Les pays émergents restent le moteur de la consommation d’énergie

Les pays émergents sont restés l’an dernier le moteur de la demande mondiale d’énergie. Le bond de la production de pétrole aux USA a permis de compenser son effondrement en Libye,

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les pays émergents restent le moteur de la consommation d’énergie

Publié le 16 juin 2014
- A +

Energie gazSelon une étude de BP, la demande mondiale d’énergie s’est accélérée en 2013, mais, reflétant la faiblesse de l’économie planétaire, sa croissance, à 2,3% (1,8% en 2012), est restée légèrement de-dessous de la moyenne historique fixée à 2,5%.

Parmi les principales tendances, la consommation d’énergie des pays émergents a pourtant ralenti à 3,1%, plombée par le ralentissement économique chinois. En parallèle, celle des pays de l’OCDE, s’est redressée à 1,2%, mais ceci est dû uniquement à un bond de 2,9% aux États-Unis, qui a masqué des déclins respectifs de 0,3% et 0,6% dans l’Union européenne et au Japon.

Mais malgré cette réduction de l’écart entre les pays émergents et développés, les économies émergentes continuent à dominer la croissance de la demande mondiale d’énergie, et ont représenté 80% de cette croissance l’an dernier et près de 100% au cours des 10 dernières années.

En matière de production, l’étude souligne que l’augmentation de la production de pétrole aux États-Unis, entraînée par les investissements massifs dans l’extraction des formations de pétrole de schiste et autres gisements dits compacts qui nécessitent également l’emploi de la fracturation hydraulique, a compensé la chute de la production libyenne due au regain de violences qui secoue le pays.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Après la grande distribution, les stades de football ? Invitée ce mardi de nos confrères de France Info, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a annoncé que les événements sportifs pourraient incessamment sous peu se dérouler plus tôt qu’à l’habitude afin de limiter la consommation électrique des éclairages. Incessamment sous peu car cela pourrait s’appliquer dès cet hiver. Plus tôt qu’à l’habitude car la ministre souhaite réduire la consommation énergétique du secteur dont elle a la garde.

En cause : un plan d’économie d’énergie... Poursuivre la lecture

stratégie russe
1
Sauvegarder cet article

Résister ou collaborer avec les dictatures ? Ce thème historique est à nouveau d’actualité avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les pays de l’OTAN ou ceux de l’UE n’étant pas en guerre avec la Russie, la rupture des relations diplomatiques n’est pas envisagée. Mais les démocraties doivent-elles continuer à collaborer avec la Russie ou faut-il décourager toute coopération économique. Faut-il augmenter l’aide militaire à l’Ukraine, ce qui suppose une production plus importante d’armes et de munitions ?

La tentation est grande d’ét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles