Charges sociales sur les dividendes : halte au racket des entrepreneurs !

Une nouvelle fois, un coup rude est porté à l’esprit d’entreprise en pénalisant l’effort et la prise de risque que le versement de dividendes vient récompenser.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
racket cambriolage credits stavos (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Charges sociales sur les dividendes : halte au racket des entrepreneurs !

Publié le 31 octobre 2014
- A +

Une tribune d’Aurélien Véron, président du PLD.

racket cambriolage credits stavos (licence creative commons)

Le gouvernement ne cesse d’annoncer son amour de l’entreprise. Mais en coulisse, la majorité poursuit son travail de démolition de l’entrepreneuriat français. Un amendement au PLFSS 2015 (Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale) prévoit d’assujettir dorénavant aux charges sociales les dividendes versés aux dirigeants de SAS ou de SA conservant plus de 50% du capital de leur entreprise. Une nouvelle fois, un coup rude est porté à l’esprit d’entreprise en pénalisant l’effort et la prise de risque que le versement de dividendes vient récompenser.

Si le texte est appliqué en l’état, les dividendes seront soumis à un prélèvement de l’ordre de 60%, qui s’ajoutera à l’impôt sur les sociétés actuel de l’ordre de 33% sur les résultats des entreprises. Il sonne le glas des fleurons français, start-up et entreprises familiales, dont les dirigeants peuvent récompenser leur prise de risque par les dividendes en cas de succès. Le message est clair, il vaut mieux investir dans les œuvres d’art exonérées d’ISF et d’impôt sur les plus-values que dans les entreprises créatrices de valeur et d’emplois.

Le PLD dénonce depuis des années cette fiscalité confiscatoire du capital productif qui punit les entreprises en croissance. Alors que les entrepreneurs restent à la merci de changements de réglementations à l’origine de faillites qui dilapident des années d’investissements. Elle explique la sous-capitalisation de nos PME et la fuite des entrepreneurs vers des cieux où les capitaux abondent. Nous exigeons le retrait immédiat de cet amendement qui pénalisera lourdement l’investissement et l’emploi.


Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • franchement , je ne comprend pas les socialistes ; ils sont devenus fous ou quoi ? ha , il est vrai que le salaires des collaborateurs des ces méssieurs dames a augmenté de 7% en 2014 ; il faut bien prendre l’argent quelque part pour engraisser les gens de ce parti dont la nocivité est maintenant évidente ;

    • Vous ne comprenez pas ? Avec Bruxelles comme avec les Français, nos gouvernants viennent d’avoir la preuve que l’arrogance paie. Il y avait bien eu quelques doutes avec Cahuzac et Morelle, mais ça y est, Thévenoud, le déficit en augmentation, les hausses d’impôts et de règlements, ils ont compris que l’erreur avait été d’hésiter et de se montrer repentants. On ne meurt pas de baisser dans les sondages, et le peuple est bien asservi. Tant qu’il ne prendra pas les armes…

    • Je comprends surtout, c’est que la majorité des socialistes ne comprend strictement à l’économie de marché et ses ressorts.
      Coïncidence, ma député(e) se gargarise dans la presse locale de participer à la commission pour la simplification. Pourtant, elle a voté sans état d’âme, toutes les dispositions futures sur les comptes pénibilité, les lois Hamon sur la transmission des entreprises, les lois ALUR, et j’en passe.
      Ce sont des pompiers pyromanes.
      Honnêtement, je fatigue.

      • Ce sont des pompiers pyromanes

        Exactement : ils font le contraire de ce qu’ils prônent.

        Des mots assemblés pour donner une phrase destinée à enfumer.

        Il faut combattre cela.

  • « Nous exigeons le retrait immédiat de cet amendement » : nous exigeons le retrait immédiat de ses rédacteurs.

    • Que ca ? C’est l’interdiction du socialisme et du vol comme principe de gouvernement qu’il faut exiger.

      Faut pas trop en demander aux libéraux qui ont embrassé le socialisme de l’UDI.

      • Salut Theo, le PLD est indépendant depuis qu’il a quitté l’UDI il y a un an environ. Une experience enrichissante, mais de courte durée.

  • Allez sur l’édito de h16 et cliquez sur le diagramme en bas de l’article.
    Tous les pays européens apparaîtront, et vous verrez alors l’étendu du bouzin ❗
    Instructif ❗

    Vous comprendrez l’importance du tas de fumier sur lequel vous vous promenez ❗

    COCORICOn :mrgreen:

  • Et ou etiez-vous quand les dirigeants de SARL ont ete taxes sur leurs dividendes (janvier 2013)?

    • oui en effet 2 poids 2 mesures!
      je me demande bien comment lutter, je regrette presque d’avoir créé en France et je cherche activement comment basculer à l’étranger…dommage j’aurai aimé réussir dans mon pays!

    • C’est clair on a pas vu grand monde se bouger quand on s’est pris cette taxation des dividendes pour les SARL. Bref vous vous foutez bien de nous, on entend les grands patrons gueuler dès qu’on parle de SA et SAS et dans ce cas le medef se bouge mais quand il s’agit des PME plus personne … pathétique

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les contribuables, qui sont résidents fiscaux de France et qui font l’objet d’une imposition relativement élevée à l’impôt sur le revenu, recourent le plus souvent à des astuces bien connues de défiscalisation, tels que l’emploi d’un salarié à domicile ou encore l’investissement dans les PME.

Bien que permettant de réaliser d’appréciables économies d’impôt sur le revenu, ces niches fiscales sont plafonnées à 10 000 euros par an (18 000 euros dans certains cas).

Ce plafond peut vite être atteint lorsque le contribuable bénéficie ... Poursuivre la lecture

Depuis des années, l’économie française est dans une situation très difficile : tous les indicateurs sont  au rouge et le pays recourt chaque année à la dette pour faire tourner la machine économique. Il semblerait bien que nos gouvernants ne sachent pas comment s'y prendre pour redresser la situation. Curieusement, ce problème n’a pas été abordé par les candidats lors de la dernière campagne présidentielle.

Et voilà qu’à présent, nous entrons dans une période très trouble du fait des bouleversements amenés par la guerre en Ukraine : l... Poursuivre la lecture

Rien n’est plus naturel que de souhaiter transmettre librement les biens que l’on possède. Si le droit de propriété n’est pas une fiction, ce principe de base est essentiel. En général, la transmission se fait vers les enfants, mais toute liberté doit exister dans ce domaine. Il appartient à chaque individu de choisir ses légataires ou ses donataires.

L’impopularité des droits de succession et de donation dans tous les pays confirme ce principe, qui semble relever de ce que les anciens appelaient le droit naturel. Pourtant, certains Ét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles