Expatriation : 10 raisons qui font qu’on ne doit rien à l’État !

Les étatistes accusent les expatriés d’avoir « profité » de l’État. Voici 10 bonnes raisons pour lesquelles chacun peut quitter l’État quand il veut.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 346 terre d'exil

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Expatriation : 10 raisons qui font qu’on ne doit rien à l’État !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 octobre 2014
- A +

Par Emmanuel Bourgerie

imgscan contrepoints 346 terre d'exilPour la énième fois, j’ai  reçu une question sur ask.fm m’accusant d’avoir quitté la France alors que j’ai profité de l’école publique étant enfant, des routes publiques, des transports publics, etc. Je voulais y consacrer cet article pour y répondre une bonne fois pour toutes, parce que c’est une remarque qui me revient souvent et parce qu’elle est d’une grande absurdité. Voici donc 10 raisons pour lesquelles je ne dois rien à l’État et j’ai la liberté de le quitter quand je veux.

1. Techniquement, personne ne peut partir. L’État est en déficit constant, ce qui signifie que tout le monde a statistiquement reçu plus de services publics qu’il n’a payé d’impôts. À part une minorité de quadragénaires célibataires sans enfants et sans problèmes de santé, littéralement tout le monde a contribué (involontairement) à la dette publique.

2. L’État gère très mal ses dépenses publiques, merci de le confirmer.

3. Je n’ai signé aucune forme de contrat social. Je n’ai jamais été mis face à la possibilité d’accepter ou de refuser les services de l’État. Et même si c’était le cas, je pense qu’il serait extrêmement fallacieux de prétendre que les très jeunes enfants soient en mesure de prendre une telle décision.

4. Il n’est indiqué nulle part que je dois m’acquitter de tout ce dont j’ai pu profiter avant de quitter le pays. J’aimerais qu’on me montre une seule loi qui explicite que je doive rembourser mes années d’écoles avant de m’expatrier.

5. Parlant d’école, j’y suis entré quand j’avais 3 ans (ou 2, je ne sais plus exactement) et j’en suis sorti à 20. C’est le comble de la mauvaise foi que de me demander de rembourser quelque chose dont j’ai profité alors que durant les quinze premières années je n’étais même pas majeur et  donc légalement incapable de prendre une telle décision et que par ailleurs, je n’avais aucun des outils intellectuels pour comprendre la situation et faire le moindre choix différent.

6. Tous ces services publics sont en monopole. Quelle alternative y a-t-il ? L’école privée est financée à 80% par de l’argent public, les routes sont toutes publiques, les transports sont une série de monopoles et il est pratiquement impossible de quitter la sécu. N’est-ce pas encore une fois d’une immense mauvaise foi que de me reprocher d’utiliser quelque chose alors qu’il n’existe strictement aucune alternative légale ? Je dois m’être soigné avec des plantes qui ont poussé dans mon jardin pour avoir le droit de quitter le sol français ?

7. Par la même logique, doit-on réclamer à tous les redoublants, tous ceux qui arrêtent leurs études et tous ceux qui changent de carrière pour un autre métier ou pour devenir parent au foyer ? C’est strictement la même situation : l’État fait un investissement financier conséquent pour que ces jeunes un jour contribuent à l’économie nationale, mais au final ils ne le font pas. Je propose que l’on taxe toutes ces mères au foyer ingrates qui coûtent à notre cher et précieux État.

8. Si la Roumanie mettait en œuvre cette logique, nous aurions une pénurie de chirurgiens. N’est-ce pas anormal que l’État roumain paie pour que l’on ait des chirurgiens formés gratuitement qui contribuent à notre économie ?

9. Qu’est-ce qui vous prouve que je ne contribue pas à l’économie française ? Avez-vous la preuve que je ne reviendrai pas dans plusieurs années avec beaucoup d’épargne pour investir et créer des emplois à forte valeur ajoutée sur le sol français ?

10. N’est-ce pas un peu ingrat de mourir en laissant une ardoise colossale à l’État ? Et qui va payer pour votre retraite et votre santé dans le futur, pour lesquels vous n’avez pas épargné, espèce d’égoïste ?

Bref, vous voyez l’idée.


Sur le web.

Voir les commentaires (66)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (66)
  • Autre argument qui « marche » assez bien : les tenants de cette théorie sont généralement de fervents pro immigration (ce que je ne leur reproche pas d’ailleurs) , il faut donc demander si ça ne les dérange pas d’accepter en France tous les « traîtres » qui eux aussi quittent leur pays d’origine . La dessus on rajoute qu ils viennent d’inventer le retour au servage finalement. Et généralement c’est bingo ils ont un écran bleu dans la tête.

    • Et oui, triste réalité. De bon gros ethno-centriste, oups, je voulais dire “chauvin”. La France est si formidable de leur point de vu, que le monde entier veut y venir, par contre, si toi tu pars, t’es un traitre.

      La France est une terre d’ailleurs et la quitté, ne se fais pas…

      Je me demande se qu’ils pensent de toute cette génération d’immigrés venu travailler en France pour au final, repartir passer leur retraite dans leur pays d’origine?! Sont-ils des traitres eux aussi? Et la maison au bled qu’ils n’ont jamais déclaré en France? Est-ce que le fisc ne leur a jamais posé de problème? Si par contre, tu es français et oublie de déclarer que tu as un bien immobilier à l’étranger et que quelqu’un te balance (je suis mauvaise langue, qui ferais ça, et de toute façon, ont sait tous que le fisc n’en tiendrait pas compte, enfin, la lettre de délation ne serait pas dans le dossier…), gare au redressement…

  • Autre argument:
    Les écoles ont été construites et payées par mes parents.
    Je paye pour mes enfants dans mon nouveau pays.

  • Je ne suis pas du tout d’accord avec l’auteur !!!

    J’ai profité des routes, des transports, de l’école, de la santé publique grâce à l’état !!!

    Oui, mais bon, qui finance l’état, qui est derrière l’état qui n’est qu’une abstraction ?

    Ceux qui ont payé des impôts quand je profitais des routes, de l’école, etc …

    C’est à dire mes parents (contribuables nets) !!!!

    Je dois donc tout à mes parents, qui sotn passés par l’intermédiaire de l’état pour me fournir ces services dont j’avais besoin.

    Si je dois rendre des comptes, c’est donc à mes parents, et non à un fonctionnaire, qui a eu sa tache déléguée par mes parents.

    • Et moi j’ai contribué à mon corps défendant à la pyramide de Ponzi qu’est le système de retraite par répartition. Je vais probablement faire partie des victimes quand ce système s’écroulera. L’escroquerie continue, les cotisations des députés par exemple ne couvrant que 10% des retraites qui leur sont versées, ou les extraordinaires retraites des fonctionnaires prises 10 ans avant celles du privé avec un montant ultra-favorable… Dans ces conditions, qui est redevable à qui, réellement ?

  • l’argent de l’état vient d’où ??? du ciel ??? non, c’est de l’argent publique qui vient des taxes, des impots que moi, je paye. et quand j’étais enfant, c’étaient mes parents qui payaient. (il est vrai qu’une partie de l’argent publique vient de l’endettement). ceci dit l’auteur a parfaitement raison. je n’ai jamais donné mon consentement pour profiter des services de l’état (et aussi pour payer les impots et les taxes qui sont la contrepartie du fait que je puisse profité des routes et autres services publiques). vu que je n’étais pas consentant et pas volontaire on ne peux pas me tenir pour responsable.

    • en plus, on ne peut pas vraiment dire qu’on a le choix. d’ailleurs, c’est cela qu’est paradoxal quel est le seul moyen d’arrêter de profiter de l’état francais ??? c’est de partir, s’exiler autre part. si je pars autre part

      • j’arrête de profiter de l’état. si je pars autre part, je devrais payer des impots et des taxes pour profiter des services de l’état où je vis. et c’est d’ailleurs normal d’arrêter de payer des impôts et des taxes à l’étzat francais car j’arrête de profiter de l’état francais.

        • Hehehe, pas si vite, les Americains ont la chance de devoir quand meme payer des impots au gouvernement americain meme s’ils ne resident pas aux USA, uniquement parce qu’ils ont la nationalité. C’est pas beau ça?

          • Pas vraiment : les Américains doivent bien déclarer leurs revenus aux Etats-Unis dès qu’ils ont la nationalité américaine ou sont possesseur d’une « carte verte », et cela quelle que soit leur résidence effective. Mais l’impôt payé localement est créditable sur l’impôt américain (calculé suivant les normes américaines). Il se fait que les impôts payés localement (en Europe notamment) sont souvent plus élevés que l’impôt américain et dès lors, l’impôt américain à payer est réduit à zéro en imputant sur cet impôt, l’impôt déjà payé localement.

          • Le socialisme peut tout détruire, même les USA.

  • Les 10 raisons sont éclipsées par une onzième : « je n’ai pas à me justifier ».

    Et une douzième : « nous sommes en guerre ».

    Voilà. Il est inutile (et déjà une défaite de la pensée) de vouloir se justifier face à des collectivistes, des mous du bulbe et des malfaisants.

    Notre mission est claire : mettre à bas l’Etat, mot perverti pour dissimuler des mafias bien privées, et qui ne vit que grâce à notre servage.

    Donc bien entendu l’expatriation est un devoir. Ainsi que la célébration de tout ce qui peut faire du tord à l’Etat.

    Ainsi j’ai « coûté » à l’Etat dans ma jeunesse ! Mais bien entendu. Et j’en suis fier. Et sans doute pas assez. J’aurai dû tirer davantage.

  • Vous oubliez l’essentiel: ce sont vos parents qui ont déjà payé les services dont on vous impute l’usage durant votre jeunesse. Par leurs impôts. Et que l’état n’ait pas été foutu de produire ces services sans s’endetter n’est pas de leur faute.

    Donc stricto sensu, vous ne devez rien à l’état, vous pouvez vous expatrier la conscience en paix.

  • Faut-il payer pour les guerres prèventives menées par nos Prèsidents? Pour toutes les armes servant à tuer des gens qui nous ont rien fait, sommes nous aussi redevables? Chaque erreur politique qui ruine l’Etat est de notre responsabilité, quand il n’y a pas moyen que de voter contre celle ou celui qui nous plais pas, parceque notre Rèpublique fut construite sur la monarchie prèsidentielle. Partir du pays c’est reprendre sa liberté. Choisir son pays et non le subir, c’est ce qui a motivé des centaines de millions de terriens à conquerrir des territoires pour ne pas subir , mème si cela aura eu un cout, parfois le plus cher. La solidarité obligatoire est un crime contre l’humanité

  • un autre paradoxe: les gens qui critiquent les expatriés sont le plus souvent les gens de gauche. or si on suit leur logique, on peut dire exactement la même chose des plus pauvres qui ne payent pas d’impôts mais qui en plus, profitent souvent plus de l’état (allocs, logements sociaux,…). c’est typique des gens de gauche d’être incapable de se montrer logique.

  • Tout homme libre a le droit d’aller ou il veut.
    Le pays qui le reçoit profitera de son travail.
    Si la France veut le garder elle doit se réformer.
    Une saine concurrence entre pays c’est naturel.
    J’ajoute que cette concurrence entre région suffirait largement. Elle montrerait, vite fait, les régions mal gérée. Les régions devraient évidement maîtriser leur impôt comme vont le faire les écossais.
    Amicalement.

  • La vraie question se résume ainsi : Vit-on dans un pays libre ou pas ?

    A-t-on le droit d’aller et venir comme bon nous semble, ou devons nous demander une autorisation et être soumis au bon vouloir d’une autre personne (fonctionnaire) dans l’usage de notre liberté ?

    En d’autres termes : la France est-elle un pays qui défend les droits fondamentaux des individus ou alors un pays quasi totalitaire ???

    • La France est un pays totalitaire, mais le totalitarisme n’est pas toujours monstrueux.
      Au début, du moins.

      Est totalitaire un régime qui ne se connaît pas de limite.
      Le totalitarisme est donc banal dans l’Histoire.
      Il y a eu une patenthèse en Occident, où le terme « séculier » accolé à l’État lui imposait des limites.
      Puis la culture occidentale est devenue matérialiste et relativiste, et le totalitarisme est revenu.
      En effet si tout est relatif, alors tout se rapporte à l’État séculier.

      Noter que cette période de non-totalitarisme a été celle où l’Occident a brillé.
      Que le retour au totalitarisme coïncide avec sa décadence.

  • Hier soir sur PPDA Radio Classique, un débat députée PS vs rédac-chef Challenges. Au sujet des nlles positions de Sarko sur le fonctionnariat à vie.
    De mémoire :
    ps « casser le statut de fonctionnaire, c’est casser la fonction publique et donc l’Etat »
    ps  » voilà quelqu’un (Sarko) qui n’aime pas l’Etat et qui veut (re)devenir chef de l’Etat !  » si on n’aime pas l’Etat, la République , on n’aime pas la France, on aime pas son pays ! sic !

    Sidérant ! non ?

    • Tiens, ils ont oubliés de citer la démocratie ! Un signe de l’esprit terranovesque (« il faut changer le peuple, ou mieux encore laisser tomber les mauvaises parties… »).

    • Je confirme, je suis sur le cul. C’est le niveau zéro de la reflexion.

  • Ce sont aussi les nationalistes qui vous reprochent de trahir « la mère patrie ». A gauche on vous dit que vous trahissez la République.
    Je ne dois rien à la France à partir du moment où les représentants de l’état me mettent le pistolet sur la tempe et l’ont mis sur celle de mes parents pour que nous soyons obligés d’être sous leur pouvoir. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, de pouvoir sur les hommes, pas d’autre chose.
    Ceux qui utilisent l’argument que l’on doit tout à l’état évoquent finalement la mère abusive (l’état-maman-nounou) à laquelle on ne peut échapper et qui tente de vous culpabiliser avec un « après tout ce que j’ai fait pour toi ! » pervers et mortifère.

  • Bon, moi je rentre dans le cas n°1 des quadras célibataires qui ont rapporté à l’Etat bien plus qu’ils n’ont coûté avant de se décider à partir.
    Est-ce que je dois donner mon RIB à Michel Sapin pour qu’il procède au remboursement du trop payé ?

    • Pareil. D’autant plus que je n’ai pas choisi de naître en France.

      Quand à la république, celle au nom de laquelle on a exterminé des centaines de milliers de Vendéens et sacrifié des millions de jeunes hommes pour aller casser du boche, je chie dessus. Je suis même prêt à aller me torcher avec son drapeau devant la mairie.

      • Et n’ai pas pu choisir d’être francais : je le suis devenu lorsqu’on m’a coupé le cordon ombilical … C’est ce qui explique que j’ai geulė aussi fort ….

  • Qu’ils mettent donc des « vopos » armés de fusils de précision, et des barbelés aux frontières.
    Qu’ils agissent au lieu de déblatérer ❗ :mrgreen:

    • Ils y viendront forcément car il n’y a pas d’autre issue. Tout ce qu’ils savent faire, c’est bricoler les budgets pour dissimuler les problèmes et éviter d’agir. Mais en fin de compte ils taxeront toujours plus les entreprises et les investisseurs, ponctionneront un peu plus tout le monde et réduiront les retraites.

      On est engagé dans une spirale descendante qui produira la fuite des jeunes mais aussi des retraités qui partiront dépenser le restant de leur maigre retraite à l’étranger, la où la vie est moins chère, tout en bénéficiant de la sécurité sociale aux frais de ceux qui restent en France.

      Je propose de mettre tout de suite des barbelés autour des écoles et des résidences pour retraités. Un poulailler, ça se protège crénom !

      • On est engagé dans une spirale descendante qui produira la fuite des jeunes mais aussi des retraités qui partiront dépenser le restant de leur maigre retraite à l’étranger

        C’est déjà le cas. Certains partent 6 mois au maroc. D’autres au Portugal et en Espagne ❗
        La spirale est déjà amorcée.

        Je propose de mettre tout de suite des barbelés autour des écoles et des résidences pour retraités. Un poulailler, ça se protège crénom !

        Ils vont s’y résoudre bientôt ❗ Il faut absolument empêcher la fuite des capitaux même humain ❗
        Ils n’auront que ce moyen, sauf à renoncer à leur idéologie.

      • Les retraites expatries cotisent toujours , les prelevements sont pris a la source…..donc pourquoi n auraient ils plus droit aux soins ?

    • @pragmat , MichelC ,tout à fait d’accord , je pense que l’exit tax est sérieusement en préparation ….

  • 4 bis : non seulement il n’y a aucune loi qui vous impose la moindre dette pour l’éducation reçue, mais en plus on a inscrit l’éducation gratuite dans la constitution (préambule de 1946) ! Et gratuit, c’est gratuit, pas « à payer plus tard »

  • Euh, on paie déjà, tout le temps, pour les « services » de l’état, et plein pot qui plus est. Donc je vois mal ce qu’on pourrait devoir en supplément.

  • L’usurier lui ne vous met pas son fric toxique dans la poche de force : il vous laisse le choix de prendre ou pas le prêt.

    Il se confirme donc que les étatistes sont des esclavagistes. Après avoir capturé les enfants, ils exigent une rançon pour les libérer.

  • « Bien faire et laisser dire »!!
    Dès que j’en ai la possibilité, je quitte le pays, moi aussi!! Et qu’un sombre pseudo intello vienne me faire une remarque quelconque!! J’ai 67 ans, cotisé comme un malade à tout impôts (cadre sup donc plutôt jolie contribution), caisses de retraites (je m’estime plutôt arnaqué sur ce point vu le ratio contribution reversement), et puis quoi merde je n’ai pas à me justifier devant des mecs qui ont certainement plus pompé le système que je n’ai fait! Alors, dès que possible, bye!!

  • L’incompréhension vient simplement du fait qu’ils ne comprennent pas ce que « Liberté » veut dire.

    Et puis, comme déjà beaucoup ont fait remarquer, les impôts de mes parents payaient déjà tout ça!

  • Je n’ai rien demandé à l’état, je ne lui doit donc rien du tout, voici ma vision des choses et je ne culpabilise aucunement d’être parti de France. Pas la peine de trouver 10 raisons, celle-ci suffit amplement !

  • Moi je déteste les gens qui donnent pour attendre en retour, pareil quand il s’agit d’un État.

    Je respecterai l’État quand il sera respectable.

  • A ce moment-là, si je dois rembourser l’état pour tous ces « services », il doit, lui, me rembourser pour tous les impôts avec lesquels j’ai contribué à financer ces services. Comme on est en constant déficit, ça fait beaucoup plus, et l’état va me verser une belle prime pour partir.

    Je signe ou?

  • Les socialistes n’aiment pas qu’on leur dise que le 3e Reich obéissait à l’idéologie socialiste nationaliste.
    Ils ne sont pas nationalistes.

    Jusqu’à ce que beaucoup en viennent à émiger pour leur échapper.
    Il est alors question de patriotisme, économique ou autre.
    On doit se soumettre à leurs opinions, à leur arbitraire, par … nationalisme.

    Le socialisme entraîne aussi le complotisme: L’échec étant flagrant, les socialistes ont le choix entre admettre leur erreur, ou supposer que c’est un complot d’hommes pervers, sournois et cupides qui explique cet échec.

    Si vous n’avez pas encore pris note de ces phénomènes, quittez un peu l’écroit cercle des libéraux.
    Je pense que vous aurez peur.

    Non décidément, le socialisme nationaliste n’est pas un phénomène improbable.
    C’est un développement inévitable du socialisme.

    • « quittez un peu l’écroit cercle des libéraux. »
      Je veux dire: Allez voir ce qui se passe hors de ce cercle étroit.
      Surtout ne le quittez pas !

  • Le budget de l’etat est deficitaire, donc en moyenne, chaque francais beneficie plus de l’état qu’il n’y contribue.
    Conclusion: en s’expatriant, l’auteur contribue a réduire le déficit…….

    • C’est clair. Ainsi, nous bénéficions de ronds-points et de ralentisseurs, d’anesthésistes et de pilotes à 18000 euros par mois, de films de Dany Boon, de journées du kilt et de nuits blanches, de règles d’urbanisme et d’isolation, etc., etc., etc., aux frais de nos petits-enfants. Par contre, je prends les paris, on peut s’expatrier, ils ne supprimeront pas le moindre rond-point pour autant.

  • l’impot n’a rien a voir avec la ‘cohesion nationale’, expression qui par ailleurs n’a aucun sens.C’est un mensonge pur et simple.
    L’impot est une taxe sur l’existence, et l’argument fallacieux des petits dictateurs en herbe qui voudraient faire payer les expats n’est qu’une declaration de soumission a vie.

    Autre mensonge, car tous ces arguments ne sont qu’une iteration de plus sur la cretine haine du riche, maladie du cerveau tres commune en fRance.

  • « pour raisons fiscales, c’est-à-dire pour se soustraire à ce qui fonde en partie la cohésion nationale »
    La fiscalité est au contraire le moyen principal utilisé pour maintenir la lutte des classes en France, le clivage entre riches et pauvres et l’infranchissabilité des barrières entre quantiles. Ca n’est pas pour rien qu’il faut s’expatrier pour faire fortune : il ne s’agit pas de cohésion mais de coercition.

    • Ah oui, bien sur, Thomas Pikettout ..

      • Il a juste compilé des statistiques, plus ou moins douteuses, et plutôt plus que moins, travail bourré d’erreurs monumentales monsieur le professeur PhD en économie. On prépare un Nobel ❓ Ig ?

        • piketty était l’économiste du ps, il a soutenu hollande et la taxe de 75 %. et après c’est pas un idélogue ??? piketty a la facheuse tendance à manipuler les chiffres et cela s’est passé avant son livre « le capital » à plusieurs reprises. http://www.contrepoints.org/2011/06/16/30364-comment-thomas-piketty-a-manipule-ses-chiffres alors vous comprendrez que l’on peut difficilement lui faire confiance. je ne parle même pas de son livre « le capital » où même des économistes de gauche comme James K. Galbraith sont d’accord pour dire que son livre est ridicule

    • C’est une réalité dont je nie la nécessité, car j’ai toujours vu les gens plus heureux là où il n’y en avait pas, et je l’ai toujours vue encouragée par des gens peu recommandables. Il faut aussi une bonne dose de mauvaise foi pour penser que la fiscalité en France ne viserait pas à opposer « les plus défavorisés » à « ceux qui doivent faire des efforts compte-tenu de la situation », à désigner les « riches » comme l’ennemi, passible de surtaxes, d’ISF, de contributions exceptionnelles, etc. et les pauvres comme devant être protégés, aidés, subventionnés.

      Et il suffit d’un peu de bon sens pour s’apercevoir que les classes qu’utilise Piketty pour fonder ses élucubrations n’existent que fugitivement, qu’à 10 ans d’intervalle ce ne sont pas les mêmes personnes qui sont dans la classe des plus aisés ou dans celle des pauvres. Il suffit aussi de regarder ce qui s’est passé en Chine au cours des 30 dernières années, comment l’explosion des inégalités au sens de Piketty s’y traduit pour la grande majorité des Chinois, pour voir l’aberration qu’il y aurait à suivre Piketty et à revenir à la situation égalitaire antérieure.

  • C’est quoi la cohésion nationale ?
    Quand 25% de la population active vie exclusivement aux crochets du reste , votre cohésion devient un gros mot
    J’aimerais d’ailleurs, bien connaître le nombre de fonctionnaires et assimilés qui s’expatrie pour des raisons fiscales . Manifestement, tout le monde n’a pas le même intérêt a votre cohésion nationale !

  • Les collectivistes qui fulminent contre les expatriés se répartissent en deux catégories: ceux qui paient des impôts et ceux qui en sont « dispensés ».
    Ces derniers n’ont qu’une trouille: qu’il y ait tant de « départs » qu’il n’aient plus personne pour payer à leur place.
    Quand aux autres, ils sont tout simplement envieux (comme tout bon collectiviste qui se respecte – moi je ne les respecte pas, soit dit en passant) que d’autres aient le courage de prendre le large, surtout qu’ils savent fort bien qu’ils vont devoir « cracher » encore un peu plus au bassinet: tant pis pour eux.

    • Mille pardons pour le « quand aux autres » au lieu de « quant aux autres » (je déteste faire des fautes d’orthographe, c’est mon côté un peu suranné).

  • Difficile de lire jusqu’au bout cette accumulation de mauvaise foi et de cynisme. Je vais malgré tout ajouter 2 points :
    – je ne dois rien à ma filiation parce que je n’ai pas demandé à naitre
    – je réfute tout engagement vis avis de la civilisation qui m’entoure et des services structurants qui en découlent (higiène, santé, infrastructures de communication et de sécurité …)
    Avec ces deux là, le portrait du parfait ados aux idées courtes est complet.
    Que vous soyez tenté par les grands espaces, bravo !
    Que vous vous y realisiez, re bravo !
    Mais, rien ne vous oblige a l’ingratitude, d’autant que dans sa generosite, votre pays ne vous demande rien (vivement la taxe au passeport pour les nomades fiscaux comme l’envisagent … les USA !)

    • Je ne sais pas si l’auteur est un « ado aux idées courtes », mais en tout cas je pense qu’il serait temps, de votre côté, de sortir de l’enfance. Rester servile toute sa vie vis-à-vis de l’État, perçu comme un Papa protecteur, n’est pas signe de maturité. Faut grandir, hein !

    • Le nombre d’apatrides augmenterait alors tout soudain.
      On ne peut vous forcer a avoir une nationalité.

    • difficile d’être plus bête qu’un étatiste. l’argent de l’état vient d’où ??? du ciel ??? non, c’est de l’argent publique qui vient des taxes, des impots que moi, je paye. et quand j’étais enfant, c’étaient mes parents qui payaient. (il est vrai qu’une partie de l’argent publique vient de l’endettement). je n’ai jamais donné mon consentement pour profiter des services de l’état (et aussi pour payer les impots et les taxes qui sont la contrepartie du fait que je puisse profité des routes et autres services publiques). vu que je n’étais pas consentant et pas volontaire on ne peux pas me tenir pour responsable.

  • Pour le point 5, je me souviens que le fisc avait déjà dit la même chose a mon père : il faut bien payer des impôts pour qu’on puisse construire des l’écoles ! Alors faudrait savoir : c’est lui, ou c’est moi ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gilles Laurent.

Le Projet Montelibero consiste à regrouper un maximum de libéraux et libertariens au Monténégro afin d’y obtenir une influence grandissante puis d’y faire appliquer les principes de liberté et de non-agression.

Ce projet a été lancé par des libertariens de l’est de l’Europe. Une première famille s’y est installée en décembre 2020, puis un premier terrain a été acheté en avril 2021. Ils y construisent de petits immeubles dans la ville de Bar, qui est le plus grand port de ... Poursuivre la lecture

Il y a 10 ans, l’éminent Gérard Depardieu assénait, dans une lettre ouverte ouverte au Premier ministre de François Hollande :

« Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés. »

Connue de tous, cette remarque cinglante fait suite à une réaction épidermique de l’acteur face au poids de l’administration fiscale, mais aussi de l’état d’esprit général qui anime la classe politique française. Tout comme Depardieu - et bien d’autres avant et après lui - les ex... Poursuivre la lecture

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles