L’État islamique, anatomie du nouveau Califat

Une recension du premier livre en français à traiter la question de l’État islamique de façon complète.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’État islamique, anatomie du nouveau Califat

Publié le 19 novembre 2014
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

daeshSurgissant du désert au printemps 2014, l’État islamique a, aux yeux des Occidentaux, la fureur imprévue des tempêtes de sable. Les images et les nouvelles s’enchaînent : prises de villes, massacres, décapitations, drapeau noir au cercle blanc, mêlant la théâtralité au tragique d’une situation qui nous échappe. On croyait le califat aboli, structure politique des temps anciens, et voici qu’il est de nouveau debout, que les prêches enflamment les foules, et que le nouveau calife joue du mystère et des technologies. En France, des centaines d’étudiants partent, ou tentent de partir, formant des brigades rouges en pays d’islam. Daesh associe l’imprévisibilité, l’irrationalité, l’incompréhension. Un certain Occident matérialiste et athée n’est plus capable de lire le monde, traversé de foi vive, d’espérances eschatologiques, de regards portés vers le Ciel et vers les armes. On commémore le centenaire d’une grande guerre pour statufier la paix, pour dissoudre jusqu’au souvenir des conflits, et voici que la ligne de faille tracée en Irak et en Syrie se répercute sur les dalles des métropoles françaises et jusqu’au sein des écoles républicaines. La réalité rattrape le Proche-Orient et l’Europe, au moment où cette dernière croyait avoir définitivement fait gagner ses rêves et ses illusions.

Dans leur nouvel ouvrage, L’État islamique. Anatomie du nouveau Califat, Olivier Hanne et Thomas Flichy de la Neuville analysent cet État islamique qui nous semble incompréhensible, apportant rationalité et clarification à un phénomène complexe. Le premier chapitre du livre est consacré à la genèse de l’EI, montrant comment celui-ci s’est formé, sur quelle base idéologique il fonctionne, comment il a recruté ses hommes.

À sa lecture, on comprend qu’il n’a pas surgi ex nihilo, mais qu’il était en préparation dans ce Proche-Orient très instable depuis 2003. Le deuxième étudie le fonctionnement de l’EI, et notamment ses sources de financement. Puis le troisième chapitre évoque les conséquences géopolitiques de Daesh sur un Moyen-Orient bouillonnant. Les auteurs ne tirent pas de conclusions hâtives, mais émettent plusieurs scénarios possibles, selon que Daesh perde ou gagne, et que ses métastases se déploient ou soient cryogénisées par les puissances régionales environnantes. On appréciera les cartes abondantes et précises, véritable synthèse de ce drame géopolitique qui se joue aux portes de l’Europe. L’analyse a d’autre part le mérite de croiser tous les champs du possible, et d’analyser l’EI selon le crible religieux, politique, économique et culturel, sans privilégier ou négliger l’un ou l’autre. Premier livre en français à traiter de cette question de façon complète, il se place comme la référence incontournable de ceux qui veulent comprendre Daesh et ses conséquences.

Olivier Hanne et Thomas Flichy de la Neuville, L’État islamique. Anatomie du nouveau Califat,  Bernard Giovanangeli Éditeur, 178 pages.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Klaus Kinzler est cet enseignant de civilisation allemande à Sciences Po Grenoble qui, rappelez-vous, a été victime il y a un peu plus d’un an d’un véritable déferlement de haine de la part d’une minorité d’extrémistes adeptes des thèses racialistes et de la cancel culture. Jusqu’à être mis à pied par la direction, étant accusé d’avoir tenu des « propos diffamatoires ». Et avoir subi des menaces de mort.

Loin de se laisser faire, ce professeur a choisi d’exprimer sa révolte et son indignation, à travers un livre dans lequel il livre sa... Poursuivre la lecture

Par h16.

Il y a un an, Samuel Paty était décapité par un terroriste islamiste déclenchant une sorte de consternation de la classe politique et médiatique, la colère du peuple français et la résignation du corps enseignant qui, de PasDeVague en PasDeVague, sentait bien que cela devait arriver un jour ou l'autre.

De façon traditionnelle, des hommages furent donc rendus ce vendredi 15 octobre dans les établissement scolaires de la République. Heureuse surprise (c'est en tout cas ainsi qu'elle est présentée par le ministère de l'Édu... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Drieu Godefridi.

Après vingt années d'occupation de l'Afghanistan, au prix de milliers de milliards d'argent des contribuables américains, il était soutenable que les troupes américains devaient en effet se retirer et laisser le peuple afghan retrouver son autonomie — fût-ce en renouant avec l'islamisme le plus tribal, brutal, littéral et moyenâgeux, celui des talibans et de l'État islamique.

L'administration Biden aura toutefois réussi la performance unique dans l'histoire américaine de transformer un retrait qui aurait dû ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles