Quand le grand public se trompe

Les estimations faites par le grand public sur l’immigration et d’autres sujets sont largement fausses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Foule CC Flickr Damien Roué

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand le grand public se trompe

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 novembre 2014
- A +

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume-Uni

Foule CC Flickr Damien Roué

Un texte intéressant dans le Mail met l’accent sur un sondage Ipsos Mori, qui compare les perceptions du public avec la réalité. Et sur chacune des questions à haut profil, allant des grossesses chez les adolescents, à l’emploi et à l’immigration, le sondage montre que la perception du public est éloignée de la réalité.

Les détails se trouvent sur le site du sondage, et ce sujet a aussi été traité par The Independent, qui présente les Britanniques comme « ignorants » sur « presque tout ». Deux comparaisons ressortent nettement : la proportion d’immigrants est estimée par le public à 24%, alors que la réalité est de 13%, et la proportion de musulmans est estimée par le public à 21%, alors que le chiffre réel est de 5%.

Ce qui est intéressant, c’est que ça ne s’applique pas qu’aux Britanniques. Comme le dit diplomatiquement Ipsos Mori, le reste du monde a tout aussi tort. Pour l’ensemble des 14 pays sondés, le public pensait que l’immigration était plus de deux fois son niveau réel. L’estimation moyenne était que 24% de la population était née à l’étranger, alors que le chiffre réel est de 11%.

Ce chiffre global inclut des surestimations massives. Le public américain pense que 32% de la population est composée d’immigrants, alors que la réalité est de 13%. En Italie, le public pense que 30% des gens sont des immigrants, alors qu’en fait c’est 7%. En Belgique le public pense que c’est 29%, alors que c’est 10%.

Ce qui n’a pas été discuté jusqu’ici, ce sont les conséquences politiques de cette étude. Il serait intéressant, par exemple, de faire le même sondage auprès des députés, et ensuite de comparer les différences. Il est possible qu’il y ait un écart significatif dans les perceptions relatives, ce qui pourrait éclairer l’accusation selon laquelle les politiciens sont « déconnectés ».

En effet, si les perceptions sont différentes de façon marquée, et que les représentants du peuple sont plus proches de la réalité que leurs électeurs, cela signifierait que l’antagonisme contre la classe politique est alimentée par l’ignorance. Dans ce scénario, plus l’ignorance serait grande et plus l’antagonisme en question serait aigu, ce qui pourrait expliquer le comportement « criard et râleur » des supporteurs du UKIP (ou « kiptoïdes », comme certains suggèrent qu’on devrait les appeler).

Quand on écrit l’histoire, l’une des plus grandes difficultés pour évaluer les réactions des personnages clés n’est pas tant d’essayer de découvrir ce qu’ils savaient que de comprendre ce qu’ils ne savaient pas. Peut-être avons-nous à faire ici au même phénomène : les députés et autres auraient largement sous-estimé l’ignorance – et donc la distorsion de la perception – du public britannique. Après tout, s’ils ne sont pas au courant que le public voit un problème comme deux fois plus gros qu’il ne l’est réellement, alors leurs réponses seront perçues comme inadéquates.

Cependant, de ceci découle un intéressant dilemme. Les personnes qui élaborent les politiques devraient-elles chercher à éduquer les électeurs, et donc à corriger leurs perceptions, ou à répondre à leurs perceptions, même si elles sont fausses ? Et si elles ne choisissent pas la deuxième option, comment éviter l’accusation selon laquelle elles ignorent l’opinion publique ?


Sur le web. Traduction Contrepoints.

Voir les commentaires (67)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (67)
  • Le public se trompe ?, sans blague, quand je prenais le RER depuis le neuf-trois pour aller a Paris, ma vue ne me trompais pas.

    • Mais votre cerveau a peut-être oublié que le RER n’est qu’une partie du neuf-trois et le neuf-trois qu’une partie du pays. Ce que l’article oublie toutefois, c’est que le pourcentage a beaucoup moins d’importance que le « coefficient d’influence » sur la vie quotidienne.

      • Il faudrait un recensement à l’américaine qui prenne en aucun la race et origines ethniques, c’est le meilleur moyen d’éviter les mensonges, d’un camp comme dans l’autre.
        Perso quand je suis dans ma fac la majorité est très clairement blanche, à la campagne de mes parents il n’y a que ça, mais quand je vais à la CAF par contre les blancs sont minoritaires donc j’ai du mal à percevoir la vérité..En essayant d’être objectif je pense que les non blancs représentent de 15 à 20% de la population.

      • Oui, bien sûr.

        Et ceux qui prenaient le RER mettons… en 1980. En 1990. Et en 2000. Et qui par malchance, le prennent toujours en 2014… Quid de leur vue… dans le temps ? Hallucinations ?

        Ce genre d’articles, et les réactions qui vont avec, n’appellent qu’une seule réponse : un grand éclat de rire.

        Je me souviens. JM Lepen était l’invité de Hard Talk, un talkshow sur BBC World. Le journaliste, agressif c’est le format de l’émission, assène au patron du Front national : « l’immigration n’augmente pas. C’est un fait ».

        Lepen le regarde, éclate de rire. Et lui dit : « mon bon monsieur, prenez le métro ».

        Voilà le juge de paix. Alors on peut couper les cheveux en 18, ergoter, dire que le RER B ne traverse qu’une partie du 9-3. Et que le 9-3 n’est qu’une partie de la Fraaaaaaaonce.

        La vérité est que sur 30 ans… le changement (de population), doublé d’une hausse de la population, est absolument INOUI.

        Autre fait : regardez vos vieilles photos de classe… de collège ou de lycée. Oui oui. Fin années 70, début 80.
        En comparez avec les écoles aujourd’hui.

        Ah ? Ca pique ?

        Pourtant les écoles ne sont qu’une petite partie de la population. Non ? Si ?
        😉

        • C’est évident. Il n’y a qu’un petit groupe aveugle, vivant à l’écart des populations allogènes, qui se fient aux chiffres officiels. En 1939, ils affirmaient que l’Allemagne ne présentait aucun danger. Ils sont avant tout dans le déni.
          On pourrait évaluer précisément ce qu’est l’immigration au regard de la criminalité. Sur un échantillon, on observe que le crime augmente avec l’augmentation de la présence allogène d’origine africaine. C’est un fait indiscuté. De là, on pourrait savoir ce qu’est la réalité de l’immigration, grâce à une simple règle de 3. Je pose de ce pas la question à Laurent Obertone.

      • L’immigration, c’est beaucoup plus que ces chiffres bidons des Etats.
        Je commente: WRONG ! « la réalité est de 13% » C’est faux. Vous vous basez, étant dans le système, sur les chiffres du système. Mais les chiffres officielles ont inexacts et ne prennent pas en compte l’ensemble des phénomènes, loin s’en faut. Il en va comme de la criminalité dont Obertone a démontré, en relevant chaque fait divers l’un après l’autre, qu’elle était 50 fois ce qu’en disent les chiffres officiels.
        La réalité est tout autre. Le nombre des demandes des consulats français du Maghreb cumulés atteint 10 fois le nombre des entrées officielles pour ces pays. Parce que l’Etat a décidé que les entrées n’étaient pas comptabilisées à la frontière, qui est d’ailleurs poreuse. Rien que cela devrait vous mettre la puce à l’oreille.

      • Rien que la région parisienne c’est 20% de la population française, puis après on ajoute Marseille + Lyon … et on arrive a ce que les gens pensent.

    • Le 9-3 est quand même le lieu où il y a la plus forte population étrangère, représentant 49% de la population, et ça parle juste de ceux ayant une nationalité étrangère pas ceux ayant juste la nationalité FR ou nés en France, donc le 9-3 est probablement non-blanc à 65-70%.
      Mais voilà, c’est le 9-3, ça représente pas la France en général, loin de là donc l’article n’a pas tort.

      • Et qui est responsable de cette concentration (gethoisation ? )

        • La proximité de l’aéroport explique en partie la concentration dans ce département. Le phénomène se retrouve à l’identique à proximité des points d’arrivée des migrants dans tous les pays du monde, les zones portuaires par exemple. Le transport coûte cher et les migrants ont rarement les moyens de s’offrir ce luxe, surtout s’ils ont dépensé leur maigre fortune dans le trajet les amenant à leur destination. Il n’y a pas lieu de désigner des responsables imaginaires à une concentration parfaitement naturelle.

      • Vous êtes têtu.

        Vous êtes allés en « province » ? Strasbourg ? Tout le sud… Même l’Auvergne… On voit des gens aujourd’hui qui n’étaient PAS LA il y a 30 ans.

        C’est tout. C’est pourtant simple à comprendre, non ?

        Et ce n’est absolument pas réservé à l’IDF.

        • Je sais que la logique n’a rien à voir avec la politique, et qu’une croyance ne se défait pas par une simple argumentation. Tout de même, relisez-vous, et essayez de comprendre en quoi ce que vous avez écrit est totalement hors sujet :
          « On voit des gens qui n’était pas là il y a 30 ans » : l’article ne prétend pas qu’il n’y a pas d’immigration, mais seulement que le grand public (dont vous) pense que cette immigration est beaucoup plus importante qu’elle ne l’est. Voilà où est l’erreur, et elle est donc de votre côté.

          Ensuite, quand vous dites que l’on « voit » : quand on est obsédé par quelque chose on ne voit que ça. Par exemple, quand j’ai faim, j’ai l’impression que tout le monde mange dans la rue. Quand on se sent mal et que l’on reproche aux « étrangers » d’être la cause de son mal-être, on se met à voir des « étrangers » partout, alors qu’en fait on est juste une chiffe molle qui ne s’assume pas.

          Je vous plains car je connais votre malheur : exactement le même que le mien quand j’ai faim. Mais la bonne nouvelle c’est que ça se soigne par un travail sur soi (pas besoin d’attendre d’improbables mesures politiques qui ne viendront jamais…).

          • « l’article ne prétend pas qu’il n’y a pas d’immigration » : ce n’est pas le sujet. L’article (et le sondage auquel il se réfère) confond immigration et étrangers présents sur le territoire. En ce sens, il met de l’huile sur le feu car pour de nombreux habitants d’un pays, l’immigration est un point de vue émotionnel et non un fait statistique. Ce n’est pas parce qu’un gars a obtenu légalement la nationalité que les autres membres de la collectivité le considèrent comme un national. Autrement dit, la nationalité ne se définit pas par la loi, mais par la fusion dans la culture d’accueil, par le respect de la tradition et par le fait d’être accepté dans le groupe d’accueil. S’il y a discordance entre la loi et le ressenti des individus, on ouvre la porte au conflit civil larvé ou ouvert. C’est bien pourquoi l’Etat qui impose le droit du sol est profondément incompétent pour organiser pacifiquement l’immigration, contrairement au marché libre. L’immigration devient un problème à cause de l’excès d’espaces publics, qu’ils soient physiques ou juridiques, économiques ou sociaux. Les immigrés ne sont pas en cause. Comme les autres, ils sont les victimes de l’Etat obèse.

    • Moi je vis a la campagne, donc la France est seulement constitué de campagnards ? Si je suis votre raisonnement, alors pour moi l’immigration en France est proche de 0% ….

      Et je connais très bien le RER et la banlieu, pour avoir pris le RER D pendant 20 ans de ma vie et oui c’est très coloré… si je remplacais toutes les personnes noires de votre RER par des immigrés italiens, espagnols, suisse, roumains, serbes, bulgares,… ca vous irait mieux car vous ne verriez pas la différence avec vous ! Donc c’est juste la couleur qui vous dérange ? Bref… l’immigration, c’est comme les juifs pour certains, les musulmans pour d’autres, les patrons pour l’ext gauche, … une bonne raison de justifier son incapacité à devenir, tout en rejettant la faute de ses échecs sur un autre, ce qui est commode pour éviter de se remettre en question.

      • On peut toujours faire semblant de ne pas voir la différence entre une immigration intra européenne et une immigration africaine, particulièrement de culture musulmane, mais le résultat sur l’évolution de la société n’est certainement pas le même.

        • Oui d’ailleurs, sans vous connaitre, je pense que vous portez une haute estime des Roms (blancs et non musulmans) des gitans (blancs et non musulman), des tziganes (blanc et non musulman)… Mais aussi des serbes, des croates, des roumains, des bosniacs, des bulgares,… Et hier du polonais… Majoritairement blanc, europeens et pas musulman.

          En effet on peut toujours nier qu’on est un mouton qui écoute bien les modes télé et dire que le problème en France ce sont les noirs et les arabes… Et en ce moment précisément les musulmans. Bref une mode… Ça a été les juifs, ensuite les arabes, les noirs, ont suivi les asiatiques, les roms encore un peu aujourd’hui, mais la grande mode ce sont les musulmans… Bref rien de nouveau sous le soleil.

  • § Les opinions publiques n’étant pas issues, ni de la génération spontanée ni de l’opération du saint esprit mais construites par la sphère journalistico-politique, le différentiel réalité/perception par le public est très probablement le fruit de manipulations et c’est cette manipulation que mesure cet écart.

  • Bonjour
    « Les personnes qui élaborent les politiques devraient-elles chercher à éduquer les électeurs »
    Tout est dit…
    Très loin du libéralisme.

    • Depuis quand être contre le principe même d’éducation est-il une exigence pour être « proche du libéralisme » ?

      • Hiummm…
        « Depuis quand être contre le principe même d’éducation est-il une exigence pour être « proche du libéralisme » ? »
        Je n’ai jamais dit cela.

  • MODÉRATION CONTREPOINTS >>
    Messages supprimé. Propos xénophobes.

  • quand on voit la queue qu’il y a à la caf de st denis , mes yeux non plus ne me trompe pas…..

    • Par contre quand je fais la queue chez Aston Martin ou Bentley ou bien … tout simplement a Carrefour ou Monoprix (ce qui est un peu plus représentatif de la France que Bentley, Aston Martin ou bien… la CAF et RER) ba la je vois la diversité avec une majorité blanche… bref.
      Roh le méchant immigré, d’ailleurs vous voulez peut-etre que je vous cite les pays qui connaissent le moins d’immigration, comme çà vous aurez des modeles de reussites… donc Iran, Cote d’Ivoire, Pakistan,… (source INED) sont les pays qui ont choisis d’accueillir le moins d’immigrés possible. Je vous réserve un billet d’avion ?

    • Moi, quand je vais au Bon Bol, mes zyeux ne me trompent pas en me disant qu’on est en plein périiiil jauuuune…
      Le plan Maoshan, probablement…

  • Lorsque l’on parle d’immigrants, quelles sont les personnes ainsi définies ? Ceux n’ayant pas la nationalité du pays exclusivement ? Si oui, il est évident que la perception ne correspondra pas aux faits.

  • Et voilà !
    Si pour certains la définition de « immigrés » = « non-blancs » alors il ne faut pas s’étonner.
    L’ignorance de départ repose sur le sens même des mots. Immigré veut dire né dans un autre pays que le pays où l’on vit.
    Ainsi bien des « Arabes » ou « Noirs » ne sont pas des immigrés car nés en France. Inversement un Polonais « blanc » sera un immigré.
    Et ne parlons pas de ceux qui assimilent immigrés et étrangers : on peut être immigré et Français (si on a été naturalisé) ; étranger et né en France.

    • Je ne confonds pas immigré et non-blanc, je suis parfaitement conscient de ça, merci de ne pas m’insulter car c’est clairement à moi que vous faites référence.
      Si je dis blanc c’est parce que, soyons honnêtes, ce qui dérange les électeurs FN ne sont pas les immigrés ou étrangers d’Espagne, Italie ou Allemagne mais ceux n’étant pas blancs ou à la peau foncée.

      • N’étant pas moi-même électeur FN, je me garderais bien de faire trop de suppositions sur ce qui les dérange. Personnellement, ce qui me dérange ce sont ceux qui touchent les subventions que j’estime injustifiées et que je dois néanmoins financer, et je préférerais qu’ils affichent au moins leurs remerciements plutôt que l’appartenance à une race, religion ou nationalité.

        • Ceux que je connais me le disent en tout cas, ils s’en cachent à peine, mais bon chacun son avis et je respecte le leur malgré tout.
          Après on peut pas dire que les étrangers soient très reconnaissants, on l’est rarement quand c’est pas gagné à la sueur du front.

  • C’est le terme « éduquer », en parlant des électeurs, qui est choquant. Ce n’est pas un reproche vis-à-vis de l’auteur, qui a peut-être même utilisé ce terme en toute conscience, tant cette notion d’éducation prend la place de celle d’information.
    N’y a t-il pas des statistiques qui ne peuvent pas être publiée (ce qui ne signifie pas qu’elle ne soient pas disponibles). Alors oui si on bloque l’information, on peut le remplacer par de l’éducation. Et plutôt que des faits on expose des concepts. Le but de cette éducation est de préparer le terrain de la communication. Encore une couche qui se superpose à l’information.

  • Une intéressante analyse de Michèle Tribalat sur le sujet

    « http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/10/31/31003-20141031ARTFIG00311-surestimation-du-nombre-de-musulmans-en-france-le-decryptage-de-michele-tribalat.php »

  • Tout est là:

    « le public pensait que l’immigration était plus de deux fois son niveau réel. L’estimation moyenne était que 24% de la population était née à l’étranger, alors que le chiffre réel est de 11%. »

    Née à l’étranger …

    En prenant ce critère là, on pourrait finir après 1 siècle avec 0% d’immigrants mais 0% de blancs aussi.

    Bref, à tord ou à raison, dans la tête des autochtones, étranger=non blanc. Je dis à tord ou à raison car c’est ni vrai ni faux:
    Une partie des français nées de parents étrangers sont parfaitement intégrés (mais restent des étrangers pour les bas du front) mais une autre partie n’est française que de papiers et restent des étrangers qu’on soit bas du front ou non.

  • WRONG !  » la réalité est de 13% » C’est faux. Vous vous basez, étant dans le système, sur les chiffres du système. Mais les chiffres officielles ont inexacts et ne prennent pas en compte l’ensemble des phénomènes, loin s’en faut. Il en va comme de la criminalité dont Obertone a démontré, en relevant chaque fait divers l’un après l’autre, qu’elle était 50 fois ce qu’en disent les chiffres officiels.
    La réalité est tout autre. Le nombre des demandes des consulats français du Maghreb cumulés atteint 10 fois le nombre des entrées officielles pour ces pays. Parce que l’Etat a décidé que les entrées n’étaient pas comptabilisées à la frontière, qui est d’ailleurs poreuse. Rien que cela devrait vous mettre la puce à l’oreille.

    • Contrepoints est dans quel système ? Éclairez nous, ça va être intéressant.

      N’hésitez pas à donner des sources, aussi, sur vos chiffres.

      • Certains auteurs de CP sont plus proche idéologiquement des socialo-communiste, (les libéraux bisounours) qui refusent de regarder les yeux ouvert, les faits sont la.

          • En idéologie, on est tous égaux, tout le monde il est gentil, tout le monde est beau, ce qui est faux. (je ne parle pas de bizness-commerce).

            Le contrôle des frontières est nécessaire, pour éviter l’effondrement d’une économie libérale qui recolorerais toute la misère du monde : exemple concret, exemple vrai et pas théologique : les chinois peuvent venir a Hong kong, qu’avec un visa et un maximum de 7 jours consécutif ! Que se passerait’il si les 1 milliards de chinois venaient a Hong kong, profiter des services sociaux, des écoles, et autres services payes par les hongkongais ? (d’ailleurs on s’appercoit durant les 2 semaines de vacances qu’on les chinois, hong kong devient sale).

            • « Que se passerait’il si les 1 milliards de chinois venaient a Hong kong »
              Un sacré bouchon routier.

              Il me semble que lesdits services sociaux sont réservés aux résidents, mais je me trompe peut-être.

              • Malheureusement non, ils y a des services pour tout le monde.

                Hong kong a du, par exemple contingenter le nombre de femmes chinoises enceintes qui passe la frontière pour accoucher a Hong kong, celle-ci prenant les lits des hôpitaux pour les hongkongaises.

                Hong kong a du aussi limiter l’achat de lait en poudre pour bébé a 2 boites de 900 gr par personne, les chinois venant acheter le lait en masse a hongkong, (50 000 euros d’amende pour ceux qui enfreignent la loi) les hongkongais ne trouvant plus de lait pour leur bébé.

                • Le problème serait donc bien les services sociaux eux-mêmes.

                  • Non, quand une femme enceinte vient accoucher a HK, et repart en chine sans payer la facture de l’hôpital hongkongais.

                    Quand les chinois mangent dans le métro hongkongais alors que c’est interdit.
                    Quand les chinois crachent parterre et font pisser leurs gosses dans la rue. (y’a des toilettes partout a hk).
                    Quand les chinois resquillent, alors que tu fait la queue.
                    Quand les chinois parlent très très fort.

                    Ceci n’est pas une invention, puisque tout ce que je viens de dire figure sur le dépliant que les autorités chinoise ont établis pour les chinois qui font du tourisme.

                    Conclusion: quand les immigrants ont un niveau d’éducation faible, des coutumes locales barbares, ça choque les habitants. (il n’y a pas de problèmes avec les blancs qui viennent a HK, aucuns ne pissent dans la rue, aucuns ne mangent dans le métro, aucuns ne jettent de papier parterre….).

                    Ceci est se qui se passe en vrai, et pas la théologie libérale bisounours.

  • En France, les chiffres de l’INSEE sont constamment trafiqués pour sous-estimer la réalité de l’immigration (voir Michèle Tribalat) sans parler des manipulations avec les catégories « étrangers », « immigrés » etc…

  • Qu’est-ce qu’un immigrant? Un étranger? Un naturalisé récent? Un français qui traite les autres français de « sale français »?

    Qu’est-ce qu’un musulman? Quelqu’un qui respecte les « piliers », ou quelque d’origine culture islamique?

    Qui se trompe? Ceux qui sont dans la réalité, ou les sociopipologues édulcorés?

  • C’est « islamique » qui est modéré?

  • Il faudrait qu’on m’explique comment la population française est passée de 50 millions à 65 millions alors que la natalité est en-dessous de seuil de renouvellement générationnel depuis les années 70.

    Mais à part ça le « grand remplacement » est un fantasme.

  • Richard North a parfaitement Tort et Raison !
    Pour ce qui concerne la France, ce débat a été lancé par le livre de Zemmour ; sur une population de 66 M hab., il y aurait 12 M d’allogènes alors que les « experts » en dénombrent 5 M.
    Si l’on estime les porteurs de carte nationale, on pourrait en effet en dénombrer 5 M, clandestins exclus !
    Si l’on considère les différents « français d’origine allogène », les chiffres pourraient être plus proches de 12 M !
    Je propose une comptabilité différente :
    En 1945 la population française (étrangers inclus) est de 45 M.
    Depuis elle s’est enrichie des rapatriés, du baby boom;
    et elle a vieilli. Si on prend comme estimation que les « français de souche » sont passés d’une EVM (espérance de vie moyenne) de 70 ans à une EVM de 80 ans, la population autochtone se serait accrue de 14 % ce qui avec l’arrivée des populations « rapatriées » et du baby boom, on pourrait aboutir à une population autochtone de (45 + 2) * 1.14 = 54 M.
    Ajoutez les 12 M d’allogènes et vous aboutissez aux 66 M

    • 12 millions d’allogènes comme vous dites semble correspondre à la réalité, soit presque 20% de la population.Avec la génération baby-boom qui va dépérir en masse sur les 20 prochaines années et la relative jeunesse de ces allogènes ce pourcentage va probablement croître très vite, je dirais 33% en 2035, soit le niveau des non-blancs aux USA en 2010.

    • @ sweping, manifestement la poursuite de l’immigration et la jeunesse de la population allogène (dans le 93, ils sont déjà 33%) va en effet accroitre le sentiment d’invasion dans certains territoires.
      Mais la question centrale reste l’opposition entre la croyance des élites (protégées par leur « résidence hors contact’) à une intégration molle opposée et la conviction de Renaud Camus du Peuple de remplacement.
      En toute hypothèse, entre les schémas extrêmes, je ne doute pas d’un futur difficile !

      • De fait, tout le problème des études menées vient aussi de la perception de son milieu propre. Les études prises en compte ici ne sont que quantitatives alors qu’elles devraient être aussi qualitatives. Dans les quartiers « safe » d’où viennent récurremment les observateurs, il n’y a pas d’étrangers, ou des étrangers « assimilés ». A Neuilly-sur-Seine, par exemple, il y une population immigrée, celle des personnels ambassades…

        Ramenés à la situation globale, les chiffres de Richard North sont certainement valides. Ramenés à la situation locale, ils ne le sont plus. La perception peut être totalement inversée et la sensation d’envahissement, réelle, à cause de la la concentration locale d’immigrés ; surtout dans les ghettos où s’accumulent les nouveaux venus pour refaire des petites sociétés homogènes « comme au pays ». Les seuils de tolérance peuvent donc alors être très vite dépassés. On estime à la louche en général (les démographes, les sociologues…) que ce seuil de tolérance d’une population immigrée par une population autochtone est de 10%. Quand on voit les chiffres du 93 et du 13 où ce seuil est explosé, on comprend l’exaspération des populations d’origine qui de plus en plus on le sentiment de n’être plus chez eux jusqu’à envisager « d’émigrer » dans un autre département.

        La solution est peut-être dans une politique d’immigration obligeant l’éparpillement des populations sur tout le territoire. Est-ce possible compte tenu de budgets sociaux locaux déjà en faillite et d’entreprises qui n’ont pas la possibilité d’étancher un tel apport de main d’œuvre. La solution est certainement dans la maîtrise des flux migratoires aux apports de main-d’œuvre qualifiée et d’arrêter le regroupement familial catastrophique et l’AME, comme le préconise justement Giscard.

        • Et comme l’avait montré Michèle Tribalat (INED), l’interdiction en France des statistiques ethniques interdit à son tour de répondre aux questions et d’apporter des solutions. Tout le monde a donc tord, même les experts, puisque personne ne peut avoir accès à des données chiffrées sur ce sujet, interdites en France.

  • Sauf que l’on peut faire tout dire aux chiffres et aux statistiques. Il ne faut pas oublier le fameux droit du sol qui offre la nationalité française à tout jeune bébé né sur le territoire national. Si on ne prend que les arrondissement parisiens, la surprise est de constater une forte présence immigrée ou issue de l’immigration dans plus de la moitié des arrondissements. Force est de constater que la situation a fortement évoluée ces 40 dernières années, c’est le moins que l’on puisse constater. Quant à l’immigration, elle fut organisé, essentiellement pour tirer les salaires vers le bas. En France, il y a un problème sérieux : au lieu d’enrichir le pays, l’immigration appauvrit le pays. C’est un peu comme si un entreprise embauchait des salariés dont elle n’a pas besoin, généralement cela se termine mal pour l’entreprise…

    • « Quant à l’immigration, elle fut organisé, essentiellement pour tirer les salaires vers le bas. » Alors, c’est complètement idiot d’avoir continuellement augmenté le smic, non ?

  • j’ai lu recemment qu’a Londres il y a 40% d’habitants nes a l’etranger (dont moi), et 35% d’habitants se declarant de couleur de peau autre que blanche. Donc probablement plus de 50% des habitants qui ne sont pas des « anglais de souche ». Cependant l’integration est bien meilleure qu’en France.

  • Je pense que c’est plutôt les instituts de sondages qui se trompent dans l’intitulé de la question. Ils demandent immigrés, alors que dans l’imaginaire collectif, c’est interprété comme « pas français de souche », nuance essentielle. Cela inclus aussi bien les français convertis, que les immigrés 2e, 3e, ou 4e générations qui n’ont toujours pas voulu s’intégrer. Alors, certes ils ne font pas parti des immigrés, mais ils en ont la langue, la culture, les codes sociaux et culturels. Au final, ils ne sont pas plus français que les immigrés tout frais débarqués en droite ligne.

  • Ainsi donc notre jugement est influencé par le ressenti ? Déjà, on ne peut ressentir que ce qui existe, même si on ne le voit pas.
    Dans ce cas, on le voit encore plus qu’on ne le ressent!
    Ce que je ressent le plus dans cet article , c’est un fort foutage de gueule!
    S’il ne suffit pas de naître en France pour être Français! Il faut accepter le mode de vie des Français!

    Ce que les immigrants apporte de positif à un pays, c’est ce que le pays adoptera de plein gré de l’immigrant.

    Ce que les immigrants impose au pays, ça un autre nom: la colonisation!

  • En politique la réalité importe moins que la perception du public. Si le public est persuadé que la terre est plate il sera très difficile aux dirigeants de soutenir le contraire. A moins de basculer dans le totalitarisme… Ou d’avoir beaucoup de courage.

    L’éducation est nécessaire, mais cela prend énormément de temps.

  • Je lis les commentaires en réaction à cet article et…

    C’est incroyable de voir à quel point le « grand public » non seulement se trompe, mais surtout s’acharne à persister dans son erreur.

    On a beau dire et prouver : les chiffres que vous imaginez sont exagérément loin de la réalité, hé bien non, tout le monde insiste pour dire « mais siiiii, je vois bien que…. ». Vous êtes tous sociologues ? Vous avez tous mené de minutieuses enquêtes de terrain ? Ou vous êtes juste des idiots, des gens un peu simplets, persuadés de détenir la vérité ?

    En y pensant, c’est exactement le même processus psychologique à l’oeuvre pour le réchauffement climatique : les gens, se basant sur leur petite expérience personnelle pas du tout représentative, en infère malgré tout de grandes généralités : « mais siiiii, cet été il fait plus chaud… » ooooook les gars, continuez à dire n’importe quoi ! Je ne savais pas qu’il y avait autant de rigolos parmi les lecteurs de Contrepoints.

  • Je me sens plus proche de cette analyse en y ajoutant une réalité ; l’immigration massive a une autre conséquence : un maximum de monde au SMIC ! Force est de constater que l’immigration a des conséquences réelles sur les revenus

    G. DUSSAUSAYE (FNJ) « LE « GRAND REMPLACEMENT » RELÈVE DAVANTAGE D’UN FANTASME RACIALISTE QUE D’UNE RÉALITÉ. »

    http://www.delitdimages.org/g-dussausaye-fnj-grand-remplacement-releve-davantage-dun-fantasme-racialiste-dune-realite/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Parmi les problématiques les plus prégnantes de nos démocraties figure indéniablement la décrédibilisation de la parole publique, qui contribue - à son échelle - à la dégradation du respect par certains de l’autorité publique et plus largement aux respects des figures d’autorité. Ce ne sont pas les réseaux sociaux, pas plus qu’Internet, qui en sont les responsables. Il ne s’agit pas de faire de faux procès à des outils qui ne sont ni coupables ni responsables du dévoiement dont ils font l’objet.

Si un procès devait être fait, il cibler... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Il y a les mandats de proximité, souvent populaires, comme celui de maire ; les mandats moins bien identifiés par le public (conseiller général ou conseiller régional) ; et les mandats nationaux (députés, sénateurs, parlementaires européens), souvent perçus comme lointains et ne comptant pas forcément parmi les plus appréciés, du fait du gouffre institutionnel et financier qui se creuse entre la France d’en bas et la France d’en haut.

La France compte la plus importante concentration d’élus de la planète

Une pléthore d’élus

Député... Poursuivre la lecture

Vous avez probablement suivi le dossier Orpéa suite la parution du livre Les Fossoyeurs de Victor Castanet et le fracas médiatique qui se poursuit avec la récente mise en cause de son concurrent Korian, leader en France des EHPAD privés[1. Maltraitance dans les Ehpad : l’avocate Sarah Saldmann va lancer une action collective en avril contre le groupe Korian (France Info, 7 février 2022)]. La maltraitance des personnes âgées en établissement est un sujet connu de beaucoup de Français pour des raisons familiales, mais bizarrement peu débattu ju... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles