The Giver : Que serait un monde sans émotions ?

Adaptation du roman « Le Passeur » au cinéma : une excellente distraction pour les amoureux de la liberté, avec une vraie réflexion en arrière-plan.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
The_Giver_affiche

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

The Giver : Que serait un monde sans émotions ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 novembre 2014
- A +

Par Johan Rivalland

The_Giver_afficheAdaptation au cinéma du roman Le Passeur, de Lois Lowry, The giver ne m’a personnellement pas déçu, bien au contraire.

La retranscription m’a semblé assez fidèle. Quelques petites adaptations, en particulier la fin, la distinguent, certes, de l’œuvre originale, mais on peut penser  qu’il s’agissait pour les producteurs de rendre celle-ci plus compatible avec le grand public qui fréquente les salles, en particulier aux États-Unis j’imagine. Mais l’esprit du roman demeure intact, le thème fondamental.

La Cité Idéale

Bienvenu dans un monde qui, par bien des aspects, semble idéal. Une sorte de monde égalitaire à la Thomas More, où ni la guerre, ni la pauvreté, ni les sentiments mauvais n’existent et où tout le monde semble vivre en bonne harmonie. En quelque sorte le meilleur des mondes (certaines analogies avec le roman d’Aldous Huxley sont à noter).

Mais une telle société ne risque-t-elle pas surtout de ressembler à une sorte de monde aseptisé (à la Fahrenheit 451), où chacun occupe une fonction qui lui semble  parfaitement correspondre (à l’instar de celui de Divergente, mais aussi de la Cité Idéale de Platon), un Comité des Sages ayant pris soin d’observer toute la vie de chacun (une version bien plus douce de 1984) ?

Une société régulée et sans passé

Pour y parvenir, il a été nécessaire de faire quelques concessions et de retirer à la Nature certains de ses attributs. La liberté, notamment, devient l’ennemi à abattre. L’homme est un loup pour l’homme (Hobbes) et mieux vaut la contrôler. Ici, cela semble plutôt réussi, dans la mesure où le passé n’existe plus (voir Anthem d’Ayn Rand).

Et, comme dans Les fils de l’Homme de P.D James, la vie humaine doit être régulée (les cérémonies très pacifiques de « l’élargissement », dont personne ne sait exactement, au juste, ce qu’elles signifient), ce qui évite toutes les imperfections.

C’est dans cette société harmonieuse à la Fourier ou Owen qu’un jeune garçon, Jonas (ne cherchez pas son nom de famille, celle-ci ne ressemblant pas tout à fait à ce que l’on connait), va être choisi pour devenir le dépositaire de la mémoire, le seul membre de la société qui sait comment le monde était avant.

Et il ne sait pas encore à quel point cela va le surprendre et bouleverser sa vie…

Je n’en dis pas plus. Laissez-vous guider. Un film un peu court à mon goût (le roman, sorti dans la catégorie jeunesse, l’était aussi), mais de qualité. Pour les amateurs du genre.

  • The Giver, film de science-fiction américain réalisé par Phillip Noyce (sortie le 29 octobre 2014), d’après le roman de Lois Lowry,, avec Jeff Bridges, Meryl Street, Brenton Thwaites, Odeya Rush, Katie Holmes. Durée : 1h37.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • À la question posée dans un roman de science-fiction :
    « Que serait un monde sans émotions ? »,
    libre exercice intellectuel, bien sûr, mais néanmoins un peu vain,
    je préfère cette lumineuse pensée exprimée par François Jacob :
    « Nous sommes faits de macromolécules… et d’émotions. »

  • Que serait un monde sans émotions? Un monde dans lequel les gens seraient rationnels sans réagir par stimuli préprogrammés. On peut toujours rêver, surtout dans nos contrées…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Nicolas Minvielle et Olivier Wathelet.

Créé par Neal Stephenson dans son roman de science-fiction Le Samouraï virtuel, publié en 1992, le terme de métavers fait son grand retour depuis l'annonce de Meta à l'automne 2021, Mark Zuckerberg étant décidé à investir massivement dans les mondes virtuels.

Cet univers, pour l'instant largement fantasmé, sera-t-il le levier d'une rupture anthropologique, ou restera-t-il un discours total visant à promouvoir une série d'investissements dont les effets seront, au mieux, le prolongement ... Poursuivre la lecture

Par Ilya Somin.

 

La politique des séries de science-fiction et de fantasy peut sembler être un sujet frivole à une époque où nous avons tant de problèmes politiques réels et sérieux. Mais cela vaut la peine de s'y attarder, ne serait-ce que parce que beaucoup plus de gens lisent des romans de science-fiction et regardent des films et des séries télévisées de genre que des ouvrages sérieux sur les questions politiques. En outre, la politique des mondes imaginaires est beaucoup plus amusante à contempler que la triste scène ... Poursuivre la lecture

Neal Asher est un écrivain anglais de SF (science-fiction). Il est né en 1961 à Billericay dans le comté d'Essex en Angleterre. Avant 2000, ses nouvelles étaient publiées par de petits magazines britanniques de SF et de fantasy. C'est après 2000 que sa carrière d'écrivain a pris son envol. Pan Macmillan lui a offert un contrat pour trois ouvrages et en a maintenant publié beaucoup d'autres (au Royaume-Uni, en Amérique, en Russie, en Allemagne, en France, en Espagne, au Portugal, au Japon, en Tchécoslovaquie et en Roumanie).

La majorité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles