Les deux mots les plus importants de « Jurassic World Dominion »

Jurassic World Dominion nous oblige à réfléchir sérieusement aux questions éthiques entourant la science, le choix, le pouvoir, l’agence et la responsabilité individuelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2023-02-23 at 09-59-25 (1) Jurassic World Dominion - Official Trailer HD - YouTube

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les deux mots les plus importants de « Jurassic World Dominion »

Publié le 25 février 2023
- A +

Par Jon Miltimore.

 

Lors d’un récent voyage en avion, j’ai pu voir le dernier volet de la franchise Jurassic Park : Jurassic World Dominion.

Le film écrit par Emily Carmichael, Colin Trevorrow et Derek Connolly a été bien accueilli par le public – il a obtenu un score de 77 % sur Rotten Tomatoes et a rapporté 376 millions de dollars au box office – mais a été largement critiqué après sa sortie en juin 2022.

Adam Nayman, de The Ringer, l’a trouvé « trop long et sans âme », rejoignant ainsi le sentiment de Kyle Smith, du Wall Street Journal, qui l’a qualifié « d’extravagance d’effets à 165 millions de dollars […] construite sur un scénario digne d’un jeu de société ».

Peut-être suis-je juste une personne sensible à un film d’action décent mettant en scène des dinosaures, mais j’ai trouvé le film plutôt bon et pas seulement parce que le dernier volet rassemble tous nos personnages préférés de la franchise. Comme dans les films précédents, Sam Neill, Jeff Goldblum et Laura Dern reprennent leurs rôles d’Alan Grant, Ian Malcom et Ellie Sattler. Mais cette fois, ils sont tous dans le même film et rejoints par les sympathiques nouveaux venus Owen Gracy (Chris Pratt) et Claire Dearing (Bryce Dallas Howard).

Cela fait beaucoup de vedettes pour un seul long métrage, mais Trevorrow (qui a également réalisé le film) fait un travail d’orfèvre en tissant les intrigues dans une intrigue captivante et pertinente pour le monde actuel.

 

Un méchant familier

Comme toute bonne science-fiction, Dominion nous oblige à réfléchir sérieusement aux questions éthiques entourant la science, le choix, le pouvoir, et la responsabilité individuelle.

Au tout début du film, nous voyons que le rêve de John Hammond d’exploiter le pouvoir de la génétique pour ramener au présent les créatures de l’ère jurassique ne s’est pas déroulé comme prévu (comme c’est le cas pour tant de plans).

Le monde que nous voyons ressemble vaguement à celui que l’on voit dans les films d’apocalypse zombie, sauf que les humains doivent affronter des dinosaures, pas des zombies. Les gouvernements et les mégacorporations continuent d’essayer de répondre aux nouvelles menaces que l’humanité a créées par son orgueil, un peu comme le Dr Frankenstein et son monstre, mais sans grand succès.

Le film suit l’histoire d’une puissante société, Biosyn, qui a le monopole de la création de l’ADN des dinosaures. Son PDG est le Dr Lewis Dodgson, qui utilise son monopole non seulement pour créer de nouvelles espèces de dinosaures, mais aussi pour créer une catégorie de super sauterelles transgéniques bizarres qui dévorent les cultures de sociétés agricoles rivales.

Si le nom de Dodgson vous semble familier, c’est normal. Dodgson était en fait le méchant du premier Jurassic Park, du moins d’une certaine manière. Dans l’une des scènes les plus mémorables du film, il rencontre secrètement le programmeur informatique mécontent de Jurassic Park, Dennis Nedry (joué par Wayne Knight, célèbre dans la série Seinfeld), afin d’acheter illégalement les embryons viables que Nedry a l’intention de voler à Hammond.

 

L’éthique de deux petits mots

Des décennies plus tard, Dodgson (Campbell Scott) a grandi. Il a délaissé sa casquette d’agent secret et ses lunettes de soleil pour une chemise noire et un pull gris. Avec ses cheveux argentés et ses lunettes rectangulaires cerclées de métal, il dégage une aura d’assurance et de pouvoir. Il est conforme à ce qu’on pourrait imaginer d’un PDG maléfique si on mélangeait l’ADN de Bill Gates et de Steve Jobs.

Grâce à son pouvoir sans partage, Dodgson a fait de Biosyn une entreprise suffisamment puissante pour contrôler l’approvisionnement alimentaire mondial et, lorsque les choses tournent mal, de risquer l’extinction du genre humain.

Heureusement, les gentils ne vont pas laisser cela se produire.

Après avoir reçu un tuyau de son vieil ami Ian Malcom, qui conseille Biosyn, Ellie Sattler décide de rendre visite à Alan Grant, un autre ami à qui elle demande de l’aide afin d’obtenir des preuves ADN du complot fomenté par Dodgson. Une visite des installations est organisée. Sur place, ils entrent en contact avec Owen et Claire, dont la fille adoptive Maisie Lockwood – la fille de la généticienne décédée Charlotte Lockwood – a été enlevée par Biosyn parce que son ADN détient la clé pour empêcher la catastrophe mondiale.

C’est le résumé vite fait de Dominion. Bien sûr, il y a beaucoup de scènes d’action, de poursuites de dinosaures et d’évasions rocambolesques dont certaines sont bien filmées et super effrayantes. C’est assez amusant et ressemble beaucoup à un mélange de Mission Impossible, Indiana Jones et World War Z avec des créatures préhistoriques.

Pour moi, la scène la plus importante se situe vers la fin, lorsque le Dr Henry Wu, un scientifique de Biosyn, surgit pour demander l’aide de Maisie. Les sauterelles ne peuvent être arrêtées qu’à condition qu’il puisse étudier ses gènes pour découvrir comment la mère de Maisie a séquencé ses cellules pour réparer son ADN. (Charlotte, l’une des plus grandes généticiennes de son temps, a corrigé l’ADN de sa fille pour lui permettre une vie épanouie et saine).

Nous connaissons déjà Wu. Il est le généticien qui a littéralement donné vie aux dinosaures dans le premier film, mais il n’est plus le jeune scientifique arrogant qui a exprimé son mépris lorsque Ian Malcom a suggéré que « la nature trouverait un moyen » de créer spontanément la vie à Jurassic Park, même si les dinosaures étaient tous conçus pour être des femelles.

Wu est maintenant un homme brisé. Il est vieux et débraillé et semble à moitié fou. Mais il semble vouloir sincèrement aider. La façon dont il veut « étudier » l’ADN de Massie n’est pas claire, et après avoir été kidnappée et retenue captive par Biosyn, elle n’a aucune raison de lui faire confiance.

Massie résout pourtant le dilemme moral de savoir si Biosyn peut effectuer des tests sur elle pour sauver le monde, et elle le fait avec deux mots simples : « C’est OK. »

Elle poursuit en expliquant que permettre à Wu de l’étudier est ce que sa mère aurait voulu.

C’est peut-être la scène la plus importante du film, mais il ne s’agit pas d’une question de génétique ou même de science, mais d’une question morale. Massie donne son accord pour être étudiée par Wu afin qu’il tente de corriger le désordre qu’il a créé. (son ADN lui indiquera comment ramener les Super Locustes à la normale).

 

L’éthique du consentement

Tout au long de Dominion, les spectateurs assistent à beaucoup de scènes de violence, et ce ne sont pas seulement des dinosaures qui déchirent les humains. Ceux-ci s’agressent, s’intimident et se massacrent les uns les autres. Nous voyons des vols et des enlèvements. Comme dans le monde des dinosaures, ce sont généralement les puissants qui s’en prennent aux plus faibles.

Ce n’est pas comme ça que c’est supposé être. L’une des choses qui nous séparent en tant qu’humains du règne animal (en théorie du moins), c’est que la puissance ne nous définit pas. Dans le cadre fondamental du contrat social, les humains peuvent commercer et donner les uns aux autres mais ne doivent pas s’agresser mutuellement.

Pour reprendre une expression populaire : nous ne pouvons pas blesser les gens ou prendre leurs biens, du moins pas moralement.

En d’autres termes, il s’agit d’un système fondé sur le consentement mutuel. C’est le fondement du capitalisme et d’une société morale, expliquait le fondateur de FEE, Leonard Read, dans son livre Deeper Than You Think, publié en 1967.

« Aucune personne, ni aucun groupe de personnes, quel que soit leur nombre, ni aucune société qu’elles pourraient créer […] n’a de droit de contrôle sur une autre personne qui n’existe pas ou qui n’est pas inhérent à chaque individu en tant que droit moral. Le seul droit moral de contrôle d’un individu sur un ou plusieurs autres est un droit défensif, c’est-à-dire le droit de repousser des actions agressives ou destructrices. Par conséquent, les gouvernements ne devraient pas aller plus loin dans le contrôle des individus que ce qu’ils organisent et délimitent moralement eux-mêmes […] En bref, il faut limiter le pouvoir gouvernemental à ce qui est conforme à la défense de la vie et des moyens de subsistance, à la protection de tous les citoyens de manière égale. »

Notez que Read ne dit pas ici que le choix et le consentement disparaissent si les politiciens décident que quelque chose est dans votre meilleur intérêt, ou qu’une action particulière sert un plus grand bien.

S’il suffisait de servir un intérêt supérieur pour invalider le consentement, Dodgson serait légitime à kidnapper Massie pour que Wu étudie ses gènes afin de sauver potentiellement la vie de milliards de personnes.

En disant simplement « C’est OK », Massie résout ce conflit moral. Et sa décision nous rappelle qu’une société morale protège le droit des individus à choisir et ne viole pas leurs droits par la contrainte, collective ou autre.

Au lendemain d’un effort mondial inhumain pour faire exactement cela – tout cela pour le plus grand bien, évidemment – c’est une éthique dont nous ferions bien de nous souvenir.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Début décembre, Bob Iger faisait grand bruit :

« Les créateurs ont perdu de vue ce que devait être leur objectif numéro un. Nous devons d’abord divertir. Il ne s’agit pas d’envoyer des messages. » 

Cette mise au point tardive mais bienvenue de l’actuel PDG de Disney tranche avec la politique menée ces dernières années par ce géant du spectacle, encore renforcé par les rachats de l’univers de super-héros Marvel et de Lucasfilm.

Disney perd de l’argent alors que cette compagnie a longtemps eu l’habitude d’en gagner énormém... Poursuivre la lecture

Dans Woke fiction - Comment l'idéologie change nos films et nos séries, Samuel Fitoussi* élabore une critique libérale du wokisme et de son impact sur le monde du cinéma et de la série. Un entretien réalisé par Baptiste Gauthey, rédacteur en chef de Contrepoints.

Contrepoints : Bonjour Samuel Fitoussi. Dans les dernières années, de nombreux essais politiques ont été publiés sur la question du wokisme. Pourquoi avoir choisi d’écrire sur ce sujet, et qu’est-ce qui fait l’originalité de votre ouvrage ?

Passionné de cinéma,... Poursuivre la lecture

Le gouvernement prépare à présent une taxe sur les plateformes de streaming. En principe, il compte ensuite utiliser les fonds pour des soutiens aux musiciens en France, sous forme d’événements ou subventions.

Les négociations en ce moment autour de la taxe donnent un aperçu du mode de fonctionnement des autorités. La plupart du temps, les interventions des dirigeants ont pour prétexte la défense d’un secteur ou d’une poignée d’acteurs dans l’économie - contre la concurrence ou le risque de faillite. Les artistes gagnent en général peu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles