Changement climatique : le débat est clos ?

Demander au GIEC s’il y a un réchauffement climatique d’origine humaine, c’est comme demander à une banque centrale si la politique monétaire sert à quelque chose.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2248 GIEC

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Changement climatique : le débat est clos ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 septembre 2014
- A +

Par Guillaume Nicolaud.

imgscan contrepoints 2013-2248 GIECVoici l’ordre de mission du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) :

Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. Ses évaluations sont principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue.

En d’autres termes :

1. On considère par hypothèse que (i) il y a bel et bien un réchauffement climatique et (ii) ce réchauffement est d’origine humaine.

2. Partant, on donne pour mission au GIEC d’évaluer les conséquences dudit réchauffement et d’élaborer des stratégies d’adaptation et d’atténuation.

Sachant cela, vous êtes tout à fait en droit d’estimer que le GIEC est une organisation parfaitement crédible dès lors qu’il s’agit d’estimer les conséquences d’un éventuel réchauffement climatique ou de proposer des solutions pour y faire face. J’aurais bien quelques réserves à émettre mais c’est une position tout à fait défendable. Une chose, en revanche, que vous ne pouvez pas demander au GIEC, c’est s’il y a oui ou non un réchauffement climatique d’origine anthropique. Vous ne pouvez faire confiance à cette organisation pour se prononcer sur ce sujet pour la bonne et simple raison que vous savez que sa réponse sera biaisée.

Voici pourquoi :

La première chose qui vient à l’esprit, c’est que personne au sein du GIEC n’a intérêt à ce que l’hypothèse d’un réchauffement climatique d’origine anthropique soit invalidée. Si cette hypothèse tombe, le GIEC perd sa raison d’être et tous ceux qui y occupent une fonction risquent de la perdre avec. Que les choses soient claires : même si vous faites aveuglément confiance aux procédures de contrôle et à l’intégrité des personnalités du GIEC, vous ne pouvez pas nier que faire partie du bureau ou du comité exécutif d’une telle organisation constitue, sur le plan professionnel et donc matériel, un avantage considérable. Personne n’a donc intérêt à ce que l’hypothèse fondatrice du GIEC tombe et ce simple fait induit une suspicion légitime de partialité.

Mais nous n’avons pas besoin de cette possibilité. Même en supposant que tous les dirigeants du GIEC sont parfaitement intègres et que leurs intérêts personnels n’influent en aucune manière sur leurs positions quant à la réalité d’un réchauffement climatique d’origine humaine, la structure même de cette organisation induit nécessairement un biais. La raison en est très simple : tous les dirigeants du GIEC sont forcément convaincus de la validité de cette hypothèse et sont donc tous sujets à un biais de sélection. Concrètement, ça signifie que, même inconsciemment, ils seront toujours plus critiques envers une étude scientifique qui remet en cause leurs convictions qu’avec un papier de qualité équivalente qui les confortent.

Et si les deux points qui précédent ne suffisent pas, posez-vous une simple question : que peut bien faire une organisation chargée d’évaluer les conséquences d’un événement d’une étude scientifique qui lui démontre que l’événement en question n’aura pas lieu. Réponse : rien. Le mandat même du GIEC fait que tout résultat qui tend à démontrer qu’il n’y a pas (ou plus) de réchauffement climatique ou que le réchauffement n’est pas d’origine humaine est par nature hors sujet. Ils ne sont tout simplement pas là pour ça : si le rédacteur de leur ordre de mission a pris la peine de le préciser noir sur blanc, ce n’est pas pour le plaisir d’alourdir un paragraphe déjà indigeste.

C’est donc un problème purement épistémologique. Demander au GIEC s’il y a un réchauffement climatique d’origine humaine, c’est comme demander à une banque centrale si la politique monétaire sert à quelque chose : la réponse sera oui, forcément, et pour les mêmes raisons.

Ce qu’il faut faire, donc, c’est de la science. Étant données les conclusions du GIEC quant aux effets d’un éventuel réchauffement climatique – une catastrophe – et les conséquences économiques des mesures préconisées par le GIEC pour l’enrayer – une catastrophe aussi – la seule réaction un tant soit peu rationnelle consiste à faire ce que nous aurions dû faire dès le début : modéliser, au moins dans les grandes lignes, l’évolution du climat de notre planète et ne juger les différents modèles qui sortiront de cette démarche qu’à l’aune de leur robustesse théorique et de leur capacité à expliquer nos observations.

En attendant, le fameux « consensus scientifique » dont on nous rebat les oreilles reste une hypothèse et le traitement qui est réservé à cette hypothèse, lourdement biaisé et politiquement motivé, relève plus de la religion que de la science.


Sur le web.

Voir les commentaires (99)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (99)
  • Un point qui mériterait investigation est le montant des indemnités accordées à ces experts, à priori déjà payés par leur administration d’origine, pour aller parader devant les journalistes. Il me semble que les per diem des organisations dépendant de l’ONU sont des plus généreux. Rien que les 38$ pour prendre au distributeur à Genève le ticket de bus mis gracieusement à disposition des arrivants à l’aéroport fait rêver…

  • Surtout quand l’hypothèse initiale de l’effet de serre sur laquelle s’appuient tous les climatologues d’opérette de l’IPCC (GIEC) est fausse et contraire au deuxième principe de la thermodynamique. Il s’agit donc bien de scientologie, pour rappel :
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2013/11/08/leglise-de-scientologie-climatique/

    • « l’hypothèse initiale de l’effet de serre sur laquelle s’appuient tous les climatologues d’opérette de l’IPCC (GIEC) est fausse et contraire au deuxième principe de la thermodynamique »

      C’est qu’il réitère le coquin !

    • ça c’est une légende. le second principe est bien respecté.

      j’ai lu votre sermon: des biais cognitif, effets halo, et autre effet provocateur « J’accuse ! » (on a quand même atteint le point Godwin en 4 lignes !)
      He bien, accusez. et faites une publication scientifique, seule source d’argumentation acceptable.

  • L’autre aspect le plus important qui manque un peu dans ce sujet est le « I » de GIEC qui signifie donc « INTERGOUVERNEMENTAL ».

    Le GIEC fut créé par et pour les gouvernements de tous les pays.
    Le biais fondamental de la mission du GIEC de n’aller que vers la direction d’une faute « humaine » d’un éventuel réchauffement climatique, est donc aussi la raison de tous les gouvernements…

    D’où la notion de la plus grande « arnaque » de tous les temps.
    Bien joué à ceux qui ont créé le GIEC, en faisant descendre tous ses oukases par le niveau le plus haut comme l’ONU, les faisant reprendre par les législateurs de l’Europe puis tous les pays.
    N’oublions pas que le créateur du GIEC est le « ripou » milliardaire Maurice Strong qui est parti en urgence vivre exil en Chine pour ne pas pourrir dans les prisons américaine suite à à un trafic d’influence sur son ami de longue date Koffi Annan (le patron de l’ONU d’alors) Bizarre non !

    À lire d’urgence avec …
    1] « Comment un club de milliardaires et leurs « fondations » dirige le mouvement environnemental et le MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT d’Obama… »

    [2] « « Rapport du Sénat : Des milliardaires financent secrètement la machine environnementale »
    « Le Club de Milliardaires » manipule de l’argent par des mécanismes labyrinthiques et des échappatoires fiscaux sophistiqués pour dissimuler la source du financement. … C’est de la corruption du haut jusqu’en bas … »

    [3] « L’échelle de la conspiration « par un petit groupe de millionnaires puissants et actifs et des milliardaires qui exercent une emprise énorme pour un effort colossal » est si gigantesque, admet le rapport, qu’il a à peine pu en griffer la surface. »
    ……….
    [1]http://wattsupwiththat.com/2014/07/30/breaking-senate-report-exposes-the-climate-environmental-movement-as-being-a-cash-machine-controlling-the-epa/
    [2] http://joannenova.com.au/2014/08/senate-report-billionaires-covertly-funding-far-left-environmental-machine/
    [3] http://www.breitbart.com/Breitbart-London/2014/07/30/Shock-US-Senate-Minority-Report

    On n’est vraiment pas dans le « bisounours » mais dans la grande corruption financière mondiale au plus haut niveau et l’ONU n’en est que le bras armé…

    • D’autres, après le Prix Nobel, se reconvertissent dans la musique, on ne sait jamais…

      http://www.villacomposers.org/id1-040-010.php

    • N’importe quoi. De tout temps, de tout les domaines, il y a toujours quelques réactionnaire en marge du débat qui tombe dans la fameuse théorie du complot.
      En fait, pourquoi êtes vous convaincu que le réchauffement anthropique n’existe pas? Je ne vous demande pas de preuves scientifiques car personne n’a la légitimité ici. En fait c’est que sur le plan social/sociétal que vous pouvez expliquer et défendre vos points de vue.

      • N’importe quoi.

        N’importe que vous. Le réactionnaire c’est vous.

      • « pourquoi êtes vous convaincu que le réchauffement anthropique n’existe pas »

        Parce qu’on nous a déjà fait le coup avec la glaciation, les pluies acides, la pollution qui allait obscurcir le ciel, la couche d’ozone, les nappes phréatiques et des dizaines que j’oublie. La constante étant toujours la responsabilité humaine. Du coup on s’est un peu renseigné sur ce qu’est le GIEC, les plus courageux ont essayé de comprendre le plat de spaghettis du GIEC (la magnifique image montrant qu’on ne sait rien mais que si on imagine et choisit le pire de tous parmi une centaine de scénario imaginaires, alors c’est pas bien) et ont conclu qu’on se foutait de leur gueule.

        Pour ceux qui veulent donner leur chance aux « chercheurs », le site « pensee-unique.fr », dont l’auteur est largement aussi qualifié que les guignols qui nous bourrent le mou, a fait la compil de tout ce qui est scientifiquement douteux et critiqué par les chercheurs eux-même dans cette gigantesque escroquerie, mais soigneusement passé sous silence. Vous trouverez sur ce site une dizaine de réfutations possibles qui n’ont rien à voir avec un complot.

        Remarque : « en marge du débat » ?!? Quel débat ?

      • l’auteur m^me de l’article ne dit pas que ça n’existe pas , la majeure partie des climato sceptiques non plus, l’auteur rappelle avec raison le biais de départ à la création d’un tel organisme et surtout à l’intitulé de sa mission. ça ne signifie pas que le giec a tort ou que la catastrophe climatique n’aura pas lieu mais que le giec est suspect à conclure à ce sujet.

        Mais c’est un biais qui existe dans toute la recherche moderne en besoin de financement, y a t il des articles « scientifiques » qui concluent que leur sujet de recherche est sans intérêt?

        Il me semble Il y a un vrai problème de recherche scientifique et que les chercheurs salariés ou fonctionnaires se défendent de façon corporatiste. il y a sans doute un vrai problème du peer review aussi.

        SI vous posez une question à un chercheur que vous payez, il mettra en doute votre aptitude m^me à comprendre, j’ai eu des échanges sur ce site avec des gens vraisemblablement chercheurs …mépris…
        Par hasard , je viens de voir chez watt un article de monckton qui donne ce que je demandais au sujet de télémétrie satellite, une comparaison brute des « niveaux de l’océan » par les différents satellites …hem…

        quant à un autre, pas moyen de lui faire admettre que reconstituer une température des océans à une date où les mesures étaient rares n’est pas reconstituer la température des océans…et que ce n’est pas de la science…c’est un jeu.

        Ce que j’ai vécu dans un labo de recherche ml’avait semblé être trop caricatural, mais il faut bien se demander la probabilité que la majeure partie de la recherche ( qui n’est pas la science) soit médiocre ait dépassé 90%.
        ah conclure que des recherches supplémentaires sont nécessaires…

        bah désolé…

      • Theodoric, vous entrez dans les catacombes du débat scientifique qui, comme vous le dites avec exactitude, n’est pas nouveau. Depuis toujours, elles anesthésient définitivement les esprits sur les sujets suivants (non exhaustif) et nuisent au débat d’une manière qui ne peut que mener à la guerre idéologique, sinon physique à terme :

        – le sexe des anges
        – l’existence de Dieu
        – la remise en cause des textes écrits au nom de Dieu (ou soi-disant par Dieu lui-même ou ses fils, envoyés, archanges, mandataires…)

        Le rôle anthropique du réchauffement climatique est devenu un combat religieux, non un débat scientifique. Le débat est sorti de la sphère scientifique.

        Pour preuves suffisantes :

        – aucune donnée ne fait état d’un réchauffement ou d’un refroidissement + ou – conséquent que ceux des périodes passées (glaciations et réchauffements anciens Wurm et Crétacé). Au contraire, celui-ci est plus faible, mais il est plus documenté bien que la période de référence incriminée, 50 ans est plus qu’insuffisante scientifiquement pour mettre en relief un changement climatique. Mais ce détail, les experts s’en foutent, vu que le fric des subventions tombe.

        – il y a plus d’ « experts » qui en vivent à l’année comme il a été démontré dans cet article. Les prêtres, les rabbins, les imams ont tout intérêt à défendre l’existence de Dieu. C’est logique, c’est leur gagne-pain ! Ils n’ont d’ailleurs pas réussi en 1000, 2000, 3000 ans de religiosité, de pratique et de prosélytisme à prouver son existence. Il en va de même pour la religion des Verts.

        – une estimation de changement de climat par les observations météorologiques dans 100 ans alors que le Cray, l’ordinateur le plus puissant de la Terre, qui sert aux divers services météo et leur modèles statistiques, est incapable de prévoir le temps à 2 semaines !

        – « la disparition des espèces » : ce n’est pas la première ! On peut tout faire dire aux chiffres vu que les données chiffrées sur les espèces n’existent que depuis moins de 50 ans.

        – l’implication du soleil et des phénomènes naturels terrestres (volcans, plaques tectoniques…) dans la modification du climat comme paramètre essentiel, où est le chapitre dans le rapport du GIEC ? Ils semblent ne pas connaître l’existence du soleil !

        – l’implication des planètes telluriques dans les phénomènes de marée terrestre et solaire (Jupiter, etc…) ? Ils semblent ne pas connaître le phénomène ! Ce qui justifierait en théorie les cycles de taches solaires et les modifications épisodiques conséquentes de températures à la surface de la Terre.

        – le GIEC est une assemblée de scientifiques ? Non, c’est une assemblée de croyants dans une église nouvellement révélée. Le débat désormais n’est plus entre scientifiques s’opposant par l’intermédiaire de théses antagonistes, mais entre croyants et non-croyants au réchauffisme d’origine anthropique.

        Car le fond du débat est bien là : les réchauffistes sont d’anciens militants d’extrême gauche (ex Mao, Marx, Lenine, Castro, Staline, Pol Pot, Chavez…) en période de recyclage philosophique dont le but est toujours le même, mettre fin à la société capitaliste basée sur la croissance, le libéralisme et le productivisme. Alors que leur modèle est le dogmatisme, l’étatisme, le centralisme, le contrôlisme, le totalitarisme.

        • Modération Contrepoints >> Message supprimé.

        • Merci à vous aussi. Vous révélez avec force ce que je dis. Vous concluez avec brio. Une véritable caricature.
          Enfin, votre pseudo récital scientifique digne des femmes savantes, n’engage que vous vu les amalgames et les bêtises que l’on peut lire.
          Vous comparez les grands cycles climatique et le rca actuel (en cours et à ses débuts).. ridicule. Vous comparez météo et climat grotesque. On peut très bien prévoir le temps qu’il fera dans 3 jours sans pour autant savoir si la dégradation orageuse de la nuit prochaine va ou non provoquer un orage sur tel ou tel site précis. Vous voyez, vous dites n’importe quoi. Pour le reste je ne commente même pas.

          • « amalgames et bêtises que l’on peut lire »

            Lesquels ?
            Des preuves, des contrexemples, des réfutations.

            Parlons par exemple du taux de ppm entre le crétacé et aujourd’hui (3000 à 400), du taux de Co2 dans l’atmosphère entre les même périodes (350% à 100%), du niveau des mers (-125 m à -12000 BP), des petites glaciations et des petits réchauffements (Le petit âge glaciaire du Moyen-Âge comme bonne référence, sa suite et ses conséquences, cf Leroy-Ladurie)…

            Bref, vos arguments ?
            On attend…
            On est patient sur Ctrpts.

            • Mes arguments pour quoi? Expliquer ces cycles naturels? Ou est le rapport, je me le demande.

              • Voilà la réponse enfin, de votre part, quel effort de sincérité intellectuelle ! Donc je vous cite en paraphrasant votre pensée : « le réchauffement climatique (comme les glaciations) pourrait être une histoire de cycles ».

                Je me pince. Un réchauffiste qui fait de la publicité pour la boutique d’en face !
                Donc, je vous résume : « il se pourrait que le réchauffement climatique pourrait ne pas être d’origine anthropique ». Je mets d’immenses réserves à mon affirmation (je n’émets que des thèses, ni plus ni moins que le GIEC, mais les non-réchauffistes les étudient alors que le GIEC interdit qu’on les étudie) directement issue de votre phrase.

                Donc acte.
                Merci pour votre aide, nous n’attendions pas moins de vous.

                • Votre paraphrase est manquée puisque je n’ai rien dit de tel. J’ai simplement dit que se contenter d’énumérer les cycles climatiques passés et me demander mes arguments étaient insensé. Je ne vois pas de lien logique.

        • Bien résumé le problème

      • @Theodoric
        Sauf qu’il ne s’agit pas d’un « complot » comme vous dites mais d’une « association de malfaiteurs », même et surtout si ces malfaiteurs sont des milliardaires et se servent des plus hauts niveaux de gouvernance possible l’ONU, pour se couvrir.
        Ce « complot » comme vous l’appelez ne provient pas d’un « blogueur lambda » mais d’un rapport du Sénat américain ce qui n’est pas pareil… Et les rapports de Sénat US sont en général autres choses que nos rapports hexagonaux qui font allure de ballades hollandaises. (ballade=lyrisme courtois)

        • C’est une plaisanterie? C’est de la démence à ce niveau.
          Les milliardaires au plus haut niveau du pouvoir sont tout sauf des écolos… faudrait un peu se réveiller; ne prenez pas vos fantasmes pour la réalité. Gaz de shiste, protocole de kyoto, pétrole etc… le lobby et les milliardaires sont légions en ce sens aux usa et ailleurs.

          Il y a une limite au ridicule svp les réactionnaires de café de contrepoint.

          • Et les rapports de Sénat US sont en général autres choses

            C’est dément les rapports du sénat US ❓

          • Humm !

            Je crois que vous faites erreurs, il y a vraisemblablement la même proportion d’écolos chez les milliardaires que dans le reste de la population.

            En revanche le principe d’un manipulateur est d’utiliser les centre d’intérêts des autres pour forcer leurs actions. Difficile en revanche de savoir ce que les « think tanks » ont derrière la tête, ce qu’ils font et avec quelle efficacité. Mais méfiez vous des intentions que vous prêtez aux autres, surtout quand ils sont retords et puissants.

          • Y a des milliardaires de gauche ..il y en a même qui réclament de payer plus d’impôts .

      • « personne n’a la légitimité ici »

        Quelle légitimité?

        Il faut un permis pour parler ou faire de la Science?

  • S’il faut me répéter sur deux fils convergents :
    ………………………………………………………………………
    C’est probablement en appui à ces pignouf-feries hollando-ségolépouf & Co qu’une émission TV généralement plus sérieuse s’était sentie forcée d’inviter le retors JeanJouzel et trois clonés GIEC, afin de nous y décrire la perspective des cataclysmes par le feu et par l’eau. (Calvi = Cdansl’air sur La5 , du 23 sept).
    L’Apocalypse de tous les époques se trouve ainsi remise à la sauce CO2 anthropique. Miam-miam !

    Lorsqu’on est engagé dans un cul-de-sac idéologique, faire marche arrière n’est réservé qu’à une élite … dont les quatre clowns n’ont pu se résoudre à appartenir !
    Notons que les lambda qui peuplent l’hexagone et portent au pouvoir une classe politique absconse ne peuvent être eux-mêmes que des étroits entre les tempes !

    • Oui, la vaste opération de propagande organisée par Fabius est une occasion de réévaluer quels sont les journalistes qui sont vraiment indépendants et non des perroquets du pouvoir : 4 marchands de soupe sur un plateau, ça fait beaucoup.

  • si même un magazine comme sciences&vie est infecté par ces idéologues ,il nous faudra un certain temps pour regarder la vérité posément et ou chacun pourra faire valoir ses arguments sans craindre l’exclusion .

    • Parlons en des idéologues. Vous ne vous rendez pas compte?
      La seule raison de vos convictions en ce sens est votre croyance politique et économique. Vous assimilez le rca à une donnée contraignante et englobante, qui constitue une sorte de frein ou de régulation quand à vos pratiques libérales. Ainsi pour vous, économie planifiée, communisme et rca (giec et compgnie) forment la même chose. Et cela se vérifie à chaque commentaires et articles.
      En d’autres termes, vous parlez politique et non scientifique. Vous utilisez ce dernier point uniquement pour appuyer vos convictions première; et bien sur, vous devez racler les fonds de tiroirs et toujours rappeler les mêmes éléments en omettant de discuter sur bien des arguments.

      • Parlons en des idéologues. Vous ne vous rendez pas compte?

        Que vous en êtes un ❓

      • En d’autres termes, vous parlez politique et non scientifique.

        Tout comme vous ❗ :mrgreen:

        Parlons en des idéologues. Vous ne vous rendez pas compte?

        Pour une fois on est d’accord, vous en êtes un beau … :mrgreen: :/ :\ :/

      • Vous savez, il y a sur contrepoints un certain nombre de gens qui ont largement le niveau scientifique des suce-subventions du GIEC. Et c’est sur un plan scientifique et non idéologique que l’église du RCA est critiquée par certains (dont moi, puisqu’il y a d’un point de vue statistique aucun moyen d’avoir la moindre idée de s’il y a un « réchauffement » ou un « changement » climatique sans accumuler biais et hypothèses ad hoc). Ça n’empêche pas d’autres de critiquer sur le plan politique (même s’il y a un réchauffement, la décision de faire ou pas quelque chose doit venir des citoyens pas de pseudo experts qui n’ont de comptes à rendre à personne). Et d’autres encore de critiquer sur le plan économique (supposant qu’il y a un réchauffement, que couterait-il vraiment -pas grand chose, sans doute, peut-être même serait-il bénéfique puisque beaucoup de terres aujourd’hui inexploitables pourrait être utilisées- et que coutent les « solutions » -très cher).

        • Comment ça d’un point de vue statistique il n’y a rien. Je n’ai pas à disposition l’ensemble des bdd mais je peux rappeler quand même que l’institut météo américain NOAA publie chaque mois des articles qui vont largement dans le sens d’un réchauffement. Voyez l’année 2014, si révélatrice.. Donc vous voyez, il y a des éléments chiffrés en ce sens.

        • Modération Contrepoints >> Message supprimé.

          • Moi je l’ai. Mais toi?

            • Moi aussi. Et je sais interpréter les données de la NOAA, et d’autres, sans passer par des articles à sensation. Jusqu’ici, l’hypothèse d’un changement des processus climatiques par rapport au passé a toujours été statistiquement réfutée avec une confiance extraordinaire. Et comme je l’ai dit plus haut, c’est en toute conscience des conséquences de leurs actes que les rédacteurs des normes internationales ont choisi de ne pas les modifier.

      • N’inversez pas les rôles Theodoric. Ce ne sont pas les libéraux qui se sont reconvertis dans l’écologie à la chute du Mur de Berlin alors que leur bateau avait fait naufrage et qu’ils avaient besoin de toute urgence d’un nouveau support pour naviguer. Leur reconversion dans la défense de l’Islam (des palestiniens) est du même ordre, vu que la société capitaliste, bourgeoise, libérale est par nature chrétienne ou juive, était colonialiste (l’URSS n’était pas une puissance coloniale, non, tout le monde le sait…). Ce qui coalise les verts, c’est pas l’écologie, c’est l’opposition à ce qu’ils appellent « le monde d’avant ». Les méchants, la droite, les bourgeois, eux étant, les modernes, les purs, les progressistes, la verdure n’étant qu’une couleur de complaisance et d’opportunité. Quand le vert ne sera plus à la mode, ils trouveront un nouveau cheval de bataille, soyez-en certain !

        Mais je vais vous rassurer, ce que je dis est vraiment « du grand n’importe quoi ». J’aime particulièrement cette expression car elle fait partie de la sémantique des AG. On a même pas besoin de poser des questions sur la couleur et l’engagement politique quand on l’entend. Eh oui, la sémantique, la linguistique servent aussi à comprendre le monde.

        • « Ce qui coalise les verts »

          vert-chlorophylle ou vert-Coran?

          • Comme dans la palette du peintre, il y a toutes les nuances. Les rouges allaient des rouges-place du crime à radical (comme le radis, rouge à l’extérieur, blanc à l’intérieur). La teinte a juste changé.

    • Oh, ça fait très longtemps que Science et vie (dont les journalistes sont idéologues, normal, hein, journalistes, et pas scientifiques) pontifie sur le réchauffement. Je me rappelle encore d’un numéro du début des années 90 (ou fin des 80) annonçant qu’avec le réchauffement terrible, si on ne changeait rien, l’eau monterait tant qu’en 2012 Paris et Londres serait sous l’eau. Bon, on augmenté largement les émissions de CO2 depuis l’époque, mais je n’ai pas besoin de barques quand je me promène dans ces deux capitales…

    • Science et vie s’est toujours comporté comme un paris-match de la science.

      Tout sauf un magazine de référence.

      Juste le plus gros tirage du genre, qui vendra la soupe qu’il trouve sur le marché.

    • Science&Vie est bien évidemment un magazine d’idéologues. Le mot « vie » indique clairement que la science y est abordée non d’un point de vue neutre mais à travers un filtre « écologique », de même que dans une rubrique « environnement » d’un journal. Et il ne s’agit pas d’écologie au sens scientifique mais au sens politique. La science en prend d’emblée un bon coup sur la tête car la démarche scientifique suppose une neutralité de principe qui ne peut être appliquée.

      Il est évident que l’on peut faire le même reproche à Contrepoints. Cependant la démarche consistant à analyser la science sous le prisme de l’économie et du rationalisme est tout aussi intéressante et à mon avis plus utile : question de priorité. D’abord se nourrir, ensuite se protéger. En outre, l’aspect économique est quand même beaucoup plus objectif quand on se base sur les faits (ce qui a fait la preuve de son fonctionnement ou de son échec), que quand on l’utilise dans des arguments spécieux des écologistes (pseudo création d’emploi, épuisement des ressources).

      Quel que soit l’approche, économique ou environnementale, il est quand même nécessaire d’être rigoureux dans l’analyse de l’état de la science et des connaissances. Cependant les arguments qui expriment d’emblée que la base du raisonnement est la « nature », la « régulation », la « responsabilité humaine », la « justice sociale », la « planification », « l’organisation sociale » ou autres sont tout simplement hors sujet, puisque les articles abordent le problème sur le plan économique et libéral (au sens de la liberté du citoyen). Montrer qu’un raisonnement de l’article est source d’une dérive qui nuit à notre environnement : OK, mais réfuter un argument parce qu’il se heurte à un principe écologique hors sujet : Non Sens.

      Et contrairement à ce que dit Theodoric, on parle bien de science quand on met en cause le biais du GIEC.

      • Merci, tout est dit. Vous concluez en disant que vous parlez bien de science mais votre tirade a montré l’inverse. Vous analysez avec un angle économique et rationaliste. Qu’est ce que ça veut dire?
        Enfin, si vous croyez que le vie de SV signifie écolo gauchiste.. bravo à vous. Lorsque SV est paru pour la première fois il y a plus d’un siècle, ces notions n’existaient pas.

        • J’ai à plusieurs reprises été interviewé par des journalistes travaillant pour Science et Vie. C’est un journal comme les autres, soucieux de plaire au lecteur qui l’achète et avec un penchant à prendre des pigistes qui n’auraient certainement pas, même aujourd’hui, le bac dans une filière scientifique. Quand on m’a formé à répondre aux journalistes, on m’a dit : si c’est en direct, il faut expliquer comme à un enfant de 5 ans. Pour un journaliste, vous pouvez aller jusqu’à un enfant de 7 ans. A l’expérience, je pense que pour le deuxième cas c’était une distinction spécieuse.

          • En fait, chacun a des compétences largement supérieures à la moyenne dans le domaine de son activité professionnelle. Et chacun peut constater que quand un journal fait un article sur ce domaine, cela oscille entre l’approximatif et le n’importe quoi.

            Dès lors, il est facile de deviner la valeur de l’information délivrée dans un domaine que l’on ne connaît pas. Mais avec l’habitude, on détecte plus facilement les ficelles, les exagérations, les faux-sens et contre-sens des journalistes.

        • « Vous analysez avec un angle économique et rationaliste. Qu’est ce que ça veut dire? »

          Ca veut dire qu’on ne juge pas et ne décide pas sur des principes, mais en étudiant la vraisemblance, les probabilités et les coûts, de l’action comme de l’inaction.

          Pensez vous que dans ces conditions, il est tolérable que les informations soient biaisées à la base et largement déformées par la propagande Avez vous lu le rapport du GIEC ? En gros il se résume à « le CO2 est responsable car on ne sait pas l’expliquer autrement ». La suite et l’étude des conséquences est : heuuuu ! Pas bonne. N’importe quel décideur devrait renvoyer la copie en demandant un peu plus de sérieux. Les certitudes et consensus proclamés ne font que diminuer encore la crédibilité de l’ensemble. Et quand on aborde le chapitre « solutions », c’est encore pire : bricolage de données économiques basées sur un bricolage de « projections » (le terme prévision est banni par le GIEC).

          En ce qui concerne l’écologie, ce terme a peu à peu remplacé le terme environnement. Ne croyez pas que les auteurs et commentateurs de Contrepoints se désintéressent de l’environnement. Les articles sur l’énergie ou les voitures électriques sont les plus commentés et ceux dont les débats sont les plus ouverts. Mais les libéraux abordent toujours ces questions avec en tête la faisabilité et la rentabilité.

        • Theodoric: « Enfin, si vous croyez que le vie de SV signifie écolo gauchiste.. bravo à vous. »

          S&V est considéré dans les milieux scientifique comme du très bas de gamme. Trop d’approximations, trop de « ohlala », de spéculations et d’idéologie.

    • Ils sont en train de mettre les scientifiques a terre. Qui leur fera encore confiance après cet épisode de malhonnêteté consensuelle.
      Heureusement, ils y en a encore des courageux mais (apparemment) une petite minorité

    • S&V est infecté par les deux grandes idéologies scientivistes :
      – vaccinalisme
      – climatisme

  • Il est clair que le GIEC est un organisme totalitaire. Plusieurs scientifiques éminents, contributeurs pour les rapports du GIEC, commencent à ruer dans les brancarts: http://www.pensee-unique.fr/news.html#GIEC

    Et le modèle radiatif avec rétroaction est réfuté par plusieurs physiciens.

    En voici très bon un exemple: https://kin152.gadz.org/climatologie/equation.pdf

  • Vous oubliez le :
    3 ) il est interdit au GIEC de faire de la recherche et de « suivre l’’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents » qui pourrait montrer la NON-IMPLICATION de l’homme dans les changements mineurs actuels !!!

    « Et si les deux points qui précédent ne suffisent pas, […] ce n’est pas pour le plaisir d’alourdir un paragraphe déjà indigeste »
    ENTIEREMENT D’ACCORD. J’ai toujours soutenue ce point : Le GIEC est une assemblée politique qui a pour objet d’imposer l’Homme comme seule origine au faible changement climatique actuel. Et qui ne doit SURTOUT PAS évaluer une autre possibilité.
    Le GIEC n’est pas une académie scientifique mais une arme politique !!!

    • Modération Contrepoints >> Message supprimé.

      • @ Kim : Vous êtes stupide ou vous ne savez pas lire ???

      • Monsieur et madame Dans Le Tas ont un fils. Quel est son prénom ❓

        Merci pour cette excellente tranche de rigolade amphigourique et relaxante 🙂 🙂 🙂

        • Et vos cornichons, comment vont-ils ?
          Savez vous que cette espèce végétale, à l’instar des bipèdes éponymes, a besoin de soins répétés pour s’épanouir ? Ainsi, quand les conditions sont difficiles comme cette année, il ne suffit pas de leur parler de pause (ou pas) du RCA et de hurler sur le GIEC pour obtenir quelques résultats. Couvrez-les, fabriquez une petite serre avec des vrais morceaux d’effet de serre dedans et vous verrez que tout ira mieux.

          • Binvoyons: « il ne suffit pas de leur parler de pause (ou pas) du RCA »

            Le GIEC lui-même en la personne de Rajendra Kumar Pachauri a admis cette pause.
            Après dans le « résumé pour les décideurs » évidemment ils barrent en couille avec
            pleins de spéculations dénoncées même par des pontes et des relecteurs.

            Ach, la relichion verte !

            • Je n’ai pas souvenance de vous avoir causé. Là, présentement, je devisais avec mon ami MichelC qui me fait un peu de peine avec ses cornichons qui ne veulent pas pousser et je n’ai aucunement envie d’échanger quelques mots électroniques avec un rustre de votre acabit.

              • Je n’ai pas souvenance de vous avoir causé.

                Alors j’invite mon ami Ilmryn à notre aimable et courtoise discussion ❗

                Et pour mes cornichons, pas de peine, j’ai la joie d’avoir des fraises sur mon balcon.
                Et elles sont succulentes ❗
                Les dernières de l’année.

              • Binvoyons: « Je n’ai pas souvenance de vous avoir causé. Là, présentement, je devisais avec mon ami MichelC qui me fait un peu de peine avec ses cornichons »

                Allons, pas tant d’aigreur, cher cornichon BinVoyons.
                Vous, ou vos très lointains descendants l’aurez bien un jour votre katastrophik katastroph.

          • On se demande qui est le cornichon dans l’histoire :mrgreen:

            Mes cornichons ont besoin de soleil et de chaleur avant tout. Pas de froid et pluie.
            Ensuite, il y a toujours moyen de leur chanter une berceuse :

            Ou-t-est RCA ou-t-est, ♪♫♪
            Ou-t-est RCA ou-t-est, ♪♫♪
            Ou-t-est RCA ou-t-est, ♪♫♪
            Ou-t-est RCA ou-t-est, ♪♫♪

            Vous voyez, c’est pas compliqué, pas trop long et comme cela vous pouvez facilement mémoriser avec vos 3 neurones. 🙂

            Et pas question de hurler sur le GIEC, il va se mettre à pleuvoir et faire froid :mrgreen:

            • Votre agressivité me déçoit. Vraiment.

              • Votre agressivité me déçoit. Vraiment.

                Agressivité ❓ ou ça ❓

                • Binvoyons le 26 septembre 2014 à 19 h 06 min : avec un rustre de votre acabit.

                  Et ça c’est quoi ?

                  Vous confirmez mon interrogation, hélas pour vous, … :mrgreen:

                • MichelC: Agressivité ❓ ou ça ❓

                  Je diagnostique des troubles de la lecture chez notre ami le cornichon BinVoyons. Ce qui expliquerait bien des choses. :mrgreen:

                  • Avec vous, je boirai volontiers un verre de blanc, avec plaisir 🙂
                    Avec notre ami « BinVoyons », ce sera un verre de vinaigre, avec … chacun a sa place … :mrgreen:

                    Sinon des cornichons frais trempés dans du vinaigre blanc, c’est excellent 🙂

                    • MichelC: « Avec vous, je boirai volontiers un verre de blanc, avec plaisir 🙂 »

                      Agrémenté d’une petite fondue (la région hein), ce serait volontiers 🙂
                      (c’est malin, j’ai envie de ski, de chalet et de fondue maintenant)

                    • La fondue moi-aussi. Mais surtout de raclette, avec des petits oignons, et surtout des cornichons 😉

              • Visiblement, les cornichons, c’est pas pour vous :mrgreen:

                Vous allez vous rendre malade avec tant d’acidité … :mrgreen:

                Un conseil : oubliez les cornichons, supprimez le de votre vocabulaire :mrgreen: et contentez vous de votre pseudo-science, et puisque « science is settled », celle-là je vous la laisse gratuitement :mrgreen:

    • Du fait de la mission du GIEC, le système se mord la queue : les climatologues concluent « on ne sait pas expliquer le réchauffement autrement que par le CO2 ». La non-réponse satisfait le GIEC puisque ça mission est d’évaluer l’effet du CO2. Les scientifiques n’ont aucun intérêt à chercher la vraie cause ou les autres causes, puisqu’ils ne seraient pas financés, pas publiés et que leur travaux et leur savoir repose uniquement sur l’étude des effets du CO2.

      Mais même si le CO2 a un effet, ne pas chercher les autres causes fausse totalement le résultat. Pourtant, l’échec flagrant des modèles montre bien l’existence de ces autres causes. Et comme elles sont inconnues, il est impossible de les considérer mineures ou négligeables.

      Le GIEC, par son existence même influence la recherche et bloque tout progrès en matière de climatologie, en plus de promouvoir une science sans résultats et d’en tirer des conclusions non-scientifiques.

  • Je ne sais pas si le débat est clos mais ce qui est sûr c’est que les commentaires de kim le sont. Peut-on savoir pourquoi ?

    • habituelle ça se produit pour des insultes et des menace, ou des choses dans le genre, conduisant à un banissement.
      C’est vrai que notre ami jack/kim a tendance à 1° penser que ceux qui ne pensent pas comme lui sont des cons et 2° le dire, en termes fleuris. Sans jamais apporter d’arguments solides, au pire un papier ou deux cité par ci par là, comme par hasard tous venant du GIEC et étant parmi les plus extrémistes de ceux ci.

      • Effectivement, s’il y a eu des menaces, c’est grave. Lesquelles ? Quand aux insultes, explicites ou non, elles sont légion ici, notamment envers ceux (mêmes libéraux) qui critiquent la ligne de Contrepoints sur le sujet précis qui nous occupe présentement. Alors ?

  • « Une chose, en revanche, que vous ne pouvez pas demander au GIEC, c’est s’il y a oui ou non un réchauffement climatique d’origine anthropique. On considère par hypothèse que (i) il y a bel et bien un réchauffement climatique et (ii) ce réchauffement est d’origine humaine. »

    C’est entièrement faux.

    L’auteur n’a manifestement pas lu les rapports successifs du premier groupe de travail du GIEC, dont les chapitres dédiés aux études de détection et d’attribution répondent précisément aux questions de l’existence (ou non) d’un changement climatique, et (si oui) à ses causes. Le réchauffement climatique anthropique n’est aucunement une hypothèse. C’est un résultat scientifique.

    Ce billet est donc de la pure fantaisie.

    • Je m’étonne qu’on ne vous ai pas encore muselé.

    • « Le réchauffement climatique anthropique n’est aucunement une hypothèse. c’est un résultat scientifique. »

      4 mesnonges dans une phrase

      – le réchauffement climatique : faux (un minuscule cycle de réchauffement – le passage du Nord Ouest était fermé en 2013-2014 comme jamais,e et la calotte polaire supérieure de plusieurs mètres mais les réchauffisuest en se sont pas manifestés)

      – anthropique : faux « d’origine anthropique » est la bonne formulation, il n’y a pas de réchauffement climatique d’origine humaine – on ne veut asp prendre en compte le soleil, les planètes gazeuses, les tâches solaires… comment prendre alors en compte l’implication des hommes, ridicule !

      – n’est aucunement une hypothèse : c’est uniquement cela, et non vérifiée pour l’instant. La preuve : le GIEC n’a aucun doute, c’est fondamentalement contraire à l’esprit scientifique qu n’émet que des hypothèses et tente de les vérifier.

      – c’est un résultat scientifique : c’est bien sûr tout son contraire. C’est une hypothèse transformée en un dogme politique et une mutation idéologique de morts vivants (extrême gauche -> verts) étayé par des charges de preuves qui sont un château de sable.

      • Tension, les roquets vont vous aboyer dessus 😉

      • fraserve :

        – « le réchauffement climatique : faux »
        Faux. Les études de détection concluant à l’existence d’un réchauffement climatique long-terme ont fait l’objet de multiples publications scientifiques. Vous êtes en droit de penser le contraire, mais c’est ignorer l’état de la science.

        – « il n’y a pas de réchauffement climatique d’origine humaine »
        Faux. Les études d’attribution concluant que le réchauffement observé ne peut s’expliquer par les causes naturelles seules ont également fait l’objet de multiples publications scientifiques. Même remarque.

        – « le GIEC n’a aucun doute »
        Faux. Les rapports du 1er groupe de travail du GIEC sont ponctués de « low/medium/high confidence » et autres « unlikely/likely/very likely » qui traduisent les incertitudes associées aux résultats.

        – « dogme politique et une mutation idéologique de morts vivants »
        Totalement hors-sujet.

        • Je préfère ignorer l’état de la chiant ce .. ❗

          • « Tension, les roquets vont vous aboyer dessus »

            La meute n’a pas tardé à m’envoyer un roquet idiot utile, Michel C.
            « Alfred Sauvy : « On peut tout faire dire à des chiffres ».

            La courbe en crosse de hockey, par exemple !
            Okkkkkkayyyyyyy !

            Roquets,
            Hockey
            La vérité scientifique hoquette,
            roquet.
            Okay !

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Vérité_scientifique
            http://conference-climat.durable.com/a-climategate

            • Au quai
              les laquais
              mettent le paquet
              pour le parquet

              • Cet article sur la vérité scientifique démontre une chose, c’est que les réchauffistes sont de plus en plus entraînés dans le camp des lyssenkistes. Il en appellent à la police (de la pensée et des tribunaux) pour faire arrêter la controverse. Du pur Lyssenko, qui lui avait à son époque l’appui de Staline et Beria. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que tous nos réchauffistes viennent de la gauche et de l’extrême gauche. Ils ont été à bonne école.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Le suicide par écologisme

Il faut que les choses soient claires : l’empreinte carbone qu’il s’agit de réduire, c’est vous ! Et c’est tellement vrai, tellement évident qu’une récente tribune du journal Le Monde revient sur ce qui est maintenant un but affiché de l’écologie de combat, à savoir la réduction active de l’humanité.

Peu importe que les dernières projections raisonnables montrent une réduction naturelle drastique (plus de 50 %) de la population d’ici 2100 ; pour les activistes malthusiens du climat, pas de doute : éliminer rapidement une partie de la p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles