Barack Obama : « Votez mes lois, sinon je passe outre ! »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Barack Obama (Crédits James O Malley, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Barack Obama : « Votez mes lois, sinon je passe outre ! »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 juillet 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen.

Barack Obama est, comme chacun sait, un grand démocrate – et un constitutionnaliste étonnant. Dans un tweet récent que je trouve sidérant, il balance carrément cette menace : « Avec ou sans le Congrès, il est temps d’avancer sur les sujets qui importent le plus »…

Tweet Barack Obama Congrès

La fin de la phrase sur « les sujets qui importent » n’est pas essentielle : il fait allusion à l’immigration, au salaire minimum et l’égalité homme femme. Ce qui est grave, c’est évidemment le début de la phrase : « avec ou sans le Congrès ». Comment un Président des États-Unis peut-il menacer d’agir « sans le Congrès » ? Les Pères fondateurs de la Constitution américaine doivent se retourner dans leur tombe car ce tweet présidentiel est tout de même assez immense sur le plan constitutionnel.

Ces dernières semaines, Barack Obama a passé son temps à répéter « Je n’aimerais rien de plus qu’un texte qui serait approuvé à la fois par la Chambre des Représentants et le Sénat, et qui arriverait sur mon bureau pour que je le signe »… En gros, il dit : « Mes réformes sont miraculeuses et donc, en tant que Président, je ne supporte pas qu’on s’y oppose. Si le Congrès les vote exactement comme je l’ai décidé, alors parfait, je les signe. Sinon j’agirai avec ou sans le Congrès »…

Comment oser penser la démocratie en ces termes ?

Ce que Barack Obama aimerait en fait c’est que les Républicains du Congrès adoptent et votent les textes que leur imposent les Démocrates. C’est cela qu’il souhaite, comme d’ailleurs tous les présidents : un système bi-partisan (pour respecter l’illusion de la démocratie) mais totalement unanime : où les deux grands partis seraient, penseraient et voteraient de façon identique, dans une sublime unanimité bi-partisane (un peu ce que, chez nous, Marine Le Pen appelle « l’UMPS ») : des Démocrates solubles dans les Républicains ; et des Républicains solubles dans les Démocrates. Enfin tous identiques et interchangeables, avec une unanimité enfin dissoute dans un conformisme généralisé. Et, tout en haut, un Président pouvant enfin aller devant les prompteurs annoncer qu’il signe des lois votées de façon unanime par un Congrès uni et solidaire. Ah qu’en voilà une belle démocratie. Et, de fait, c’est tellement plus confortable.

Une dictature constitutionnelle soft

Le problème, c’est qu’il y a des grands principes démocratiques qui semblent échapper à Barack Obama. D’abord, s’il y a une opposition, c’est tout simplement qu’il y a des électeurs qui ont voté pour des représentants afin qu’ils défendent des idées qui ne sont pas celles du Président. Ensuite, les textes doivent être votés de façon constitutionnelle, sinon c’est tout simplement anticonstitutionnel. Quand Obama tweete et affirme « qu’il est temps d’avancer sur les sujets qui importent le plus avec ou sans le Congrès », il dit tout simplement : « je préférerais respecter la Constitution mais si les Républicains ne votent pas comme je le souhaite, alors je passerai outre »Ah bon ? Il passerait illégalement ?

img contrepoints448 ObamaC’est une bien singulière conception de la démocratie : car enfin, si une majorité au Congrès décide de ne pas voter les réformes d’Obama, c’est peut-être parce qu’elle considère que les réformes proposées ne sont pas bonnes. C’est son droit le plus strict et d’ailleurs la raison d’être d’une opposition. Menacer de passer outre est donc assez inquiétant sur le strict plan constitutionnel.

Mais peut-être Obama est-il en train d’inventer une nouvelle forme de dictature constitutionnelle : une dictature sympathique et soft, une dictature élégante et distinguée, une dictature à la rhétorique bien huilée et aux discours magnifiques, une dictature qui s’adresse directement à la fibre populiste et blâme les méchants représentants – mais une dictature tout de même ; en tout cas pas une démocratie. Ouf !

On était hier le 4 juillet et, aux États-Unis, le Fourth of July c’est la fête nationale commémorant la Déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776. Cette indépendance a été arrachée à l’époque au Royaume de Grande-Bretagne : par chance, l’Angleterre est restée un bel exemple de démocratie !

PS : On devrait d’ailleurs peut-être en profiter pour engager une réflexion sur l’état (de délabrement avancé) de la démocratie Française… Est-il normal que le Parlement continue allègrement à ne pas représenter toutes les sensibilités ? Est-il normal qu’un référendum ait pu être rejeté par le peuple souverain (comme en 2005) et soit ensuite rectifié et approuvé par les parlementaires ? Est-il normal que les lois ne soient pas votées à la majorité qualifiée ? Etc. Au lieu de parler des nouvelles lunettes du Président, il serait peut-être utile de parler de tout cela qui est déterminant pour les années qui viennent1. Et vite, avant que les explosions ne se fassent dans la rue parce que la colère n’aura pas été exprimée au Parlement !


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Yes we can do without your consent.

  • hum … attention à la sur-interprétation d’un tweet de 15 mots.
    Moi je peux vous faire une interprétation « ultra-libérale » de ce tweet :
    N’attendez pas que le parlement bouge pour avancer, on a pas besoin de faire des lois, si vous voulez que ça bouge bougez-vous sans attendre les institutions, etc.
    Dans ce tweet Obama ne dit pas qu’il fera la loi lui même, ou qu’il prendra des « décrets » pour remplacer les lois qu’ils souhaitent, ou qu’il agira arbitrairement. Peut-être que c’est ce qu’il pense et souhaite faire, ce qui serait grave, mais ce tweet ne dit pas ça.

    • Si on décontextualise le tweet, vous avez raison.
      Cependant, Obama parle bien de prendre des décrets.
      D’ailleurs, les médias gauchisant présentent Obama comme une victime des méchants Tea Parties, contraint de passer outre le congrès…
      A l’époque, ces journaleux auraient présenté Staline ou Mao comme victimes des capitalistes contraintes à condamner à mort des millions de gens…

    • Non P, on ne fait pas un tweet sur un coin de table quand on est président des US. S’il avait voulu écrire « Bougez vous [le c**] et n’attendez pas tout du parlement [ou ALT des institutions] » c’était plus court et il l’aurait fait.

      Ce tweet prouve bien que l’étape suivante du socialisme est le totalitarisme pour notre bien.

      Bien le dessin de René Le Honzec !

  • Mais c’est depuis décembre 2011 que Barak Obama passe outre le congrès et passe des textes par décret. (la cour suprême vient d’ailleurs de lui rappeler qu’il avait outre passé ses prérogatives en passant certains décrets au prétexte que le congrès était en vacance alors qu’il siégeait, ce qui n’a fait ni chaud ni froid au cher Barak)

  • « La gauche, c’est une salle d’attente pour le fascisme. » Léo Ferré

  • Ce mec est considéré comme un des pires Présidents des USA, à raison.

    • Par les libéraux, certainement. A mon avis, c’est le pire de l’histoire des EU. Mais c’est un socialiste démago pur beurre, ce qui fait toujours recette, nous en savons quelque chose…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

[caption id="attachment_161436" align="aligncenter" width="660"] Vote élections urne (Crédits JaHoVil, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.[/caption]

 

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut êt... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles