Les supporters de l’EIIL tweetent à propos de Robin Williams

Hamas (Crédits : Zoriah, licence creative commons)

La mort de Robin Williams a ému des millions de gens à travers le monde, y compris parmi les djihadistes radicaux. Peut-être que cette marque d’humanité commune aidera certains fanatiques à prendre du recul ?

Par Zenon Evans.
Hamas (Crédits : Zoriah, licence creative commons)
Enfin quelques notes d’espoir. La toile est un endroit étrange mais merveilleux où l’on peut voir des choses que l’on croyait impossibles (non je ne parle pas de 4chan, bande de vicieux). Comme vous le savez très bien, le légendaire comédien Robin Williams est mort ce lundi, probablement d’un suicide.
Ce mardi, tout le monde avait trouvé un angle d’attaque pour ce sujet, de la philosophie du suicide jusqu’au ton irrespectueux des médias à propos de ce décès, en passant par la critique des idolâtres des célébrités. À l’écart de ces remarques, nous avons les supporters du groupe militant djihadiste EIIL, aussi connus sous le nom d’État Islamique, qui y  sont allés de leur commentaire. La plupart d’entre eux se réjouissent de la mort de Robin Williams, citant quelques blagues qu’il a fait il y a 12 ans de ça sur le djihad. Mais regardez ce tweet :
isistweet.jpg?h=420&w=300
Ibn Fullan : Dommage, j’ai bien aimé Jumanji.
Abdullah : Très bon film. J’ai adoré étant enfant
Ibn Fullan : Pareil, j’avais la cassette, lol.
Vous voyez ça ?
C’est une brèche dans la façade de monstres sanguinaires et totalitaires que ces djihadistes ont construit. Soyez-en bien sûr, Abdullah, a.k.a. « @mujahid4life, » est un combattant britannique de 19 ans, supporter très sérieux de l’EIIL. Il est contre la démocratie, et en faveur de la théocratie. Il n’a pas de temps à consacrer aux droits de l’Homme parce que, pour lui, la Charia passe avant tout. Donc à peu près personne en Occident – aussi appelé « Satan » – ne partage les vues de ce garçon.
Et pourtant, il semble troublé par la mort d’un acteur américain comme le sont de nombreux occidentaux, et de fait, cette mort devient pour lui et pour nous un canal de communication exempt de toute considération idéologique, civile ou culturelle. Au lieu de retomber dans la rhétorique de guerre de ses leaders ou de celle de leurs opposants, les commentateurs lui ont demandé quels étaient ses films préférés.
Cette effervescence autour d’Abdullah semble l’avoir perturbé comme le montre le tweet qu’il postera  après ces échanges :
They think i grew up somewhere in a mud hut so i never saw a movie whereas i’ve seen most of the flicks they ask. lol.Now I’m actually worried that people will start to follow me because they wanna hear about my favorite movies instead of reporting jihad.
« Ils pensent que j’ai grandi quelque part dans une hutte et que je n’ai jamais vu un film, alors que je connais la plupart des films qu’ils me recommandent. Lol. Maintenant, j’ai un peu peur que les gens me suivent sur Twitter pour connaitre mes films préférés et non pour s’informer de l’avancée du djihad. »
Le monde préférerait largement entendre parler de vos films préférés, Abdullah.
Ces discussions Twitter ne vont pas stopper la guerre, mais elles pourraient aider les individus à prendre du recul, les aider à se souvenir que chaque camp est constitué de jeunes gens qui ont grandi en riant aux même films, et à saisir chez l’autre une once d’humanité. 
C’est difficile de détester les gens qui nous sont proches. Nous ne seront jamais d’accord sur un tas de choses, et nous n’avons pas à essayer de vivre ensemble comme si tout allait bien, mais si nous voulons conquérir les cœurs et les esprits de nos ennemis, peut-être que nous devrions les bombarder avec des copies du Journal de Mickey ou des DVD de Disney plutôt qu’avec des  bombes.
Oh, et bravo à ceux pleurnichant à propos des sketchs non politiquement corrects de M. Williams, l’introduisant de fait à un public de toute nouvelle génération.
Cet article est une traduction de « The Weird Wide Web: ISIS Supporters Tweet About Robin Williams’ Death » par sur Reason.com