Hollande joue à la couturière

Parler des régions, c’est s’attaquer à un sujet tabou : le pourquoi du comment.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Carte des régions (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande joue à la couturière

Publié le 2 juin 2014
- A +

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints351 région

Parler des régions, c’est s’attaquer à un sujet tabou : le pourquoi du comment. Tout le monde semble « oublier » que c’est un projet technocrate développé par les cabinets de l’État Français du Maréchal Pétain et promulgué en 1941, un projet qui était dans les cartons depuis le début du XIXème siècle quand on avait déjà constaté le trop grand nombre de départements, créés suivant des critères de déplacement (maxi un jour à cheval pour aller au chef-lieu) datés de la Révolution (où déjà, encore, dormaient dans les archives royales des projets du genre).

La IVème puis la Vème ont conservé de nombreuses innovation pétainistes (depuis la Fête des Mères au Conseil de l’Ordre des médecins et en passant par le 1er mai….) et notamment celle de découper la France en 22 régions, soigneusement calibrées de façon à ne pas faire d’ombre à l’Île-de-France et à la Capitale par une inspiration jacobine genre Debré, officiellement érigées en Établissement Publiques Régionaux en 1972. Ces entités sont l’objet de féroces luttes de pouvoir depuis le rejet de la proposition de De Gaulle en 69 d’accroître leurs compétences. La Gauche désespérant de prendre le pouvoir par le haut présidentiel envisage de le conquérir par le bas municipal et régional, développant des théories de pouvoir local.Surprise divine, la victoire de 1981 renverse la perspective. Defferre se hâte lentement pour cette fameuse « décentralisation » promise, le doute est confirmé par les désastreux échecs électoraux de 1986.

Depuis, Gauche et Droite alternées ont constaté le danger pour le pouvoir central élyséen des pouvoirs régionaux parfois féodaux, comme celui de Geoges Frèche et, sur fond de culture jacobino-colbertiste des élites énarquiennes, ne sont pas pressés de donner aux Régions un vrai statut qui les apparenteraient aux Länders allemands, aux Generalidades espagnoles ou aux régions italiennes.

Dans ce contexte résumé, la précipitation de Valls-Hollande fait tâche et apparait pour ce qu’elle est : une énième tentative empressée d’enfumage face aux catastrophes électorales sans précédent qui accablent le PS et sa non-politique. Et l’on va voir la grosse cavalerie des nantis des régions ruer des quatre fers pour sauvegarder leurs petits privilèges d’élus et de fonctionnaires : dès l’origine, les régions avaient vocation à se substituer à Paris, non pas, comme cela fut fait, par des élus et des fonctionnaires incapables de penser autrement, à doublonner systématiquement en embauchant à tour de bras clientéliste.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Encore une fausse  » réforme » téléphonée , qui n’aboutira pas, mais aura eu, entretemps, le mérite de ne pas permettre de parler d’autre chose….les chômeurs des nouvelles régions apprécieront et voteront en conséquence ….le paquebot s’enfonce et le commandant continue de modifier la position des chaises longues sur le pont…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

Les monarchies parlementaires, comme certains pays du Commonwealth et scandinaves, dominent les classements des libertés économiques et politiques. L’importance donnée au Parlement tout comme la non-politisation du chef de l’État offrent un cadre institutionnel propice à des décisions libérales.

La mort du prince consort Philip Mountbatten, mari de la reine Elizabeth II, a soulevé des questions relatives au rôle de la monarchie dans nos sociétés modernes. Certains en France von... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La décision de la Cour constitutionnelle polonaise du jeudi 7 octobre fait réagir. Elle considère que la Constitution polonaise est au-dessus des traités européens. En effet, ses derniers contiendraient, selon la cour, des dispositions inconstitutionnelles.

Ce n’est pas la première fois qu’une Cour constitutionnelle européenne bloque le droit européen : la Cour allemande de Karlsruhe avait considéré en 1974, avec l’arrêt Solange, que le droit européen ne primerait sur le droit allemand que s’il respectait ... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Les débats sur l’OTAN et la défense européenne n’en finissent pas. Le secrétaire général actuel de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a critiqué les pays désireux de renforcer la défense européenne, lié à une crainte de voir des organisations concurrentes émerger. Cette situation n’est pas nouvelle, la secrétaire d’État américaine de Bill Clinton, Madeleine Albright avait formulé les mêmes craintes à la fin des années 1990.

Mais dans le même temps, les États-Unis souhaitent que les Européens inves... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles