Assassin’s Creed Unity : Mélenchon et le Parti de Gauche, les nouveaux ringards

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Assassin's Creed Unity - Credit alphacoders

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assassin’s Creed Unity : Mélenchon et le Parti de Gauche, les nouveaux ringards

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 novembre 2014
- A +

Par Philippe Fabry

Assassin's Creed Unity - Credit alphacoders

J’ai été proprement atterré dernièrement par les récriminations de Jean-Luc Mélenchon et Alexis Corbière, figures du soi-disant Parti de Gauche, contre… un jeu vidéo.

Ce jeu, c’est Assassin’s Creed Unity, suite de la fameuse série vidéoludique se déroulant à travers l’Histoire et étant l’occasion de développer des intrigues sur le thème toujours porteur et rocambolesque de « l’Histoire cachée ». Un jeu amusant qui a, dans ses précédentes versions, conduit les joueurs en Terre Sainte durant les Croisades, dans l’Italie de la Renaissance, dans l’Amérique de la guerre d’Indépendance… et aujourd’hui dans le Paris de la Révolution, et notamment de la Terreur. Le jeu montre donc, entre autres choses, une ambiance révolutionnaire avec insurrections populaires, exécutions sommaires et têtes plantées au bout de piques. Il semble aussi (je n’y ai pas joué) que Robespierre soit présenté comme un tyran (ce qu’il fut, quoiqu’il se trouve encore des gens pour l’apprécier).

Je ne doute pas que le jeu fasse preuve de nombreuses approximations historiques : cela fait partie des nécessités de l’industrie du divertissement, au cinéma comme dans le jeu vidéo. Ce n’est pas choquant, c’est un jeu. Les précédents jeux faisaient de même avec les Templiers, la Papauté… Pas de quoi s’effaroucher.

Seulement voilà, pour des « têtes » du soi-disant Parti de Gauche, ce jeu, en gros, risque de corrompre la jeunesse en donnant une image négative de la Révolution… enfin, essentiellement de leur Révolution, celle de la Convention constructiviste, coupeuse de têtes et rousseauiste ; pas celle de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, de la propriété privée, de la libre entreprise et de la flat tax 1. Cette représentation remet en cause les dogmes de la « lutte sociale » comme une belle mission humaniste, et cela est intolérable pour Mélenchon et Corbière. Ils s’offusquent donc.

Et ce faisant, ils révèlent leur vraie nature et leur authentique positionnement politique : ce sont des réactionnaires. De bons vieux réacs bien ringards, inaptes à comprendre leur temps et à séduire la jeunesse, comme toutes les formes d’organisation sociale et politique moribondes en produisent toujours. Et comme je l’ai déjà fait maintes fois, je ne vais pas me priver d’un bon parallèle historique très vexant pour les concernés.

Mélenchon, Corbière : le nouveau parti dévot

Et ce parallèle historique nous ramènera dans les dernières années de l’Ancien Régime, qui nous rappelle furieusement les nôtres. Le parallèle entre 1789, la France surendettée irréformable et le monarque mou a déjà été suffisamment noté par la grande presse pour que je n’y revienne pas. En ce qui concerne mes propres conclusions sur le sujet, je me permettrai de renvoyer à un précédent article où j’abordais la question en disant que, politiquement, nous avions fait « le tour du cadran » et que le système politique, social et économique français est redevenu ce qu’il était sous l’Ancien Régime : une organisation corporatiste, peuplée de privilégiés hostiles à toute réforme, sous le regard d’un État au paternalisme étouffant.

Si l’on revient à la période pré-révolutionnaire en France, l’on constate que l’échiquier politique était à peu près le suivant : à gauche on trouvait les Lumières, les gallicans (partisans d’une Église de France autonome de la Papauté), les jansénistes et les protestants ; à droite les partisans de l’autorité de l’État monarchique, les ultramontains (partisans de l’autorité du Pape sur l’Église de France) et les grands privilégiés, noblesse et haut clergé2.

Parmi ces « partis » de droite, au sens ancien, c’est-à-dire les tendances idéologiques, on trouve le fameux « parti dévot », très important durant tout le XVIIIe siècle, dont les sympathisants luttèrent contre les idées des Lumières, mais aussi contre l’impôt du vingtième qui frappait les privilégiés comme le reste du peuple. Cette mouvance, déjà réactionnaire avant même la Révolution, était en partie l’héritière de la Ligue catholique du temps des guerres de religion, l’extrême-droite d’alors, mais plus largement les défenseurs acharnés de l’alliance du Trône et de l’Autel, de l’ordre monarchique absolutiste tel qu’il s’était établi, société hiérarchisée et inégalitaire de privilèges et de corps constitués, refusant tout compromis avec les idées nouvelles.

Aujourd’hui, il est remarquable de noter que ces gens qui se prennent pour des révolutionnaires, et cherchent à se faire passer pour tels, Mélenchon et Corbière, pensent comme les conservateurs sous Louis XV, incarnent le parti dévot de la République socialiste. Ils crient au blasphème quand il devient à peu près évident pour tout le monde que Robespierre était un individu épouvantable, dont les bonnes intentions ne sauraient certainement pas racheter les horribles méfaits. Ils geignent à l’idée que la jeunesse ne soit corrompue par des idées nouvelles qui menacent l’ordre établi dont ils sont les héritiers, le régime qu’ils défendent et que l’on dira bientôt ancien.

Ce parti des dévots de la République socialiste se remplit chaque jour un peu plus. La clientèle de Mélenchon et de Corbière, ce ne sont plus des révolutionnaires qui veulent obtenir quelque chose, ce sont des conservateurs du collectivisme qui ont peur de perdre ce qu’ils ont ; d’où leur facilité à basculer au Front National.

Les récriminations vidéoludiques des deux personnalités du soi-disant Parti de Gauche sont représentatives de la mentalité ringarde de cette organisation, qui ne saurait satisfaire la sensibilité révolutionnaire du public traditionnel de l’extrême-gauche : quand on en est à faire parler de soi en critiquant l’activité des jeunes, à prendre une posture outrée face à une information aussi anecdotique, c’est que la fin n’est pas loin. Tant qu’ils restent dans le champ de l’échiquier politique actuel, ils peuvent faire croire qu’ils sont en rébellion contre l’ordre établi, se donner des airs frondeurs en tapant sur le gouvernement socialiste, mais ce genre de comportement rétrograde, ce réflexe de vieux aigris, est extrêmement révélateur de la nature profondément conservatrice du discours de ces gens… et de sa profonde incompatibilité, désormais, avec la sensibilité de gauche.

Même Zemmour et les fameux « réacs » n’adoptent pas des postures aussi ridiculement conservatrices que de s’en prendre au contenu d’un jeu vidéo en le qualifiant de « propagande » !

C’est pourquoi je parle de « soi-disant Parti de Gauche ». Parce que ce « parti » est la dernière tentative de l’arrière-garde socialo-communiste pour faire croire que l’idéologie socialiste a sa place naturelle à gauche, ce qui n’est plus le cas, mais demeure simplement un état de fait mensonger en l’absence, ou plutôt en l’attente d’une doctrine concurrente. Est-ce consciemment ou inconsciemment que ces gens ont abandonné les vocables de « communiste » et « socialiste » pour tenter de relancer leur vieille machine ? Je ne saurais le dire.

Ce qui est certain, c’est que Mélenchon et Corbière sont des conservateurs et ne sont à l’extrême-gauche que comme résidus culturels d’une époque révolue, et n’y sont écoutés que par habitude, et par un public vieillissant. Ils s’accrochent à une place qui n’est plus la leur. Ce sont les nouveaux ringards.

  1. Rappel : « également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés » est une phrase parfaitement univoque excluant toute progressivité de l’impôt ; dans le cas contraire on aurait dit « équitablement » et non « également ».
  2. Note : qu’on ne vienne pas me dire dans les commentaires « la gauche et la droite apparaissent avec la Révolution » ; qu’on se reporte à ce sujet à mes articles sur le clivage, notamment celui sus-cité.
Voir les commentaires (76)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (76)
  • Il est vrai qu’à part quelques étudiants vivant encore dans une bulle le PdG n’attire pas grand monde, et puis l’échec complet du modèle Venezuélien n’aide pas.

    • Vous n’y êtes pas : ce sont les méchants capitalistes apatrides et juifs qui torpillent par tous les moyens possibles la révolution nationale-socialiste bolivarienne pour s’engraisser sur le dos du bon peuple.

  • Je suis assez d’accord avec l’article, à une exception près. L’auteur insiste sur le « soi-disant Parti de Gauche » comme s’il existait une « vraie gauche » (par opposition à quoi, la « fausse gauche » ?) Que vous le vouliez ou non, ce sont ce genre de tocards qui forment la gauche. Inutile de se cramponner à des mots débiles qui n’ont aucune pertinence aujourd’hui (être un « homme de gauche », ou la droite). A vrai dire, je me demande s’il en ont jamais eu.

    Désolé mais les gens qui s’obstinent à se dire de gauche me font penser à tous ces crypto-cocos « Cuba et l’urss ce n’est pas mon genre de communisme ». Laissez tomber définitivement les attaches émotionnelles de la « gauche ».

    C’est aussi vrai à droite mais pour diverses raisons les gens « à droite » ont moins tendance à se définir comme des « hommes de droite ». Les formules creuses et les mots magiques sont généralement le fait des gauchistes.

  • ce sont surtout des graines de dictateurs qui révèlent leurs vrais visages en redéfinissant l’histoire comme ils voudraient qu’on la voit, en s’attaquant une fois encore à la liberté d’expression et…à un jeu vidéo !

  • A-t-il existé une bonne gauche? En 1789? « Les Lumières, les gallicans (…), les jansénistes et les protestants »? Surtout des rentiers qui craignaient que la Couronne répudie ses dettes – comme elle l’avait fait auparavant, qui ont exproprié l’Eglise catholique, qui ont voulu graver dans le marbre leurs droits acquis en s’appuyant sur un Etat centralisé & qui ont été dépassés par les événements : inflation, guerre, Terreur…

    Je trouve que l’aspect violent de la Révolution (massacres, destructions, profanations etc.) est très présent dans les documentaires & les oeuvres de fiction (avec l’intervention du royaliste Stéphane Bern à la TV publique). Pauvre Mélenchon!

    Il faut montrer la complexité des événements, au risque de briser des mythes : la Révolution libérale, la « grande Révolution » (Mélenchon), la France résistante, la France collabo…

  • Marrant. J’ai envie d’acheter ce jeu de merde rien que pour les emmerder.

    • C’est tout sauf un « jeu de merde », pour l’avoir testé… Au lieu de vous abaisser à porter un jugement sans fondements comme Melanchon, pourquoi pas utiliser votre esprit critique ?

      • Que je sache, je connais encore mieux mes goûts vidéo-ludiques que vous, non ?

      • Le jeu est très critiqué des joueurs à cause de ses bugs et des micro-paiements excessifs, il déçoit beaucoup.

        • Et puis parce que ça fait un moment qu’AC n’a plus aucun interet, on avance tout droit en enchainant des QTE, sans aucune réflexion, il ne se passe rien, des cinématiques toutes les deux minutes…
          Et en plus il est mal fini (ce qui est logique puisqu’ils débitent leurs jeux a une vitesse folle…)!

  • Le socialisme, c’est le bug de la politique. Le temps est venu de corriger sévèrement le programme.

  • L’article rate le sujet. ACU est une oeuvre fictionnelle ET présenté comme tel dès l’écran titre du jeu. En plus il me semble que c’est subventionné. Mélenchon vire fasciste, meme les intégristes n’ont pas hurlé lorsqu’il s’agissait d’escalader des minarets.

  • Merci M. Fabry pour cet éclairage sur l’extrême gauche.

    Mélenchon était au PS avant de créer le Parti de Gauche.

  • A Mélenchon quelqu’un lui avait trouvé un excellent surnom  » J’en….Méchant C… »

  • Depuis 1789, il n’y a rien eu à part quelques revoltes dans le midi de la France. Même Robespierre qui a initialisé la fête de l’être Suprême. Ce n’est pas grand chose
    Il faut lutter disait quelques politiques de gauche. A quoi sert tous ces partis politiques ?

  • Tout ca pour un jeu auquel il n’a probablement jamais joué !
    Besoin de faire parler de lui tellement ce monsieur Mélenchon est creux….

  • @ toi henok. Il semble évident que le terme « homme de gauche » tente de fzire passer le message que cet individu là est ainsi dénommé car c’est un humaniste, contrairement à l’individu de droite qui n’aurait, lui, rien d’humain.

  • ces gens sont d’une mauvaise foi crasse. ils nient la vérité historique admise par tous les historiens sérieux concernant Robespierre et en plus, la principale propagande en france c’est la propagande socialiste dans l’enseignement (écoles et universités) et dans les médias. ce jeu n’a aucune visée politique seulement une visée de divertir les jeunes

    • « en plus, la principale propagande » en plus, c’est l’hopital qui se fout de la charité car la principale propagande

  • Chavez, l’idôle non pas des jeunes mais de Méluche, avait en son temps interdit les jeux vidéo.

    • En raison de la surtaxation à l’import, de manière globale c’est tout le marché du jeu-vidéo qui est presque absent de toute l’Amérique latine.

  • La non violence serait pour moi une révolution. La révolution armée diffusée par ces jeux vidéo ludiques est une catastrophe. La révolution de 1789 est la fin de la féodalité où l’homme n’avait aucun droit sur le souverain.

    • Tandis que sous le Consulat et l’Empire, c’était autre chose !

    • « La révolution de 1789 est la fin de la féodalité »

      La féodalité n’a pas disparu mais s’est transformée : de monarchiste et royaliste, la noblesse (i.e les fonctionnaires) est devenue socialo-communiste et voue un culte à l’Etat.

  • On trop longtemps cru cette fable marxiste comme quoi la droite serait réactionnaire et la gauche progressiste. Cette assertion comlétement fausse a conduit à la situation désastreuse actuelle.

  • Visiblement, vous n’avez rien compris. La plupart des sites de jeux vidéos reconnaissent la qualité des critiques de Mélenchon et Corbière, qui ont affirmé que le jeu vidéo est une forme d’expression artistique à part entière, aujourd’hui décriée comme le fut la BD autrefois. Le débat démocratique est-il encore possible dans ce pays sans que l’on se fasse insulter de « ringards » , sans que l’on se fasse juger à l’emporte-pièce ?
    Bien à vous.

    • Il n’y a pas de débat possible avec les socialistes. On ne débat pas avec les truands.

      • « Principe socialiste de base: Si les statistiques sont favorables à mes apriori, elles en sont la démonstration. Dans le cas contraire, elle sont idéologiquement orientées, basées sur des données fausses, pas représentatives de « la réalité du terrain » ou une combinaison des trois précédents. »

        Pas de moi, mais tellement vrai

      • Oui, on peut se demander ce que Fillon allait faire dans sa joyeuse galère avec Jouyet 😉

    • « Le débat démocratique est-il encore possible dans ce pays sans que l’on se fasse insulter de « ringards » , sans que l’on se fasse juger à l’emporte-pièce ? » Mélenchon fait du révisionnisme historique. c’est comme si un antisémite niait les chambres à gaz. L’histoire est du domaine des historiens pas des politiciens (qui l’instrumentalisent). quand au fait que l’on ne peut rien dire sans se faire insulter de ringards c’est un comble. en france, c’est la gauche et des gens comme Mélenchon qui ont institué la pensée unique. quiconque n’est pas d’accord avec eux est un fasciste ou un réactionnaire

  • Dieu sait que je trouve Mérluche ridicule mais pour le coût son intervention était mesurée et justifiée. Sa position n’a rien de scandaleuse : le jeu présente certains personnages historiques sous une lumière décéptive, et il est tout à fait pertinent d’en discuter.
    J’ajouterais autre chose. Que diriez-vous d’un jeu vidéo d’arcade où l’on incadre un Léviathan et où le boss de fin se prénommerait Hayek ? Rien de dangereux, mais ça resterait de très mauvais goût. AC Unity tombe dans le même travers : il échoue dans le mariage de la fiction et du cadre historique là où le premier avait été un grand succés, et ce malgré les mêmes contre-vérités historiques. L’enjeu est tout autant artistique que politique.

    • Mélenchon est un révisionniste qui nie les crimes de Robespierre reconnus par tous les historiens sérieux. le principal débat chez les historiens sérieux concernant la Révolution est de savoir si on peut parler de « génocide » vendéen (terme controversé). ce jeux vidéo est là pour divertir, il n’a ni but historique ni but politique

    • C’est juste un jeu.

      • C’est dénigrer l’art et la production culturelle en générale que d’avorter une discussion sur la base de ce simple argument.
        Si c’est « juste un jeu » alors la critique de Mélenchon est « juste un commentaire ». Le sujet est-il vraiment dérisoire quand on voit la levée de bouclier sur Contrepoints ?

    • dans la plupart des films et des jeux vidéos, il y a des contrevérités historiques. le dernier exemple en date est Fury. d’une certaine manière c’est un peu normal le but des films et des jeux vidéos est de divertir pas d’enseigner l’histoire. je ne connais aucune personne sensée qui se fierait à un film pour connaitre avec précision l’histoire exacte(même si un film peut aider). il faut savoir faire preuve d’esprit critique. là où il y a un problème c’est quand un documentaire historique énonce des contre vérités historiques et présente une version de l’histoire biaisé pour des raisons idéologiques. Arte fait cela sur les sujets politiquement sensibles de wikipédia. un autre problème, encore plus grave, s’est la propagande socialiste dans les écoles et dans les universités où on enseigne une version de l’histoire totalement fausse de l’histoire.

    • Que diriez-vous d’un jeu de guerre où on incarne le Reich III?

    • vous savez qu’un opus précédent présentait George Washington en monarque tyrannique ?? et cela n’a fait aucun débat. un jeux vidéo n’est pas là pour présenter la vérité historique

  • On ne peut pas prétendre qu’un objet culturel diffusé à des millions d’exemplaires n’est pas également un objet politique. Qu’il traite de la Révolution ou d’un plombier italien. Heureusement qu’il existe encore des affreux réacs aigris et idéologues pour avoir au moins conscience de cela.
    Dire « ce n’est qu’un jeu », « c’est du divertissement », c’est une position politique.
    Qu’on soit pour ou contre la société de consommation, critique ou pas de l’économie libérale, il est évident que ce modèle politique n’existerait pas sans productions culturelles adéquates. Hollywood, le divertissement, la publicité, qui prétendrait que ce ne furent pas les plus efficaces leviers des changements économiques du 20ème siècle ?
    Ici, dans cet exemple, le PG reproche une vision de l’Histoire qui ne sert pas ses positions. Mais soyons clair Ubisoft met en scène une vision de l’Histoire qui sert les siennes : les « nécessités de l’industrie du divertissement » cela veut dire que l’objectif auquel on se réfère en représentant l’Histoire d’une certaine façon c’est un objectif purement financier. Il faut que cela plaise à un maximum de gens.
    Je pense qu’une majorité d’entre nous préfèrerait que la vision de l’Histoire soit plutôt du domaine du débat politique et démocratique que de l’objectif financier.
    Alors c’est surtout une question de savoir si ce jeu vidéo peut avoir une influence sur la vision de l’Histoire.
    Eh bien, d’après vous, quelle vision de la Révolution sera majoritairement retenue ? Celle « politico-dogmatique » du Parti de Gauche et de ses 9000 adhérents ou celle « financière » d’Ubisoft et de ses millions de jeux vendus ?
    Autrement dit, de quoi faut-il avoir le plus peur ?

    • Autrement dit, de quoi faut-il avoir le plus peur ?

      Sans hésitation du parti de gauche.
      Ubisoft n’a pas comme projet de gouverner qui que ce soit, Mélenchon si.
      La différence fondamentale entre Ubisoft et Mélenchon c’est que les français qui achètent le jeu exerce leur libre arbitre, démontrent ainsi leurs préférences en votant avec leur portefeuille. Je serais curieux de voir un Mélenchon au pouvoir, mais traditionnellement son bord politique n’a pas pour habitude de laisser les gens voter avec leur larfeuille.

      • Bien sûr les gens exercent leur libre arbitre. Tout comme ils le font en votant, bien entendu. Tout le monde exerce son libre arbitre, c’est la position du libéralisme. C’est d’ailleurs pour cela que la publicité est le deuxième investissement mondial : pour informer les gens de la manière dont ils doivent utiliser leur libre arbitre. Ubisfoft n’a pas l’intention de gouverner qui que ce soit, seulement de vendre des millions d’exemplaires d’un jeu vidéo. Rien à voir, bien entendu…
        J’imagine qu’également vous jugez sur les mêmes critères le mariage pour tous, les fémens ou l’art contemporain ? Une réussite commerciale basée sur le libre arbitre ?

    • Dire « ce n’est qu’un jeu », « c’est du divertissement », c’est une position politique.

      Mais alors interdisez :

      – On est pas couché
      . Canteloup
      – tous les humoristes
      Que l’on rigole plus, mais alors plus du tout.

      • Et la folle du Poitou?

      • Une position politique n’est pas synonyme d’interdiction !
        Quel procès me faites vous là ? Je vous dis que tout est politique et vous me dites « interdisez-le » !
        Non ! Tout est politique, c’est juste ainsi ! À nous d’en prendre conscience, point.

    • vous semblez oublié que l’extrême gauche a une grande influence dans l’enseignement (éducation nationale et université) ainsi que dans les médias. Les écoles et les universités sont devenues des lieux de propagande socialiste où on enseigne une version de l’histoire totalement fausse de l’histoire. je ne connais aucune personne sensée qui se fierait à un jeux vidéo ou à un film pour connaitre avec précision l’histoire exacte(même si un film peut aider). il faut savoir faire preuve d’esprit critique.

      • Mais où voyez-vous des socialistes ?!!
        L’enseignement et les médias sont remplis de gens qui consomment chez H&M, Macdo, Apple, Facebook, qui pensent que Luc Ferry est un saint homme, qu’Internet est merveilleux, qui citent Voltaire à tour de pages et qui votent majoritairement pour un parti social-démocrate acquis depuis trente ans à l’économie libérale.
        Où voyez-vous des gens qui n’ont pas une vie conforme à l’idée libérale ? Qui travaille aujourd’hui plus de 20h/semaine pour autre chose que son désir de consommation ?
        Moi non plus je ne connais « aucune personne sensée » qui se fierait à des images de fiction. Nous ne connaissons que des gens qui font « preuve d’esprit critique », bien entendu. Personne n’achète un produit inutile suite à une campagne publicitaire. Scorsese n’a jamais réussi à nous faire percevoir les mafieux comme des types avec de la classe. Tarantino non plus. Personne ne fume à cause de l’imagerie du cinéma. La perception de l’histoire de France n’a jamais été influencée par l’image. En fait c’est simple les images ne servent à rien, on ne comprend pas pourquoi on dépense tant de milliards en images. J’imagine que vous trouvez ridicules ces débats sur la représentation homosexuelle, la théorie du genre ou autre dogmatismes gauchistes dans les films, jeux, pubs, livres…, vu qu’on est tous bien armés d’un bon vieil esprit critique ?

    • « Je pense qu’une majorité d’entre nous préfèrerait que la vision de l’Histoire soit plutôt du domaine du débat politique et démocratique que de l’objectif financier » perso, je pense que l’Histoire est du domaine des historiens et non pas des politiciens (qui instrumentalisent l’histoire). le problème s’est qu’en france, bon nombre d’historiens (comme les sociologues) sont des idéologues d’extrême gauche et de gauche

      • Comment faites vous de l’Histoire sans faire de politique précisément ? Où avez vous vu que les deux soient détachés ?

    • On répète avec moi : ce n’est qu’un jeu.

      Curieux que les dégôche qui passent leur temps à dénigrer les activités manuelles passent beaucoup de temps avec leur main gauche.

    • vous savez qu’un opus précédent présentait George Washington en monarque tyrannique ?? et cela n’a fait aucun débat. un jeux vidéo n’est pas là pour présenter la vérité historique

      • Un jeu vidéo n’est pas forcément là non plus pour bafouer l’histoire… Dans l’état actuel des choses je dirais qu’il est surtout là pour se vendre un maximum. Mais penser que des millions d’images à des millions de gens n’ont pas à être perçues autrement que sous le prisme du divertissement vendu dans l’intérêt de sociétés commerciales, faut être puceau en histoire pour imaginer que ça n’a pas globalement de conséquences.
        Rappelez vous la phrase célèbre de je ne sais qui  » un mensonge répété un million de fois devient une vérité ».
        L’essentielle de notre culture est faite de divertissement à présent. D’un divertissement produit par le marché. C’est pas spécialement sur ce jeu, mais c’est pour dire qu’il est quand même plutôt sain d’avoir une critique culturelle du « simple divertissement sans conséquence ».

  • Plus bête et méchant que cet article, ça n ‘existe pas.
    Les réactionnaires profitent de ce jeu vidéo pour se délecter de l’habituel portrait d’un Robespierre dictateur sanguinaire.
    Voici une argumentation sur des faits historiques vérifiables et non-partisans.

    Robespierre dictateur ? C’était légalement impossible. Membre du Comité de Salut Public comme 8 autres députés de la Convention, son pouvoir était limité aux prérogatives de ce Comité, fixées par le décret du 6 Aout 1793. Décret dont l’article 7 nous apprend également que le Comité de Salut Public devait être REELU CHAQUE MOIS ! Un député à égalité avec 8 autres de ses collègues, et devant être réélu chaque mois, ce n’est pas spécialement la définition qu’on a du « dictateur »…
    Le texte ici : http://fr.wikipedia.org/…/D%C3%A9cret_de_la_cr%C3%A9ation_d…

    Robespierre dictateur ? (bis) Quel dictateur défendrai le suffrage universel ? Aucun.
    Son discours sur le suffrage universel : http://fr.wikisource.org/…/%C5%92…/Sur_le_suffrage_universel

    Robespierre sanguinaire ? C’est peu crédible au regard du fait qu’il a été un ardent partisan de l’abolition de la peine de mort. Son discours ici : http://fr.wikisource.org/…/Discours_sur_la_peine_de_mort_(R…

    Robespierre n’est pas plus bourreau de la Vendée que les autres députés de la Convention. En effet, l’action menée en Vendée pour mettre un terme à l’insurrection contre la République a fait l’objet d’un décret de la Convention qu’on peut retrouver ici : http://fr.wikipedia.org/…/D%C3%A9cret_relatif_aux_mesures_%…

    • « Quel dictateur défendrai le suffrage universel ? Aucun. »

      Expliquez-moi donc pourquoi les gens votaient en URSS et et que les Cubains ont voté il y a peu ?

    • Mais bon sang, qu’on nous laisse tranquilles avec les jeux, les romans ou les films de fiction ! Sinon, c’en sera fini de l’imagination ! Parce qu’à ce compte, il faudrait brûler « Les Trois Mousquetaires » (car non, Richelieu n’était pas l’abominable méchant décrit pas Dumas), etc. Toute cette agitation est plus que stupide. Une fiction n’est pas un cours d’histoire, n’en déplaise aux moralistes de tous poils.

    • arrêtez votre révisionnisme vous ne valez pas mieux que les néonazis qui nient l’holocauste. il ne s’agit pas d’être réactionnaire, il s’agit juste de faire preuve d’un peu d’honnêteté historique et de ne pas être de mauvaise foi. dois je vous rappeler que Robespierre a dit « La Terreur n’est autre chose que la justice prompte, sévère, inflexible » ?? les révolutionnaires les plus fanatqies avaient une drole de défintion de la démocratie. qunad le peuple votait mal et bien il ne fallait pas tenir compte des élections. vous savez que même en corée du nord il y a des élections ??? http://www.contrepoints.org/2012/05/05/81437-quand-la-revolution-enlevait-le-droit-de-vote-aux-francais « l’action menée en Vendée pour mettre un terme à l’insurrection  » vous voulez parlé des massacres de la vendée (si ce n’est pas un génocide (terme controversé)) ?? lisez Francois Furet, Max Gallo, Jean-Paul Bertaud,…….lisez aussi Alexis de Tocqueville (L’Ancien Régime et la Révolution)

      • Si vous étiez un tant soit peu informé, vous vous rendriez compte que ce débat continu depuis la
        Révolution Francaise, Vous parlez de Furet ou Gallo qui ou des lectures dirigées de l’histoire. Voyez aussi Guillemin sur internet qui donne une autre lecture des événements. Et n’oubliez surtout pas que cette Révolution à amené à terme la République d’aujourd’hui (et qui a aussi bien des défaut d’ailleurs. La relecture des événements n’est pas toujours innocente qu »‘en est il des éditeurs du jeu. A propos le débat a commencé avec les thermidorien qui défendait les intérêts bourgeois d’alors. Aujourd’hui les intervenants de ce blog ne me semblent pas très soucieux des intérêts des Français.

    • Robespierre et le régime qui enferma un enfant de 8 ans dans un trou sans hygiène 🙁 🙁 🙁

      Qu’a-t-il fait pour l’en faire sortir ❓

      C’était quand même de sacrés sauvages à l’époque, non ❓

    • Robespierre était un homme, qui comme tous les hommes à fait du bien et du mal.
      Il est juste dommage que l’homme qui a discouru contre la peine de mort et voté contre la guerre en 1792 avec d’excellents arguments [la guerre ne se peut envisager que si on pense la gagner, auquel cas la France sera à la discrétion du général vainqueur ; et : la guerre est une très mauvaise manière de « libérer » les peuples … ], ce qui est fort louable, ait aussi fait pratiquer l’extermination de civils après une parodie de procès voire sans procès.
      Et ce, sans changer de système intellectuel !
      Que vaut donc un tel système intellectuel où il est permis d’être contre la guerre et la peine de mort tout en pratiquant l’extermination ; que vaut l’Homme qui l’adopte ? Je vous le dis sans ambages : ce système et cet homme sont deux merdes.
      Et l’homme qui les défend en est une troisième.

    • lisez Reynald Secher qui décortique la participation de Robespierre au génocide vendéen. Une anedocte concernant notre libérateur: Robespierre avec ses potes Danton et Saint Just soutient la proposition de lepelletier de St Fargeau, consistant a enfermer tous les petits français de 5 a 12 ans dans des institutions ou ils seront mis au travail et ou il sera interdit de leur apprendre quoi que ce soit. Proposition qui a été adoptée par la convention montagnarde (probablement une interprétation un peu extrème des théories de Rousseau sur l’éducation).

      • Il ne faut pas confondre la création d’école obligatoire pour les enfants entre 5 et 12 ans avec enfermement. Ou alors les écoliers pensionnaires d’aujourd’hui sont eux aussi enfermés.

  • A part l’électoralisme de partis politiques, il n’y a que le représentant du parti politique. Le peuple n’est pas représenté démocratiquement
    Il en est de même pour les petites communes. La galette des rois et un repas gratuit pour les vieux. Le tour est jouets pour le ou la maire. Le front de gauche étant un parti nouveau n’a pas été à la hauteur des besoins des inscrits.

  • Grâce à cet article je viens de visionner l’intro Unity de la série Assasin’s creed. Simplisme typique de la culture américaine pour ados, bien qu’UbiSoft soit français.

    C’est le contrepied de que ce que l’on enseigne à l’école sur la Révolution. Donc au moins cela désintoxiquera nos bambins de l’historiquement correct scolaire !

    Pour ceux qui s’intéressent à l’Ancien Régime et à son dénouement la Révolution, je suggère « Les Origines de la France Contemporaines » d’Hyppolite Taine. C’est écrit avant que la République ne mette la main sur l’enseignement général et l’Université en particulier. Tous les coups de force et les massacres y sont référencés, et renvoient notamment vers les Archives Nationales. Une vrai cure de désintox.

  • Sans prendre aucunement part pour ou contre ce jeu, ni pour ou contre la réaction de Mélenchon ou cet article, il serait intéressant de voir les réactions des uns et des autres si un jeu était produit (avec certainement beaucoup de mauvais goût) sur ces trois évènements suivants (j’aurais pu élargir le choix à l’infini en cherchant dans l’histoire mondiale) qui peuvent avoir des similitudes avec les circonstances scénaristiques et historiques de celui dont parle l’article :

    http://www.dailymotion.com/video/x6mp7x_srebrenica-plus-jamais-ca-massacres_news
    http://www.tagtele.com/videos/voir/73824/
    https://www.youtube.com/watch?v=8DvvB_uAFFw

    Je trouve qu’Ubisoft fait des jeux fabuleux en général.

  • Que vous soyez un libéral réactionnaire et conservateur cela est votre bon droit.
    Cela ne permet pas de faire des raccourcis et amalgames idiots. Ce qui est critiqué c’est bien la vision idéologique de l’histoire non le jeux vidéo.
    Le divertissement est avant tout un objet de propagande, c’était le cas en URSS c’est toujours le cas à Hollywood. Voir des films comme Rambo 2 ou 3 des gentils américains contre les méchants communiste ou musulman, tout cela vise à préparer la guerre des civilisation voulu pour assurer la domination des USA, aussi surement que le Cuirassé Potemkine vante le pouvoir soviétique et leur révolution.
    La façon dont on donne sens aux personnage historique est tout autant idéologique, il est mieux vu aujourd’hui de classer Robespierre comme tyran come de critiquer Louis XIV ou Napoléon.

    • Vous avez entièrement raison, mais honnêtement, si ça pouvez arrêter la masturbation « la France, patrie des droits de l’homme », vu l’hypocrisie qui en découle….mais là j’ai peu d’espoir.

  • « Les conservateurs du collectivisme ». Et bien voyons !
    Faudrait il déjà qu’il aient , avant de vouloir conserver.
    Une analyse et des parallèles que je trouve très léger pour un docteur en droit et historien, voire réducteur.

    Pol citoyen

  • Ce qui est marrant c’est découvrir Mélenchon admirateur de Robespierre (un petit staline sans les goulags si je puis me permettre) et peut-être de Napoléon

    Son « idéal bafoué de la révolution française » démontre plus son envie de pouvoir tyrannique que des conceptions humanistes

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Depuis des décennies, de nombreux psychologues américains affirment que des médias de plus en plus violents – télévision, films, jeux vidéo – augmentent le risque de violence dans la société. Pour appuyer ce prétendu consensus scientifique, différentes organisations universitaires ont diffusé des communiqués dénonçant les effets toxiques de la violence dans les médias sur la société. Par exemple, en 2005, l’American Psychological Association a publié un communiqué qui affirmait que « des décennies de recherches en sciences sociales révèlent l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

Par Éric Martin.

La saison des fêtes approche, c’est aussi l’occasion de s'offrir, ou d’offrir quelques jeux vidéo, par exemple en profitant des soldes de fin d’année. Nous vous en suggérons quelques-uns dont le scénario et les mécaniques valorisent la liberté.

 

Jeux d'exploration en monde ouvert

Dans ce type de jeu, le joueur peut explorer à sa guise une carte, dans laquelle il peut débloquer l’accès à de nouveaux lieux, y découvrir des missions (dont certaines font avancer l’intrigue prin... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles