Qui veut tuer Fessenheim ?

Une décision arbitraire, économiquement non fondée, a sacrifié la centrale électrique de Fessenheim sur l’autel d’un accord électoral.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fessenheim (Crédits : nagadoudi, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui veut tuer Fessenheim ?

Publié le 18 juillet 2014
- A +

Par Michel Gay

Fessenheim CC nagadoudi

Fessenheim est un joli petit village alsacien à deux kilomètres d’une centrale nucléaire au sein de laquelle fonctionnent deux réacteurs d’une puissance de 900 mégawatt (MW) chacun.

Ils produisent annuellement environ 12000 GWh1 pour une valeur d’environ 600 M€2 (M€). Même avec quelques dizaines de millions d’euros de cure de jouvence, encore appelée « grand carénage », ils rapportent chaque année beaucoup d’argent à EDF, entreprise française dont l’État est l’actionnaire majoritaire, et donc à la collectivité.

Il faut rappeler que seul le minerai d’uranium est acheté à l’étranger pour assurer cette production, et il ne représente que 24 M€3 (soit 4% des revenus). Tout le reste de la richesse (enrichissement, fabrication du combustible, production… soit 96% de la valeur ajoutée) est créée sur le sol national.

Ces réacteurs ont moins de 40 ans (mise en service en 1978). Contrairement à ce qui est parfois affirmé, ces réacteurs, ainsi que tous les réacteurs construits en France, n’ont pas une durée de vie déterminée dés le départ. Simplement, tous les dix ans l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) doit autoriser la poursuite de leur fonctionnement pour dix ans supplémentaires, ou non. En revanche, EDF avait planifié l’amortissement initial de l’investissement financier sur trente ans, puis sur quarante ans. Et c’est peut-être ce chiffre qui est confondu, volontairement ou non, avec celui d’une durée de vie. Aucune centrale en France n’est vieille puisque les composants sont changés quand cela s’avère nécessaire. Les turbines de vapeur sont remplacées après trente ans par exemple et la nouvelle repart… pour trente ans.

Aux États-Unis, plus des deux tiers des réacteurs (70 sur 102) du même type4 que ceux de Fessenheim ont dès à présent été autorisés par l’Autorité de sûreté (NRC) à fonctionner jusqu’à soixante ans. La plupart de leurs réacteurs ont été construits avant les nôtres et l’autorisation est renouvelée directement pour une période de trente ans.

Pourtant, une décision arbitraire, qui en un autre temps aurait été qualifiée de fait du Prince, a sacrifié la centrale électrique de Fessenheim sur l’autel d’un accord électoral pour gagner une élection nationale. Sa fermeture annoncée par le Président de la République, puis sa destruction, est prévue pour décembre 2016.

Sur le site de la centrale nucléaire de Fessenheim, des ingénieurs, des techniciens et des personnels qualifiés de haut niveau contribuent à la production électrique compétitive dont la France a besoin. Vouloir sabrer ce magnifique outil de travail pour satisfaire une frange minoritaire d’activistes politiques apparait à de nombreux Français comme une faute lourde contraire à l’intérêt général du pays.

En effet, fermer la centrale de Fessenheim seule n’aurait aucun sens. Elle est sûre, selon l’Autorité de sureté nucléaire, elle fonctionne parfaitement et elle participe de manière importante à la richesse de la région et à l’économie de la France. Donc, soit la production d’électricité par le nucléaire est économique et sûre, alors il faut soutenir et développer cette filière, soit elle ne l’est pas et il faut tout arrêter avec les conséquences dramatiques qui s’ensuivront.

L’objectif des antinucléaires est bien sûr la sortie du nucléaire.

Derrière cet arrêt, et au-delà de Fessenheim, ce sont bien 24 réacteurs nucléaires sur 58 que le parti politique Europe Écologie Les Verts (EELV) demande d’arrêter… dans un premier temps. C’est écrit dans leur accord électoral avec le Parti Socialiste, adopté par le Bureau National du Parti Socialiste le mardi 15 novembre 2011 :

Nous réduirons la part du nucléaire dans la production électrique de 75% aujourd’hui à 50% en 2025 et engagerons :

Un plan d’évolution du parc nucléaire existant prévoyant la réduction d’un tiers de la puissance nucléaire installée par la fermeture progressive de 24 réacteurs, en commençant par l’arrêt immédiat de Fessenheim et ensuite des installations les plus vulnérables, par leur situation en zone sismique ou d’inondation, leur ancienneté et le coût des travaux nécessaires pour assurer la sécurité maximale. Cette évolution intégrera les évaluations de l’ASN et de l’IRSN ainsi que le nécessaire équilibre offre-demande.

Nul doute que dans l’esprit des rédacteurs de ce texte, les 34 réacteurs restants sont… vulnérables.

Ainsi, au-delà de cet accord, ce parti antinucléaire a la volonté de liquider totalement un des derniers fleurons de l’industrie française, avec l’absolution apparente du Parti socialiste. Ce pan entier de notre économie contribue positivement pour 30 Md€ à la balance commerciale de la France. Il faut y ajouter les 20 à 30 Md€ d’économie d’achat de gaz ou de charbon qu’il faudrait importer pour remplacer la production d’électricité nucléaire5.

Aucun moyen de remplacement de nos centrales nucléaires ne pourra apporter autant à l’économie nationale. Ce sera même le contraire avec les coûteuses énergies éoliennes et solaires étroitement associées au gaz et au charbon qu’il faudra acheter de nouveau massivement à l’étranger.

C’est le cas de l’Allemagne qui importe en grande quantité du charbon des États-Unis pour produire plus de la moitié de leur électricité (55%) et du gaz de Russie, après l’arrêt de la moitié de ses réacteurs nucléaires (8 sur 17). Malgré des sommes gigantesques englouties dans son virage énergétique (Energiewende) pour favoriser les éoliennes et les panneaux photovoltaïques, les énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz) assurent toujours 80% de l’énergie primaire consommée dans ce pays, alors que 16% de sa production d’électricité est toujours assurée par le nucléaire.

Faire croire que le démantèlement des deux réacteurs de Fessenheim permettrait à la France d’acquérir un savoir faire qu’elle exporterait ensuite dans le monde entier n’est pas sérieux. La France possède déjà une solide expérience dans ce domaine depuis plus de dix ans. En 2001, EDF a fait le choix de déconstruire intégralement ses neuf réacteurs définitivement mis à l’arrêt : Brennilis, Bugey 1, Chinon A1, A2 et A3, Chooz A, Creys-Malville et Saint-Laurent A1 et A2. Cet engagement a été inscrit le 21 octobre 2005 dans le contrat de service public signé avec l’État. Bien qu’ils soient d’une technologie différente, sauf Chooz A qui est de la même technologie6 que Fessenheim, il ne faut pas faire croire aux Français que l’apprentissage sur les deux réacteurs de Fessenheim apportera un surplus exceptionnel de savoir-faire qui justifierait sa destruction en plein vol.

Aujourd’hui, 800 salariés, la plupart hautement qualifiés, et 250 prestataires travaillent pour faire fonctionner la centrale de Fessenheim. Une centaine d’ouvriers sera suffisante pour la démanteler. EDF cite 5000 personnes par an, essentiellement de la main d’œuvre, pour la déconstruction de l’ensemble des 58 réacteurs du parc nucléaire. Ce chiffre apparaît donc modeste à l’aune des plus de 400.000 emplois directs et induits, le plus souvent de haut niveau, liés à la construction de réacteurs, à la production électrique, et aux services du cycle du combustible.

Comme le souligne Jacques Percebois, coauteur du rapport « Énergies 2050 » :

L’installateur de panneau solaire n’est pas l’ingénieur nucléaire. La compétence industrielle joue aussi. De plus, le nucléaire représente un avantage s’agissant des emplois induits car le prix de l’électricité reste bas ce qui, pour l’industrie ou pour les services en France, est un avantage dans la compétition. Une augmentation du prix de l’électricité entraînerait sûrement des délocalisations ou des suppressions d’emplois : suivant les scénarios, nous étions à 100.000, voire 200.000 emplois.

L’administrateur général du CEA, Bernard Bigot, a déclaré au Sénat le 20 mars 20127 :

Je recommande de prolonger la durée d’utilisation des centrales aussi loin que possible, car je ne vois pas pourquoi nous démantèlerions sans nécessité un réacteur, avec tous les coûts induits par le démantèlement et la multiplication du volume des déchets que cela suppose.

Si la disparition programmée de ces centrales devait être mise en œuvre, ce serait une catastrophe économique pour les Français qui ne possèdent ni charbon, ni gaz dans leur sous-sol. Cette manœuvre politique consternante, dont la seule justification serait de vouloir entamer un arrêt total du programme nucléaire, nuit déjà à l’économie car elle crée une incertitude sur le futur du nucléaire en France, ce qui est néfaste à la préparation de l’avenir. Mesdames, Messieurs les élus, il ne faut pas désespérer Fessenheim !

  1. Un GWh = un gigawatt heure = un milliard de kWh.
  2. En prenant une valeur moyenne de vente de 50 € / MWh.
  3. L’achat annuel d’uranium pour produire 410 TWh d’électricité est d’environ 800 M€.
  4. La France a acheté la licence de construction aux États-Unis pour ses réacteurs à eau pressurisée.
  5. La facture énergétique est d’environ 60 Md€ / an et le déficit commercial de la France de 70 Md€ / an.
  6. Réacteur à eau pressurisé (REP).
  7.  Rapport du sénat n° 667 du 12 juillet 2012 sur « les coûts de l’électricité et la transition énergétique », page169.
Voir les commentaires (72)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (72)
  • J’ai écrit le 15 juillet un billet dans mon blog qui précise les coûts induits par la fermeture de la centrale de Fessenheim. Les informations qui y figurent ne sont pas fantaisistes puisqu’elles proviennent d’une source EDF qui a souhaitée rester anonyme :
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/07/15/transition-energetique-mode-demploi-des-impots-en-plus-et-un-kwh-beaucoup-plus-cher-et-pire-encore/

  • Et quand on sait qu’EDF vient de signer un contrat de fourniture de 770000 tonnes de GNL (de schiste) avec l’Américain Corpus Christi Liquefaction du groupe Cheniere avec premières livraisons en 2019 … on est en droit de se poser des questions !!!

  • Note 1 : « Un GWh = un gigawatt heure = un milliard de kWh ». Cherchez l’erreur.

    • Puisque personne ne veut chercher l’erreur et donc corriger cette note :
      Un GWh = Un milliard de Wh = Un million de KWh(s). Et pas un milliard.
      Lorsqu’on veut causer énergie, le minimum c’est de maîtriser les unités.

  • Si ça marche depuis longtemps, si ça marche bien depuis longtemps, alors il faut arrêter pour remplacer par quelque chose de moins fiable, de plus cher pour être cohérent avec le délire collectif ambiant

  • Comme toujours je retrouve la même vision du progresser plus vite pour faire plus de profit.
    Et jamais on pense à l’abandon total dans notre société de cette vision de croissance constante et d’essayer de croître moins vite, mais mieux.
    Bien sûr, au nom de la liberté si faire du profit à de mauvaise conséquences (ou peu en avoir), ce n’est pas grave, rien ne l’interdit.

    • Pour croître mieux il faut au préalable avoir fait du profit qui alors permettra d’innover en ce sens.

      Nous sommes les héritiers de personnes ayant tous travaillé plus durs, plus dangereusement et probablement bien moins riches que nous. Et le progrès c’est qu’il en soit de même pour la génération d’après.

      Vous n’aurez jamais tout de suite et c’est pourquoi que d’ici à ce qu’on utilise des énergies renouvelables à toute occasion, on aura usé les énergies fossiles un peu partout car c’est ce qui nous donnera le temps et les moyens d’y arriver.

    • Et plus on croitra, mieux on croitra.

      Quant aux mauvaises conséquences, démontrez-lez ! Démontrez que les gains sont inférieurs aux couts !

    • « Bien sûr, au nom de la liberté si faire du profit à de mauvaise conséquences (ou peu en avoir), ce n’est pas grave, rien ne l’interdit. »

      C’est la liberté. On a même le droit de dire des conneries ou de militer pour des chimères au conséquences catastrophiques pour l’ensemble de l’humanité.

  • Le commerce de l’uranium est bien opaque.l’uranium français est issu a plus de 80% des mines du niger.population malade, malformation en tout genre,environnement pollué et appauvrissement du pays. Est-ce moral ?

  • Le lobby du nucléaire en France s’ arrange pour que le solaire soit hors de prix.aux pays bas, installation comprise : 4 panneaux solaire 816 kwh 1290 euros.1224 kwh, 6 panneaux 1710 euros….etc…

    • « 4 panneaux solaire 816 kwh »

      Moi je produis 1 Twh avec la dynamo de mon vélo ! Ce qui prouve bien qu’il faut fermer Fessenheim.

    • Alors que dans les autres pays, le PV se porte bien?

    • Les panneaux ne sont pas chers. On les trouve entre 0.5 et 1 €/W.
      Par contre après il faut les transporter, poser, etc. et tout ça, ça coute de l’énergie, et les lobbys verts font tout pour que l’énergie soit hors de prix, et ça se retrouve dans le prix pose comprise : 5 €/W
      Merci Gabriel …

  • Contrairement a la France et son monopole edf qui applique une rétroactivité illégale sur les factures, le fournisseur d’energie hollandais a reversé des sommes considerables aux clients ( l’equivalent du prix d’un kit solaire pour un foyer, d’ailleurs !)

  • Un accident nucléaire en France condamnerait un bon quart du territoire ou l’habitation, l’agriculture et l’élevage seraient impossible. La dominance de cette energie est-elle raisonnable ? Non.pour ce qui est de fukushima, l’oms a augmenté le taux limite de radionucleides présent dans les aliments et le japon exporte et pêche dans des eaux ultra-contaminées. Il faut signaler qu’un détecteur ne peut pas détecter des particiles minuscules qui seraient presentes dans votre plat préféré. Il faut une analyse poussé. L’ingestion et l’accumulation de ces particules dans votre corps mènent directement au cancer.

  • ENFIN, savez-vous qu’en cas de conflit mondial, la France n’aura plus qu’a se coucher devant le plus fort ? Ce qu’elle fait probablement déjà avec les us.les centrales sont des cibles faciles, malheureusement. Et green peace l’a prouvé en y pénétrant comme dans un moulin..

  • Votre facture EDF va augmenter. La France est obligée d’envoyer des soldats pour protéger son extraction d’uranium :  » Vendredi soir, M. Hollande quittera le Niger pour le Tchad, où doit être installé l’état-major de Barkhane.Cette nouvelle force permanente de 3.000 hommes, qui succède à l’opération Serval au Mali, doit élargir à tout le Sahel l’action de la France contre les mouvements djihadistes, en partenariat avec les cinq pays de la zone (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad). »

  • qui veut tuer fessenheim?
    gabriel!

  • In physicien vous explique tout sur une plateforme video connue : jean pierre petit sortir du nucléaire. Apparemment la rédaction ne veut pas que partage le lien ….documentaire enrichissant sur ce qu’est le nucléaire.

    • Bonjour Gabriel,

      Juste pour donner mon petit point de vue.
      Le problème du nucléaire n’est pas d’être du nucléaire. Le vrai problème en France est l’environnement réglementaire et fiscal inquisitoire dans le domaine de l’énergie.
      Dans un système libre, personne ne vous oblige à consommer du nucléaire, vous avez le choix, grâce à une vrai concurrence, de vous fournir en gaz, pétrole, charbon, EnR…

      L’un des critère les plus déterminant dans ce type de contrat est le prix.
      Donc suppression de toutes les subventions, taxes, réglementations dans ce secteur. L’Etat ne sera là qu’en cas de litige sur les contrats (informations fausses ou floues, arnaques sur les prix…).

      Et si vous aviez la possibilité de choisir librement votre source d’énergie, est ce que ça pourrait vous intéresser?

      Cordialement

    • Jean Pierre Petit, le physicien qui veut sortir du nucléaire prétend par ailleurs avoir été contacté par des extra-terrestres, que les américains ont mis au point le F-117 Night Hawk à partir de technologie extra-terrestre et j’en passe ! Ce n’est pas une blague, Gabriel site bel et bien un ufologue comme argument d’autorité !

  • Un proche buvait du lait frais tous les jours après l’accident de tchernobyl.en France. Resultat : cancer de la thyroïde, ablation et levothyrox à vie . sauvé par le centre rene huguenin a St cloud par un des meilleurs chirurgien Français. Quand on est pas touché par le problème, il est facile de ne voir que les avantages du nucléaire.

  • Voilà. Bonne apres midi a tous, je pars a la piscine du coin avec mes enfants. ( chauffee au gaz naturel la piscine. .mais bon, nucléaire j’irais quand même.) et je ne suis pas activiste politique, juste un papa parmi d’autres, qui reagit fortement aux articles provocateurs de la pensee unique.

  • Il faut savoir une chose :
    Les associations écologistes sont financées par des cartels industriels anglo-américains.
    L’objectif est très simple : détruire toute industrie en France et en Europe pour vendre les produits industriels anglo-américains.
    Détruire nos centrales nucléaires c’est importer du charbon du gaz, du pétrole des USA ou d’Australie…
    C’est aussi démanteler notre filière nucléaire (Areva, Alsthom… déjà fait et racheté par GE… une boite américaine!!!).

    Il en est de même pour les OGM : alors que nous étions pionniers dans les années 80, nous n’avons plus de recherche en France (ou si peu) et demain nous serons obligés d’acheter les semences chez Monsanto ou Dupond ou Pionner/Syngenta !!!

    Il reste aussi l’informatique ou les nano-technologies… Mais elles ont tellement prises de plomb dans l’aile , grâce aux écolos toujours, que les industriels ont majoritairement quittés Grenoble et le pôle nanotech qui devait se contruire !!!

    • Bonjour Daniel
      Donc d’après vous Gabriel est un agent de la CIA.

      Bondiou!!

      • Donc quand c’est la Russie qui finance les lobbies écologistes ça ne surprend personne parce que « bouh bouh caca la Russie », mais quand on peut supposer que les USA en font autant, après tout, ils auraient à y gagner en nous vendant leur gaz, comme veut le faire la Russie, là ça devient « lol n’importe quoi, les USA c’est trop cool sale complotiste ».

        Le capitalisme de connivence ok, parce que notre Etat est pourri, mais mon dieu, JAMAIS les USA ne feraient ça eux, parce que c’est trop cool les USA.

        • Bonjour BadOmen
          Je n’ai jamais cru aux théories du complot, qu’il y ai des convergences d’intéret certes, mais croire que rien n’est dù au hasard releve du constructivisme. Relire le culte du cargo.

          • Il ne s’agit aucunement d’un complot, il suffit pas de nommer une hypothèse comme ça pour tirer un trait dessus sans avoir à s’intéresser au sujet.
            Convergence d’intérêt, exactement. La Russie a intérêt à ce que la France ait besoin d’énergie, comme ça elle peut lui vendre son gaz, d’où le fait qu’elle finance les lobbies écologistes français, entre autre. Par ailleurs, quand c’est arrivé sur Contrepoints c’était « normal, la Russie c’est de la merde ». Personnellement je le savais 6 mois avant que ce ne soit publié ici, parce que j’ai mes sources, sauf que si c’est moi qui le dit, je suis un complotiste, avant même que je n’ai pu prouver mes dires, si c’est Contrepoints, c’est vrai.

            Dans la mesure ou la Russie a recours à ce genre de technique, pourquoi les USA n’en feraient pas de même ? Je ne dis pas qu’ils les font, je n’en sais rien, je ne dit pas que ça me plairait, je suis neutre quant aux USA, je ne vais pas me réjouir de voir qu’ils sont pourris ou bien être déçu de voir qu’ils sont droits – même s’ils sont assez pourris, soyons honnêtes.
            Le simple fait de balayer l’idée que les USA puisse être de faux alliés, l’idée, pas l’affirmation sans preuve, en la qualifiant un peu trop facilement de complotisme c’est aberrant. Ce n’est pas de l’anti-américanisme primaire que de considérer les USA comme des menteurs, des tricheurs, ils sont loin d’être blanc comme neige. Notre histoire s’est écrite dans la guerre, les trahisons, les renversement de régimes, et autres trucs pas très jolis, donc oui, les USA pourraient potentiellement avoir eu intérêt à plomber notre économie. On ne peut pas l’affirmer pour le moment, ni pet-être plus tard, cela est peut-être faux, mais c’est envisageable, ce n’est pas du complotisme, ça n’a rien à voir avec les illuminatis, les reptiliens ou autre.
            Donc c’est une simple hypothèse.

    • Si l’explication peut être le machiavélisme ou la stupidité, ne vous tourmentez pas: C’est la stupidité.

      Personne n’a intérêt au massacre de l’économie Française.
      Il n’est le produit que de la stupidité.

      Si des industriels étatsuniens financent des écolos, c’est par bêtise, par intérêt politique (l’État US est aux mains des socialistes, comme le nôtre), ou par publicité (donc bêtise du public) bien plus probablement que par machiavélisme, pour saper notre industrie.

      Ce qui, du reste, serait stupide de leur part …

  • Voilà. Pour conclure, il faut donc demanteler toutes les centrales vieillissante, et renforcer matériellement avec des tonnes de betons les autres.puis enfin arreter de faire intervenir des interimaires.il faut également tout nationnaliser pour contrôler et surveiller.vous voulez du nucleaire ? Laisser cette energie a des boites privees est suicidaire.

    • Alors la piscine nucléaire, c’était bien?

    •  » Laisser cette energie a des boites privees est suicidaire. »

      Ah le bon vieux mythe de l’état, seul capable de diriger les sociétés de service public ! Seul l’état nous garantit la droiture, le sérieux et la compétence pour le bien de tous…

      EPIC FAIL: voyez la SNCF. La RATP à Paris. La SNCM. La Poste, il n’y a pas si longtemps. Et puis la sécurité sociale, l’immobilier, l’éducnat, etc, etc, etc… sans oublier la cerise sur le gâteau: 2000 milliards de déficit, même pas capable de gérer sainement un budget!

      Mais je ne vous en veux pas, vous êtes probablement un croyant du 21è siècle, vous avez la foi en un idéal de société harmonieuse, gagné de haute lutte par les efforts vertueux de l’état, comme d’autres ont eu la foi pour le retour du Christ, le Messie…

      • C’est pas totalement dénué de sens.
        TEPCO est une gestion privée, l’exemple parfait de la finance, de la rentabilité absolue sacrifiée sur l’autel de la sécurité (non respect des avertissements de l’AIEA pour des raisons de coût, ça vous rappelle rien ?).
        Je gage que si la gestion devient privée, l’ASN et l’AIEA auront moins de poids dans les décisions, et qu’une politique de coupe sera mise en place en vue d’accroitre la rentabilité.

        • S’est ajouté la gestion gouvernementale inepte de l’accident qui a empêché de relâcher la pression de l’enceinte et qui a déplacé des populations vers les zones plus contaminées.

    • « Laisser cette energie a des boites privees est suicidaire »
      c’est vrai… C’est pour cela que le gouvernement inter-univers gère la création et la répartition de l’uranium dans les différentes planètes de toutes les galaxies proches !!!

    •  » Laisser cette energie a des boites privees est suicidaire »

      J’ai bien fait de vendre mes actions Tchernobyl a wall street en 85.

  • Bonjour,
    Autant je suis d’accord sur la débilité profonde de vouloir remplacé les centrales nucléaire par des éoliennes, et autres sources d’énergies renouvelables (c’est un question de rapport de production d’énergie, il faudrait 400 éolienne pour un réacteur de 1300Mw), autant le cas Fessenheim est vraiment dangereux, je m’explique.
    Dans une centrale ont peut tout remplacer sauf la cuve et le coffrage en béton. Ils subissent une érosion due aux rayonnement ionisant qui avec le temps dégrade le matériel. Ainsi la cuve à une durée de vie déterminée, tout comme le coffrage en béton protégeant le bâtiment réacteur.
    Quand un matériel de permet plus d’assurer une des fonctions primaire de sa mise en oeuvre il doit être remplacer. Comme une cuve et un bâtiment ça ne se remplace pas, cela se détruit et se reconstruit.
    Je suis pour la fermeture de Fessenheim pour une question de sécurité, mais tout en reconstruisant une centrale neuve pour la région Alsace et ainsi assuré nôtre compétitivité dans le domaine de l’énergie électrique.
    Une dernière chose : quand la centrale est apparue, les élus locaux nous avait promis que nous payerons nôtre électricité moins cher car étant a proximité de la centrale. Résultat : Un mec habitant la montagne a 300km d’une centrale paye le même tarif que celui qui habite a côté d’une centrale, ce qui est pour moi une profonde connerie parce que normalement il n’y a pas la même distance, donc plus de pertes en ligne donc le tarif devrait être plus cher pour ceux qui vivent loin des centrales . Ceux qui vivent en bout de ligne devrait payer plus cher que les autres, bas oui il faut acheminer l’énergie jusque chez eux.

    • oula vous faites de la discrimination !!! c’est pas bien de stigmatiser les gens qui habitent loin !

      Ils ont peut etre fait ça pour lisser les couts, le différentiel serait trop élevé sinon (longueur de ligne, multitude de dérivations et transfo necessaires…).

    • Il est possible qu’EDF verse de la taxe professionnelle à la commune de Fessenheim et au département ce qui abaisse les taxes locales payées par les habitants locaux.

    • Les pertes par effet joule sont essentiellement sur le réseau de distribution et non sur le réseau de transport. Des dizaines de grosses centrales (plutôt que des centaines de milliers de microgénérateurs) sont donc une bonne chose pour l’efficacité du système.

      La cuve ne subit pas une « érosion » mais l’effet conjugué du stress thermique et du stress neutronique.

      Les microfissures sont surveillées pour voir qu’elles n’évoluent pas.

      Qu’est-ce qui vous fait dire que la durée de vie de la cuve doit être de x années?

      Pourquoi ne faites-vous pas confiance à l’IRSN et l’ASN?

      • La cuve subit une érosion contenue au niveau des circulateurs.
        ça se mesure en arret de tranche par ultra-son et rayon X, et en arret chaud par la teneur en cobalt du primaire.

      • Bonjour,
        Oui vous avez raison les pertes sont plus importante en réseaux de distribution, cela s’explique par les faibles tensions utilisé. De plus c’est vraie que se sont les communes hôte des centrales qui reçoivent des subventions. Mais ont nous à quand même menti sur le tarif « réduit » haha.

        Ce qui me fait dire que la cuve à une durée de vie déterminée c’est tout simplement un communiqué de l’ASN ayant augmenté la durée de vie d’une cuve à 60 ans, sachant qu’elle était de 30 ans au départ .
        De plus un corps solide soumit à un bombardement permanent de neutrons se désagrège avec le temps et perd de son pouvoir premier, ainsi un atome de fer va s’activer par les neutrons et donc ce n’est plus un atome de fer mais autre chose qui a une autre résistance que l’atome de fer.

        Après je suis confiant sur la mission de l’ ASN qui remplis parfaitement son rôle, là n’est pas la question.
        Mais dans les faits les vrais décisionnaires sont les actionnaires, et cela explique en partie pourquoi une centrale comme Fessenheim continue toujours son activité. Le soucis majeur c’est l’argent de toute façon.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Écologisme
6
Sauvegarder cet article

Le silence épais des écolos

Tiens, voilà qui est remarquable : alors que tous les feux sont au vert pour les écolos, on ne les entend point. Oui oui, regardez la situation : elle devrait leur être favorable et on devrait les voir monter sur leurs ergots à chaque page de journal, sur chaque plateau télé, sur tous les réseaux sociaux...

Après tout, voilà qu'on crame du charbon comme jamais : 45 % de l'électricité allemande provient des centrales à charbon dont certaines ont été réouvertes récemment. En France, elles n'ont pas redémarré mais les lois qui les y autor... Poursuivre la lecture

L'affirmation souvent entendue, même dans la bouche de journalistes et de hauts responsables politiques, « la meilleure énergie est celle qui n'a pas été produite ou consommée » se trompe d'objectif.

Ce n’est pas l’énergie source de bienfaits et de confort qu’il faut réduire, mais ses éventuelles nuisances marginales.

Ce slogan simpliste, trop souvent repris à tort et à travers, distille de manière insidieuse une idée négative : l’énergie serait mauvaise en elle-même, et celle qui ne serait pas produite, ou consommée, serait un ... Poursuivre la lecture

Réputée avoir eu la peau de Superphénix, Dominique Voynet ne fit en réalité que cueillir les fruits de l'inlassable travail de sape accompli par Corinne Lepage durant la décennie 1987-1997. C’est donc à juste titre que la seconde traita la première d'usurpatrice dans les colonnes du journal Le Monde, en juillet 1997.

Toutefois, la plaignante oubliait à son tour de souligner le rôle terriblement efficace que, en tant que ministre de l'Environnement, la toute jeune et fraîche protégée du président Mitterrand, Ségolène Royal, joua dans la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles