10 choses à ne pas dire sur la victoire de l’UKIP

Nigel Farage (Crédits European Parliament, licence Creative Commons)

Voici dix choses que la classe politique britannique aurait dû éviter de déclarer si elle voulait éviter que l’UKIP remporte les élections européennes.

Voici dix choses que la classe politique britannique aurait dû éviter de déclarer si elle voulait éviter que l’UKIP remporte les élections européennes.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume.

Nigel-Farage
Les railleries de Nigel Farage ont galvanisé ses supporters.

 

1. « Le choix de l’UKIP est un vote de protestation. »
Et même si c’était vrai, et alors ? J’ai été à de nombreux décomptes, et oserais-je vous le dire ? Quand ils sont tous empilés en tas, les votes de protestation apparaissent comme les plus nombreux, et leur énumération confirme cette impression.

2. « Le vote pour l’UKIP est un gâchis. »
Les électeurs vous rétorqueront à raison : « C’est mon droit, je vous remercie d’en prendre note, et je décide par conséquent si le fait de voter en connaissance de cause est un gâchis. »

3. « Une voix pour l’UKIP en est une pour Ed Miliband. »
Euh, non. Un vote pour les Travaillistes est un vote pour Ed Miliband. Ai-je réellement besoin d’expliquer pourquoi ?

4. « Ce ne sont que les élections européennes finalement. »
Que ? Vous nous avez juste assourdis à propos de l’importance de celles-ci durant les 3 derniers mois.

5. « Le Peuple a des intérêts légitimes… »
Ce n’est pas aux politiciens de décider ce qui est légitime ou pas pour le pays. C’est le contraire qui doit s’imposer.

6. « Nous avons besoin d’un débat sérieux sur l’immigration. »
Nous avons eu ce débat. Maintenant, c’est fini. Les ¾ des électeurs ayant voté veulent une réduction de l’immigration, et aucun parti ne soutient une élévation de celle-ci. Ce qui gêne les électeurs n’est pas la manque de débat mais le manque de contrôle vis-à-vis de qui nous accueillons et en quelle quantité.

7. « Les conservateurs ne pactisent ou ne traitent pas avec d’autres partis. »
Oh vraiment ? Et qu’est ce que nous entretenons avec les libéraux démocrates dans ce cas ?

8. « Nous ne sortirons pas de la course… »
Un politicien parlant par cliché ne s’embête pas à réfléchir sur ce qu’il dit. Oui, vous, Cleggie.

9. « Ces résultats montrent Londres comme une ville ouverte, tolérante et diversifiée. »
Ainsi s’exprima Tessa Jowell dans un Tweet qui semble s’adresser au reste de la population anglaise sur un ton insultant. Je ne suis pas sûr que pointer le fait que les votes pour les Travaillistes proviennent essentiellement des minorités ethniques soit une bonne initiative pour pacifier les relations ethniques.

10. « L’UKIP n’est pas réellement un parti européen. »
Oh si, il l’est. L’indice est dans son nom.