Fermer les frontières pour combattre Ebola ?

Fermer les frontières pour lutter contre la propagation d’Ebola serait superflu et contre-productif.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ebola credits european commission DG (cc)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fermer les frontières pour combattre Ebola ?

Publié le 20 octobre 2014
- A +

Par Shikha Dalmia, depuis les États-Unis.

Ebola credits european commission DG (cc)

Avant même que Thomas Eric Duncan, hospitalisé à Dallas, ne meure d’Ebola mercredi et qu’une infirmière qui le soignait ne soit contaminée à son tour, les Républicains insistaient pour contraindre le gouvernement d’Obama à fermer les frontières pour les immigrants venant de pays touchés par la maladie. Ce ne serait pas une suggestion irraisonnée, si elle pouvait empêcher la propagation d’Ebola. Le problème, c’est que cela aurait l’effet contraire.

Le gouverneur républicain de Louisiane Bobby Jindal, qui se positionne clairement en vue des élections présidentielles de 2016, a sorti un dossier de presse précisant que l’interdiction « semble être une étape évidente pour protéger la santé publique aux États-Unis ». Donald Trump, qui menace de participer aux mêmes élections présidentielles, a tweeté que le président était « arrogant ou stupide » en refusant de la mettre en place.

Ensuite, il y a le maître du sous-entendu, Rush Limbaugh, qui prétend que l’administration refuse l’interdiction d’entrée sur le territoire surtout par volonté d’être « politiquement correcte » – comme si le pays aurait fermé ses frontières plus rapidement si le pays concerné avait été l’Angleterre, la Belgique, ou Hong Kong. La seule voix de la raison qui ose remettre en question cette nouvelle position des conservateurs est le gouverneur texan Rick Perry, ce qui nous donne une assez bonne idée de l’état du parti.

L’argument principal des défenseurs de l’idée est que sans cette interdiction, les Africains infectés envahiront les États-Unis à la recherche d’un traitement. Pourtant, les ambassades américaines n’offrent pas vraiment des visas à tout va dans les pays touchés ; et même si c’était le cas, la solution ne serait pas d’interdire les voyages, mais plutôt de renforcer les contrôles dans les aéroports et les évaluations médicales au moment de distribuer ces visas. L’interdiction est à la fois superflue et contre-productive.

Superflue parce qu’il y a déjà une interdiction privée mise en place, puisque les compagnies aériennes américaines ont cessé de voyager dans les pays touchés par Ebola il y a deux mois, afin de protéger leurs passagers et leur personnel de l’exposition à la maladie, et elles-mêmes de procès.

Et contre-productive pour un tas de raisons. Pour commencer, l’étude la plus fouillée sur les effets d’une telle interdiction de voyage a conclu que même si le monde entier réussissait à arrêter 80% des trajets aériens, cela ne retarderait la propagation internationale de la maladie que de quelques semaines. Mais cet objectif de 80% est déjà, lui-même, complètement irréaliste. Pourquoi ? Parce qu’il faudrait bien plus qu’une fermeture des frontières des trois pays au centre de l’épidémie : Liberia, Guinée et Sierra Leone. Il faudrait, par exemple, que les États-Unis refusent les vols provenant de pays qui n’ont pas eux-mêmes interdit les vols au départ des pays touchés. Dans le cas contraire, des personnes infectées pourraient simplement passer par un autre pays et prendre une correspondance, comme l’a fait Duncan qui avait une correspondance à Bruxelles avant de rentrer à Dallas.

Et s’il était possible d’empêcher les voyages à l’échelle mondiale ? Ce ne serait pas conseillé, parce que cela empêcherait de combattre correctement la propagation de la maladie à l’intérieur des pays les plus touchés, laissant finalement tout le monde dans un état plus vulnérable. La grande majorité de l’aide et des efforts de soutien sont organisés non pas par les États qui ont accès aux transports aériens gouvernementaux, mais par des organisations privées bénévoles comme la Croix-Rouge ou Médecins Sans Frontières, qui dépendent de longs-courriers commerciaux. Ces entités apportent du matériel et une expertise qui sont cruciaux pour gérer et soigner les malades sans propager eux-mêmes la maladie. S’ils ne peuvent pas répondre rapidement, à cause d’une interdiction de voyage, nous condamnons à mort un grand nombre de personnes.

Ceci ne ferait qu’aggraver leur peur, encourager leur désir de partir, et rendre le cadre politique instable, surtout si leurs gouvernements essaient de les en empêcher à cause de la pression internationale. Plusieurs pays africains ont déjà annoncé l’interdiction de leurs propres réseaux de transport internationaux, mais on peut difficilement imaginer qu’ils réussissent à les faire respecter sans des mesures draconiennes face à un exode massif, ce qui rend la maladie bien plus dure à confiner dans quelques régions.

Dans sa dystopie intitulée Le Camp des Saints, l’écrivain Jean Raspail présentait la France avec le dilemme suivant : face à une flotte d’Indiens lépreux cherchant un refuge sur les côtes, les Français devraient-ils abandonner leurs principes et fusiller les infectés, ou respecter leurs idéaux et accepter l’énorme risque que constitue leur entrée ?

Heureusement, dans le monde civilisé d’aujourd’hui, la survie de l’humanité ne repose pas sur l’assassinat d’autres individus comme Raspail le suggérait, mais sur le maintien de l’équilibre fragile entre les volontés altruistes de l’aide humanitaire et les désirs égoïstes de protection. Un État qui interdirait aux premières de s’exprimer étoufferait également les secondes. Les Républicains rendraient service à tout le monde en se taisant et en se concentrant plutôt sur les dépenses inconsidérées causées par l’intervention militaire du gouvernement. Quoi qu’en dise Raspail, céder à des mesures drastiques pour supprimer l’instinct d’entraide pourrait détruire les meilleurs mécanismes de gestion d’Ebola.


Article original titré « The Dumb Republican Calls for a Travel Ban to Fight Ebola », publié le 14.10.2014 par Reason.
Traduction : Lexan Sirac pour Contrepoints.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • « les désirs égoïstes de protection ». Bienvenue chez les socialistes.

  • bonjour ,bien désolé Madame S.Dalmia ,même si je ne suis nullement comme vous analyste politique ,mon analyse perso au raz des pâquerettes dit clairement : En lieu et place de vérifier l’état de santé des étrangers arrivants dans mon pays ; permettez que je trouve plus simple, moins risqué et aussi moins cher , de ne pas les laisser venir du tout !
    Ce, car quoiqu’il arrive ,et d’une façon ou l’autre ,le citoyen contribuable français que je suis va encore payer la note que logiquement votre analyse doit apercevoir d’assez loin , tellement ces temps derniers elle aura pris du poids .

  • « Les Républicains rendraient service à tout le monde en se taisant et en se concentrant plutôt sur les dépenses inconsidérées causées par l’intervention militaire du gouvernement. »

    Heureusement que c’est précisé « de gauche » dans son profil sinon on aurait pas deviné…

    Si on avait fait un cordon sanitaire dès le début de l’épidémie, le pb serait déjà réglé.

    Maintenant l’option d’envoi / rapatriation d’humanitaires sur les lieux fonctionne assez bien pour exporter l’épidémie vers les pays occidentaux. D’ailleurs je me demande qu’est ce qu’on pourrait faire de plus efficace pour être certain que l’épidémie soit mondiale.

  • Il fut une époque où on appelait ça « la mise en quarantaine ».
    De nos jours, cela équivaut à une insulte. L’intérêt général n’rst plus acceptable pour certains, du moins pour ceux qui sont bien à l’abri.
    Les hôtesses de l’air d’AF leur expliqueront qu’il est très facile de faire tomber la fièvre momentanément, le temps de passer les contrôles; quelques cachets d’aspirine le font très bien.
    Peut-être n’ont-elles pas eu le temps de le dire à Mr Fabius?

  • Le coup de pied de l’âne lancé en fin de texte à Jean Raspail est intellectuellement très malhonnête. Ce que décrit Raspail est précisément le résultat, et c’est très explicite dans le livre, d’une doxa qui se veut tiers-mondiste mais qui enfonce le tiers monde, et qui consiste à n’avoir pour réponse à la misère mondiale que le déménagement des miséreux.
    Moyennant quoi aucune solution en profondeur n’est cherchée sur place, quand les conditions ne s’y dégradent pas : on sait par exemple que pour Ebola, la situation d’encadrement sanitaire des pays concernés est moins bonne qu’il y a dix ans, et qu’en outre les populations, traversées par des propagandes anti-occidentales n’hésitant devant aucune excès complotiste, réagissent aujourd’hui négativement aux propositions de soins et de prophylaxie, surtout si elles viennent de médecins occidentaux. Il y a en la matière d’énormes responsabilités politiques, mais ce sont celles des gouvernants Africains, pas de ce pauvre gouverneur du Texas.
    Le caractère prophétique du livre de Raspail n’a pas fini de se vérifier, et il faut le lire en entier : il se finit non par « l’assassinat » des arrivants, mais bien par l’extermination, par le gouvernement des bien-pensants, de ceux qui voulaient garder la porte fermée.
    A propos de bien-pensance : dans le cas d’Ebola, quid du principe de précaution ? C’est étonnant comme il peut servir certains jours, et rester dans son tiroir certains autres…

  • Qu’une gauchiste américaine (ça sonne comme la double peine) se permette de citer Raspail, et en plus en faisant un énorme contre-sens… trop c’est trop.

    Le message de Raspail n’est absolument pas la lutte contre des indiens « infectés ».

    Pour le reste, ce genre de pensum n’a aucun intérêt. Si cette femme avait une once de culture, la vraie, elle saurait que la quarantaine est le seul moyen, ancestral de plus, pour lutter contre la propagation de maladies infectieuses.

    Elle peut répéter les mots valises orwéliens « superflu » et « contre-productif » autant de fois qu’elle le désire… cela ne modifiera en rien la réalité.

    Et la réalité est que la mise en quarantaine de ces pays est le seul moyen, efficace et peu coûteux, d’empêcher la maladie de se propager.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les premières discussions ont commencé autour d’une nouvelle loi sur l’immigration.

C’est un sujet empoisonné, tellement des images contradictoires sont enracinées dans les états-majors des partis, images à mon avis largement fausses, tant à droite qu’à gauche.

 

Droite et gauche ?

Bien sûr, dire « droite » et « gauche » est commode mais il ne faut pas oublier que la réalité est plus complexe : du côté des droites extrêmes, on s’inquiète pour l’identité nationale et la sécurité et du côté des gauches extrêmes, on déf... Poursuivre la lecture

Alea jacta fere est. Après une trop longue attente, la composition de la Chambre des représentants est enfin connue : les Républicains ont obtenu de peu une majorité (218 sièges) et six sièges sont encore discutés. Le parti de Donald Trump a effectivement « perdu » le Sénat car même s’il obtient le siège en Géorgie, la vice-présidente Kamala Harris votera en cas de parité des voix.

Que s’est-il donc passé avec le raz-de-marée rouge prédit par plusieurs (moi y compris) ?

Les hypothèses fusent de toute part. Pour certains, Trump ... Poursuivre la lecture

démocrates Joe Biden quoi qu'il en coûte
0
Sauvegarder cet article

Le président Joe Biden a annoncé jeudi qu'il "graciait tous les délits fédéraux antérieurs de simple possession de marijuana.»

Il s'agit d'une mesure bienvenue mais modeste puisqu'elle ne soulage qu'une petite partie des citoyens américains ayant un casier judiciaire fédéral pour possession de marijuana. Et malgré la déclaration selon laquelle il gracie tous les délinquants, le libellé de la grâce précise que seuls "les citoyens américains actuels et les résidents permanents légaux" peuvent bénéficier de cette mesure.

Selon Davi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles