Le nautisme français, victime du matraquage fiscal

matraquage fiscale rené le honzec

Une industrie qui ne peut plus compter que sur les exportations, difficiles en raison du coût de main d’oeuvre…

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Nautisme CC flickr  Etienne Valois

Le marché français du nautisme, dont l’activité est en baisse pour la troisième année consécutive, s’enfonce dans la morosité. De septembre 2013 à septembre 2014, les ventes de bateaux neufs ont en effet enregistré une chute évaluée entre 5% et 7%, les plaisanciers préférant se tourner vers l’occasion. Cette nouvelle baisse confirme les mauvais résultats de l’exercice précédent qui avait déjà connu une chute de 15,1% avec 13.979 bateaux immatriculés.

Selon un article du Figaro :

Cette dépression française est quasiment une exception, avec l’Italie. Ailleurs, les ventes se comportent convenablement puisque même l’Espagne enregistre un léger frémissement. Le Royaume-Uni et la Scandinavie progressent, l’Allemagne est stable, l’Amérique du nord reste bien orientée, […] La fréquentation des côtes françaises est en recul de 30% au profit des pays voisins. Les fiscalités y sont plus attractives, l’Italie l’a bien compris en baissant sensiblement son taux de TVA. La baisse de cette taxe est largement compensée par les sommes dépensées dans les ports et aux alentours par les plaisanciers. Entre la Sardaigne et la Corse, le taux de TVA double.

matraquage fiscale rené le honzecTous les domaines souffrent aujourd’hui de la fiscalité délirante de notre pays. Le nautisme, c’est, en direct, plus de 5 000 entreprises faisant travailler environ 45.000 personnes, générant un chiffre d’affaires de plus de 5 milliards, dont 70% à l’exportation. Bien évidemment, il faut ajouter à cela toute l’économie indirecte, en particulier les accueils et le tourisme, particulièrement sur la côte atlantique et en région PACA.

Pendant ce temps, un député français du PS vient de proposer d’augmenter la TVA… Ne comprendront-ils donc jamais ?

Notez que cela n’empêche pas le ministère d’être particulièrement fier (ici) de résultats que les professionnels n’analysent pas de la même manière (ici).


Sur le web.