l’état ; ça vous coûte rien à vous les entreprises, le coût salariale étant identique , et nous on peut s’engraisser un peu plus ! CQFD .

    • Oui, l’Obèse socialoïde poursuit sans pause sa politique de collectivisation du pays, cette guerre civile larvée de l’Etat parasite contre les Français, quitte à les spolier et ruiner l’économie jusqu’à l’ultime ressource disponible.

      • dans le genre baisse des salaires il y a aussi la baisse des retraites !
        Je suis retraité de l’Etat (non titulaire) et ma retraite complémentaire par capitalisation pour laquelle j’ai cotisé un peu plus de 37 ans me permet de survivre car avec les 700 euros mensuels de la caisse d’assurance vieillesse il me serait difficile de vivre … Or il se trouve que je n’ai rien vu venir sur mon compte en banque depuis 5 mois ! Il semblerait que la Caisse des Dépôts et Consignations qui me paie ma retraite complémentaire soit à court d’argent. S’il ne s’agit pas d’une erreur la situation est donc vraiment alarmante et les premiers à en faire les frais sont les sans-dents comme moi sans aucun moyen de se défendre. Je vais devoir bientôt faire la manche comme les Roumains … Merci l’Etat à qui j’a confié de l’argent pendant ces 37 années de cotisation et qui ne peut plus honorer ses engagements. Et pendant ce temps-là Thevenoud est toujours député et de nombreux repris de justice siègent tant au Sénat qu’à l’Assemblée Nationale …

        • Et encore vous êtes un privilégié. Imaginez la génération qui va suivre !

        • Vous êtes victime de Ponzi… mais ne vous inquiétez pas vous ne serez pas le seul et je vais vous suivre ( en pire)… si cela peut vous reconforter.
          Il ne reste plus qu’a militer contre l’obèse qui nous bouffe.

        • je vous suggère, lorsque vous recevrez la prochaine ponction étatique de faire une belle lettre pour leur expliquer qu’étant donne le retard de versement de votre retraite, vous payerez avec un égal retard !

        • « Merci l’Etat à qui j’a confié de l’argent pendant ces 37 années de cotisation »

          En vertu de quel contrat que vous n’avez jamais signé ?

          Vous n’avez pas cotisé, vous avez payé la retraite de ceux qui vous précédé. Si tel était le cas, vous auriez un joli capital : aux taux actuels, il serait de plus de 400 000 euros.

        • Vus avez voulu jouer avec l’état et vous avez perdu, comme beaucoup de fonctionnaires, et d’entreprises privées (la dernière en date écomouv). Faire confiance à l’état socialiste est déjà une grossière erreur.

  • « Les salariés du privé devraient donc gagner moins, pour permettre à ceux du public de gagner toujours plus. » C’est faux comme le montre le gel du point d’indice des fonctionnaires. Opposer le public au privé est purement démagogique.

    • Vous oubliez le GVT qui fonctionne toujours. D’ailleurs, même le gouvernement a déjà évoqué de le geler aussi.

    • Mdr. Je vous réponds :

      Tous et toutes égaux. Les fonctionnaires sont hors la loi car ils sortent de la constitution.

      • Il ne vous reste plus qu’à saisir le conseil constitutionnel…

        • Pourquoi, l’idee du tous et toutes égaux vous semble illogique ?
          Je vais vous dire, un fonctionnaire intelligent anticiperait la crise à venir. Il demanderait lui mémé l’egalité pour préserver le peu qu’il va rester.

          • Non, mais parce que c’est ce qu’il faut faire en cas d’anticonstitutionnalité.

            • Je suis plus vicieux.

              Je préfère laisser les gens faire face à la réalité comme en Grèce.
              Bien entendu, j’aurais préféré une version comme en Allemagne, Canada, Nouvelle Zélande, Suède, Suisse…etc

              Où le peuple décide de prendre son avenir en main et oblige les politiques à œuvrer dans son intérêt.

              Mais en France, pays extraordinaire, nous sommes différents. Notre potentiel est infini. Nous sommes castrés, et malgré tout, nous arrivons à faire encore de grandes choses. Imaginez sans ce poids, ce carcan idéologique des lois, des taxes et des politiques corrompus !

              Nous serions vraiment des champions !
              Au lieu de cela, nous préférons ressembler à notre mot préféré: petit. Nous sommes des petits joueurs, des petits cafards, des petits rien. Des socialistes idéologues qui font la morale aux autres pays du monde.

              Que c’est pathétique comme vision. Donc, non merci. Cela n’est plus mon combat. C’est le votre…..
              Prenez vos responsabilités. J’ai ma conscience pour moi. Elle est en paix.

              • Mais en France, pays extraordinaire, nous sommes dépressifs …

                • Dépressif, vous êtes gentil.

                  Je pense qu’il s’agit d’un déni de la réalité, avec une pointe de cynisme, beaucoup de mauvaise foi, une grande part d’irresponsabilité, un rejet de la faute sur les autres, un pouvoir dictatorial, un « petit peuple » qui n’a aucun respect pour lui ou les autres.

                  Bref, un système parfait pour encourager ce « petit » monde à continuer comme ça.

                  Dites égalité à un fonctionnaire, il va vous répondre en chougnant, j’ai plus rien, boubouuuu.
                  Si vous lui parlez du privé, il sait vaguement qu’il y a le principe de concurrence, que les 35 h, c’est que sur le papier. Que la retraite c’est zéro, et le salaire misérable.

                  Mais, il va refuser de quitter sa « fonction » tout autant misérable. Parce que bon, c’est une vocation. On sacrifie sa vie pour la « collectivité ». Ça mérite d’être plus payé. Donc il refuse l’égalité privé-public. Pourtant nécessaire et utile, comme prouvé en Suède.

                  De toute façon, c’est trop tard pour eux. Bientôt ils auront un salaire divisé par deux et plus de retraite. Ils pourront venir pleurer à ce moment….

                  • Et surtout une situation extraordinaire ou le reste du monde finance notre descente aux enfers bufgétaire a des conditions paradisiaques… Comme si papa maman financaient la coco de fiston…

                  • Oui je suis gentil, et je suis d’accord avec vous : à se contenter de peu, mais refuser par tout les moyens le changement, on devient dépressif.

                    C’est assez démentiel comment certain dogmes ont été institués comme des vérités universelles dans ce pays, à croire que les Français ne voyagent jamais.

                    A chaque fois que j’entend un fanatique criminel parler des ‘ravages de l’ultra capitalisme dans le monde’ je regrette que le voyage dans le temps n’existe pas et d’être incapable de l’envoyer faire la queue pendant des heures dans le blizzard pour s’acheter des brosses à dents dans la Russie communiste des années 80, sous le regard suspicieux de gamins de 18 ans kalachnikov en bandoulière et puant la vodka.

                    Juste histoire de leur faire comprendre que ca suffit la contagion d’inaction dépressive.

                  • « Je pense qu’il s’agit d’un déni de la réalité, avec une pointe de cynisme, beaucoup de mauvaise foi, une grande part d’irresponsabilité, un rejet de la faute sur les autres, un pouvoir dictatorial, un « petit peuple » qui n’a aucun respect pour lui ou les autres.  »

                    Mais oui, ils sont tous fous ! Une petite catastrophe économique leur ferait le plus grand bien !

                    Quel fanatisme !

                    • Quel fanatisme !
                      Oui, quand un Président déclare: c’est gratuit c’est l’Etat qui paye, on parle bien de la même chose.

                      J’ai plus de respect et de compassion pour vous que vous n’en avez pour moi. Je vous présente des faits, votre et notre avenir à tous et à toutes. Vous me traitez de fou !

                      Jusqu’où peut on ignorer la réalité ?

                      Quand le privé sera à terre, les fonctionnaires dans la rue (car ils iront gueuler et casser du flic). L’on pourra parler de fanatisme. Pour le moment, je suis probablement plus dans le vrai que vous.

                      C’est juste un simple calcul:
                      on dépense plus que l’on gagne.

                      Il ne s’agit pas de probabilité, l’Etat est en faillite.

                      Il serait temps d’ouvrir les yeux. Le coup de pelle dans la nuque va être redoutable pour vous.

                    • Ne vous inquiétez pas : la Fed a accepté de temporiser et d’attendre de remonter ses taux d’intérêts que vers le mois de Mars. Quand ils vont commencer à arrêter l’argent gratuit (qui tue la croissance quand celle-ci existe, ce qui est le cas aux US) et que les taux d’intérêts vont remonter, on reparlera de votre point de vue.

                    • Je ne sais pas à qui vous vous adressez. Pas à moi je suppose, car ce que je conteste, l’enrichissement des fonctionnaires au détriment des salariés du privé est un (non) fait. Les salaires sont gelés, et les concours qui permettent l’avancement sont de plus en plus rares. Le pouvoir d’achat des fonctionnaires a baissé. Beaucoup de fonctionnaires sont en plus sur diplômés par rapport à leur statut. Les retraites des fonctionnaires n’intègrent pas les primes qui peuvent constituer une partie importante du salaire.

                      Tout cela pour dire que faire des fonctionnaires les nouveaux boucs émissaires n’est pas conforme à la réalité.

                    • Mais oui ne vous inquiétez pas.
                      Ces gens vont recevoir ce qu’ils méritent !

                      La morale « privée » de M. Boulots donne la nausée.

                    • Les salaires des fonctionnaires sont peut-être gelés, les embauches ne le sont pas. Quelqu’un ici se fout de notre gueule.

                      Quand l’aristocratie socialo-communiste sera à poil dans la rue, je n’irai pas pleurer sur son sort.

  • La traque au vice est ouverte. Le travail, particulièrement dans le privé en est un. Enfin, en France en tout cas, cela relève du SM patenté. Imaginez 6 mois de salaires pour la « collectivité » bah, merde !

    Le gaz de schiste, le gaz de shit, les amendes contre un contribuable qui voudrait s’echapper, contre le privé….L’etau se ressere. Le public peut grossir à l’infini, tant qu’il peut se nourrir sur les forces vives, l’argent. Il ira chercher dans la prostitution, la drogue si il le faut.

    Il nous expliquera comment se comporter, comment etre un bon citoyen. Eux savent ce qu’est un bon citoyen. Ces gens sont sages, avisés, cultvés. Ils ont fait l’Ena. Donc, aucun probleme. Tout est sous contrôle. Aucun risque. L’Etat est infaillible, parfait, juste, bon.

    Il nous montre la vertue et nous apprend le respect des autres. La notion du partage, du sacrifice, du patriotisme.

    Mais, regardons les 30 secondes. Rigolons un bon coup tant ils sont pathétiques. Qui veut encore obéir à une caste de tyrans et de voleurs. Qui veut encore de ces lois putrides, de cette fiscalité moisie ?

    Non, franchement, what is the next step

  • Il faut se réveiller, sur quelle planète les représentants, journalistes et autres chroniqueurs vivent ils ?
    Les salaires sont bloqués dans le privé depuis plusieurs années pour un très grand nombres d’entreprises, et les revenus ont même baissé avec le non paiement des primes pour les cadres qui n’ont pas de treizième mois.
    Même les fonctionnaires ont leurs salaires qui ne suivent plus l’inflation, depuis plusieurs années, seuls les changements d’échelons automatiques sont pernicieux.
    Le préalable est de se renseigner d’abord, puis ensuite de poser la question de savoir pourquoi tous ces gens font mine de ne pas être au courant de la situation véritable…

    • « pourquoi tous ces gens font mine de ne pas être au courant de la situation véritable… »

      – En partie parce qu’ils ne sont pas au courant et pas touchés eux-mêmes par les baisses de revenus, et qu’ils confondent la France et le « triangle d’or » de Paris
      – mais aussi parce qu’ils se font une haute opinion d’eux-mêmes, de leur mission, de ce qui leur est du.

      On dit – non sans raison – que ce sont des profiteurs malhonnêtes. Mais l’esprit humain arrive toujours à justifier ses propres actions. Je suis certain que Thevenou s’arrange très bien avec sa conscience. Ils sont donc avant tout dans leur bulle et déconnectés du réel. Ils sont engagés dans une « fuite en avant » éperdue. C’est ça que chacun doit comprendre car ils deviennent réellement dangereux (PS, UMP, FN pareil – regardez la Grèce)

  • Baisser MON salaire??z’on pas interêt!!en être reduis a « je veux mon pÔÔÔgnon!mon dû!! »nan mais hoo!

  • nos gouvernements successifs , ne méritent pas que l’on se défonce pour eux et c’est de pire en pire , j’ai sabordé mon entreprise ( 7 collaborateurs ) , 0 charges , 0 impôts , beaucoup,beaucoup moins de travail , je respire . en tant qu’ employé temporaire, de mes clients (, avec certains de mes collaborateurs) j’ai droit a la sécu et au chaumage , le top . fini le calvaire d’entrepreneur .

  • Pour revenir à l’article, en effet suggérer un gel des salaires dans le privé démontre les priorités du Gouvernement : faire rentrer l’impôt, et peu importe le niveau de vie des salariés du privé.

    Paradoxe apparent que le chômage de masse et une progression salariale dans le privé : en fait ce sont deux populations distinctes qualifiés / peu qualifiés. Les premiers ont un taux d’emploi bien plus élevé.

    Pour les derniers, c’est beaucoup le résultat d’une éducation incomplète dans les familles, et le monopôle Ednat a sa part de responsabilités pour ce qui aurait pu être rattrapé à l’école. Ensuite la productivité de leur travail ne peuvent supporter les taxes sur le travail (sécu, csg, tva). Légaliser le travail au noir (par une franchise d’impôt) leur permettrait de gagner leur vie. Voir à ce sujet les propositions de Génération Libre.

    Remercions le Sapin pour ses propos scandaleux : prendre à Pierre du privé pour donner à Paul du public. Ceci met en lumière le conflit d’intérêt majeur que masque l’organisation des syndicats en confédération regroupant privé et public. Nous Citoyens dans son programme préconise une séparation de la représentation des intérêts public / privé. (Notons que la séparation employeur / employé est déjà inscrite dans le Code du Travail)

    Certains intérêts demeurant plus confus que d’autres… pour le plus grand bénéfice du fisc.

    Sur la forme de l’article
    Critiquer les politiques, les medias, les syndicats est normal, mais…
    – il existe des medias et des institutions qui contribuent à l’éducation libérale du peuple français et/ou francophone.
    – il existe mais un peu moins, des politiques qui proposent des solutions libérales
    – contrairement à des économies concurrentes, il n’existe pas encore en France, de syndicats de salariés qui défendraient leurs les intérêts par le moyen du libéralisme.

    Le libéralisme en actions le permet, mais les militants libéraux français ne l’ont jamais mis en oeuvre. Or militer en politique ou en syndical, c’est d’abord militer, convaincre, fédérer, organiser. De plus l’aptitude du militant libéral à s’y retrouver dans le Code du Travail sera supérieure à l’aptitude du syndicaliste lambda à se former à l’économie de marché et au libéralisme.

    Il est vain de déplorer l’état du syndicalisme français et de louer le syndicalisme de l’Europe du Nord, sans se donner les moyens humains de faire évoluer le premier vers le second !

  • Bonjour

    Tous les fonctionnaires ne sont pas augmentés, nombreux sont ceux qui sont alignés sur le Smic et pendant des années.
    Les fonctionnaires c’est aussi l’hôpital ou on ne compte plus les heures supplémentaires. …

    Par contre pour eux
    pas de plans sociaux ou de pré retraite comme dans les banques et autres sociétés ce qui permet de gagner des années de liberté payées par les cotisations des Français et donc des fonctionnaires.

    Et la retraite progressive abaissée à 60 ans …

    Interdite aux fonctionnaires alors je vous en prie : quand vous critiquez essayer avant de maîtriser votre sujet car un article comme le vôtre on en pond des centaines dans les troquets

    Faites votre boulot si vous en êtes capable ou devenez fonctionnaire…vous savez ces fainéants si bien payés..

    • Exact les fonctionnaires dans les hôpitaux travaillent moins pour plus cher que ceux des cliniques…. En général. Puisqu’on généralise !

    • Madame,

      Vous avez raison on doit critiquer le système fonction publique, et pas les fonctionnaires eux-même !

      Pour le privé, notre retraite en régime général est calculée sur 25 meilleures années, au lieu de vos six derniers mois dans le public. La majorité des actifs du privé liquidant leur retraite sont déjà au chômage depuis des années, donc pas indemnisés et auront un décote pour leur retraite.

      Depuis vingt ans dans le privé, les augmentations générales ont cessé. Pire dans les sociétés de services, l’ajustement de la masse salariale au business se fait par licenciement contentieux ! (40.000 par an) Le licencié, si son dossier est bon, peut obtenir aux Prud’hommes ,en moyenne et même après dix ans d’ancienneté, un an de salaire en dommages et intérêts.

      Que je sache avec le point d’indice, vous n’en êtes pas là dans la fonction publique. Pour les radiations de l’administration (combien par an ?) vous avez la garantie d’une commission mixte paritaire.

      Par contre le management de l’administration par une hiérarchie recrutée par concours, ne garantie pas que chaque lauréat soit apte à piloter un service ou un bureau. Il y a de nombreux exemples contraires !

      L’économie et le droit sont devenus trop complexes pour dispenser les cadres hauts fonctionnaires d’une expérience dans la vie réelle, c’est à dire prouver eux aussi leur compétence en entreprise.

      C’est donc vos métiers qui doivent être dé-fonctionnarisés chaque fois que c’est possible. Quant aux administratifs purs ils peuvent avoir des compétences intéressantes pour les entreprises.

      Pour terminer réussir un concours administratif ne devrait plus selon moi donner un droit à recevoir un traitement. Pour la bonne raison que depuis 40 ans de plus en plus de gens ne trouvent plus de travail. Il y a désormais en France plus de chômeurs que de fonctionnaires. Rien ne dit que l’argent prélevé sur l’économie par un impôt, ne serait pas plus utile comme salaire à un salarié du privé. Par définition il n’y a pas de salaire pour un travail inutile, alors qu’il y a quantité de dépenses publiques inutiles (et parfois des fonctionnaires en surnombre)

      La planche de salut du fonctionnaire, c’est son métier, ses compétences et pas son statut qui risque de disparaître lorsque l’Etat sera en faillite.

      Faillite de l’Etat ne signifie pas faillite du pays, car privatisés, l’Education, la Santé et bien d’autres secteurs deviendront des centre de profits, donc aussi des sources d’emplois, au lieu d’être des centres de coûts !

    • C’est ce que je me tue à dire. Il semblerait que l’intellect des fonctionnaire soit tres sélectif et que dans un sens: le sien.

      Je le dis, le redis:
      Les fonctionnaires vont bouffer leur slip. C’est comme ça.
      La seule solution est d’anticiper et de réclamer le public et le privé sur le pied de l’egalité.

      Impossible ? Pourquoi ?
      Un fonctionnaire est il si différent des autres humains ?

      En Suede, rapport de la cours des comptes des années 90, ou, comment réformer l’Etat.
      Ça marche, 14 ans plus tard….on attend toujours.

    • Juste un exemple:
      http://www.senat.fr/rap/r00-348/r00-3489.html

      Il y a des tonnes de textes, de rapports, d’analyses. C’est pas ce qui manque pourtant.
      Les fonctionnaires sont ils capables de lire ?

      Ces analyses sont (en plus) crées par et pour vous, les fonctionnaires.

      A priori, il n’y a pas grand monde qui voudrait se bouger le cul pour sauver les meubles.

      Le privé ne peut plus payer pour le public (et l’argent gratuit des autres, Merci pour ce moment Mr le Président!)

      Il ne reste donc plus beaucoup de scénarios possibles. Il ne faudra pas dire: On savait pas.
      Hélas, internet regorge de preuves depuis environ 20 ans des réformes des autres qui marchent…..

      Mais, attention, chez nous, on a des fonctionnaires spéciaux (comme leurs régimes….). On ne réforme pas un pays aussi extraordinaire. (sans une avalanche de bière chaude, de saucisses grillées et de vitrines cassées)

      Je ne vois pas votre avenir d’un bon œil. Le privé va peut être crever en premier, mais il pourra renaitre ailleurs. Quant aux fonctionnaires, je me demande bien dans quoi on va les recycler. Va falloir demander à Ségo !

  • Nous sommes gouvernés par une caste de gauche cynique, vicelarde, qui n´a que faire de l´intérêt commun et des ouvriers, elle gouverne pour elle même, son clan, elle gouverne pour jouir du pouvoir et des privilèges qui vont avec. Ces socialistes là sont sont prêt à tout brader, tout vider, contre des bulletins de vote, ils sont prêt à emprunter des milliards par dizaine pout tout subventionner les bons électeurs, ils sont prêt à tout taxer, tout réglementer pour punir les têtes qui dépassent. Cette gauche ne connait que la démagogie et le clientélisme

  • Détruire TOUTES les opportunités de croissance ?  » pas du tout certain que l’ exploitation du schiste aurait été bénéfique à 60$ /baril mais bon ça peut remonter ou encore baisser

  • Bien sur le principe, mais un bémol sur l’analyse du niveau des salaires du public qui est fausse. Certes, les employés peu productifs y sont surpayés, mais les cadres et dirigeants ont des salaires beaucoup trop bas.

    • L’inefficacité de l’administration française vient du mode de recrutement : le concours administratif de type théorique et scolaire. Trop peu de place est accordée à l’expérience antérieure en entreprise, sans doute à cause d’un principe constitutionnel mal compris et mal appliqué, celui d’égal accès aux emplois publics.

      De nombreux cadres A, cadres sup et hauts fonctionnaires sont inaptes – au plan relationnel – à manager une équipe, un bureau ou un service. Leur incompétence, et parfois leur carrièrisme voire leur tyrannie gonflent l’effectif de certains syndicats de la fonction publique, ceux-ci étant alors en mesure d’aggraver les blocage de l’administration.

      Comme disait le kamarade Mao, le poisson pourrit par la tête. En France c’est la Direction des administrations centrales qui est à changer ! Place à des professionnels venus de l’entreprise ! Ces nouveaux dirigeants auront une légitimité fondée sur le travail, l’efficacité, le service rendu à la collectivité. C’est parce qu’ils n’auront que faire du statut pour eux même qu’ils pourront encourager les petits fonctionnaires à préférer à leur statut, leur métier : comptable, état-civil, secrétaire, informaticien, policier, enseignant, infirmier…

  • Stop à la réception de tous ses commentaires

  • Il va falloir aussi penser à démanteler tous ces syndicats qui sont pires qu’inutiles : ils sont néfastes !

  •  » le privé doit financer le public « . Je me suis arrêté là. Au bout d’à peine deux trois paragraphes.

    C’est le principe même de la relation privée public, très chers libéraux, c’est que les agents prives financent un agent public qui puisse utiliser ces ressources a des fins non profitables mais nécessaires.
    Si vous ne payiez pas d’impôts mais étiez obligé d’apprendre a vos salariés a lire, a écrire, a compter, a parler, s’il vous fallait construire vos routes, assurer votre propre défense, votre justice ( mesurez le non sens de ces propos ? )… Pas sûr que vous ne vous en porteriez mieux.

    La solution d’un gel des salaires n’en est pas moins stupide, je vous l’accorde. Augmentez le SMIC, afin de créer des débouchés pour vos produits, et divisez les hauts salaires et les dividendes drastiquement, ne serait ce pas a la fois plus efficace tout en entraînant fort heureusement une société plus égalitaire et donc heureuse ?

    • 57,58,59,60, et un et deux et trois et quatre …. des buts ? Non des points de PIB. On va arriver à 100 % en part du public.

      Vos recettes ne fonctionnent pas.

    • je vous assure que privatiser la gestion des routes et l’éducation est une chose tout a fait souhaitable. Pas besoin d’école publique, les enfants seront envoyés à l’école privé par leurs parents (exception: oliver twist) avec des professeurs payés au résultat -concept difficile pour la fonction publique-
      Quant a la Police et la Justice, ça peut se faire. Est-ce souhaitable, je ne sais pas, mais ça peut être mis en oeuvre.

      Mais la Fonction publique défend ses privilèges et c’est normal, elle est menacée de disparition à brève échéance. .

    • Non désolé, le privé paie pour un service public, pas des agents publics : le fait que le service public soit assuré par des fonctionnaires est un choix politique tout à fait contestable (et contesté)

      Les routes ne sont pas construites par des fonctionnaires, mais par des entreprises privées sélectionnées sur appel d’offre et c’est un service public.

      Ce sont juste les socialistes qui vous font croire
      – que les libéraux sont pour la disparition des services publics : mensonge #1,
      – qu’il doit forcément y avoir des fonctionnaires derrière chaque élément de service public : mensonge #2,
      – que cela coute moins cher : mensonge #3,
      – que le service est mieux assuré : mensonge #4,
      – qu’en embauchant plus de fonctionnaire on a un meilleur service : mensonge #5,
      – qu’ils ne se servent pas au passage : mensonge #6

      (et j’ai du en oublier 3 ou 4 au passage)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture

Un article du site Hexagoneries

Voici, sur la base de prélèvements obligatoires minimaux et hors impôts :

Les chiffres sont exacts et le nombre de billets correspond à un salaire brut de 100, à quelques arrondis près afin de laisser les petites pièces jaunes à Bernadette.

Cela étant et en prenant en compte la complexité et la multiplicité des prélèvements, il ne s'agit que de caricaturer un peu afin de faire toucher du doigt certaines des causes qui, bien souvent, transforment notre dialogue social en un dialogue ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles