Réchauffement climatique : enterrement première classe par l’OMM

L’organisation météorologique mondiale semble avoir changé son fusil d’épaule concernant le réchauffement climatique…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
enterrement première classe omm rené le honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réchauffement climatique : enterrement première classe par l’OMM

Publié le 18 septembre 2014
- A +

Par Benoit Rittaud.

bonneteau credits internet archives book image (licence creative commons)

Je ne pensais pas que ma boule de cristal était si efficace. Ce qui vient de se passer, je l’ai annoncé il y a quatre ans, en ne me trompant que d’un mois. Mais commençons par le commencement – ce qui, en l’occurrence, requiert paradoxalement de prendre les choses dans l’ordre chronologique inverse.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié un communiqué de presse pour préparer le Sommet 2014 sur le climat. (Vous ignoriez peut-être qu’un tel sommet allait se tenir, mais il faut s’y faire : ce genre de grand-messe ne s’arrête jamais.) Daté du 9 septembre, il s’intitule « La progression du dioxyde de carbone s’accélère » et nous promet comme d’habitude les flammes de l’enfer. Repris un peu partout dans les médias, il me semble important d’en aider à la lecture, car un communiqué de presse où apparaissent les mots « changement climatique » est un peu comme une petite annonce pour une voiture d’occasion : il faut lire entre les lignes.

Nous apprenons donc dans ce communiqué que la concentration atmosphérique en gaz à effet de serre (GES) a atteint un nouveau record en 2013, et que l’augmentation est « la plus forte augmentation interannuelle de la période 1984-2013 ».

Bon, déjà, une question : pourquoi 1984 ? Le communiqué ne le dit pas, en revanche, la fameuse rubrique « Planète » du site du journal Le Monde croit connaître la réponse : il s’agirait de la « date des premières mesures fiables ». Ce n’est pas très gentil pour les chercheurs de la station de Mauna Loa qui disposent en fait de données qui remontent à 1959, mais passons.

L’augmentation de la teneur atmosphérique en GES est un point qui n’est pas, ou peu, contesté. L’origine humaine de cette augmentation ne l’est guère plus (même si certains se posent des questions, mais ne lançons pas le sujet ici). La corrélation entre émissions de GES et PIB mondial suggère que l’augmentation de 2,7% de ce dernier entre 2012 et 2013 (calcul mené à partir des données de la Banque mondiale) doit conduire à une augmentation des émissions de GES. Le fait que l’on atteigne un « record absolu » de concentration des GES a donc partie liée avec le fait que le PIB mondial n’a jamais été aussi haut.

En revanche, le fait que la différence des concentrations entre 2012 et 2013 batte elle aussi le record ne cadre pas avec l’évolution du PIB, l’augmentation de ce dernier n’étant pas la plus forte de ces dernières années (sans même parler de la réduction tendancielle des émissions de GES par point de croissance). Lisez l’« explication » avancée par l’OMM :

« Des données préliminaires laissent supposer que cela pourrait être dû à la réduction des quantités de CO2 absorbées par la biosphère terrestre alors que les émissions de ce gaz continuent de croître. »

Voilà qui n’est pas sans rappeler le « On s’autorise à penser dans les milieux autorisés qu’un accord secret pourrait intervenir… » commenté en son temps par le regretté Coluche au cours de l’une de ses célèbres revues de presse (passage à 4’20).

enterrement première classe omm rené le honzecTout le monde ne peut que se réjouir de l’élévation de la richesse globale de l’humanité (que cette élévation cache d’énormes disparités entre les croissances des différents pays est une autre question). Mais si cela se fait au prix d’une augmentation de la concentration en GES, le jeu en vaut-il la chandelle ? La question est de savoir ce que nous risquons. Et c’est là que le communiqué de l’OMM se surpasse :

« La décision d’inclure dans ce numéro du Bulletin de l’OMM sur les gaz à effet de serre une section sur l’acidification des océans était nécessaire et vient fort à propos. Il est grand temps que l’océan, qui est le facteur déterminant du climat de la planète, soit dorénavant au centre du débat sur le changement climatique », a fait valoir Wendy Watson-Wright, Secrétaire exécutive de la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO.

Si l’on estime que le réchauffement planétaire n’est pas une raison suffisante de réduire les émissions de CO2, il devrait en être autrement pour l’acidification des océans, dont les effets se font déjà sentir et ne feront que se renforcer dans les décennies à venir. »

En bon promoteur du développement durable, l’OMM est donc en train de recycler le gaz carbonique : la Terre ne se réchauffant plus, l’OMM passe aussi discrètement que possible à autre chose. Les + 6°C en 2100 dont on nous parlait encore il y a peu sont passés par pertes et profits : la « Pause » dans la hausse des températures qui dure depuis plus de 15 ans est passée par là.

Ainsi, qu’on se le dise : les carbocentristes ont désormais déserté le terrain du réchauffement climatique, au profit de l’acidification des océans. Et, je vous le disais en introduction, ma boule de cristal me l’avait prédit en janvier 2010.


Sur le web 

Voir les commentaires (91)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (91)
  • Chouette, l’acidification océanique… c’est maintenant!
    Voila qui va redonner le moral aux escrologistes de tout poil et leur offrir une nouvelle moulinette à fadaises. Sans compter qu’il va faloir créer de nouvelles associations grassement subventionnées pour « étudier » la question.

  • Un des pères de l’écologisme disait : ce qui est important, ce n’est pas la vérité, c’est ce que les gens croient ». L’OMM ne s’arrêtera donc pas en si bon chemin. Après le refroidissement, le trou d’ozone, le réchauffement, il y aura donc l’acidification. Parce que le véritable ennemi, c’est l’homme, et le véritable but n’est as écologique, mais politique. Il faudrait que les peuples réalisent enfin qu’on a affaire à un totalitarisme planétaire qui peut broyer nos démocraties. Ne pas oublier qu’un des remparts de la démocratie est le pluralisme de l’information et des médias. Vive Contrepoints et quelques autres!

    • Hep… vous avez oublié les pluies acides… qui font les arbres tous jaunis… surtout quand on fait des vues aériennes en automne…

    • Un des pères de l’écologisme disait : ce qui est important, ce n’est pas la vérité, c’est ce que les gens croient

      Si je crois au père Noël, j’ai tout bon ❓

  • Quelle est la compétence des météorologues sur le pH des mers ?

  • on peut encore se baigner dans la mer donc le pH n’a pas varié dans des proportions alarmantes, quel bandes escrocs !

  • Selon le proverbe Shadokéen :

    quand on ne sait pas où on va il faut y aller…. et le plus vite possible.

    C’est bien ce que semble faire l’OMM.
    Faut-il comprendre que l’on ne pourra plus tremper l’orteil dans l’eau de mer ?
    Il me semblait que l’eau ne pouvait absorber tout le CO2, donc ne pouvait devenir plus acide au cas ou elle se réchaufferait.

  • Une fois qu’une association s’est formee, et passees les premieres annees de son existence, elle devient alors invariablement selfserving. C’est un peu comme un mecanisme instinctif de survie, coute que coute, voir les syndicats ouvriers qui sont de ce mecanisme l’exemple le plus parfait. Ce n’est pas parcequ’on sert a rien qu’on va soudain decider de dissoudre l’assemblee et d’abandonner tous ces petits avantages materiels associes a la fonction !

  • Les océans ne sont pas homogènes, l’atmosphère n’est pas homogène, les continents et les phénomènes géologiques ou tectoniques ne sont pas homogènes, les changements ne sont pas homogènes, même entre les hémisphères, rien n’est homogènes. L’acidification des océans est un des milliers de paramètres qui changent en fonction des autres paramètres. Dans quelles proportions et à quel endroit avec quelles conséquences ?

    Pour étudier n’importe quel paramètre, on ne peut se contenter d’une mesure en un point ou quelques points. Il faut un véritable maillage en trois dimensions de l’atmosphère et l’océan, multiplier les sondes les satellites. Et donc à chaque fois qu’on nous annonce une catastrophe, il faut remettre en place un large réseau de capteurs.

    Ouvrez votre porte-monnaie braves gens et à votre bon coeur. Vous avez le choix entre le billet low-cost (mais le pilote est aveugle – et cinglé) et le billet plein tarif (hors de prix). Ou alors on se penche sur la finalité de tout ça et on distribue des baffes, Personnellement, il me semble que le monde va plus mal politiquement et économiquement que écologiquement et je suis plutôt pour les baffes.

    • je suis plutôt pour les baffes.

      +1000 !

    • Pour parler d’acidification de l’océan, il faudrait un pH inférieur à 7. A 8,2 de moyenne, on est très très loin.

    • oui..et si on posait la question de savoir combien de mesures faut il pour déterminer le ph avec une précision de tant…il me semble qu’il faudrait pour y répondre avoir déjà une idée assez précise de la fonction de distribution du dit ph…
      ou de façon assez équivalente qu’elle est l’erreur sur votre mesure de ph…
      ou quelle est la probabilité que la différence entre les deux mesures que vous avez faite signifie vraiment une augmentation.

      La capacité à accepter la « validité » d’une mesure presque car on n’en a pas d’autre et qu’on en voudrait bien une laisse songeur.

      Avec le climat l’océan on en est plutôt à ce demander comment ça marche ces machins là que de comprendre m^me les variations observées.

  • Ça ne résout pas le problème de fond. Les Hommes se reproduisent/multiplient à l’infini. Chaque humain pollue de plus en plus à mesure que son niveau de vie s’élève.
    A quoi va ressembler la Terre dans 10,20,50, 100 ans ?
    Qu’est ce qui « régule » les humains ?
    Sommes nous complètement handicapé lorsqu’il s’agit d’additionner notre intelligence et de décider ensemble ?

    • « Les Hommes se reproduisent/multiplient à l’infini. »

      Comme la végétation, les micro-organismes, les animaux, enfin toute forme de vie sur terre.

      « Qu’est ce qui « régule » les humains »

      Dans quel but voulez vous réguler et suivant quels critères ? Je ne suis pas certain qu’on trouve une réponse à cette question philosophique même en additionnant votre intelligence.

      • Oui la nature s’autorégule et c’est la ou je voulais en venir. Qu’est ce qui limite l’humain ?
        De plus sachant que l’Homme est conscient de lui-même, ne peut t-il pas se réguler/limiter lui-même ?

        • Votre propos est absurde, parce que vous utilisez le mot « Homme » dans deux sens différent
          1) une personne réelle comme vous, effectivement consciente d’elle-même
          2) le nom d’une espèce vivante, qui comme toute espèce n’est qu’une catégorie abstraite de classification utilisée par les hommes (au sens 1) pour parler de l’ensemble des personnes (sens 1). Et ce genre d’abstraction n’a aucune conscience, et encore moins de capacité de régulation/limitation.

          Un homme (sens 1), ou un groupe d’hommes, peut-il réguler/limiter d’autres hommes, ou l’ensemble des hommes ? Oui, seulement … ça s’appelle un crime contre l’humanité !

        • « Oui la nature s’autorégule et c’est la ou je voulais en venir. Qu’est ce qui limite l’humain ? »

          Vous avez répondu vous même : la nature régule l’humain. Et si on cherche à lutter contre les maladies, la famine, le vieillissement c’est pour essayer de contrer la nature. Mais la nature gagne toujours de toutes façons. Et si vous imaginez qu’il existe une ordre suprême appelé « Gaïa », vous donnez dans le mysticisme. On déplace (à peine) les équilibres. Aucune chance de contrôler totalement la nature – du moins pas avant des milliers d’années et pas de « Gaïa » pour nous dire que c’est bien ou mal.

          « l’Homme est conscient de lui-même, ne peut t-il pas se réguler/limiter lui-même ? »

          Soit vous pratiquez une religion et c’est un blasphème, soit vous êtes agnostique et il vous faut définir une philosophie qui vous dira pourquoi, dans quelle direction et quelle mesure. Et les autres auront sûrement des points de vue différents. Vous ne pouvez pas dire « on reste tel qu’on est » à tous ceux qui ne mangent pas à leur faim ou aspirent simplement au même niveau de vie que vous. Vous ne pouvez même pas le dire à votre voisin plus riche que vous qui lorgne vers son voisin encore plus riche. Et je ne pense pas que vous soyez disposé à vous aligner sur le niveau de vie d’un chinois.

          La régulation et la limitation suppose une forme de colonialisme et de collectivisme, Mais aussi d’une dictature pour imposer **votre** philosophie et maintenir l’ordre, car quand les ressources sont limitées, les luttes pour y accéder deviennent féroces.

        • ben vous savez en pratique la population humaine est déjà sur la voie d’une stabilisation sans aucune intervention écologique ou limitatrice forcée…

          https://www.youtube.com/watch?v=eA5BM7CE5-8 un peu gnangnan mais meme ^pour un effrayé du climat…on a le droit de voir le progrès.

          et pourquoi diable vous souciez vous de la population humaine? en quoi est ce en votre pouvoir?

          Au mieux vous êtes un augure de malheur ..qui peut se tromper..

          en fait on sait le progrès même si il vous nourrit c’est mal la nature c’est bien même quand elle vous tue…enfin pour les autres..

          si vous êtes là pour vous poser cette question c’est parce que les gens ont refusé d’y répondre auparavant.

        • superresitan: « Qu’est ce qui limite l’humain ? »

          Lui-même et la nature, la natalité endogène est en déclin dans tous les pays ayant atteint un certain niveau de vie et le niveau de vie mondial ne cesse d’augmenter dans tous les pays ou les conditions politiques sont libérale: un état qui assure correctement les tâches régalienne et la liberté de ses habitants.

          D’autres part la nature en France est en meilleures état qu’au siècle passé, parce que le gens font bien plus attention à leur habitat et ont les moyens.

          Et ce n’est que le commencement de l’histoire; à la sortie de la guerre la priorité était de nourrir tous le monde, il n’y a pas 80 ans, rien à l’échelle humaine la France était encore composée de paysans et de grandes avancée nous attendent question énergie. Les progrès sont déjà considérable depuis 50 ans.

          Enfin bref, vous vous êtes laissé piégé par les marchand de peurs qui vendent leur petite religion merdique, rien de neuf depuis Tertullien de Carthage, la mort, la finitude hante les humains, a chaque génération il se trouve des alarmistes pour prédire mille fins.

          Quelques-unes sur des dizaines de milliers:———————————————————

          « la température se vicie rapidement; les excès climatériques deviennent habituels, les régions voient disparaître leurs cultures ancestrales; les saisons s’inversent; l’hiver surgit au printemps, le printemps arrive en hiver; la disparition des saisons intermédiaires; la fin des forets; le tarissement des sources; le déclenchement de ouragans ». – Fourier dans Le Nouveau Monde industriel – 1830

          En 1995, entre 75% et 85% de toutes les espèces animales seront disparues” Dr. S. Dillon Ripley April 1970

          “En 1985, la pollution aura réduit de moitié la lumière du soleil qui nous atteint. » – Life magazine, January 1970

    • Je ne tiens absolument pas à « additionner » mon intelligence à la vôtre, car la somme d’un nombre positif et d’un nombre négatif donne un nombre inférieur au premier. Si vous voyez ce que je veux dire en considérant votre intervention.

      • Il est étonnant qu’un animal social comme l’Homme n’est pas évolué vers la capacité à additionner son Intelligence. Par Intelligence, je n’entends pas culture (par rapport à votre remarque qui sous entend que ceux qui ne partagent pas votre opinion sont des trisomiques, soit). Je parle de intelligence de groupe dont son capable des être vivant comme les abeilles ou fourmis. Un individus ne fait pas grand chose mais ensemble ils forment une nouvelle entité et décuplent leur capacités. Chez l’Homme c’est tout le contraire. En tout cas c’est mon impression.

        • il est étonnant que ça vous étonne. Si c’était le cas, l’Homme ne serait par rapport au groupe que ce qu’est une fourmi est par rapport à la fourmilière, ou ce qu’est un neurone par rapport au cerveau : rien. Et vous ne seriez bien sûr pas là pour en parler.

        • Je crois que vous faites une erreur (que j’ai faite moi-même pendant longtemps) en sur-estimant l’intelligence de l’homme. L’homme n’est pas plus intelligent qu’il y a 10000 ans et ce n’est pas son principal atout. En revanche il thésaurise sur la connaissance.

          Un individu a peu d’idées originales (ou pas pour la presque totalité des individus) durant toute sa vie. Chacun se contente de répéter des idées reçues. La force de l’homme en tant qu’espèce vient de la capacité de mémoriser et de copier les procédés qui fonctionnent. Sa tendance à suivre des modes et à les rejeter ensuite est le principal moteur du progrès. Les idées vraiment neuves ne sont pas le produit d’une réflexion de groupe mais le déclic dans le cerveau d’un individu confronté à un problème critique. Et cette idée sera copiée par les autres et retenue si elle se révèle « utile » et non pas intelligente.

          Partant de cette analyse, vous comprendrez (ou pas) à quel point ceux qui prétendent savoir sans apporter la preuve de la pertinence et surtout l’utilité de ce qu’ils avancent me semblent stupides et arrogants.

          • pragmat

            Fais gaffe à ce que tu dis quand même :

            « La force de l’homme en tant qu’espèce vient de la capacité de mémoriser et de copier les procédés qui fonctionnent. »

            euh parfois même ceux qui ne fonctionnent pas : le socialisme…

        • Non. La stupidité n’est pas une opinion différente, mais la stupidité.

        • « Il est étonnant qu’un animal social comme l’Homme n’est pas évolué vers la capacité à additionner son Intelligence. »
          Heu, il me semble que nous pouvons communiquer, et donc passer des contrats, s’organiser pour produire des ordinateur et tout un tas de chose qu’un seul individu serait incapable de produire seul…

          « Par Intelligence, je n’entends pas culture (par rapport à votre remarque qui sous entend que ceux qui ne partagent pas votre opinion sont des trisomiques, soit). Je parle de intelligence de groupe dont son capable des être vivant comme les abeilles ou fourmis. Un individus ne fait pas grand chose mais ensemble ils forment une nouvelle entité et décuplent leur capacités. Chez l’Homme c’est tout le contraire. En tout cas c’est mon impression. »
          Donc il n’existe pas d’usine, d’association, de forum de discussion, de journaux, etc… Vous préférez visiblement la contrainte au consentement, la spécialisation la plus stupide possible et la planification à la liberté et la responsabilité, et tout ce qui ne va pas dans votre sens n’est pas intelligent. Dommage, cela vous empêchera d’additionner votre intelligence avec qui que ce soit, puisque la force est précisément l’inverse de l’intelligence.

        • superresitant: « n’est pas évolué vers la capacité à additionner son Intelligence. »

          D’ailleurs c’est Robert tout seul dans son garage qui construit, ponts, avions, routes, école, fusée et même l’ordinateur sur lequel vous écrivez.

          Robert… tout seul… aucune addition d’intelligence.

          —————————————
          Prenez un simple crayon et essayez d’imaginer combien de gens il faut depuis les bucherons avec leurs machines de scierie construite par des autres, les mines pour extraire le graphite, les camions, foreuses, transport, fabrication etc. etc.
          ça fait plusieurs milliers d’individus qui coopèrent comme par magie pour produire cet élément que vous trouvez certainement insignifiant.

          En fait vous êtes aveugle, totalement. Rien que dans votre chambre, pour chaque objet, vous pouvez additionner une somme folle d’intelligence et de coopération pour que chaque objet soit produit et vous parvienne pour un effort négligeable de votre part.

          Et tout cela alors que vous n’êtes même pas foutu de tailler un silex ou vider un lapin.

          • Il voit le bout de nez quand même … Mais il ne voit pas plus loin … :mrgreen:

          • oui d’ailleurs Superresitant dans sa chambre il ne se rendait pas compte qu’il y avait tant de monde que ça autour de lui… un exhibitionniste ! :mrgreen:

          • Pour reprendre l’exemple du crayon, certes il y a une organisation globale. Mais où avez vous vu que cette organisation était intelligente ? C’est juste de l’auto-organisation, chaque intervenant dans la chaîne de production a son horizon (informationnel) et ses propres objectifs. Entre le bûcheron et l’écolier, aucune boucle de rétro-action.
            Maintenant, il est vrai que de mettre un peu d’intelligence dans tout ça, forcément ça frustre des gens pour qui ça ne colle pas à leurs objectifs.

            • Steph

              Raisonnement typique de celui qui croit qu’il suffit de fabriquer un produit pour que quelqu’un l’achète : vous êtes certainement agriculteur nan ? 🙂

              La rétro action c’est l’acte d’achat ou de non-achat, seul acte qui valide le produit : c’est comme cela que l’on communique avec l’intervenant précédent dans la chaîne de production.

            • gameover: « c’est comme cela que l’on communique avec l’intervenant précédent dans la chaîne de production. »

              Oui, mais non. Les commerciaux et les ingénieurs se parlent, expriment leur désirs au niveau du produit, les exigences de qualité, de matériaux, les contraintes, les couts etc. etc. Ce n’est pas un binaire « achète/n’achète pas »

              L’écolier ne sanctionne que la validité finale de la production en masse, mais en amont des études sont faites aussi.

              gameover: « Mais où avez vous vu que cette organisation était intelligente ? »

              Dans le genre lune et doigt… :mrgreen:
              Les gens qui la composent sont intelligent, il y a énormément d’innovation et intelligence dans les échanges et la production.

    • Un des mythes les plus coriaces de notre époque, qui n’en manque pourtant pas.

      http://www.contrepoints.org/2010/10/14/3822-3822

    • @ Superresistant,

      Personnellement, en bon liberal, je n’ai pas attendu qu’on forme un comite. Je n’ai pas fait d’enfants.

      Cela n’empeche pas les ecolos, style Duflop & Co. international, de m’emmerdouiller comme les autres, et a me faire payer des taxes et des petits impots, alors que je pollue deja bien moins que tout le monde, grace a ma very own « final solution ». Qu’ils aillent au diable !

      Ayant applique mon propre principe de precaution, je ne pense cependant pas que cet accroissement mondial de la population soit forcement inalterable. Nous vivons sans aucun doute, a l’heure actuelle, une periode d’embellie economique globale, encore relativement recente, qui a sans doute favorise ce resultat. Que l’embellie demeure et la natalite finira probablement par decliner. Une rarefaction eventuelle des ressources energetiques disponibles verrait un accroissement soudain de la mortalite (lie au declin economique consequence de la rarefaction). Le risque pandemique potentiel demeure, d’autre part, un facteur possible de decroissement. Maintenant, pour ceux que cette augmentation, qu’ils imaginent sans fin, continue de preoccuper, outre mesure, il reste toujours la « lemmings solution » (mais ne retenez pas de place pour moi, quant a ce projet, je n’ai pas l’intention d’etre du voyage).

      Ou alors, faites plutot comme moi, la solution douce et tranquille, ne vous reproduisez pas !

      PS/ Si l’intelligence etait additionnable on l’aurait deja remarque. Quant a la faculte de decider ensemble, je n’en ai vu guere de signes de par le monde, mis a part en Suisse (mais meme la, apparemment, les choses sont en train de changer dans le mauvais sens).

      • @inanutshell
        Merci d’avoir compris mon propos (l’un des seul) et d’y avoir ajouté votre commentaire sans m’avoir insulté (l’un des seul hélas).
        Je pense aussi à ne pas avoir d’enfant et ainsi dire « me réguler » comme dit l’autre en dessous (ph11). Je suis également exaspéré de devoir payer des taxes qui servent à jouer en bourse et monter des arnaques, le tout basé sur des prédictions fausses.
        Cette limitation à coopérer / agir plus intelligemment en groupe est affligeante chez les humains.

        • « Je pense aussi à ne pas avoir d’enfant et ainsi dire « me réguler »  »
          Ne faire qu’un seul enfant suffit à diviser la population par deux en moins d’un siècle, ne point en faire du tout permet de détruire l’humanité en moins d’un siècle.

          • Bonjour Sansinteret,

            Tout d’abord, il s’agirait de reviser vos classiques, je n’ai jamais parle nulle part, dans aucun de mes commentaires, de « me reguler ». Deuxieme point important, je n’ai pas non plus l’ambition de representer un mouvement, donc je ne pense pas representer un risque serieux en ce qui concerne la destruction de l’humanite en moins d’un siecle, du haut de ma 1/7000000000eme part de responsabilite. Le dernier point, et c’est sans aucun doute le plus important, pour un liberal : que je decide ou non de produire des enfants, pour quelque raison que cela soit, ne regarde ni vous ni l’etat.

            • Toutefois il serait bien triste de s’en privé si la seule raison à invoquer est celle de la régulation de la population. C’est un choix tout à fait personnel j’en conviens, mais je plains toujours les gens qui ne veulent pas d’enfants pour cette raison là. Je trouve ça d’une tristesse infinie.

              Être capable de se faire dicter ses choix personnels par les autres, brrrrrr. Et en plus sur un sujet aussi intime qui ne devrait concerner que soit même, brrrrr.

              J’ose espérer que ce n’est pas votre cas et que vous avez bien d’autres raisons que vous gardez pour vous pour ne pas en avoir.

    • Régule-toi toi-même.

    • « Chaque humain pollue de plus en plus à mesure que son niveau de vie s’élève. »

      Non. C’est une courbe en cloche. Sinon les pays développés seraient plus pollués qu’auparavant (enfin pour ceux dont la population a augmenté), alors que c’est l’inverse qui se passe (contrairement à ce que beaucoup de gens pensent).

      • Oui j’ai lu l’article « Le mythe de la surpopulation » après coup et réalisé qu’il y a une limite à cette corrélation.
        Le boom de la pollution intervient lors du passage : pays sous développé –> pays en développement

    • « Ça ne résout pas le problème de fond. Les Hommes se reproduisent/multiplient à l’infini. »
      Faux : cf. Transition démographique.

      « Chaque humain pollue de plus en plus à mesure que son niveau de vie s’élève. »
      Faux : Nos champs sont moins pollués aujourd’hui que dans les années 70/80. Les pays pauvres n’ont pas les moyens d’empêcher les pollutions quant en France nos eaux sont traitées avant d’être relâchées dans les fleuves.

      « A quoi va ressembler la Terre dans 10,20,50, 100 ans ? »
      Personne ne peut y répondre, pas même le GIEC.

      « Qu’est ce qui « régule » les humains ? »
      Tout un tas de chose, à commencer par les prix.

      « Sommes nous complètement handicapé lorsqu’il s’agit d’additionner notre intelligence et de décider ensemble ? »
      Non, là ou nous sommes handicapés, c’est quand il s’agit de décider par et pour soi-même, les Etats ayant une fâcheuse tendance à préférer la force au dialogue.

      • « Nos champs sont moins pollués aujourd’hui que dans les années 70/80 »
        Ça c’est faux.
        De plus en plus de villes ont des problèmes de pollution récurrents, à commencer par Paris, par exemple. Pourtant, on y implante de plus en plus de ruches, oui oui des abeilles, parce qu’elles y supportent mieux la pollution qu’à la campagne.

        « Tout un tas de chose, à commencer par les prix. »
        Le prix de la santé, seul moyen de combattre les effets de la pollution, entre autre. Pas très fin comme argumentaire.

        • La pollution a diminue à Paris. C’est juste que les seuils d’alertes baissent plus vite pour entretenir un climat de crainte.

        • ça dépend comment on voit les choses au sujet de la pollution, sans chiffres on dit ce qu’on veut.
          Il existe des régions qui on beaucoup changé par exemple ma région de production laitière et effectivement on peut le voir comme une dégradation de l’environnement, mais c’est très facile de parler tandis qu’il est beaucoup plus difficile de maintenir une ferme à flot.

          La pollution des villes a aussi changé…

          Je comprends le fond de l’argumentaire écolo qui est il faut sauver la nature pour nous sauver…et qui dit que l’incroyable amélioration de la condition humaine en général est une illusion qui ne durera pas..
          Il est possible qu’il y ait du vrai là dedans, mais les grands principes de sobriété de vie énoncés par ses partisans pourquoi diable ne les appliquent ils pas?

          Une grande partie des gens qui manifestaient pour le maintien de la retraite à 60 ans et des trente cinq heures peuvent manifester pour sauver la planète des vilaines énergies fossiles…c’est facile…et un terrible déni de la réalité.

          Quand le combat contre la pollution a vraiment pour but d’améliorer la santé des populations , il est louable, quand il nie que la pollution est une effet de l’amélioration de notre niveau de vie, il devient mortifère. Pour faire simple, on ne vit pas mieux dans un pays « pollué et industriel » que dans un pays agricole et « pur ».

          A vrai dire, nous sommes 7 milliards sur terre et l’arrêt immédiat de la pollution ou de la « dévastation de la planète  » conduirait selon moi à une terrible hécatombe.. sans parler des libertés individuelles ou du sort des femmes.

          Je suis en train de relire les récits de voyages de hollandais au Japon au 17 eme ,pays exemplaire de la durabilité et de l’autonomie , si c’est un pays admirable par beaucoup de points de vue, le respect de la vie humaine y était assez léger, et la dictature implacable sans parler des libertés et ce n’est pas un hasard.

          La vision d’un monde durable, quand elle n’est pas brouillée par l’ idée fumeuse d’une énergie » propre « abondante ,n’est pas très réjouissante , quarante années d ‘électricité ont fait oublier aux gens le fait que la » vie naturelle », loin des cocotiers n’est pas tendre.

          • Des chiffres : avec toute cette pollution, on se demande bien pourquoi en 10 ans l’espérance de vie à la naissance a augmenté de 3 ans et de 18 ans depuis 1946 (INSEE hommes).

            Je me rappelle avoir vu l’état des murs des habitations du centre ville de Vierzon dans les années 70 (gare de triage)…

            Quand j’en entends qui veulent sauver la nature, je regarde leurs chevilles… ils doivent être un peu mégalo, la nature sera là quand nous n’y serons plus… elle s’en fout la nature.

            Il semble que l’on vive plus longtemps quand on a de quoi bouffer… une impression certainement.

        • Steph,

          Pollution des champs ça ne veut rien dire sauf à trouver des déchets nucléaires.

          En final s’il y a problème, c’est dans l’eau qu’on le retrouve et justement concernant l’eau:

          « Comme le montre la thèse de Sophie Cambon (1996), la prolifération des normes de potabilité
          a pour effet paradoxal de rendre le public de plus en plus méfiant alors même qu’à long terme
          la qualité s’améliore. Les journalistes participent à ce processus avec des formules unilatérales
          comme « 10 millions de Français boivent une eau non potable »; calcul réalisé en
          additionnant toutes les populations desservies par un réseau où l’eau a temporairement été
          hors des normes de potabilité. Les chiffres additionnent d’ailleurs des causes très différentes,
          et notamment les nitrates aux pesticides et aux bactéries causant des gastro-entérites. Certains
          de ces problèmes sont « nouveaux » en ce sens que, comme dans le cas de la pollution dans le
          milieu, ils sont générés par des sources diffuses, en particulier par le ruissellement pluvial
          urbain et rural.  »

          ___________________
          Les normes de l’eau au nombre d’une dizaine en 1945 sont maintenants de plus de 110 (en 2004)

          Tu trouveras le lien dans google.

          • Pour le cas des abeilles, ce n’est ni un problème d’eau, ni un problème nucléaire. Les abeilles ne sont qu’une (petite) partie du système, tout comme l’eau n’est qu’un vecteur parmi d’autres.
            Et cela rejoint mon autre commentaire, si on ne regarde que ‘sa’ petite partie du système…

    • « Qu’est ce qui « régule » les humains ? »

      La mort.

  • ☺ L’abandon de la température moyenne de l’atmosphère en passant de réchauffement global à réchauffement climatique puis à dérèglement(s) climatique(s), ouf, je respire.

    Mais avec cette température on pouvait rêver de vivre sans chemise sans pantalon. ♫

    Le PH -log [H+] de l’eau de mer dans un milieu aussi complexe me semble aussi pertinent que les bains de siège de Rika Zaraï en moins efficace. ♫ ♪

  • 1984-2013 parce que le climat s’établit sur 30 années.

    • Si vous additionnez :

      – le climat s’établit sur 30 années
      et
      – on n’a des mesures fiables depuis 30 ans
      et
      – il n’y a pas de réchauffement depuis 15 ans

      Avouez quand même que la corrélation réchauffement CO2 en prend un coup ainsi que la notion même de réchauffement

  • bien vu le papier de 2010 !

  • Je pensais qu’on était déjà au summum de la sottise des écolos, je me suis trompé.
    Les zozos croient sincèrement que la croissance est une machine à produire du CO2…

    • Bonjour ph11,

      C’est normal, plus l’ecolo convaincu utilise son imaginaire et plus celui-ci grandit. A la fin il finit par habiter une espece de realite virtuelle, et il y croit !

      Il va falloir penser bientot a recalibrer le testeur a bovine excrement…

    • La croissance est basé sur une production toujours plus importante de biens manufacturés, donc une consommation toujours plus importante d’énergie, donc une consommation toujours plus importante de combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz), donc une augmentation toujours plusimportante de la production de CO2.

      C’est pas de l’idéologie, c’est de la physique.

      • Mais la physique réfute le kamasoutra qu’on veut nous faire admettre de la rétroaction positive du CO2 atmosphérique comme contraire à la seconde loi de thermodynamique et comme description d’une machine à mouvement perpétuel.

        • Équation de base d’une combustion:
          C+02->CO2

          Or, l’usage énergétique des combustibles fossiles (pétrole, gaz et charbon) consiste à le bruler, donc à réaliser une combustion. Cette combustion produit donc du CO2.

          L’énergie utilisée par l’homme est pour les 3/4 issue de ces combustibles fossiles. La croissance du PIB mondial nécessitant une augmentation de tout type de production (agricole, industrielle, transports, etc…), elle induit mathématiquement une augmentation de la consommation en énergie.

          Cette énergie étant 75% fossile, cela augmente mathématiquement la quantité de combustible fossile brulée, donc mathématiquement, la quantité de C02 produite sur l’année augmente.

          Donc oui, la croissance produit du CO2, c’est un fait physique, qui se vérifie par un calcul mathématique du niveau d’un élève de primaire (une simple règle de 3).

          • Mais on ne vous parle pas de ça, mais de la possibilité que le CO2, quelle que soit sa provenance, naturelle ou anthropique, puisse avoir une action sur la température à cause de sa possibilité, très limitée et rapidement saturée, de piéger les IR renvoyés par la Terre; et c’est là que le bât blesse, car les explications ne tiennent pas au regard des lois de la physique. Voir en particulier ici: http://arxiv.org/pdf/0707.1161.pdf

            • Pas de bol pour vous, ce papier inepte a été détruit dans vos rangs:

              w w w.drroyspencer.com/2009/04/in-defense-of-the-greenhouse-effect/

              « Il aurait dû commencer par une validation expérimentale de l’effet de serre. Ce que personne n’a jamais réalisé, car il n’existe pas… »

              Ah… vous n’avez vraiment pas lu Roy Spencer, mon petit : « The greenhouse effect is supported by laboratory measurements of the radiative absorption properties of different gases, which when put into a radiative transfer model that conserves energy, and combined with convective overturning of the atmosphere in response to solar heating, results in a vertical temperature profile that looks very much like the one we observe in nature.

              So, until someone comes along with another quantitative model that uses different physics to get as good a simulation of the vertical temperature profile of the atmosphere, I consider objections to the existence of the ‘greenhouse effect’ to be little more than hand waving. »

              C’est gênant non ?

      • « C’est pas de l’idéologie, c’est de la physique. »

        C’est pas de la physique, mais du calcul pour élève de l’école primaire. Mais l’interprétation du résultat du calcul reste de l’idéologie.

        La bible dit : « Croissez et multipliez ». La nature applique le même principe en ajoutant « adaptez vous », sans remettre en cause la croissance. Les idéologues se réclament de l’humanité pour en remettre en cause les croyances et de la nature pour en remettre en cause les principes. Cherchez l’erreur.

  • L’équilibre du CO2 dans les océans est réguler par
    1° la précipitation de carbonates
    2° la température.
    La dissolution d’un gaz dans l’eau varie en fonction inverse de la température. Pour illustrer la chose, chacun a déjà vu en période de forte chaleur les poissons, pour éviter l’asphyxie, venir prendre l’oxygène en surface.
    En cas de réchauffement il y a moins de gaz (donc de CO2) dissous dans les océans et donc moins d’acide carbonique produit qui se forme via le CO2 dissous.
    Il est donc scientifiquement faux de dire que les océans s’acidifient en période de réchauffement.

    • En fait les Océan s’acidifient avec l’absorption de CO2 atmosphérique et cette réaction est accéléré/catalysé par le froid ?
      Donc le réchauffement climatique diminue l’acidité des Océans, correct ?

    • Il me semble que vous inversez le problème mais peu importe. L’accroissement mesurable de CO2 dans l’océan ne peut que concerner la couche superficielle de façon transitoire (et donc limitée) le temps que l’effet soit dilué dans l’immensité de l’océan.

      A terme et à température constante, l’océan est un tel réservoir que tout le CO2 envoyé dans l’atmosphère retourne dans l’océan et l’atmosphère quasiment à son état initial. La concentration en CO2dans l’atmosphère n’est que le produit d’un déséquilibre temporairement permanent (du bilan émission/captation de la biosphère + combustions) et du dégazage de l’océan avec la chaleur de la couche de surface.

    • Le problème semble être dans la limite de précipitations des carbonates.

      De plus, au-dessous d’une profondeur appelée ACD (aragonite compensation depth) pour
      l’aragonite ou CCD (calcite compensation depth) pour la calcite, tout le calcaire est dissous
      (ceci vers 4500 mètres de profondeur). C’est-à-dire que, sous cette profondeur, aucun
      organisme calcaire ne peut survivre.

  • oupff : « régulé »

  • Exquis 🙂

    Après le trou dans la couche d’ozone (qui a toujours existé), des gaz à effet de serre, la méchanceté inconsciente de l’homme, la perversion de feux ouverts et des BBQ, la cigarette qui tue même en plein air (?), les enzymes gloutons, voici les océans qui s’acidifient …

    La force motrice qui fait tourner la terre semble être la manie des humains de battre leur coulpe 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

changement d’heure
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Par Damien Conzelmann.

Sur les ondes de France Inter, Olivier Blanchard, ex-chef économiste du FMI, déclarait qu'il n’y a pas à sacrifier la croissance pour éviter le réchauffement climatique :

https://twitter.com/franceinter/status/1407950272060694529

 

Il n’en fallait pas plus pour réveiller et indigner tous les partisans de l’idée de décroissance économique. Les insultes ont fusé. Gilles Raveaud a même parlé de « naufrage intellectuel ». Récemment, la publication d’un brouillon du GIEC a également relancé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles