Jean-Christophe Lagarde : une voix libérale à l’UDI ?

Jean-Christophe Lagarde (Crédits : Marie-Lan Nguyen, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

L’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) a désigné le 13 novembre dernier son nouveau Président, en la personne de Jean-Christophe Lagarde.

L’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) a désigné le 13 novembre dernier son nouveau Président, en la personne de Jean-Christophe Lagarde, 47 ans, député-maire de Drancy. C’est à lui qu’il revient de remplacer Jean-Louis Borloo, qui avait créé cette formation deux ans auparavant en fédérant autour de lui différents mouvements au centre et au centre-droit.

Par Vincent Delhomme.
Un article de Trop Libre

JC Lagarde Wikimedia Commons crédits Marie-Lan Nguyen
Encore peu connu du grand public, Jean-Christophe Lagarde multiplie ces derniers jours les interventions dans les médias. Son statut d’homme nouveau et ses positions iconoclastes – il est favorable à la dépénalisation du cannabis et à l’expérimentation des salles de shoot – suscitent l’attention du public et des commentateurs, jusque-là il faut bien le dire relativement indifférents aux destinées de l’UDI.

Ce brusque intérêt pour le parti centriste et son Président ne pourrait être qu’un épiphénomène, mais l’avenir de l’UDI devrait, au contraire, se révéler intéressant à plus d’un titre. En effet, très rapidement va se poser la question du projet que porte l’UDI, de sa place sur l’échiquier politique, et il y a des raisons d’espérer que l’UDI incarne alors cette voie libérale quasiment disparue du paysage politique français.

D’abord, Jean-Christophe Lagarde lui-même est peut-être plus libéral qu’il ne le semble, même s’il utilise l’adjectif avec parcimonie, se définissant plus volontiers comme démocrate social ou humaniste. Se réclamant du solidarisme, il déclare ainsi préférer le contrat à la loi et le mutualisme à la régulation de l’État1. Il a également un positionnement très libéral sur les sujets de société, que ce soit sur les drogues ou le mariage homosexuel qu’il est l’un des rares à avoir voté dans son propre camp. S’il est moins tranché sur les questions économiques, il semble néanmoins prêt à défendre les réformes difficiles dont le pays a besoin, déclarant lui-même que la politique « crève de vouloir faire plaisir aux gens »2.

Le nouveau patron de l’UDI ne cache pas non plus son envie de voir le centre présider aux destinées du pays et souhaite, face aux échecs successifs des gouvernements en place depuis 33 ans, que son parti propose quelque chose de nouveau aux Français.3

En effet, si l’UDI ne veut pas être éternellement condamnée à servir de force d’appoint, si elle souhaite gouverner, elle devra imposer sa marque et proposer un projet radicalement novateur. Elle ne pourra plus se contenter d’un positionnement médian, un peu plus à droite que la gauche et un peu plus à gauche que la droite, de propositions timides, alors même que le public peine à différencier les politiques menées par l’UMP et le PS, et rejette massivement la classe politique dans son ensemble.

Ce projet devra être libéral et réformiste, car c’est le seul qui permette au pays de sortir de l’ornière, en réformant les structures d’un État devenu obèse et d’un modèle social à bout de souffle.

L’UDI peut incarner un tel projet, le seul qui lui permette de se démarquer de ses concurrents, de représenter l’alternative qu’elle souhaite incarner et de rester fidèle à ses valeurs d’une société performante, ouverte et humaniste. C’est ce projet qui, lorsqu’elle a su le mieux le porter, a conduit sa famille politique au plus haut de l’État.

Oui, libérons les énergies et les initiatives. Pour cela élargissons toujours le champ de la liberté et de l’autonomie. Mais quelle liberté, la liberté jusqu’où ? La liberté sauvage ? Certainement pas ! La liberté conduite par la responsabilité indviduelle. Rendre aux Francais toutes les responsabilités qu’ils sont capables d’exercer, voilà la tâche qui nous attend. 4

L’UDI a désormais un peu plus de deux ans pour faire siens ces mots d’Alain Madelin, et pour convaincre qu’elle représente cette alternative dont les Français ont besoin.

Sur le web.

  1. Le Monde, L’UDI veut « gouverner la France », 15 novembre 2014
  2. On est pas couché, France 2, 22 novembre 2014
  3. On est pas couché, France 2, 22 novembre 2014
  4. Alain Madelin, Chers Compatriotes, Programme pour un Président, JC Lattès, 1994