Management : encadrez mieux !

« Les gens ne prêtent attention à ce que vous savez qu’à partir du moment où ils savent que vous leur prêtez attention ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
entreprise cadres manager CC pixabay

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Management : encadrez mieux !

Publié le 24 mai 2014
- A +

Par Alain Goetzmann.

entreprise cadres manager CC pixabayAvez-vous jamais interprété un e-mail dans un sens différent que ce que son expéditeur avait voulu dire ? Trouvez-vous difficile de bien définir le ton de ce qui vous est envoyé ou vous arrive-t-il de vous demander quelle réaction aura votre interlocuteur à la lecture d’un e-mail que vous lui adressez ? De très petites nuances sont parfois à l’origine de malentendus graves.

L’e-mail est sans doute le véhicule le plus simple et le plus fréquent pour démontrer à quel point la qualité de nos interactions est importante. Ce sont les petites choses qui font la différence dans la façon dont nous nous exprimons et la façon dont nous comprenons les autres.

Voilà pourquoi, dans votre façon d’encadrer vos collaborateurs, le langage que vous utilisez et le comportement qui est le vôtre déterminent très largement la qualité de votre communication et l’efficacité de l’action collective.

Rendre responsables les gens au point de leur faire faire des choses dont ils ne se seraient pas cru capables doit être le but de tout dirigeant. En enlevant barrières et contraintes il se fait alors l’assistant de ceux qu’il dirige et leur permet d’améliorer la qualité de leur travail.

C’est en leur posant les bonnes questions que vous leur ferez donner les bonnes réponses. Faites-le, même si vous connaissez les réponses afin de développer chez eux l’habitude de réfléchir et d’agir par eux-mêmes pour faire avancer les choses et vous libérer pour d’autres tâches.

Quand se posent des problèmes complexes, aller sur le terrain et prendre vous-même les commandes peut vous apparaître comme étant la solution. Peut-être ; mais ce n’est certainement pas la meilleure façon d’améliorer le fonctionnement de l’ensemble de votre organisation et des femmes et des hommes qui la composent.

Gardez toujours en mémoire que 80 % des problèmes qui se posent sont dus à la conception des produits ou des services que vous commercialisez et non aux personnes qui s’en occupent.

En vous chargeant vous-même de les résoudre, vous exprimez publiquement le peu d’estime que vous avez pour eux et pour leur capacité à le faire. La prochaine fois avant même de tenter de remédier à d’autres incidents, ils s’empresseront de faire appel à vous.

C’est pourquoi bien diriger ses équipes doit conduire à respecter la règle d’or qui est d’exiger que les situations difficiles se résolvent par les efforts de ceux qui les subissent et votre rôle de chef est de les y encourager, de les motiver et de leur faire confiance.

« Les gens ne prêtent attention à ce que vous savez qu’à partir du moment où ils savent que vous leur prêtez attention ».


Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Je suis absoluement d’accord. J’encadre une petite équipe de stagiaires. Parfois, j’irais bien plus vite à faire le travail par moi-même mais j’agis différemment.
    Ils sont ici pour apprendre à travailler et je recherche donc à les responsabiliser, qu’ils prennent des initiatives.
    Ca reste difficile car ils sont à la fois demandeur mais ne saisissent pas toujours l’opportunité qui vient d’elle même. J’en suis encore à créer artificiellement des situations où ils peuvent s’épanouir.
    Ca demande des qualités d’éducateur !

  • Un petit pt à ajouter ; ne pas confondre le W procédurier av l’organisé. Ni le pouvoir av l’autorité.

  • Personnellement j’ai toujours pensé que la philosophie libérale devait logiquement et naturellement inciter à un management participatif.
    Bizarement les libéraux ne réagissent pas vraiment sur ce sujet.

    • « management participatif »

      N’est ce pas contradictoire ?
      Manager une équipe, c’est l’organiser pour atteindre un but défini. Si vous négociez « participativement » le management ne négocierez vous pas aussi ce but ? Et un fois ce but négociez est il encore besoin de manager ?

      • Manager, c’est chercher à obtenir la meilleure efficacité collective, qui passe par l’engagement de chacun au prix, si il le faut, du sacrifice de l’égo du manageur.

      • @Citoyen
        Un égo déplacé, n’est-ce pas simplement de l’orgueil ? Point de sacrifice donc.

        Le presque de @P, ne permet pas non plus d’éliminer le manager de la philosophie libérale.
        Si l’on admet le bienfait de la séparation des tâches, et que l’on y ajoute parfois une nécessaire réactivité dans l’organisation de celle-ci ; n’y a t-il pas alors place pour le management ? (aucun corporatisme dans cette question)

        • Yrokwa, le placement de notre égo et son influence sur nos décisions est permanent dans nos relations avec autrui, surtout dans une relation hiérarchique, il n’est pas seulement l’apanage des orgueilleux.

          • Si l’égo « n’est pas l’apanage des orgueilleux », c’est bien par la façon dont il s’exprime que l’on juge ce qu’est l’orgueil.
            Si les décisions d’un manager s’avèrent être bénéfiques pour son équipe, pourquoi lui demandé le sacrifice de cet égo ?
            Et si ses décisions ne sont que vaines gesticulations, au mieux stériles, au pire contreproductives. Ce n’est pas non plus de cet égo qu’il faut se passer ; mais de sa personne.

            • Un exemple dans une relation hiérarchique :

              Dans certaines formations de pilotes de lignes on impose un mode opératoire particulier entre le pilote et son copilote.
              En cas de problème constaté, le premier à proposer une explication et une solution doit être le copilote pour que celui-ci ne soit pas influencé, évinçant ainsi une confrontation d’hypothèses indispensable.

    • Je ne pense pas. Je pense que la philosophie libérale ne supporte pas le management et n’en a (presque) pas besoin, parce qu’elle est faite par et pour des individus autonomes engagés dans des relations contractuelles d’égal à égal ; grosso modo une société d’artisans et de professionnels « libéraux » (sic !), ni employeurs ni employés.
      Évidemment, l’autonomie professionnelle n’est pas donnée au départ et il existe toujours une période d’apprentissage, mais tout aussi évidemment l’apprenti ne peut pas « participer » utilement.

      • Je vous rejoint dans l’idée, seulement on est trop loin de la réalité et du mode de fonctionnement des entreprises actuelles.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Tout avait pourtant si bien commencé. Le 17 mai 2011 étaient déposés au greffe de Bruxelles les statuts de la coopérative NewB, visant à « préparer la fondation d’une nouvelle banque coopérative en Belgique » (article 3).

Parmi les parents statutaires de cette belle et noble initiative, la fine fleur de la gauche bien-pensante belge : Bond Beter Leefmilieu-Vlaanderen, Caritas Catholica, CND-111111, Greenpeace Belgium, Inter-Environnement Bruxelles, Médecins du Monde, Vredeseilanden, etc. Comment un enfant né de la morale pourrait-il ne... Poursuivre la lecture

Le besoin des entreprises de répondre aux nombreuses ruptures de leur environnement les amène souvent à créer une entité spécifiquement consacrée à cette question. Le nom peut varier, mais ces entités innovation rencontrent très souvent le même problème : leurs belles idées ne donnent pas grand-chose sur le marché, quand elles atteignent cette étape. Comme souvent, cela tient à la façon dont elles sont conçues et au modèle qui sous-tend leur activité.

J’avais il y a quelques semaines l’occasion d’intervenir dans une très belle ETI indu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles