Évaluer le potentiel de rupture d’une nouvelle technologie : Les courbes de valeur

La courbe de valeur est un outil utile pour évaluer l’impact potentiel d’une nouvelle technologie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Potentiel croissance Hollande René Le Honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Évaluer le potentiel de rupture d’une nouvelle technologie : Les courbes de valeur

Publié le 9 septembre 2014
- A +

Par Philippe Silberzahn.

voiture credits paul towsend (licence creative commons)Lorsqu’on est confronté à une nouvelle technologie, il est important de pouvoir en évaluer le potentiel de rupture. C’est bien-sûr loin d’être évident. Très souvent, après un bref enthousiasme initial, la nouvelle technologie est rejetée et sous-estimée. Regardons pourquoi.

L’un des modèles les plus répandus pour évaluer la dynamique de performance d’une technologie est la courbe en S. L’idée est qu’initialement, la nouvelle technologie est relativement peu performante et ne progresse que lentement au cours du temps. Songez aux premières automobiles, très compliquées à mettre en œuvre, et qui ne faisaient que quelques mètres avant d’exploser. Il faudra environ un siècle pour que l’automobile devienne plus fiable et plus facile à conduire. Puis, l’amélioration de performance se fait plus rapide et la technologie entre dans une période de très forte progression. Au bout d’un moment, la technologie devient mature et la progression ralentit. On obtient ainsi une forme de progression en S aplati : démarrage lent, forte accélération, puis à nouveau progression lente.

Là où la courbe en S devient intéressante c’est lorsqu’on l’utilise pour comparer la nouvelle technologie à celle actuelle. A priori, l’actuelle est plutôt en fin de cycle, donc avec une progression relativement faible en termes de performance. On a donc le schéma suivant :

silberzahn1

Au début, la nouvelle technologie a une performance inférieure à la technologie actuelle : en 1765, lorsque Cugnot invente la première voiture, il vaut mieux continuer à se déplacer à cheval, et cela reste vrai pendant un siècle au moins. Mais la technologie progresse. Elle devient progressivement plus fiable, plus performante, plus facile à utiliser. Un jour, les deux courbes se croisent (cercle noir sur le schéma). C’est le moment du basculement du marché. Dans l’automobile, ça correspond approximativement à l’introduction de la Ford T, le moment où l’automobile cesse d’être un hobby pour riches et devient un marché pour (presque) tous. Ensuite, après le croisement, la nouvelle technologie continue sa progression, laissant définitivement derrière elle la technologie actuelle qui, du coup, devient l’ancienne technologie.

La courbe en S explique donc bien pourquoi, au début, la nouvelle technologie est rejetée. Elle est clairement moins performante que l’actuelle. Ce fut le cas des premiers téléphones mobiles, lourds et dont la connexion était très imparfaite, des stylos bille qui fuyaient, de la voix sur Internet qui était à peine utilisable, etc.

Mais alors une question se pose : si la nouvelle technologie est si inférieure à la technologie en place pendant si longtemps, pourquoi est-elle adoptée par un nombre croissant de gens ?

Clairement, cette adoption dépasse le cadre des seuls passionnés. En fait la réponse est simple : si, malgré ses défauts, la nouvelle technologie est adoptée par un nombre croissant de gens, c’est parce que, bien qu’inférieure sur certains critères, elle offre de nouveaux critères que n’offre pas la technologie actuelle. Cela paraît évident, mais on n’en mesure pas forcément les conséquences. La courbe en S n’est donc pas appropriée pour rendre compte de cette diversité de critères car elle se focalise sur un critère relativement générique de « performance ». Il faut au contraire recenser les critères pertinents pour évaluer les performances relatives des deux technologies sur chacun de ces critères. C’est ce qu’on appelle la « courbe de valeur ».

Regardons comment avec un exemple très simplifié, celui de la photo argentique, attaquée par le numérique à partir du milieu des années 90. Quels sont les critères de performance qui définissent la photo argentique en 1995 ? On peut citer le prix d’achat de l’appareil, la résolution du film, les fonctions complémentaires comme l’autofocus. Lorsque la photo numérique arrive à ce moment, elle apporte les critères suivants : capacité à voir la photo immédiatement, facilité de partage de la photo (à l’époque par disquette haute capacité, puis ensuite avec Internet), absence de coût variable pour les photos, et capacité à modifier facilement la photo prise (pour enlever les yeux rouges par exemple). À cette époque, les appareils photos numériques sont encore très chers (l’équivalent de 50.000€ d’aujourd’hui) et offrent une faible résolution. L’argentique est donc supérieur sur ces critères, et reste donc préféré des photographes professionnels. Sur les autres critères, le numérique est clairement supérieur.

silberzahn2

On délimite ainsi, à partir des critères, un espace « ancien », où prédomine la technologique actuelle, et un espace « nouveau » où c’est la nouvelle technologie qui prédomine. Le simple fait qu’il y ait ces deux espaces montre que la nouvelle technologie ne peut pas remplacer l’actuelle : elle n’est pas meilleures en tous points, mais en certains seulement.

Mais comme le suggérait la courbe en S, la nouvelle technologie a un avantage : elle évolue. À partir d’un certain point, elle évolue même plus vite que la technologie actuelle. C’est ce qui s’est passé pour la photo numérique : le prix des appareils a commencé à baisser pour rejoindre progressivement celui des appareils argentiques, et la qualité des photos à augmenter pour atteindre aujourd’hui des résolutions très élevées. Au final, la photo numérique devient supérieure en tous points et sur tous critères à la photo argentique, qui disparaît alors rapidement.

Potentiel croissance Hollande René Le HonzecToutefois, la progression de la nouvelle technologie le long des critères n’est pas toujours systématique. Certains critères peuvent être mutuellement exclusifs en quelque sorte. Si l’on regarde le cas de la téléphonie fixe confrontée à la téléphonie mobile, on observe rapidement que le téléphone mobile est intrinsèquement inférieur au téléphone fixe en termes d’autonomie et de garantie d’accès au réseau, notamment. Ainsi, les deux « espaces » persistent et le téléphone mobile ne remplace pas complètement le téléphone fixe, du moins pas pour l’instant. De même le magnétoscope, et aujourd’hui le DVD, n’ont pas supprimé les cinémas.

La délimitation des espaces de performance propres à chacune des technologies permet donc d’anticiper leur succès relatif. On a vu dans l’exemple de la photo que, souvent, l’importance des critères est subjective : un photographe professionnel sera très attaché à la résolution de l’image tandis qu’un touriste se contentera volontiers d’une résolution « suffisante ». On pourra ainsi ordonner les critères selon leur importance mais seulement en relation avec un profil d’utilisateur cible, sans quoi l’ordonnancement n’aura pas de sens.

Au final, la courbe de valeur est un outil utile pour évaluer l’impact potentiel d’une nouvelle technologie. Il n’est naturellement pas infaillible, il faut plus le voir comme le moyen pour une équipe de discuter et d’énoncer explicitement des hypothèses sur le marché considéré. Il permet au moins de trouver un juste milieu entre un enthousiasme déraisonnable pour toute nouvelle technologie, et un pessimisme tout aussi déraisonnable.

Lire aussi : La sous-estimation initiale des innovations de rupture


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Silberzahn.

La création de services « d'innovation de rupture » au sein des grandes entreprises n’est pas nouvelle. Mais malgré le temps et l’expérience, ils restent souvent bloqués dans leur action et finissent par être dilués dans l’organisation après quelques années, voire quelques mois.

Si la direction générale en attend parfois un peu trop, il est en effet illusoire de penser que l’innovation de rupture sera réglée par un service, si performant soit-il, cet échec est problématique. Il n’y a pas de solution mira... Poursuivre la lecture

Par Bernard Marie Chiquet.

Il est intéressant de constater que pour beaucoup d'entreprises qui décident de réinventer leur organisation vers le self-management, cela passe d'abord par bâtir une nouvelle culture. C'est ce que j'ai pu observer récemment dans un grand groupe français. Le nouveau PDG, tout juste arrivé, annonce immédiatement la couleur.

L'entreprise doit s'inventer une nouvelle culture. Pour ce faire, ce patron et sa garde rapprochée ont mis au point une stratégie. Au-delà de son nom parfaitement « marketé », celle-... Poursuivre la lecture

tapis roulant
0
Sauvegarder cet article

Par Sophie Kayech et Karl Eychenne.

L’Homme est bien la seule espèce vivante à savoir faire du surplace en courant. Il doit ce formidable pouvoir à l’invention d’un objet technique un peu curieux : le tapis roulant. Plus qu’un objet technique, le tapis roulant symbolise en réalité bien des paradoxes du monde contemporain, de l’atonie de la croissance économique malgré les nouvelles technologies, à notre insatisfaction chronique malgré tous les progrès en termes de bien - être.

Le tapis roulant économique

Le premier témoignage s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles