Blablacar ou l’obsolescence de l’État comme acteur économique

banniere_Blablacar (Crédits : Blablacar, tous droits réservés)

La start-up championne du covoiturage a réalisé une levée de fonds record afin d’accélérer son développement à l’international.

Par Hector Allain

banniere_Blablacar1-580x293

La récente levée de fonds de Blablacar, le site leader du covoiturage, est une date à marquer d’une pierre blanche. Au-delà des montants investis, 100 millions de dollars, il faut y voir un témoignage de plus de l’obsolescence de l’État comme acteur économique. Au cours du 20ème siècle, des pans entiers de l’économie ont été nationalisés. Ce système centralisé et figé est désormais caduc. Trop lent, trop couteux, trop peu respectueux des usagers. L’évolution ultrarapide des technologies ne fera qu’accélérer ce processus de décomposition.

Une croissance fulgurante

Créé en 2006, Blablacar transporte désormais l’équivalent de 6% des passagers de Voyages SNCF. Cette révolution s’est faite sans bruit mais à des taux de croissance de 200% par an. Blablacar séduit par le prix. Un trajet Paris Nantes coute avec Blablacar 20 euros soit jusqu’à quatre fois moins que le TGV dont les prix n’ont cessé de flamber. Le site est aussi supérieur sur le service : dépose à domicile, départ à toute heure du jour et de la nuit, courtoisie et propreté des véhicules. Les conducteurs sont notés par les passagers et les moins bons sont exclus du site.

C’est qu’à l’abri de la concurrence, la SNCF s’est laissée vivre pendant trop longtemps. Avec le train français, on est privé à la fois du fromage (le prix) et du dessert (les services). Les prix ont progressé deux fois plus vite que l’inflation depuis 15 ans. Dans le même temps, le service n’a cessé de se dégrader : retards en série (on s’approche de la situation italienne), grèves sauvages, allongement des temps de parcours (2 heures il y a 20 ans pour un Paris-Nantes, 20 minutes de plus aujourd’hui). L’usager souffre aussi de tous ces détails qui clochent : annonces peu claires ou absentes, fermeture inopinée du bar sur certains trajets, toilettes répugnantes… L’interaction des agents SNCF avec les clients est souvent affligeante de bêtise, d’incompréhension et d’absence d’empathie. Comme le disait Frédéric Bastiat : détruire la concurrence, c’est tuer l’intelligence. La SNCF prouve tous les jours que cette maxime est vraie.

Un service public laissé au bord de la route

Internet a changé la donne. La technologie permet des effets de leviers de croissance extraordinaires par des mécanismes viraux de conquête du marché. L’innovation est aussi devenue beaucoup moins onéreuse. On parle souvent d’innovations Lego, qui permettent de combiner différentes technologies, souvent gratuites, pour créer des services de rupture. Instagram, la startup rachetée plus d’un milliard de dollars par Facebook, s’est construite ainsi autour d’une équipe d’une vingtaine de personnes. L’application avait conquis plus de 100 millions d’utilisateurs en six mois. Avec la technologie, on peut faire beaucoup avec peu.

img contrepoints483 covoiturageL’histoire économique s’accélère donc. Le système étatique ne parviendra pas à suivre, bloqué dans ses rigidités et ses avantages acquis. Un peu comme le régime économique soviétique s’est effondré de lui même, incapable de répondre au défit de la guerre technologique lancé par les États-Unis.

La liste des business étatiques qui vont disparaitre est longue. On pense à la météo ou la régulation du trafic automobile bientôt inutiles avec des applications comme Waze. L’éducation nationale, ce système soviétique qui coûte cher et produit une casse sociale vertigineuse, sera bientôt pour une large partie supplantée par les MOOC, ces cours en ligne souvent gratuits. La Poste deviendra rapidement inutile par la disparition totale du courrier (on va y venir rapidement) et par le foisonnement de solutions privées de livraison des colis.

Ironiquement, les dures grèves de la SNCF n’ont fait que renforcer Blablacar. Réaction absurde d’un système aux abois. Les différents lobbies vont évidemment se dresser contre l’innovation. Des reculs se produiront certainement mais ils seront limités, à moins d’accepter une lourde perte de compétitivité et un net recul social. Le peuple qui a goûté à la liberté ne se laissera pas faire.

Dans les années 80, les socialistes ont essayé de freiner les radios libres qu’ils avaient lancées. Les manifestations d’auditeurs les ont contraints à renoncer à la censure. On peut s’attendre à une évolution similaire. Rien n’arrête le progrès, ni l’histoire.


Hector Allain est l’auteur de À la découverte du fabuleux français.