Le barème de l’impôt sur le revenu enfin connu !

À vos calculettes ! Serez vous gagnant ou perdant à la grande loterie de l’impôt sur le revenu ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013658 fiscalité impôts taxes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le barème de l’impôt sur le revenu enfin connu !

Publié le 3 octobre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen

imgscan contrepoints 2013658 fiscalité impôts taxesMi-septembre, le Premier ministre annonçait la suppression de la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu, sans plus d’explication.

Puis son secrétaire d’Etat au Budget montait au créneau pour de vagues explications qui laissaient entrevoir le pire. Depuis hier, la mesure est désormais connue avec davantage de précision, le projet de loi de finances ayant été déposé mercredi sur le bureau de l’Assemblée nationale.

  • La première tranche taxée au taux de 5,5%, qui s’appliquait à la fraction de revenus comprise entre 6 011 et 11 991 € est donc supprimée.
  • Le seuil d’entrée dans l’imposition se situe désormais à 14% pour la fraction de revenus comprise entre 9 691 et 26 764 €.
  • Le taux de 30% s’appliquera à la fraction de revenus comprise entre 26 765 et 71 754 €.
  • Le taux de 41% touchera la fraction de revenus comprise entre 71 755 et 151 956 €.
  • Le taux de 45% s’appliquera à la fraction supérieure à 151 956 €.

Ainsi, comme vous pouvez le voir, les limites des tranches du barème de l’impôt sur le revenu ont été revalorisées de 0,5%, conformément à l’évolution de l’indice des prix de 2014 par rapport à 2013. Parallèlement, le mécanisme de la décote est aménagé et renforcé : la limite d’application est portée de 1 016 € à 1 135 € pour un célibataire et à 1 870 € pour un couple.

Bon, maintenant que vous connaissez les règles du jeu, faites vos comptes !


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Il est bon de connaître son jour de passage à la tranche supérieure.
    Si vous gagnez 2500€ nets par mois, vous entrez dans la tranche 14% vers fin avril, puis dans celle à 30% vers novembre.
    Un jour de travail qui rapporte 100€ net sur la fiche de paye donne bien 100€ net-net. Du jour au lendemain, fin avril, le même boulot ne vous ramène plus que 86€. Et fin novembre, se lever le matin pour bosser passe brutalement à 70€ effectifs.

    Si vous gagnez plus de 6000€ net par mois, le dernier mois ne vous rapporte en réalité que 59% de ce que vous croyez.

    Conclusion: Dès que vous atteignez la tranche qui vous agace, arrêtez de travailler jusqu’au 31 décembre. Profitez plutôt de la vie.

    • Très bonne idée.

      Tous ceux qui le peuvent devraient lever le pied… Et baisser la tranche « marginale » de leurs revenus.

      Quand le débat est : « l’état va me voler près de 50 % de ce que je toucherai ce mois »… il vaut mieux ne pas travailler.

      Concrètement : passer aux 4 jours par semaines. -20 %.

      La plupart des dentistes/spécialistes fonctionnent déjà selon ce schéma. Mais c’est possible pour d’autres professions, secteurs.

      Y compris les commerçants. Et même les salariés (votre patron sera sans doute heureux lui aussi de réduire la voilure).

      Ce jour en plus chez vous, vous permettra de vous reposer, de faire des démarches, des courses, de vous occuper de vos enfants (au lieu de payer une nounou).

      Et en plus, grosse cerise sur le gâteau : vous éprouverez l’intense satisfaction de faire un bras d’honneur aux collectivistes, en payant moins d’impôts.

      -20 % c’est possible. Cela entraîne bien entendu une baisse de la consommation. Et alors ? Vous partirez moins loin en vacances, et vous n’achèterez pas une nouvelle voiture. -20 % est un objectif tenable.

  • J’ai trouvé une solution pour cesser de me faire plumer, sans réduire mon train de vie : J’ai quitté le pays!

    Ça marche bien, et du coup, c’est moins stressant de voir toutes ces guignoleries…

  • Mon cher pays, je pars.
    Vous n’aurez plus mes enfants.
    Car ce soir cher pays, je pars, je pars. ..

  • Chacun fait ses choix bien sur, mais pour ma part je ne suis pas d’accord avec l’idée de laisser mon pays aux mains de voleurs et d’escrocs. Alors je me suis mis en grève fiscale : je ne donne plus rien à l’état (du moins ces gens qui s’en disent représentants).
    J’en ai le droit, c’est l’article 14 de la c. De 1789. C’est pas pour nuire, c’est du bon sens.
    Si les contribuables du pays procédaient tous de la sorte, que se passerait-il ?
    La sangsue finirait bien crever…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Luc Ginder.

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relanc... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts sur les revenus produisent des distorsions de prix relatifs entre les biens présents et les biens futurs.

Nous avions examiné le cas particulier de l’impôt sur les dividendes et de ce qu’il advient lorsque son taux est très déconnecté de celui de l’... Poursuivre la lecture

IFI
0
Sauvegarder cet article

Par Jean Rochn.

Savez-vous ce que vous financez lorsque vous payez votre loyer ?

Je vais prendre en exemple le loyer d’un studio à Nice.

Le loyer d’un studio à Nice s’élève à environ 600 euros hors charges s’il est situé dans un quartier correct. Le calcul qui suit va vous donner une indication sur qui, du propriétaire ou de l’État est un gros profiteur.

Au titre de la CSG/CRDS, l'État prélève sur ce loyer 17,2 %. Si le propriétaire est assujetti à l’impôt sur le revenu (par exemple 15 %), l’État prélève 15 % sur le ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles