Comment Patrick Drahi, le discret milliardaire du câble, a bâti sa fortune

Parti de rien, Patrick Drahi, le patron de Numericable, est aujourd’hui un entrepreneur milliardaire. Sa fortune n’a pas été apportée par les cigognes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment Patrick Drahi, le discret milliardaire du câble, a bâti sa fortune

Publié le 6 octobre 2014
- A +

Par Valérie d’Emploi 2017.

Patrick DrahiDrahi est né à Casablanca en 1963. La famille quitte le Maroc pour s’installer à Montpellier quand il a quinze ans. Fils de deux professeurs de mathématiques, il entre à Polytechnique puis enchaine avec Télécom ParisTech. Après quelques années chez Philips et Millicom, où il déploie des réseaux câblés en France et en Espagne et participe au lancement de chaînes TV en Europe de l’Est, il décide de se lancer à son propre compte.

C’est ainsi qu’il crée en 1993 sa première entreprise, Communications Media Associates, le cabinet de conseil spécialisé dans la communication et les médias. Il s’agit d’une SARL avec 7.600 euros de capital apportés à parts égales par Drahi et son père. « Je me suis lancé sans argent, avec seulement des idées et la volonté de travailler dur », explique-t-il.

Mais la vraie passion de Drahi devient vite le câble. Il s’inspire beaucoup de l’exemple américain de John Malone, milliardaire qui a fait toute sa fortune en consolidant le secteur. Après son voyage aux États-Unis à la fin des années 1980, Drahi se rend compte que le câble y est en plein développement, contrairement à ce qui se passe en France. Il décide alors de conquérir le secteur et « devenir le premier concurrent de France Télécom ».

Les années d’apprentissage

Pour construire des réseaux, Drahi a besoin de financement. Il se tourne de nouveau vers l’Amérique et convainc InterComm, câblo-opérateur américain appartenant à la famille Rifkin, d’investir dans la création en 1994 de son premier câblo-opérateur Sud CableVision à Cavaillon. Il vend des abonnements en personne de porte-à-porte. Un an plus tard, il recourt encore au financement américain (provenant cette fois-ci de la famille Schneider à travers leur société UPC, devenue ensuite filiale de Liberty Global de John Malone), et crée ainsi son second câblo-opérateur Médiaréseaux à Marne-la-Vallée.

Suite à des augmentations de capital menées dans ses sociétés par les actionnaires américains, Drahi se voit progressivement dilué, et sa part baisse à 0,5% dans Sud CableVision et à 0,4% dans Médiaréseaux. Mais sa société de conseil achète pour 46.000 euros de bons de souscription d’actions dans Médiaréseaux, qui peuvent être convertis en 5% du capital du câblo-opérateur, et Drahi obtient de la part de UPC une promesse d’achat de ces 5% à leur valeur de marché.

Drahi se voit nommé responsable des activités de UPC en Europe de l’Ouest et du Sud, lorsque ce dernier introduit ses réseaux câblés européens en bourse. Le poste étant basé à Genève, il déménage en Suisse en 1999.

Avec 1,2 milliard d’euros levés par UPC lors de l’introduction en bourse, le câblo-opérateur américain continue sa conquête du marché européen et, sous la direction de Drahi, dépense 330 millions d’euros pour racheter cinq câblo-opérateurs en France en moins d’un an. UPC devient ainsi le quatrième câblo-opérateur en France, et Médiaréseaux est désormais valorisé à 800 millions d’euros. Les 5% de Drahi valent donc 40 millions d’euros, et il décide de les vendre, juste avant l’éclatement de la bulle internet. Drahi est devenu millionnaire, mais pas milliardaire.

L’éclosion d’un milliardaire

Drahi quitte UPC, et crée en 2001 sa propre société, le fonds d’investissement Altice. Il s’entoure d’une équipe, qui maîtrise tous les aspects du câble : Bruno Moineville, diplômé de la London Business School qui dirigeait le câblo-opérateur Réseaux Câblés de France, Armando Pereira, qui dirigeait l’intégrateur de réseaux télécoms Sogetrel, et Angélique Benetti, une spécialiste des contenus qui venait du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Les nouveaux associés possèdent désormais 20%, 20% et 9% des fonds d’Altice respectivement (une décennie plus tard, les deux premiers se retrouveront aussi avec Drahi dans le classement des milliardaires Challenges avec un milliard de patrimoine chacun).

C’est ainsi que Drahi commence la consolidation du câble en France. Avec la participation du fonds d’investissement britannique Cinven puis l’américain Carlyle, il rachète presque tout le câble français, notamment Numericable, Noos, France Telecom Câble et même UPC France de John Malone, pour 2 milliards d’euros au total. La stratégie de Drahi consiste à racheter des sociétés par endettement.

« C’était le seul à croire au câble quand personne n’y croyait plus », explique son ancien salarié.

Drahi se lance également à l’étranger, et rachète des câblo-opérateurs au Portugal, au Benelux, en Afrique de l’Est. Mais sa plus grande réussite se trouve en Israël, où il rachète un câblo-opérateur puis un opérateur mobile et les fusionne pour créer ce qui est devenu le premier câblo-opérateur du pays, à la fois fournisseur d’accès à Internet, diffuseur de télévision par câble, détenteur d’une licence mobile et producteur de contenus avec 25 chaines de télévision.

Le prix du risque

Drahi réussit à faire en Israël ce qu’il rêve de réaliser en France depuis un moment. La consolidation du câble en Europe, marché qui reste encore assez fragmenté, concerne tous les pays, et l’entrepreneur fait face à ses concurrents au niveau européen Telefónica et Vodafone Group. Le rachat de SFR lui permettra de renforcer sa position dans cette course.

telecom-europe-1489b« Le câble est l’avenir, mais le véritable avenir est la convergence des communications mobiles et fixes. Nous ne sommes pas en train d’inventer quelque chose ici. Cela se passe partout autour de nous », explique Patrick Drahi.

Drahi finance l’achat de SFR, valorisé à 15 milliards d’euros, par un LBO, leveraged buy-out en anglais. Numericable, valorisé à 4 milliards d’euros en bourse, s’endette pour 8 milliards, auxquels s’ajoutent 2,5 milliards de dettes existantes. Il s’agit du septième LBO réalisé par Drahi, et à chaque fois l’opération est plus grosse que la précédente. Son pari est de devenir leader européen à long terme, et de compenser le risque important qu’il a pris par le développement et la consolidation du secteur.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Bravo à lui.
    Il a bien raison de vivre en Suisse.

  • article intéressant, qui se termine sur la notion principale : le pari.
    Et il est clair qu’en France, autant parier sur le foot ou le loto est permis, autant faire un pari entrepreneurial comme le sien est interdit.
    Si le pari est gagné, tous le monde le jalousera, et ne pensera qu’a profiter de sa fortune.
    Si le pari est perdu, tous le monde lui tombera dessus comme un fou qui a pris trop de risque et qui n’a que ce qu’il mérite, car on lui avait bien dit, et on ne peut pas avoir raison contre tout le monde.
    Ce qui nous amène directement au : pourquoi la suisse …

    Cela dit, il manque un aspect : dans la reprise de SFR, Drahi a été capable de retourner l’opinion et le pouvoir politique, transformant son hostilité en neutralité bienveillante. Comment s’y est-il pris ?

    • « Cela dit, il manque un aspect : dans la reprise de SFR, Drahi a été capable de retourner l’opinion et le pouvoir politique, transformant son hostilité en neutralité bienveillante. Comment s’y est-il pris ? »

      Sans doute tout simplement parce que maintenant qu’il est richissime, M. Drahi dispose de moyens adaptés à ses ambitions et qu’il sait d’en servir. Même face à Martin Bouygues, il pèse désormais son poids. Grand bien lui fasse. Pour ma part je suis très satisfait des services de Numéricable. Donc je demeure client. C’est aussi simple que ça.

  • Ce qu’omet cet article, c’est de préciser les pratiques parfois honteuses de plusieurs de ces sociétés, dont on se demande comment elles ne les ont pas conduit ainsi que leurs dirigeants vers un destin moins flatteur. De très nombreux ex clients s’en souviennent encore: impossibilité de joindre le service client, service de très médiocre qualité ne correspondant pas au cahier des charges, prélèvements abusifs impossibles à arrêter etc. Il suffit pour le vérifier de faire une recherche sur ces thèmes avec les dates d’alors.

  • Parti de rien, mais avec un bagage intellectuel assez conséquent….Une autre pointure que les sinistres énarques planqués dans les gouvernements.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Simone Wapler.

Altice, Tesla croissent ou survivent grâce à la bulle mondiale de crédit et aux illusions de leurs actionnaires et prêteurs.

L’affaire Altice vire au comique. Des actionnaires accusent le groupe d’avoir masqué l’ampleur de sa dette (50 milliards d'euros) et annoncent vouloir déposer plainte pour « diffusion d’informations fausses ou trompeuses […] sur la période 2015 à 2017 », selon l’AFP.

Altice est une entreprise cotée qui publie des comptes certifiés : on voit mal comment elle aurait pu masquer quelq... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy.

La dégringolade du cours de bourse d’Altice a fait suite à la publication des résultats trimestriels du groupe – notamment ceux de sa principale filiale SFR dont le chiffre d’affaires a reculé de 1,3% à 2,76 milliards d’euros – et à l’annonce de la baisse pour la première fois de ses objectifs de chiffre d’affaires et d’excédent brut d’exploitation sans parvenir à réduire sa dette. Mais cette perte de confiance est également alimentée par l’insoutenable légèreté de la stratégie financière d’Altice.

La forte ch... Poursuivre la lecture

Martin Bouygues n’a jamais été aussi isolé. Après la cession d’Alstom et un cuisant échec dans la course au rachat de SFR, l’homme d’affaires a récemment essuyé un revers majeur par l’Arcep, puis par le CSA. Comme quoi jouer des coudes à l’Élysée n’est (heureusement) pas toujours récompensé.   Par Carine Muller

Martin Bouygues joue en ce moment des pieds et des mains pour réussir à faire passer sa chaîne d’informations LCI sur la TNT, qu’il exécrait pourtant ostensiblement il y a encore quelques mois. Comme quoi la croissance ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles