Métaux : les actualités de l’argent

Une foule d’informations cette semaine qui remettent l’argent au cœur de l’actualité des métaux précieux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lingot d'argent (Crédits (Mick Baker)rooster, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Métaux : les actualités de l’argent

Publié le 18 mai 2014
- A +

Par Charles Sannat.

Une revue du web exclusivement consacrée à l’argent cette semaine avec une foule d’informations qui remettent le métal gris au cœur de l’actualité des métaux précieux. Autre nouvelle peu anodine, le fixing de l’argent à Londres s’arrête cet été ! Il semblerait que l’argent brûle bel et bien les doigts des banques en ce moment…

Hasard ou coïncidence, il est aussi question du départ de Jamie Dimon, PDG de la JP Morgan, banque qui avait été fortement soupçonnée de la manipulation des cours de l’argent sous le « règne » de Blythe Masters.

Baisse de l’approvisionnement en provenance de la filière du recyclage

Nous évoquions dans un précédent dossier sur l’or et l’argent dans les technologies le recyclage coûteux et compliqué de l’argent. Avec la baisse des cours, le rapport qualité-prix du recyclage est moins bon. Il y a donc une baisse de l’approvisionnement en provenance de la filière du recyclage, nous apprend bullionvault.fr, alors que la demande, elle, a explosé. Avec une raréfaction des ressources minières dans les 15 prochaines années et l’augmentation des coûts de production, l’argent est donc un bon placement d’avenir.

Niveau record de la demande en argent en 2013

Selon une enquête menée par The Silver Institute, la demande en argent n’a jamais été forte en 2013, que ce soit du côté de la joaillerie que des investisseurs. Les bas prix de l’argent ont en effet entraîné une augmentation de 13% de la demande en argent physique.

Fin du fixing de l’argent en août 2014 !

Il y a, derrière cette étonnante information de l’AFP, relayée par Romandie.com le 14 mai dernier mais peu commentée par les médias, de lourds soupçons qui pèsent sur cette décision commune aux trois banques qui assuraient jusque-là le London Silver Market Fixing Limited. La Deutsche Bank, HSBC et Scotiabank ont en effet annoncé qu’elles arrêteraient tout simplement le fixing de l’argent l’été prochain, sans plus de justification que cela. Cette décision pourrait faire suite aux forts « soupçons » d’opérations de manipulation des cours sur les métaux précieux.

Pour Charles Sannat, Directeur des études économiques d’AuCOFFRE.com, « ce serait la meilleure façon d’empêcher les cours de monter », explique-t-il dans l’édition du Contrarien du 16 mai, en forçant le marché de l’argent à rentrer dans une quasi clandestinité, comme celui de l’or en France, quand son cours officiel a cessé au milieu des années 90.

Banques : après Blythe Masters, Jamie Dimon, le PDG de JP Morgan sur le départ

C’est une nouvelle peu anodine que commente Pierre Jovanovic dans son blog. L’info émane directement du New-York Post et n’intervient pas vraiment pas hasard, même si rien n’est encore acté. 10 000 suppressions de postes (sur 250 000 dans le monde entier) sont également « sur la table ». Pour P. Jovanovic, « C’est le début de la fin pour la JP Morgan… » qui se retrouverait bientôt dans le même cas que Dexia, ce qui ne laisse rien présager de bon, car la banque mondiale est d’une toute autre taille que Dexia… Pour mémoire, JP Morgan est à l’origine des CDS, les produits toxiques ayant conduits plusieurs banques à la faillite, et de soupçons de manipulation de cours de l’argent… (voir notre article sur Blythe Masters à ce sujet). Le parallèle entre ces informations (arrêt du fixing de Londres, départ évoqué du PDG de la JP Morgan, soupçons de manipulation des cours des métaux précieux…) et cette série de décès de banquiers de la JP Morgan et de la Deutsche Bank, qu’évoquait Simone Wapler dans cette note du 07 mars 2014 n’est pas dénuée de sens…

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Un article de Chales Sannat commentant les propos de Charles Sannat pour mettre en avant les opinions de Charles Sannat ?

  • J’attends toujours la mort de JPMorgan, et je crains devoir l’attendre encore longtemps… Les suicides en série de leurs cadres constituent toutefois un bon début.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thomas Renault.

[caption id="attachment_224256" align="aligncenter" width="640"] Tax Credits-money-(CC BY 2.0)[/caption]

En 1974, l'économiste Richard Easterlin a démontré de manière empirique une relation étrange entre le bien-être et le PIB par habitant : à long terme, il ne semble pas exister de causalité entre la croissance du PIB, ajusté de l'inflation, par habitant et le bonheur.

Entre 1973 et 2004 par exemple, alors que le PIB réel par habitant a doublé aux États-Unis, le bonheur est resté constant (voir graphi... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le titre de l’ouvrage est bien vu. Car en écoutant la plupart de nos politiques et des économistes qui les environnent, nous pouvons avoir vraiment l’impression que l’argent est devenu magique. Et il est un fait que bercer les Français de ce conte pour enfants est extrêmement dangereux. Il fut un temps pas si lointain où – bien que la France fût déjà bien endettée – injecter quelque 17 milliards d’euros dans des mesures destinées à calmer les révoltes paraissait presque insensé, vu la situation de nos finances. Il ... Poursuivre la lecture

Par Etienne Chaumeton. Un article de l'Iref-Europe

Record des prélèvements obligatoires, record des dépenses publiques, inflation en hausse… l’État doit trouver de l’argent et c’est l’épargne des Français qui est menacée.

Le ministre de l’Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, a récemment confié au journal Le Figaro que la crise du Covid-19 allait coûter 424 milliards d’euros aux finances publiques sur trois ans, en 2020, 2021 et 2022. Ces sommes comprennent des baisses de recettes fiscales et les dépenses exceptionn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles