Injurions sans discriminer

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
We can do it femmes féminisme

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Injurions sans discriminer

Publié le 23 novembre 2014
- A +

Nous vivons une époque très spéciale, où chaque sujet, plus il est insignifiant, trouvera une faction, une phalange d’individus plus ou moins sains d’esprit, pour s’en emparer et en faire son combat, et où, encore mieux, on trouvera le temps, l’argent et les moyens d’écouter et diffuser les messages de ces agglutinations bruyantes de militants de l’improbable.

Pour illustrer, l’actualité fournit assez régulièrement des exemples et c’est avec le collectif Georgette Sand qu’on dégotte un beau spécimen. Pour ceux qui ne se souviendraient pas, rappelons que ce grumeau des temps modernes a déjà acquis une certaine renommée au travers d’une stupéfiante découverte que ses membres auront mis à jour : oui, c’est bien ce collectif qui a montré par l’exemple, il y a deux semaines, la division par dix du quotient intellectuel des esprits simples suite à la consommation de stupéfiants même à faibles doses, cette consommation inopinée de stupéfiants étant la seule explication raisonnable à l’étourdissante analyse que ce collectif avait alors pondue en comparant le prix des rasoirs féminins avec les masculins. La thèse de ces individus, manifestement rédigée sous l’effet de psychotropes puissants ou avec une faible proportion de leurs moyens intellectuels, tentait de montrer que les femmes subissaient une « taxe rose » dans un tourbillon de syllogismes rigolos mais absurdes, taxe qui visait à martyriser les femmes (en oubliant commodément tous les cas où les hommes payent plus cher).

gaston-souffleSans doute pour ne pas laisser retomber le soufflé, le Collectif vient de remettre les couverts. Cette fois-ci, il ne s’agira pas de comparer les tickets de caisse des hommes et des femmes à la sortie des boîtes de nuit (c’eut été comique), mais de proposer toute une panoplie d’injures non discriminantes. Je sais que la notion même d’injure non discriminante est particulièrement corsée, et je vais donc me fendre d’une petite explication : pour Ophélie Latil, du Collectif, et qui a vraisemblablement beaucoup trop de temps à elle, « la déconstruction des préjugés genrés passe aussi par un véritable travail sur le langage », ce qui veut donc dire qu’il faut lutter contre « les insultes porteuses de stéréotypes ».

Eh oui, mes braves lecteurs, il faut se rendre à l’évidence : traiter quelqu’un de « con », de « pédé » ou de « pute », c’est très politiquement incorrect.

facepalm cat

Car apparemment, c’est bien vers une insulte politiquement correcte vers laquelle il faudrait tendre, c’est-à-dire dénuée de tout aspect blessant pour les femmes et les homosexuels, cibles de choix de nos invectives les plus courantes. Bien sûr, le fait même que l’insulte soit précisément destinée à blesser, qu’elle soit construite expressément pour être aussi incorrecte politiquement que socialement ne semble pas rentrer en ligne de compte. Si la civilisation, la vraie, celle du Bisou Ultime, doit passer par là, l’insulte devra être aussi lisse socialement que possible. Une insulte qui ne blesse pas, en somme.

small double facepalmPour une linguiste avidement interrogée par l’AFP en mal de déclarations fracassantes, cette initiative a « le mérite de faire réfléchir à des mots que l’on prononce souvent par réflexe », alors que pour un observateur lambda avec deux onces de bon sens, cette initiative a le mérite de faire vraiment réfléchir aux combats farfelus que certains se sont choisis pour exister, et à l’importance inouïe que ces combats prennent grâce à une presse qui court comme un poulet sans tête d’une insignifiance à une autre pour occuper du terrain médiatique.

L’absurde de cette démarche (pour le dire gentiment et sans discriminer) n’a pas totalement échappé à Juliette Melba qui rappelle, vigoureuse et pêchue, que, je cite :

« la féminisation des noms des métiers, ça n’existait pas non plus il y a trente ans… »

Youpi tralala, et d’ailleurs, il y a trente ans, la grenouille mâle était une grenouille, comme maintenant, comme la baleine ou la méduse. Horreur et désespoir, alors qu’on dispose enfin (enfin !) d’une professeure et qu’on a oublié l’autrice pour une insupportable auteure, les crapaudes et les scorpionnes n’existent toujours pas, à l’instar des sages-hommes ou des ministresses qui auraient pourtant toute leur place ! Le monde est mal fait, vite, corrigeons-le à coups de bistouri sur le dictionnaire, et laissons nos précieuses ridicules lancer des concours d’insultes politiquement correctes !

Implied Facepalm

Nous vivons décidément une époque très riche, opulente même, tant cette richesse permet d’avoir des gens qui ont du temps à passer pour combattre le méchant sexisme jusque dans les insultes. Cette richesse permet ainsi d’avoir des journalistes qui rapportent ces luttes et des lecteurs qui les lisent, sans compter des chroniqueurs qui s’en moquent.

Si l’on s’en tient à ces nombreux collectifs et autres associations lucratives sans but, cette époque est aussi assez insouciante puisqu’en plus du temps, elle a le cœur de s’occuper de ces billevesées intersidérantes dont, objectivement, tout le monde se fout, surtout lorsqu’on les met à côté d’autres problèmes autrement plus profonds, même en restant dans le domaine assez précis de l’égalité des sexes en droit, encore régulièrement bafouée dans trop de pays dans le monde.

Le temps passé sur ces sottises est à l’évidence un marqueur d’une certaine réussite de notre société : elle sait s’encombrer de ce genre de mouches du coche, les cultiver au point que leurs capacités intellectuelles servent à brasser ainsi de l’air sur de tels riens, et elle parvient tout de même à nourrir tout son monde.

Mais, plus sombrement, cette insouciance n’est pas sans rappeler celle qui prévalait quelques mois avant la seconde guerre mondiale, où l’on occupait volontiers son esprit par de petites futilités pour oublier la situation, de plus en plus tendue, qui conduisit le monde au bord de l’abîme. Ce n’est pas une coïncidence. À mesure que la crise se fait plus mordante et que les gens se retrouvent toujours plus confrontés aux délires kafkaïens d’une administration devenue folle, que les tensions internationales grandissent, que l’inéluctable faillite de la France approche, on constate une augmentation de ce genre de bagatelles niaiseuses, tant autour de soi que dans une presse qui devient particulièrement friande de relater ces âneries : entre les brigades de clowns de la Mairie de Paris, les combats consternants contre les prix des rasoirs féminins, ou les manifestations artistiques à base de sex-toys, on ne sait plus où donner de la tête, et c’est fait pour.

Cette vacuité des propos et l’insouciance de ces collectifs et autres associations à la mode répondent assez bien à la vacuité et la mesquinerie actuelles de l’offre politique qui, elle aussi, s’attarde à grand bruit sur l’insignifiant, le détail, le petit. Pour chaque association couinant sur un « sujet de société », on trouvera en regard un politicien avide de capter ces jérémiades et d’en faire son électorat. On place le sexe des anges avant l’éducation, la peur et le repli sur soi avant le progrès et la science, la redistribution avant la création de richesse, l’environnement éco-conscient avant l’humain et tout le monde s’en trouve fort occupé.

Et pendant que des collectifs et des associations s’occupent du sexe des insultes, c’est ainsi que l’éducation part en sucette, le progrès et la science sont ridiculisés, la création de richesse est pourchassée, et l’humain rabaissé au rang de parasite.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • On est vraiment entré dans une société Big Brother là, c’est effrayant.
    Lutter contre les stéréotypes je veux bien, après tout les femmes et les gays ont des droits et méritent la reconnaissance, mais les méthodes imaginées pour y parvenir sont terrifiantes, le pouvoir actuel du gouvernement est du niveau d’une dictature là, il n’y a plus de limite.

    • « …après tout les femmes et les gays ont des droits et méritent la reconnaissance,… »

      Des droits oui, des devoirs aussi… mais « méritent la reconnaissance » uhm… nous n’avons pas à porter de jugement, et pas plus sur eux que sur le reste de la planète qui nous est inconnu.

  • Il ne faut plus dire « une blonde » mais dire « une fille aux cheveux clairs ».

    Bravitude quand tu nous tiens, la transitude n’est plus loin.

  • Oh combien votre conclusion est juste !!!!
    Mais qui va l’entendre ?
    Remarque: pour pouvoir être compris par les « intellectuels » d’aujourd’hui , il faut faire des phrases plus courtes. Sinon vous risquez un « memory overflow ». Ils s’arrêtent a la moitié de la phrase, étant incapable d’analyser la suite.

  • Et Mademoiselle Ségolène Royal, qu’en pense-t-elle ? Qualifier une ministre écolo de « Mademoiselle » est-il une insulte sexiste ? C’est pourtant la réalité … Autrefois on parlait de filles-mères quand ces dernières n’étaient pas mariées en bonne et due forme et qu’elles procréaient autrement que par l’intervention du saint-esprit. Je m’égare, le terme « fille-mère » doit certainement être une insulte anti-genre.

    • « Qualifier une ministre écolo de « Mademoiselle » est-il une insulte sexiste ? »

      Cela pourrait bien être une… plaisanterie empreinte de misogynie !

      Me revient cette « vacherie » adressée à la gent féminine, dont voici la teneur…
      Ne dit-on pas : Mademoiselle Bardot, Mademoiselle Deneuve, etc… à propos d’actrices ?
      Et comme les femmes sont toutes des comédiennes… 🙄
      [Je sors ➡ ]

  • Y a une question cruciale quand même, qu’est-ce qu’il va falloir dire?
    Moi j’ai une solution, je n’emploie que merdeuxxx, sinon nom de bleu, mais du coup se pose la question de la discrimination des couleurs, Ouh et peut être que j’insulte les aveugles et les daltoniens… Mince, mince, mince 🙂

    • Vous dormez mal en ce moment ?
      J’ai l’impression de me lire parfois….

      • Non mon sommeil va pas trop mal mais je suis fatiguée, ça va passer!
        J’ai une théorie, comme pour les bactéries, un équilibre homéostatique de PA et de circuits neuronaux 🙂
        Une tisane (verveine), pas d’écran, un peu d’amour et vous dormirez comme un bébé!

        • Mathilde,
          j’ai lu votre commentaire, quand le corps est fatigué, il doit se reposer, le sommeil est réparateur et récupérateur.
          Georges

          • Merci Georges, je vous écoute et vous avez raison, je viens de préparer mon petit nid, enlever 6 coussins, remonter le plaid, allumer mes etoiles, enfiler ma liquette en soie, et je suis prête pour la grande aventure 😉
            What else? 🙂

            • Mathilde,
              votre conjoint doit être aux anges avec vous.
              Georges

              • Rohhh Georges, vous êtes nouveau, je résumé pour vous: je suis donc la seule célibataire de ce site, je pourrais vous dire que mon chéri est un ange pour moi, mais alors qu’il soit aux anges avec moi, c’est mystère et boule de gomme 😉
                Mais merci pour le compliment!

  • « des préjugés genrés… »: et moi j’enrage qu’une pétasse massacre ainsi le français!

  • Je ne sais plus….

    J’ai tué une bonne vingtaine de soldats dans l’Himalaya:
    Au couteau, à l’arc, au fusil à pompe….

    Que c’est bon !
    Surtout quand le sang gicle de partout (heu, on peut dire ça ?)

    C’est qu’il manque aux gens aujourd’hui: sortir de ce corps !
    On étouffe sous les lois, les taxes, les interdits, les médias….

    Il faut vivre, c’est la seule chose d’utile.

  • on a enfin retrouvé le fils de Mélenchon :
    http://youtu.be/PUKMUZ4tlJg

    La ressemblance est frappante.

    • Ah ah, quand même, vous êtes méchant 🙂

      • Oui, mémé est plus moche et moins rapide pour se cabrer.
        Mais il nous coute une blinde, chaque mois qui passe.

        Interdisons le financement des politiques avec l’argent durement gagné des travailleurs.
        Ils nous mentent, ils nous spolient. Putain de coco.

        • Amen, enfin Euhh… +1, c’est moins connoté 🙂
          Votre concept, plus bas, c’est revenir il y a quelques années en y rajoutant une dose d’Internet?
          Bien sur que l’idée est adaptée à notre société!

  • Collectif Georgette SAND,
    J’ai lu avec intérêt l’article sur le journal Ouest France concernant les injures concernant l’intimité d’une femme « con ».
    J’appellerais cette partie du corps très intime de la femme: le secret d’éros.

    J’espère avoir répondu à la féminité de ce collectif, car pour moi, le corps d’une femme dans ses formes érotiques pour attirer et séduire la gente masculine doit être une œuvre d’art.
    Dans l’attente d’un commentaire à ma réponse, je vous prie d’agréer cher Collectif Georgette SAND,, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
    Georges

    • Masculin ou Féminin ça reste de la viande. Pourquoi avoir du respect pour des animaux humains qui ne respectent ni leurs congénères, ni leur planète. H16 a raison, quand on rabaisse l’humain au rang de parasite, ça règle un méga-paquet de problèmes !

  • Comme il n’y a pas de blabla room sur Contrepoints, ni d’espace entrepreneur et bonnes idées, je poste ici.

    J’ai un concept qui peut marcher:

    – la grand mère au paire.

    Si, comme nous (une famille normale attaquée dans son patriarcat…) n’a plus le temps pour le ménage, les courses, les gosses, la cuisine….il serait bien de pouvoir loger une vieille. Gentille aimante et travailleuse (gratuitement) contre un peu d’amour et un foyer agréable.

    Car aujourd’hui, les vieux, c’est plus ce que c’etait. On se plein des jeunes (à raison), mais franchement, les vieux, c’est aussi des branleurs.

    Heureusement en 2035, il sera possible de se transhumaniser. Les neuronnes, les os, rajeunir, foetus externes….demain nous laissera encore plus de temps, pour en perdre davantage dans la futilité et le superficiel.

    Donc, tous et toutes avec moi sur le projet: adoptez un vieux et foutez le au boulot (gratuitement), car lui, il touche une retraite au moins…..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Sandrine Rousseau
9
Sauvegarder cet article

Il existe des personnes que l’on n’interrompt jamais. Non pas par respect ou par politesse, mais par sidération ; parce que ce qu’elles disent nous paraît tellement hallucinant, tellement sidérant, tellement idiot, que ça nous laisse comme deux ronds de flan et que l’on ne sait simplement pas quoi répondre. Sandrine Rousseau en est l’archétype politique, tout comme Nabila en est l’archétype cosmétique.

Autant en rire et les prendre à la rigolade. Autant s’amuser de ce fabuleux cocktail de bêtises et de sans gêne. Autant applaudir à ce ... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Chères lectrices, chers lecteurs, à la suite de mes quelques lectures des livres de l'économiste Thomas Sowell, m'est venue l'envie de vous faire un petit résumé de ces quelques clichés de gauche que nous avons l'habitude d'entendre un peu partout dans nos médias, et que Sowell aborde abondamment dans ces différents ouvrages.

 

Il faut se dépêcher d’agir

C’est probablement un slogan très à la mode depuis deux ans, souvent associé avec celui consistant à ajouter « si cela peut sauver ne serait-ce qu'une seule vie. »

L... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles