40 histoires sur le cerveau de l’homme

Une recension du livre de Laurent Cohen « Pourquoi les filles sont si bonnes en maths et 40 autres histoires sur le cerveau ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cohen cerveau

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

40 histoires sur le cerveau de l’homme

Publié le 30 juillet 2014
- A +

Par Philippe Guglielmetti

Cohen cerveauL’excellent livre du neurologue  que je viens de dévorer s’appelle Pourquoi les filles sont si bonnes en maths et 40 autres histoires sur le cerveau de l’homme, mais le seul reproche que je lui ferai concerne justement ce titre marketing qui dénature l’une des 40 histoires intitulée « Les filles (ne) sont (pas) nulles en maths ».

Les 40 histoires thématiques et peu dépendantes les unes des autres sont courtes, écrites sous forme de dialogue « question – réponse », ce qui les rend très accessibles au public non scientifique (juste quelques noms de parties du cerveau ça et là), et regroupées en 6 chapitres :

1 – Histoires de mémoires (sur les amnésies)
2 – Histoires d’enfants (sur l’apprentissage)
3 – Histoires morales et dégoûtantes
4 – Histoires de voir (sur l’importance de la vision)
5 – Autres histoires de cerveau
6 – Histoires de médecine et choses utiles

Chaque histoire se réfère à des expériences scientifiques récentes ou des cas de patients répertoriés dont le lecteur curieux peut trouver les références dans les dernières pages du bouquin. Voici les histoires que j’ai préférées (spoiler alert…), avec les références scientifiques copiées du livre en fin d’article.

Parfois, plus que les résultats eux-mêmes, c’est l’ingéniosité des expérimentateurs qui étonne. Par exemple, dans « les records d’une tête de linotte », les scientifiques ont donné à des cassenoix d’Amérique des cacahuètes et des petits vers dont ils sont friands qu’ils sont ensuite allés cacher une fois repus. Les oiseaux une fois relâchés, après une courte période, allaient majoritairement chercher les vers, alors que ceux relâchés plus tard « savaient » que les vers ne seraient plus là et sont allés chercher les cacahuètes, démontrant ainsi que ces oiseaux mémorisent l’emplacement de leurs cachettes non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps.

40 histoires de cerveau RenéL’importance d’une bonne expérimentation apparaît aussi dans « douze bonbons valent mieux que quatre ». Une célèbre expérience conduisit Jean Piaget à affirmer que la notion de nombre abstrait n’apparaît que vers 7 ans. Mais en reproduisant l’expérience en 1967 avec des bonbons plutôt que des cailloux, on s’aperçut que dès 2 ans déjà un enfant sait très bien qu’il y a plus de bonbons sur la ligne où on en a serré 12 plutôt que sur celle où il y en a 4 très espacés. Plus récemment encore, on a montré que des bébés associent déjà un nombre de syllabes répétées comme « babababa » plutôt à un groupe de 4 objets qu’à un groupe de 8.

En passant, il n’y a pas que les oiseaux, les bébés et moi dont le comportement dépend de l’appétit. L’histoire du « petit déjeuner du juge » montre que des décisions de justice sont systématiquement et fortement influencées par l’heure à laquelle elles sont prises. C’est peut-être la plus effrayante des expériences relatées dans ce livre…

tableau dr goulu

Le chapitre « Histoires de voir » m’a particulièrement intéressé parce qu’Annick travaille avec des enfants et jeunes aveugles et malvoyants. Toutes les histoires de ce chapitre sont passionnantes, mais j’ai une préférence pour l’histoire de la dame aveugle depuis l’enfance et virtuose du Braille victime d’un AVC. Depuis, elle ne peut plus du tout lire le Braille parce que la zone de son cerveau malheureusement touchée par son AVC est celle… de la vision [6]

Le chapitre que j’ai trouvé le plus intéressant est « imagination et maladie d’Alzheimer ». Il concerne le « réseau du repos » (« default mode network »), la partie du cerveau qui s’active quand nous ne faisons rien de particulier, quand nous ne nous concentrons pas sur une tâche particulière. Il semblerait que ce soit elle qui nous permet de rêvasser en nous projetant dans le passé ou le futur, ou ailleurs. Et c’est dans cette zone que la maladie d’Alzheimer provoque le plus de micro-lésions

Laurent Cohen, Pourquoi les filles sont si bonnes en maths et 40 autres histoires sur le cerveau de l’homme, Odile Jacob, 2012, 304 p.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
intelligence artificielle
2
Sauvegarder cet article

La présentation du livre 101 mots de l’intelligence artificielle[1. Paris, le 22 septembre 2022 : Présentation du livre 101 mots de l’intelligence artificielle sur le vocabulaire français de cette discipline par Gérard Pelletier, président de Datafranca qui y a largement participé] sur le vocabulaire français de cette discipline me donne l’occasion de revenir sur la signification du terme intelligence artificielle.

Prenons successivement chacun des deux mots le composant : intelligence et artificielle.

 

L’intelligence ... Poursuivre la lecture
libre-arbitre
0
Sauvegarder cet article

Par Le Minarchiste.

Le libre-arbitre est le sentiment d’agir délibérément, d’être pleinement responsable de ses actions et de ses choix. C’est la capacité d’avoir pu agir différemment. Le libre-arbitre implique que toutes vos décisions sont prises consciemment.

Le libre-arbitre est au centre de l’organisation des sociétés occidentales. Nous prenons pour acquis que les gens méritent leur succès et sont responsables de leurs échecs. Nous considérons que ceux coupables de crimes sont de mauvaises personnes, ayant délibérément mal a... Poursuivre la lecture

écrans
0
Sauvegarder cet article

Par Richard Guédon.

Catastrophe sanitaire, débâcle anthropologique, ramollissement cognitif, crétinisme digital, le moulin à grands mots s’emballe une fois de plus à propos des écrans.

Des médecins, psychologues, sociologues, enseignants, éducateurs, parents d’élèves, et à leur suite certains politiciens s’affolent, smartphone en main, devant l’envahissement de la vie quotidienne par les outils numériques en tous genres.

De plus en plus fort sont lancés les appels à la réglementation, à l’interdiction, à la contrainte, pu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles