Finance : le monde des hommes serait-il détestable ?

Regard critique sur certaines pratiques des hommes de la finance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bourse (Crédits jam_90s, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Finance : le monde des hommes serait-il détestable ?

Publié le 13 juillet 2014
- A +

Par Didier Maurin.

Bourse marchés financiers actions (Crédits jam_90s, licence Creative Commons)Que faire ?

Voilà 27 ans que je travaille dans la finance et si je rencontre souvent des personnes très appréciables, je me rends de plus en plus compte que nombre d’arnaqueurs sont très bien protégés par les institutions.

Par exemple, je me rappelle très bien le cas de cette banque qui obligeait ses conseillers financiers à aller passer des arbitrages boursiers chez leurs clients afin d’y prélever 4% de frais au passage, et ce sans aucune rémunération supplémentaire pour les CGP. Peu importe ce qui était acheté ou vendu car tel n’était pas le problème de l’établissement qui licenciait immédiatement tout récalcitrant.

Il risquait bien entendu de voir ses employés saisir le conseil des prud’hommes pour licenciement abusif, mais face aux gigantesques profits qu’il tirait de cette pratique, l’affaire en valait la peine. En effet, cette banque avait prévu de se vendre à une autre, et pour se vendre très cher, elle devait rapidement faire monter son chiffre d’affaires sur le dos de ses clients et de ses salariés, signe de sa profitabilité, ce qu’elle a fini par réaliser.

Il y eut aussi le cas de cette autre banque qui, commercialisant ses propres SCPI au guichet, en profitait par exemple pour vendre 200 millions d’euros à celles-ci ses immeubles qui n’en valaient que 50. On ne crache pas sur une plus-value de 150 millions… À l’époque, j’ai appelé la COB (l’AMF d’aujourd’hui) pour lui signaler le problème, mais on m’a répondu qu’elle ne devait pas être la seule banque à réaliser ce type d’opérations. Point à la ligne.

Par la suite, rien ne s’est passé du côté de la COB, jusqu’à ce que Déminor, un petit cabinet de juristes très offensifs, la fasse craquer et la pousse à indemniser les clients lésés. Et c’est là tout le problème, car toutes ces banques constituent autant d’institutions très protégées, rarement attaquées, que le contribuable a dû sauver de la faillite.

Avec le temps, je me suis aperçu que les tribunaux n’étaient pas la solution, car les procédures sont très longues, très chères, et ne rapportent que peu de dommages-intérêts ne couvrant pas forcément les frais d’avocats. Ce d’autant que les avocats des banques elles-mêmes savent très bien utiliser la loi.

Le monde politique pourrait bien agir. Malheureusement, en admettant qu’ils puissent comprendre des montages financiers très complexes qui ne sont pas forcément leur spécialité, les politiciens, même honnêtes, se montrent toujours très réticents à déstabiliser une institution. Et encore faut-il avoir de la chance car si le PDG de la banque est très ami avec un ministre…

Restent les médias où on trouve de tout, du journaliste le plus compétent au plus malhonnête, du plus offensif au plus trouillard, avec la détestable vision, chez les meilleurs d’entre eux, du fatalisme. « Ce type d’affaires, nous ne le connaissons que trop bien » me répondent-ils, car ils en ont l’habitude et savent qu’il n’y a pas grand-chose à faire car « Gare à la diffamation ! ».

Je grandis. Autrefois, on m’a appris qu’il existait dans le monde le capitalisme, le socialisme, le communisme ou la monarchie. Tout cela est faux, car il n’existe, avec le genre humain, que l’aristocratie. Du ministre très ami avec un PDG de banque capitaliste au membre du Politburo soviétique ayant un compte en Suisse, nombre de relations relèvent du copinage chez des personnes très bien placées qui reconstituent systématiquement des aristocraties où il est de bonne guerre de ne pas déranger ses connaissances.

Que faire alors pour que les choses changent ? Que faire pour que nos enfants n’héritent pas d’un tel monde ? Si vous avez des suggestions, elles sont les bienvenues…

Voir les commentaires (89)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (89)
  • C’est le capitalisme de connivence. Je déteste ce terme, car il est une conséquence de l’étatisme, pas du capitalisme. La solution est très simple : limiter drastiquement le pouvoir de l’Etat sur l’économie, supprimer toutes les protections et influences étatiques. Sans ce pouvoir, plus de capitalisme de connivence. Si une banque fait mal son boulot, des employés mécontents pourront facilement créer une autre banque qui fera mieux son travail et lui prendra sa clientèle.

    La COB, comme la SEC américaines, sont notoirement inutiles dans la lutte contre la criminalité financière. Ils ont un monopole, pourquoi se fatigueraient-ils…

    • Je préfère « étatisme de connivence » à « capitalisme de connivence ». En effet, le seul responsable c’est l’état qui vient essayer de mettre ses doigts dans le pot de confiture, pas le capitalisme.

      • Sans vouloir rentrer dans un futil débat sémantique. La conivence est la caractéristique naturelle de l’étatisme, étatisme de conivence est un pléonasme, l’expression capitalisme de conivence évoque un cas particulier du capitalisme, pas de l’étatisme.

  • Le libéralisme c’est la liberté ET la responsabilité. C’est bien la preuve que le système financier n’est pas libéral puisqu’aucun responsable malhonnête n’est poursuivi et condamné.
    Regardez pour la manipulation du Libor. Personne n’a été condamné. A part faire payer des amendes qui représentent rien par rapport au profit, la justice ne fait rien.

    • L’affaire dire « Tapie » : qui a empoché la plus-valu de la vente d’Adidas?

      Qui était derrière Omega Venture et Coatbridge?

      Pourquoi les médias n’ont quasiment pas parlé de la destruction des archives du Crédit Lyonnais?

      • « la destruction des archives du Crédit Lyonnais » : à l’époque, c’était une banque publique dirigée par de hauts fonctionnaires protégés par leurs réseaux politiques, soit l’aristocratie étatique française dans tout l’éclat de sa corruption sans limite ! Et dire qu’aujourd’hui, il y en a qui préconisent de nationaliser les banques à nouveau, comme si ça pouvait finir différemment cette fois-ci. Il est remarquable de noter que les faibles d’esprit n’apprennent jamais rien des erreurs du passé.

    • Il n’est pas libéral, en effet, puisqu’il est acoquiné avec l’état.

      • De toute façon, tant que les libéraux appelleront « capitalisme » l’économie de marché, rien ne sera possible. Rien du tout.

        • Les principes économiques du libéralisme et du capitalisme sont en effet très différent.
          Il est bon de le rappeler.

        • Libéral ou pas, on a du mal à percevoir en quoi une économie qui ne serait pas fondée sur la propriété privée des moyens de production pourrait être qualifiée « d’économie de marché ». Que cherchez-vous à exprimer ?

          • « la propriété privée des moyens de production » Notion marxiste. Poubelle, direct.

            L’économie de marché n’a qu’une définition : l’économie de marché. Rien à voir avec le terme « capitalisme ».

            • Au-delà de la référence au marxisme ou d’une prétendue confusion entre capitalisme et économie de marché, vous n’expliquez pas la différence. Je pose la question autrement : puisque selon vous les deux ne peuvent être confondus, qu’est-ce que vous entendez par capitalisme d’une part, par économie de marché d’autre part ?

  • tant que l’argent , le fric , le blé , appelez le comme vous voulez , sera le maitre du monde , rien ne changera ; tant qu’il aura cette attractivité sur une poignée d’individu , celle qui dirige le monde , rien ne changera ;

    • Vous feriez partie de ces quelques éveillés (au sens complètement détaché des contingences matérielles) qui ne recherchent pas le profit dans le moindre de leurs actes ? Chapeau !

      • le profit ne m’intérresse pas ; l’argent non plus , je gagne juste ce qu’il me faut pour vivre décement , ni plus ni moins ; j’ai , dieu merci , d’autres centres d’intéret autrement plus sain ;

        • Et vous ferez quoi une fois vielle et sans argent? Vous vivrez aux crochets de vos gamins? De la société? Ca vous laissera surement du temps pour vous préoccuper de vos autres centres d’intérêts.

    • Le fric n’est rien d’autre que le reflet de la rareté économique et de nos désirs/besoins.
      Si vous voulez abolir le fric, il faudra résoudre ces questions.

    • Les 3 P de ce monde:
      – pouvoir
      – pognon
      – penis

      Le reste n’est que blabla.
      Il y a aussi la règle de 2:
      – soit baiseur
      – soit baisé

      Conclusion, la génération qui arrive ne va pas s’embarraser de son héritage que de toute façon l’Etat l’aura volé.

      La génération qui arrive va déchirer du vieux, pire que la période flower power. Pourquoi ?

      Très simple, un « vieux » est largué au niveau informatique, mass média, etc à partir de 50 ans. Le monde est créé par ceux qui font les choses.

      Je suis très optimiste sur la nouvelle génération. La question est, l’ancienne génération va t’elle apprécier ?

    • « tant que l’argent , le fric , le blé … »

      Je crois que vous avez manqué le principal message de l’article : « il n’existe, avec le genre humain, que l’aristocratie ».

      Les politiques ou même certains entrepreneurs sont attirés par le pouvoir plus que par l’argent. Dans le cas des politiques, le pouvoir corromps et ils sont vite tentés d’en proffiter pour « améliorer » leur patrimoine. Et il est facile à ces gens la de s’arranger avec sa conscience : le fait de disposer du pouvoir donne rapidement un sentiment de supériorité et donc de faire partie d’une « aristocratie ».

      C’est donc le pouvoir qui est en cause, et en particulier quand il n’est pas associé à des responsabilités ou le risque de tout perdre si on en fait mauvais usage.

    • Tant qu’il y aura des réflexions aussi débiles, rien ne changera. Même pas digne des propos de Jean-Pierre, célèbre pilier du bar-PMU de Trifouilli-les-Oies

      L’argent est un médium d’échange (impossibilité de faire du troc à grande échelle dans une économie complexe etc.)

      Lorsque les échanges se faisaient en coquillage je-sais-plus-où, vous disiez aussi que si va allait mal, c’était à cause des coquillages???

  • Ce qui est décrit dans l’article ce sont des pratiques commerciales douteuses qui ont lieu dans certaines entreprises, qu’elles soient financières ou autres. Ces pratiques ne sont pas l’exclusivité de la finance.

  • « il n’existe… que l’aristocratie ».
    Le terme exact ne serait-il pas « Ploutocratie » ou « oligarchie »?

  • Voilà quelques points à éclaircir face aux arguments beni oui-oui des libéraux mouillés jusqu’aux sourcils dans les marchés de capitaux, le financement d’élus politiques, quand ce n’est pas pire que cela.

    Alors oui, le crédit Lyonnais, le crédit mutuel ont été dévoyés jusqu’au derniers degrés (tiens donc on se demande par qui d’ailleurs).
    En réponse à ça il faut créer de nouvelles structures de prise de décisions par tous les citoyens dans la décision de crédit.

    Mais voila, il faut aller au bout de la logique.
    Je te parle de démocratisation du système financier et des mécanismes qui le régisse et par la même occasion, de démocratie politique réelle.
    En effet, la canal du crédit et le système économique et financier ont besoin de démocratie pour stopper cette folie névrotique que se sont emparés des salles de marchés à un tel point qu’un de mes pets pourrait faire évoluer ses déraisonnable et déraissoner cours de bourses.

    Beaucoup d’économistes et de politiques semblent oublier que le simple citoyen participe à cette économie et que c’est le peuple, en traivaillant qui crée les richesses de chaque pays.
    Quand on a dis ça il nous reste quelques solutions:

    1°) La finance peut continuer comme elle est et va encore une fois comme c’est le cas maintenant environ tous les deux ans, créer une nouvelle crise. Et on me parle de responsabilités, mais c’est une blague, surtout quand nos chers amis financiers nous font payer la douloureuse pour leur permettre de survivre, après avoir fait les bétises les plus absurdes, notamment, en terme de dérégulation, qui pourrait s’apparenter de bien des manières à de l’anarchie de droite (cf lire Schtirner).

    2°) On peux se diriger vers une défection généralisé, le capital continuera son petit bonhomme de chemin, mais beaucoup de citoyens iront ailleurs et créeront eux-mêmes leurs modes de vie et de pensée, qui à été complètement accaparé par le capital, en lui dictant ce qu’elle doit faire, penser, consommer.

    3°) Personne ne réfute le fait que l’économie et le canal du crédit est un bien commun. Quand on a dis ça, il faut rendre l’économie au service des citoyens. La nationalisation sera effectivement abordable quand le système financier aura de lui-même purgé le mauvais sang et se sera retrouvé à une valeur égale à zéro. Par la suite, il faudra inventer une nouvelle façon de démocratiser le systême économique. En incluant absolument tous les citoyens à la prise de décision et en créeant un système qu’on pourrait appeler de « communalisation du crédit ».

    Quand au niveau de la responsabilité, ah oui, Lloyd Blankfein et consors auront à se justifier de leurs aggisement dans très peu de temps, devant des jurés citoyens.
    Parce que depuis les années 70, il suffit de s’paercevoir des inégalités qui n’ont fait que de ce creuser entre ces « élites » financières et le petit peuple. (cf Thomas Piketty, Le capital au XXIème siècle).

    Alors oui chers amis libéraux, je suis vraiment désolé pour vous, mais les temps changent, le temps de l’enrichissement à gogo est fini pour vous et va falloir qu’ensemble l’on crée un système capable de réjouir tout le monde. Tu t’apercevras que dans ma réponse, j’essaye de créer un but commun, à l’inverse des libéraux qui eux désirent une emprise totale sur la société. Les libéraux sont marxistes qu’on se le dise !

    On pourrait évoquer de nombreux autres sujets, comme la démocratie dans la finance, surtout quand tous les colloques, les conférences, les prises de parole médiatique sont trustés par nos chers économistes corrompu et mouillés jusqu’au sourcils dans les marchés de capitaux et qui nous ont annoncés leur théorie d’efficience des marchés pendant 40 ans. Leurs désastres intellectuels est chatoyant quand même !

    • Magnifique cher ami diplo. Tu fais quoi ce mercredi soir?

    • Salut Ami du Monde Diplo désintéressé,

      Jérôme Cahuzac et ses amis du gouvernement sont contents de toi. Tu devrais postuler à quelque chose, ils pensent que tu pourrais te rendre utile au niveau communication.

      D’un autre côté, Sarkozy n’est pas non plus insensibleà ton talent.

      Malheureusement, Albert camus ne peut même pas pleurer avec toi.

      • Je ne postule à rien du tout mon cher.
        Je n’ai absolument aucune affiliation à aucun parti politique, et pour cause, mes opinions en matière de politique mettrait tout ce beau monde au chomage. De l’extreme gauche à l’extreme droite.

        Mon seul objectif : Faire progresser l’éducation populaire dans ce pays, et pousser les électeurs à se pencher sur les problèmes qui les regardent au premier chef.
        La cause des causes : Ce n’est pas aux hommes et femmes de pouvoir d’écrire les règles du pouvoir. Donc il nous faut une nouvelle constitution populaire.

        • L’éducation populaire si c’est bien celle que je connait est morte depuis belle lurette…. preuve de son incapacité à perdurer plus d’une vingtaine d’année.
          Évidemment, faire appel au bénévolat, avec un encadrement très peu professionnel, complètement nourri par la main de l’état ne pouvait que donner un échec.

          Avec cette manière bisou d’éduquer vos enfants qui auront tous le bac avec 22/20 vous ne leur rendrez pas service. Les pays émergeant vont vous envoyer leurs gosses bourrés de talent n’en faire qu’une bouchée. L’éducation populaire c’est justement le début de la tiers-mondisation d’une jeunesse éduqué dans une société de loisir incapable de leur donner les vertus du travail.
          Car la vertu du travail ce n’est pas gratuit c’est nécessaire !

    • « Personne ne réfute le fait que l’économie et le canal du crédit est un bien commun. »

      Personne ne s’amuse à réfuter une suite de mots qui n’a aucun sens, en effet.

      Sujet de philo :

      L’économie est-elle un bien commun?

      Vous avez 4 heures.

    • La plus belle dans ce fatras de bêtises sans nom c’est quand même la « en termes de dérégulation, qui pourrait s’apparenter de bien des manières à de l’anarchie de droite ».

      En termes de dérégulation de la finance, depuis les années 80 on plutôt accumulé les régulations stupides, internationales (Bâle I, II puis III) ou plus ou moins nationales (Européenne/Française ou US, ou… ).

      Vous ne me croyez pas, bien sûr. Je vous invite donc à jeter un œil distrait au code monétaire et financier et son paquet de pages… Puis au « règlement général de l’AMF » et son paquet de pages… L’activité bancaire et de marchés financiers en France est couverte par plus de 4000 pages de textes, de lois, de régulations. Il y a plein de « gendarmes » (à commencer par l’AMF) et tout se fait sous le contrôle effectif de la Banque de France. Tout cela n’est jamais que 10 à 15 fois plus que ce qu’il y avait en 1981.

      Mais c’est quasiment de « l’anarchisme de droite »… sic.

      Bon la référence toute enamourée au torchon de picketou et au monde diplodocus permet de comprendre un peu le phénomène.

      • En gros des banquiers qui contrôlent des banquiers, ouais c’est vrai que les contrôles doivent être sacrément rigoureux.
        Tous les accord de Bâle sont morts nés avant même de voir le jour, toutes les lois qui auraient été en faveur d’une réglementation plus strict ont été détruites par les lobbyistes bancaires.
        Moi je te conseille de lire schtirner à propos de l’anarchisme de droite.

        • Mon pauvre ami… Votre monde a l’air horrible, mais ce n’est pas la réalité. Il faudrait vous réveiller, et lire quelque chose de conforme à la réalité et à la raison, et donc, pas la littérature gauchiste. D’ailleurs, je n’ai pas trouvé trace de ce « schtirner ». Dommage, ca me fait toujours rire de lire leurs élucubrations.

        • Bah oui, c’est sûr, les politiciens (députés et autres pondeurs de lois) sont des banquiers. Et les hauts fonctionnaires qui n’ont jamais fait que « servir l’Etat » (et s’en servir) comme les gens des banques centrales et des agences de régulation de surveillance etc. ce sont des banquiers.
          Si seulement il y avait quelques banquiers dans tous ces gugus, on serait peut-être moins dans la panade. Parce que finalement ce qui tue la banque (une activité de négoce/service comme toutes les autres, normalement) ce sont les collectivistes qui veulent que l’argent ce soit un « bien public » ou « bien commun » et que que le crédit idem. Ils se sont emparé du controle et ont voulu montrer qu’ils étaient très malins. Donc ils ont toujours réagi avec un temps de retard, comme les politiciens français gérant l’armée avaient (ont) une guerre de retard.
          Ils répondent aux crises financières telles que (mal) comprises par les journalistes et les académiques de gauche keynesio-marxistes. Chaque nouvelle réglementation porte en elle les germes de la crise suivante par effets de bords artistiques.

          Je peux, sans grande difficulté vous annoncer que d’ici 4/5 ans maximum on se tape une nouvelle crise, engendrée par les approches régulatrices « systémiques » et les « politiques monétaires non-orthodoxes ». Et donc un Bâle IV, qui sera une dizaine d’années plus tard la cause d’une nouvelle crise…

          quant à me conseiller de lire « schtirner » (je suppose que vous voulez parler de Max Stirner, enfin Johann Kaspar Schmidt ? Le fait de n’être même pas capable d’écrire son nom montre à quel point vous l’avez lu et relu, n’est-ce pas ?) c’est amusant. L’anarchisme « de droite » c’est un peu comme le communisme individualiste, voyez vous. Les notions de « droite » et de « gauche » sont celles de classification des élites politiques, ce qui est un peu gênant quand on est anarchiste et qu’on réfute cela.
          Pour un anarchisme « capitaliste » (c’est nettement plus cohérent que votre hybride tordu) allez plutôt lire des gens moins connus mais très intéressants. Lysander Spooner, pour les vieux à la Stirner, ou plus récemment des gens comme Murray Rothbard.
          Tous ces gens ne demandent pas des régulation dérégulée, du « capitalisme de connivence » (en fait on devrait plutôt parler de fascisme ou de nazisme économique : socialisme et étatisme comme mode de régulation d’une organisation apparemment capitaliste puisque permettant la propriété privée des moyens de production, tant que l’Etat n’y trouve rien à dire). Ils demandent la liberté de chacun de faire ce qu’il veut avec ce qui est à lui, tant que cela ne nuit pas aux autres. Ils interdisent donc aux faquins n’y ayant aucun droit de décider ce que les autres doivent faire avec leur propre argent, au nom d’un soit disant bien commun qui comme par hasard est celui que ces faquins estiment et pas celui de ceux auxquels ils imposent leur loi.

          Commun, certes, mais certains le sont plus que d’autres visiblement…

    • tiens, un coco qui veut envoyer du banquier juif dans les camps…

      • Vous ne connaissez ni mes affiliations politiques ni mes croyances religieuses.
        Ca tombe bien je ne suis dans aucun des deux, mais faite gaffe, la diffamation fait recette aux tribunaux en ce moment ;).
        Cela dis si vous voulez apporter des critiques constructives qui ne sont pas à base de diffamation politique et de religion, moi je suis ouvert à la discussion contrairement à certains 😉

        • Pour le moment je n’ai rien lu de constructif de votre part. L’auteur de l’article pose une question. Certains libéraux ont des solutions à proposer. Quelles sont les vôtre ?

          • Pas de solutions ? Vous plaisantez ?
            Education populaire, nouvelle constitution, nationalisation des banques, invention d’un nouveau système de « communalisation » du crédit, fermeture de la bourse.
            Je sais que beaucoup ici vont être proche du malaise, mais voila ce à quoi le peuple Français devrait avoir en tête comme objectif en instaurant un réel rapport de force.
            Rapport de force qui d’ailleurs est en train de réémerger si l’on tient compte de la forme et la dureté pris par les mouvements sociaux à l’heure actuelle, notamment celui de la SNCF.

            • Vous plaisantez ? Le corporatisme de la SNCF ? Vous y croyez au Grand Soir vous ? C’est pas la SNCF qui va défendre vos intérêt ! Au contraire au travers de la double taxation ( impots+billet ) elle vous glisse une belle quenelle en assurant pas le service adéquat.

              Education populaire = bisous aux enfants, vignette rouge quand tu n’a pas bien travaillé. Les pays étranger vont tuer nos gosses. Car eux ils bossent dur croyez moi ! Les pays étrangers n’ont plus rien à apprendre des français ( encore quelques trucs…. nucléaire, armes, espace surtout pas le TGV ).

              Nouvelle constitution= par le peule alors ? bon courage pour réunir 40 millions de gens et élaborer de façon honnête un projet social. J’ai toujours eu des doutes concernant cette proposition populiste à mon sens. Elle ne vise qu’a changer les élites ( que je récuse ) par d’autre gens et cette vision est conforme à la lutte des classes.

              Communalisation du crédit: c’est déjà en partis le cas…. pas de changement notable. J’efface la dette des banque, je nourris de mon labeur des cohortes de projets inutile et qui ne m’apportent rien…. ou si peu…
              Ce genre de proposition n’incitera personne à mettre la main à la patte. Donc vous retrouverez des files de gens aux boulangeries comme aujourd’huis aux urgences, à la sécu etc …qui justement sont des modèle de communalisation ( si je comprend ce que vous voulez dire ).

              Nationalisation des banques… comme ça vous pouvez piquer mon fric à la source ? Bah j’arrête de travailler dans ce cas et tape le RSA ( 480 euros ) l’APL ( 300 euros) et vais vivre à la campagne peinard avec mon potager et mes traffic divers non soumis au fisc….

              Après ,de façon générale, vous vous dites innovant en solution politique, vous prétendez n’être d’aucuns côté. Désolé monsieur mais vous êtes camarade communiste….. donc non merci.

              • C’est pour très bientôt ne t’en fais pas. Je ne dis pas que le SNCF va servir mon intérêt bien loin de là. Je dis juste que les citoyens sont en mouvement, ils s’aperçoivent de la cause de leurs impuissance.
                Les pays étrangers n’ont rien à apprendre mais on est quand même l’une des plus grosses puissances mondiales n’est-ce pas. Et justement, les projets publics d’investissement sont à des taux historiquement bas. Comment mobiliser des études, des intellectuels, des nouvelles méthodes de produire dans des conditions pareilles?
                Intéressant le nom de projet social que tu donne, effectivement relire Rousseau et son contrat social est une bonne base.
                Si populiste c’est un adjectif dont la définition veut dire la prise de la décision populaire et souveraine du peuple alors oui c’est populiste.
                Le rapport de force et la lutte de classe biensur qu’elle se renouvelera, et si c’est les 99.99% qui gagnent ce rapport de force, tout ira pour le mieux.
                Communalisation du crédit . ca existe ? quelle blague.
                La seule chose que j’ai vu moi c’est la privatisation des bénéfices et la socialisation des pertes qui a du être assumer par la puissance public, évidemment les privés refile toujours le mistigri à la puissance public quand il y a le feu.
                La communalisation n’est pas du tout ce que vous comprenez, vous en êtes même loin …
                Cette idée c’est la collaboration du peuple aux prises de décisions en matière de politique économique.
                Hé bien voila votre idée, quand vous gagnez tout va bien et quand vous perdez vous reprenez vos économies et vous partez. Hé ben très bien partez ! Nous aurons pas de mal à reconstruire une société vertueuse sans vous et vos amis capitalistes et même nous serons aidés par votre action.

                Encore une fois je ne suis encarté chez personne, je ne me laisse guider par personne.j’ai ma propre morale et mes propres opinions. Et par ailleurs si moi je suis communiste vous vous êtes capitaliste dans sa forme ultra libérale.

                • Quel mouvement de citoyens ? Le PCF a qui vous pompez des idées est en décrépitude. Le front de gauche qui partage vos idées est incapable de proposer une alternative au national-socialisme.

                  Heureusement moi aussi je sens un léger espoir luire en France…. mais pas du même côté de la balance.

                  Le contrat social ? Une invention d’intellectuel… je ne l’ai jamais signé par contre j’en paye ma part sans retour sur investissement. Au contraire les institutions de la république m’ont fait plus de mal que de bien ( spoliation de mon travail, services publics inefficace au regard de la somme etc…).

                  Allez nationaliser les banques et vous verrez comment Jean-Pierre ou Robert s’en sort face aux autres acteurs financiers. Sans éducation économique consistante autre que le capital de K.Marx ou de Piketty je crains que la partie soit finie d’avance….Donnez le pouvoir au peuple ( ce que vous n’arriverz jamais à faire, c’est ça le populisme: vendre une idée dont l’auteur sait de toute façon qu’elle ne sera jamais réalisé ).
                  La collaboration du peuple estune chimère… Certains seront investit du pouvoir populaire pour contrôler ? Mais c’est aujourd’huis le cas déjà !

                  99,9% c’est le rêve du communisme ça … avec le partis unique vous pourriez atteindre ce score. Arrêtez de me vendre votre pseudo-démocratie. Mon père à vécu ce communisme rêvé où le peuple assemblé en démocratie populaire décidait d’une voie commune ! Il vous en parlerait bien mieux que moi !

                  Oui je suis d’accord avec vous, nous sommes dans une socialie de connivence ou les pertes de quelques’un s’épongent par tous. Nous ne sommes pas dans une économie libérale. La plupart des études internationale nous classe loin dans l’échelle du libéralisme. L’état a mainmise dans tous les secteurs d’activité. Il régente toute votre vie, peut vous enlever vos enfant, votre argent, vos biens. Voilà la réalité ! La réalité c’est qu’ailleurs ce n’est pas le paradis fiscal, c’est qu’ici c’est l’enfer !

                  Ce qui vous dérange c’est que des gens soient riches ( ce n’est pas mon cas ). Et bien je préfère être pauvre dans un pays de riche. La richesse de l’un fait ma richesse. Que vous aurez compris que le libéralisme est au contraire une émulation, une injonction à chacun d’être meilleur vous aurez fait un grand pas. Quand vous aurez compris qu’un homme qui épouse le libéralisme à tout intérêt a ce que son prochain soit riche , et qu’il le souhaite de tous son cœur, vous commencerez a comprendre…

                  Oui je suis capitaliste, oui je suis ultra-libéral. Ces mots résonnent en vous de façon péjorative?

                  Il n’y que trois moyens de communiquer avec son prochain: la force, l’altruisme et le commerce. Je soutiens la thèse qu’il est possible d’organiser une socièté basé sur le commerce, c’est le centre d’une idée libérale.
                  Vous, vous en appelez à une certaine vision altruiste ou l’on demande à son prochain de payer pour les autres. Mais la réalité c’est que vous même n’êtes pas prêt à le faire.
                  L’émergence des pays étrangers crée une féroce concurrence ( regardez la SNCM( france): 8 bateaux 2000 employé stravaillants 6 mois sur 12 et abonddé par le denier public, façon cocoland…. en passe de couler face a Corsica ferries( italie), 1000 employés 12 bateaux…. )…. D’une certaine façon le partage des richesses s’opère, on ne donne plus que des sacs de riz mais du travail. Et voilà qu’aujourd’hui le gens se plaignent alors qu’hier ils étaient les premiers à faire la morale ?

                  La conséquence est que ce système va s’ecrouler et je ne souhaite pas voir vos idées émerger…. De toutes façons je serai loin si il le faut….

                  • Voilà bien notre désaccord, vous voulez basé une société basé sur le commerce et moi je cherche une société basé sur la coopération, la collaboration.
                    C’est le rapport marchand tel qu’il est actuellement qui est insoutenable, il est d’une violence inouïe. Le rapport monétaire également est violent.
                    Je ne veux pas placé le rapport sociétale en tant que riche / pauvre. Je souhaite seulement que chacun vive dignement de son travail, ce qui entre parenthèses n’est même plus possible vu le nombre de travailleur pauvres .
                    Oui certains se sont accaparés le pouvoir et il faut le redistribuer à tous sans exception. Mais malheureusement cela ne pourra se faire sans refaire le cadre qui est le notre actuellement. Car chaque homme sur cette terre pousse au maximum sa propre puissance jusqu’à la limite de son pouvoir.

                    • Seriez vous étranger ?
                      Seul cela peut expliquer que vous ne voyez pas que dire
                      « Voilà bien notre désaccord, vous voulez basé une société basé sur le commerce et moi je cherche une société basé sur la coopération, la collaboration. »
                      c’est comme dire « voilà notre désaccord, vous voulez de l’eau et moi du H2O sous forme liquide. »

                    • Euh le commerce c’est la coopération et la collaboration justement….

                      Le rapport marchand est insoutenable ah bon ? C’est si insoutenable de faire ses courses et de manger le résultat de ses achats ?

                      Moi aussi je souhaite que chacun vive dignement ( m’avez vous compris quand je vous est dit que je préfère être pauvre dans un pays de riche ? ). Ce que je constate c’est que c’est essentiellement le commerce entre les hommes qui produit de la richesse, pas le dirigisme étatique ou collectiviste. Et que si aujourd’hui le peuple français dans l’ensemble ne meurt pas de faim c’est avant tout grâce aux progrès issus du libéralisme et pas le produit du vivre-ensemble issu du contrat social.

                • « Je dis juste que les citoyens sont en mouvement »

                  Justement, entre les grèves SNCF, les grèves SNCM, des opérations escargots des taxis, des grèves des contrôleurs aériens, des pannes de RER, les citoyens sont de moins en moins en mouvement.

                • « libre penseur »

                  Non.

                  Le mot que vous cherchez est « perroquet ».

                • Si vous voulez être reconnut comme libre-penseur, commencez déjà par en être un.

                • En même temps, en France au moins, la «libre pensée» est originellement très proche du communisme. Et pas du tout libre. Et on n’y encourage pas vraiment l’exercice indépendant des facultés intellectuelles…

                • Îmitez le chien, et vous serez le père Roquet 😉

        • « mouillés jusqu’aux sourcils dans les marchés de capitaux »

          pourquoi ils mouillent les marches de capitaux? a cause de leur liquidite peut etre?

          « Personne ne réfute le fait que l’économie et le canal du crédit est un bien commun »

          Ah bon?

          « Lloyd Blankfein et consors auront à se justifier de leurs aggisement dans très peu de temps, devant des jurés citoyens »

          ca sent bon les lendemains qui chantent vos propositions

          « Alors oui chers amis libéraux, je suis vraiment désolé pour vous, mais les temps changent, le temps de l’enrichissement à gogo est fini pour vous et va falloir qu’ensemble l’on crée un système capable de réjouir tout le monde. »

          les liberaux s’enrichissent a gog? a oui parce que les liberaux sont forcement riches, alors que les bons socialistes sont pauvres, comme Melanchon ou Cahuzac par exemple!

          Ce que tu appelles democratie dans ton commentaire, c’est le droit de la majorite de me contraindre, de me voler, et de decider a ma place de ce que je dois faire de mes moyens?

          • Absolument ! ils mouillent dans les marchés de capitaux après leurs afflux de capitaux et tout cela en soumettant à l’esclavage l’armée des travailleurs qui sont à son service.
            Sans compter que ces afllux de capitaux pourraient servir à réinvestir au lieu de payer les actionnaires gras du bide.
            Vous me parlez des ces gens qui constitue « l’élite », et oui cette élite est en train de s’enrichir de manière totalement folle sur le dos des 99%. Et j’inclus la dedans, politicards de tous bords.

            Ce n’est pas ce qui se passe à l’heure actuelle ? Et à l’heure actuelle c’est encore pire puisque ce n’est pas la majorité qui décide de cela mais de simple politicards véreux et soumis aux lobbyistes de la finance et qui mettent en esclavage la grande majorité.
            Si nous avions une vraie démocratie, une vraie constitution, je ne doute pas dans le fait que le petit peuple aurait des discours et décisions bien moins violente que ce que vous semblez entrevoir.

            • bah oui parce que les actionnaires mangent l’argent, donc l’argent n’est pas reinvesti, et ils deviennent donc gras du bide, car l’argent c’est gras… c’est bien connu tout ca, on est d’accord.

              • « Si nous avions une vraie démocratie, une vraie constitution, je ne doute pas dans le fait que le petit peuple aurait des discours et décisions bien moins violente que ce que vous semblez entrevoir »

                oui comme en Suisse quoi

                Sinon merci mais tout ce qui est communalise (comme vous dites) en France (la secu, l’education, la police…) est ce qui marche le moins bien, marre de passer 4h a attendre aux urgences apres s’etre fait agresser par un multi-recidiviste incapable de m’agresser dans un francais correct.

                • LOL comment résumer l’inefficacité du système en une phrase !

                • C’est normal les politiques mettent en faiblesse eux-même les systèmes ou tout le monde cotisent.
                  La on nous a pris 50Milliards, il faudra pas s’étonner d’entendre les même nous crier que la sécu est en déséquilibre.

                  • « La on nous a pris 50Milliards »

                    Qui ça « on »?

                    • Et pris à qui ? Parce qu’en fait on (l’Etat) nous en prend beaucoup plus que ça chaque année, soi disant pour aider ci ou ça, mais en pratique à plus de 80% ça ne va que dans les poches des élus et fonctionnaires et si les français commencent à réaliser ça, ça va être bye bye Kansas…

            • les fameux 1% !!!
              Ah, ces braves gens… La catégorie statistique ainsi désignée s’enrichit, et même plus vite que le reste de la population par simple effet statistique. Rien de bien surprenant si on comprend ce que c’est qu’une distribution, un écart type, un quantile.
              Le truc idiot c’est que « les 1% » s’enrichissent, mais qu’à part dans les pays socialistes comme la France où il y a plein de politiciens, journalistes, artistes, et hauts fonctionnaires là dedans, la composition en termes de personnes change, et de plus en plus vite. Les 1% de 2014 ne sont pas ceux de 2000.

              Quant à « la finance » mettant en esclavage, blah blah blah… Vous avez toujours le choix de ne pas vous endetter, et donc de pouvoir dire « zut » à la finance. Et puis finalement, « la finance », « les marchés » c’est qui ? Vous. Moi. Les clients des banques, des compagnies d’assurances. Tous les gens qui s’assurent (pas auprès des assurances sociales, qui sont des ponzi, mais auprès de vraies assurances), tous ceux qui épargnent, tout ceux qui achètent à crédit un appartement, une voiture… Tous ces méchants, ces salauds, ces lobbyistes, qui cherchent honteusement à être bien assurés pour pas trop cher, à emprunter pour leurs gros achats à des taux raisonnables, à se constituer un complément le plus conséquent possible à leurs retraites publiques (qui ne sera que queues de radis et tapes dans le dos, vive la communalisation), c’est ça, la « finance avide ».

            • Fatra idéologique et boules de gomme…
              Une fois de plus : confusion des causes et des effets. Les « sociales démocraties » sont ds une inextricable merde du seule fait des politiques socialistes qu’elles persistent a mettre en place. Plus de dépense, plus de dette, plus de lois, plus « d’égalité » avec l’argent des autres, plus de « lendemain qui chantent »…
              Les « marchés » sont des dealers qui ne font que répondre a un besoin créé par des tocards irresponsables dont tu fais partis.
              Supprimons le socialisme et les absurdités du « marché » suivrons… Pour le bonheur de l’humanité.

            • Camarade du monde diplo, la France a déjà appliqué à peu près tous les points du programme du parti communiste de 1981 : http://www.contrepoints.org/2014/04/02/161725-il-y-a-33-ans-deja. Vous pouvez vous reposer. Le sale boulot a déjà été fait.

    • Waaaaaoooooooouuuuuuuuuuuu :!:Thomas Piketty comme référence, c’est sciant ❗ :mrgreen:

    • Tu prépares tes Grand Procès, camarade?

      Combien de chiens de capitalistes spoliateurs immoraux et apatrides tu veux envoyer au goulag?

    • Loooool! Merci vous m’avez bien fait rire, un vrai concentré de toutes les débilités qu’on peu entendre à droite à gauche! Merci pour ce grand moment.

  •  » Gare à la diffamation ! »

    http://www.lexpress.fr/styles/saveurs/blogueuse-condamnee-pour-une-critique-de-resto-l-exemple-a-ne-pas-suivre_1558569.html

    La somme demandé est extravagante, notre famille ne peut en payer le 10éme, sachant que le reproche est d’avoir repris deux lignes, 8 jours après les faits relatant un mariage dans la presse people.

    • Mon dieu. J’ai vu des décisions horribles, mais celle-là se pose en modèle. Et ce co… d’avocat qui lui dit qu’elle n’avait qu’à pas se défendre elle-même. Remarque, en un sens il a raison, voila ce que ca rapporte de faire confiance à la justice en France. Des juges qui ne disent pas le droit, mais qui prennent l’argumentaire d’avocat qui à l’air, vu de très loin, le mieux, parce que « ce n’est qu’une ordonnance, pas aussi méticuleux qu’une procédure de droit commun ». Deux mois et demi de salaire d’un smicard, et ce n’est pas assez important pour être jugé correctement. Fumiers.

      • Surtout on voit pas bien ce qu’une procédure d’urgence vient faire dans une affaire de dénigrement.

        À la rigueur pour obtenir la suppression de certaines assertions d’une page Web, mais pour obtenir un dédommagement? C’est du grand délire.

        C’est sûr que les juges de référé doivent pas représenter le haut du panier (je ne dis pas que la Cour d’appel vaut mieux, hein). Un autre jugement de référé avait affirmé que l’Internet est de la drogue (sic lol).

  • Oui. La guillotine. Facile, pas cher…

  • Le probleme c’est une loi bavarde et inefficace, qui profite aux malhonnetes.

    Il faut reformer la loi.

    • Le problème c’est la loi !
      Dès qu’elle dépasse le cadre de la « loi naturelle », elle est par nature privation de liberté de quelques uns au bénéfice de quelques autres.
      Faire une loi pour dire qui peut prêter, à qui, à quel taux, et encadré par quelle forme de contrat porte en soi le désastre.

      • On croirais entendre un anarchiste ..
        Tu pourrais définir la loi naturelle ?
        Oui c’est un désastre pour les libéraux accrochés à leurs volonté de puissance en dépit des autres.
        Je ne dénigre pas la volonté de s’enrichir, tous les animaux font ça, il faut seulement limité ça, c’est intolérable de voir certains se goinfrer littéralement pendant que certains dorment dans leur bagnole.
        La liberté d’entreprendre également je suis pas contre, mais mon gars si tu as un désir de créer une société de vendre des biens mais vas’y tout seul mon gars, et nous enrole pas de force. La contrat de travail est un scandale, c’est la seule fois qu’un être humain concède le fait d’être subordonner.

        • D’abord, je ne vous ai jamais tutoyé ni autorisé à me tutoyer. Gardons un peu de respect et de savoir vivre, voulez vous ?

          Ensuite, oui, on pourrait dire que je suis anarchiste, en un sens proche de ceux de Spooner et Rothbard. Assez proche aussi de Hoppe… Sans pour autant être d’accord avec eux sur tout.

          Je vais surement m’attirer les foudres des spécialistes de la question, « jus naturalistes », mais pour moi la loi naturelle c’est la loi qui découle de la nature de l’homme et de son action. Elle part de la liberté qui fait de nous des hommes, cette liberté est intrinsèquement liée à la responsabilité et de cela découle la propriété privée, toutes notions cruciales et absolues (sinon je nie l’humanité des autres ainsi que la mienne). De la propriété privée de mon corps découle le « principe de non agression »: je ne peux pas initier de violence sur le corps de quiconque, ni sur ses biens.

          Sorti de cela, entre êtres autonomes et libres, le commerce (pas uniquement monétisé) est la norme de coopération, et le contrat (implicite ou explicite) le mode de cette coopération.
          Le contrat de travail est donc très bien et respectable (personne ne vous force à signer ce contrat, contrairement au « contrat social », ni à l’exécuter… Si vous en avez correctement négocié les termes, c’est l’employeur qui est « subordonné »). Ce qui est scandaleux c’est qu’il soit « standardisé » et que la loi se mêle de savoir ce que je peux décider ou non dans le cadre de mes négociation avec le client qui achète mon travail.

          Finalement, personne ne peut mettre une limite à l’enrichissement. Qui à la légitimité de se mêler de ce qu’un acheteur et un vendeur décident ensemble ? S’il n’y a pas eu contrainte physique le commerce bénéficie aux deux parties. Plus les riches s’enrichissent plus les pauvres le font aussi. Un pauvre qui « dort dans sa bagnole » est objectivement plus riche que 60% (à vue de nez) de la population du monde puisqu’il a une bagnole. Plus riche sans doute que 98% des gens vivant au XVIIIe siècle. Le roi lui même n’avait pas accès à ce luxe absolu de pouvoir aller de Paris à Lyon en quelques heure, sans dépendre d’autrui de ses horaires etc., qui plus est.

          • Ceci dit, la petite part de vérité dans le message précédent est le scandale du principe du salariat. La norme devrait être quelque chose proche du statut d’autoentrepreneur, sur la base de rémunérations contre objectifs. A partir de là, le fait que certains négocient leur travail contre une rémunération régulière étalée dans le temps et que d’autres acceptent ce terme contractuel, relève de la relation équilibrée entre les deux contractants et n’a rien à faire dans la loi.

            • En tant qu’ancien Gaulliste je peux vous souffler un debut de solution. La participation par la redistribution partielle des benefices (bruts) d’une part et par l’actionnariat d’autre part etait une proposition Gaulliste, elle a deja ete applique dans bon nombre d’entreprises Francaises avec beaucoup de succes. L’employe s’en porte mieux financierement, les syndicats sont moins puissants dans l’entreprise. Que des avantages. Bon, effectivement, on est pas dans le liberalisme pur et dur ni dans un socialisme marxisant, donc ca va pas en satisfaire beaucoup, mais je reste quand meme beaucoup attache a ce concept.

              • Bien sûr ! Bénéficier de la distribution des bénéfices (pourquoi ce « re » inutile devant « distribution » ?), cela s’appelle l’actionnariat. Rien n’est plus social que le fait de devenir actionnaire d’une ou plusieurs entreprises, notamment à travers les fonds de capitalisation lorsque nous aurons enfin abandonné cette folie pseudo-sociale, et en même temps suicide économique, qu’est la retraite par répartition.

        • mais mon gars , moins t’avance plus vite, plus t’avance moins vite… :mrgreen:

        • Cool, un nouveau zozo ! Youpie !

  • Je voudrais revenir un peu sur la partie de l’article qui concerne la spoiliation des clients dans le cadre d’une vente d’actifs bancaire a une SCPI. Ca devrait etre le job des legislateurs de faire pression sur les juges pour introduire une jurisprudence qui permette une augmentation dissuasive des compensations attribuees aux clients spoilies (prendre en exemple les niveaux de compensations attribuees aux victimes des accidents de transport aeriens qui ont permis au fil des annees de motiver la profession dans le sens d’une securite accrue). Je pense que cela aurait a terme un effet benefique quant a l’ethique de la profession.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Delphine Moret.

La crise sanitaire a dopé le paiement électronique, par carte bancaire ou sans contact, comme l’a constaté la Banque centrale européenne (BCE). Les restrictions des déplacements et des interactions physiques ont accéléré le boom du e-commerce et l’utilisation des moyens de paiement digitaux. De plus, la crise du Covid-19 a été marquée par des opérations d’influence d’envergure et une attaque en règle de la réputation du billet de banque, accusé à tort de transmettre le coronavirus. « Un tsunami informationnel » qui ... Poursuivre la lecture

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l'État (politique et politiciens) de beaucoup de choses - l'église, la famille, les affaires, l'éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d'une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale conti... Poursuivre la lecture

porno
0
Sauvegarder cet article

Par Jerry Barnett. Un article de Quillette

La récente décision d’OnlyFans, l’une des plus grandes marques de l’industrie adulte, d’arrêter de vendre des contenus sexuellement explicites a pris tout le monde par surprise. Les médias sociaux ont réagi avec amusement, de nombreuses personnes suggérant (à juste titre) que cela revenait à ce que KFC abandonne le poulet. OnlyFans a invoqué la pression exercée par Visa et Mastercard, le duopole effectif qui contrôle l’essentiel des paiements en ligne (American Express avait déjà interdit les ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles