Climat : données sur le rôle du soleil

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
contrepoints 673 Petit Prince Réchauffement climatique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat : données sur le rôle du soleil

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 novembre 2014
- A +

Les enregistrements du soleil et de la température globale de surface semblent relativement corrélés aussi bien sur des échelles de temps courtes que longues si l’on adopte les méthodologies et modèles solaires appropriés.

Par Nicola Scafetta.

contrepoints 673 Petit Prince Réchauffement climatique

Introduction

Selon le dernier rapport du GIEC, AR5, l’influence du Soleil sur notre climat depuis l’ère préindustrielle, en termes de forçage radiatif, est très faible comparée à la variation du forçage radiatif due à l’ajout anthropique de gaz à effet de serre : 0.005 1 W/m² contre 2.29 2 W/m². Donc, le GIEC dit que les changements de l’activité solaire sont pratiquement négligeables comparés à l’influence anthropique. Peut-on avoir confiance dans cette interprétation ?

Lors d’un cours fameux, Feynman nous rappelle que les modèles scientifiques doivent prédire les observations physiques. Si cette condition essentielle n’est pas remplie, un modèle physique ne peut être considéré comme valide ou complet, et la science ne peut être considérée comme « établie ». En fait, il a été démontré qu’il y a des divergences sérieuses entre les prédictions des modèles climatiques de circulation générale (GCM) et les données (c.f. Scafetta 2013b). Donc il est légitime de remettre en cause la science qui sous-tend l’interprétation du GIEC et d’examiner les interprétations alternatives des changements climatiques.

Je résume ici comment la littérature scientifique alternative à la thèse selon laquelle le Soleil ne contribue que peu au changement climatique a traité le problème. En réalité, les enregistrements du soleil et de la température globale de surface semblent relativement corrélés aussi bien sur des échelles de temps courtes que longues si l’on adopte les méthodologies et modèles solaires appropriés. Il est nécessaire cependant de clarifier quelques concepts à cause de l’absence de consensus sur la contribution du Soleil aux changements climatiques. Je crois que beaucoup de gens sont quelque peu désorientés à ce sujet.

Comprendre les données

Les profils de température globale de surface ne sont évidemment pas déterminés uniquement par les contributions solaires. Sur des échelles de temps allant jusqu’au millénaire, les moyennes du climat global sont majoritairement régies par les éruptions volcaniques, les forçages anthropiques et maintes oscillations naturelles incluant les oscillations solaires et de marée lunaire. Pour éviter de fausses conclusions, les différentes attributions physiques doivent être prises en compte. De plus, la qualité des archives solaires et climatiques varie. Les mesures instrumentales sont souvent traitées à travers des modèles physiques et statistiques complexes et si des mesures directes manquent, des reconstructions de proxies solaires et climatiques de basse qualité sont adoptées.

De nombreuses études empiriques (c.f. Bond et al., 2001; Douglass and Clader, 2002; Eichler et al., 2009; Friis-Christensen and Lassen, 1991 ; Hoyt and Schatten, 1993 ; Hoyt and Schatten, 1997 ; Kerr, 2001 ; Kirkby, 2007 ; Loehle and Scafetta, 2011 ; Scafetta, 2012b ; Scafetta, 2013a ; Scafetta, 2013b ; Scafetta, 2014 ; Scafetta and West, 2007 ; Scafetta and West, 2008 ; Shaviv, 2008 ; Soon, 2005 ; Soon, 2009 ; Steinhilber et al., 2012 ; White et al., 1997) ont trouvé une signature solaire forte mais complexe dans le système climatique sur des échelles temporelles multiples en utilisant des modèles et archives spécifiques. Certaines de ces études soutiennent que le Soleil pourrait avoir contribué pour ˜ 50% au moins dans le réchauffement global postérieur à 1850. Cette conclusion contredit les modèles climatiques analytiques actuels comme les modèles de circulation générale (GCM) adoptés par le GIEC qui attribuent seulement 5% ou moins de contribution solaire pour le réchauffement observé sur la même période (voir par ex. GIEC (2013)). Par exemple, Douglass et Clader (2002) ; Lean and Rind (2009) ; Van Loon and Labitzke (2000) ; Scafetta (2009) ; Scafetta (2013c) ont évalué la signature du cycle solaire de 11 ans sur la température en filtrant en même temps les signatures volcanique, anthropogénique et les oscillations ENSO. Ces auteurs ont trouvé que durant la période 1980-2000, qui connut de très importantes oscillations solaires, la signature du cycle solaire de 11 ans avait une amplitude d’environ 0.1K. À des altitudes plus élevées la signature solaire de 11 ans monte jusqu’à ~O.4K (c.f. Scafetta, 2013c ; van Loon and Labitzke, 2000 ; Svensmark and Friis-Christensen, 2007).

Sur des périodes plus longues, l’influence solaire devient plus claire une fois qu’on utilise les modèles solaires proxy appropriés (c.f. : Eddy, 1976 ; Hoyt and Schatten, 1997 ; Kirkby, 2007) ; Steinhilber et al. (2012). Ces modèles ont trouvé une excellente corrélation entre un modèle proxy de rayonnement cosmique de 9400 ans de l’activité solaire à partir des carottages de glace et de cernes d’arbres et le climat Holocène asiatique obtenu à partir des stalagmites de la grotte de Dongge en Chine. En particulier, les données montrent une forte oscillation millénaire commune à la fois aux relevés solaires et de températures (c.f. : Bond et al., 2001 ; Kerr, 2001) qui doivent avoir contribué significativement au réchauffement observé depuis 1850.

En fait, Christiansen et Ljungquist (2012) ont montré que la température tropicale de surface exceptionnelle de l’hémisphère nord avait connu des périodes de réchauffement significatives durant l’Optimum Romain (-100 + 300) et durant la Période Chaude Médiévale (900-1400) et des périodes froides significatives durant le Haut Moyen Âge (400-800) et le Peti Âge Glaciaire (1400-1800) (Christiansen et Ljungquist 2012). Donc, d’après ce cycle millénaire, depuis 1800 la température devait s’accroitre naturellement : le maximum climatique millénaire induit par le maximum solaire millénaire devait intervenir au 21° siècle et pourrait avoir contribué à au moins 50% du réchauffement observé depuis 1850 (c.f. ; Humlum et al., 2011 ; Scafetta, 2012a ; Scafetta, 2013b). De nombreuses autres oscillations de période décennale, bi-décennale, 60 ans et séculaire qui peuvent être d’origine solaire-astronomique sont aussi typiquement observées dans un grand nombre de données (c.f. : Scafetta, 2010 ; Scafetta, 2013b ; Scafetta, 2014).

Études empiriques contre études de modèles climatiques

Donc il y a une incompatibilité apparente entre les études empiriques et les études analytiques. C’est probablement du à (1) des approches philosophiques différentes du problème et (2) l’actuel manque de compréhension scientifique des mécanismes physiques microscopiques régulant le changement climatique.

Essayons d’en comprendre la raison. L’approche empirique/holistique s’intéresse aux caractéristiques macroscopiques des données, qui sont interprétées en utilisant des méthodes de reconnaissance des modèles de corrélations croisées. Il n’y a pas besoin d’identification microscopique de tous les mécanismes physiques microscopiques pour reconnaître des modèles macroscopiques tels que les cycles, lesquels peuvent être modélisés directement.

Au contraire, l’approche analytique des GCM se concentre sur la modélisation microscopique des mécanismes physiques individuels et leur couplage : elle utilise des équations Navier-Stokes, la thermodynamique des changements de phase de l’eau atmosphérique, le bilan radiatif de la Terre et de l’atmosphère et la dynamique océanique, des fonctions de forçage radiatif comme données de modélisation, etc. Les GCM dépendent de très nombreuses variables internes et sont entachés de grosses incertitudes comme ce qui a trait à la formation des nuages (GIEC, 2013), qui régissent l’important indice d’albédo.

Il est évident que les modèles analytiques ont besoin d’être physiquement complets pour être sérieux. Et il y a plusieurs raisons qui laissent penser que les modèles analytiques actuels sont gravement incomplets. Ce manque de connaissance détaillée est principalement manifeste avec les grandes marges d’erreur caractérisant la sensibilité climatique au doublement de CO2, laquelle, selon le GIEC, varie entre 1.5 et 4.5°C. Les travaux suggérant un fort effet solaire sur le climat impliquerait une sensibilité climatique au doublement du CO2 d’environ 1.5°C. À noter que cette faible sensibilité climatique au forçage radiatif implique que l’irradiance solaire totale varie notablement plus que ce qui est utilisé actuellement comme forçage de l’irradiance solaire totale dans les modèles climatiques actuels et/ou que l’alternative du forçage solaire au forçage radiatif influence le climat. Donc, les modèles doivent avoir utilisé une donnée d’irradiance solaire totale erronée et/ou ils simplifient à l’extrême l’influence solaire sur le climat.

Résumons brièvement quelques-uns des arguments proposés dans la littérature référencée.

(1) Les modèles analytiques comme les GCM CMIP5 adoptés par le GIEC (2013) ont utilisé une fonction de forçage solaire déduite de données proxy d’irradiance solaire totale qui montrent seulement une très petite variabilité séculaire (c.f. Wang & al. (2005)), alors qu’il existe également des modèles proxy alternatifs d’irradiance solaire totale montrant une variabilité séculaire bien plus grande avec des détails différents dans la forme (Hoyt & Schatten, 1997 ; Shapiro & al., 2011). Ces modèles solaires alternatifs sont mieux corrélés avec les profils de température et reconstruisent une large fraction du réchauffement observé depuis 1850 (Scafetta, 2013b ; Hoyt and Schatten, 1997 ; Soon, 2009 ; Soon, 2005 ; Soon and Legates, 2013).

(2) Les modèles analytiques continuent à assumer que l’interaction soleil-climat est limitée au seul forçage TSI. Cependant, d’autres mécanismes soleil-climat existent probablement, bien qu’encore peu connus. Par exemple, le système climatique peut être particulièrement sensible à des rayonnements spécifiques (p. ex. l’ultraviolet) et aux rayons cosmiques ou aux variations du vent solaire qui pourraient moduler significativement la couverture nuageuse (Kirkby, 2007).

(3) Les données climatiques sont caractérisées par de nombreuses oscillations naturelles sur des échelles décennales à millénaires dont il a été montré qu’elle n’ont pas été reproduites par les modèles analytiques, mais sont présentes dans les archives solaires, lunaires et astronomiques (Scafetta, 2012b ; Scafetta, 2013b ; Scafetta, 2013a ; Scafetta, 2010 ; Scafetta, 2012a). Ces oscillations, y compris le cycle millénaire, soulignent l’importance des effets solaires et astronomiques sur le climat terrestre (Scafetta, 2013b ; Steinhilber et al., 2012).

En général, les modèles analytiques peuvent théoriquement être considérés comme la meilleure façon d’exploiter l’analyse de confirmation. Cependant, l’analyse exploratoire – nécessaire pour envisager les pilotes physiques primaires des phénomènes – est une entreprise gnoséologique complètement différente. On ne peut remplacer l’étape cruciale de l’analyse exploratoire par quelque mathématique complexe de confirmation que ce soit. Les deux étapes sont nécessaires et, en général, pour décrire un système complexe, des méthodes empiriques/holistiques peuvent être plus satisfaisantes que les méthodes analytiques. Dans la modélisation analytique, on peut facilement faire des erreurs lorsque l’ensemble des pilotes primaires et des fonctions de forçage sont supputées.

Par exemple, l’une des raisons pour lesquelles le GIEC prétend que le soleil n’a pas contribué au réchauffement observé depuis les années 70 est parce le modèle solaire adopté (Wang & al., 2005) suggère que l’activité solaire moyenne est relativement constante ou même a décru durant cette période. Cette interprétation suit le composite satellite du PMOD (Observatoire de Physique-Météorologie de Davos) d’irradiance solaire totale par Frölich (2006). Cependant, Scafetta & Willson (2009) ; Scafetta & Willson (2014) ont montré que le PMOD utilisait des données satellite de TSI basées sur des hypothèses qui apparaissent contradictoires. Au contraire, lorsque les données satellite non modifiées d’irradiance solaire sont combinées dans le composite ACRIM (Active Cavity Radiometer Irradiance Monitor) on voit que l’activité solaire a augmenté entre 1980 et 2000 et décru après (Willson & Mordinov, 2003). Même si l’effet direct de la TSI est faible et la différence entre ACRIM et PMOD négligeable sur le climat, le profil montré par le composite ACRIM suggère une dynamique, par exemple une oscillation de 60 ans réglée par un forçage astronomique dont les harmoniques se trouvent également dans le système climatique (Scafetta, 2010 ; Scafetta, 2013b ; Scafetta, 2012a ; Scafetta, 2014). Voir les différences entre les composites ACRIM et PMOD ici.

scafetta-1Figure 1a et 1b

La Figure 1a compare le nombre de taches solaires depuis 1700 (courbe bleue) avec deux reconstructions de TSI alternatives (Wang & al., 2005 ; Hoyt & Schatten, 1997). La figure montre qu’alors que le nombre de taches solaires est relativement plat, des modèles de proxy solaires présentent une variabilité séculaire plus prononcée, laquelle cependant dépend beaucoup du modèle proxy choisi. Certains modèles prévoient une variabilité significativement plus grande que d’autres. La Figure 1b compare simplement les archives de température de Central England (Parker & al., 1992) et la reconstruction solaire de Hoyt et Schatten (1997). On trouve une bonne corrélation sur 300 ans, qui inclut une part significative du réchauffement observé depuis 1900.

scafetta-2Figure 2

La Figure 2 montre des exemples de corrélations soleil-climat provenant de Steinhilber & al. (2012) ; Svensmark & Friis-Christensen (2007) ; Soon & Legates (2013) ; Thejll & Lassen (2000) ; Eichler & al. (2009) et Kirkby (2007). La bonne corrélation entre les données solaires astronomiques et les données climatiques est évidente sur des périodes courtes aussi bien que longues. La Figure 2A compare une reconstruction d’activité solaire et une reconstruction du climat asiatique durant l’Holocène (9000 dernières années) (Steinhilber & al., 2012). La Figure 2B montre que les anomalies de température par radiosonde, après un filtrage approprié d’autres facteurs climatiques, révèlent une signature claire du cycle solaire de 11 ans reconstruit à partir des enregistrements de rayonnement cosmique (Svensmark & Friis-Christensen, 2007). La Figure 2C compare les données instrumentales de température globale au modèle SCL121 de durée de cycle solaire (Thejll & Lassen, 2000). La Figure 2D compare le gradient équateur-pôle moyen annuel sur l’ensemble de l’Hémisphère Nord avec les enregistrements de TSI estimée (rouge) de Hoyt & Schatten (1997) (rouge, avec mises à jour de Scafetta & Willson (2014)) de 1850 à 2010 (Soon & Legates, 2013). La Figure 2E compare une reconstruction de température Sibérienne avec des proxies d’activité solaire sur 750 ans (Fichler & al., 2009). La Figure 2F décrit une reconstruction de température des Alpes centrales pour les deux derniers millénaires, obtenu depuis un modèle proxy δ18O de température comparée aux variations de rayonnement cosmique (14C) et de CO2 sur la même période (Kirkby, 2007). Ces résultats empiriques suggèrent clairement que le Soleil a une influence significative sur le système climatique.

scafetta-3Figure 3

La Figure 3 montre la bonne performance d’un modèle empirique proposé par Scafetta (2013b) pour la température globale de surface comparé aux données de température globale de surface HadCRUT3 (Brohan, 2006). La courbe rouge montre l’enregistrement original de température globale de surface publié dans Scafetta (2012b), qui s’arrête en Octobre 2011. La courbe bleue montre la température globale de surface mise à jour jusqu’au dernier mois disponible, soit mai 2014. La courbe noire dans la zone d’erreur cyan 1σ est le modèle de prévision astronomique semi-empirique (qui est modélisé pour démarrer de 2000). La figure montre clairement que le modèle semi empirique proposé fait mieux que les projections du GCM CMIP3 du GIEC de 2007 (zone verte) et a prédit avec succès la tendance de température d’Octobre 2011 à Mars 2014. A noter qu’une version simplifiée du même modèle avait été proposé par Scafetta dès 2009 (Lorenzetto, 2009 ; Scafetta, 2010).

scafetta-4Figure 4

Enfin la Figure 4A compare les projections moyennes de l’ensemble des cinq modèles climatiques CMIP5 avec l’enregistrement des températures globales de surface HadCRUT4 GST. La Figure 4B montre le modèle solaire-astronomique semi-empirique face à l’enregistrement HadCRUT4 GST : on a utilisé une base commune. La figure montre la meilleure performance du modèle solaire-astronomique semi-empirique face aux modèles CMIP5, ce qui est particulièrement évident depuis 2000 comme montré dans les inserts. Comme le montrent les figures 3 et 4, le modèle proposé a correctement prédit la halte soutenue de la température globale de surface alors que les modèles GCM CMIP3 et CMIP5 adoptés par le GIEC en 2007 et 2013 prédisaient pour la période 2000-2014 un fort réchauffement d’environ 2°C/siècle, lequel n’a pas été observé.

Les projections du modèle solaire-astronomique pour le 21° siècle paraissent nettement moins alarmistes que celles proposées par le GIEC. Ceci est du au fait qu’en prenant en compte les oscillations naturelles sur des périodes décennales jusqu’à millénaires, la sensibilité au doublement du CO2 doit être d’environ 1,5°C alors que les modèles climatiques CMIP5 prévoient une sensibilité climatique d’environ 3°C. Voir Scafetta (2013b) pour les détails.

Conclusion

Les Figures 1 à 4 fournissent un message radicalement diffèrent de celui proposé par le GIEC. Le Soleil a certainement contribué significativement aux changements climatiques, et continuera à le faire. Après avoir noté que ni le CO2 ni d’autres gaz à effet de serre, qu’ils soient d’origine naturelle ou anthropique, ne peuvent être la cause, ou la seule cause, des changements du climat global, Quinn (2010) a écrit : « Les preuves indiquent que le réchauffement global est lié étroitement à une vaste gamme de phénomènes solaires et terrestres, depuis les tempêtes magnétiques et les fluctuations du vent solaire jusqu’aux mouvements du noyau terrestre. Les modifications des champs magnétiques du Soleil et de la Terre, Les changements dans l’orientation et le taux de rotation de la Terre, aussi bien que les effets gravitationnels associés aux mouvements relatifs du barycentre de la Terre, du Soleil, de la Lune et des autres planètes ont tous des rôles clés. Il est clair que des interactions existent entre ces paramètres et l’Anomalie de Température Globale sur trois échelles de temps.  »

L’auteur

Nicola Scafetta est diplômé en physique de l’Université de Pise (Italie) et a reçu son Ph.D. en mécanique statistique et systèmes complexes à l’Université du North Texas (USA) en 2001. En 2002 il a déménagé à l’Université de Duke et collabore à l’Active Cavity Radiometer Irradiance Monitor (ACRIM) sur divers projets concernant les dynamiques solaires et les interactions solaire-climat. Il suggère actuellement que le climat est influencé par un élément naturel significatif qui apparaît réglé par des harmoniques solaires et astronomiques que les modèles climatiques actuels ne prennent pas en compte.

Source : Contribution de Nicolas Scaffeta pour What will happen during a new Maunder Minimum ?, Climate dialog. On y trouvera également la liste des références citées par l’auteur.


Sur le web. Traduction : Scaletrans pour Skyfall.

  1. 00 à 0.10
  2. 13 à 3.33
Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Si on fait une comparaison avec la médecine, la climatologie « officielle » en est encore au niveau du dogme humoral d’Hippocrate.

    Et le GIEC fait preuve de la même arrogance que les médecins du début du XVIIIe siècle : ils veulent nous saigner pour notre bien.

  • J’aimerais avoir le vrai lien de cet article qui va dans le sens des thèses que j’avance depuis de nombreux mois sinon années sur mon blog : voir par exemple
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/03/19/rechauffement-climatique-non-definitivement-refroidissement/
    Mais je suis catalogué comme un négationiste alors qu’on ne peut en aucun cas nier que le Soleil n’a pas d’effet sur le climat comme le prétendent les « experts » de l’IPCC. Juste un rappel, le cycle solaire 24 a été 50 % moins actif que le précédent (# 23, 2001) qui lui-même était déjà plus faible que le précédent. Or une diminution de 1 % de l’irradiance solaire correspond en valeur absolue à dix fois l’ensemble de la chaleur produite par l’activité humaine. Si le climat n’est pas encore entré franchement dans une phase de refroidissement c’est seulement grâce à l’inertie de la masse d’eau océanique mais il suffira d’attendre le prochain cycle solaire prévu par les physiciens spécialistes du Soleil particulièrement déficitaire. Isolez vos maisons préventivement ce sera au moins ça de pris !!!

    • « Mais je suis catalogué comme un négationiste alors qu’on ne peut en aucun cas nier que le Soleil n’a pas d’effet sur le climat comme le prétendent les « experts » de l’IPCC. »

      C’est du pur délire, l’IPCC n’a jamais dit une telle chose. Page 8 Box 1.1 du rapport pour décideurs:

      « The radiative forcing of the climate system has continued to increase during the 2000s, as has its largest contributor, the atmospheric concentration of CO2. However, the radiative forcing has been increasing at a lower rate over the period from 1998 to 2011, compared to 1984 to 1998 or 1951 to 2011, due to cooling effects from volcanic eruptions and the cooling phase of the solar cycle over the period from 2000 to 2009. There is, however, low confidence in quantifying the role of the forcing trend in causing the reduction in the rate of surface warming. »

      En d’autres termes, les forçages radiatifs solaires et aérosols, ENTIEREMENT pris en compte dans l’analyse, ne peuvent expliquer à eux seuls les mesures de températures récentes.

      • En d’autres termes, les forçages radiatifs solaires et aérosols, ENTIEREMENT pris en compte dans l’analyse, ne peuvent expliquer à eux seuls les mesures de températures récentes.

        oui, Threnbert s’inquiétait dans un email révélé par le climategate ,que décidément, les modèkes avaient un léger problème
        It’s a travesty that we can’t

        je crois qu’ils en sont à 52 bonnes raisons qui expliquent le « hiatus », faut reconnaître qu’ils ne manquent pas d’imagination, ni de pognon pour sortir leurs âneries

        Perso, je me méfie de ce genre de corrélations,Ensenbach a eu beau triturer les relevés dans tous les sens, il n’y a guère d’évidence.
        Par contre, il serait tout aussi idiot d’affirmer que le soleil, les planètes, le magnétisme, et que sais je encore, n’ont pas une influence déterminante sur le climat.
        Mais comme pour le CO2, derrière une corrélation, il faut déterminer le mécanisme d’action.
        Et là, comme pour le CO2, on a rien, sinon des affirmations basées sur de la physique « inventive »

        Les pôles semblent se refroidir, une contradiction de plus avec la théorie,pour quelle raison?
        A ce stade, il faut bien convenir que en toute honnêteté, on n’en sait pas plus qu’il y a 30 ans, sauf que l’on a été délesté d’un paquet de milliards suffisant pour assurer une retraite confortable à tout le monde dès 55 ans, effacer nos dettes, et procurer à Mr. Hollande plein d’argent gratuit

        • Arrêtez des cautionner à chaque fois les mensonges de Jacques Henry.

          Lorsqu’il dit: « ’on ne peut en aucun cas nier que le Soleil n’a pas d’effet sur le climat comme le prétendent les « experts » de l’IPCC » Alors que ce dernier calcule les contributions relative de chacun des forçages radiatifs:

          « Figure 1.4: Radiative forcing (RF) of climate change during the industrial era (1750–2011). Bars show RF from well-mixed greenhouse gases (WMGHG), other anthropogenic forcings, total anthropogenic forcings and natural forcings. The error bars indicate the 5%-95% uncertainty. Other anthropogenic forcings include aerosol, land-use surface reflectance and ozone changes. Natural forcings include solar and volcanic effects. The total anthropogenic Subject to copy editing and lay out SYR-9 Total pages: 116
          Adopted – Topic 1 IPCC Fifth Assessment Synthesis Report
          radiative forcing for 2011 relative to 1750 is 2.3 W m−2 (uncertainty range 1.1 to 3.3 W m−2). This corresponds to a CO2-equivalent concentration (see Glossary) of 430 ppm (uncertainty range 340 – 520 ppm). {Data from WGI 7.5 and Table 8.6} »

          Je ne sais pas ce que c’est si ce n’est un mensonge.

      • Really sorry, but it doesn’t seem to me that « ne peuvent expliquer » is a good translation for « low confidence ».

        • Ce n’est pas une traduction du passage, c’est la position on ne peut plus claire du GIEC qui se dégage de la lecture du rapport.

          Ce que dit Jacques Henri est un mensonge éhonté, il ne prend même plus la peine de vérifier 5 secondes ce qu’il dit.

          • Quel position claire du GIEC ? Le vrai rapport est rempli de « low confidence », « medium confidence », de positions nuancées et d’aveux d’incertitude alors que le torchon pour décideurs ressemble à l’information de « Radio-Paris » des heures les plus glorieuses de la France.

            De toute façon, la conclusion du passage que vous citez me semble être simplement l’aveu que la modélisation est mauvaise depuis 16 ans. Ce qui signifie soit que les paramètres sont faux (sous estimation de l’influence solaire – ce qui est le sujet de l’article et la remarque de JH) soit qu’il manque des paramètres.

            Et en la matière Trendberth (The Grand Guru) se refuse à envisager la sous-estimation de l’effet du soleil pour rechercher d’autres explications. Risible : l’influence d’autres paramètres jusqu’ici non pris en compte invalident tout autant les prévisions actuelles que la sous-estimation de l’effet solaire. Pour les scientifiques c’est différent, mais pour les politiques ça revient au même : les prévisions sont fausses et le rapport du GIEC est tout autant bon pour la poubelle que son torchon de résumé !

            • Arrêtez des cautionner à chaque fois les mensonges de Jacques Henry.

              Lorsqu’il dit: « ’on ne peut en aucun cas nier que le Soleil n’a pas d’effet sur le climat comme le prétendent les « experts » de l’IPCC » Alors que ce dernier calcule les contributions relative de chacun des forçages radiatifs:

              « Figure 1.4: Radiative forcing (RF) of climate change during the industrial era (1750–2011). Bars show RF from well-mixed greenhouse gases (WMGHG), other anthropogenic forcings, total anthropogenic forcings and natural forcings. The error bars indicate the 5%-95% uncertainty. Other anthropogenic forcings include aerosol, land-use surface reflectance and ozone changes. Natural forcings include solar and volcanic effects. The total anthropogenic Subject to copy editing and lay out SYR-9 Total pages: 116
              Adopted – Topic 1 IPCC Fifth Assessment Synthesis Report
              radiative forcing for 2011 relative to 1750 is 2.3 W m−2 (uncertainty range 1.1 to 3.3 W m−2). This corresponds to a CO2-equivalent concentration (see Glossary) of 430 ppm (uncertainty range 340 – 520 ppm). {Data from WGI 7.5 and Table 8.6} »

              Je ne sais pas ce que c’est si ce n’est un mensonge.

              • JH dit : « on ne peut en aucun cas nier que le Soleil n’a pas d’effet  »

                « Nier que ne pas » est une double négation : la phrase ci-dessus revient donc à :

                « on ne peut dire que le soleil à une effet. »

                C’est bien sur le contraire de la pensée de JH, mais du coup vous critiquez une phrase qui va dans votre sens et ça devient un peu grotesque.

                Le GIEC tient bien sur compte du soleil (sinon il ne resterait que des volcans et ça n’irait pas loin). La question est seulement de savoir s’il en tient suffisamment compte.

                Mais en ce qui me concerne, je n’est pas d’opinion sur l’effet du soleil : quand au bout de 100 pages de calculs vous arrivez à la conclusion que 2=3 (en l’occurrence que les températures sont stables alors qu’elles devraient monter en flèche). peut importe que l’erreur soit à la page 3, à la page 10 ou à la page 55.

                Par ailleurs, ce que Scafetta démontre n’est pas que le climat est piloté par le soleil, mais que l’évolution constatée du climat est compatible avec une attribution plus importante de la variation des températures avec l’activité solaire et moindre au CO2, et que la modélisation est alors améliorée. Ca ne prouve absolument rien, mis à part le fait qu’on est loin de comprendre le climat et que l’effet du CO2 reste une inconnue.

                • « en l’occurrence que les températures sont stables alors qu’elles devraient monter en flèche »

                  C’est exactement le contraire, l’irradiance n’est pas à son maximum et les aérosols se portent très bien. Avec ces deux seuls forçages négatifs majeurs, on ne peut expliquer les températures de la période récente.

                  Si vous aviez pris la peine de lire cinq minute les réfs fournies vous n’auriez pas sorti un tel contresens.

                • Et arrêtez vos contorsions, la phrase de Jacques Henry dit clairement que le GIEC nie l’effet du soleil. C’est une absurdité sans nom.

                  Il s’agirait de vous démarquer des pitreries de cet auteur si vous voulez un jour vous rendre plus crédible dans ce débat.

                  • Bonjour Jack
                    C’est typique d’un trolleur, 🙂 on prends un point de détails et on ronge son os..
                    Le message est simple: les modèles du giec sont faux car ils sont invalidés par les FAITS.

                    • « C’est typique d’un trolleur, 🙂 on prends un point de détails et on ronge son os.. »

                      Correction: « …on prends un point de détails, on le modifie complètement pour lui faire dire autre chose et on ronge son os.. »

                  • Les climastrologues nous ont répété depuis des années que les effets des cycles solaires avaient été mesurés, analysés, pris en compte et que finalement ils étaient complètement négligeable par rapport au « forçage anthropique »(sic).

                    Maintenant si la « pause » dure c’est à cause du Soleil?

                    Un gamin de 10 ans ne goberait pas vos salades!

      • Eh, mais c’est Maître Kim.
        Il est temps de parler de mes cornichons :mrgreen:

    • Mais je suis catalogué comme un négationiste

      C’est rien ça :

      Mais pour écrire MichelC.n :

      http://www.contrepoints.org/2014/10/28/186139-transition-energetique-les-francais-vont-passer-a-la-caisse#comment-955279

      On passe carrément à l’insulte.
      Celui-là y s’emmerde pas …

  • Pondre un article se résumant à du curve fitting, et dénoncer d’un autre côté la pseudo-science du GIEC, c’est de la haute-voltige.

  • Il suggère actuellement que le climat est influencé par un élément naturel significatif qui apparaît réglé par des harmoniques solaires et astronomiques que les modèles climatiques actuels ne prennent pas en compte.

    Oui, quand on regarde bien certaines données de températures, on y voit des harmoniques, comme des vibrations amorties.
    Que le CO2 joue un rôle, peut-être, mais il n’est pas le seul. Et pas forcémment le plus important.

  • dés le départ on se fourvoie dans le traquenard des moyennes , la moyenne de températures terrestre n’a aucun intérêt , comme n’a aucun intérêt le salaire moyen d’un pays !

  • quand je pense que nos pauvres enfants étaient sensés, d’après les modèles, ne plus connaître les joies de faire un bonhomme de neige

    http://notrickszone.com/2014/11/10/35-degrees-below-zero-and-colder-spreads-grips-2-million-square-kilometers-swath-of-central-siberia/

    ça devient pathétique

    • joletaxi : « quand je pense que nos pauvres enfants étaient sensés, d’après les modèles, ne plus connaître les joies de faire un bonhomme de neige »

      De toute façon il auraient été piétinés par les 50 millions de réfugiés climatique…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Emilio Raimondo.

Les opposants au nucléaire avancent souvent les deux arguments suivants « le nucléaire est dangereux » et « les déchets peuvent durer des milliers d’années ». Mais ces deux affirmations n’informent pas sur les risques encourus.

Ce sont les risques provoqués par les activités dangereuses qui posent un problème et non les dangers eux-mêmes s’ils sont contrôlés.

Un danger est caractérisé par deux critères : sa probabilité d’occurrence (fréquence) et sa gravité.

Ainsi le soleil est dangereux à rega... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

Une écologie politique dogmatique abuse les Français en voulant leur faire croire qu’ils pourront vivre de vent et de soleil. Mais sa volonté impérieuse d’imposer rapidement des règles contraignantes et de formater la pensée pour atteindre le nirvana écologique se heurte aux réalités physiques, économiques et humaines.

Un nouvel obscurantisme vert

Une nouvelle forme pernicieuse d'obscurantisme vert s’insinue dans les esprits au nom d'une valeur supérieure qui serait la Nature ou Gaïa.

Dans ce monde idéalis... Poursuivre la lecture

Par Armand Paquereau.

Après le gel du printemps et les pluies diluviennes de l’été qui ont retardé, compliqué voire ruiné les récoltes de céréales et le mildiou qui a sévi dans les vignobles et les cultures de pommes de terre, la tavelure dans les vergers, il a bien compris que les agriculteurs avaient besoin que l’on s’occupe de leur moral.

Il a annoncé une enveloppe de 600 millions d’euros par an pour indemniser les agriculteurs victimes de catastrophes climatiques et les aider à s’assurer contre les risques moyens. Ces fonds... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles