La méthode des scenarii appliquée à la gestion de la dette en France

La méthode des scenarii peut aider à penser certaine situations et notamment la gestion de la dette en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Méthode scénarios (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La méthode des scenarii appliquée à la gestion de la dette en France

Publié le 18 juillet 2014
- A +

Par Sylvain Fontan

La méthode des scenarii permet de raisonner par rapport à des conséquences et des situations susceptibles d’évoluer dans le temps. Cette méthode est liée en amont à des biais cognitifs forts qui influent sur la perception que les individus ont de concepts identiques. La notion d’incertitude joue un rôle très important car cette méthode cherche avant tout à penser l’improbable plus que le probable. Il apparaît que l’appréhension de la gestion de la dette française peut être analysée à travers cette grille de lecture.

img contrepoints486 méthode des scénarios

« Ne jamais hésiter mais toujours douter »

Il faut être conscient que tout individu subit des biais dans sa réflexion. Afin de comprendre cette notion, il suffit pour cela de réfléchir aux médias (presse, télévisions, radios, sites internet) que chaque individu choisi librement de consulter et qu’il utilise comme vecteur d’information et de connaissance :

  • Sans préjuger de la qualité et de l’intérêt des médias suivants, il convient néanmoins de constater qu’une personne qui privilégie comme médias The Economist, The Financial Times et Les Échos n’aura probablement pas la même vision des choses qu’une personne qui choisit de lire Le Canard Enchaîné, Rue89 et MediaPart. Le choix de lire ces journaux implique un biais de la part de l’individu quant à ses préférences et ses centres d’intérêts.
  • Ensuite, le choix de lire tel ou tel article implique un biais supplémentaire. En effet, l’article sera biaisé par le choix de son thème. Typiquement, choisir de lire un article (dans le même média) portant sur les problèmes politiques d’un pays, au lieu de lire un article sur les problèmes économiques de ce même pays souligne un biais.
  • Enfin, même s’il essaye d’être objectif, l’auteur de l’article choisi par le lecteur subit lui-même des biais dans sa manière de traiter le sujet.

L’ensemble de ces éléments indique des biais cognitifs significatifs chez chaque individu. L’accumulation de ces biais aboutit à une vision différente de la réalité. Toutefois, l’important n’est pas de savoir si c’est une bonne ou une mauvaise chose, mais de réaliser que la vision de chacun est forcément le reflet d’une manière de penser, des origines culturelles, des expériences personnelles et professionnelles, des valeurs, des philosophies de vie, etc.

La représentation traditionnelle du globe est un exemple des biais liés à des conventions. En effet, toutes les cartes représentant la surface terrestre traduisent la vision communément admise d’un monde centré sur l’Europe, avec le Pôle Nord en haut et le Pôle Sud en bas. Or, rien n’indique de manière impérative qu’il ne faut pas représenter la surface terrestre avec au centre les Amériques, ou même que le continent Eurasien soit en bas de la carte au lieu de l’Afrique et de l’Océanie. En effet, la représentation de la surface terrestre serait tout aussi réaliste si cette représentation était centrée sur les Amériques et que les Pôles étaient inversés : vue de l’espace, cette configuration est tout aussi fréquente que celle que nous avons tous en tête d’un planisphère. Concrètement, ce sont juste des conventions qui veulent que le monde doit être représenté ainsi alors qu’aucune raison objective ne le sous-tend. Au final, cela aboutit à souligner le fait que tout est relatif.

carte du monde

Afin de penser le monde, il est nécessaire de le conceptualiser. Pour illustrer cette idée il est possible de partir d’un mot usuel dans le débat public (politique, sociétal, philosophique, économique…), à savoir : l’Occident. Chercher à trouver l’origine du mot « Occident » indique qu’il existe en réalité cinq définitions de ce mot selon les époques :

  1. Il y a plus de 2000 ans, ce mot faisait référence à la direction, autrement dit là où se lève le soleil ;
  2. Ensuite, l’Occident renvoyait aux civilisations méditerranéennes antiques (Grèce, Rome) ;
  3. Au temps des croisades, il est devenu un mot pour renvoyer à la religion chrétienne (jusqu’à en devenir un synonyme parfait par endroits et par moments) ;
  4. Au XIXème siècle, il renvoyait, via la révolution industriel, à l’économie et à l’industrie ;
  5. Enfin, il est depuis quelques décennies lié à un certain nombre de valeurs (universalité, innovation, progrès, respect de l’autre, liberté…).

Dès lors, ces différents éléments amènent à dire que l’Occident en tant que tel n’existe pas. En effet, l’Occident est en réalité une production de l’esprit dont le but est de penser le monde. Chacun a besoin de conceptualiser le monde pour pouvoir l’appréhender, et le cas échéant, le changer. Tous ces concepts utiles pour penser le monde sont intrinsèquement flous. Les concepts sont également forcément rigides car il est très difficile de raisonner le monde dans un cadre conceptuel évolutif : la nature de l’homme fait qu’il a besoin de simplifier les choses.

La notion de concept est utile mais non suffisante pour penser le monde. En effet, les concepts permettant d’appréhender le monde de manière simplifiée peuvent être petits (caricatures) ou grands (paradigmes). Également, ils peuvent être délibérés (des stratégies) ou subis (ils s’imposent d’eux-mêmes. ex : nuit/jour). Au final, les concepts sont des idées dont la définition peut être « Hypothèses de travail », ce qui implique d’une part, qu’il existe d’autres hypothèses et, d’autre part, qu’il existe un doute raisonnable à avoir. Par conséquent, l’ensemble de ces éléments présentés dans cette partie soulignent qu’il est important de « ne jamais hésiter, mais toujours douter ».

Les scenarii

Un scénario, ou un modèle, n’est jamais vrai, il est juste plus ou moins utile. Un scénario peut être défini comme une visualisation imagée d’une séquence (une histoire) avec un début et une fin, réalisée à l’aide de modèles mentaux existants, logiques, mais fortement improbables. Dans ce cadre, l’incertitude ne doit pas être perçue avec défiance, mais doit être considérée et explorée comme une source d’opportunité pour anticiper et préparer des futurs possibles. En effet, le but premier des scenarii n’est pas d’anticiper des éléments certains ou très probables, mais d’appréhender et d’intégrer l’incertitude dans des schémas mentaux afin de pouvoir y faire face le cas échéant.

La notion d’incertitude est en constante augmentation, a fortiori dans le contexte actuel. Plusieurs exemples viennent étayer cette idée :

  • Si au cours des trente glorieuses en France il était presque certain que chacun pouvait trouver facilement un emploi et qu’il vivrait mieux que ses parents, cette certitude s’est muée en incertitude, et cette incertitude tend à s’accroître. Ainsi, il conviendrait dorénavant que le pays intègre cette incertitude afin de l’anticiper et de s’y préparer.
  • Également, la certitude selon laquelle la France pourrait indéfiniment maintenir ce qu’elle considérait comme des acquis immuables est de moins en moins certain. À ce titre, l’incertitude quant à la pérennité en l’état du système d’État-Providence s’accroît. De plus en plus, la question n’est pas comment faire perdurer ce système, mais comment l’adapter aux réalités économiques.
  • Etc.

Dans ce cadre, et contrairement à l’adage qui veut que « dans le doute, abstiens-toi », il faut inverser le raisonnement et ainsi aboutir à « dans le doute, agis ».

Un scénario unique n’a pas de sens, il faut minimum quatre scénarios. Ils doivent tous les quatre ne pas être des variations d’une même idée, mais doivent être extrêmement différents. Dans l’idéal, ces scenarii doivent être « extrêmes » et s’adapter à l’entité étudiée (une entreprise précise, un secteur d’activité, un pays…).

Le but est de mettre en avant des situations possibles, mais improbables. Parallèlement, les impacts doivent êtres potentiellement énormes en cas d’occurrence, c’est-à-dire dans le cas où ces scenarii extrêmes se réalisent. Le principe est celui de la théorie du Cygne Noir, de l’écrivain Nassim Nicholas Taleb tirée de la découverte au cours du XVIIIème siècle de l’existence de Cygnes de couleur noire, alors même que tout le monde à cette époque était persuadé qu’un cygne ne pouvait être que blanc. L’idée est de se mettre dans la situation où un évènement peu probable mais avec un impact potentiel énorme se réalise, et de dire pourquoi un tel évènement est arrivé, et qu’est-ce qui a pu l’engendrer. La démarche passe donc de la déduction à l’induction.

Il convient de prendre un exemple pratique et extrême pour illustrer ces éléments. Dans le cas d’une assemblée d’individus lambda, à qui il serait demandé de se prononcer sur les chances qu’un groupe tel que Google produise un jour de l’électricité (ou que Phillips produise des pneus dans 10 ans) la réponse qui apparaît est 0% de chance. Toutefois, si l’exercice introduit l’hypothèse selon laquelle cette éventualité est une réalité, et que c’est effectivement ce qui va se passer, la situation change. En effet, dans ce cas, s’il est demandé à la même assemblée d’individus de raisonner afin de savoir pourquoi Google s’est lancé dans telle ou telle production, toutes les personnes vont trouver plusieurs dizaines de raisons viables et logiques à une telle évolution. Il en est de même si cette assemblée doit ensuite déterminer quelles seraient les conséquences macroéconomiques d’une telle évolution de la production de Google. Enfin, si la question initiale est reposée à la même assemblée après cet exercice de raisonnement (à savoir quel est le pourcentage de chance pour que Google se lance d’ici 10 ans dans la production l’électricité, ou que Phillips se lance dans la production de pneus), dans ce cas le taux de répondant qui estime probable ces scenarii est nettement plus élevé que le résultat initialement obtenu avec la même question.

La méthode des scenarii présente deux avantages s’ils sont correctement considérés. En effet, elle permet d’établir un test de solidité et un test d’amélioration. En d’autres termes, ces tests permettent de répondre aux questions suivantes :

  • Est-ce que je résiste en cas extrême ? Test de solidité.
  • Comment est-ce que je peux m’améliorer ? Test d’amélioration

Le cas où une entreprise cherche à embaucher un employé illustre ces deux tests. En effet, prenons le cas d’une entreprise qui veut embaucher. Au final, seulement deux candidats apparaissent comme parfaitement remplir les critères de recherche de l’entreprise. Or, appliquer la méthode des scenarii peut permettre de faire un choix en mettant en avant le fait qu’un seul des deux candidats résistera en cas extrême dans l’activité de l’entreprise : il apparaît qu’un des deux candidats ne tiendra pas et il ne saura pas faire ce qu’il faut pour s’adapter à cette situation.

De plus, il est possible de faire face à deux types d’incertitudes :

1) Incertitude qui peut être gérée

Par exemple, qui va remporter un marché à l’exportation ? Il n’est pas possible de se prononcer avec certitude mais il est possible de probabiliser car il existe des éléments de réponse.

2) Incertitude qui secoue les modèles mentaux :

Par exemple, dans un conflit social (envisagé comme un jeu entre deux parties) opposant le gouvernement d’un pays et les syndicats d’employés de ce pays.

  • Si l’État décide de réorganiser le système social du pays afin de s’adapter à la situation économique, le gouvernement ne sait pas comment les syndicats vont réagir dans cette éventualité. En revanche, le gouvernement peut émettre un certain nombre d’hypothèses dans le sens où si les syndicats agissent de telle façon, alors le gouvernement pourra réagir face à cela, et ainsi dessiner une stratégie en plusieurs séquences, avant même d’avoir officiellement lancé des négociations.
  • Le problème intervient si le gouvernement intègre que les syndicats ne veulent pas « gagner » dans la confrontation sociale qui s’annonce. Dès lors, tout raisonnement logique basé sur l’hypothèse de base de tout jeu, à savoir que tous les participants cherchent à gagner, est vain.
  • En effet, les syndicats peuvent parfaitement être conscients de la nécessité de faire évoluer le système social d’un pays, sans pour autant être dans la capacité de l’admettre officiellement compte tenu de leur positionnement idéologique et des impératifs de crédibilité vis-à-vis de leurs adhérents. Dès lors, les actions des syndicats ne seront pas logiques au regard de la nécessité de trouver un accord, mais viseront à défendre une posture qui les fera nécessairement perdre, mais qui leur permettra (1) de conserver leur crédibilité auprès de leurs adhérents, (2) tout en faisant que le projet du gouvernement soit appliqué.

Application pratique des scenarii

Tous les scenarii doivent raisonner selon deux idées principales. Les deux idées principales sont, d’une part, la possibilité d’occurrence (probabilité que le scénario se réalise) et, d’autre part, les impacts, c’est-à-dire la portée ou les conséquences potentielles. La mise en place de ces deux idées permet de créer une matrice avec en ordonnée (de bas en haut) l’intensité de l’impact du scénario sur la vie macroéconomique par rapport à la situation actuelle, et en abscisse (de gauche à droite) la certitude ou non que l’événement intervienne dans un horizon temporel à 10 ans.

méthode des scénarios

Il est ainsi possible d’appliquer la méthode des scénarios à la gestion de la dette en France :

SCENARIO 1

  • Scénario qui a peu de chance de se réaliser mais où les impacts potentiels par rapport à la situation actuelle sont très élevés.
  • Ce scénario correspond à la vision selon laquelle le pays (citoyens et dirigeants politiques) a pris conscience de façon collective de la tâche qui lui incombait pour tenter de sauver une partie du modèle social et de la souveraineté du pays, et de sa responsabilité vis-à-vis des générations futures.

SCENARIO 2

  • Scénario probable avec là aussi des impacts potentiels très élevés par rapport à la situation actuelle.
  • Le respect d’une gestion raisonnée et saine des finances publiques sera imposé de façon autoritaire et avec très peu de marges de manœuvres depuis l’extérieur (marchés financiers ou partenaires européens).

SCENARIO 3

  • Scénario peu probable et dont l’impact par rapport à la situation actuelle sera faible.
  • Le pays décide de faire semblant de mettre en place des politiques dédiées à la prise en compte des exigences budgétaires. Le but est de poursuivre aussi longtemps que possible le modèle actuel (économique, social, réglementaire, fiscal, production, consommation…) jusqu’à son épuisement. Les dirigeants politiques espèrent qu’ils ne seront plus au pouvoir quand il s’agira d’en assumer la responsabilité et d’en gérer les conséquences pratiques.

SCENARIO 4

  • Scénario probable où la situation actuelle ne sera que peu changée.
  • Rien n’est fait pour composer avec les défis posés par la gestion de la dette publique. Les agents économiques (ménages, entreprises, institutions financières, État, collectivités locales), actuels ou futurs, seront tous profondément impactés par l’inertie de l’augmentation de la dette publique (hausse généralisée de la fiscalité, diminution de l’efficacité des services publics, accroissement des injustices entre les citoyens selon leurs statuts…).

Mur de la dette (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints, licence Creative Commons)Finalement, ces scenarii doivent servir à poser un certain nombre de questions : Sachant qu’au final c’est le scénario 1 (peu probable avec fort impact) qu’il convient de prendre en compte en priorité pour raisonner en matière d’incertitude extrême.

Le pays est-il prêt à tel ou tel changement ?

Exemple :

  • baisse des dépenses publiques, et notamment sociales (chômage, santé, retraites)
  • flexibiliser le marché du travail et accroître la concurrence afin de stimuler la croissance économique.

Si oui, dans quelle mesure ?

Exemple :

  • Identification des dépenses sociales à diminuer, ainsi que l’ampleur et le rythme de la baisse.
  • Comment réaliser la pédagogie nécessaire auprès de la population sans que cela ne se traduise de façon négative électoralement parlant, ni que cela ne nourrisse les populismes, les démagogues et les extrémismes.

Si non, qu’est-ce que le pays doit faire pour s’assurer de pouvoir faire face à tel ou tel scénario ?

Exemple :

  • En l’absence de prise de conscience collective de l’impérieuse nécessité de faire face à un endettement devenu dangereux pour l’avenir du pays, comment anticiper la perte de souveraineté économique du pays et déployer des politiques en amont pour y faire face de façon pratique et gérer les tensions sociales qui émergeront mécaniquement du fait de la brutalité des mesures qui devront être engagées.
Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • « Quaero, colligo, studeo »
    Le doute est le corollaire absolu de l’intelligence.
    Talleyrand

  • « Le pays décide de faire semblant de mettre en place des politiques dédiées à la prise en compte des exigences budgétaires. Le but est de poursuivre aussi longtemps que possible le modèle actuel (économique, social, réglementaire, fiscal, production, consommation…) jusqu’à son épuisement. Les dirigeants politiques espèrent qu’ils ne seront plus au pouvoir quand il s’agira d’en assumer la responsabilité et d’en gérer les conséquences pratiques. »

    Ce n’est pas ce que le gouvernement actuel fait déjà avec son « plan d’austérité » de 50 milliards et ses fameux pactes ?

  • Le pluriel de scénario en français est scénarios, scenarii est un accord de pluriel italien.

    • L’auteur semble parfaitement le savoir puisqu’il utilise le pluriel français dans le corps de l’article.
      L’usage de la forme étrangère est tout à fait acceptable pour une mise en évidence du concept…

  • Cette méthode est très bien pour dégrossir un sujet, mais elle est tout à fait inutile sur ce sujet archi connu qu’elle la dette.
    on sait très bien ce qu’il faut faire (baisser la dépense publique), on sait très bien comment le faire, c’est juste qu’on ne le fait pas et qu’on ne le fera pas. donc,
    * peu importe ce qu’il y a dans les cases 3 et 4, ça ne change quasiment rien, en dehors peut-être de la date de la faillite.
    * la case 2 ne contient que les différentes variantes de la faillite
    * la case 1 contient les différents miracles qui ne se produiront pas et qu’il est inutile d’escompter : si vous êtes prêt pour la faillite, vous êtes prêt au miracle, et la meilleure façon de permettre un miracle est de se préparer à la faillite.

  • Je pense qu’il n’y aura pas de faillite, que le gouvernement le sait également et c’est la raison pour laquelle il ne fait quasiment rien pour diminuer drastiquement la dépense publique.
    La dette sera remboursée par des ponctions sur les frais de succession de la géneration des possédants actuels.
    Ces possédants détenteurs de patrimoine, sont , on le sait très bien, la génération des « trente glorieuses ».
    Il y a des millions de gens, nés dans les années 1940-1950 qui seront en fin de vie d’ici 2030-2035.
    Ces gens ont amassé des patrimoines colossaux que Bercy a parfaitement évalué.
    Au moment de la transmission de leur patrimoine aux héritiers, l’état pourra intervenir, quand il l’estimera necessaire pour mettre le curseur des frais de succession, au niveau necessaire (et indispensable) pour rembourser la dette et rassurer les marchés .
    Tout ceci est, très probablement, soigneusement préparé.

    • LOL. Toi, tu ne connais pas Bercy, pour imaginer qu’ils sont capables de faire des plans.
      Et tu surestime grandement ce qui restera dans le patrimoine des baby boomers : le mari mort, la veuve passe encore dix ou vingt ans en maison de retraite médicalisée coutant 1 à 2 smics mensuels de plus que sa pension, dévorant le patrimoine gros ou petit, après quoi le conseil général prend tout à sa charge. calcule toi même : 1500 € x 12 mois x 10 ans = 180 000 € J’en connais qui ont bouffé 1/2 million € comme ça, l’air de rien…

  • @ P

    Tu es très très mal renseigné.
    1. Tu parles de passer 10 ou 15 ans en maison de retraite médicalisée et d’y laisser une grande partie de son patrimoine. Or selon les statistiques officielles, la durée moyenne de séjour dans une maison de retraite (avant décès) est de….3 ans ! ! !
    2. tu parles de mari mort et de femme qui survit mais oublie de dire que si un seul des deux époux décède, il y a obligatoirement declaration de succession à faire par les héritiers devant notaire. Donc droits de succession eventuellement à payer au fisc.

    Tu dis que Bercy est mal renseigné. FAUX.
    Ils savent qu’il y a environ 8 millions de foyers (dont beaucoup sont des plus de 60 ans) qui ont un patrimoine d’au moins 600 000 euros (hors assurance-vie) donc ils savent très bien où ils pourront racketer pour rembourser la dette !

  • Et, si tu contestes le niveau du patrimoine moyen des Français voici les statistiques de l’INSEE

    http://www.challenges.fr/economie/20131219.CHA8664/patrimoine-ce-que-possede-les-menages-francais-selon-l-insee.html

    Comme tu peux le constater, Les fonctionnaires de Bercy lorsqu’ils déchiffrent les études de l’INSEE (ils savent quand même lire hein ?) , ils sont morts de rire de savoir que le niveau moyen patrimonial moyen par ménage est supérieur à 400.000 euros.
    Ceux qui disent que les Français vivent dans la pauvreté mentent.
    Les pauvres sont minoritaires et leur taux de pauvreté est très largement compensée par une très forte majorité qui posséde un gros patrimoine
    Comme Bercy, les marchés savent aussi tout ça, sinon ils ne prêteraient pas à moins de 2%.
    Et si les Français étaient réellement dans la pauvreté, ça ferait longtemps que ça aurait explosé. Au contraire, c’est leur richesse qui les fait se réfugier dans un conservatisme et une inertie absolue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles