Le Labour Party, la super nounou qu’il vous faut.

Le Labour Party se préoccupe de votre santé : plus d’alcool, plus de tabac, plus de bonbons, et hop tout le monde à la salle de sport. Mais s’agit-il de votre santé ou de son portefeuille?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Labour Party, la super nounou qu’il vous faut.

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 juin 2014
- A +

Par Emmanuel Bourgerie.

labourEd Miliband, dirigeant du Labour Party britannique, vient de faire son coming-out conservateur. On savait que les partis travaillistes voulaient règlementer tous les aspects de l’économie, comme leurs homologues continentaux socialistes, mais ces dernières décennies ils tendent à se rapprocher des conservateurs sur les sujets où ils se vantaient pourtant d’être plus progressistes auparavant. Pour l’État-Nounou de ce mois-ci, Miliband a donc dévoilé toute une liste de mesures qu’il souhaiterait voir mises en œuvre pour prendre soin de vous, à votre place :

Première préoccupation, la consommation d’alcool, notamment chez les jeunes. Ignorant tous les enseignements qu’on a pu tirer de la prohibition, Miliband voudrait faire grimper les prix pour décourager les jeunes d’en acheter. Or, justement, que retient-on de la prohibition ? En rendant l’alcool illégal, son prix a fortement augmenté en passant au marché noir. Avec un prix moins accessible, les alcools légers avaient laissé place à ceux plus forts. Encore un vœu pieux qui ne s’embarrasse pas des lois économiques. Parce que, vous comprenez, on a la volonté politique.

Que serait une loi sur la consommation d’alcool sans une restriction sur le tabac ? Objectif : diviser par deux la population de fumeurs. Fumer n’est non seulement pas bon pour votre santé, mais c’est mauvais pour votre portefeuille, dit le rapport. Outre le fait que les fumeurs sont ravis de l’apprendre (les bougres ne le savaient pas, voyez-vous), c’est un drôle de raisonnement que d’affirmer que quelque chose que le gouvernement surtaxe coûte cher… Oh, et au passage, vous n’aurez plus le droit de fumer dans votre voiture.

Autre point fort, réduire la consommation des sucreries. Parce que, vous comprenez ma bonne dame, les sucreries, c’est pas bon pour vous, alors on va monopoliser la police pour surveiller que vous n’en achetiez pas à l’insu de votre plein gré. Pour votre bien donc, fini les bonbons à côté des caisses des supermarchés ! On attend la version 2.0 de cette série de propositions, où il faudra un mot signé de papa ou de maman pour pouvoir acheter des bonbons.

Et le meilleur pour la fin, les travaillistes veulent que vous fassiez du sport ! Exercice physique obligatoire pour les enfants à l’école et la moitié de la population adulte devra suer elle-aussi. Il est drôle de noter qu’au lieu de convaincre la moitié de la population de voter pour qu’il les force à courir, Miliband pourrait se contenter de convaincre la moitié de la population de courir.

Sauf que lorsque l’on regarde les détails du rapport, ce n’est pas de l’altruisme désintéressé. Le but, à peine caché, est de sauver le NHS (National Health System, le système de santé public). Vous vouliez une santé publique gérée par le politique ? Et bien voici un système de santé politisé. La justification pour faire baisser l’alcool ? En filigrane, on invoque des surcoûts d’ambulances.

En 2015, si vous êtes britannique, n’oubliez pas de voter pour le candidat qui, des conservateurs, des travaillistes, des libéraux ou des nationalistes, s’occupera le mieux de vous faire courir.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ils sont pathétiques !
    J’ai une furieuse envie de mettre des tartes dans la tronche que j’entends ces gens là !

    La dictature rouge est vraiment la plus perverse ! ( Même si la noire vaut pas mieux, elle plus franche du collier…)

  • Ben c’est un peu ça le rêve des socialistes : que le peuple soit réduit à courir dans les petites roues de leur cage, à la manière des hamsters, produisant l’énergie nécessaire à la belle vie des apparatchiks.

  • Plus de tabac, d’alcool… Au sens de fini l’alcool et le tabac.
    Je préférerais « Plus de tabac, d’alcool… Au sens de +  » 😉

  • « En rendant l’alcool illégal, son prix a fortement augmenté en passant au marché noir. » c’était l’objectif non…? Quel est le problème ?

    • La réponse dans la phrase suivante : « Avec un prix moins accessible, les alcools légers avaient laissé place à ceux plus forts. »

      Effet inverse de celui recherché : au lieu d’arrêter de boire, mettons, de la bière, les gens boivent du whisky de contrebande à la qualité douteuse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

Récemment, la Commission européenne a annoncé des propositions de révision de la réglementation sur le tabac. Il semblerait que les taxes en vigueur n’aient pas été révisées depuis… 2010, et qu’elles ne prennent donc aucunement en compte ni l’évolution du marché, ni les niveaux d’inflation ces dernières années.

Ce projet de réforme n’est que la pointe de l’iceberg en ce qui concerne les restrictions de consommation à échelle nationale et européenne. Que ce soit en termes d’alimentation, d’alcool ou encore de tabac, ce paternalisme pose... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

L'amer Picon d'Algérie

Le Picon nous renvoie à une page coloniale de l'histoire de France, celle où l'Algérie était intégrée au territoire national et où les soldats mouraient de dysenterie et d'eau contaminée. Dans le désert saharien, la soif est une contrainte perpétuelle et les eaux sont très souvent impropres et tuent les corps en transportant de nombreuses maladies. Envoyé en Algérie au début des années 1830, Gaétan Picon découvre le paludisme et les fièvres qui rongent de nombreux soldats.

Lui aussi ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles