Création d’emplois : les entrepreneurs s’inquiètent !

Les entrepreneurs réclament un nouveau logiciel pour la France.

Une tribune de Guillaume Cairou

Pôle Emploi - fileLes chiffres du chômage sont une réalité dramatique. Ils doivent être un électrochoc pour notre gouvernement qui ne doit pas s’endormir. La multiplication des discours creux, les effets d’annonces et les conférences de presse visant à communiquer ne servent à rien.

Quand va-t-on enfin comprendre que le mal du marché du travail français ce n’est pas qu’il y ait des destructions d’emplois, mais qu’il n’y ait pas assez de créations d’emplois ! Quand va-t-on comprendre que le mal dont souffre notre pays ce n’est pas que les entreprises ferment mais c’est qu’elles ne se créent pas !

La France va-t-elle encore longtemps se fixer pour objectif de ne former que 500 000 apprentis par an pendant que notre voisin allemand, lui, forme 1,5 million d’étudiants chaque année et que chacun sait que l’apprentissage est l’une des clés de la lutte efficace contre le chômage ?

La France ne doit pas se résigner à avoir plus d’un actif sur dix sans emploi !

Au lieu de se contenter de mettre en place des contrats aidés afin de créer une illusion d’optique, la France doit lever les blocages à la création d’entreprises et donc à la création d’emplois.

La France doit baisser ses charges pour diminuer le coût du travail, réformer le SMIC, indemniser le chômage uniquement en échange d’une formation ou d’une démarche active, notamment vers l’économie sociale ou l’entrepreneuriat, supprimer les seuils sociaux, au moins le temps de retrouver de la croissance, baisser la pression fiscale insupportable qui pèse sur les entreprises. Enfin, nous réclamons d’urgence une nouvelle loi de modernisation de l’économie car on ne réussira à stimuler la croissance et les énergies qu’en levant les blocages structurels et règlementaires que connaît l’économie de la France.

Les entrepreneurs n’ont pas besoin qu’on leur répète à longueur de temps qu’on les aime, ils ont besoin qu’on leur montre en agissant concrètement pour moderniser l’économie et cela passe par une réforme d’ampleur du marché du travail, de simplifier le millefeuille administratif français encore bien trop peu digitalisé mais aussi par un allègement du système fiscal qui ne sert aujourd’hui que les intérêts de consultants spécialisés ou d’une économie parallèle grandissante. Réagissons !