Theo Francken et Jan Jambon, les boulets du gouvernement Michel

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Belgique Brume CC Flickr

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Theo Francken et Jan Jambon, les boulets du gouvernement Michel

Publié le 19 octobre 2014
- A +

Le nouveau Premier ministre belge Charles Michel a vécu cette semaine une rentrée parlementaire bien délicate suite aux déclarations polémiques de Jan Jambon sur la collaboration et à la participation de Theo Francken à l’anniversaire d’un ancien collaborateur.

Une tribune de Hugues Lannoy, depuis Liège, Belgique.

Belgique Brume CC FlickrAvez-vous comme moi une sévère gueule de bois démocratique face au casting du gouvernement belge ? Avez-vous aussi envie de hurler « d’accord, mais pas à ce prix-là » ?

Vous allez bien sûr pouvoir m’accuser de crier au loup, de prendre une posture, tout sceptique que vous êtes. « Tout poujadiste que vous serez », je corrigerais.

Les faits sont là.

Un homme politique et tout son parti, qui se disent libéraux, qui prétendent défendre la liberté pour tous, viennent d’accepter en Belgique que des sympathisants, des proches de collaborateurs et de nazis, siègent au gouvernement. La Belgique compte désormais parmi ses ministres des personnes qui trouvent que la collaboration est normale. Qui disent que l’on peut les comprendre ces pauvres gens amenés par l’histoire, et non par leur responsabilité propre, à se tromper. À faire une « erreur ». L’erreur d’avoir perdu…

Car comment comprendre autrement un Jan Jambon se sentant obligé de préciser le prix qu’a payé le mouvement flamand pour cette collaboration ? Comment comprendre autrement un Francken qui va saluer, honorer même, un collaborateur, un admirateur du Hitler flamand Staf De Clercq. Et en disant « c’est quelqu’un de bien » ou « je le respecte ». Toutes phrases lues cette semaine dans la presse et sorties de leur bouche.

Je ne trouve pas acceptable que l’on trouve ces idées normales. La collaboration est un crime. Et elle l’est parce qu’elle embrassait le nazisme et parce qu’elle a tué.

Je refuse de tout mon être que la Belgique franchisse le pas d’accepter de se Jörg Haideriser. Je ne veux pas que l’on banalise les idées d’exclusion, d’épuration, de tri, de supériorité d’une race sur une autre. Je ne veux pas que l’histoire se répète.

Alors évitez-moi les procès d’intention

Il ne s’agit pas ici d’un débat communautaire. Il y a d’ailleurs des voix en Flandre qui s’émeuvent autant que moi, dont à l’Open-VLD, ou au Morgen. Que la Flandre ait un autre rapport à la collaboration, peut me chaut. C’est son droit, son histoire. On peut le regretter mais cela n’a rien à voir dans le débat.

Il ne s’agit pas non plus de « s’opposer à la N-VA ». Bien sûr que je m’oppose à la N-VA. Parce qu’elle est nationaliste. Parce qu’elle divise les gens en fonction de la langue qu’ils parlent ou de leur origine ethnique, là où je demande le droit pour tous de parler sa langue. Mais ce n’est pas le sujet !

Ce n’est pas parce qu’elle est au gouvernement que l’on doit accepter n’importe qui comme ministre. Il s’agit encore moins de « s’attaquer à la N-VA pour faire mal au MR ». Le MR se fait bien mal tout seul ! Il foule aux pieds ses propres principes en ne virant pas ces ministres. Combien de militants MR vont être d’accord avec moi ?

Il s’agit encore moins d’un calcul politique partisan !

C’est une question de valeurs

Je ne partage pas cet avis que l’absence du PS soit une justification valable à cette compromission. À cet abandon des valeurs.

Arrêtez de prétendre que c’est « ça ou le chaos ». Celui qui agite le chaos est quelqu’un qui est en train de t’en vendre un. Oui je suis content que le PS soit dans l’opposition. Cette alternance je la réclamais déjà étudiant. Mais pas à ce prix-là !

Que le MR exige de la N-VA qu’elle envoie au fédéral des ministres démocrates. Des ministres qui partagent les valeurs de base du respect de l’autre. Qui ne vont pas à des fêtes nazies, qui ne leur trouvent pas d’excuses, qui n’insultent ni les homosexuels, ni personne.

Il ne s’agit pas ici du vilain débat communautaire mais de la défense de nos valeurs communes. On ne fraie pas avec ces gens-là. On les combat.

Est-ce cela que Charles Michel veut lire un jour sur Wikipedia ?

Charles Michel (homme politique)

Charles Michel, né le 21 décembre 1975 à Namur, est un homme politique belge, membre du Mouvement réformateur. Il est le Premier ministre belge depuis le 11 octobre 2014. Il a dirigé et formé le premier gouvernement belge comptant en son sein des sympathisants du nazisme.

Mais je crains que, contrairement à ce que Charles prétend dans la presse à grand renfort de vocabulaire autoritaire, il ne soit pas en mesure d’exiger autre chose de la N-VA que des excuses forcées de 20 secondes de Francken, dont tout le monde aura saisi le manque de conviction. Il n’en est pas capable parce qu’il s’est attaché à la tête d’un train qui ne peut s’arrêter.

Au regard de l’histoire, la Belgique n’a tout simplement pas le droit de confier une responsabilité ministérielle à des proches du nazisme. Au nom de ses millions de victimes et au nom de tous ceux qui, vivants, tiennent encore au « Plus Jamais Ça ».

Théo Francken et Jan Jambon au gouvernement ? Pas en mon nom.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Qu’est ce que la propagande d’un parti constructiviste de gauche assumé vient faire sur Contrepoints ?

  • A l’auteur: vous avez à mon avis un trou de mémoir. Votre parti, le FDF (tant qu’on y est, le PS aussi) a été dans un gouvernement en 1978 avec la Volksunie, ce parti avait lors de ce gouvernement un ancien collabo au sénat.

    • L’argument est connu et archi démonté.

      Pour plusieurs raisons. D’abord c’est un sophisme, les bêtises supposées des uns n’exonère jamais. Ensuite non, Bob Maes n’a pas soutenu ce gouvernement. Il n’a pas voté la confiance. Enfin, sénateur et ministre sont deux choses différentes. On ne choisit pas le premier. On choisit le second. Proposez-vous de nier toute la VU, alors 1er parti de flandre. Et donc de nier la N-VA maintenant? Je ne crois pas.

      Tenez, une lecture d’une personne avec qui on ne peut soupçonner de connivence :
      http://nblanchart.tumblr.com/post/57839421554/le-senateur-bob-maes-les-ministres-n-va-et-le-contexte

      Mille merci de votre commentaire qui m’a permis de le préciser !

  • M Lannoy, permettez moi de ne pas être d’accord avec vos propos.
    « La collaboration est un crime. »: mon grand-père était un « malgré nous », il a été enrolé de force dans l’armée allemande. Devrait-il être considéré comme un odieux criminel de guerre??

    La vérité c’est qu’il n’y a pas qu’une collaboration: il y’a une différence entre une collaboration volontaire pour se faire bien voir de l’occupant, et une collaboration forcée pour protéger et nourrir sa famille.

    Je suis français, résidant à Bruxelles, et pour être honnéte je ne suis pas à l’aise avec ces deux ministres car je ne sais pas jusqu’où vont leurs propos et cela me dérange sincérement. Par contre, le tapage médiatique fait autout de cette affaire me dérange encore plus car cela en devient une chasse aux sorcières.

    Enfin, M Lannoy, relisez  » a road to serfdom » de Hayek pour vous rouvrir les yeux sur le fait que la politique de votre parti le FDF et de ses alliés au gouvernement bruxellois méne droit au national-socialisme.
    (Comme celle du MR qui n’a rien de libéral d’ailleurs)

    • « il y’a une différence entre une collaboration volontaire pour se faire bien voir de l’occupant, et une collaboration forcée pour protéger et nourrir sa famille » pas seulement cela, il xiste d’autres différences. par exemple il y a une énorme déifférence entre quelqu’un qui a directement participé à la mort de juifs, de résistants,……et quelqu’un qui a collaboré économiquement

    • Vous faites bien de le préciser. C’est la raison pour laquelle en Belgique c’est à un tribunal de se prononcer sur les crimes. Il y avait une collaboration dite purement économique aussi.

      Dans ce cas précis il y a un représentant du gouvernement qui honore un supporter de Staf De Clercq. Je crois qu’on ne peut l’étiqueter de collabo forcé.

      Mon article est précisément là pour rappeler que ce n’est pas forcément une chasse aux sorcières mais un devoir à mon sens. Sans l’hystérie de certains, mais avec une force de conviction importante et sincère.

      La politique du bruGov je l’ai validée en congrès, et je peux vous assurer que, à la mesure de notre taille dans la coalition, nous pesons le plus possible pour faire évoluer la société vers le progressisme libéral et social. Sans nous, son programme serait bien plus à gauche.

      Mille merci de votre apport à la discussion !

    • Monsieur Marvin, ok, vous n’avez pas choisi la direction qu’a pris votre grand-père et si je vous lis correctement, vous ne fêtez pas cette collaboration de manière annuelle en espérant le grand retour du nazisme !
      Sinon, dite le moi, histoire que je prenne les devants afin d’éloigner au plus vite mes enfants de ce pays en dérive qui trouve acceptable la collaboration nazie !!!!
      Merci d’avance

  • Moi j’ai la gueule de bois (le mot est faible) devant une opposition socialiste qui se transforme en police politique, l’inquisiteur des temps modernes. Fouillant le passé, accusant en boucle, insultant à tire larigot….pouah.

    • Ha je n’aime pas cela non plus.

      Reste que dans le cas de Francken, le passé a moins de dix jours.

      Aussi nous touchons à des notions (révisionnisme, minimisation, collaboration) qui sont pour certains imprescriptibles.

  • je pense qu’il est important de distinguer Jambon de Francken. Jambon a juste fait une maladresse de language. quand à Francken, lui s’est un extrémiste, un homme très nationaliste qui a tendance xénophobe et homophobe. il est néamoins important de rappeler une chose: l’ancien collabo a fait parti du sénat belge dans la majorité gouvernementale avec le ps et le fdf. donc les gens qui reprochent à Francken d’avoir assisté à son anniversaire ont eux même à l’époque été dans la même majorité que ce collabo. dans un cas, c’est scandaleux mais dans l’autre c’est normal. vive le deux poids deux mesures. je n’aime ni jambon ni francken mais les accuser de sympathies nazis (ou d’être des fascistes) est pitoyable et absurde. marrant, des eurodéputés socialistes ont accusé le gouvernement belge d’avoir des fascistes et des nazis dedans. tout en oubliant que le parti socialiste bulgare qui fait parti de leur groupe apassé une alliance tacite avec l’extrême droite bulgare (qui ferait passé des partis comme le fn, le vlaams belang,….pour des enfants de choeur). ce qu’ a fait l’opposition gouvernementale mardi dernier est pathétique et antidémocratique

    • Je ne suis pas sûr que l’écart de Jambon, excusant la collaboration, parce qu’in-fine, c’est cela, soit plus petit que l’écart de Francken.

      Attention que je ne sais pas ce qu’ils ont en tête. Mais ils ont des sympathies pour des proches du nazisme.
      Quand Francken admire Bob Maes et que Bob Maes supporte Staf De Clercq, le doute n’est pas permis.
      Quand Jambon minimise le fait d’être un collaborateur jugé et reconnu, c’est à mon sens tout aussi interpellant.

      Je ne cautionne comme vous pas non plus l’hystérie dans l’opposition. Mon article était l’occasion de le coucher sur papier.

      Merci pour votre réaction qui est éclairante sur l’état du débat!

  • Qu’est ce que cela signifie « révisionnisme, minimisation, collaboration…. imprescriptibles » ? Une justice sans limite dans le temps ni l’espace pour des crimes d’opinions ?
    C’est juridiquement faux et intellectuellement délirant.

  • Si je n’étais que vil observateur de cette vie belge, il importerait que je m’abstienne de commenter ici. Or il est symptomatique qu’après avoir flirté et abusé durant 20 ans de leur alliance avec ce parti MR (pour l’image et le fric public leur alloué alors), ce parti FDF ( = des extrémistes communautaristes, francophones) se sont scotchés tout récemment à un gouvernement notablement gauchiste : les PS-CdH bruxellois !

    Peuplé d’électeurs dociles, menés du bout du nez par un obnubilé du nom de Maingain (né de père wallon – mère flamande), voici donc qu’un de leurs jeunes prétendants wallons (approx. 1,5% d’électorat) se met à jouer les vierges effarouchées ?
    Remarquera t-on que ledit Lannoy entonnent exactement le même refrain qu’une ex-ministre PS (Onkelinx), défenestrée en mai après ses années d’un règne à l’incompétence avérée ?

    Les gens NV-A sont certes divers, tels ceux d’ailleurs du FDF. Parmi eux se rencontrent de plus radicaux que d’autres. De là à les estampiller de n’importe quelle image dans le seul but de déstabiliser un gouvernement fédéral nouvellement formé, le procédé s’appelle dénigrement de bas étage. Ce que sont tous les radicaux.
    Nous en avons en France (Mélenchon & gauches radicales) ; belges, vous en recensez tout autant dans votre communauté française nord de l’hexagonale ! Quels tristes sires que voici…

    • nous ne sommes ni communautaristes ni extrémistes.

      Nous sommes légalistes. Et quand la loi protège un droit fondamental on demande son respect.
      Respect du reste reconnu nécessaire par la convention cadre européenne sur le respect des minorités.

      En wallonie nous nous implantons, et c’est toujours un processus lent. Il a fallu 10 ans à Ecolo pour avoir un élu, 50 ans au PTB. Nous représentons un peu plus de 50.000 personnes.

      Et il ne s’agit pas ici de faire le procès de la N-VA dans son ensemble. Mais bien celui, particulier, de deux personnalités pour le moins interpellantes.

  • Certains crimes sont biens imprescriptibles ( et heureusement vu leurs nature).

    Je ne suis pas triste qu’on ai enfin un gouvernement de droite qui ( je l’espère ) va enfin faire les réformes économiques et sociales dont on a tend besoin en Belgique. Mais cela ne justifie pas pour autant de fermer les yeux sur le fait que la NVA nous envoi des véritables crapules comme ministre.

    Je suis déçu que Bart Dewever n’ait pas choisi d’un peu plus mouiller sa chemine et d’avoir le courage d’entrer dans le gouvernement. Il aurait été beaucoup plus légitime et susciterait moins la polémique que les sbires fascisants qu’il a envoyé.

    En ce qui

  • Ajout d’un portrait éclairant de votre groupe FDF en Wallonie, sieur député de l’opposition H Lannoy (article La Libre daté de 2009) :
    http://www.lalibre.be/regions/liege/les-militants-fdf-sont-prets-a-en-decoudre-51b8b285e4b0de6db9b8e052

  • Que je sache, Bob Maes n’a commis aucun crime, il a été condamné à 20 ans de déchéance de ses droits civiques pour avoir participé à l’age de 16-18 ans un mouvement de jeunes flaminguants qui a collaboré.

    Les gens ont les fils qui se touchent quand on évoque la collaboration pendant la seconde guerre mondiale, je recommande l’interview de Mitterrand par Elkabbach en 1994 sur ce sujet pour remettre les choses à leur place.

  • FDF……well, well, well
    C’est ce parti bruxellois qui n’évoque JAMAIS les problèmes bruxellois ?
    QUID des embouteillages, de la déglingue de l’enseignement du tiers du territoire getthoisé, de l’insécurité à10m de la Grand-Place à 22h en semaine, du PS qui ne connait pas l’alternance, du clientélisme politique, du cumul des élus, des institutions innombrables et superfétatoires, de la bureaucratie anti-économique, des 20 services d’urbanisme.
    Il parle de quoi Mr.Maingain ? Du racisme, des flamands ?

    • Oui, un parti dont le slogan fut longtemps « Bruxellois, maître chez soi ». En quelque sorte, « Eigen volk eerst » (notre peuple d’abord), d’un parti concurrent.

      • Oui c’est un slogan qui ne passerait plus de nos jours c’est tout à fait vrai.
        Il convient cependant de le replacer dans son contexte propre. Celui d’avant la création de la Région Bruxelloise. A cette époque le Bruxellois jouissait d’une sous-citoyenneté particulièrement marquée qui explique la force de ce slogan.

        Car contrairement au « Eigen Volk Eerst » auquel vous faites allusion, il ne prônait pas la réduction des droits pour une minorité. Il réclamait l’application du principe démocratique « une personne une voix ».
        Il ne disait pas « les autres ne sont pas chez eux ici » mais « nous sommes aussi des citoyens à part entière et devons être considérés comme tels »

        Merci de m’avoir donné l’occasion de le repréciser !

        Permettez-moi aussi de sourire à l’accusation de ne pas s’occuper des problèmes des Bruxellois. Je doute que nos nombreux bourgmestres seraient si souvent réélus si c’était le cas. 🙂

  • Merci monsieur le ministre jan jambon ,d avoir remis en place le vlambeling le parti raciste qui met en cause le coran.vous lui avait fermé la bouche.car le coran n’a rien avoir avec tout ça.franchement je crois que vous êtes le seul bon des ministres.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Drieu Godefridi.

J’avais le fantasme de décharger un revolver dans la tête de n’importe quel Blanc qui se mettait en travers de mon chemin, d’enterrer son corps et d’essuyer mes mains ensanglantées tout en m’éloignant sans culpabilité excessive, le pas léger. Comme si j’avais fait une putain de faveur au monde. Dr Aruna Khilanani. [1. "I had fantasies of unloading a revolver into the head of any white person that got in my way, burying their body and wiping my bloody hands as I walked away relatively guiltless with a bounce in my s... Poursuivre la lecture

Par Austin Petersen. Un article de The Libertarian Republic

« J’ai beaucoup appris du marxisme […] et je n’ai pas de difficultés à l’admettre. »

Hitler a pu dénoncer publiquement le marxisme, du fait de sa guerre contre l’URSS. Mais en privé il a toujours affirmé être sincèrement de gauche.

À Otto Wagener, il affirma que le problème avec les politiciens de la République de Weimar était qu’ils « n’avaient même pas lu Marx ». Il considérait que le problème des communistes allemands était qu’ils ne comprenaient pas la différ... Poursuivre la lecture

Par Philippe Silberzahn.

Parmi les nombreuses plaies de l’organisation moderne, celles qui rendent le travail difficile et inefficace, on trouve notamment ceux qui vous tombent dessus à l’improviste en vous demandant de les aider pour un projet super urgent. On a bien sûr toujours envie d’aider, mais derrière la bonne volonté se cache un réel problème de management, celui de la gestion des priorités.

Ça ne vous prendra que cinq minutes.

Qui n’a jamais entendu cette phrase prononcée le plus sincèrement du monde par un jeun... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles