Dossier spécial baccalauréat 2014

Pour accompagner cette édition 2014 du baccalauréat, la rédaction de Contrepoints a le plaisir de vous proposer un dossier spécial.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Diplôme du baccalauréat (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dossier spécial baccalauréat 2014

Publié le 16 juin 2014
- A +

Par Alexis Vintray.

Diplôme du baccalauréat (Domaine public)Aujourd’hui commencent les premières épreuves du baccalauréat 2014, sur fond de nouvelles grèves à la SNCF qui menacent le déroulement des épreuves. C’est, comme à l’accoutumée, la philosophie qui ouvre le bal, au moins pour la partie des 686 907 candidats qui devront passer cette matière ce matin.

50% des candidats cette année passeront le baccalauréat général (341 317), un peu moins d’un tiers le baccalauréat professionnel (205 375) et environ un sur cinq le baccalauréat technologique (140 215).

Le baccalauréat sera donc, une fois de plus, une gigantesque usine à gaz, qui va mobiliser 170 000 examinateurs et correcteurs pendant plusieurs semaines et coûtera au contribuable au moins 80 millions d’euros directement, plus réalistement 1,5 milliard €. Des chiffres qui poussent de plus en plus de personnes à demander la réforme radicale voire la suppression pure et simple du baccalauréat, qui reste, malgré sa dépréciation régulière, une référence pour la grande majorité des Français

Pour accompagner cette édition 2014 du baccalauréat, la rédaction de Contrepoints a le plaisir de vous proposer un dossier spécial, d’articles d’actualité ou d’articles intemporels :

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  •  » passe ton bac fictif pour aller en fac chomage , p’tit con … les vieux t’ aideront à acheter une voiture … « 

  • Le bac est un accès aux études supérieures. Il faut donc le supprimer. Le remplacer par un diplôme d’accès aux études supérieures pour tous ceux qui sont arrivés a ce niveau. Cela encouragera bon nombre d’écoliers a poursuivre des études dans la voie qui les intéressent. On peut etre allergique et nul en maths, et avoir du talent pour beaucoup d’autres choses.le bac actuel tire vers le bas. Tout comme la politique salariale française….

  • Bac en poche, annonce paul en ploient « cherche blablabla. ..15 ans d’expérience » les entreprises ne se mouillent pas poir donner leurs chances aux jeunes en les formants sur le tas.on préfère laisser faire l’Etat nourricier avec des dizaines de milliers de formateurs privés qui font du virtuel.pathetique et ruineux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nelly Guet.

Pourquoi une telle agressivité suscitée par l’abandon des épreuves communes ? un petit changement, en apparence, qui provoque un réel tollé. Objet du débat : la suppression des épreuves communes en 2022 signifie que 40 % de la note finale du nouveau baccalauréat reposeraient sur le contrôle continu et porteraient sur les disciplines du tronc commun.

Pas de changement pour les 60 % restants (le grand oral, la philosophie, les épreuves anticipées de français, les enseignements de spécialité) préparant l’élève à sa ... Poursuivre la lecture

Par Adnan Valibhay.

... D’où l’importance de l’école au cœur du régime républicain. C’est à elle qu’il revient de briser ce cercle, de produire cette auto-institution, d’être la matrice qui engendre en permanence  des républicains pour faire la République. République préservée, république pure, république hors du temps au sein de la République réelle, l’école doit opérer ce miracle de l’engendrement par lequel l’enfant, dépouillé de toutes ses attaches pré-républicaines, va s’élever jusqu’à devenir le citoyen, sujet autonome. C’est bie... Poursuivre la lecture

Par Stanislas Kowalski.

Plusieurs ministres ont annoncé que le baccalauréat serait passé cette année en contrôle continu total, comme pour bien rassurer les jeunes en période d’épidémie. On pourrait considérer la mesure comme un moindre mal. À situation exceptionnelle, solution exceptionnelle.

Mais si l’on considère l’histoire de cet examen, cela ressemble plus à un coup de couteau asséné à un moribond.

Préparer le terrain

La première chose qu’il faut remarquer, c’est que le contrôle continu a déjà été introduit dans le b... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles