Le Sénat écarte une nouvelle taxation des banques

Le Sénat français a rejeté une proposition de loi qui aurait augmenté la fiscalité des banques et aurait confié à La Poste la responsabilité de la couverture territoriale en matière de distributeurs automatiques de billets.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Sénat écarte une nouvelle taxation des banques

Publié le 20 mai 2023
- A +

Par Victor Fouquet.
Un article de l’IREF France

Le 3 mai dernier, la Haute Assemblée a rejeté une proposition de loi (PPL) émanant du groupe socialiste qui aurait abouti, entre autres dispositions, à alourdir la fiscalité sur les établissements bancaires.

 

La France a le meilleur maillage d’établissements bancaires en Europe

Cette PPL visait, selon son intitulé, à « renforcer l’accessibilité et l’inclusion bancaires », et prévoyait plus exactement de confier à La Poste une mission de couverture territoriale complète en distributeurs automatiques de billets (DAB), comprenant leur implantation, leur entretien et leur approvisionnement. Cette charge supplémentaire devait être assumée par La Banque Postale et financée par un « fonds de garantie de la présence territoriale bancaire », alimenté par les collectivités territoriales mais également par la création d’un double prélèvement fiscal sur les établissements bancaires : au titre de leurs bénéfices d’une part, lors de la fermeture d’un DAB d’autre part.

Il est heureux que les sénateurs aient supprimé du texte ces dispositions. On peine en effet à en identifier l’intérêt, dès lors que 99 % des Français vivent à moins de 15 minutes en voiture d’un DAB, offrant par-là au pays le meilleur maillage d’établissements bancaires en Europe. Il est certes capital de préserver la liberté de choix des moyens de paiement des ménages, et il faut louer ici le souci qu’en ont les auteurs de la PPL. Reste que, avec 48 000 points d’accès aux espèces sur l’ensemble du territoire national, cette liberté de choix ne semble pas menacée aujourd’hui. De manière plus fondamentale, la proposition des sénateurs socialistes faisait fi des effets d’aubaine et d’incidence fiscale propres à un tel mécanisme de financement.

Outre la distorsion de concurrence induite par la première de ces deux taxes nouvelles, qui par définition n’aurait pas concerné les banques mobiles ou digitales, il y a fort à parier qu’elle aurait été répercutée en aval par les banques traditionnelles, conduisant par conséquent à augmenter le coût des services bancaires au détriment des usagers que le législateur entendait pourtant soulager. La science économique nous enseigne que, indépendamment des velléités politiques de soutien à l’égard de telle ou telle catégorie de consommateurs, le plus gros poids de l’impôt est toujours supporté par le côté du marché le plus inélastique, c’est-à-dire ici l’usager…

 

Une telle proposition aurait pu être assimilée à la reconnaissance d’un « droit au crédit »

Quant à la seconde contribution fiscale exigée des agences bancaires pour la fermeture d’un DAB, non seulement elle aurait pénalisé les banques qui, jusque-là, avaient fait l’effort de maintenir une présence territoriale (tout en épargnant celles qui s’étaient désengagées depuis lurette), mais elle les aurait du même coup incité à anticiper la surcharge fiscale en fermant des distributeurs avant l’entrée en vigueur de la loi. Le contribuable n’est, là encore, jamais tout à fait captif, de sorte que le législateur, fût-il animé des meilleures intentions, aurait vraisemblablement manqué sa cible.

Contentons-nous enfin de signaler l’un des autres articles de la PPL, lui aussi opportunément supprimé par le Sénat, qui prévoyait d’inclure dans l’offre bancaire spécifique (créée en 2013 pour les personnes en situation de fragilité financière, plafonnant certains frais en cas d’incidents de paiement) une autorisation de découvert bancaire sans frais et proportionnelle aux revenus. Outre qu’une telle proposition aurait pu être dangereusement assimilée à la reconnaissance d’un « droit au crédit », il convient, ainsi que l’a exprimé drôlement le sénateur LR de la Corrèze, Claude Nougein, d’« arrêter de tout fixer en fonction des revenus », car « bientôt, on le fera pour acheter une baguette ! »

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « confier à La Poste une mission de couverture territoriale complète en distributeurs automatiques de billets (DAB), comprenant leur implantation, leur entretien et leur approvisionnement. »
    On peine à voir la cohérence d’une telle disposition quand l’Etat encourage la disparition de la monnaie papier au bénéfice des transactions numériques facilement traçables, soi-disant pour éviter la fraude!
    Et confier cette fonction à la Poste ( financée par une nouvelle taxe), alors que ce n’est pas son rôle de traiter des opérations bancaires, ça laisse quand même dubitatif sur la magouille sous-jacente!

  • Socialiser, socialiser, il en restera toujours quelque chose comme « un acquis social » qui conduit inévitablement au communisme

  • Quel intérêt d’aller retirer de l’argent à un distributeur avec une carte bancaire ? Autant payer directement le commerçant avec la carte.
    Quant aux petits achats du genre la baguette à 1,3€, le gouvernement ferait mieux d’interdire aux banques de prélever des frais sur les transactions de moins de 15€ par exemple.
    Ainsi, plus besoin de distributeur, plus de casse de distributeur, plus de transporteurs de fond à attaquer, plus d’argent à cambrioler chez soi…

    • Désolé, mais je me comporte de façon exactement inverse. Je prends le maximum de liquide au DAB et je me sers aussi peu que possible de carte bancaire … visible par ma banque et éventuellement par l’administration. Ma liberté commence par ce qu’autrui (et l’Etat en particulier) ignore de mon existence.(Soljenytsine)

      • Dites moi quand vous passez à un DAB que je puisse vous faire un vol à l’arraché de votre liquide….
        Voler une CB : pas rentable car vous feriez opposition de suite ; mais faire opposition aux billets sortis du DAB, impossible.

        • Je vois que Monsieur a de bonnes manières. Mais essayez donc de me les arracher.

          • J’avoue que j’ai eu une réaction un peu trop immédiate à ce commentaire. Mais la question n’est pas là. On peut retirer du liquide en toute sécurité, si on est un peu prudent. La seule question que je me pose c’est de savoir si la banque, l’administration et l’Etat doit savoir précisément tout ce que je fais de mon argent ou non. Si vous êtes prêt pour l’Euro numérique (qui va vous priver à terme de tous vos choix personnels sur votre argent), moi pas.

  • Quel intérêt d’aller retirer de l’argent à un distributeur avec une carte bancaire ? Autant payer directement le commerçant avec la carte.
    Quant aux petits achats du genre la baguette à 1,3€, le gouvernement ferait mieux d’interdire aux banques de prélever des frais sur les transactions de moins de 15€ par exemple.
    Ainsi, plus besoin de distributeur, plus de casse de distributeur, plus de transporteurs de fond à attaquer, plus d’argent à cambrioler chez soi…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Satanée loi du marché, cette main invisible qui vient détruire les rêves, et rappelle les Français aux terribles réalités.

Ainsi des Parisiens qui pensaient gagner beaucoup d'argent avec les JO, et dont les appartements leur restent sur les bras. En moyenne 886 euros la nuit, cela représente quand même une grosse somme.

Apparemment, ça fait chier tout le monde ces JO. Personne n’a envie de venir. Il faut dire que Paris va ressembler davantage un camp de concentration qu’à la fête du sport. Du coup, les conna... Poursuivre la lecture

Je viens d'écouter l'audition d'une petite heure de Jean-Marc Jancovici au Sénat, qui a eu lieu le 12 février dernier dans le cadre de la « Commission d’enquête sur les moyens mobilisés et mobilisables par l’État pour assurer la prise en compte et le respect par le groupe TotalEnergies des obligations climatiques et des orientations de la politique étrangère de la France ».

Beaucoup d'informations exactes, qui relèvent d'ailleurs bien souvent du bon sens, mais aussi quelques omissions et approximations sur lesquelles je souhaite reveni... Poursuivre la lecture

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles